Navigation – Plan du site

L’agriculture itinérante sur brûlis : quelques pratiques particulières des Pygmées du Gabon et les raisons qu’ils en donnent

Jean-Marie Betsch
p. 193-205

Résumés

Les Pygmées ont intégré les pratiques culturales et les connaissances des Non-pygmées relatives à l’agriculture itinérante sur brûlis mais semblent également avoir mobilisé des savoirs propres concernant le sol et le fonctionnement de la forêt. Ils connaissent mieux que les Non-pygmées les processus capables de favoriser la croissance de la forêt secondaire après l’abandon du champ ; l’attention portée aux souches et aux rejets est plus forte et, si la limitation de taille des champs est statistiquement vérifiée chez les Koya d’Imbong, la raison de cette pratique est également explicitée par une agricultrice bongo. La pratique récente de l’agriculture par les Pygmées n’aurait pas effacé chez eux les connaissances sur la forêt qu’ils intègrent naturellement dans la gestion du cycle agricultural ; mais peut-être montrent-ils aussi une forme de résistance devant l’obligation de sortir du milieu forestier et de délaisser les modes de vie qu’ils y trouvaient, ce qui a induit une certaine résilience du système agroforestier sur le plan écologique.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les systèmes agraires rencontrés dans le domaine forestier au Gabon relèvent pratiquement tous de l’agriculture itinérante sur brûlis, telle que l’a définie Conklin (1957, 1961) sous le terme de « shifting cultivation », c’est-à-dire un « agricultural system in which fields are cleared by firing and are cropped discontinuously (implying periods of fallowing which always average longer than periods of cropping) ». Palm et al. (2005), dans le volume Slash-and-burn, The search for alternatives, confirment la différenciation entre « shifting cultivation », c’est-à-dire l’agriculture itinérante sur brûlis qui fait l’objet du présent travail et « slash-and-burn » qui est le défrichement par le feu pour une agriculture permanente, c’est-à-dire celle qui conduit à une déforestation totale et qui seule intéresse ces auteurs dans la recherche d’alternatives.

2Pour ce qui est de l’agriculture itinérante sur brûlis, deux références sont à rappeler ici : Kleinman et al. (1995) qui définissent la capacité d’un agrosystème à maintenir une production stable à long terme et Françoise Grenand (1996) qui indique comment un agriculteur traditionnel y parvient, en n’enlevant jamais les souches et en recherchant la reconstitution la plus rapide d’une forêt au cours d’une période de jachère généralement longue.

3En Guyane française, Bahuchet et Betsch (2012) ont mis en évidence les pratiques fines des agricultrices et agriculteurs amérindiens (mais aussi des Noirs Marrons) sur le traitement des souches au cours de la culture et qui constituent une véritable stratégie dans la conduite du recrû forestier.

4En Afrique centrale, on admettait classiquement que l’agriculture itinérante sur brûlis était pratiquée depuis très longtemps par les Non-pygmées et que les Pygmées étaient des chasseurs-cueilleurs. Le Bomin et Mbot (ce volume) indiquent dès le début de leur contribution qu’à l’heure actuelle, tous les groupes pygmées qu’ils ont visités au Gabon « sont installés dans des villages, pratiquent l’agriculture et se rendent en forêt, suivant leur spécificité, pour des activités de collecte, de chasse et de pêche ».

  • 1 Le soutien financier des missions de Betsch et de Caron a été assuré par le programme ANR-05-BLAN-0 (...)

5Les pratiques dont il est rendu compte dans la présente contribution ont été relevées au cours de missions souvent communes, avec Serge Bahuchet et Sylvie Le Bomin (ogooué-Lolo, 2007), Jean-Emile Mbot et Le Bomin (Woleu-Ntem, 2010). Les entretiens avec les Pygmées Baka de la région de Minvoul ont été réalisés en continu entre le village et les champs par Mbot, Le Bomin et moi-même. Les recherches menées dans l’ogooué-Ivindo ont été facilitées pour avoir été introduites auprès des Pygmées Koya du village d’Imbong par Beatriz Soengas (2008) et se sont prolongées au cours d’un stage de recherche de master 2 de Charlène Caron (2009)1.

