Navigation – Plan du site

Des Pygmées cultivateurs, les Bakoya : changements techniques et sociaux dans la forêt gabonaise

Beatriz Soengas
p. 167-192

Résumés

À l’origine chasseurs-cueilleurs semi-nomades, les Pygmées Bakoya du Gabon vivent aujourd’hui dans des villages en bordure de route où ils cohabitent avec des groupes ethniques non-pygmées (Mwesa, Mahongwe, Kota, Kwele et Bongom). Ce groupe pygmée, sédentaire depuis relativement longtemps, pratique une agriculture sur brûlis comparable à celle des agriculteurs non-pygmées auprès desquels ils ont appris à cultiver. L’agriculture occupe aujourd’hui une place importante dans le système de production koya mais également dans leur système de valeurs. Mon propos sera ici de faire part des changements que la pratique de l’agriculture a induit chez les Pygmées Bakoya dans ces domaines en me basant sur mes travaux de terrain menés entre 2006 et 2008 dans les villages gabonais d’Imbong et d’Ekata.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Notamment : Bahuchet 1991, 1992, 1993, 1996 ; Bahuchet & Philippart de Foy 1991 ; Bailey & Aunger 1 (...)

1Le terme « Pygmée » englobe une diversité de groupes qui, bien qu’ayant une origine commune (Verdu 2009 et ce volume ; Verdu et al. 2009) et des caractéristiques semblables, n’en sont pas moins différents. Comme le montrent de nombreuses études1, ce terme regroupe artificiellement des ethnies exploitant des milieux divers, utilisant des techniques distinctes, parlant des langues différentes et entretenant avec les ethnies voisines des relations propres.

  • 2 Elle consiste en des notes ethnographiques dans des travaux en linguistique (Mayer 1987 ; Medjo Mve (...)
  • 3 Terme générique sous lequel j’ai regroupé les habitants des ethnies avec qui les Bakoya cohabitent (...)

2Contrairement à d’autres groupes bien documentés tels que les Aka de Centrafrique ou les Baka du Cameroun, la littérature concernant les Pygmées Bakoya du Gabon est peu abondante et éparse2. Peu connus, ils ne correspondent pas à l’image classique que l’on a des Pygmées, celle de chasseurs-cueilleurs semi-nomades vivant en petits groupes en forêt. Sédentarisés le long de la route depuis environ soixante-dix ans, ils pratiquent une agriculture comparable à celle de leurs voisins non-pygmées3 avec qui ils cohabitent dans le même espace villageois. La disposition spatiale et la composition ethnique des villages telles que nous les connaissons aujourd’hui sont la résultante de deux événements : dans un premier temps, l’établissement des populations non-pygmées et bakoya en bordure des pistes commerciales ouvertes par les colons à l’époque de l’Afrique Équatoriale Française (AÉF) et, dans un deuxième temps, la politique de regroupement des villages initiée par le député gabonais Jean-Hilaire Aubame en 1947 qui eut pour résultante une totale intégration spatiale des Bakoya dans des villages mixtes (Soengas 2010 : 52).

À des degrés divers, les Bakoya présentent selon les villages où ils habitent des différences socio-économiques notables, notamment en ce qui concerne leurs activités de subsistance et les relations qu’ils entretiennent avec leurs voisins non-pygmées. C’est le cas dans les deux villages où l’étude de terrain s’est déroulée, Imbong et Ekata, qui sont localisés dans la Province de l’Ogooué-Ivindo au nord-est du Gabon où la grande majorité des Bakoya vivent le long de deux axes routiers (cf. carte). Imbong est situé à 7 km de Mékambo (chef-lieu du département de la Zadié) dans le canton Djoua, le long de l’axe routier qui rejoint le village de Mazingo au bord de la Djoua, cours d’eau matérialisant à ce niveau la frontière avec le Congo. Dans ce village, les Bakoya cohabitent avec les Mwesa, les Bakota, les Bakwele et des Bongom. Ekata, situé à 69 km de Mékambo dans le canton Loué, est le dernier village gabonais avant le Congo, c’est aussi le poste-frontière. Ici les Bakoya cohabitent avec les Bongom et les Mahongwe. Dans ces deux villages les Bakoya sont majoritaires en nombre d’habitants : 62 % à Ekata et 63 % à Imbong (Soengas 2010 : 51). Tous les habitants parlent français à différents niveaux, mais communiquent le plus souvent entre eux dans leur propre langue, voire celle de leurs interlocuteurs. Les Mwesa, les Bakota, les Bakwele, les Bongom et les Mahongwe parlent des langues bantoues appartenant à deux groupes distincts : tous les groupes appartiennent au groupe linguistique Kele B20, sauf les Bakwele, du groupe A85b. Les Bakoya parlent le koya, un dialecte du ngom, B22b, langue des Bongom. Tel qu’il est parlé à Imbong et Ekata, le koya présente des petites différences phonétiques qui n’empêchent pas la compréhension.

Carte 1 – Répartition des villages le long de l’axe routier Mékambo‑Mazingo et Mékambo‑Ekata.

Carte 1 – Répartition des villages le long de l’axe routier Mékambo‑Mazingo et Mékambo‑Ekata.

(Source : B. Soengas et Sylvain Théry, 2008)

3La comparaison intra -et inter -villageoise des modes de subsistance et des relations qu’entretiennent les habitants de ces deux villages a mis en lumière des situations contrastées qui montrent, parmi les Bakoya et leurs voisins non-pygmées, l’importance de la pratique de l’agriculture tant d’un point de vue économique, que social et identitaire. Ce sont les changements dans ces différents registres que je vais décrire dans les pages suivantes. Je commencerai par un point sur l’adoption de l’agriculture, activité de subsistance que les Bakoya ont fait leur, puis je détaillerai les changements qui ont eu lieu au niveau des pratiques, des relations entre Bakoya et Non-pygmées et des perceptions que chaque groupe a de soi et de l’autre.

L’adoption de l’agriculture

  • 4 Le terme « Grands Noirs » utilisé par Bahuchet correspond ici au vocable « Non-pygmées ».

4Contrairement à toute une littérature romancée concernant leur mode de vie, il n’y a pas aujourd’hui de groupes pygmées vivant indépendamment de l’agriculture et se consacrant uniquement à la chasse et à la cueillette (Bahuchet & Guillaume 1979, Bahuchet ce volume ; Robillard & Bahuchet ce volume), ce qui a d’ailleurs entraîné des débats passionnés dans la communauté des anthropologues (Bailey et al. 1989). L’agriculture se pratique à différentes échelles, depuis le jardin d’appoint jusqu’aux vastes plantations qui autorisent la commercialisation d’un excédent de production (Bahuchet 1991). On ne sait pas clairement par quelles voies les Pygmées ont adopté l’agriculture et pourquoi. Les interprétations diffèrent selon les auteurs et leur angle d’approche. Certaines analyses mettent en avant les relations qu’entretiennent les Pygmées avec les populations d’agriculteurs. Dans son article synthétique sur les changements intervenus dans divers groupes pygmées (Aka, Baka, Twa et Mbuti), Bahuchet (1991) décrit que, dans le cadre des relations réciproques qu’entretenaient les Grands Noirs4 (villageois non-pygmées) et ces derniers, les hommes pygmées participaient saisonnièrement au défrichage des nouveaux champs (abattage) des Grands Noirs et leurs femmes aidaient les femmes non-pygmées pour les tâches de récolte ou de transport. Puis à l’époque coloniale, l’administration tenta de sédentariser les Pygmées et de les amener à l’agriculture. Ils devinrent ensuite de la main-d’œuvre dans les plantations de leurs voisins :

Ce fut aussi à partir du moment où les villageois durent cultiver les plantes de rente (café, cacao, palmier à huile notamment) – ce qui entra en compétition avec l’agriculture vivrière –, que ceux-ci utilisèrent leurs clients pygmées comme main-d’œuvre […], soit dans les champs soit dans les plantations (d’agriculture de rente).
(Bahuchet 1991 : 15)

5Selon Kitanishi (2003), la période coloniale et l’introduction de l’agriculture de rente sont les facteurs explicatifs qui incitèrent les Baka à cultiver leurs propres champs, ces événements ayant rendu difficile l’obtention de produits vivriers auprès des agriculteurs non-pygmées. Plus classiquement, d’autres auteurs interprètent l’adoption de l’agriculture comme étant la résultante d’un processus évolutif (Demesse 1978 ; Biffot 1964) en lien avec les relations entretenues avec les populations non-pygmées, comme le résume bien cette citation de Demesse :

  • 5 Babinga est le nom exogène des Aka de la République Centrafricaine et du Nord-Congo.

Le premier stade est celui où le ‘propriétaire’ noir d’une parcelle concède parfois sur son champ un lopin aux Babinga5 qui dépendent de lui, et ces derniers ont alors le loisir de le cultiver à leur guise ; ensuite quelques individus isolés commencent à défricher soit aux environs immédiats de leur campement, soit dans la forêt voisine, des petites surfaces où, indépendamment des Noirs, ils établissent leurs propres plantations ; enfin leur exemple est suivi et peu à peu, tous les Babinga du campement les imitent et établissent pour leur propre compte des plantations qui, avec le temps, finissent par être suffisamment importantes pour suffire à leurs besoins.
(Demesse 1980 : 160-161)

6L’adoption de l’agriculture par les Pygmées est souvent expliquée en corrélation avec les processus de sédentarisation, ou du moins avec la réduction de la mobilité. Ainsi Althabe affirme que la pratique de l’agriculture a amené les Baka du Cameroun à se « fixer » (Althabe 1965), Loung arrive à la même conclusion pour les Bagyeli (1959). Idée contestée par Leclerc selon qui l’adoption de l’agriculture serait soit concomitante, soit postérieure aux regroupements des Baka en bordure de route (Leclerc 2001). Par ailleurs, comme le soulignent Joiris et Bahuchet (1993), la sédentarisation n’implique pas forcément l’adoption de l’agriculture comme principale activité de subsistance :

On observe un peu partout une tendance à la fixation de l’habitat pendant une période longue de l’année (souvent la moitié), dans des villages installés à proximité des routes. Cette sédentarisation saisonnière, si l’on peut dire, ne s’accompagne pas nécessairement d’une adoption de l’agriculture comme activité de subsistance principale. Au contraire, l’attrait pour les activités forestières (chasse et collecte) reste le principal facteur de mobilité, et l’agriculture reste une activité de complément.
(Joiris & Bahuchet 1993 : 427 cité dans Biesbrouck 1999 : 190)

