Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Bertrand Monique, 2011, De Bamako à Accra. Mobilités urbaines et ancrages locaux en Afrique de l’Ouest

Paris, Karthala
Moustapha Diop
p. 356-358
Référence(s) :

Bertrand Monique, 2011, De Bamako à Accra. Mobilités urbaines et ancrages locaux en Afrique de l’Ouest, Paris, Karthala, 376 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage est le résultat de plusieurs années de recherche consacrées à l’observation des dynamiques territoriales et sociales des grandes villes africaines. la démarche est centrée sur les relations entre « mobilités » et « ancrages » dans les pratiques des acteurs en milieu urbain. Elle est conçue comme une « grille de lecture comparative d’expériences francophones et anglophones », aussi comme fil conducteur d’une « lecture scientifique de l’urbanisation ouest africaine » (p. 5). l’ouvrage retrace finement l’évolution des questions urbaines au cours des années 1990, axée sur le marché et des mobilisations locales de la société civile, dans un contexte où la question du développement est considérée comme un phénomène global pour replacer la recherche à penser le social au-delà du discours des bailleurs de fonds. l’auteure estime que « les finalités données à la recherche par les institutions dominantes risquent d’être détournées d’une vocation à inscrire les enjeux urbains dans une véritable économie politique » (p. 9). la réflexion s’éloigne alors d’une démarche critique à l’égard de l’analyse des pouvoirs politiques par rapport à la question des inégalités et de la pauvreté, en montrant que la question urbaine reste mal articulée aux interrogations politiques, alors que les évolutions des dernières décennies faisaient ressortir l’impact de nouvelles dynamiques migratoires liées aux difficultés économiques et des crises politiques observées au mali et au Ghana. ce processus dynamique favorise l’émergence d’études comparatives pertinentes dans le cadre de la gestion décentralisée des grandes agglomérations. dans cet ouvrage, l’étude du développement urbain est envisagée selon trois pistes : le processus de construction politique des états contemporains et de leurs incertitudes, la prise en compte des relations étroites entre villes et campagnes et les occupations socio-spatiales au regard des différentes trames urbaines.

2La démarche prend en compte « individus et collectifs » dans leur cadre de vie en relation avec les politiques publiques d’aménagement et les politiques citadines d’appropriation et de valorisation du sol, en mettant en évidence la « différenciation interne des villes », c’est-à-dire les liens établis entre acteurs des « centres » et des « périphéries ». deux thématiques dynamiques émergent dans ce processus : les réformes administratives et économiques, notamment la concurrence en ville entre migrants de l’intérieur et émigrés internationaux, et le rôle important d’autres acteurs liés aux coopérations décentralisées. c’est la montée en force de « grandes agglomérations » en relation avec le terme « métropole », qui renvoie plutôt ici à un « effet de taille et d’échelle » (p. 19), de dynamique de « maturation » par rapport à l’étude comparative entre Bamako et accra. selon l’auteure, le manque de comparaison entre les « deux zones d’héritages coloniaux francophones et anglophones » persiste. les deux métropoles n’ont pas les mêmes trajectoires historiques. dans cette démarche comparative, la question foncière apparaît comme le fil conducteur à la fois d’une approche holiste et plus fine, plus individualisée de la vie urbaine. cette approche dynamique tient compte de plusieurs thématiques : les marchés fonciers, les droits établis sur la terre, les pratiques d’accès au sol urbain, les densités de mobilités résidentielles (liées aux cercles et aux catégories du logement), et les politiques urbaines dans un contexte de décentralisation.

