Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Cousin Françoise & Pelras, Christian (dir.), 2010, Matières, manières et sociétés. Hommage à Hélène Balfet

Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence
Marie-Luce Gélard
p. 366-368
Référence(s) :

Cousin Françoise & Pelras, Christian (dir.), 2010, Matières, manières et sociétés. Hommage à Hélène Balfet, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 304 p.

Texte intégral

1Dans cet ouvrage qui s’ouvre sur un fort bel hommage de Bromberger, on découvre un personnage haut en couleur, alliant exigences professionnelles, « tonique irrespect des hiérarchies et des conventions » (p. 12) et engagement politique. Les témoignages sur la personnalité de l’ethnologue soulignent sa rigueur scientifique et son attention aux « chemins des autres », selon l’expression de Pelras.

2Hélène Balfet participe au premier stage du centre de Formation aux recherches Ethnologiques (CFRE) du musée de l’homme, créé par Leroi-Gourhan, stage qui sera suivi des années durant par nombre d’éminents chercheurs. Balfet encadrera le dit stage et les enquêtes collectives animées par une réflexion ethno-technologique poursuivant celle de Leroi-Gourhan. Elle débute son ethnographie de la poterie et de la vannerie en 1952, en Afrique du Nord, en orientant sa recherche autour des liens entre technique et esthétique. À ses yeux, l’analyse technologique ne pouvait être séparée de l’étude ethnologique. Son itinéraire scientifique est riche et ses engagements nombreux, rappelons qu’elle aura en charge pendant plusieurs années le département de technologie comparée du musée de l’homme. « Une femme de conviction à la rencontre des autres » écrit Pelras (p. 34) dans un texte qui retrace en détail son parcours professionnel.

3Dans la première section de l’ouvrage, Entre musées et terrains, les courtes contributions de Condominas et de cousin décrivent fort bien la personnalité et l’activité scientifique centrée sur la technologie culturelle en général et la classification des objets en particulier. Grognet rapporte le rôle de l’ethnologue dans l’histoire de la salle des arts et techniques du musée de l’homme, section qui comporte les derniers objets ayant quitté les salles publiques en 2003 à destination du musée du Quai Branly. Cette salle aménagée par Balfet préfigure ce que sera le musée de l’homme. Initialement conçue comme une introduction aux visites, elle sera finalement celle par laquelle se termine le parcours du visiteur. Mais cette salle comparative, via les techniques restera longtemps inachevée (la guerre, le manque de crédits, etc.). Après la guerre, Leroi-Gourhan devenu responsable du département de technologie comparée reprendra le projet de la salle dont Balfet va s’occuper. Il s’agissait « de faire comprendre la logique technique, montrer l’étude de l’homme qui pense et agit techniquement » écrit Balfet (cité par Grognet, p. 59). La salle ne sera inaugurée que des années plus tard, en 1959. Le choix muséographique ne sera pas celui d’une présentation habituelle de musée d’art, les objets seront exposés en position d’utilisation. « Ce parti-pris démontre la conception héritée de Marcel Mauss et Paul rivet sur ce que doit être un musée d’ethnologie, c’est-à-dire une institution avant tout pédagogique » (p. 61).

4Balfet va s’intéresser également à la céramique du haut-amazone comme en témoigne le texte de Monzon et Fauvet-Berthelot. Les auteurs notent la pertinence du système descriptif établi par Balfet sur la vannerie. Ses proches et ses collègues sont unanimes à souligner l’apport considérable de ses travaux. Comme le montre le beau témoignage de Benfoughal à propos du musée du bardo d'Alger et de sa collection de poteries berbères. Balfet y a œuvré à la rédaction de près de 300 fiches descriptives, travail qui sert aujourd’hui encore aux « chercheurs algériens dans le domaine de la classification et de l’analyse stylistique » (p. 72). L’histoire des relations entre la France et l'Algérie a aussi toute sa place dans cet ouvrage. L’appel des 121, « déclaration sur le droit à l’insoumission dans la guerre d'Algérie » et la « lettre des ethnologues », sont deux textes dont Balfet sera signataire, marquant son engagement politique auprès des Algériens.

5Dans la deuxième partie de l’ouvrage, Enseignement et formation à la recherche, les témoignages de collègues et d’amis ayant participé au CFRE se multiplient, mettant en avant la rigueur et les exigences pédagogiques de Balfet : « cette pratique de la visualisation, du toucher, de la perception directe, a donné des générations de chercheurs de terrain qui ne se sont pas fourvoyés dans une anthropologie parfois trop théorisante, mais qui avec leur solide apprentissage du concret savaient d’abord partir des faits et s’appuyer sur eux (p. 93) ». Certains attestent du rôle prépondérant qu’a joué leur rencontre avec Balfet pour leur carrière, tel Gutwirth ou Pétonnet, d’autres rappellent son implication dans la mise en place du département d’ethnologie de l’université d'Aix-en-Provence en collaboration avec Bromberger et ravis-giordani au sein duquel le stage d’ethnologie (inspiré de celui du cFrE) fut déterminant. L’ouvrage cite enfin des témoignages de chercheurs qu’elle a initié à l’ethnologie comme Desmet-Grégoire.

