Navigation – Plan du site

Fierté pygmée et « pygmitude » : racismes et discriminations positives

Alain Epelboin
p. 73-105

Résumés

Le terme « Pygmée » est offensant quand il renvoie à la petitesse de la taille et/ ou de l’intelligence ou à un archétype historique de sauvage primitif. Il est valorisant quand il s’agit de désigner des peuples minoritaires, dits « autochtones », portant des noms différents, parlant des langues différentes, menacés de disparition ainsi que leurs écosystèmes forestiers, dans différentes nations d’Afrique centrale, célèbres pour les compétences de leurs musiciens, chasseurs, cueilleurs et devins-guérisseurs.
La discrimination négative dont ils sont l’objet est un trait constant, avec des variantes allant du paternalisme au racisme, en passant par l’infantilisation, l’asservissement et parfois le viol et le meurtre. Elle est toujours sous-tendue par des archétypes racistes, conscients et inconscients, relatifs à la sauvagerie, la pusillanimité, la médiocrité de l’intelligence, la nudité, la saleté, la consommation d’alcool et de cannabis, le vol. 
L’emploi du terme « Pygmée », dans une perspective valorisante, renouvelé par le concept de « pygmitude » et structuré par une « fierté pygmée », après une phase d’abandon légitime, est à présent revendiqué par un grand nombre d’interlocuteurs aka, kola, koya, bongo… notamment les plus rebelles aux humiliations quotidiennes.

Haut de page

Notes de l’auteur

Remerciements et méthodologie.
Cet article est basé sur les acquis des travaux collectifs multidisciplinaires consacrés aux Pygmées et aux peuples forestiers d’Afrique centrale depuis les années 1970, dirigés par J.M.C. Thomas, puis S. Bahuchet, dans le cadre du CNRS et du MNHN de Paris. De 1980 à nos jours, l’auteur de cet article, médecin anthropologue, chercheur au CNRS, a réalisé 14 missions d’un mois en moyenne en RCA, financées par le CNRS, basées sur le suivi de familles aka et l’accompagnement de devins-guérisseurs dans les régions de Mongoumba, Zomia, Bagandou jusqu’à Londo. à cela, on peut ajouter trois rencontres en région parisienne en 1997, 2008 et 2012 à l’occasion de tournées de musiciens aka et cinq courtes missions qui ont permis d’élargir l’expérience : deux au Congo chez des Kola (Bakola) en 2003 dans le cadre de missions de réponses de l’oMS à une épidémie de fièvre hémorragique à virus ébola et trois au Gabon chez les Koya (Bakoya) en 2006 et les Bongo (Babongo) en 2007 et 2008 dans le cadre de l’ANR-05-BLAN-0400-001, la mobilité ancestrale face à la percée des routes forestières en Afrique centrale : le cas des chasseurs cueilleurs pygmées 2005-2009.
Les résultats principaux des recherches de l’auteur sont intégrés dans l’Encyclopédie des Pygmées aka, (Peeters-SELAF éditeurs), sans compter la Chronique aka vidéographique initiée en 1986, les Chroniques des Pygmées bakoya et babongo (http://www.ecoanthropologie.cnrs.fr/).
Par ailleurs, l’article s’appuie également sur l’analyse de la nouvelle « littérature grise », souvent proche de l’oraliture, constituée par les vidéos, textes et photos accessibles sur internet, relevés systématiquement depuis 2006, soit un corpus francophone de plus de 500 références.
Enfin, il va sans dire que ces écrits sont dédiés aux compagnons de ces missions, hommes et femmes, adultes et enfants, très nombreux à être décédés, en particulier Monduwa, devin-guérisseur aka, compagnon de voyage du Président Jean Bedel Bokassa en Italie dans sa jeunesse et, plus tard, enquêteur extralucide aidé de son épouse génie de l’eau, pour le compte du Président David Dacko au Gabon.

Texte intégral

« Pygmée », un terme à prohiber ?

1Peut-on employer le terme « Pygmée » porteur d’une longue histoire de discriminations sans être à son tour discriminant ? Qu’ont en commun les différents peuples ainsi nommés, pauvres parmi des pauvres ?

2En français contemporain, Pygmée(s) (nom), pygmée(s) (adjectif invariable en genre) sont des termes à double sens. Ils sont offensants, quand ils renvoient à la petitesse de la taille et/ ou de l’intelligence ou à un archétype raciste de sauvage primitif. Ils sont valorisants quand il s’agit de désigner des peuples minoritaires, remarqués pour leurs savoirs écologiques et leur culture immatérielle, menacés de disparition ainsi que leurs écosystèmes.

3« Pygmée », de même que les épithètes « Nègre », « Rom », « Gitan », « Arabe », « Juif », « Africain », « Indien », « Maghrébin »… est d’un emploi très délicat, variable selon le contexte, selon qu’il est prononcé par les intéressés ou par leurs interlocuteurs, par des ennemis ou des amis. Certains le revendiquent, d’autres le honnissent. Ginza et ses parents, par exemple, Aka de République centrafricaine, suivis par l’auteur depuis 1986, ont changé d’opinion quant à son emploi lorsqu’ils ont découvert, lors de leurs tournées de concerts en Europe et au Canada, combien ce terme, utilisé de façon discriminante et péjorative en Afrique centrale, était emphatique dans la bouche de leur public enthousiaste.

4L’impact international du terme « Pygmée » est tel qu’une marque de vêtements et d’accessoires coûteux vendus en boutique dans le monde entier et sur internet, s’en est emparé, exploitant et aussi renversant les stéréotypes habituels : « Pygmées ®, anti-depressive wear » (Pygmées.eu 2011).

5Ainsi qu’il se doit en anthropologie sociale et culturelle, il convient de nommer les gens de la façon dont ils se nomment eux-mêmes et non pas avec les termes employés par leurs voisins ou des étrangers. Mais faut-il utiliser l’équivalent du singulier ou du pluriel, identifiés ici par des préfixes dans les langues bantous à classes nominales, ou plutôt le radical seul ? Ainsi en Lobaye, en République centrafricaine, Aka (nom de personne invariant), aka (nom ou adjectif invariable en genre) ou MoAka, BaAka, BiAka, Bayaka, Baka, BaMbenga, Babinga… ? Au Congo, Kola ou Bakola ? Au Gabon, Koya ou Bakoya, Bongo ou Babongo ?

6En dehors de rares exceptions, par exemple les Kola et les Mongom du Congo, les langues employées leur sont propres, avec des variantes dialectales parfois importantes au sein d’une même ethnie, fortement apparentées aux langues des populations villageoises avec lesquelles chaque groupe a été en contact au cours de son histoire (Bahuchet 1992, 1993, Robillard & Bahuchet [ce volume], Le Bomin & Mbot [ce volume] ).

7Parallèlement, les populations voisines sont aussi à identifier par les termes qu’elles emploient Ngando, Ngbaka, Mbati, Mozombo… pour la seule Lobaye. Le terme générique « bantou » est juste d’un point de vue linguistique pour la majorité d’entre elles, mais faux pour les peuples de langues oubanguiennes ou soudaniennes. Stricto sensu, il devrait aussi désigner les peuples pygmées qui, dans leur grande majorité, parlent des langues bantoues. Par ailleurs, cette nomination d’inspiration linguistique masque une très grande diversité de peuples, que ce soit en termes d’organisation sociale, de culture et d’activités économiques. Ces Non-pygmées ne peuvent pas être nommés « grands Noirs », la taille n’étant pas toujours un critère de différenciation pertinent. Le terme « patron » ne les concerne pas tous, toutes les ethnies et familles villageoises n’étant pas « propriétaires » de Pygmées.

8Nous utilisons les termes Villageois, avec une majuscule pour désigner la personne, ou agriculteurs, bien qu’ils ne soient pas satisfaisants. D’une part, parce que les familles de ces sociétés ne sont pas que cultivatrices et qu’elles pratiquent aussi peu ou prou la cueillette, la chasse, et surtout la pêche, voire le commerce ou le fonctionnariat. Sans être nomades, elles peuvent être, elles aussi, très mobiles, notamment avec des allers et retours vers les centres urbains. D’autre part, parce que des familles pygmées établies en hameau, quartier, parfois village, à distance ou à proximité d’axes routiers, revendiquent pour elles-mêmes les termes « villageois » et de « village » : cela participe de la satisfaction de revendications souvent non satisfaites relatives à leur autonomie administrative, à la nomination de chefs de quartier ou de villages pygmées. Cela leur permet aussi de casser l’image de précarité et/ou de primitivité attachée par les autres à leurs habitations.