6Les entretiens avec les agricultrices et les agriculteurs, toujours réalisés sur le terrain, sont consacrés dans un premier temps au repérage des caractéristiques des champs (Taille ? Quelles cultures ? Quelle répartition de ces cultures ? Reste-t-il des arbres ? Y a-t-il des souches vivantes et des rejets ? Quel environnement, ligneux ou jachères ? distance au village ?...). Puis les questions (en évitant celles nécessitant pour toute réponse « oui » ou « non ») sont posées sur :

  • les pratiques mises en œuvre (formation arborée défrichée, dates du débroussage et de l’abattage, raisons du maintien des arbres, quelle association de cultures : cultures courtes [ex. arachide récoltée à 4 mois] ou longues [ex. manioc récolté vers 8 – 12 mois] ?) ;

  • la stratégie en usage dans la taille des rejets : raisons, but ;

  • la durée de la jachère ;

  • la succession dans les cultures.

7Le fond de carte (Fig. 1) est tiré de la contribution de Le Bomin et Mbot (ce volume) ; les cartes partielles sont adaptées de la même contribution (cartouches de Koulamoutou et de Minvoul) et du cartouche de Mékambo réalisé en 2008 par Soengas et Théry pour la thèse de Soengas (2010).

Stratégies générales des acteurs de l’agriculture itinérante sur brulis

8Les techniques culturales ayant fait l’objet d’enquêtes intensives auprès des différents groupes pygmées du Gabon, il nous semble indispensable de rappeler les généralités de l’agriculture itinérante sur brûlis, lorsqu’elles ont déjà été acquises précédemment, les spécificités étant présentées ensuite pour chacune des populations concernées.

9Selon les dires des agriculteurs et agricultrices rencontrés (cf. Le Bomin et Mbot, ce volume), la pratique de l’agriculture par les Pygmées, Bongo de l’ogooué-Lolo, Koya de l’ogooué-Ivindo et Baka du Woleu-Ntem, a progressivement atteint le stade actuel après être passée par une ou plusieurs phases de travail comme ouvrier agricole dans les plantations de leurs voisins non-pygmées. Ces phases de travail pour le compte d’un agriculteur non-pygmée ont, semble-t-il, toujours comporté une part d’agriculture familiale autosuffisante sur des terres données ou prêtées par le voisin non-pygmée ; ce dernier procurait souvent des boutures ou/et des graines, au moins lors de l’accueil du groupe pygmée.

10L’adoption de l’agriculture par les Pygmées étudiés a donc été un processus progressif sur une durée de 50 ans à un siècle. Le modèle de pratiques en agriculture itinérante des Non-pygmées était ainsi sous les yeux des Pygmées qui avaient rejoint une plantation d’une culture de rente. Ceci concourt à ce que les grandes lignes des pratiques de l’agriculture itinérante sur brûlis par les Non-pygmées et les Pygmées soient d’une grande analogie.

Fig. 1 – Les secteurs pygmées (cartouches particuliers) étudiés au Gabon, sur le fond de carte du pays (cf. Introduction).

Fig. 1 – Les secteurs pygmées (cartouches particuliers) étudiés au Gabon, sur le fond de carte du pays (cf. Introduction).

Sources : carte générale et cartouches de Koulamoutou et de Minvoul (Le Bomin & Mbot, ce volume) ; cartouche de Mékambo. (d’après Soengas & Théry 2008)

11Dans les sites spécifiquement étudiés (Makoula et Iwatsi dans l’ogooué-Lolo, Imbong dans l’ogooué-Ivindo, doumassi et Zangaville dans le Woleu-Ntem ; Fig. 1), seront seulement indiquées des pratiques identifiées localement ou des savoirs et des raisonnements, certains parmi ces derniers n’étant exprimés que par un nombre très réduit de personnes.

12Le premier point commun aux Non-pygmées et aux Pygmées, tout à fait essentiel dans la pratique de l’agriculture itinérante sur brûlis, est l’attention portée aux souches, qui ne sont pas arrachées et dont les rejets fourniront, selon les déclarations de toutes les agricultrices et des agriculteurs, non-pygmées et pygmées, « la future forêt ». Cette forêt, secondaire évidemment, permettra 5 à 10 ans plus tard de fournir à nouveau, après coupe et brûlis, des cendres en quantités en principe suffisantes pour une nouvelle phase de culture.

13Un deuxième point commun essentiel concerne ces rejets sur les souches. Ceux-ci croissent plus vite que les cultures et « surciment » assez rapidement le manioc ou l’igname et vont être retaillés vers 3-4 mois afin de « laisser le manioc profiter de la lumière du soleil, de l’eau et de la nourriture qui se trouvent dans le sol ; ... c’est le manioc qui doit gagner » selon les dires des informateurs pygmées. Par le terme « surcimer », on indique que, non seulement le végétal qui surcime un autre est de taille plus élevée, mais aussi qu’il domine strictement son sommet et qu’il lui coupe la lumière du soleil, et donc l’énergie lumineuse nécessaire à la croissance de la végétation grâce à la photosynthèse. De nouveaux rejets les remplaceront, mais ils seront alors surcimés par le manioc, ne pourront pas rattraper le manioc en hauteur et ne pousseront de manière très vigoureuse qu’après l’arrachage du manioc (Fig. 2).

