Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Berne Mauricette & Monod, Ambroise (dir.), 2010, Théodore Monod. Archives d’une vie

Paris, muséum National d’histoire Naturelle-éditions du chêne
Julien Bondaz
p. 355-356
Référence(s) :

Berne Mauricette & Monod, Ambroise (dir.), 2010, Théodore Monod. Archives d’une vie, Paris, muséum National d’histoire Naturelle-éditions du chêne, 288 p.

Texte intégral

  • 1 En toute logique commémorative et éditoriale, cet anniversaire a donné lieu à plusieurs ouvrages. V (...)
  • 2 José-marieBel, Nelly Boutinot, Edmond Diemer, Jean-Marc Durou, Jean Fabre, Jean-Claude Hureau, Lyli (...)
  • 3 Certains d’entre eux ont également été montrés au public à l’occasion de la belle petite exposition (...)

1Publié à l’occasion du dixième anniversaire de la mort de Théodore Monod (1902-2000)1, ce beau livre propose moins une biographie intellectuelle du scientifique qu’un récit de la vie quotidienne du chercheur, entre carrière professionnelle et coulisses familiales. la plupart des textes sont d’ailleurs écrits par Ambroise Monod, le plus jeune des trois enfants du savant, qui mobilise ses souvenirs personnels pour compléter les écrits intimes ou autobiographiques de ses parents. l’hommage et l’émotion dictent ce livre qui tend à l’hagiographie – malgré le protestantisme de la famille. Théodore Monod est portraituré non seulement comme un naturaliste éclectique, mais aussi comme un « homme de foi », un « utopiste engagé », un « pacifiste militant », ou encore un pionnier de la défense de l’environnement. les détails biographiques et les anecdotes fourmillent, mais il ne s’agit pas ici d’un travail de biographe ou d’historien. on peut par exemple regretter la discrétion des noms d’auteurs au bas des texte2, ou la faiblesse de l’appareil critique (absence de références pour les belles citations qui ponctuent l’ouvrage, notamment). la grande richesse de ce livre réside avant tout dans l’iconographie mobilisée, souvent inédite, qui puise notamment dans les archives du muséum national d’histoire naturelle et de la société d’histoire du Protestantisme Français, mais aussi dans la collection Monod et dans plusieurs collections particulières. les documents présentés3 témoignent du talent de dessinateur du savant, des dessins d’enfance aux croquis naturalistes, en passant par de petites bandes dessinées plus humoristiques ou des fables illustrées, qu’il s’agisse par exemple de son Journal d’un naturaliste en vacances, rédigé et illustré en 1917 (pp. 61-62) ou de son petit carnet intitulé L’écureuil et le hérisson, qui raconte sa rencontre avec Olga Pickova, sa future femme, durant l’été 1928 (pp. 136-137). ces archives muséales ou familiales invitent également le lecteur à de curieux rapprochements. La mèche de cheveux fi dans le cahier Theolga (p. 121) semble une version amoureuse des herbiers du savant, de la relique au spécimen. de même, les nombreux extraits de journaux intimes (leur tenue apparaît comme une véritable tradition familiale) fournissent parfois d’étranges rapprochements, tel ce portrait zoomorphe du futur naturaliste que sa mère couche, peu de temps après sa naissance, dans Le livre de Monod : « la tête de Théodore est un lion, mais ses deux bras sont respectivement un cheval et un âne et ses jambes sont un chien et un cochon. avec cette ménagerie, les minutes austères consacrées à enfiler des habits sont transformées en partie de plaisir au jardin d’acclimatation. » (p. 34). il y a certes dans le choix des citations un certain biais rétrospectif, comme si l’enfance de Monod expliquait sa carrière mieux que sa formation scientifique ou l’histoire institutionnelle de la recherche dans les années 1930, par exemple. Mais cette mine documentaire, exploitée avec tendresse plus qu’avec méthode, fait tout le charme de l’ouvrage : le lecteur peut l’explorer à sa manière.