9Le terme « citoyen » qui a été appliqué aux Pygmées au Congo, et qui a été repris dans les années 1970 en RCA, est devenu discriminant. Ainsi, Luc Bouquiaux, ethnolinguiste du CNRS, qui a dénoncé « l’afrocentrisme » en vigueur dans des travaux récents sur les Pygmées (Bouquiaux 2006), rapporte oralement que, dans les années 1975, un inspecteur scolaire centrafricain vint visiter l’école d’intégration de Sakabo, proche de Mongoumba, créée par Jean-Bedel Bokassa, où étaient mêlés enfants villageois et enfants aka. à son entrée, l’instituteur demanda aux élèves de se lever en leur disant : « Citoyens ! Debout ! ». Seuls les enfants aka se levèrent ! Il avait été proclamé par les autorités centrafricaines que le terme Pygmée ne devait pas être utilisé, parce que raciste, qu’ils étaient des « citoyens comme nous » : aussi, ce terme était-il devenu et reste discriminant.

10Dans les années 1985, les jeunes Aka de RCA qui, du fait de la scolarisation, avaient accès (très médiocrement) au français et qui écoutaient la radio, ont aimé le terme « pays », proposé par l’inventeur du Burkina Faso, le colonel Sankara, mais il n’a pas fait flores.

11« Peuples autochtones » est l’une des expressions politiquement correctes qui, depuis les années 1990, a remplacé « peuples indigènes », « primitifs », « natifs », « premiers », « tribaux »Ils sont définis par le Haut conseil des droits de l’homme de l’organisation des Nations Unies (HCDH 1996-2004) comme « les descendants de ceux qui habitaient dans un pays ou une région géographique à l’époque où des groupes de population de cultures ou d’origines ethniques différentes y sont arrivés et sont devenus par la suite prédominants, par la conquête, l’occupation, la colonisation ou d’autres moyens»

12L’expression « peuple autochtone » fait problème parce qu’elle ne défi pas l’échelle historique de cette antériorité qui, selon le point de vue, peut être exprimée en siècles, en milliers ou dizaines de milliers d’années (Verdu, ce volume). Elle attribue une autochtonie exclusive à ces seules populations, niant l’existence et les richesses culturelles d’autres peuples minoritaires, eux aussi installés depuis des temps reculés dans les mêmes terroirs forestiers ou leurs bordures, notamment les fleuves : même si c’est dans une moindre mesure, ils peuvent être eux aussi très pauvres, opprimés ou menacés dans leur survie, notamment lors des guerres civiles.

13La fin du XXème siècle a donc vu les politiques nationales s’infléchir en faveur des populations négligées, femmes, minorités ethniques, handicapés, malades. La République centrafricaine « reconnaît trois catégories de minorités communautaires sur son territoire : les albinos, les peuhls et les pygmées. » (JournaldeBangui.com 2010). L’association de ces trois minorités est curieuse. Les Pygmées aka, numériquement peu nombreux, inféodés à quelques écosystèmes forestiers, toujours au bas de l’échelle sociale, restent perçus au travers de stéréotypes de primitifs, de sauvages mais aussi de personnes dotées de pouvoirs surnaturels, alliés des esprits de la forêt, voire esprits eux-mêmes ! Les Peuls, minoritaires en RCA et objets de discriminations, sont présents de l’Atlantique à l’Afrique centrale. originellement nomades éleveurs, ils ont des statuts variables selon les nations et les époques, selon leur caste, travailleurs saisonniers, commerçants, hauts fonctionnaires, marabouts, mais aussi victimes de violences racistes lorsqu’ils sont minoritaires. Au-delà de discriminations, le principal trait commun aux Peuls de RCA et aux Aka, c’est d’être des fournisseurs de viande, domestique pour les uns, sauvage pour les autres.

14Quant aux albinos, ils ne constituent pas une minorité communautaire mais sont des individus, différents par leur apparence, isolés au sein de diverses communautés, vivant avec des handicaps qui peuvent être multiples, sensibilité oculaire et cutanée au soleil, altérations de la vision, tumeurs cutanées, surmortalité. Tantôt incarnation d’un esprit, notamment les « mamiwata », les génies de l’eau, tantôt sorciers, jeteurs de sorts maléfiques, on leur prête toujours des pouvoirs surnaturels. Ce qui peut amener leur entourage, et selon le contexte, à les respecter et/ ou à les persécuter et/ ou à les mettre à mort à des fins mystiques. De même que les Pygmées, ils sont l’objet de discriminations, considérés comme potentiellement dotés de pouvoirs et de capacités de communication particulières avec le monde non visible des esprits.

15Léonard Odambo, premier journaliste pygmée, Koya de la préfecture de Mékambo au Gabon, président de l’association MINAPYGA (Mouvement des Minorités Autochtones, Indigènes et Pygmées du Gabon), chrétien, dénonce l’usage du terme « pygmée » qu’il assimile au racisme et aux discriminations dont ces peuples ont été et sont l’objet de la part à la fois des anciennes puissances coloniales et de leurs voisins. Dans le même temps, il l’utilise pour nommer son association et propose le concept original de « pygmitude » (Odambo 2002, 2006, Knight 2006). Selon une philosophie héritière d’Aimé Césaire (1950), ce concept intégrant douleur et fierté, permet d’exprimer, au sein de l’humanité, en plus d’une négritude et d’une africanité, une situation originale, commune à de petites populations minoritaires d’Afrique centrale. Cette prise de conscience de sa propre valeur, d’une fierté ethnique, ici une fierté pygmée, du droit à la rébellion, non plus passive, mais également active, monte en puissance, aussi bien dans les conversations courantes que chez les leaders communautaires émergents.

Discrimination et racismes « ordinaires »

16Nomades, chasseurs-cueilleurs, inféodés aux écosystèmes forestiers d’Afrique centrale, ils ont été poussés depuis les débuts de la colonisation à sortir de la forêt, à se sédentariser le long des axes routiers, à devenir agriculteurs. Ils sont dispersés dans différentes nations d’Afrique centrale, parlent des langues différentes sur des fonds linguistiques communs, non seulement bantous, mais aussi oubanguiens, soudaniens… (Robillard & Bahuchet, ce volume). Nous utilisons à dessein le terme nation car, quelles que furent les vicissitudes du découpage des états africains au moment de la décolonisation puis des aléas politiques et économiques qui s’en sont suivis, de véritables identités nationales se sont mises en place avec des traits propres à chacun de ces états et, notamment, des politiques différentes vis-à-vis des minorités ethniques. étymologiquement, « pygmée » est un terme de grec ancien « pugmaios, grand comme le poing (pugmê) » (Petit Robert électronique 2009), traduit communément à tort par « haut d’une coudée » désignant des créatures de petite ou très petite taille, anthropomorphes, fantasmatiques, agressives et extravagantes, qui ont hanté l’imaginaire européen depuis l’antiquité grecque jusqu’au XIXème siècle. Ce terme est repris par les premiers explorateurs européens de l’Afrique, certains les confondant dans un premier temps avec des chimpanzés (Bahuchet 1993, Epelboin et al 2012). Ils étaient influencés par les théories anthropologiques de leur temps, racistes, soucieuses de hiérarchiser les humains, voulant trouver chez les Pygmées, considérés comme des sauvages ou des primitifs, un chaînon manquant de l’humanité entre primates, homme préhistorique et homme moderne.

17Ils ne suscitent une telle curiosité qu’à partir de la deuxième moitié du XIXème siècle, des individus furent exhibés en Europe, de même que d’autres minorités exotiques, dans des zoos humains ou des expositions coloniales (Bancel et al. 2004, Courtemanche 2011). Les exemples les plus connus de tels captifs, aux destins tragiques, sont ceux d’individus, non pas anonymes, mais désignés par leurs noms, Toko et Likola dans l’Angleterre victorienne (Warnier 2005, Epelboin 2006) et Ota Benga aux USA exhibés dans des cages aux côtés d’animaux (Verner Bradford & Blume 1992). Parfois, ce sont des personnes atteintes de nanisme qui sont montrées en guise de pygmées : cette confusion existe encore, ainsi qu’on le voit sur la photo qui illustre un article sur un site congolais à propos du vote des Pygmées de RDC en faveur du Président Kabila (DigitalCongo 2006).