Fig. 2 – La taille des rejets d’une souche à 3 mois pour qu’ils ne soient pas un compétiteur du manioc pour la lumière du soleil.

Fig. 2 – La taille des rejets d’une souche à 3 mois pour qu’ils ne soient pas un compétiteur du manioc pour la lumière du soleil.

14La durabilité de l’agriculture itinérante sur brûlis est presque totalement inscrite dans ces deux points pour les agriculteurs de très longue date comme pour les Pygmées. Ces deux fondements de l’agriculture itinérante sur brûlis avaient déjà été relevés en Guyane française (Bahuchet et Betsch 2012) et paraissent être un fait répandu dans la zone intertropicale.

15Un point commun, plus secondaire, et qui distinguerait les agriculteurs du Gabon des Amérindiens, est l’attention portée à la matière organique, sous forme intégrée au sol ou sous forme d’apports en cours de culture. Au Gabon, le sol est moins systématiquement brûlé sur la surface du champ d’une part ; le retour au sol des « déchets » de la culture (les fanes de la culture courte – 4 mois – précédente, comme le maïs ou l’arachide) aux pieds du manioc ou en tas dans le champ (épluchures de manioc) a été souvent noté d’autre part. L’apport de matière organique au sol est peut-être une compensation à la pratique moins poussée du brûlis mais aucun agriculteur non-pygmée n’a invoqué devant moi cette raison. on verra aussi ci-dessous qu’une agricultrice baka a fourni une raison originale du brûlis seulement partiel de son champ.

Sur des particularités des pratiques agraires des pygmées au Gabon

16Il ne saurait être question de donner une information exhaustive sur les pratiques agraires des Pygmées, d’abord parce qu’il faut un temps considérable pour aller à la rencontre des communautés pygmées et pour identifier les particularités de leurs pratiques. En second lieu, c’est rarement par l’agriculture que le contact avec une de leurs communautés s’établit, mais plutôt dans le sillage de quelques disciplines qui touchent le cœur de la société, l’ethnomusicologie par exemple (cf. plus haut). Car les Pygmées ne voient pas quel intérêt un scientifique, occidental de surcroît, peut trouver à leurs pratiques. En revanche, quand cet occidental, introduit par un(e) ethnomusicologue, s’intéresse à leurs champs, au déroulement des phases du cycle culture-jachère, et pose des questions qui touchent aux fondements de leur stratégie, certains se montrent très souvent loquaces et pertinents sur la succession des gestes individuels, les raisons de leurs pratiques et les savoirs sur lesquels ils les fondent. Certes, il aurait été possible de rendre compte des particularités des pratiques agraires des Pygmées du Gabon selon un cadre thématique (comme la constatation de la faible taille des champs des Pygmées koya et la raison invoquée par une agricultrice bongo de cette faible taille ; cf. plus loin pour ces deux exemples), sans se référer à une ethnie donnée. Cependant, une société traditionnelle est un tout et des liens peuvent exister entre des pratiques dans une ethnie donnée, que nous ne comprenons provisoirement pas, sans doute parce que la cohérence thématique (de l’universitaire écologiste que je suis) n’est pas l’approche adéquate. Les particularités seront donc indiquées par communauté et des liens, pour l’instant issus d’une approche académique, pourront être discutés en conclusion.

Particularités des pratiques agraires des Bongo

17Les deux points communs essentiels de l’agriculture itinérante sur brûlis ont été confirmés dans les champs des Bongo de la région de l’ogooué Lolo. Concernant les souches, leur potentiel de recolonisation de la forêt s’est avéré plus important que repéré jusqu’alors. En plus des souches d’un demi-mètre à un mètre de hauteur, de très petites souches (« cryptosouches ») m’ont été montrées, de 1-2 cm seulement, parfaitement fonctionnelles pour la recolonisation ligneuse, mais aussi des bourgeons de régénération totalement enterrés, par exemple sur les stolons d’Aframomum (la « canne à gorille »). Ces stolons sont repérés lors de l’arrachage des repousses (celui-ci laisse le stolon en place, parfaitement fonctionnel) et dont il est inutile de se préoccuper par la suite, tellement la réussite de la croissance ultérieure de l’Aframomum est assurée.