L’engagement agricole des Bakoya

7Il est difficile de dater précisément quand les Bakoya du Gabon ont commencé à cultiver et selon quelles modalités. D’un côté, les Bakoya relatent qu’ils plantaient déjà pendant la période coloniale, voire, ce que rapportent des Bakoya du canton Djoua, avant l’arrivée du Lieutenant Thomas dans la région en 1933, administrateur à qui l’histoire locale attribue la sédentarisation des Bakoya dans des villages en bordure de route. Selon leurs explications, ils apprirent à cultiver auprès des ethnies non-pygmées associées (selon les villages, Bongom, Bakota, Mwesa) en travaillant dans les champs de ces derniers qui leur fournissaient les boutures de manioc et des rejets de bananiers. Ils plantaient également dans leurs campements en forêt. Ensuite ils ont fait leurs propres plantations à côté de celles appartenant aux agriculteurs non-pygmées. D’un autre côté, la tradition orale des Non-pygmées relate que les Bakoya ont commencé à planter quand une femme ngom surprit un homme koya en train de voler des boutures de manioc dans son champ. Elle alla prévenir son mari et ils prirent cet homme pour le ramener au village et lui montrer comment planter le manioc. C’est ainsi qu’ils donnèrent les premières boutures et des rejets de bananiers aux Bakoya. À travers ce récit les Non-pygmées véhiculent l’idée qu’ils ont montré aux Bakoya comment cultiver pour, selon leurs termes, les faire évoluer et éviter les vols dans leurs plantations. Tilquin décrit des faits similaires chez les Bakola du Congo :

Le but visé par les Mongom en attribuant de petites parcelles à cultiver aux Bakola était de tenter de responsabiliser leurs Pygmées à la pratique de l’agriculture et, ce faisant, de diminuer, soit le vol dans les champs mongom, soit une demande en produits cultivés à laquelle il n’est pas certain que les Mongom pouvaient toujours répondre.
(Tilquin 1997 : 14)

8Cela minimise la contribution des Bakoya comme force de travail dans la mise en œuvre et l’entretien des plantations bongom, ce qui en principe les autorise à prélever des tubercules dans les champs. Par ailleurs, certains Non-pygmées attribuent aux colons français le fait d’avoir obligé les Bakoya à planter. Les documents à disposition sur le sujet attestent que dans le canton Djoua les Bakoya « ont commencé en 1953 à créer des plantations très restreintes » alors qu’à Ekata (canton Loué) ils « commencent à cultiver le manioc et le café » (Cabrol 1960) ; et qu’en 1963 « ils avaient tous des plantations comparables aux plantations des agriculteurs bongom, bakota, etc. » (Biffot 1964).

9Parler d’adoption de l’agriculture suppose que les Bakoya aient choisi de faire leur cette activité. Il y a eu passage du « faire pour les autres » en tant que prestation de main-d’œuvre ou de service à « pratiquer pour soi ». Dans le système de production koya qui comprend les activités de chasse, de pêche et de collecte mais aussi pour certains d’entre eux des petits travaux rémunérés (Soengas 2010 : 169), l’agriculture est aujourd’hui l’activité de subsistance prédominante. Après cinquante ans de pratique, voire plus selon les discours, les Bakoya cultivent à différents degrés, pour eux-mêmes ou pour le compte de leurs partenaires non-pygmées.

L’agriculture koya aujourd’hui

  • 6 Les mots en italique sont en français local ou en koya (transcription établie par l’auteur). Les mo (...)
  • 7 Les jours ne sont pas comptabilisés. Le brûlage aura lieu une fois que le feuillage aura jauni et s (...)

10L’agriculture pratiquée à Imbong et à Ekata par les Non-pygmées et les Bakoya est similaire du point de vue des pratiques, des cultures et de la transformation des produits. La pratique générale est la culture itinérante sur brûlis réalisée selon la séquence suivante : débrousser6 (dilia ; le débroussage consiste à défricher le sous-bois) ; abattre les arbres sans dessoucher (dikwele) ; laisser sécher (environ trois semaines7) ; brûler (udise) ; planter (dibe / ubeke) ; récolter ; laisser en jachère. Quelques arbres sont laissés sur pied : soit ils sont trop gros et demanderaient trop d’effort pour être abattus, soit on estime que leur feuillage est propice à fournir de l’ombrage et à condenser la vapeur d’eau de l’air au cours des heures fraîches de la nuit, ce qui fournit une fine pluie sur la plantation (a.kan), à l’aplomb de l’arbre. Par ailleurs, sont également gardés sur pied les arbres pouvant être utiles ultérieurement pour la construction des maisons (poteaux de soutènement), mais aussi à des fins alimentaires ou médicinales. Chaque couple ou chaque personne seule, aidée des membres de sa famille (enfants, belle-fille, etc.) ou de personnes qu’elle rémunère, défriche deux parcelles par an, chacune correspondant à l’une des deux saisons sèches (de décembre à mi-mars et de mi-juin à août).

11Dans ces plantations sont produites les différentes cultures vivrières (tableau ci-dessous) dont le manioc, qui est l’aliment de base des Bakoya et des Non-pygmées. Ils se procurent les semences, boutures et rejets de ces différentes cultures dans leurs plantations, grâce à des dons, ou bien encore en les achetant.

Tableau 1 – Cultures vivrières.

Nom scientifi

Famille

Nom français ou
en français local

Nom koya

Amaranthus gracilis

Amaranthaceae

Amarante

Ndunde

Ananas comosus

Bromeliaceae

Ananas

Zanan

Arachis hypogea

Fabaceae

Arachide

Nzol

Solanum sp.

Solanaceae

Aubergine

Zongo

Musa sp.

Musaceae

Banane douce

Di.toto

Musa sp.

Musaceae

Banane plantain

A.kondo

Saccharum officinarum

Poaceae

Canne à sucre

Kokwe

Cucurbita sp.

Cucurbitaceae

Concombre

Ngondo

Dioscorea spp. 

Dioscoreaceae

Igname

Asanu

Zea mays

Poaceae

Maïs

Pote

Manihot esculenta Crantz.

Euphorbiaceae

Manioc

Oonto

Rumex abyssinicus Jacq.

Polygonaceae

Oseille

Mukolo

Solanum sp.

Solanaceae

 

Paba

Ipomoea batatas

Convolvulaceae

Patate douce

-

Capsicum sp.

Solanaceae

Piment

Mitangadie

Colocasia esculenta

Araceae

Taro

Di.hika

  • 8 À ce sujet, une thèse sur la diversité du manioc a été menée par Marc Delêtre (2009).

Deux, trois jours après le brûlis, maïs et concombres (courges) sont semés ; une semaine plus tard les boutures de manioc sont mises en terre. Celles-ci (approximativement 50 cm de longueur) sont plantées, une à une, dans un trou formé à l’aide d’une machette, d’une houe ou de l’a.wantika (cf. photo page suivante), bâton à fouir, dont la pointe est taillée et avec lequel on pique et on retourne la terre. Une fois les tubercules récoltés, des boutures sont à nouveau plantées. Elles donneront naissance à de nouveaux tubercules qui seront récoltés lorsque la plantation sera devenue une jachère (di.butu). Il existe de nombreuses variétés de manioc doux (leï leï) et amer (aodi / alodi) qui se retrouvent mélangées au sein de la même plantation8. Les autres plantes (piment, banane, etc.) sont semées ou plantées de façon différée. Bakoya et Non-pygmées cultivent les mêmes plantes à quelques différences près. Ainsi, l’arachide et le concombre ne sont pas du tout plantés à Ekata alors qu’à Imbong, ils ne sont pas plantés par tous les Bakoya ni par tous les Non-pygmées. La raison invoquée est le vol répété dans les plantations et également pour l’arachide, le coût élevé des semences. Le chanvre est planté par une minorité, en général par les consommateurs, mais aussi par des personnes qui en font le commerce ou s’en servent comme moyen de paiement.

Fig. 2 – Virginie creuse un trou à l’aide de l’a.wantika, Imbong. (B.Soengas, 2007)

Fig. 2 – Virginie creuse un trou à l’aide de l’a.wantika, Imbong. (B.Soengas, 2007)

12Les dimensions des plantations bakoya et non-pygmées dans les deux villages sont en moyenne de 0,3 ha, rarement plus. Quand elles sont plus grandes, elles appartiennent à des Non-pygmées qui ont la possibilité d’embaucher des journaliers ou qui ont plusieurs épouses (un homme polygame défrichera une surface suffisante pour que chaque épouse cultive une plantation). Les plantations d’arachides bakoya n’excèdent pas 10 ares, alors que certaines plantations appartenant aux Bakota sont plus grandes (les femmes de cette ethnie sont reconnues comme étant de grandes cultivatrices d’arachide).

13Le temps de jachère est variable, il n’y a pas de règle commune. La plupart des personnes disent attendre 10 à 15 ans mais d’autres beaucoup moins, de 2 à 5 ans. Ce n’est pas tant le nombre d’années qui importe que la taille des arbres ayant repoussé. Si l’agriculteur ou l’agricultrice juge que ceux-ci sont suffisamment gros, il ou elle défrichera à nouveau à cet endroit. La grosseur des arbres, mais aussi la disparition des herbacées, les Aframomum sp. et des tiges de manioc dans la jachère sont les signes énoncés comme signifiant que le site est à nouveau apte à être défriché.