18En 1943, dans un livre résolument raciste sur le « Noir d’Afrique… », l’auteur, citant Georges Montandon, anthropologue théoricien du racisme et de l’antisémitisme, indique que « Le Babinga possède par rapport au Nègre, non des caractères infantiles, mais plutôt des caractères simioïdes » (Lefrou 1943). Cette pensée qui place les Pygmées dans une très grande proximité avec les animaux de la forêt, en particulier les primates non humains, imprègne encore l’inconscient collectif : ce fut le cas lors du Festival panafricain de musique (FESPAM), organisé à Brazzaville en 2007 où la vingtaine de musiciens pygmées invités fut logée au zoo. Une des responsables, la présidente du Comité ational du FESPAM, se justifi en affi que cela était fait pour leur bien :

On a trouvé bon de ne pas les séparer de leur milieu. Vous savez que les Pygmées aiment le milieu forestier et pour garder leur identité il fallait qu’ils soient ici… (TV5 Monde 2007)

19Cette affaire suscita une grande émotion et notamment des réactions virulentes de la Ligue des droits de l’homme congolaise :

(…) comme si les organisateurs pourtant des Noirs, eux-mêmes victimes du racisme social dans le monde occidental, avaient perdu la mémoire de l’histoire tragique de leur race, marquée par l’esclavage, des exterminations massives des populations pour la conquête de leur terre et richesses, des stéréotypes raciaux et des discriminations de toute sorte. (Kalumvueziki 2011)

20Notons que même ce défenseur des droits de l’homme continue à utiliser le terme race, non pertinent du point de vue génétique (Verdu, ce volume), indissociable en français des théories racistes dénoncées. La même confusion existe lorsque le terme race est employé pour désigner une ethnie.

21Dans les années 1950, la collection les Enfants de la Terre (Albums du Père Castor) qui reflète l’idéologie antiraciste de l’époque, fait connaître, en les idéalisant, les écosystèmes et les civilisations inuit, pygmée, indienne d’Amérique, sénégalaise de Casamance, antillaise... au travers de héros enfantins. Mangazou, le Pygmée, un enfant de huit ans, sert de guide au lecteur d’une société en symbiose avec un environnement nourricier luxuriant, sans maladies, gommant l’exploitation coloniale et villageoise, ainsi que le racisme (Guilcher & Cana 1952). Le dessinateur, au-delà de la figuration inexacte d’un perroquet amazonien, symbole exotique par excellence, s’appuie sur des données ethnographiques relativement fiables, mais reproduit néanmoins des clichés à propos de la taille exagérément réduite des Pygmées par rapport à celle des Européens et des Villageois, nommés les « grands Noirs ». Lors d’un festin, un homme est représenté, image classique du sauvage, mordant à pleines dents une pièce de viande tenue à deux mains, ce qui est tout à fait contraire au savoir-vivre local qui oblige à des bouchées de viande prédécoupées portées à la bouche par une seule main, droite ou gauche. Qui plus est, les incisives supérieures taillées en pointe par percussion étant très fragiles et hypersensibles au chaud, on mord latéralement avec les canines et les prémolaires lorsque l’on a à sectionner des morceaux (Thomas, Bahuchet, Epelboin & Fürniss 1981-2011).

22En 1986, à Mongoumba, en RCA, au bord du fleuve oubangui, deux gamins villageois ngbaka et mozombo, Simplice et Romino, identifiaient les Aka, leurs Pygmées, comme les premiers hommes. Ils étaient influencés par la leçon d’histoire de leur maître d’école, recopiée ci-dessous à partir de leur cahier :

La vie des 10 hommes ou le primitif. Résumé : Les Premiers Hommes ou le primitif vivaient dans des trous appelés cavernes ou grottes. ils se nourrissaient de la viande crue et de la cueillette (fruits sauvages). Ils s’habillaient avec des feuilles des arbres ou des peaux des animaux.

23Simplice commente :

(…) les premiers hommes sont les Pygmées. Ils vivent comme des animaux. Ils mangent le manioc cru. Ils habillent les peaux des animaux.

24Romino, 13 ans, voisin et camarade de Simplice, complète :

S’il attrape un oiseau, il vient au village, il arrache les plumes et puis il met ça au feu pendant cinq minutes. Il enlève ça, il mange. La sauce n’est pas bonne : il n’y a pas d’huile, de tomate, d’oignon, de sel…

25Effectivement, les sauces aka n’ont pas le même goût que celles des mamans de ces gamins, ne serait-ce que du fait du coût ou de la diffi d’accès aux produits cultivés ou importés cités, notamment les tomates fraîches ou en concentrés industriels et aussi le sel. Entre et avant les repas, on cuit à l’étouffée dans des paquets de feuilles ou on grille volontiers à la braise de petits morceaux de viande ou d’abats, des petits animaux, des morceaux de tubercules ou de racines, dégustés immédiatement par les enfants dès que la cuisson est jugée suffi (vidéo Epelboin 1995, 1997). Les viandes sont soigneusement cuites par les femmes dans une marmite en aluminium, volontiers mitonnées en pot-au-feu, avec des jus ou des sauces aux saveurs diversifiées à l’aide des différentes brèdes, graines oléagineuses, champignons... disponibles. Les sauces sont différentes selon la saison, selon que l’on réside en forêt ou à proximité des villages où l’alimentation est moins diversifiée, voire monotone. Par ailleurs, il faut distinguer la cuisine féminine, prolongée et bouillie, de celle des hommes seuls en expédition de chasse, grillée, beaucoup plus hâtive. Enfin, il peut arriver en cas de faim impérieuse, notamment lors des fréquentes périodes de pénurie, qu’une viande soit bouillie rapidement, cuite, mais très dure.

26Les merveilleux « info-cafteurs » que sont les gamins, ici parfaitement ethnocentriques, révèlent un archétype structurant la pensée symbolique, associant l’aliment cuit à l’humain, bouilli ou frit au féminin, grillé au masculin et cru au sauvage (Lévi-Strauss 1964). Les Pygmées, peu ou récemment « civilisés », seraient des « primitifs », dévoreurs de nourritures crues ou mal cuites : et même s’ils semblent adopter les traits de la modernité, identifiée en particulier par la sédentarisation, des changements alimentaires et de vêture, ils resteraient marqués par cette primitivité.

27De tels stéréotypes associant les pygmées à la primitivité et à la nature, au-delà des personnes qui expriment clairement leur racisme, imprègnent l’inconscient collectif, ainsi qu’on peut le lire dans la fiche descriptive actuelle d’un circuit d’écotourisme au Cameroun d’une grande agence de voyage vantant des séjours chez les Pygmées baka :

Les Bakas, peuple de la forêt vivant encore à l’âge primitif de la cueillette et de la chasse. (Nouvelles Frontières 2010-2011)

28Autre archétype associé à la primitivité, le nomadisme et son corollaire, la résistance à la sédentarisation et à l’agriculture le long des axes routiers, indispensables du point de vue des missionnaires, des enseignants et des administrateurs, preuve d’acculturation regrettable pour d’autres. Les séjours répétés et la sédentarisation le long des routes, croissant avec le XXème siècle, ont rapidement gommé les différences épidémiologiques avec, du côté des Pygmées, de lourds tributs payés aux maladies infectieuses cosmopolites (rougeole, lèpre, infections sexuellement transmissibles, maladies propagées par les matières fécales), à la malnutrition, aux dépendances alcoolo-tabagiques. Il en va de même avec les maladies tropicales et leurs insectes vecteurs (pian, parasitoses intestinales et sanguines, ectoparasites, mouches filaires, glossines, moustiques…).