Une stratégie de champs de petite taille

Une « prise de position » s’est écartée du schéma traditionnel

18C’est à Makoula, sur la piste reliant Koulamoutou et Popa, qu’une réponse très intéressante d’une agricultrice bongo a éclairé la question de son savoir écologique face à l’évolution de l’agriculture sous l’effet de la demande croissante des villes en denrées alimentaires par l’intermédiaire de commerçants sillonnant la région encamion. Cetteagricultrice aindiqué que les Nzebi cultivaientà présent des champs plus grands pour répondre à cette demande de production supplémentaire. À la question « comment faisait-elle, elle-même, qui vendait également à ces commerçants ? », elle a répondu « je n’augmente pas la taille des champs, mais je fais deux champs au lieu d’un ». Pourquoi ? « Parce qu’un petit trou dans la forêt se remplit plus vite qu’un grand ».

19Du point de vue écologique, cette réponse très pertinente se justifie de la manière suivante : un champ abandonné se recolonise par les souches et leurs rejets, selon le processus indiqué plus haut, mais également par les apports de graines venant de la lisière, soit par le vent, soit par les rongeurs qui enfouissent les graines de forêt, soit par les oiseaux dont les fientes contiennent des graines de forêt. C’est « l’effet lisière », qui est d’autant plus efficace que la zone défrichée, brûlée puis cultivée et abandonnée est plus petite. Cette agricultrice avait ainsi une notion écologiquement fondée, très cohérente, de sa décision d’en rester à la production agricole en petits champs, dont la durabilité est a priori plus grande.

20Cette position est l’inverse exact, en miroir, de la position des théoriciens de la biologie de la conservation dans des aires protégées pour lesquelles il vaut mieux « une grande aire de conservation que plusieurs petites » (d’après le sigle SLoSS « a Single Large Or Several Small ?, diamond 1975) que nous pouvons opposer en deux schémas qui rendent bien compte des objectifs diamétralement opposés de ces deux domaines (Fig. 3).

Fig. 3 – La conception d’une agricultrice bongo (S., village de Makoula, préfecture de Koulamoutou) sur la taille des champs à défricher en agriculture itinérante sur brûlis.

Fig. 3 – La conception d’une agricultrice bongo (S., village de Makoula, préfecture de Koulamoutou) sur la taille des champs à défricher en agriculture itinérante sur brûlis.

21Il est vraisemblable que les savoirs écologiques des Bongo sur le fonctionnement de la forêt, ancienne ou secondaire, largement supérieurs à ceux des Nzebi, étant donné leur contact encore très récent et surtout très intime avec la forêt, leur fassent préférer des pratiques plus favorables à une reprise rapide de la dynamique forestière. Cette préoccupation est-elle partagée par une grande partie des Pygmées ? de ce point de vue, il convient de préciser que l’agricultrice bongo en question était chef du quartier bongo Ndoubi, l’un des 6 quartiers de Makoula, que son mari était chef du village bongo Matsouma lorsque la communauté pygmée a quitté la forêt en 1959 lors du regroupement des villages, et qu’elle était également chanteuse traditionnelle. Selon toute vraisemblance, il s’agit d’une femme dont les savoirs sur la nature, la société et la cosmogonie bongo sont approfondis. Sa prise de position n’est peut-être pas parfaitement comprise par toute la communauté bongo, mais doit être certainement connue de tous et au moins partiellement suivie.

Une pratique élaborée de lutte contre les prédateurs de culture

22Une forme particulière de défense vis-à-vis de prédateurs des cultures de manioc, essentiellement les porcs-épics (athérure) et les hérissons (aulacode), a été rencontrée à Iwatsi (axe Koulamoutou – Pana – Grand village ; champ de o.) sous une forme « légère » : une palissade d’écorce de 20 cm de hauteur avait été confectionnée par le mari de l’agricultrice qui avait ménagé une ouverture tous les 4-5 m munie d’un piège à collet métallique. Ce système avait un rendement de 7 à 10 prédateurs par semaine (et parfois une vipère du Gabon !) relevés par l’agricultrice, le piège étant réarmé par le mari (Fig. 4). Cette pratique visant à lutter contre les prédateurs des cultures n’a été rencontrée ailleurs que sous une forme moins élaborée, à Imbong, par des « murs » de végétation herbacée morte repoussée à la périphérie du champ par une agricultrice koya (cf. § ci-dessous). Rappelons que Bahuchet et de Garine (1989) avaient figuré un dispositif de piégeage de type « assommoir » autour de plantations au Gabon.

