Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Barthélémy Pascale, Picard Emmanuelle & Rogers, Rebecca (dir.), 2010, « l’Enseignement dans l’Empire colonial français (XIXe-XXe siècles) », Histoire de l’éducation

n° 128, oct.-déc., Lyon, école Normale supérieure de Lyon
Noël J. Gueunier
p. 353-354
Référence(s) :

Barthélémy Pascale, Picard Emmanuelle & Rogers, Rebecca (dir.), 2010, « l’Enseignement dans l’Empire colonial français (XIXe-XXe siècles) », Histoire de l’éducation, n° 128, oct.-déc., Lyon, école Normale supérieure de Lyon, 199 p.

Texte intégral

1Publication des actes d’un colloque tenu à Lyon en 2009, ce volume réunit sept communications dont cinq portent sur l'Afrique au sud du Sahara. En dehors de l’article général de Barthélémy qui ouvre le recueil, la seule incursion hors du domaine africain est un article sur la Nouvelle Calédonie, qui éclaire aussi une question importante pour l’histoire de l’école en Afrique : la place des langues « indigènes » à l’école coloniale. c’est dire que ce livre devra attirer l’attention des historiens et anthropologues africanistes, d’autant que les contributions se signalent par leur qualité.

2Le premier chapitre donne une sérieuse bibliographie, commentée de manière à dessiner les contours du « champ historiographique » étudié. on perçoit un plan d’étude plus vaste que l’échantillon qui peut être donné ici. la division chronologique adoptée est significative d’une orientation : les travaux analysés sont répartis en deux périodes, la première « de l’époque coloniale aux années 1990 » (c’est-à-dire, selon les territoires, un siècle ou un siècle et demi), et la seconde « depuis les années 2000 » (soit une dizaine d’années). le nombre croissant des travaux publiés ne justifie pas à lui seul cette répartition asymétrique, il s’agit de montrer le renouvellement récent du champ d’étude. les articles spécialisés qui suivent contribuent à ce renouvellement. on a la satisfaction rafraîchissante de voir renverser quelques préjugés qui paraissaient assez bien établis.

3Non, le rejet ou la méfiance n’ont pas été la réaction générale à l’introduction de l’école dans les sociétés de l'Afrique de l’ouest, même dans les débuts de la colonisation, et même là où l’implantation du pouvoir européen se révélait difficile ; on a pu voir au contraire se manifester un « désir d’école », ainsi dans la Casamance dès les années 1860 ; pour comprendre ces attitudes il faut une analyse détaillée des milieux qui exprimaient ce « désir », et des buts qu’ils poursuivaient en réclamant des écoles. on saisit le souci de sortir d’une étude des seules institutions, pour s’intéresser aux acteurs et actrices des changements (Labrune-Badiane).

4Et, non, l’école coloniale française n’a pas, partout et toujours, fait la classe en français. certes, les spécialistes connaissaient de notables exceptions : dans des pays où une tradition scolaire existait avant son arrivée, le colonisateur au lieu de faire table rase de l’acquis précolonial a institué des systèmes bilingues (cas de l'Indochine et de Madagascar, dûment signalés par Barthélémy p. 15). mais en Nouvelle Calédonie ? là, point d’école, point de langue écrite avant la colonisation. aussi la doctrine était formelle : les langues indigènes devaient être exclues des écoles. c’est ce que répètent avec énergie les textes officiels. ils le répètent même si souvent qu’on reconnaît cette constante bien connue des historiens : si un pouvoir doit sans cesse renouveler ses lois pour interdire une pratique, c’est que cette pratique est courante, et que les lois sont impuissantes à la faire cesser. Et de fait, on découvre que, malgré le principe affirmé, l’enseignement se faisait bel et bien dans les langues kanak. mais c’était de manière honteuse (l’administration n’osait pas trop l’avouer), faute de moyens (les crédits manquaient), et aussi au fond par un « refus inavouable de l’instruction indigène » (instruits en français les Kanak auraient peut-être pu « s’émanciper des contraintes du cadre colonial »). ce n’est qu’au moment où le régime colonial au sens strict touche à sa fin, avec la suppression de l’indigénat (en 1946) et l’homogénéisation des conditions de scolarisation dans le territoire (en 1950) que l’imposition de la langue française dans les écoles devient une réalité (Salaün).