29Ce n’est qu’en 1965 que les chercheurs de l’Institut Pasteur de Bangui achèvent de casser le mythe biomédical attribuant aux nomades de la forêt une immunité exceptionnelle innée vis-à-vis des maladies infectieuses et parasitaires affectant les populations voisines :

L’incidence des anticorps pour les différents antigènes étudiés semble d’autant plus grande chez les Pygmées qu’ils quittent leurs territoires strictement forestiers et abandonnent les modes de vie ancestraux. Leurs réponses immunologiques tendent alors à s’identifier à celles de leurs voisins... (Chippaux & Chippaux-Hyppolite 1965)

30Dans les faits, le nomadisme actuel constitue une grande capacité de mobilité entre les établissements de bord de route, ceux des plantations, des lieux de chasse, de cueillette ou de pêche, voire urbains, étant entendu qu’elle est variable selon les personnalités individuelles et les familles. on déménage en fonction des ressources saisonnières et des opportunités d’emploi, mais aussi des humeurs et des événements affectant un individu et ses proches, notamment les querelles, les maladies, les naissances et les morts.

31Cette mobilité est aussi une arme de résistance passive qui permet de se soustraire à des contraintes insupportables, qu’il s’agisse de mésentente avec des Villageois ou avec ses propres parents, ou pour échapper à des créanciers.

32Situation commune aux nomades du monde entier, la scolarisation des Aka en RCA ne concerne qu’une minorité d’enfants. Les résultats en sont médiocres, qu’il s’agisse de la lecture, de l’écriture ou du calcul, ce qui conforte les racistes dans leurs convictions discriminantes. Même si la famille est installée à proximité de l’école, elle doit déménager au gré des saisons et des opportunités (chasses collectives, récoltes de chenilles, pêche, travail salarié saisonnier…), les ressources alimentaires locales étant insuffisantes ; ajoutons les déménagements improvisés en raison de maladies et de décès. Comme dans toutes les sociétés à idéologie nomade, c’est-à-dire capables, au-delà des déplacements prévus de longue date, d’improvisations subites, l’enfant suit sa famille, interrompant ainsi fréquemment sa scolarité. Si sa famille est absente, sa situation est encore plus difficile que celle des enfants villageois pauvres dont les parents ne résident pas à proximité de l’école et qui doivent compter sur un « tuteur » pour assurer l’hébergement et la nourriture. De plus, l’enfant pygmée est soumis fréquemment à des vexations, notamment de la part de ses camarades de classe, ne serait-ce qu’en raison de l’état ou de l’absence de vêtements et de ses pieds souvent nus. Aussi, préfère-t-il accompagner ses aînés, rejoindre ses copains et parents non scolarisés pour chasser, récolter, pêcher et manger à sa faim.

33Le simple fait de voir un Aka oser communiquer directement avec un « Blanc » sans intermédiaire villageois, est un sujet d’étonnement, de même que de les voir assis ensemble dans un véhicule. Les insultes fusent alors souvent, n’épargnant ni l’un, ni l’autre, évoquant toujours les singes et leur puanteur corporelle. Elles sont comparables en France à celles du « petit Blanc » jaloux, ne supportant pas de voir un Noir au volant d’une voiture que lui-même ne peut posséder et qui lui enjoint de remonter sur son arbre. Cela remet aussi en mémoire les lois ségrégationnistes des états du Sud des USA qui, dans les années 1960, interdisaient à des Noirs et à des Blancs de partager la cabine d’un même véhicule.

34En 2006, à l’université Omar Bongo de Libreville, des étudiants en licence d’anthropologie ont été stupéfaits d’entendre les Pygmées koya s’exprimer dans un excellent français, « comme nous », dans les vidéos projetées (Epelboin, Ambèse, Le Bomin & Mimbaye 2006). L’adjoint du maire de Mékambo au Gabon, en 2006, évoque « les complexes de cette population ». Mais il ajoute immédiatement : « ce sont des hommes comme nous. » Ce « comme nous » est terrible : malgré son antiracisme affiché, il est ethnocentrique et volontiers discriminant. Pourquoi toujours rapporter à soi et à ses propres valeurs les qualités de l’autre ?

35Il s’agit d’une discrimination qui n’est pas forcément agressive, souvent tranquille, comme celle d’un homme qui prend comme une vérité première la conviction de sa supériorité physique et intellectuelle sur les femmes.

36L’image de primitifs qui leur est attachée ne permet pas de penser les Pygmées comme capables de lire et écrire, de compter l’argent, d’être francophones, de conduire un véhicule, même un vélo, de se servir d’un poste radio ou d’un lecteur audio, encore moins d’un téléphone, d’un ordinateur ou d’une caméra. En novembre 1994, à Bangui, la capacité de Ginza, Aka illettré de Lobaye, à répondre au téléphone ou à utiliser une télécommande de téléviseur ne fut pas attribuée à son intelligence et à ses capacités d’apprentissage, mais à la « puissance de ces gens là ». En février 2008, à Mantes-la-Jolie, le député et président de région, ainsi que des notables centrafricains présents exprimèrent crûment leur étonnement lorsqu’ils s’aperçurent qu’ils étaient filmés par Zoko, Aka de Mongoumba, un des artistes du spectacle auquel ils venaient d’assister (vidéo Epelboin & Zoko 2006).

37Discrimination négative d’un autre ordre : jusque récemment, et encore à présent dans certaines nations, les Pygmées n’avaient pas accès à l’état civil. Ce qui signifie absence de documents administratifs et donc pas de droit de vote, pas de document d’identité et donc difficultés à voyager en dehors du terroir, pas de possibilité d’acquérir légalement un fusil, etc. Soulignons fortement, qu’avec ou sans documents administratifs, les Pygmées sont les seuls chasseurs professionnels du monde à ne posséder que très rarement (et dans ce cas récemment) leur propre fusil. ils chassent au fusil, sous la tutelle du propriétaire de l’arme, Villageois, fonctionnaire, commerçant, et doivent théoriquement rendre compte de chaque cartouche tirée.

38Les chefs de quartier ou de village pygmées nommés par l’administration étaient et sont toujours rares et restent toujours sous l’autorité d’un chef de regroupement villageois, sans autorité eux-mêmes sur d’autres personnes que leurs propres « parents ».

39En 2003, un Aka de Mongoumba qui connaît mal l’aka, mais qui lit, écrit, parle parfaitement le français, et qui a été guide touristique dans les années 1980, instituteur en d’autres temps, fut nommé « député » par le président de la République ; ce fut au moment où l’UNESCO instituait la musique aka au rang de « chef-d’œuvre de l’humanité ». orphelin de mère, élevé dans une famille ngbaka, le seul de sa génération à avoir mené des études jusqu’en classe de troisième, il était peu considéré par les siens.

40Ce n’est qu’en 2006, bien en retard par rapport à d’autres nations africaines (Congo, Gabon…), que les Aka purent vraiment voter pour la première fois. C’est l’ONG internationale italienne COOPI qui a impulsé leur recensement et permis l’établissement de leurs cartes électorales : « sur 3500 Pygmées Aka recensés par la Commission électorale indépendante (CEI), seuls 2500 ont pris part au vote » (Gambi 2011).

41Cela permet aussi aux autorités nationales de donner une bonne image de marque sur le plan international, quant à la démocratie et au respect des droits de l’Homme.

42En RDC en 2006, le site DigitalCongo.net, illustré par la photo d’une personne atteinte de nanisme en train de voter, relève que :

Joseph Kabila, qui a voté avant son épouse à 11 h 43 a été devancé par un citoyen Pygmée qui a accompli fi son devoir civique… Il a reconnu que c’est grâce au Président Kabila qu’il vient de voter pour la première fois de sa vie.

43Roch Euloge Nzobo, responsable du département juridique à l’Observatoire congolais des droits de l’homme, souligne à juste titre les usages politiques qui sont faits de ces votes par les pouvoirs en place, évoquant la notion de « bétail électoral » (CODES 2004). La même crainte est notififiée en RDC (Kaninda 2011).

44En 2011 en RDC, dans la province de l’équateur, à la suite du décès du député provincial élu en 2006, son suppléant Jérôme Bokele Bondenge, Pygmée batwa, auparavant directeur-adjoint d’une école primaire dans le territoire d’Ingende, l’a remplacé. Ce qui ne plaît pas à tout le monde, puisque l’on a tenté, sans succès, de faire nommer le deuxième suppléant, non-pygmée, à sa place (7sur7.cd 2011).