2Au-delà d’une iconographie remarquable, regroupant à la fois des documents d’archive et de belles photographies (de Luc Marescot et Jean-Marc Durou, en particulier), le parcours de Monod est bien retracé, même si l’enfance et les années 1930 et 1940 sont largement plus représentées que la seconde moitié de sa vie. les auteurs insistent notamment sur ses nombreuses missions sur le terrain, depuis sa première méharée en 1922-1923 jusqu’à sa dernière, à l’hiver 1993, racontée par Jean Fabre, qui l’accompagna (pp. 270-274). c’est la figure de l’explorateur qui prime ici, avec le désert (ou parfois la mer) pour décor mythique et mystique. le caractère scientifique de ces explorations est bien noté, avec la mise en exergue des activités de collecte (4800 spécimens botaniques récoltés, trente-trois espèces nouvelles qui lui sont dédiées) et des récits de découverte (notamment celle d’une plante plus tard nommée Monodiella flexuosa, à la recherche de laquelle il repart en vain à la fin de sa vie). Est ainsi soulignée l’idée selon laquelle Monod serait l’un des derniers grands explorateurs, idée qui constitue en fait l’un des topoi des récits d’exploration au milieu du XXème siècle. l’aspect religieux ou spirituel de la biographie du scientifique est également souligné tout au long de l’ouvrage. À l’institut Français d'Afrique Noire, qu’il dirige de 1938 à 1965, Lylian Kesteloot note par exemple que « son côté pasteur, sa morale protestante assez austère dérangent parfois les convictions rationalistes et laïques de quelques universitaires » (pp. 174 et 176). tout au long de l’ouvrage, de nombreuses métaphores filées traduisent cette prépondérance du religieux : la famille Monod est décrite comme une « caste protestante » ou une « tribu maraboutique », l'Adrar comme un « diocèse », ses missions sont autant de « quêtes du graal » (la recherche de la météorite de Chinguetti, par exemple).

3L’arrière-plan institutionnel et politique de la vie de Monod demeure cependant peu documenté. certes, ses activités (limitées) de résistant pendant la seconde guerre mondiale sont bien mises en exergue, depuis ses prises de parole sur radio Dakar jusqu’à la création, avec un ami, des Forces Fraternitaires Françaises (FFF), « mouvement de résistance locale » qui ne rencontre guère d’écho, en passant par la caricature qu’il fait de « Hitler écrasant Pétain » (pp. 166-171). cet engagement relatif témoigne avec force de sa position humaniste et pacifiste. mais la problématique de la situation coloniale reste à l’inverse peu traitée. le regard familial aurait pourtant pu favoriser un tel questionnement, l’un des frères de Monod, Silvain, étant lui-même administrateur colonial à Porto-Novo, puis à Saint-Louis du Sénégal. cela aurait en tout cas permis de mieux inscrire cette biographie dans le contexte sociopolitique de l’époque. ce beau livre entretient ainsi l’image d’humaniste et d’aventurier de l’un des grands savants français du XXème siècle. il participe moins à la compréhension d’une époque qu’à la fabrication d’un héros, ce qui en fait à la fois sa limite et son charme.

Haut de page

Notes

1 En toute logique commémorative et éditoriale, cet anniversaire a donné lieu à plusieurs ouvrages. Voir par exemple ceux du journaliste Roger Cans, Théodore Monod, savant tout terrain, Paris, sang de la terre, 2009, d’Anne Catherine Benchelah et Marie Maka, Théodore Monod au Tassili, Paris, ibis Presse, 2010 et de marie-Joëlle Rupp, Théodore Monod. Appel à témoins, Paris, ibis Presse, 2010.

2 José-marieBel, Nelly Boutinot, Edmond Diemer, Jean-Marc Durou, Jean Fabre, Jean-Claude Hureau, Lylian Kesteloot, Ambroise Monod, Philippe Morat, Jacob Obiel, Hubert Reeves et Philippe Taquet.

3 Certains d’entre eux ont également été montrés au public à l’occasion de la belle petite exposition commémorative « Théodore Monod et la biodiversité », qui s’est tenue au cabinet d’histoire du Jardin des Plantes, à Paris, du 27 octobre 2010 au 17 janvier 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julien Bondaz, « Berne Mauricette & Monod, Ambroise (dir.), 2010, Théodore Monod. Archives d’une vie », Journal des africanistes, 82-1/2 | 2012, 355-356.

Référence électronique

Julien Bondaz, « Berne Mauricette & Monod, Ambroise (dir.), 2010, Théodore Monod. Archives d’une vie », Journal des africanistes [En ligne], 82-1/2 | 2012, mis en ligne le 24 mai 2016, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/4417

Haut de page

Auteur

Julien Bondaz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org