6L’hommage se poursuit sur le terrain de la recherche, dans une autre section – Typologie, terminologie, méthodologie – qui rapporte les apports scientifiques de Balfet. Apports aux typologies et aux problèmes de nomenclature et de dénomination des objets, décrits dans le texte stimulant de Cresswell ou dans celui de Pardo à propos des vanneries sahariennes. le lecteur mesure la contribution de Balfet à la technologie culturelle pour des générations de chercheurs, à la fois d’un point de vue théorique, comme le suggère le texte de Lameiras-Campagnolo et Campagnolo à propos de l’incorporation muséale de l’objet incluant des « critères autochtones d’appréciation sémantiques et esthétiques » (p. 151), mais aussi d’un point de vue pragmatique, comme l’illustrent les recherches de terrain contemporaines qui se réfèrent à son travail. L’ouvrage relate pareillement l’engagement interdisciplinaire de Balfet, comme l’indiquent David et Karlin à propos de l’ethnologie préhistorique et de l’ethno-archéologie.

7Les textes de la partie Autour de l’alimentation : de l’acquisition à la consommation rendent hommage de manière moins explicite au travail de Balfet. Ils sont surtout descriptifs d’objets comme le piloir et l’arbre à cames en Birmanie par Bernot ; comme l’analyse du changement technique et de la perte des pratiques sociales sous-jacentes pour le décorticage en Thaïlande ; comme le passage du pilon à pied à la mécanisation décrit par Lévy-Ward. Citons encore l’article de Bataille-Benguigui, explicitement dédié à Balfet, à propos du « hameçon chinois » comme exemple de résistance au changement technique. Après les outils, de Garine illustre la variété des champs que l’anthropologie de l’alimentation offre à l’analyse.

8La section Style et identité s’ouvre sur deux thématiques importantes dans l’œuvre et le questionnement de Balfet, le style et l’identité des objets. On y voit notamment comment style et technique sont liés dans l’exemple de la croix normande que développe Broutin. L’étude du vêtement et la description du métier à tisser horizontal dans le rif marocain par Vignet-Zunz souligne encore l’étendue et la diversité des questionnements de Balfet. C’est un témoignage à la fois scientifique et affectif, du « maître à l’élève » (p. 226). Tout comme celui de P. Chambon et de sa collection de céramique du Tchad, auquel il consacra, en 1995, un mémoire de DEA sous la direction de Balfet au musée de l’homme. L’orientation fut stylistique et esthétique plus que technique, là encore la pluralité des manières d’aborder la culture matérielle montre l’ampleur de la trace que Balfet imprime à ceux, amis, étudiants et collègues qui l’ont côtoyée. Ce qui apparaît clairement dans le bel article de Martinelli décrivant le style et la technique dans la fabrication de poteries par martelage au Burkina Faso. La technique et la symbolique du style sont intimement liées et révèlent toute l’importance des questionnements au centre des analyses de Balfet.

9Et enfin la partie finale, Technique et symbolique, poursuit la thématique précédente, en analysant le style au travers des productions matérielles dans un échantillon de sociétés diversifié. Ainsi, Solinas aborde la notion de style dans les rituels au Bengale en interrogeant le fait technique et ses liens avec les expressions sensibles et ses mises en forme esthétiques. Ou encore l’usage des ligatures végétales dans la construction des pirogues en Polynésie, lesquelles n’ont pas seulement un rôle technique mais aussi un rôle social et religieux. ainsi écrit Guiot « les objets n’acquièrent leur pleine signification qu’à travers leur participation aux liens sociaux » (p. 281). Le texte de Jest évoque, lui, une contribution dans le « droit fil des enseignements » de Balfet à propos de l’origine mythique du tissage en Asie himalayenne et des liens étroits existants entre technique et croyance.

10L’ouvrage s’achève sur un texte de Lemonnier qui reprend l’idée d’Hélène Balfet du mélange du style et de la fonction, « les effets non techniques des techniques, pour parler bref, s’inscrivent jusque dans des pratiques matérielles dont le résultat n’est pas visible dans le produit final » (p. 295). L’auteur affirme que les objets peuvent parfois être le « seul moyen que se donne une culture pour apercevoir ces relations dans leur globalité » (ibid.). L’interrogation sur le rôle des objets dans l’action rituelle ouvre la voie à tout un pan de la technologie culturelle qui doit regarder et décrire les « détails matériels du rite » (p. 298). C’est par cette ambitieuse vision programmatique que s’achève un ouvrage dense et foisonnant, à l’image de la grande technologue. Ouvrage qui surtout nous montre l’ampleur des orientations thématiques, géographiques et novatrices qu’elle a ouvertes en technologie culturelle et par-delà en anthropologie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Luce Gélard, « Cousin Françoise & Pelras, Christian (dir.), 2010, Matières, manières et sociétés. Hommage à Hélène Balfet », Journal des africanistes, 82-1/2 | 2012, 366-368.

Référence électronique

Marie-Luce Gélard, « Cousin Françoise & Pelras, Christian (dir.), 2010, Matières, manières et sociétés. Hommage à Hélène Balfet », Journal des africanistes [En ligne], 82-1/2 | 2012, mis en ligne le 25 mai 2016, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/4439

Haut de page

Auteur

Marie-Luce Gélard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org