Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Casajus Dominique, 2009, Henri Duveyrier. Un Saint-Simonien au désert

Paris, ibis Press
Marie-Luce Gélard
p. 361-363
Référence(s) :

Casajus Dominique, 2009, Henri Duveyrier. Un Saint-Simonien au désert, Paris, ibis Press, 293 p.

Texte intégral

1 Henri Duveyrier est l’un des premiers « explorateurs du pays touareg ». son œuvre majeure, Les Touaregs du Nord, souvent citée, occupe dans les études touarègues une place particulière. En effet, le livre de H. Duveyrier est resté très longtemps le seul document apportant des informations de première main sur l’existence des Touaregs avant leur assujettissement par la conquête coloniale.

2 L’ouvrage de Dominique Casajus, à la fois essai biographique et commentaire d’une œuvre, ne se propose point d’analyser la valeur ethnographique du travail de Duveyrier mais plutôt de commenter la façon dont le livre a été écrit. l’introduction expose bien la manière et la méthode employées. au moyen d’une enquête historique très documentée, il dresse la biographie minutieuse et attentive de Duveyrier, à travers l’analyse comparée de ses écrits, décelant les remarques qui, plus tard, nourriront la fascination qui s’exerce entre Européens et Touaregs.

  • 1 Figure atypique du saint-simonien, Urbain se convertit à l’islam.

3 L’auteur fait utilement l’examen de figures tutélaires qui eurent une influence notable sur sa vie et parmi elles certains saint-simoniens comme Urbain1. Duveyrier est issu d’une famille de saint-simoniens. Plusieurs raisons ont influencé ses voyages : l’intérêt saint-simonien pour le désert – lié à un irrésistible attrait pour l’orient –, le souci des autorités algériennes d’établir des relations avec le soudan au-delà du Sahara et, une tradition du voyage.

  • 2 2006, Edition du Journal d’un voyage dans la province d’Alger de Henri Duveyrier, Paris, éditions d (...)
  • 3 Créée dans les années 1830, la confrérie prônait l’attentisme du prophète de la fi des temps.

4 Casajus explique comment il s’est intéressé à l’auteur dont il avait déjà commenté l’œuvre2. il relève très vite son aveuglement au sujet de la confrérie musulmane de Sîdi-Mohammed ben ‘Alî Es-Senoûsî : la Sanûsiyya3. c’est ainsi que l’ouvrage se polarise sur deux points forts de l’œuvre de Duveyrier, le premier essentiel à la compréhension du monde touareg précolonial et, le second, sur la dite confrérie qui occupe une place de choix dans la fantasmagorie coloniale. « ce n’est qu’au début du XXe siècle que la confrérie, provoquée à la violence par les incessantes tracasseries des Français, devint une puissance militaire et conquérante. En agissant envers elle selon l’idée qu’ils s’en faisaient, les Européens auront obtenu que la réalité se conforme à une image qui n’était à l’origine qu’un fantôme. Je crains que l’occident n’ait reproduit le même genre d’erreur dans un passé récent, avec les mêmes et tragiques résultats que l’on sait » (p. 7).

5 La description des relations et des échanges entre Duveyrier et le chef touarègue Ikhenoûkhen est très détaillée. la première entrevue a lieu en 1860 à Ghadamès. « bientôt un chuchotement général dans la foule m’annonça l’arrivée d’Ikhenoukhen accompagné des principaux chefs Touaregs. tous vêtus de leur costume de parade, portaient le poignard au bras, dans la main une lance et un javelot. aussitôt arrivés près de ma tente, ils plantèrent leurs armes et s’assirent en cercle sans prononcer un seul mot. les voiles qui couvraient leur figure ne me permettaient même pas de deviner leurs pensées. le silence fut enfin rompu par ces mots qu’ils nous adressèrent. Matoulan ? Ouanon, ouanek. (comment allez-vous ? comment vous portez-vous ?) Khir r’as (très bien), fut notre réponse » (p. 80).

6 Casajus souligne déjà parmi les sentiments de Duveyrier l’admiration pour les Touaregs, qui sera celle des Français après lui. des passages entiers de l’ouvrage seront d’ailleurs repris et systématisés dans la prose coloniale, comme l’opposition arabes/ berbères, ou les réflexions sur ces « drôles de musulmans » que seraient les Touaregs, etc.

  • 4 Comme l’avait déjà proposé J.-L.Triaud, 1995, La légende noire de la Sanûsiyya. Une confrérie musul (...)

7 L’écriture des Touaregs du Nord est réalisée à quatre mains. En effet, Duveyrier rentre malade de l’un de ses séjours sahariens, ses capacités intellectuelles et sa mémoire sont même un temps affectées. c’est le docteur Warnier, fervent défenseur de la cause coloniale qui le soigne et qui va aussi entreprendre de classer ses notes et même de rédiger le rapport commandé par le gouvernement général de l'Algérie. de façon méticuleuse, Casajus montre l’influence de ce dernier sur le texte de Duveyrier. En comparant l’ouvrage et les notes de voyages4, il relève les discordances entre les deux, notamment l’absence de nuances concernant la religion. « l’accumulation de ces glissements rédactionnels, dont chacun pris séparément est presque imperceptible, en vient à donner la netteté de l’irrécusable à ce qui dans le journal n’était dessiné que d’une plume tremblée » (p. 126). il est parfois impossible de savoir qui des deux a écrit. il semble que Warnier ait donné une image apaisée de certains passages. Casajus remarque déjà la lancinante obsession de Duveyrier à propos de la confrérie Sanûsiyya et ses accusations abusives.