14La forêt, lieu de vie, de résidence et support des activités est un espace commun que les Bakoya et les Non-pygmées partagent et exploitent, où tout le monde est libre de circuler. On observe toutefois certaines formes d’appropriation. Les espaces qui sont ou furent cultivés (plantations, jachères) sont considérés comme appartenant au premier qui a défriché le lieu. Ce droit d’usage s’hérite, un enfant héritant la portion d’espace travaillée par son père et sa mère. La personne souhaitant planter à cet endroit doit demander la permission aux ayants droit, même s’il s’agit d’une ancienne jachère redevenue forêt. La plupart du temps, la parcelle nouvellement défrichée sera à côté de celle qui a été travaillée lors de la saison sèche précédente, et ainsi de suite. Le plus souvent, les membres d’une même famille établissent leurs plantations côte à côte, mais ce n’est pas systématique. Lorsque c’est le cas, des piquets délimitent les parcelles. L’ensemble constitue une mosaïque de parcelles quasiment jointives d’âges différents, parfois juxtaposées à des jachères plus ou moins longues, près de forêts secondaires, qui furent également en leur temps des plantations. Généralement, les sites de plantations, c’est-à-dire l’endroit où sont regroupées un certain nombre de plantations, sont localisés là où se trouvaient les anciens campements ou villages (a.bo), là où vivaient les aïeux. Ils correspondent, pour la plupart, à une ethnie en particulier. Bien que les sites soient dits appartenir à l’un ou l’autre groupe ethnique, cela n’empêche pas que des membres d’un autre groupe puissent y planter. Dans les sites tels que Gadipana ou Kokomakuka à Imbong, les Bakoya qui plantent auprès de Mwesa et de Bakota respectivement, n’appartiennent pas au même clan, mais entretiennent depuis des générations avec ces familles non-pygmées des relations particulières d’échange et d’entraide. Les femmes bakoya mariées à des hommes non-pygmées planteront généralement dans le site correspondant au groupe ethnique de leur époux.

Carte 2 – Sites et plantations à Imbong.

Carte 2 – Sites et plantations à Imbong.

(Source : points GPS pris en 2006, 2007 et 2008 par B.Soengas)

15Lorsque les travaux à mener sont importants, notamment pendant les périodes de sarclage ou lorsqu’il faut planter le manioc, nombreux sont ceux, Bakoya comme Non-pygmées, qui partent au campement (sanga/ mipindi) de plantation pour éviter les allers-retours au village. Le couple, accompagné de ses enfants en bas âge ou même des plus grands s’ils ne sont pas gardés au village par d’autres membres de la famille, s’y installent pour quelques jours, voire plusieurs semaines. Ces campements peuvent parfois regrouper plusieurs foyers apparentés. Les enfants allant à l’école peuvent y vivre également si la distance qui les sépare du village n’est pas trop longue. Lorsque les parents pensent y rester longtemps, ils y emmènent parfois leurs poules (kuba) pour éviter les vols au village ; ils se rendent à ce dernier s’ils ont besoin d’acheter quelque chose dans les boutiques (sel, allumettes par exemple).

  • 9 Terme employé localement.

16Le défrichage et l’abattage sont des travaux d’hommes, bien que certaines femmes puissent également les faire si elles n’ont pas d’hommes dans la famille pour les aider, ou pas les moyens d’embaucher quelqu’un. Sarcler, planter et semer sont des actions réalisées tant par les hommes que par les femmes. Les enfants, garçons et filles, aident leurs parents dès leur plus jeune âge. Les différents travaux agricoles sont parfois menés en groupe, en association9, ou prennent la forme de travail salarié. L’association est une forme d’organisation du travail originale et particulière à Imbong. Elle regroupe des Bakoya et des Non-pygmées (mariés à des femmes bakoya) pour mener conjointement les travaux dans les plantations de chaque membre ce qui permet d’alléger le travail de chacun. À Ekata, ce système n’existe pas, mais quelques individus essayent d’initier l’idée. Les femmes travaillent ensemble dans la phase de la mise en culture et du sarclage, les hommes dans les travaux de débroussage et d’abattage.

17Des changements concernant les rôles des hommes et des femmes dans la pratique agricole se sont opérés. Mettre à rouir et laver le manioc étaient, selon la tradition, des pratiques exclusivement féminines. Un interdit datant des anciens promettait la mort ou au moins une vie raccourcie aux hommes qui accompliraient ces tâches. Cependant, aujourd’hui de nombreux hommes le font mais dans des conditions bien précises : quand la femme est dans l’incapacité de le faire elle-même et qu’il n’y a pas une autre femme ou une fille disponible pour le faire à sa place. Les hommes déclarant laver et mettre à rouir le manioc, ou même le piler, mettent toujours en avant le fait qu’aujourd’hui « il faut aider la femme ». Mais, pour quelle raison l’aider aujourd’hui ? Diverses explications peuvent être données. D’une part, les hommes étant moins impliqués dans les activités cynégétiques (abandon des chasses collectives, manque de moyens pour acheter des cartouches, dépendance vis-à-vis du propriétaire du fusil induisant le partage du produit de la chasse), ils consacrent désormais plus de temps aux activités agricoles ou aux travaux salariés. Il est possible que l’apport d’argent que suscite la vente de manioc nécessite un surcroît de travail dont la femme ne peut supporter la charge seule. D’autre part si nous prenons l’exemple de la vente de manioc roui (sakapea), l’élaboration des sacs demande une main d’œuvre importante. Les femmes s’occupant des champs familiaux ne peuvent pas y consacrer du temps. Les hommes dès lors s’y attèlent. Un exemple l’illustre : l’initiative prise en 2007 par un groupe d’hommes bakoya et non-pygmées d’Imbong, travaillant en association. Ils ont décidé de défricher une plantation pour n’y planter que du manioc afin d’en consacrer la production au commerce de sacs de tubercules rouis. Ainsi n’étaient concernés par ce projet que les hommes, se justifiant eux-mêmes de ne pas y inclure les femmes car « elles ont déjà leurs propres travaux », ces dernières étant d’ailleurs d’accord avec leurs maris. Ainsi, tout le processus (débroussage de la plantation, abattage, brûlis, qui sont des tâches masculines, mais aussi récolte, rouissage et lavage des tubercules, tâches féminines) fut réalisé par les hommes.

  • 10 1.000 FCFA = 1,52 € ; 1.500 FCFA = 2,29 € environ.

18De nombreux Non-pygmées, à Imbong et à Ekata, ont recours à de la main-d’oeuvre koya. Bien qu’auparavant Bakoya et Non-pygmées travaillaient ensemble en se rendant service mutuellement (travail contre échange de tubercules de manioc, par exemple) et que cela demeure dans certains cas (selon les relations qu’entretiennent des Bakoya et des Non-pygmées), aujourd’hui le travail est rémunéré 1.000 à 1.500 francs CFA10 la journée, de 8h. à 12h. approximativement. Outre l’argent, parfois des tubercules de manioc sont également offerts à la personne qui travaille. Les hommes sont généralement employés pour défricher et pour abattre des arbres, les femmes pour planter, sarcler ou tremper le manioc, c’est-à-dire mettre le manioc à rouir (keduba numbwe).

  • 11 Sacs de tubercules rouis, vendus à des intermédiaires 1.500 francs CFA et qui sont acheminés par la (...)
  • 12 Manioc roui, pilé et enveloppé dans deux feuilles de marantacées en forme de bâton, puis cuit à l’é (...)

19De manière générale, la plus grande partie de la production de manioc est destinée à la consommation du foyer. Toutefois, selon les besoins et les stratégies de chacun, certains font de grandes plantations ou des plantations supplémentaires pour vendre le manioc en sakapea11 ou en bâtons de manioc12 (numbwe). Cependant, le sakapea demande une main-d’œuvre importante que seuls les Non-pygmées ont les moyens de rémunérer. À Imbong, certains Bakoya s’y adonnent pour pallier des besoins d’argent ponctuels (un achat particulier, faire face à un malheur, préparer une cérémonie, envoyer les enfants à l’école). La vente en sakapea est la plupart du temps délaissée, après expérience, car elle suppose un prélèvement trop grand de tubercules destinés à la vente au détriment de la consommation familiale (1 sac de sakapea = 1 panier et demi environ, soit à peu près 25 bâtons de manioc).

20Outre le manioc, les bananes font également l’objet d’un commerce important. De nombreux régimes sont achetés par des commerçants de la ville proche de Mékambo ou des clients de passage circulant sur la route qui achètent également d’autres produits exposés devant les habitations. N’oublions pas également le commerce qui a lieu au sein même du village entre ses habitants.

  • 13 L’activité de rouissage a lieu trois fois par semaine.

21Les Bakoya et leurs voisins non-pygmées pratiquent globalement les mêmes activités de subsistance, mais à des degrés divers en termes d’investissement et de temps de travail. L’agriculture occupe la majorité du temps des femmes, que cela soit pour planter ou pour aller mettre le manioc à rouir13. Le matin, elles partent dans les plantations pour revenir au village vers 14h. Elles s’occupent ensuite de piler le manioc et de préparer les repas. Occasionnellement elles peuvent aller pêcher si les travaux agricoles et la préparation du manioc sont achevés. Les femmes s’occupent également de l’entretien de la maison et des enfants qui, lorsqu’elles s’absentent, peuvent être gardés par d’autres membres de la famille, hommes ou femmes. Les hommes partent en forêt (penze) chasser ou contrôler leurs pièges de façon relativement fréquente, tandis que d’autres sont des habitués des travaux occasionnels (au village et en ville notamment) ou s’occupent des plantations avec leurs épouses. D’autres activités sont plus ponctuelles, telles que la vannerie, la réparation de la toiture des maisons, les déplacements en ville pour des achats dans les boutiques, etc. Les hommes et les femmes bakoya d’Ekata consacrent plus de temps au travail agricole chez les Non-pygmées que les Bakoya d’Imbong, qui ne le font que de manière ponctuelle lors de grands travaux (abattage la plupart du temps) et qui consacrent la majorité de leur temps à leurs propres plantations. Par ailleurs, les Bakoya d’Ekata semblent pratiquer la chasse et le piégeage plus fréquemment que ceux d’Imbong.

  • 14 Pendant la grande saison sèche (mi-juin à août), les eaux tarissent et le faible débit de l’eau per (...)
  • 15 Le terme programme n’est pas réservé à l’agriculture ; on l’emploie également pour les autres activ (...)

22Le plus souvent, l’agriculture prend le pas sur les autres activités. Par exemple, lors de la grande saison sèche qui est la plus propice pour la pêche14, nombreux sont ceux qui préféreront s’occuper de défricher et abattre les arbres de leur nouvelle plantation de crainte que la pluie ne vienne perturber les brûlis s’ils partent trop longtemps en forêt. Contrairement aux Baka dont Kitanishi (2003) caractérisait l’agriculture comme étant de nature imprévue et fortuite, la pratique agricole des Bakoya est planifiée. Ils parlent eux-mêmes en termes de programme15 : ils prévoient les différentes tâches liées aux plantations (abattage, semis, etc.) et organisent parfois les autres activités de subsistance (chasse, pêche, cueillette) en fonction des travaux agricoles. L’agriculture est privilégiée car son rendement est moins aléatoire que la chasse et elle permet à la fois de se nourrir et d’avoir un revenu. La pratique de l’agriculture et le temps qui y est investi entrent alors en compétition avec les autres activités, auxquelles on consacre moins de temps, sans pour autant leur accorder moins d’intérêt.