Fig. 4 – Lutte contre les prédateurs du manioc (porcs -épics et hérissons) : à gauche, la végétation est simplement repoussée vers la périphérie (Imbong, M., agricultrice koya, 2008), à droite une palissade en écorce (Iwatsi, O., agricultrice bongo, 2007). dans les deux cas, des ouvertures ménagées de place en place sont munies de pièges à collet. (Cl. JM. Betsch)

Fig. 4 – Lutte contre les prédateurs du manioc (porcs -épics et hérissons) : à gauche, la végétation est simplement repoussée vers la périphérie (Imbong, M., agricultrice koya, 2008), à droite une palissade en écorce (Iwatsi, O., agricultrice bongo, 2007). dans les deux cas, des ouvertures ménagées de place en place sont munies de pièges à collet. (Cl. JM. Betsch)

Particularités des pratiques agraires des Koya

23Parmi les villages pygmées étudiés au Gabon pour ce qui est des pratiques agricoles et des savoirs qui les fondent, le village d’Imbong (province de l’ogooué Ivindo) est celui où l’investissement de recherche a été le plus étendu, en particulier par la forte proportion des familles interrogées (la grande majorité des familles ont accepté de présenter leurs champs, les jachères plus ou moins anciennes et les méthodes mises en œuvre).

Traitement des rejets de souche

24C’est à Imbong que le schéma de taille des rejets de souche et les raisons écologiques de celle-ci ont été le plus complètement expliqués. À la raison de la compétition entre les rejets et le manioc pour la lumière du soleil, source énergétique indispensable à la photosynthèse et donc à la croissance du manioc, s’est ajoutée la compétition pour l’eau et pour les nutriments nécessaires à cette même croissance.

Particularités des champs des Pygmées

25Un deuxième élément a été particulièrement bien mis en évidence par l’étude de Charlène Caron (master 2 EMTS, 2009) : l’ensemble des caractéristiques liées à la taille des champs en fonction de la taille des familles :

  • la taille des champs est de 1.000 à 2.000 m² par famille koya alors qu’elle est nettement supérieure à 2.000 m² chez les Non-pygmées ;

  • la surface cultivée par individu dans une famille est de 50 à 250 m² pour les Koya, de 250 à plus de 700 m² chez les Non-pygmées ;

  • la durée de la jachère est de 3 à 5 ans chez les Non-pygmées, de 5 à plus de 7 ans chez les Koya (plus quelques rares champs à durée de jachère inférieure à 3 ans). Un Koya du village d’Ibea (à proximité d’Imbong) a résumé sa vision du temps de jachère ainsi : « je ne compte pas, je regarde la forêt » ; ce sont les caractéristiques botaniques et la masse-densité de la forêt secondaire qui a repoussé qui constituent son critère de décision ;

  • une caractéristique a été statistiquement établie : la distance des champs des Koya est supérieure à 1,5 km du village (jusqu’à 2,4 km), mais est comprise entre quelques centaines de mètres à 1,5 km pour les Non-pygmées. Certes, cette donnée n’a pas de signification réelle puisqu’elle reflète simplement l’arrivée récente des Koya (par rapport au temps de résidence des Non-pygmées). Les agricultrices koya aimeraient d’ailleurs bien pouvoir se rapprocher du village (les récoltes sont rapportées au village par portage dans des hottes sur le dos), mais l’appropriation des espaces forestiers par les groupes de filiation installés depuis longtemps y est un obstacle. A priori, si une telle contraction du terroir agricole intervenait, la durabilité de l’agriculture de cette zone intermédiaire en serait touchée : d’une part, l’espace forestier devrait être plus intensément sollicité, d’autre part, pour les Koya le temps et l’énergie investis dans le sarclage des adventices envahissantes en seraient augmentés par rapport aux champs qu’ils cultivent dans la zone la plus éloignée du village (en effet, plus le temps de jachère est long, plus le stock de graines des adventices envahissantes s’épuise).

Agriculture et piégeage

26L’éloignement des champs des Koya par rapport au village est certainement un facteur augmentant les chances de capturer par piégeage du petit gibier, plus abondant dans un système agroforestier plus fourni en forêt secondaire âgée (champ de l’agricultrice koya M. évoqué ci-dessus).