45Lors des épidémies de fièvre hémorragique à virus Ébola de 2003, dans la Cuvette ouest du Congo, pour mobiliser et sensibiliser les populations aux dangers du virus, l’OMS et les équipes nationales utilisèrent une chanson relative à l’épidémie, composée spontanément par Ngomba Bertrand, Kola de Mbomo. Son emploi suscita l’indignation de certains, exprimée publiquement le 16 juin 2003 par un enseignant, membre du Comité de lutte contre Ébola de la sous-préfecture de Mbomo, refusant que les Pygmées puissent être proposés comme exemple aux populations bantoues. L’ironie de la chose est que cette même personne organisa quelques mois plus tard une chasse à l’éléphant au fusil de guerre dans le parc d’Odzala au cours de laquelle la consommation d’un singe Cercopithecus nigritan, contaminé par le virus, déclencha l’épidémie suivante de décembre 2003 (vidéo Epelboin, Marx & Durand 2004).

46La discrimination négative dont les Pygmées sont l’objet est un trait constant, avec des variantes allant du paternalisme au racisme, en passant par l’asservissement et parfois par le meurtre (Giolitto 2006). Quelle que soit la nation, ils sont toujours dans une position sociale inférieure par rapport aux différentes strates des sociétés voisines. A minima, dans un statut d’éternel enfant ou de cadet. Il y a une volonté délibérée, parfois inconsciente, des partenaires villageois, mais aussi de leurs protecteurs (cf. plus loin), à maintenir les Pygmées dans une situation de dépendance et d’infantilisation.

47Les propos relevés à leur égard ressemblent étrangement à ceux tenus autrefois par les coloniaux à l’encontre des « Nègres », considérés comme de « grands enfants », distinguant les « civilisés » des « sauvages », les convertis des « animistes ».

Apparence corporelle et manières d’être

48Ceux que l’on hésite à nommer par ce terme « Pygmée », contestable, mais très opératoire, n’ont pas le monopole des petites tailles en Afrique centrale et de par le monde. Bon nombre d’entre eux ne sont identifiables ni par la taille, ni par d’autres critères anthropométriques de certains de leurs voisins non-pygmées, eux-mêmes de petite taille. Au sein d’une même fratrie, les individus peuvent être ressemblants ou très différents, long, court, gracile, costaud, sans compter le caractère et l’intelligence.

49Du point de vue de l’anthropologue, comme pour tous les peuples, au-delà du phénotype, il ne suffit pas de naître aka, peul ou corse, pour le devenir. De gré ou de force, il faut être façonné, physiquement, psychologiquement, socialement, écologiquement (vidéo Epelboin et al. 1993). Plutôt que la taille ou le faciès, néanmoins souvent caractéristiques, ce sont donc d’autres éléments qui permettent de reconnaître l’identité culturelle et sociale de la personne.

50En ce qui concerne les Pygmées d’Afrique centrale, de même que dans le reste du monde, le premier trait identitaire est la langue parlée, y compris des variantes dialectales au sein d’un même groupe ethnique. à cela, il faut immédiatement associer des traits envisagés du point de vue de la communication non verbale : la vêture et les parures ; les mutilations corporelles ; les techniques du corps ; les attitudes posturales ; l’articulation de la parole et du geste ; la gestion du regard, des mimiques faciales et de la distance physique dans les interactions entre personnes ; les jeux de rôle du genre et de la parenté ; les façons d’éduquer et de s’occuper des enfants ; les expressions spécifiques de la douleur, des sentiments, des émotions…

51Que ce soit sur le terrain, dans les photos et les films, anciens ou récents, la mimique, c’est-à-dire l’« ensemble des gestes expressifs et des jeux de physionomie qui accompagnent ou remplacent le langage oral » (Petit Robert 2009), est originale et tout particulièrement les expressions faciales. Celles-ci sont comparables à un répertoire de masques codifiés, instantanément disponibles et interchangeables selon les émotions et les événements, différents selon la personnalité de chacun, mais aussi de la stratégie adoptée pour prendre l’ascendant sur un interlocuteur ou pour maîtriser une situation. Tantôt, ces masques ont des traits figés, mornes, effarouchés, indifférents, douloureux, fâchés, hostiles, voire stupides, notamment en présence d’adversaires, d’étrangers ou de personnes dont on ne connaît pas les intentions. Tantôt, ils sont détendus, vifs et joyeux, notamment en présence de parents, d’amis, ou lors d’assouvissements de faims impérieuses, de prises d’alcool et de tabacs.

52En présence d’étrangers, d’aînés, ou encore s’agissant d’une femme vis-à-vis d’hommes, les codes de politesse imposent une gestion du regard particulière : la paupière supérieure étant partiellement abaissée, le regard est dirigé sur le côté et le bas, utilisant la vision périphérique, fixant fugacement directement l’objet du désir et en particulier le visage et les yeux de l’interlocuteur. Ce qui, combiné à la mimique, permet en quelque sorte de voir sans être vu, c’est-à-dire sans permettre à l’autre de savoir ce qui est pensé derrière le masque.

53Aujourd’hui encore, ces mimiques faciales et l’évitement du regard direct sont mal interprétés par les interlocuteurs des Pygmées et participent toujours à la construction de stéréotypes de timidité et de pusillanimité, associés au statut de primitif. oubliant que cette capacité à ne pas donner prise à son interlocuteur, de tenir ses distances, relève aussi de stratégies de résistance passive, qui permettent d’échapper à des violences et des sujétions.

54Concernant toujours l’apparence, la carte d’identité individuelle et ethnique que constituent les divers marquages corporels, esthétiques et rituels (scarifications, tatouages, cicatrices chéloïdes provoquées, taille des dents, perçage de la cloison nasale, des lèvres et de l’oreille, circoncision…) était la règle dans de très nombreuses populations d’Afrique jusque vers la moitié du XXème siècle. Elle reste en vigueur chez de nombreux Aka de RCA, souvent reconnaissables par l’esthétique de leurs marquages cutanés et par leurs incisives supérieures taillées (vidéo Epelboin et al. 1993). Celle-ci n’est plus pratiquée par d’autres, par exemple les Koya du Gabon (Fleuriot 1943, vidéo Epelboin et al. 2006). En revanche, de même que chez des voisins villageois, le tatouage de son nom sur la face interne de son avant-bras est à la mode chez les jeunes Pygmées des différentes nations, notamment ceux qui ont été alphabétisés.

55La circoncision est généralisée, très profane chez les Aka, extrêmement ritualisée chez d’autres, par exemple les Baka du Cameroun ou les Kola du Congo, avec des emprunts rituels très importants auprès de voisins avec lesquels ils s’entendent bien actuellement ou avec lesquels ils se sont bien entendus, voire pratiquent des cérémonies communes (Fürniss et al. 2004, Fürniss 2008, Epelboin 2010). L’excision féminine n’a jamais été décrite chez des Pygmées.

56Jusque vers la moitié du XXème siècle, la nudité est commune et concerne de nombreux peuples d’Afrique centrale, dont les Pygmées. La nudité, c’est-à-dire les seins dénudés des femmes et des cache-sexe plus ou moins serrés pour les deux sexes, laissant paraître parfois le haut de la toison pubienne ainsi qu’une bonne partie des fesses. Elle a été et reste combattue par les autorités civiles, religieuses ou sanitaires sous couvert de civiliser des « primitifs », au nom d’une définition univoque de la pudeur et même de l’hygiène. L’invocation de l’hygiène est d’autant plus paradoxale que des vêtements en nombre limité et lavés sans savon favorisent la dissémination des maladies infectieuses, ainsi que la prolifération d’ectoparasites.

57En l’absence de vêtements, la pudeur du corps, habillé de marquages cutanés, de cordelettes, de parures, de bijoux et d’amulettes, porte sur la dissimulation stricte aux regards de l’anus et des orifices génitaux. Les petites filles apprennent très tôt, et plus tôt que leurs frères, à ne pas exposer leur entrejambe et le pénis des petits garçons n’est généralement plus visible après la circoncision.