  • 16 Les habitants d’Imbong (Bakoya et Non-pygmées) et les Bongom et Mahongwe d’Ekata disent le contrair (...)

23Les Bakoya, qu’ils soient d’Imbong ou d’Ekata, pratiquent l’agriculture pour leur propre compte16. Cependant, tous ne s’y investissent pas de la même manière, on peut dès lors dresser une typologie des cultivateurs bakoya. On distingue trois types. Premièrement, ceux qui ont leurs propres plantations et qui travaillent à leur compte, jouissant des produits de leur récolte qu’ils consomment et qu’ils vendent à certaines occasions (c’est le cas à Imbong et à Ekata). Deuxièmement, ceux qui défrichent, abattent et plantent mais qui, pour diverses raisons (déplacements, travail dans les plantations des Non-pygmées ou à l’extérieur), ne les entretiennent pas, ne sarclent pas. De cette façon le manioc ne produit pas bien (c’est le cas à Ekata). Troisièmement, ceux qui ont une plantation pour subvenir aux besoins alimentaires de leur foyer, mais qui ont une autre plantation dont le manioc est destiné à la vente (c’est le cas à Imbong).

  • 17 Les Bakoya d’Imbong sont relativement bien équipés à ce niveau, grâce aux dons de machettes reçus à (...)

24Il est vrai que la disponibilité en manioc à Ekata est moindre qu’à Imbong et qu’il existe dans ce village une pénurie de tubercules. Cette situation fut observée en novembre 2008, période au cours de laquelle les tubercules des plantations de grande saison sèche n’étaient pas encore mûrs et ceux plantés par les Bakoya en petite saison sèche étaient déjà consommés. Cela suppose, d’une part, un commerce intra-villageois, les Bakoya achetant du manioc chez les Non-pygmées du village et, d’autre part, le maintien du troc traditionnel entre Bakoya, Bongom et Mahongwe. Cela a également pour conséquence une recrudescence des vols. Toutefois, le vol est une notion ici toute relative qui révèle les processus d’appropriation. Certains Bakoya ayant pris des tubercules dans une plantation qui ne leur appartenait pas, mais dans laquelle ils ont travaillé en tant que journaliers, ne considèrent pas cela en soi comme du vol, ayant eux-mêmes contribué (souffert, dit-on) à planter dans ce champ. Les raisons invoquées par les Non-pygmées et par certains Bakoya de ce village pour expliquer cette pénurie de manioc sont multiples : la négligence des Bakoya ; leur fainéantise ; le manque de sarclage ; leur incompétence (« ils ne plantent pas bien, ils n’enfoncent pas assez le bois ») ; le fait qu’ils débroussent de petites plantations alors qu’il y a plusieurs garçons dans la même famille ; qu’ils mangent les tubercules quand ils sont encore trop petits, par conséquent, ils vont en déraciner un plus grand nombre ; qu’ils préfèrent travailler dans les plantations des Non-pygmées pour gagner de l’argent, puis quand vient le temps de défricher et abattre leurs plantations, il est déjà trop tard car les pluies arrivent, ou qu’ils partent travailler à Mékambo ou dans d’autres villages. Les Bakoya d’Ekata concernés, quant à eux, se plaignent d’un manque d’outils17 et invoquent qu’ils n’ont pas le temps de s’occuper de leurs propres plantations car ils travaillent chez leurs voisins non-pygmées et, quand le temps arrive de travailler pour eux-mêmes, les pluies arrivent, les empêchant de planter. Par ailleurs, quelques Bakoya considèrent que le salaire qui leur est versé (1.000 francs CFA/jour) est trop faible par rapport au travail fourni, alors que les Non-pygmées qui les emploient affirment que cela est suffisant, puisqu’en plus de l’argent, ils leur donnent des tubercules à manger. Dans ce village, ce sont trois familles bongom qui recrutent le plus souvent de la main-d’œuvre koya et qui plantent les plus grandes surfaces, notamment pour la vente de tubercules en sakapea (sacs de tubercules rouis). Le fait de préférer travailler dans les plantations des Bongom qui les emploient est expliqué par les Bakoya qui le font par l’apport en liquidités que cela leur procure. Dans un village où peu d’argent circule, le travail salarié leur permet de gagner rapidement de l’argent, bien que le plus souvent, se retrouvant avec des plantations qu’ils n’ont pu entretenir, ils se voient obligés d’acheter du manioc pour se nourrir.

  • 18 Mouvement des Minorités Autochtones, Indigènes et Pygmées du Gabon.

25On suppose que la différence de degrés dans l’investissement de « l’agriculture pour soi » entre les Bakoya d’Imbong et les Bakoya d’Ekata est due, en partie, aux débouchés économiques. La proximité de la ville, qui permet de s’y rendre aisément à pied pour vendre le manioc, ou la venue de commerçantes au village ainsi que des passages fréquents de véhicules sur l’axe routier Mazingo-Mékambo favorisent la vente de leur manioc par les Bakoya d’Imbong, qui en tirent une source de revenus non négligeable. L’accès aisé au marché et le gain d’argent qu’il procure entraînent probablement une plus grande implication des Bakoya d’Imbong dans leurs propres champs pour la vente, contrairement aux Bakoya vivant à Ekata. On peut dès lors se demander pourquoi les Bakoya d’Imbong n’augmentent pas la superficie de leurs parcelles pour destiner une part plus importante de la récolte de manioc à la vente. Il semblerait que le surcroît de travail serait trop important et demanderait d’embaucher de la main-d’œuvre, qu’aujourd’hui ils ne sont pas en mesure de rémunérer. D’autre part, il semble également que la dynamique de l’agriculture koya qui a lieu à Imbong est liée à leurs leaders, au niveau villageois, le chef de Mangombe 2 et son frère, fondateur de l’association MINAPYGA18 qui, lui, travaille à l’échelle nationale. Ces derniers ont convaincu les Bakoya du village du bienfait de cultiver pour soi et de subvenir à leurs propres besoins, sans être dépendants des Non-pygmées. Le rôle joué par ces deux hommes n’est sans doute pas négligeable comme facteur explicatif de l’investissement des Bakoya dans l’agriculture pour leur propre compte. Ceci n’a pas eu lieu à Ekata où le chef koya de Mabula n’est pas apprécié par les Bakoya du village, notamment pour avoir détourné à des fins personnelles un lot de machettes qui avait été offert par des hommes politiques venus dans la région.

26Aujourd’hui, la pratique de l’agriculture est hautement valorisée par les Bakoya des deux villages. Elle leur confère un certain degré d’autosuffisance, d’une part, en leur permettant de subvenir à leurs besoins alimentaires car elle fournit le manioc, l’aliment de base, et d’autre part, en étant une source de revenus monétaires. De plus, cultiver pour soi suppose de ne plus faire office de main-d’œuvre dans les champs appartenant aux Non-pygmées ou d’échanger du gibier pour se procurer (entre autres) des tubercules de manioc, ce qui permet de ne plus dépendre de leurs partenaires non-pygmées. Elle leur confère ainsi également un certain degré d’autonomie. C’est, notamment, à travers la pratique de l’agriculture que les Bakoya d’Imbong et d’Ekata se différencient entre eux. Mais aussi que les Non-pygmées les différencient ; en réalité, les différences entre les Bakoya des deux villages, malgré les discours, s’avèrent être plus subtiles qu’il ne paraît au premier regard.

Les relations sociales entre Bakoya et non-pygmées

27Durant une très longue période, sans doute plusieurs siècles dans certaines régions, les relations entre les groupes pygmées et leurs voisins non-pygmées ont pris la forme d’un rapport d’association d’individus spécialisés reposant sur une réciprocité équilibrée de services : troc de produits de la métallurgie et de l’agriculture contre produits forestiers sauvages et actions symboliques sur les puissances surnaturelles de la forêt (Guillaume 1989).

Les échanges traditionnels entre sociétés d’agriculteurs et pygmées se fondaient sur une spécialisation de ces groupes, l’un dans les techniques de transformation du milieu, l’agriculture, l’autre dans les techniques d’exploitation directe des ressources sauvages (chasse, collecte,...).
(Gami & Joiris 2000 : 379)

Les chasseurs-collecteurs apportent à ces villageois une partie de leurs prises en gibier, ainsi que certains produits comme du miel ou des chenilles, et reçoivent en retour de l’outillage en fer (lames de haches, de sagaies, couteaux…), des marmites (en poterie ou en aluminium), du tabac, de l’alcool, mais aussi des produits agricoles (féculents : manioc, banane plantain).
(Bahuchet 1991 : 10)

28Certains chercheurs (Headland 1987, Bailey et al. 1989) virent dans cette association une façon pour les groupes pygmées de pouvoir vivre dans l’écosystème forestier tropical, l’économie de chasse-cueillette n’étant selon eux pas viable en dehors des relations de troc avec les agriculteurs, à cause du manque d’apports énergétiques inhérents aux ressources animales et végétales spontanées. Hypothèse battue en brèche par Yasuoka (2006) et par Bahuchet et al. (1991), qui démontrèrent a contrario qu’il existait dans cet écosystème forestier, qualitativement et quantitativement, assez de ressources glucidiques pour y vivre. Traditionnellement, les Bakoya et les autres ethnies sont liés par des relations anciennes de parenté ou de pseudo-parenté (mariages interethniques, appartenance aux mêmes clans) et économiques (troc, services). Certains Bakoya, à Imbong comme à Ekata, continuent à entretenir des rapports singuliers avec des Non-pygmées qui s’expriment notamment par des services rendus (travailler dans les plantations, puiser de l’eau, chasser). En contrepartie, les familles non-pygmées fournissent à leurs partenaires bakoya des denrées alimentaires, voire une aide financière en cas de besoin (pour des soins médicaux par exemple). Les Non-pygmées considèrent cette assistance mutuelle comme une sorte de système de « sécurité sociale ».