Alternative dans la succession des tâches agricoles

27De nombreux Koya récusent une pratique assez courante des Non-pygmées dans les zones à « canne à gorille » (Aframomum, une Zingibéracée). Ce mode de préparation du champ dénommé « zakaka » est caractérisé par une chronologie particulière des tâches à effectuer : « débrousser » (terme désignant au Gabon l’abattage à la machette des ligneux de petit diamètre), planter les boutures de manioc, laisser pousser un mois pour que les racines soient bien ancrées, abattre les arbres, laisser sécher, brûler (alors que la série habituelle des tâches est : débrousser, abattre les grands arbres, laisser sécher, brûler, planter). Les Koya disent que « le zakaka apporte la mort », mais n’expliquent rien de plus. Il est possible que cela se rapporte au fait que, dans un champ non brûlé après le séchage classique, les maniocs plantés, presque tous des maniocs doux, soient l’objet d’attaques de pathogènes certaines années, mais il n’a pas été possible d’établir une relation significative entre 2009, où les attaques ont été relativement réduites, et l’année 2008 qui avait connu une très forte attaque de pathogènes (un tiers des pieds de manioc). Lorsque la forêt secondaire est fortement dominée par les Aframomum, c’est qu’elle a été très sollicitée, la durée de la jachère a été réduite. Cela arrive lorsque, comme à Imbong, la production agricole est assez fortement tournée vers la vente, et c’est d’autant plus net chez les Non-pygmées que chez les Pygmées. La propension des Non-pygmées à vendre davantage n’est d’ailleurs pas la seule cause de la pratique courante du zakaka chez eux. Les jachères des familles pygmées, qui sont situées à la périphérie du terroir agricole, n’ont pas encore été autant sollicitées et sont donc nettement moins envahies par Aframomum.

Particularités culturales relevées chez des Baka

28D’après les divers entretiens menés par Mbot (Le Bomin et Mbot, ce volume), il semblerait que les Baka venus du Cameroun pratiquaient déjà l’agriculture, alors que ceux venus du Congo vivaient de la collecte et de la chasse. Les produits cultivés sont l’arachide, le manioc, le maïs, la banane, etc. Les Baka ont été associés aux cultures de rente du cacao et du café.

29Les surfaces mises en culture sont réduites par rapport aux champs des Bongo ou des Koya. Peut-être est-ce en rapport avec l’arrivée récente des Baka dans la région de Minvoul, mais aussi avec une faible implication des Baka dans la commercialisation des produits de leur plantation. À plusieurs reprises il nous a été précisé que seuls les produits de la chasse sont vendus.

30Les entretiens sur les migrations depuis le sud du Cameroun ont particulièrement fait ressortir, d’une part, les pratiques classiques analysées dans les autres sites concernant le schéma de taille des rejets de souche et les raisons écologiques de cette taille (compétition entre les rejets et le manioc pour la lumière du soleil, pour l’eau et pour les nutriments nécessaires à cette même croissance), et d’autre part, l’évolution des conditions de vie et de pratique de l’agriculture au cours de ces migrativons progressives vers la région de Minvoul. Sur les pratiques agricoles actuelles, deux points intéressants ont émergé :

Le recours – ou non – au feu

31Une pratique très rare a éveillé notre intérêt : un champ d’une agricultrice baka (o., village de Zangaville) comportait moins d’une dizaine de zones brûlées bien délimitées, ne représentant pas plus de 10 % de la surface totale, où n’étaient plantés que du maïs et du tabac, alors que les boutures de manioc étaient insérées dans du sol non brûlé (Fig. 5). Selon cette agricultrice, « il n’y a pas besoin de feu pour le manioc, la patate douce et le taro », ce qui est à l’encontre de la plupart des pratiques des agricultrices/teurs traditionnels rencontrés au Gabon. Il s’agit là d’une pratique qui incite à une recherche urgente sur les réels besoins des plantes cultivées en forêt tropicale. On notera que sur le Plateau Batéké, où la forêt est une ressource rare, le sol d’une plantation en forêt n’est pas non plus brûlé partout, mais spécialement là où seront plantés le maïs et le tabac.

Fig. 5 – Gabon nord ; préfecture de Minvoul, Zangaville, avril 2010. Champ de F.o., agricultrice baka, brûlé seulement par places. (Cl. S. Le Bomin)

Fig. 5 – Gabon nord ; préfecture de Minvoul, Zangaville, avril 2010. Champ de F.o., agricultrice baka, brûlé seulement par places. (Cl. S. Le Bomin)