58Cette dissimulation des orifices, y compris lors du sommeil, est aussi en rapport avec le fait qu’ils sont des lieux de pénétration ou d’expulsion de miasmes surnaturels, outre les copulations avec des génies, voire des sorciers-anthropophages. on se moque des enfants qui laissent voir leur anus, on leur fait peur chez les Aka en évoquant le serpent arboricole sp., .nd`Ondì, qui pénètre dans le corps en passant par l’anus pour aller dévorer des organes vitaux. on évoque aussi des sorciers maléfiques, certains repérables par la boule lumineuse qui s’échappe de leurs anus lorsqu’ils se déplacent la nuit, qui savent lancer des sorts en orientant leur anus vers leur victime. inversement, une vieille femme très en colère peut oser dénuder publiquement son sexe en direction d’un adversaire pour le maudire.

59Sauf christianisation très intense et/ ou résidence à proximité de Non-pygmées, l’idéologie de la pudeur permet l’exhibition des seins et des fesses nus dans l’intimité familiale, entre femmes, au travail, en forêt, lors de rituels en rapport avec les esprits de la forêt et, selon les moyens et la personnalité de chacun, dans l’espace public. Il est frappant d’observer la diversité des vêtures au sein d’un groupe de femmes aka, les unes couvertes, les autres largement dénudées, et les changements radicaux selon qu’on est entre soi, dans un campement isolé, ou sous le regard d’étrangers.

60Jusqu’à l’arrivée massive de la fripe occidentale dans les années 1980, puis des productions indo-pakistanaises des années 1990 et surtout asiatiques depuis les années 2000, les vêtements, obtenus par troc contre des produits de la forêt ou en place de salaire monétarisé, étaient délabrés et coûteux, rarement neufs. Ils sont à présent devenus beaucoup plus accessibles, neufs ou d’occasion, achetables directement chez les marchands, sans avoir à attendre le bon vouloir du « patron » villageois. La situation est différente selon les nations, leurs soubresauts politiques et militaires, selon que l’on vit dans un quartier au bord d’un axe routier, dans un campement de plantation, de chasse ou de pêche, selon les goûts et la richesse de chacun. La rareté, l’usure, voire le délabrement des biens matériels sont d’abord le reflet du bas statut social et économique de leurs propriétaires.

61Combinées aux langages verbaux et non verbaux précédemment décrits, l’absence ou la présence de vêtements et de chaussures (plutôt les pieds nus), leur état, permettent donc souvent d’identifier qui est Pygmée. à l’exception des linges intimes, les vêtements sont peu souvent lavés au savon, trop coûteux. Ce qui fait que, a fortiori s’ils ont été acquis usés, ils sont souvent ternes avec des déchirures et des restes de salissures, ce d’autant que les boutons ne sont pas recousus, les déchirures des tissus rarement raccommodées. Aussi, alors que la toilette corporelle est quotidienne, les corps sont souvent odorants, du fait de leur imprégnation par l’odeur de la fumée des feux domestiques, surtout si elle a servi à conserver la viande, ou en raison des suées intenses, provoquées par les tâches physiques prolongées, surtout chez ceux et celles dotés de pilosités abondantes. Cela renforce les discours racistes à l’encontre des Pygmées, basés sur la saleté et les odeurs corporelles fortes, réelles et métaphoriques, qui leur sont attribuées.

62Le fait de marcher pieds nus est aussi stigmatisé par leurs interlocuteurs (missionnaires, Villageois, fonctionnaires, enseignants, personnels médicaux...), que ce soit au nom de l’hygiène (l’évitement des puces-chiques, des blessures et des plaies infectées) ou de l’abandon de mœurs primitives. L’absence, la rareté et/ ou le délabrement des chaussures, notamment chez les enfants, est une constante du fait de leur coût, mais aussi de leur fragilité, et de leur inadaptation à la marche en forêt inondée. Aussi, de même que de nombreux Non-pygmées pauvres, marche-t-on facilement pieds nus, à la maison, dans les champs, en forêt et aussi lors des longs trajets où les précieuses claquettes ou chaussures sont suspendues au cou ou rangées dans la hotte pour les préserver.

63Ici, comme ailleurs, les vêtements, parures et chaussures, surtout ceux qui sont à la mode, aussi modestes soient-ils au regard d’un étranger, sont des objets de prestige et d’affichage du statut social.

64Lorsque des vêtements, des coiffes et des parures manufacturés sont accessibles, on décèle immédiatement des styles originaux : dans le choix des matières et des couleurs, volontiers brillantes, dans la façon de les porter (bouton du col de chemise strictement fermé, vastes vestes de costumes masculins portées à même la peau, T-shirt converti en robe, juxtapositions d’épaisseurs...) ; dans l’invention de nouveaux usages sans avoir à considérer le statut originel fixé par le fabricant (port en parure de sous-vêtements, inversions des coiffes, vêtements ou sacs à main féminins portés par les hommes…), dans la façon de les porter usés jusqu’à la corde, certains sachant tirer parti des déchirures pour valoriser et érotiser leur corps.

65Ainsi, même avec peu de moyens, il est exceptionnel que l’on ne dispose pas a minima d’une tenue de travail et d’une tenue la plus neuve et la plus propre possible pour les sorties en ville, à l’église ou au temple, pour assister à une cérémonie funéraire ou une soirée de danse, à un défilé politique ou à une exhibition folklorique. La promenade au retour de la forêt ou après le travail aux champs est souvent une quête amoureuse au cours de laquelle il convient de paraître bien coiffé, propre et dans ses plus beaux atours, à la mode. Lorsqu’ils (elles) en ont les moyens, surtout à proximité des villages, les coquet(te)s, adolescents et adultes, changent de tenue plusieurs fois par jour.

66L’apparence corporelle et les manières d’être permettent donc souvent une reconnaissance à distance de qui est Pygmée, de qui ne l’est pas, avec des différences notables au sein de ces mêmes sociétés, selon le statut économique, entre résidents des bords de route et résidents en forêt, entre jeunes et vieux, entre modernistes et traditionnalistes, entre Chrétiens et « Païens ».

67En 2004, des Aka de Nola (RCA) refusèrent que des films de la Chronique aka (vidéo Epelboin et al. 1987-2012) enregistrés dans les régions de Mongoumba et de Bagandou les représentent au Musée Boganda de Bangui, en raison de la nudité de bon nombre des acteurs. Au-delà de leur propre représentation de la pudeur très influencée par leurs conversions chrétiennes, ils craignaient que cela ne renforce leur statut de primitif auprès des visiteurs centrafricains. Ce risque est réel, puisque effectivement, pour le grand public, national et international, de façon ici encore consciente ou inconsciente, le vrai Pygmée, comme tout primitif, se doit de n’être vêtu que d’un cache-sexe et de ne tirer sa subsistance que de la chasse et de la cueillette, nomadisant exclusivement dans la forêt, ignorant le reste du monde.

68Aussi, lors des premières tournées internationales de musiciens aka, par exemple à Bordeaux en novembre 1994, les organisateurs français et centrafricains, imposèrent aux artistes, hommes et femmes, de ne porter que des cache-sexes en écorce tapée, mal préparés, rugueux et irritants, alors que cela faisait longtemps que leurs parents les avaient délaissés :

Là-bas (à Bordeaux), il n’y avait pas les vrais habits, pas de pantalon ni de culotte. Il n’y avait que les queues de singe ! Et puis l’écorce ! L’habit des ancêtres !
Les femmes ont refusé de porter ça. Parce que la façon dont c’était fabriqué, c’était encore dur (rugueux). Ce sont nous, les hommes, qui avons mis ça. Les femmes ce sont les jupes de raphia avec des caleçons ! Et en haut, rien ! Si elles finissent elles reprennent les vêtements modernes. (Ginza, novembre 1994, carnets de terrain de l’auteur)

Mariages et viols

69Dans les situations, comme en Lobaye en RCA, où certaines ethnies (Ngbaka, Bangando) s’estiment « propriétaires » de leurs Pygmées, un mariage pygmée était et est encore souvent un temps qui, au nom d’une parenté classificatoire, leur permet de bénéficier de la force de travail du beau-fils ou de la belle-fille, voire de la belle-famille pygmée, de s’attacher de nouveaux chasseurs. En juin 1991 à Bagandou, Mombaka, fils de Ginza, un adolescent, fraîchement marié selon les normes aka, fut emprisonné, battu et soumis à des travaux forcés par les autorités municipales, pour avoir refusé de payer une part de la dot (récolte de régimes de noix de palme, travail dans les plantations de café, fourniture de gibier, portage de marchandises…) à la famille villageoise « propriétaire » de la famille de la jeune fille, voulant imposer ainsi une parenté classificatoire non consentie. Le reçu de libération au nom d’un « Pygmée », sans identité reconnue, illustre bien l’idéologie des pouvoirs municipaux en place :

Reçu. Je soussigné JP M. Secrétaire en service à la Mairie de Moboma reconnaît avoir reçu de M. Dr Epelboin CNRS une somme de 3 000 F (trois mille francs) représentant les frais de Libération d’un pygmée emprihendé [contraction de emprisonner et appréhender], pour une désobéissance caractérisée.

