Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Clement, Lieutenant Fernand, 2011, Un marsouin au Congo

Anne-Marie Bénézech
p. 365-366
Référence(s) :

Clement, Lieutenant Fernand, 2011, Un marsouin au Congo, Paris, Pierre de Taillac, 208 p.

Notes de l’auteur

Marsouin : soldat ou gradé de l’ancienne Infanterie coloniale.

Texte intégral

1Ce court récit de 143 pages, retrouvé par hasard dans un vide grenier et dont Bertrand Goy a fait l’introduction, témoigne d’une période trouble (1902-1904) où le Congo n’est pas totalement exploré et pas encore pacifié. L’état français manque d’argent et a permis à quarante sociétés concessionnaires françaises et étrangères d’en exploiter les terres ; c’est aussi la course aux frontières entre les différentes puissances et la mise en place de l’impôt de capitation. Le pays est très peu peuplé, les villages espacés, les voies de communications inexistantes en dehors du réseau hydrographique et des sentiers de portage. Le personnel blanc est lui aussi en très petit nombre : militaires, administrateurs et concessionnaires de toutes nationalités, supposés collaborer tout en ne partageant pas les mêmes intérêts.

  • 1 Périodes de congé comprises, dont 11 ans à diriger la colonie.
  • 2 Il ne retournera au Congo qu’en 1905 pour une mission d’inspection.
  • 3 L’école a été créée en 1887… mais le Congo a mauvaise réputation (climat, maladies), le recrutement (...)
  • 4 C. Coquery-Vidrovitch, Le Congo au temps des grandes compagnies concessionnaires 1898-1930, Paris, (...)

2Pierre Savorgnan de Brazza avait exploré le pays (entre 1875 et 1897)1 avec des méthodes de pénétration pacifiques. Il avait toujours insisté sur le fait que « préparer un pays à la colonisation est une œuvre de temps et de patience ». Mais le ministre des colonies l’a mis en disponibilité dès 18982. La génération suivante se moque bien des autochtones. Uniquement préoccupée par le profit, elle vient prendre possession des terrains concédés sur la base de cartes approximatives ou fausses. Cela entraîne bien des confusions, luttes et procès que les administrateurs des colonies sont incapables de gérer. Non seulement leur recrutement est médiocre et leur formation insuffisante3, mais aussi la république leur donne la responsabilité de terrains immenses, sans moyens, car la colonie ne devrait rien coûter à la métropole. L’impôt devrait permettre « de supprimer progressivement la subvention que le budget de l’état est encore tenu de lui allouer »4.

  • 5 Plus particulièrement entre la compagnie de la N’Goko sangha et la Süd Kamerun Gesellschaft. la fro (...)

3Débarquant dans ce contexte en 1902, le lieutenant Fernand clément va découvrir les abus de pouvoir, les exactions, les impôts sans limite, le travail forcé voire les camps de concentration, mais aussi les meurtres, qui sont monnaie courante. Comment assurer l’ordre dans ces conditions ? Clément a 32 ans lorsqu’il est affecté au Congo. Il n’a pas demandé cette destination et ne sait même pas où ce pays se trouve en Afrique. Les missions dont il va être chargé sont de trois ordres : une répression à mener dans la région de Bayanga-Salo au nord d’Ouesso, le contrôle des frontières mal définies entre la France et l'Allemagne5, enfin la collecte de l’impôt. Il fallait mettre au pas les tribus récalcitrantes. Contrairement aux agents des compagnies concessionnaires qui, venant prendre leur poste et ne trouvant qu’une case délabrée, étaient nombreux à se rembarquer pour la métropole, le militaire, lui, obéit et reste. il doit savoir tout faire : trouver de la nourriture et son chemin, construire des cases, palabrer, rendre la justice... et cela malgré la faim, les fourmis et toutes sortes de maladies.

4Sa tâche serait plus aisée s’il ne recevait ses ordres d’un administrateur qui le met régulièrement en porte-à-faux sur le terrain. Les différents pièges, les trahisons, les faux rapports lui font comprendre que non seulement l’administrateur a partie liée avec les concessionnaires, mais qu’il entend récupérer le fruit de ses propres efforts. La collusion remonte très haut dans l’administration coloniale. Lorsque, écœuré et très malade il demande à rentrer en France, le gouverneur le retient, dans l’espoir sans doute qu’il mourra sur place. Finalement rapatrié, il ne sera pas écouté pour autant, pas plus que ne sera diffusé le rapport de la mission d’inspection de Brazza l’année suivante (1905). malgré l’amertume de voir honorer ceux qu’il avait connu à l’œuvre, alors que lui-même fut d’abord récompensé de ses bons et loyaux services par une réprimande, un blâme, et 15 jours d’arrêt 16, le lieutenant clément retournera en Afrique – au soudan, à Nioro du sahel – car comme il le dit lui-même « le pays que l’on aime est celui où l’on a souffert ». Au-delà du récit d’un itinéraire de pionnier, c’est le témoignage sur les comportements humains dans des circonstances historiques extrêmes qui intéressera le lecteur.

Haut de page

Notes

1 Périodes de congé comprises, dont 11 ans à diriger la colonie.

2 Il ne retournera au Congo qu’en 1905 pour une mission d’inspection.

3 L’école a été créée en 1887… mais le Congo a mauvaise réputation (climat, maladies), le recrutement est malaisé.

4 C. Coquery-Vidrovitch, Le Congo au temps des grandes compagnies concessionnaires 1898-1930, Paris, mouton & école Pratique des hautes études, 1969 : 118.

5 Plus particulièrement entre la compagnie de la N’Goko sangha et la Süd Kamerun Gesellschaft. la frontière entre les deux territoires ne sera délimitée qu’avec la commission du commandant Henri Moll (1905-1907).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-Marie Bénézech, « Clement, Lieutenant Fernand, 2011, Un marsouin au Congo », Journal des africanistes, 82-1/2 | 2012, 365-366.

Référence électronique

Anne-Marie Bénézech, « Clement, Lieutenant Fernand, 2011, Un marsouin au Congo », Journal des africanistes [En ligne], 82-1/2 | 2012, mis en ligne le 24 mai 2016, consulté le 28 juillet 2017. URL : http://africanistes.revues.org/4433

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org