Changements et variantes dans les relations interethniques

29Cependant, après une sédentarisation relativement ancienne et une cohabitation longue avec les Non-pygmées au sein des mêmes villages, les termes des relations qu’entretiennent les Bakoya et leurs voisins non-pygmées ont tendance à changer. Ainsi, le troc cède le pas aux échanges monétarisés et le travail est le plus souvent rémunéré par un salaire. L’échange de produits forestiers contre des produits agricoles a rarement lieu depuis que les Bakoya produisent leur propre manioc. Ainsi, la dépendance vis-à-vis des Non-pygmées est moindre depuis que les Bakoya pratiquent l’agriculture et que les produits de leurs propres plantations assurent leur alimentation de base et leur permettent d’avoir des revenus, notamment grâce à l’accès au marché.

  • 19 Les échanges portaient principalement sur le gibier que les Bakoya apportaient aux Non-pygmées cont (...)

30Les Bakoya d’Imbong et d’Ekata entretiennent des relations différentes avec les ethnies non-pygmées avec lesquelles elles vivent. Les Bakoya d’Ekata montrent une plus grande dépendance socioéconomique à l’égard des Non-pygmées que les Bakoya d’Imbong. Ces derniers sont très impliqués dans leur propre agriculture, la proximité de la ville leur permet la vente de produits vivriers et un accès facile aux commerces et aux services. Au contraire, les Bakoya vivant à Ekata, plus éloignés du centre urbain, travaillent plus volontiers dans les champs de leurs voisins non-pygmées que dans les leurs, contre de l’argent ou en échange de nourriture, reproduisant ainsi, dans une certaine mesure, le troc19 qui existait au cours des générations précédentes entre ces deux groupes.

31Mais plus qu’une question d’appartenance à un village, il serait plus juste de dire que c’est une question d’individus. Au sein même de ces villages, Imbong et Ekata, les Bakoya n’ont pas tous les mêmes stratégies, certains continuant à avoir des relations privilégiées d’entraide avec des familles non-pygmées, tissées depuis les aïeux, alors que d’autres s’en détachent. Il y a aussi le fait des mariages interethniques quand un homme non-pygmée prend une épouse chez les Bakoya. À Ekata, ces relations sont encore importantes entre des familles bakoya et bongom et dans une moindre mesure mahongwe. À Imbong, ce n’est le cas qu’entre quelques familles bakoya liées à deux familles mwesa, une famille kwele et une famille kota. Ces familles bakoya ne font pas forcément partie du clan non-pygmée de leurs partenaires mais vivent à leur proximité. Elles continuent ainsi à travailler avec leurs partenaires privilégiés alors que d’autres s’y refusent. Les autres Bakoya les considèrent comme subordonnées aux Non-pygmées, alors que les Bakoya en question ne s’en plaignent pas.

32Il semble que la pratique de l’agriculture a permis aux Bakoya, d’une certaine manière, de s’affranchir des Non-pygmées. Mais parler d’affranchissement suppose que les Bakoya se seraient libérés du joug des Non-pygmées. Les auteurs ayant travaillé dans la région ont parlé de cette domination non-pygmée sur les Bakoya en termes de « vassalisation » (Fleuriot 1942 ; Biffot 1977) voire d’« esclavage » (Perrois 1970). Il est vrai que certains Non-pygmées se disent encore être les propriétaires, voire les tuteurs des Bakoya dont ils ont hérité de leurs parents, en affirmant « ce sont mes Pygmées », autrement dit, les enfants des Bakoya liés à leurs défunts parents. Toutefois, les Bakoya travaillant aujourd’hui auprès des Non-pygmées ne sont pas exclusivement ceux qui entretiennent traditionnellement des relations avec ces familles. D’autres constatent que leurs Pygmées ne veulent plus travailler avec eux, que les relations ont changé de nature, bien qu’ils se rendent encore des services mutuels, reproduisant parfois le schéma traditionnel d’échange de produits vivriers contre des produits de collecte ou du gibier :

Il y en a qui continuent à venir, à reconnaître leur tuteur, le lien qu’ont laissé les aïeux, les parents. Maintenant tout est modernisé, ce n’est plus ça, on ne considère plus les clans comme avant, chacun se débrouille. Ils nous oublient maintenant, chacun maintenant veut vivre de sa manière. À l’époque, des Pygmées aidaient maman à planter. Elle donnait le manioc. Ils ne travaillent plus avec moi. Maintenant ils sont devenus indépendants. Pour le travail c’est chacun pour soi, mais il y a toujours l’entraide.
(T., Bongom, Ekata, propos recueillis par B. Soengas le 3 janvier 2008)

33Les Bakoya n’emploient pas ces termes. Les discours diffèrent selon les individus. Ceux qui maintiennent des relations semblables à celles entretenues par leurs aïeux, par accord tacite, appellent les Non-pygmées actuels des parents. D’autres, détachés de cette relation, considèrent que les Non-pygmées ont joué de leur pouvoir pour les manipuler.

34À Imbong, aujourd’hui, les Non-pygmées qui se disent être propriétaires sont l’exception, contrairement à Ekata. Par ailleurs, certains Bakoya ne critiquent pas cette situation et d’une certaine manière s’y complaisent, trouvant des avantages dans les relations qu’ils entretiennent avec les Non-pygmées. Bien qu’ayant souvent des propos insultants et empreints de dénigrement à l’égard des Bakoya (« ils sont fainéants », « ils sentent mauvais », « ce sont des voleurs », etc.), certains Non-pygmées, notamment les Bongom qui ont de grandes plantations, semblent ne pouvoir se passer des Bakoya, ne serait-ce que parce qu’ils ont besoin de leur force de travail et que leur présence est indispensable au bon déroulement des cérémonies (chant, danse, guérisseurs…). Ainsi, les ressentis diffèrent et les relations sont complexes.

Perceptions que chaque groupe a de soi et de l’autre

35Bien que d’origines diverses et se distinguant les uns des autres en reconnaissant appartenir à des ethnies différentes, Bongom, Mwesa, Bakwele, Bakota et Mahongwe se considèrent comme faisant partie d’un grand ensemble : ils s’auto-désignent comment étant des Bantous, les Vrais gens, par rapport aux Bakoya, les Pygmées, qui eux les nomment les Autres. Partant de cette dichotomie locale, j’ai englobé, pour des questions d’analyse, Mwesa, Bakwele, Bongom, Bakota et Mahongwe sous le terme générique de « non-pygmées », considérant ce dernier comme une catégorie d’appartenance :

(...) en fonction de laquelle se définissent les attentes sur les comportements, les ressources culturelles et les modèles d’activité des membres. Elle fournit à ces derniers des éléments de biographie sociale qui offrent une explication de leur appartenance commune et du caractère substantiel et légitime de la catégorie, tout en leur permettant de s’orienter envers les autres individus, appréhendés soit comme des semblables, soit comme des gens d’une autre sorte.
(Handelman 1997, cité dans Poutignat & Streiff-Fenart 1995 : 127)

36L’opposition Bakoya/Non-pygmées est conceptualisée et intériorisée par les membres des deux groupes. Elle transparaît dans les représentations et perceptions qu’ils ont les uns des autres, chacun ayant conscience de son appartenance par opposition à l’autre. Ainsi, les Non-pygmées s’identifient comme agriculteurs et des gens du village par opposition aux Bakoya, aux Pygmées, employant ce terme tel un label ethnique (Poutignat & Streiff-Fenart 1995) qui renvoie à chaque individu, identifié comme tel, les caractéristiques et attributs inhérents à ce terme : les « premiers habitants de l’Afrique à l’origine chasseurs-cueilleurs », de « fins connaisseurs des plantes », des « spécialistes de la chasse », de « grands musiciens et danseurs »…

  • 20 Il existe une exception à Imbong où un homme koya a épousé une femme kwele.
  • 21 Les citations présentes dans le texte sont en français local.

37Malgré une situation de contact ancienne, l’intégration des Bakoya dans l’espace villageois, et un mode de subsistance moins différencié dès lors que tous pratiquent l’agriculture, la dichotomie Bakoya (Pygmées chasseurs cueilleurs) /Non-pygmées (agriculteurs) persiste, à travers des critères et des marques d’identification, tels ceux qui font référence à la situation économique des Bakoya : des maisons plus petites et rudimentaires, un état de dénuement plus grand, ou des référents identitaires véhiculés par les brimades et les discours. Elle persiste également à travers des règles tacites reconnues, telles que les mariages, où seuls les hommes non-pygmées épousent des femmes bakoya, et jamais l’inverse20. Les représentations que se font les uns des autres sont subtiles et ambiguës, teintées à la fois de dénigrement et de sympathie. Le plus souvent, les discours de la part des Non-pygmées sont paternalistes et « civilisateurs ». Ils soulignent le fait que les Bakoya, « les premiers hommes » ont tout appris de la vie du village de leur part, ce qui leur a permis d’ « évoluer », la vie du et au village étant considérée comme l’antithèse de la vie primitive que menaient les Bakoya en forêt. Le mot évolution est lui-même intériorisé par les Bakoya et revient de façon récurrente quand les Bakoya et les Non-pygmées comparent les Bakoya d’aujourd’hui avec leurs aïeux, mais aussi quand les Bakoya d’Imbong se comparent à ceux d’Ekata. Les Bakoya d’Imbong se considèrent et sont considérés comme étant, selon leurs propres termes, « plus évolués » que ceux d’Ekata car ils produisent leur propre manioc pour se nourrir et ne travaillent quasiment plus dans les plantations des autres villageois. Ainsi le mot évolution fait-il le plus souvent référence au fait de pratiquer l’agriculture. Voici des extraits représentatifs de ces discours21 :

1- -Les Bakoya d’avant étaient bêtes, dangereux avec la sagaie, peureux, ils venaient derrière la maison. C’est nous qui leur avons montré l’agriculture et les choses du village. Avant c’était comme des domestiques, ils nous donnaient la viande, on donnait le manioc. Aujourd’hui on paye. Aujourd’hui ils sont éveillés, évolués.
(A., Mwesa, Imbong, propos recueillis par B. Soengas le 3 septembre 2007)

2- -Eux (les Bakoya) ici (à Ekata) ils sont encore en brousse, les gens d’Imbong sont évolués. Les gens là-bas maintenant mettent le cœur dans leurs travaux (leurs plantations), ne font pas autant les bricoles (petits boulots) comme les gens d’ici.
(C., Mahongwe, Ekata, propos recueillis par B. Soengas le 15 février 2008)

3- -Aujourd’hui nous faisons tous la même chose. Il n’y a plus de différence. Nous on a nos plantations, on chasse pour nous, on fait les bâtons de manioc, on paye notre savon, le pétrole. Chacun travaille pour soi. Pour eux Bakoya c’est comme une récitation, ils briment. À Ekata ils briment plus parce que les Bakoya de là-bas ne travaillent pas, ils ne font pas l’agriculture.
(S., Koya, Imbong, propos recueillis par B. Soengas le 10 octobre 2007)

4- -Pygmée dans la bouche des Bantous c’est comme une étiquette. Mais aujourd’hui j’ai le même drap, j’ai le matelas, ils viennent acheter le manioc chez moi. Je suis Pygmée et plus Bantou qu’eux. Aujourd’hui j’ai mes mille francs dans la poche comme eux. C’est le manioc qui apporte le plus d’argent. Avant ils n’achetaient pas le manioc des Pygmées, car ils disaient que cela dégageait la même odeur que nous.
(D., Koya, Imbong, propos recueillis par B. Soengas le 10 janvier 2008)

38Le regard que les Bakoya et les Non-pygmées se portent réciproquement varie selon les villages. Les Non-pygmées d’Ekata méprisent plus les Bakoya qui vivent avec eux que ne le font les Non-pygmées d’Imbong envers les Bakoya de leur village. À Imbong la plupart des Bakoya et des Non-pygmées disent aujourd’hui « nous sommes tous pareils », en se fondant sur trois faits reconnus et énoncés par tous, bien qu’une certaine distance économique et sociale demeure entre eux :

391. « On est dans le même village » : les Bakoya tout comme les Non-pygmées vivent au sein du même village, il n’y a plus la dichotomie village des uns et campements des autres.