3L’ouvrage privilégie une observation de type « microscopique » qui porte sur des mesures au niveau de l’îlot, de la cour, de la chambre et dévoile la pertinence des « méthodes biographiques », éclairant parfaitement les « figures locales » en donnant au particulier sa place dans l’édifice d’ensemble. la démarche mise en œuvre est qualifiée par l’auteure de « géographie sociale », celle qui s’appuie sur une « mesure empirique, interroge des formes, des processus, et nécessite de répondre aux questionnements critiques croisés, sud-sud autant que sud-Nord ». ce choix méthodologique est nourri par l’articulation de plusieurs types et niveaux d’informations, qualitatifs et quantitatifs. dans cette démarche, la « dichotomie rural et urbain est mise en cause aux limites mêmes de la métropole où l’état se révèle au cœur du local ». dans ce processus, la question foncière apparaît centrale et dépasse la dualité entre le pouvoir politique et sa base d’exercice, elle interroge et implique plusieurs acteurs : les « clientèles de l’état », les « instances municipales » et de « légitimités communautaires » ; mais aussi les « micro-propriétaires », des « usagers du parcellaire » et « l’intimité des cours ». c’est dire que les dynamiques foncières s’inscrivent dans le registre des pratiques pour éclairer les catégories et les confrontations. d’où une forte pression de « l’écrit » dans le processus d’enregistrement des terres favorisant un « rapport individualisé au sol ». ce formalisme administratif devient une condition essentielle de la « marchandisation de la terre » en Afrique.

4Des différences s’observent entre Bamako et accra. la ville de Bamako est « historiquement développée selon une logique de trames, un clivage morphologique opposant la ville lotie et la ville irrégulière, l’état demeurant au centre du droit foncier dans ce pays francophone ». la ville de Bamako est confrontée au problème de la gestion de « l’irrégulier », résultat d’une « fabrique dualiste » d’occupation de l’espace urbain, entre les zones loties et dotées de titres de propriété, et les zones d’occupations précaires sans titre de propriété. À accra, on observe une forme de contrôles coutumiers orientant l’expansion urbaine : « la capitale ghanéenne se composait de manière plus fragmentée selon une logique de droits fonciers locaux ou communautaires, mettant en exergue les prérogatives respectives des ‘autochtones’, détenteurs d’intérêts néo-coutumiers, et des migrants ‘étrangers’ au sol urbain ». la question de « l’individualisation » se pose alors dans un contexte de rapports intergénérationnels. le processus de changement, à accra comme à Bamako, est marqué par des transitions démocratiques, des réformes institutionnelles, des pressions démographiques et des actions de développement durable ou local, obligeant également le chercheur à « réviser » ses « objets » et ses « catégories ». Pour l’auteure, ces dynamiques urbaines de changement devraient être repensées selon deux voies scientifiques : le doute nécessaire à l’égard de « paradigmes changeants » du développement en mettant les interprétations à l’épreuve du temps, et la « pluralité » en tenant compte des « jeux d’échelles » avec une « démarche typologique » rendant compte des « rationalités plurielles » qui organisent l’urbain africain.

5Cet ouvrage, bien rédigé et rigoureusement structuré, confirme l’importance de la question foncière dans la compréhension des transformations politiques et sociales des pays en développement ; il montre que la question foncière est au centre des problèmes de mobilité ou des migrations, d’urbanisation et de logement, et constitue un moteur dans les reconstructions politiques et les recompositions sociales tant en milieux urbains que ruraux. on peut regretter que l’auteure ne fasse pas référence à d’autres études comparatives plus anciennes des pays francophones et anglophones d'Afrique. c’est le cas notamment des travaux d'Odile Goerg qui, dans son ouvrage Pouvoir colonial, municipalité et espaces urbains. Conakry et Freetown, des années 1880 à 1914 (Paris, l’harmattan, 1997), compare finement la gestion foncière des municipalités de Freetown et de Conakry.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Moustapha Diop, « Bertrand Monique, 2011, De Bamako à Accra. Mobilités urbaines et ancrages locaux en Afrique de l’Ouest », Journal des africanistes, 82-1/2 | 2012, 356-358.

Référence électronique

Moustapha Diop, « Bertrand Monique, 2011, De Bamako à Accra. Mobilités urbaines et ancrages locaux en Afrique de l’Ouest », Journal des africanistes [En ligne], 82-1/2 | 2012, mis en ligne le 24 mai 2016, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/4420

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org