70Actuellement, le mariage entre un homme aka et une femme villageoise en RCA reste rarissime, souvent de courte durée, et concerne des individus prestigieux, d’excellents chasseurs, des salariés, des notables. C’est le cas, clandestinement, de devins-guérisseurs aka avec des clientes urbaines, et moins discrètement depuis les années 1990 de musiciens ayant participé à des tournées nationales et internationales. Dans la région de Mbaïki, à Boukoko, un journaliste affirme que des Aka « font des enfants avec les filles [mbati] du village » (Kpamanda 2011), mais cela n’a pu être vérifié.

71Autrefois, rapportent tous les informateurs consultés, aussi bien Aka, que Villageois, administrateurs…, un Pygmée qui aurait osé avoir des rapports sexuels avec une femme villageoise aurait été mis à mort. En 1989, Jean-Marie élima, Aka de Mongoumba, ne sut pas lors d’un campement de pêche, en échange du poisson qu’il avait récolté en abondance, résister aux avances d’une femme villageoise mariée. Il fut acquitté du délit d’adultère par le tribunal villageois en raison du comportement sexuel bien connu de cette femme et de la volonté du mari trompé de divorcer rapidement, mais dut migrer au Congo pour fuir des harcèlements racistes. Sa mort, quelque temps plus tard après une brève maladie mal identifiée, fut interprétée unanimement par les différents devins-guérisseurs consultés comme un meurtre magique. Elle fut attribuée à la vengeance de la famille de la femme adultère, humiliée de cette mésalliance, aidée par un complice aka jaloux qui reprochait, à tort, à Jean-Marie d’avoir fait des avances à sa propre femme.

72En Lobaye, le mariage d’un Villageois avec une femme pygmée, même en tant que deuxième ou troisième épouse, est très rare, globalement impensable socialement, souvent le fait de personnalités originales, voire marginales. Les divorces sont très fréquents, l’épouse se trouvant, plus qu’une autre, malheureuse, isolée de sa famille, en butte à des discriminations, voire des violences. les enfants de ces unions, à moins que leur apparence physique ne révèle pas leur origine, rejoignent la famille de leur mère pour ne pas avoir à subir des vexations et, sauf exception, se marient avec des partenaires pygmées. Ce type de mariage est plus fréquent, quoique rare, au Gabon et très variable selon les ethnies (Verdu 2009, Le Bomin & Mbot, ce volume).

73Les généticiens des populations considèrent que les métissages licites ou illicites ont provoqué « des flux génétiques substantiels des non-pygmées aux Pygmées » dans les populations de l’ouest de l’Afrique centrale (Verdu 2009).

74La prohibition générale de cette sorte de mariage n’empêche pas que, partout, des rapports sexuels clandestins avec des femmes pygmées soient recherchés. Certaines sont consentantes, disposant de leur libre arbitre, mais la plupart du temps, il s’agit de rapports sexuels imposés, par exemple sous le prétexte de réparation d’une dette ou d’un vol non prouvé, sans compter les cas de viols individuels ou collectifs (Giolitto 2006).

Au Congo, à « Ngoua 2, un village situé à 200 km de Dolisie, chef-lieu du département du Niari au sud du Congo... les violeurs n’hésitent pas à opérer en présence des époux de leurs victimes... Il y a aussi dans la localité des cas de viols collectifs aussi bien dans la forêt qu’au poste de police géré par des ex-miliciens affectés là pour y jouer le rôle d’agents de l’ordre. » (CoDES 2004)

75Un cas de viol d’hommes twa par des soudards a été dénoncé en RDC en 2009, justifié par la volonté d’« acquérir une force surnaturelle qui confère l’invulnérabilité, appelée kilemba » (lemague.net 2009).

Alcool, tabac, cannabis, vols et délinquance

76L’alcoolisme, associé à la consommation quotidienne de tabac et de chanvre indien (Cannabis sativa), est souvent relevé pour stigmatiser ces populations qui auraient dégénéré en quittant leurs écosystèmes forestiers originels et en se sédentarisant. Elles auraient perdu leur identité et ne vivraient plus que dans un état d’acculturation (au sens pathologique), consacré à la seule satisfaction de leurs toxicomanies.

77L’addiction alcoolique est un problème de santé publique majeur affectant toutes les sociétés et tout particulièrement les peuples autochtones, ici les Pygmées installés à proximité de lieux d’approvisionnement en alcool. Et ce ne sont pas des hommes seulement, mais aussi des femmes, souvent âgées, qui rentrent chaque jour en titubant à leur domicile.

78C’est cet argument de l’addiction alcoolique qu’utilise en 2007 Jean Christophe Tengi de Manamana (préfecture de Lastourville), lui-même akélé, descendant d’une grand-mère maternelle bongo, à propos des hommes bongo qui ont du mal à épouser des filles d’une autre ethnie. Selon lui, ils gaspillent l’argent de leur travail ou de la vente de leur gibier en alcool, ce qui fait qu’ils rentrent les mains vides à la maison, ivres de surcroît : « C’est comme ça qu’ils ne peuvent pas garder avec eux les femmes d’autres ethnies : elles ne peuvent pas supporter. ».

79Il faut distinguer l’alcoolisme chronique, c’est-à-dire une addiction ruinant la vie d’individus et de familles, des alcoolisations festives, inégales selon les individus et relativement rares, hebdomadaires en certains temps ou lieux, annuelles en d’autres. L’alcool joue en effet un rôle social très important dans les cérémonies,notammentfunéraires,aussibienvillageoisesquepygmées.Lescérémonies réussies sont caractérisées par des danses prolongées jusque tard dans l’après minuit et éventuellement durant plusieurs jours et nuits. Elles sont difficilement envisageables sans disposer de boissons alcoolisées, sans compter le tabac et le cannabis pour les amateurs. Chaque participant a sa part, souvent réduite à quelques gorgées ou bouffées, les meilleures parts étant réservées en priorité aux personnages socialement importants et aux danseurs, chanteurs et musiciens qui animent la fête. Et au premier rang de ceux-ci, les batteurs de tambours et les danseurs pygmées des deux sexes, dont les performances assurent le succès de la cérémonie.

80C'est un trait étudié seulement d’un point de vue prohibitionniste, commun à la quasi-totalité des civilisations pygmées, même si tous ne sont pas amateurs, que de très nombreux individus, dont certaines femmes, sont des fumeurs quotidiens de cannabis, généralement à faible teneur en substances actives. Ils le considèrent, de même que les alcools et les tabacs, comme un nutriment nécessaire à l’entretien de la santé et de l’humeur. Il est acheté ou obtenu par troc auprès de Villageois, parfois auto cultivé.

81Les modifications biologiques, sensorielles et cognitives ainsi provoquées sont employées pour réaliser des performances de danse, de musique et de chasse, et aussi pour les travaux pénibles exigés par l’entretien des plantations ou le portage de lourdes charges sur de longs parcours. Le tabac et/ ou le cannabis sont consommés systématiquement par nombre de chasseurs pour mener à bien les longues parties de chasse et les poursuites exténuantes de gros gibiers, y compris les éléphants (Epelboin 1990). Situation exceptionnelle, mais qui va dans le sens de la reconnaissance implicite, officieuse et générale par les Non-pygmées du rapport particulier que les pygmées entretiennent avec cette drogue, en Ouganda, ils « jouissent d’un droit exclusif de production de chanvre sur le territoire » et le commercialisent dans des quantités non négligeables (Verdu 2009).

