Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Brisebarre Anne-Marie et Kuczynski, Liliane (éds.), 2009, La Tabaski au Sénégal. Une fête musulmane en milieu urbain

Paris, Karthala
Chantal Crenn
p. 359-361
Référence(s) :

Brisebarre Anne-Marie et Kuczynski, Liliane (éds.), 2009, La Tabaski au Sénégal. Une fête musulmane en milieu urbain, Paris, Karthala, 468 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage effectue une fine ethnographie de la fête de la tabaski au Sénégal (dite ailleurs Aïd el-Kéfir). la description de la quotidienneté autour de cet événement religieux se poursuit par une géographie et une anthropologie du Sénégal mettant en tension, tant au niveau macro que micro-sociologiques, des dimensions économiques, urbaines, sociales et symboliques.

2Anne-Marie Brisebarre situe d’emblée « les évidences invisibles » qui entourent cette tabaski. si la tabaski constitue un objet d’investigations pour les chercheurs, elle l’est aussi pour « les gens du monde ordinaire », souligne-t-elle. c’est donc un manque crucial que cette enquête comble. les descriptions proposées sont très précises et dynamiques. au terme de la lecture, elles donnent le sentiment d’avoir arpenté les rues de Dakar, de Touba ou Tambacounda, ou d’avoir partagé les festivités en famille.

3Le secret de la réussite de cette mise en situation ? Une méthodologie de terrain par immersion de longue durée, et la restitution des notes tenues dans leurs journaux de terrain à certains moments de l’ouvrage. dix années de terrain ont été nécessaires pour approcher au plus près cet événement qui ne dure qu’une seule journée par an. marché aux bestiaux, lieux d’approvisionnement, cadre familial et lieux de réunions ont également été scrupuleusement observés par cette équipe d’anthropologues et de géographes. Non seulement les chercheurs composant cette équipe ont tous fait du terrain ethnographique, et l’ont restitué, mais ils ont aussi voulu croiser « les regards » sénégalais et français sur leur objet d’étude.

4Amorcer la réflexion sur la tabaski à partir des migrants situe d’emblée cette recherche dans l’anthropologie du changement. aussi les auteurs insistent-ils sur la dimension économique du phénomène, et sur la diversité religieuse de la société sénégalaise. confréries musulmanes, christianisme et « religions du terroir » sont abordés dans toutes leurs complexités au même titre que les représentations sociales et actions quotidiennes vis à vis de la tabaski.

5Toute recherche, est-il postulé, doit situer son objet dans l’histoire. ainsi la tabaski est-elle replacée dans l’histoire de l’islam en général, puis dans celle du Sénégal. il est montré comment, colonisation et recherches ethnographiques étant liées, la tabaski en tant que fête musulmane n’a jamais été un objet de recherche. les récits des voyageurs ne sont guère plus prolixes sur le sujet, et les sources arabes évoquent très peu la tabaski. lorsqu’elle est prise en considération, c’est uniquement pour en montrer les réjouissances. Par-delà ce constat, les auteurs procèdent à une revue minutieuse du déroulement de cet événement à travers le peu d’éléments historiques à leur disposition.

6Fête religieuse musulmane, la tabaski est aussi un moment propice à produire de la distinction sociale, notamment par l’achat d’un mouton répondant à certains critères esthétiques. A. M. Brisebarre, P. D. Fall et N. Kane montrent que le moment de l’achat du mouton est crucial pour la majorité des sénégalais et des sénégalaises qui sont le plus souvent des Goorgoolou (des débrouillards) à la recherche de la DQ ou dépense quotidienne qui permet de subvenir aux besoins journaliers de leur famille. bref, les auteurs nous rappellent que, le plus souvent, acheter le mouton de la tabaski signifie se résoudre à emprunter l’argent nécessaire.

7Lors de la préparation de la fête, Dakar compte trois millions de personnes. les auteurs mettent en évidence toutes les inquiétudes que cet événement suscite, et ce jusqu’au plus haut niveau de l’administration. Pour l’occasion, le nombre de policiers est également décuplé afin de renforcer la sécurité liée au risque de vols.

8C’est également avec minutie qu’on est informé de la façon dont les animaux sont transportés jusqu’à Dakar. En train (Bamako Dakar), en bus ou à pied, les moutons sont acheminés jusqu’à la capitale depuis différentes régions du Sénégal (bassin arachidier ou Ferlo), mais aussi depuis la Mauritanie et le mali. l’analyse s’attache également aux évènements qui surviennent sur le Parc des petits ruminants, point de vente permanent : attributions de certificats vétérinaires, entrées et sorties des moutons enregistrées mais, en marge, certains moutons tués par le passage des trains peuvent être revendus une fois les carcasses débitées (alors que ces viandes sont considérées par l’islam comme non consommables). l’approvisionnement en moutons va aussi engendrer des métiers informels permettant à nombre d’habitants de gagner un peu d’argent.

9Grâce à une anthropologie économique du quotidien, on est en mesure d’évaluer le budget familial nécessaire (20 % en moyenne) à la bonne mise en œuvre des festivités (achat du mouton certes mais également, achat des vêtements de fête, pratique du coiffeur, achat des couteaux etc).

10Les chapitres suivants sont consacrés aux villes de Saint-Louis et Tamba-Counda, et à la région du baol. comme pour les descriptions dakaroises, on suit l’approvisionnement en moutons et sa gestion, à travers les rues, les cours, les réseaux d’achat, le moment du sacrifice, la répartition des rôles entre hommes et femmes. À Saint-Louis et dans sa région, l’élevage se révèle central. ici, les différentes races de moutons de la tabaski sont minutieusement décrites et particulièrement celle appréciée par les Saint-Louisiennes, la touabir. Pour Tamba-Counda, l’étude de la tabaski est annoncée comme une chronique par l’auteur. la fête est approchée dans ce texte par les milieux confrériques. trois islams sont modélisés. le chapitre dédié à Touba, célèbre ville des mourides où se réunissent annuellement les adeptes de cheik amadou Bamba lors du grand Magal (sacrifice d’un bœuf en souvenir de l’exil au Gabon du fondateur) s’intéresse, lui, à travers la tabaski, à une fête mineure en ce lieu. de manière très féconde, les auteurs interrogent les inégalités sociales et leur impact sur la manière dont la fête et ses préparatifs sont vécues par les protagonistes. Qu’en est-il lorsqu’on est émigré ? cet avant-dernier chapitre s’intéresse à la circulation transnationale d’idées, de valeurs et de marchandises pendant cette période empreinte de forte religiosité et de consumérisme. bref, cet ouvrage qui a tenté d’embrasser presque tous les domaines concernés par la tabaski révèle grâce une anthropologie fine les arcanes majeures qui sous-tendent la société sénégalaise.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Chantal Crenn, « Brisebarre Anne-Marie et Kuczynski, Liliane (éds.), 2009, La Tabaski au Sénégal. Une fête musulmane en milieu urbain », Journal des africanistes, 82-1/2 | 2012, 359-361.

Référence électronique

Chantal Crenn, « Brisebarre Anne-Marie et Kuczynski, Liliane (éds.), 2009, La Tabaski au Sénégal. Une fête musulmane en milieu urbain », Journal des africanistes [En ligne], 82-1/2 | 2012, mis en ligne le 24 mai 2016, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://africanistes.revues.org/4425

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org