Fertilisation par des déjections animales

32L’éléphant a une place essentielle dans l’accueil d’un groupe baka dans une nouvelle exploitation agricole de rente : les rapports entre le propriétaire de l’exploitation (mveng en général, pour la région de Minvoul) et le chasseur baka font penser qu’un bon chasseur était sans doute recherché, en plus de la force de travail de son groupe familial. À une question posée à Nkokh-Akom sur une utilisation éventuelle des déjections d’éléphant dans les champs, la réponse a été totalement éludée dans un premier temps ; puis, la même question ayant été reposée par Mbot (après une longue justification de la diffusion du vécu des anciens de cette communauté vis-à-vis des plus jeunes), un Baka a répondu que ces déjections sont utilisées dans les champs comme amendement. Les aspects pratiques de l’amendement par ces déjections n’ont pas pu être abordés (le transport des déjections ? Il est vraisemblable que seules les déjections d’éléphant dans le voisinage d’un champ peuvent être utilisées) ; le fait qu’une telle réponse ait été donnée était déjà très important en soi. Il est à noter également que le récit de vie de Soua, habitant à Nkokh-Akom, mentionne que la peau ou/et les déjections d’éléphant protègent la plantation contre les aulacodes (hérissons), point qui n’a évidemment pas pu être testé.

Conclusion

33Les pratiques agricoles relèvent également, au moins en partie, des pratiques culturelles en ce sens que leur adéquation à l’environnement local s’est mise en place pas à pas en fonction soit des connaissances acquises de plus ou moins longue date, auprès de communautés humaines voisines, soit de caractéristiques de la nature qui les entoure.

34Les Non-pygmées sont devenus agriculteurs il y a fort longtemps et ont intégré des apports de plantes cultivées (le manioc par exemple) et tout ou partie des connaissances liées à la culture de ces plantes. En revanche, les connaissances les plus fines, comme l’utilisation de la multiplication du manioc par voie sexuée, donc par des graines, que les Amérindiens ont mises au point et utilisent encore avec succès, ne sont pas parvenues en Afrique (McKey et al. 2012). Les Non-pygmées se sont aussi localement adaptés à des conditions particulières de sol, comme sur le Plateau Batéké, où les femmes ont élaboré un système cultural tout à fait original en savane.

35Les Pygmées, après avoir intégré les pratiques culturales et les connaissances des Non-pygmées, semblent avoir mobilisé à la fois des savoirs concernant le sol (cf. l’agricultrice baka pour qui le feu n’était pas nécessaire à la culture du manioc ou du taro) et des savoirs sur le fonctionnement de la forêt dont ils connaissent bien les processus capables de favoriser la croissance. Ainsi, un principe comme la limitation de taille des champs est statistiquement vérifié chez les Koya d’Imbong, mais la raison de cette pratique, que je considère comme écologiquement très valable, est également explicitée par une agricultrice bongo. La pratique relativement récente de l’agriculture par les Pygmées semble ne pas avoir effacé chez eux la somme des connaissances sur la forêt qu’ils intègrent spontanément dans la gestion du cycle agricultural. Mais on peut aussi avancer qu’ils montrent par là une forme de résistance devant l’obligation qui leur a été faite de sortir du milieu forestier et des modes de vie qu’ils y trouvaient ; ceci a induit une certaine résilience du système agroforestier, dont l’intérêt est évident sur le plan écologique et qui correspond mieux à leur propre représentation de ce qu’est une forêt et du mode de vie qu’ils veulent y mener.

36Pour les Pygmées, dont la production agricole a débuté en général avant que les pistes ou les routes n’aient été construites, ces pistes et routes paraissent les avoir fortement poussés à se sédentariser et à se concentrer en villages totalement ou partiellement pygmées. Elles leur ont permis de se lancer, eux aussi, mais avec plus de retenue que les agriculteurs non-pygmées, dans la vente de fruits et de produits de l’agriculture. Pourtant, dans leur grande majorité, ils n’ont pas encore suivi – ou bien très peu – les Non-pygmées dans la course à la production agricole sur des champs de taille plus grande, dont la récolte est pour une bonne part commercialisée.

Haut de page

Bibliographie

Bahuchet Serge, Betsch Jean-Marie, 2012, L'agriculture itinérante sur brûlis, une menace sur la forêt tropicale humide ? Savoirs et savoir-faire des Amérindiens en Guyane française, Revue d'ethnoécologie 1 : 120-146.

Bahuchet Serge, Garine Igor de, 1989, L'art du piégeage en forêt, in Hladik Claude Marcel, Bahuchet Serge, Garine Igor de (coord.), Se nourrir en forêt équatoriale, Paris, UNESCO/ MAB.

Caron Charlène, 2009, La pratique de l'agriculture sur brûlis par les habitants du village d'Imbong au Gabon. Des savoirs et des savoir-faire différentiels entre Pygmées et non-Pygmées ? Approche de la durabilité du système par l'analyse de la mésofaune, Mémoire de master 2 EMTS, Paris.

Caron Charlène, Betsch Jean-Marie, [sous presse], do Pygmies and Non-Pygmies in Gabon differ in their Knowledge and Practices in Shifting Cultivation? Before Farming.