402. « On parle la même langue », la langue étant un trait distinctif employé pour se différencier de quelqu’un appartenant à une autre ethnie ; le fait de communiquer dans la même langue, de se comprendre sans intermédiaire, crée un sentiment d’appartenance à un même groupe (mais qui reste au niveau linguistique).

413. « Ils mangent leur manioc » ; les Bakoya aujourd’hui pratiquent l’agriculture pour eux-mêmes, ils produisent leurs propres cultures vivrières ; il n’y a plus la dichotomie chasseurs-cueilleurs / agriculteurs.

42Les Bakoya d’Ekata sont considérés par les Non-pygmées, mais aussi par les Bakoya d’Imbong, comme étant « restés en arrière », et ceci fait référence au point 3 : les Bakoya d’Ekata ne se sont pas investis de la même manière dans l’agriculture que ceux d’Imbong.

43L’opposition Bakoya/Non-pygmées est plus le fait des Non-pygmées. Ces derniers sont les plus enclins à relever les différences entre les membres des deux groupes, tandis que les Bakoya entretiennent un double discours : d’une part, ceux dont le niveau économique tend à s’élever (le plus souvent grâce à la vente de cultures vivrières, du travail salarié) affirment ainsi que peu de choses les séparent des Non-pygmées (cf. la quatrième citation ci-dessus) ; d’autre part, le terme « Pygmée » a acquis un tout autre statut, n’étant plus considéré comme un substantif ou un adjectif péjoratif, il est affirmé et revendiqué par un certain nombre de Bakoya. Les Bakoya n’hésitent pas à se dire « Bakoya 100 % » quand on les questionne sur la parenté par exemple, par opposition aux Non-pygmées et aux personnes nées d’un couple mixte (de père non-pygmée et de mère koya) qui se désignent comme étant café au lait ou, selon leur convenance, le contexte et la situation, comme étant de l’un ou de l’autre groupe. Néanmoins, la tendance qu’ont les Bakoya à se déclarer, non sans fierté, comme étant « Pygmées » a cours depuis la sensibilisation menée à travers l’association MINAPYGA et par son fondateur Léonard Odambo, Koya né à Imbong, qui œuvre pour que l’identité pygmée s’affirme au niveau national. Ce sentiment de fierté est cependant plus répandu parmi les Bakoya d’Imbong dont la plupart sont des parents d’Odambo et sont membres de l’association. Ceci n’a pas cours parmi les Bakoya d’Ekata qui ne le connaissent pas, les actions de cette association ne se répercutant pas ou très peu dans ce village.

44De nombreux Non-pygmées disent que les Bakoya ont perdu leur « authenticité ». Ils habitent au village, ils cultivent, ils ont perdu des savoirs liés à la chasse, aux plantes. Ainsi aux yeux des Non-pygmées, l’authenticité koya, mais aussi plus largement l’authenticité pygmée, sont intimement liées au mode de subsistance basé sur la chasse et la cueillette et à une vie seminomade. Cependant, les Bakoya, « peuple de la forêt » (c’est ainsi que l’on nomme les Pygmées au Gabon), sont aujourd’hui à différents degrés des cultivateurs à part entière.

Conclusion

L’agriculture, un changement à répercussions multiples

45La pratique de l’agriculture par les Bakoya marque l’estompement de la spécialisation tranchée des systèmes de production entre les Bakoya et les Non-pygmées. Par conséquent, la dichotomie classique entre les deux groupes se basant sur les activités de subsistance, chasseurs-cueilleurs semi-nomades pygmées et villageois agriculteurs non-pygmées, perd ici de sa validité. Contrairement aux données issues de la littérature portant sur l’agriculture pratiquée par les Pygmées, qui les présentent comme un ensemble homogène de ce point de vue, l’originalité du contexte koya au Gabon réside dans le fait que la pratique de l’agriculture pour soi est un marqueur distinctif entre Pygmées et Non-pygmées mais également, et c’est ce qui est remarquable, au sein du groupe koya. Les Bakoya eux-mêmes reprennent à leur compte ce point de référence qu’ils verbalisent avec le mot évolution, pour démarquer les Bakoya impliqués dans leur agriculture et ceux qui ne le sont pas. Malgré tout, les Bakoya et leurs voisins se présentent comme deux groupes différents et, bien que les Bakoya cultivent, ils n’en restent pas moins des Pygmées. Le fait de cultiver n’estompe pas le fait d’être Pygmée, il en efface des attributs péjoratifs véhiculés dans l’imaginaire collectif, mais pas son essence. Le mot Pygmée est aujourd’hui, par ailleurs, mis en avant par certains Bakoya (cf. Epelboin, ce volume).

  • 22 L’étude d’Audrey Avanzi (2009) sur les biens matériels possédés par ethnie fait ressortir une fract (...)
  • 23 Les Bakoya d’Ekata, bien que gagnant de l’argent avec la viande de brousse qui est plus rentable qu (...)

46Nous ne sommes pas en mesure de donner avec certitude les raisons pour lesquelles les Bakoya cultivent aujourd’hui. Des auteurs comme Guille-Escuret (1998) y ont vu un moyen (pour les Aka de la Lobaye) de reconquérir une autonomie sociale et culturelle. Nous ne pouvons pas affirmer le même processus ici, mais c’est toutefois une conséquence que l’on observe parmi les Bakoya qui cultivent pour leur propre compte, qui produisent leur alimentation de base et qui ont des revenus, notamment grâce à la vente de manioc. Néanmoins, cela ne rompt pas définitivement les liens avec leurs partenaires non-pygmées qui se révèlent encore aujourd’hui lors de services rendus ou lors des cérémonies auxquelles les deux groupes participent ensemble activement. Faisons un parallèle avec le prêt du fusil. Les Non-pygmées sont en général les propriétaires des fusils (calibre 12) et les prêtent aux chasseurs bakoya pour la chasse. Ils ont leur chasseur attitré, mais selon le succès à la chasse ils peuvent changer de partenaire privilégié si ce dernier n’a pas été bon, s’il est revenu bredouille. Le choix du chasseur se fait par la confiance, l’affinité, mais aussi par la réputation. Les cartouches sont fournies par le chasseur ou le propriétaire du fusil. Aujourd’hui deux Bakoya sont également propriétaires de fusils (un à Imbong et l’autre à Ekata). Ils ne dépendent plus ainsi des Non-pygmées et jouissent eux-mêmes du produit de leur chasse, le gibier ne devant plus être partagé entre le chasseur et le propriétaire du fusil. Selon les Bakoya, le fait de ne pas avoir de fusil semble être un véritable handicap, et les différencie des Non-pygmées. Jusqu’à présent, par manque de moyens financiers, il était difficile pour les Bakoya d’en acquérir un. Être obligé de demander le fusil à un Non-pygmée crée une dépendance vis-à-vis de ce dernier, et les chasseurs se sentent parfois floués lors du partage de l’animal. Avoir son propre fusil ou qu’un parent koya ait le sien et le prête à ses parents, crée une réelle indépendance vis-à-vis des Non-pygmées. Tout comme le fait d’avoir ses propres plantations. Être en possession de ses propres moyens de production et en tirer les bénéfices confère une certaine autonomie économique qui se répercute au niveau social. Toutefois, il existe toujours une fracture socio-économique entre les Bakoya et les Non-pygmées22. Mais au-delà de cette dichotomie, il faut préciser qu’au sein même des Bakoya, elle existe également. Elle se remarque dans les possessions que peuvent avoir chacun d’entre eux, les marques de richesse étant par exemple un poste de radio, la tôle pour les toitures, un matelas... On peut dire que l’argent gagné grâce à l’agriculture, la vente de ses produits ou de tout autre activité rémunératrice, pour autant que les dépenses ne soient pas toutes consacrées à l’achat de produits alimentaires23, créent des inégalités au sein même des communautés, de telle sorte que l’on pourrait parler de l’existence d’une certaine forme de classes sociales parmi les Bakoya, mais également parmi les Non-pygmées. J’insiste un instant sur les Non-pygmées. Il existe également des disparités sociales et économiques au sein même de ce groupe bien que l’on ait tendance à les considérer comme un groupe économiquement homogène en opposition aux Bakoya. Certains sont plus fortunés que d’autres, notamment ceux ayant travaillé à l’extérieur et qui sont ensuite revenus au village pour y passer leur retraite (cas d’hommes mwesa, kwele à Imbong et de Bongom à Ekata). Leur pension leur permet ainsi de rémunérer de la main-d’œuvre pour les travaux de plantations, ou bien d’acheter les cartouches nécessaires pour la chasse. Ce sont également eux qui peuvent investir dans des plantations qui seront destinées à la vente de tubercules de manioc roui (sakapea).