5Si Labrune-Badiane tentait de pénétrer les motivations des acteurs indigènes, Duteil s’intéresse quant à lui à l’activité d’un membre du personnel colonial : un instituteur français en poste à Madagascar de 1905 à 1933, auteur de plusieurs manuels à l’usage des écoles de la colonie. l’étude bénéficie de sources remarquables : des manuscrits (une autobiographie et un essai d’ethnographie) laissés par le personnage. mais la figure qui s’en dégage n’est guère exceptionnelle : elle paraît au contraire typique de ces fonctionnaires, d’inspiration laïque et progressiste, persuadés des progrès inéluctables de l’espèce humaine, qui n’en étaient pas moins dans leurs relations (professionnelles notamment) avec les indigènes, les soutiens d’un monde socialement et racialement discriminatoire.

6Les articles suivants portent sur ce qui a été le grand cheval de bataille des pédagogues coloniaux : « l’adaptation » de l’enseignement indigène. loin d’être une reproduction mécanique de ce qui se faisait en métropole, l’enseignement aux colonies devait être adapté. adapté à quoi exactement ? À la place que les indigènes devaient tenir dans la société. il fallait surtout « éviter la formation des déclassés », qui aurait été un « danger social » et une « perte sèche pour la collectivité, en ce sens qu’elle diminue le nombre des travailleurs » : ce sont les termes employés (en 1910) par les concepteurs du programme qu’étudie Deleigne dans son article sur les « jardins scolaires des écoles du premier degré à Madagascar (1916-1951) ». c’est l’étude d’un cas, par certains côtés caricatural. la doctrine de « l’adaptation » a pu aboutir à des programmes parfaitement inadaptés au contexte local : l’enseignement était adapté à la position des indigènes dans le monde colonial… mais pas du tout au pays, à son climat, à ses possibilités productives.

7Les deux derniers articles reviennent à l’histoire des institutions. celui de Gamble analyse les conditions mouvementées dans lesquelles la doctrine de l’enseignement « adapté » a finalement été abandonnée en AOF par la colonisation finissante. avec la conférence de Brazzaville, la fin du travail forcé et l’apparition d’une nouvelle classe politique africaine, l’édifice de « l’école rurale », dont les administrateurs coloniaux étaient si fiers, devenait un repoussoir. les intellectuels et députés africains dénonçaient une école dont le vrai but était de « lutter contre l’intellectualisation de l’enseignement » (ce sont les mots de Senghor). ils trouvaient des alliés dans les hommes du ministère de l’éducation Nationale pour retirer à l’administration coloniale son pouvoir sur l’enseignement. Paradoxe : les mêmes qui réclamaient, et obtenaient, l’alignement de l’école coloniale sur le cadre français militaient aussi pour une « africanisation des programmes ».

8La contribution de manière reprend les faits au tournant des indépendances, moment où « jamais les systèmes d’enseignement africains et métropolitain n’avaient été aussi étroitement interconnectés ». les « accords de coopération » conclus avec la France par les nouveaux états africains devaient permettre le développement de systèmes d’enseignement nationaux, et en même temps les juristes s’étonnaient de les voir donner à l’ancienne puissance coloniale une prérogative « exorbitante du point de vue du droit international ». ce cadre, où « l’africanisation des programmes » était limitée par la dépendance à la réglementation française, ne pouvait être que temporaire. il a pourtant duré.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Noël J. Gueunier, « Barthélémy Pascale, Picard Emmanuelle & Rogers, Rebecca (dir.), 2010, « l’Enseignement dans l’Empire colonial français (XIXe-XXe siècles) », Histoire de l’éducation », Journal des africanistes, 82-1/2 | 2012, 353-354.

Référence électronique

Noël J. Gueunier, « Barthélémy Pascale, Picard Emmanuelle & Rogers, Rebecca (dir.), 2010, « l’Enseignement dans l’Empire colonial français (XIXe-XXe siècles) », Histoire de l’éducation », Journal des africanistes [En ligne], 82-1/2 | 2012, mis en ligne le 24 mai 2016, consulté le 28 juillet 2017. URL : http://africanistes.revues.org/4413

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org