Conklin Harold C., 1957, Hanunóo Agriculture. A report on an Integral System of Shifting Cultivation in the Philippines, Rome, UN/FAO Forestry development, Paper N° 12.

— 1961, The study of shifting cultivation, Current Anthropology 2 (1): 95-117.

Diamond Jared M., 1975, The island dilemma: lessons of modern biogeographic studies for the design of natural reserves, Biological Conservation 7: 129-146.

Grenand Françoise, 1996, L'abattis contre l'essart, again, JATBA, Revue d'Ethnobiologie 38 (1) : 19-53.

Kleinman Peter J.A., Bryant R.B., Pimentel David, 1996, Assessing Ecological Sustainability of Slash-and-Burn Agriculture through Soil Fertility Indicators, Agronomic Journal 88: 122-127.

Mckey Doyle, Elias Marianne, Pujol Benoît, Duputie Anne, Deletre Marc, Renard Delphine, 2012, Maintien du potentiel adaptatif chez les plantes domestiquées à propagation clonale. Leçons de gestion par les cultivateurs de manioc amérindiens, Revue d'ethnoécologie 1 : 99-119.

Palm Cheryl A., Vosti Stephen A., Sanchez Pedro A., Ericksen Polly J., 2005, Slash-and-burn, The search for alternatives, Columbia University Press.

Soengas Beatriz, 2010, La subsistance des Pygmées Bakoya à l'épreuve de l'agriculture : dynamique des savoirs ethnobotaniques et des pratiques, Thèse de doctorat MNHN, Paris.

Haut de page

Notes

1 Le soutien financier des missions de Betsch et de Caron a été assuré par le programme ANR-05-BLAN-0400-001 « La mobilité ancestrale face à la percée des routes forestières en Afrique centrale : le cas des chasseurs-cueilleurs pygmées », dir. Pr. Serge Bahuchet, 2005-2009.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Les secteurs pygmées (cartouches particuliers) étudiés au Gabon, sur le fond de carte du pays (cf. Introduction).
Crédits Sources : carte générale et cartouches de Koulamoutou et de Minvoul (Le Bomin & Mbot, ce volume) ; cartouche de Mékambo. (d’après Soengas & Théry 2008)
URL http://africanistes.revues.org/docannexe/image/4352/img-1.png
Fichier image/png, 145k
Titre Fig. 2 – La taille des rejets d’une souche à 3 mois pour qu’ils ne soient pas un compétiteur du manioc pour la lumière du soleil.
URL http://africanistes.revues.org/docannexe/image/4352/img-2.png
Fichier image/png, 188k
Titre Fig. 3 – La conception d’une agricultrice bongo (S., village de Makoula, préfecture de Koulamoutou) sur la taille des champs à défricher en agriculture itinérante sur brûlis.
URL http://africanistes.revues.org/docannexe/image/4352/img-3.png
Fichier image/png, 19k
Titre Fig. 4 – Lutte contre les prédateurs du manioc (porcs -épics et hérissons) : à gauche, la végétation est simplement repoussée vers la périphérie (Imbong, M., agricultrice koya, 2008), à droite une palissade en écorce (Iwatsi, O., agricultrice bongo, 2007). dans les deux cas, des ouvertures ménagées de place en place sont munies de pièges à collet. (Cl. JM. Betsch)
URL http://africanistes.revues.org/docannexe/image/4352/img-4.png
Fichier image/png, 201k
URL http://africanistes.revues.org/docannexe/image/4352/img-5.png
Fichier image/png, 200k
Titre Fig. 5 – Gabon nord ; préfecture de Minvoul, Zangaville, avril 2010. Champ de F.o., agricultrice baka, brûlé seulement par places. (Cl. S. Le Bomin)
URL http://africanistes.revues.org/docannexe/image/4352/img-6.png
Fichier image/png, 143k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Marie Betsch, « L’agriculture itinérante sur brûlis : quelques pratiques particulières des Pygmées du Gabon et les raisons qu’ils en donnent », Journal des africanistes, 82-1/2 | 2012, 193-205.

Référence électronique

Jean-Marie Betsch, « L’agriculture itinérante sur brûlis : quelques pratiques particulières des Pygmées du Gabon et les raisons qu’ils en donnent », Journal des africanistes [En ligne], 82-1/2 | 2012, mis en ligne le 19 mai 2016, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/4352

Haut de page

Auteur

Jean-Marie Betsch

Muséum national d'Histoire naturelle, départements Hommes-Natures-Sociétés et Écologie, et Gestion de la Biodiversité, UMR CNRS 7206

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org