47Les observations menées parmi les Bakoya d’Imbong et d’Ekata mettent en lumière deux phénomènes intéressants : le travail en association et une redéfinition de la division sexuelle du travail. D’une part, bien que le caractère collectif des activités liées à la chasse (chasse au filet, chasse au potamochère) ait disparu au profit de pratiques plus individuelles, on retrouve, à travers l’initiative du travail en association chez les Bakoya, la coopération caractéristique décrite également dans d’autres groupes pygmées et parfois mise à mal par les transformations socio-économiques (Guillaume 2000). D’autre part, le couple classique d’acquisition des ressources du système de production koya, chasse pour les hommes et cueillette pour les femmes, s’est adapté au nouveau contexte socioéconomique dans lequel il s’insère (sans pour autant créer des inégalités sociales entre les hommes et les femmes).

48Loin d’être un phénomène uniquement technique (acquisition de savoirs et savoir-faire), l’agriculture est un fait pluridimensionnel dont les répercussions s’étendent aux domaines économique, social et identitaire et dont la portée globale ne peut se comprendre que dans leur interaction.

Haut de page

Bibliographie

Althabe Gérard, 1965, Changements sociaux chez les Pygmées Baka de l’Est-Cameroun, Cahiers d’études africaines 5 (20) : 561-592.

Avanzi Audrey, 2009, Dynamique des échanges monétaires et perceptions de l’argent chez les Pygmées Bakoya du nord-est du Gabon, Mémoire de Master 2 EMTS, Muséum national d’histoire naturelle, Paris.

Bahuchet Serge, 1991, Les Pygmées d’aujourd’hui en Afrique centrale, Journal des Africanistes 61 (1) : 5-35.

, 1992, Dans la forêt d’Afrique centrale : les Pygmées Aka et Baka, Paris, Peeters-SELAF.

, 1993, L’invention des Pygmées, Cahiers d’études africaines 33 (1) : 153-181.

, 1996, Fragments pour une histoire de la forêt africaine et de son peuplement : les données linguistiques et culturelles, in Hladik Claude Marcel et al. (eds.), L’Alimentation en forêt tropicale. Interactions bioculturelles et perspectives de développement, Paris, UNESCO, vol. 1 : 97-119.

Bahuchet Serge, Guillaume Henri, 1979, Relations entre chasseurs-collecteurs pygmées et agriculteurs de la forêt du nord-ouest du bassin congolais, in Bahuchet Serge (ed.), Pygmées de Centrafrique. Études ethnologiques, historiques et linguistiques sur les Pygmées « Ba. Mbenga » (aka/ baka) du Nord-Ouest du bassin congolais, Paris, Peeters-SELAF : 109-139.

Bahuchet Serge, McKey Doyle, Garine Igor de, 1991, Wild yams revisited: is independence from agriculture possible for rain forest hunter-gatherers? Human Ecology 19 (2) : 213-243.

Bahuchet Serge, Philippart de Foy Guy, 1991, Pygmées, peuple de la forêt, Paris, Denoël.

Bailey Robert C., Aunger R., 1989, Net hunters vs Archers: variation in women’s subsistence strategies in the Ituri Forest, Human Ecology 17 (3): 273-297.

Bailey Robert C., Head G., Tenike M., Owen B., Rechtman R., Zechenter E., 1989, Hunting and gathering in tropical rainforest: is it possible?, American Anthropologist 91: 59-82.

Biesbrouck Karen, 1999, Agriculture among equatorial african hunter-gatherers and the process of sedentariztion: the case of the Bagyeli in Cameroon, in Biesbrouck Karen, Elders S., Rossel G. (eds.) Central african hunter-gatherers in a multidisciplinary perspective: challenging elusiveness, Research School CNWS, Université de Leiden, Hollande.

Biffot Laurent, 1964, Évolution du monde rural nord-est du Gabon en relation avec les changements en agriculture, Paris, ORSTOM.

, 1977, Contribution à la connaissance et compréhension des populations rurales du nord-est du Gabon. Collection Sciences Humaines Gabonaises, Libreville, Gabon, CENAREST/ IRSH.

Briault M., 1945, Sur les pistes de l’A.É.F, Paris, Alsatia.

Cabrol C., 1960, Notes sur les villages pygmées du district de Mékambo. (Non publié).

Delêtre marc, 2009, The ins and outs of manioc diversity in Gabon, central Africa: a pluri-disciplinary approach to the dynamics of genetic diversity of manioc, Manihot esculenta Grantz (Euphorbiaceae), PhD, Trinity College, Université de Dublin, Irlande.

Demesse Lucien, 1978, Changements techno-économiques et sociaux chez les Pygmées Babinga (Nord Congo et Sud Centrafrique), Paris, Peeters SELAF.

—, 1980, Techniques et économie des Pygmées Babinga, Mémoires de l’Institut d’Ethnologie XX, Paris, MNHN.

Deschamps Hubert, 1962, Traditions orales et archives au Gabon. Contributions à l’ethno-histoire, Paris, Berger-Levrault.

Dounias Edmond, 1996, Sauvage ou cultivé ? La paraculture des ignames sauvages par le Pygmées Baka du Cameroun, in Hladik Claude m. et al. (eds.) L’Alimentation en forêt tropicale. Interactions bioculurelles et perspectives de développement, vol. 2, Paris, UNESCO : 939-969.

Dounias Edmond, Bahuchet Serge, 2000, Habitat semi-permanent en forêt d’Afrique centrale, in Brun B. et al. (eds.) Cabanes, cabanons et campements. Formes sociales et rapports à la nature en habitat temporaire, Travaux de la Société d’Écologie Humaine. Châteauneuf de Grasse, Bergier : 161-183.

Fleuriot A., 1942, Les Babinga de Mékambo (Gabon). Étude anthropologique, Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, Tome III, série IX : 101-116.

Gami N., Joiris Daou http://www.rap.prd.fr/ressources/vod. php ?videotheque =mnhn/smm. (coord.), 2000, Congo Brazzaville, in Bahuchet Serge, De Maret Pierre (eds.), Les Peuples des Forêts Tropicales Aujourd’hui. vol. III. Région Afrique centrale, Programme Avenir des Peuples des Forêts Tropicales, Bruxelles : 355-396.

Guillaume Henri, 1989, ‘L’État sauvage...’ : Pygmées et forêts d’Afrique centrale, in Bourgeot A., Guillaume H. (eds.) État et sociétés nomades. Politique Africaine, Paris, Karthala : 74-82.

—, 2000, Du miel au café, de l’ivoire à l’acajou. La colonisation de l’interfluve Sangha-Oubangui et l’évolution des rapports entre chasseurs-collecteurs pygmées Aka et agriculteurs (Sud-Centrafrique, Nord-Congo), Paris, Peeters-SELAF.

Guille-Escuret G., 1998, La révolution agricole des Pygmées aka. De la structure dans l’événement et réciproquement, L’Homme, 38 (147): 105-126.

Headland Thomas, 1987, The wild yam question: how well could independent hunter-gatherers live in a tropical rainforest ecosystem?, Human Ecology 15: 463-491.

Hecketsweiler Philippe, Doumenge C., Mokoko Ikonga J., 1991, Le Parc national d’Odzala, Congo, UICN, Gland, Suisse et Cambridge, Royaume-Uni.

Hewlett Barry S., 1996, Cultural diversity among African Pygmies, in kent Susan (ed.) Cultural diversity among twentieth-century foragers: an African perspective, Cambridge, Cambridge University Press.

Ichikawa Mitsuo, 1996, Déterminismes écologiques et culturels des choix alimentaires des chasseurs-cueilleurs Mbuti du Zaïre, in Hladik Claude m. et al. (eds.) L’Alimentation en forêt tropicale. Interactions bioculturelles et perspectives de développement, vol. 2. Paris, UNESCO: 759-770.

Ichikawa Mitsuo, Kimura D., 2003, Recent advances in Central African hunter-gatherer research, African Study Monographs Suppl. 28: 1-6.

Joiris, Daou v., 1993, Baka Pygmies hunting rituals in Southern Cameroon: how to walk side by side with the elephant, Civilisations 31 (1-2): 51-89.

—, 1994, Elements of techno-economic changes among the sedentarized Bagyeli Pygmies (South-West Cameroon), African Study Monographs, 15 (2): 83-95.

—, 1996, L’esprit, l’igname et l’éléphant : essai d’interprétation symbolique d’un rituel chez les Pygmées Baka du Sud Cameroun, in Hladik Claude m. et al. (eds.) L’Alimentation en forêt tropicale. Interactions bioculturelles et perspectives de développement, vol. 2. Paris, UNESCO: 961-972.

Kimura D., 2003, Baka’s mode of co-presence, African Study Monographs Suppl. 28: 25-35.

Kitanishi Koichi, 2003, Cultivation by the Baka hunter-gatherers in the tropical rain forest of Central Africa, African Study Monographs. Suppl. 28: 143-157.

Knight Judith, 2003, Relocated to the roadside: preliminary observations on the forest peoples of Gabon, African Study Monographs Suppl. 28 : 81-121.

Leclerc Christian, 2001, En bordure de route : espace social, dynamisme et relation à l’environnement chez les Pygmées Baka du sud-est Cameroun, Thèse, Université Paris X-Nanterre.

Leclerc Christian, Annaud Mathilde, 2002 (coord. Bahuchet Serge), Étude d’impact du PSFE sur les populations rurales et pygmées et proposition de mesures-mécanismes (Gabon), Rapport pour le GEF/World Bank-Gabon. GEPFE, Paris.

Loung Jean-Félix, 1959, Les Pygmées de la forêt de Mill. Un groupe de Pygmées camerounais en voie de sédentarisation, Les Cahiers d’Outre-Mer 48 : 362-379.

—, 1996, Les Pygmées camerounais face à l’insuffisance des produits alimentaires végétaux de la forêt équatoriale, in Hladik Claude m. et al. (eds.) L’Alimentation en forêt tropicale. Interactions bioculturelles et perspectives de développement, vol. 1, Paris, UNESCO : 325-336.

Mayer Raymond, 1987, Langues des groupes pygmées au Gabon : un état des lieux, Pholia 2 : 111-124.

Medjo Mve Pither, 2006, Lexique du kóya. Langue des Pygmées du Nord-Est du Gabon, UNESCO, LUTO, Gabon.

—, 2008, Aperçu ethnolinguistique des pygmées Bakoya de la région de Mékambo (Gabon), in Idiata D.F. (ed.) Éléments de description des langues du Gabon, CENAREST, Libreville, Gabon : 209-248.