  • 5 Voir dans une perspective similaire son ouvrage sur Charles de Foucauld paru en 2009, Charles de Fo (...)

8 La volonté saint-simonienne d’un rapprochement pacifique entre les idées de l’Occident et celles de l’Orient témoigne de l’intérêt de Duveyrier pour l’islam hétérodoxe. l’affirmation renouvelée de voir dans la confrérie sénoussiste une ennemie de la France et de l’Europe, sera reprise aussi dans une certaine littérature coloniale : « combien de biographes de Charles de Foucauld pour lesquels sa mort est la conséquence d’un complot germano-sénoussiste ! » (p. 178). la lecture de cette période, via l’enquête menée par Casajus, souligne la nécessité d’une révision des sources5.

  • 6 Traité de commerce signé entre la France et les Touaregs en 1862.

9 Casajus décrit avec finesse le paradoxe dans lequel les voyageurs/explorateurs se trouvent face aux conflits que génère la réalité de la conquête coloniale, remettant durement en cause le « vieux rêve saint-simonien d’une fraternité universelle » (p. 194). il montre les erreurs choquantes du gouvernement colonial : « Que les Français se soient mépris sur l’état politique du Sahara central, c’est parfaitement exact, et la méprise remonte au moins à la signature du traité de Ghadamès6 » (p. 198) : les Touaregs voulant bien être des partenaires mais aucunement des sujets de l’empire colonial, lequel ambitionne, lui, de vouloir conquérir, soumettre et châtier.

10 Les assassinats – notamment ceux de la mission Flatters – furent l’une des causes de l’abandon de la pénétration française au Sahara, l’avancée européenne ne pouvant rester pacifique et fraternelle comme l’avaient pensé et rêvé, écrit Casajus, les premiers saint-simoniens. car pour les Touaregs, les voyageurs européens ne sont perçus que comme l’avant-garde d’une armée d’invasion. ces passages montrent la nécessité d’un changement de vision historique sur cette période et la révision des a priori coloniaux encore largement véhiculés par la littérature.

11 L’auteur poursuit l’analyse du parcours intellectuel et psychologique de Duveyrier pour expliquer la parution de sa brochure sur la Sanûsiyya. Peu à peu se profile, par de vagues allusions, ses accusations contre la confrérie responsable, à ses yeux, de tous les maux du Sahara. Un Sahara que Duveyrier finit par dépeindre comme soumis à la propagande sénoussiste. En 1884, paraît donc son second ouvrage.

12 L’égarement de Duveyrier génère la consternation comme le relate J.-l. Triaud (1995). c’est en faisant le parallèle entre les fantasmes de Duveyrier face à la puissance de la confrérie et les sentiments d’aujourd’hui face à al-Qaïda que l’ouvrage dit tout l’intérêt d’une relecture des documents historiques. la comparaison avec l’époque actuelle est édifiante : « ces arsenaux souterrains et labyrinthiques qu’Al-Qaïda était supposée avoir creusés dans les montagnes afghanes, et dont les “spécialistes” autoproclamés du terrorisme nous brandissaient même les plans, avant que les soldats américains ne découvrent au bout du compte, dans quelques abris sous roche, deux ou trois caisses éventrées. les fantômes dont l’occident peuple ses cauchemars ont tous un air de famille » (p. 232). ainsi en est-il du fantasme de l’invisibilité de la confrérie, elle est « invisible, mais c’est la preuve qu’elle est omniprésente puisqu’elle a organisé son invisibilité » (p. 233).

13 La maladie de Duveyrier jouera un grand rôle dans ses sentiments contre la confrérie, maladie qui pour Casajus serait à l’origine même de son obsession. il propose un tableau clinique tout en prenant garde à ne pas point tomber dans des travers psychologisants.

14L’ouvrage souligne le caractère attachant de Duveyrier qui, s’il s’égare parfois, défendait aussi des idéaux, comme par exemple ceux d’un mutuel échange spirituel et commercial, alors que se profilait déjà l’asservissement de l'Afrique par l’Europe.

15 C’est une subtile réhabilitation que Casajus nous propose dans un livre attrayant, fort bien écrit, et qui nous montre tout l’enjeu d’une lecture renouvelée de l’histoire coloniale des confins sahariens.

Haut de page

Notes

1 Figure atypique du saint-simonien, Urbain se convertit à l’islam.

2 2006, Edition du Journal d’un voyage dans la province d’Alger de Henri Duveyrier, Paris, éditions des saints calus.

3 Créée dans les années 1830, la confrérie prônait l’attentisme du prophète de la fi des temps.

4 Comme l’avait déjà proposé J.-L.Triaud, 1995, La légende noire de la Sanûsiyya. Une confrérie musulmane sous le regard français (1840-1930), Paris, maison des sciences de l’homme, 2 tomes.

5 Voir dans une perspective similaire son ouvrage sur Charles de Foucauld paru en 2009, Charles de Foucauld. Moine et Savant, Paris, CNRS.

6 Traité de commerce signé entre la France et les Touaregs en 1862.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Luce Gélard, « Casajus Dominique, 2009, Henri Duveyrier. Un Saint-Simonien au désert », Journal des africanistes, 82-1/2 | 2012, 361-363.

Référence électronique

Marie-Luce Gélard, « Casajus Dominique, 2009, Henri Duveyrier. Un Saint-Simonien au désert », Journal des africanistes [En ligne], 82-1/2 | 2012, mis en ligne le 24 mai 2016, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/4429

Haut de page

Auteur

Marie-Luce Gélard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org