Ngima Mawoung Godefroy, 2006, Perception of hunting, gathering and fishing techniques of the Bakola of the coastal region, southern Cameroon, African Study Monographs Suppl. 33 : 49-69.

Perrois louis, 1968, La circoncision Bakota (Gabon), Cahiers de l’ORSTOM 5 (1) : 6-116.

—, 1970, Chronique du pays Kota (Gabon). Première partie : la tradition orale, les migrations kota, Cahiers de l’ORSTOM 7 (2) : 16-119.

Poutrin Léon, 1910, Contribution à l’étude des Pygmées d’Afrique. Les négrilles du centre africain (type brachycéphale), L’Anthropologie XXI: 435-504.

Sato Hiroaki, 1992, Notes on the distribution and settlement pattern of hunter-gatherers in north western Congo, African Study Monographs 13 (4): 203-216.

Seitz Stefan, 1993, Pygmées d’Afrique centrale, Langues et cultures africaines 17 – Études Pygmées IX, Paris, Peeters-SELAF.

Serre Gérard, Dermigny L, 1954, Au Gabon : Le district du « bout monde », Les Cahiers d’Outre-mer 27 : 213-224.

Serre Gérard, 2003, Lettres d’Afrique, L’Harmattan, Paris.

Soengas Beatriz, 2009, Preliminary ethnographic research on the Bakoya in Gabon, African Study Monographs 30 (4): 187-208.

—, 2010, La subsistance des Pygmées bakoya à l’épreuve de l’agriculture : dynamique des savoirs ethnobotaniques et des pratiques. (Département de la Zadié, Ogooué-Ivindo, Gabon), Thèse, Muséum national d’histoire naturelle, Paris.

Tilquin O., 1997, Esquisse ethnoécologique et sociologique d’une population de Pygmées sédentarisés (les Bakola de l’axe Mbomo-Mbandza, Nord-Congo), Université Libre de Bruxelles, Programme APFT.

Thomas Jacqueline M.C., Bahuchet Serge, Epelboin Alain, Susanne Fürniss (eds.), 1981, Encyclopédie des Pygmées Aka -Techniques, langage et société des chasseurs-cueilleurs de la forêt centrafricaine, Paris, Peeters-SELAF.

Turnbull Colin M., 1965, Wayward servants. The two worlds of the African Pygmies, New York, The Natural History Press.

—, 1981, Mbuti womanhood, in Dahlberg F. (ed.) Woman the gatherer, Yale University, USA: 205-219.

Vallois Henri Victor, Marquer P., 1976, Les Pygmées Baka du Cameroun : anthropologie et ethnographie avec une annexe démographique, Mémoires du Muséum National d’Histoire Naturelle, Série A Zoologie, Tome C, Paris.

Verdu Paul, 2008, Anthropologie génétique des populations humaines d’Afrique centrale : histoire du peuplement pygmée, Thèse Muséum National d’Histoire Naturelle, Paris – Université Paris 6.

Verdu Paul, Austerlitz F., Estoup A., Vitalis R., Georges M., Thery S., Froment A., Le Bomin S., Gessain A., Hombert J.-M., van der Veen L., Quinta-Murci L., Bahuchet S., Heyer E., 2009, Origins and genetic diversity of Pygmy hunter-gatherers from western central Africa, Current Biology 19 (4): 312-318.

Yasuoka Hirokazu, 2006, Long-term foraging expeditions (molongo) among the Baka hunter-gatherers in the Northwestern Congo Basin, with special reference to the “Wild Yam Question”, Human Ecology 34 (2); 275-296.

Haut de page

Annexe

Pour en savoir plus et en images

Les films ethnographiques de la « Chronique des Pygmées Bakoya 2006 » et de la « Chronique des Pygmées Bakoya 2007 » réalisés par B. Soengas, A. Epelboin, L.J. Ambese, S. Le Bomin et D. Mimbaye sont consultables dans la vidéothèque du Muséum national d’histoire naturelle sur le site du Réseau académique parisien à l’adresse suivante : http://www.rap.prd.fr/​ressources/​vod. php ?videotheque =mnhn/smm

Haut de page

Notes

1 Notamment : Bahuchet 1991, 1992, 1993, 1996 ; Bahuchet & Philippart de Foy 1991 ; Bailey & Aunger 1989 ; Briault 1945 ; Demesse 1980 ; Dounias 1996 ; Dounias & Bahuchet 2000 ; Fürniss 2005 ; Guillaume 1989 ; Hewlett 1996 ; Ichikawa 1996 ; Ichikawa & Kimura 2003 ; Joiris 1993, 1996 ; Kimura 2003 ; Leclerc 2001 ; Loung 1996 ; Ngima Mawoung 2006 ; Seitz 1993 ; Turnbull 1965, 1981 ; Vallois & Marquer 1976. On en trouvera un résumé dans Robillard & Bahuchet, ce volume.

2 Elle consiste en des notes ethnographiques dans des travaux en linguistique (Mayer 1987 ; Medjo Mve 2006, 2008), en sociologie rurale (Biffot 1964, 1977), en environnement (Leclerc & Annaud 2002), en histoire orale (Deschamps 1962), en anthropologie physique (Poutrin 1910 ; Fleuriot 1942), en ethnographie (Cabrol 1960 ; Knight 2003 ; Perrois – sur les Bakota – 1968 ; 1970), ou dans des mémoires concernant la période coloniale (Serre & Dermigny 1954 ; Serre 2003). Un article ethnographique a été publié (Soengas 2009) et une thèse en ethnoécologie a été soutenue (Soengas, 2010). Au Congo (Brazzaville), les Bakoya qui se nomment Bakola n’ont fait l’objet que de quelques études brèves : Gami & Joiris 2000 ; Hecketsweiler et al. 1991 ; Sato 1992 et Tilquin 1997.

3 Terme générique sous lequel j’ai regroupé les habitants des ethnies avec qui les Bakoya cohabitent au sein du même village : Bakwele, Mwesa, Bongom et Bakota à Imbong ; Mahongwe et Bongom à Ekata.

4 Le terme « Grands Noirs » utilisé par Bahuchet correspond ici au vocable « Non-pygmées ».

5 Babinga est le nom exogène des Aka de la République Centrafricaine et du Nord-Congo.

6 Les mots en italique sont en français local ou en koya (transcription établie par l’auteur). Les mots entre guillemets sont des extraits de discours ou des citations d’articles ou d’ouvrages.

7 Les jours ne sont pas comptabilisés. Le brûlage aura lieu une fois que le feuillage aura jauni et sera considéré comme étant assez sec.

8 À ce sujet, une thèse sur la diversité du manioc a été menée par Marc Delêtre (2009).

9 Terme employé localement.

10 1.000 FCFA = 1,52 € ; 1.500 FCFA = 2,29 € environ.

11 Sacs de tubercules rouis, vendus à des intermédiaires 1.500 francs CFA et qui sont acheminés par la suite à Libreville dans des camions où ils sont revendus aux alentours de 5.000 francs CFA (soit 7,62 €).

12 Manioc roui, pilé et enveloppé dans deux feuilles de marantacées en forme de bâton, puis cuit à l’étouffée.

13 L’activité de rouissage a lieu trois fois par semaine.

14 Pendant la grande saison sèche (mi-juin à août), les eaux tarissent et le faible débit de l’eau permet d’écoper les rivières plus facilement et ainsi de pêcher plus aisément. C’est aussi pendant cette saison que de nombreuses personnes partent plusieurs jours en forêt dans des campements (a.saka iosa) pour pêcher .

15 Le terme programme n’est pas réservé à l’agriculture ; on l’emploie également pour les autres activités de subsistance ou sociale telles que les mariages ou des cérémonies rituelles.

16 Les habitants d’Imbong (Bakoya et Non-pygmées) et les Bongom et Mahongwe d’Ekata disent le contraire : ils affirment que les Bakoya d’Ekata ne plantent pas. Mais les missions de terrain que j’y ai effectuées m’ont permis de visiter tous les champs et de constater qu’ils avaient leurs propres plantations.

17 Les Bakoya d’Imbong sont relativement bien équipés à ce niveau, grâce aux dons de machettes reçus à plusieurs reprises par l’intermédiaire de l’association MINAPYGA (voir note 18).

18 Mouvement des Minorités Autochtones, Indigènes et Pygmées du Gabon.

19 Les échanges portaient principalement sur le gibier que les Bakoya apportaient aux Non-pygmées contre des produits agricoles ou manufacturés.

20 Il existe une exception à Imbong où un homme koya a épousé une femme kwele.

21 Les citations présentes dans le texte sont en français local.

22 L’étude d’Audrey Avanzi (2009) sur les biens matériels possédés par ethnie fait ressortir une fracture entre Non-pygmées aux possessions multiples et Bakoya vivant dans un dénuement plus important.

23 Les Bakoya d’Ekata, bien que gagnant de l’argent avec la viande de brousse qui est plus rentable que les bâtons de manioc, surtout quand le gibier est vendu entier, dépensent une grande partie de cet argent dans l’achat de manioc pour se nourrir.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 – Répartition des villages le long de l’axe routier Mékambo‑Mazingo et Mékambo‑Ekata.
Légende (Source : B. Soengas et Sylvain Théry, 2008)
URL http://africanistes.revues.org/docannexe/image/4344/img-1.png
Fichier image/png, 57k
Titre Fig. 2 – Virginie creuse un trou à l’aide de l’a.wantika, Imbong. (B.Soengas, 2007)
URL http://africanistes.revues.org/docannexe/image/4344/img-2.png
Fichier image/png, 149k
Titre Carte 2 – Sites et plantations à Imbong.
Légende (Source : points GPS pris en 2006, 2007 et 2008 par B.Soengas)
URL http://africanistes.revues.org/docannexe/image/4344/img-3.png
Fichier image/png, 117k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Beatriz Soengas, « Des Pygmées cultivateurs, les Bakoya : changements techniques et sociaux dans la forêt gabonaise », Journal des africanistes, 82-1/2 | 2012, 167-192.

Référence électronique

Beatriz Soengas, « Des Pygmées cultivateurs, les Bakoya : changements techniques et sociaux dans la forêt gabonaise », Journal des africanistes [En ligne], 82-1/2 | 2012, mis en ligne le 18 mai 2016, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/4344

Haut de page

Auteur

Beatriz Soengas

Docteur en ethnoécologie, chercheur associé au laboratoire Éco-anthropologie et ethnobiologie (MNHN-CNRS-Paris Diderot)

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org