82Le cannabis est fumé en groupe sous forme de cigarettes sans tabac, roulées dans une feuille de Zingibéracées ou de papier, souvent de cahier d’écolier, ou dans le foyer minuscule d’un shu‑bang constitué d’un entre-nœud de bambou. L’usage de pipes est rare du fait des quantités de chanvre nécessaires, mais il est attesté au Gabon surtout chez des vieilles femmes (Verdu 2009). Il n’y a pas ou très peu de notion de la dangerosité de la fumée inhalée, qu’elle provienne de la combustion du tabac, du chanvre ou du papier d’emballage de la cigarette.

83La légitimité sociale traditionnelle de la consommation d’alcool, de tabac et/ ou de chanvre a été et est fortement combattue par les églises chrétiennes qui les diabolisent, par les autorités nationales et médicales au nom du risque de maladies, de l’addiction, de la folie et de la délinquance. Conscients du caractère illégal de l’usage du chanvre au regard des lois officielles de la nation, contrairement à l’alcool, les amateurs centrafricains, congolais et gabonais rencontrés savent avec malice dissimuler leur consommation en présence d’étrangers ou de représentants des autorités prohibitionnistes.

84À propos de délinquance, dans les discours dévalorisants, à connotations volontiers racistes, comme d’autres peuples nomades ou chasseurs-cueilleurs dans le monde, les Pygmées sont régulièrement accusés d’être des voleurs par les cultivateurs. Dans les faits, un glanage et/ ou un grappillage est toléré dans des limites variables selon l’harmonie sociale, l’abondance des ressources et la qualité des relations interpersonnelles : une poignée de jeunes feuilles de manioc, des épis de maïs, des fruits d’arbres cultivés, voire l’abattage d’un palmier raphia vinifère dans une friche éloignée. la frontière entre le grappillage accepté et la rapine dénoncée est floue, surtout si le terrain privé concerné est un ancien habitat ou une plantation en jachère désinvestie. Les rapines alimentaires et les vols d’objets domestiques, souvent des vêtements en train de sécher, sont autant le fait de jeunes Villageois que de Pygmées en maraude, ces derniers, de même que les migrants et les réfugiés des pays limitrophes, étant des boucs émissaires, plus souvent accusés qu’à leur tour.

85Les plaintes, déposées par des Pygmées à l’encontre de Villageois auprès de la justice coutumière villageoise ou auprès des forces de l’ordre pour vol ou violence, n’aboutissent que rarement à un jugement équitable. Elles sont souvent retournées contre les plaignants avec des frais de justice à leur charge, voire des amendes iniques qu’ils ne peuvent, ni ne veulent honorer. Aussi des vols peuvent être commis par des Pygmées qui se font ainsi justice eux-mêmes, pour satisfaire une revendication, légitime de leur point de vue. Ce peut être une personne qui s’est vu saisir une partie de sa récolte ou de sa chasse par un Villageois, au nom de traditions de subordination qu’elle ne veut plus accepter ; ou un débiteur qui s’est vu confisquer par un Villageois un objet d’une valeur très largement supérieure à la créance ; ou bien les travailleurs d’une plantation qui n’ont pas reçu ou estiment ne pas avoir reçu ce qui leur était dû et qui viennent se servir…

86Et puis, comme partout, il existe une idéologie sécuritaire qui autorise la société à punir, voire à tuer physiquement et/ ou magiquement les délinquants reconnus, surtout si leurs méfaits sont associés à des réseaux maléfiques et au brigandage sorcellaire. Cela légitime l’usage de charmes de protection des biens matériels qui provoquent folie et diverses maladies douloureuses, voire mortelles si le voleur ne vient pas de lui-même offrir réparation à sa victime. C’est ainsi qu’en 2001 au Gabon, un des modèles explicatifs de la mort de jeunes Koya provoquée par le virus Ébola était le vol de pieds de chanvre protégés magiquement (vidéo Epelboin et al. 2006).

87En cas de conflit larvé ou officiel avec des Villageois, ce qui était toléré devient un vol et les exemples de justice sommaire à l’encontre de Pygmées sont nombreux, marqués de violences physiques et de viols en RCA (Giolitto 2006), au Cameroun (Fouda Effa 2011), au Burundi (7/7.cd 2010).

88Au sein de familles aka et entre elles, les accusations réciproques de vol ne sont pas rares. Elles sont basées sur des conflits relatifs au partage du gibier ou d’argent, au pillage d’une ruche réservée, à des contentieux consécutifs à des emprunts prolongés d’objets (savon, nourriture, vêtements, tambours, cartouches...), au non remboursement de la dot après un divorce. Elles masquent souvent des jalousies amoureuses qui, attisées par l’alcool, se règlent par des bagarres rapidement généralisées lors de soirées de danses réunissant plusieurs campements, interrompant la fête. Les protagonistes, hommes ou femmes, immédiatement rejoints par leur parentèle, s’affrontent alors à coup d’insultes, de poings, de bâtons, de bûches saisies à la va-vite (vidéo Epelboin 1995). Grâce à l’intervention de gens avisés, le baston s’arrête généralement rapidement, aux premiers sangs, et les blessures graves sont rares. Cela ressemble alors souvent à une comedia del arte, un défoulement collectif jouissif, rappelant les célèbres bagarres du village d’Astérix le Gaulois, toujours prévisibles. Mais en même temps, elles sont dangereuses, car elles irritent les esprits protecteurs de la forêt qui sanctionnent la discorde et la violence au sein des familles par des échecs à la chasse. Si le sang a coulé, a fortiori en cas de blessure grave, la victime et sa famille ont droit à de lourdes compensations matérielles, par exemple un fi de chasse, des fers et à présent des sommes d’argent importantes, sans compter les amendes, voire les emprisonnements au niveau de la justice villageoise ou nationale. La justice coutumière familiale, les rituels de réconciliation gérés par les aînés(es), basés notamment sur des échanges de salive assimilée à la parole, sont souvent de véritables sociothérapies cathartiques qui préviennent, régulent et réparent ces conflits avec une singulière efficacité (vidéos Epelboin 1994, Epelboin & Boclet 1997).

89La fréquence de ces bagarres, bénignes la plupart du temps et quasi rituelles, facilitées par la désinhibition alcoolique, est utilisée dans les discours racistes pour stigmatiser une sauvagerie indélébile. Alors que les Aka, s’ils peuvent être bagarreurs entre eux, ne sont pas et n’ont jamais été guerriers, tout au plus pisteurs pour les sociétés villageoises auxquelles ils pouvaient être alliés. La croyance dans sa propre infériorité physique, l’assujettissement et la répression sont traditionnellement telles que des affrontements physiques avec des Villageois, en dehors d’un homme qui s’y risquerait sous l’effet de l’ivresse, ne sont pas pensables, et encore moins qu’un Pygmée puisse en sortir victorieux.

90Aussi est-il intéressant de rapporter ici la célébration par des informateurs bongo en 2007 de la révolte exceptionnelle qui eut lieu en 1987 à Manamana dans l’Ogooué-Lolo au Gabon. Jusqu’à cette date, là comme ailleurs, les Pygmées, même s’ils avaient de l’argent, étaient interdits d’entrée dans les bars publics, surtout ceux qui diffusaient de la musique de danse moderne. Un Bongo nommé Tsanzu se vit un soir non seulement interdire l’entrée d’un bar, mais aussi arracher le billet de 10 000 CFA ( = 20 000 F CFA actuels = 30 Euros) qu’il tenait à la main, le tout sur un fond d’insultes racistes relatives à sa puanteur animale. Ivre d’alcool, mais aussi de la conviction de sa propre valeur, porté par une fierté pygmée, il osa frapper son adversaire et réussit à le terrasser rapidement, fracassant la soumission traditionnelle et désinhibant tous les Bongo présents. En effet, jusqu’à cet instant, la résistance à l’exploitation et aux discriminations n’était pensable que passive, s’exprimant par des jeux de rôle de pusillanimité, des déménagements rapides, mettant hors d’atteinte des adversaires. Ce qui n’était au départ qu’une bagarre de bar entre deux hommes éméchés déclencha une bagarre qui se généralisa durant toute la nuit à tout le village, mobilisant hommes et femmes de tous âges, Bongo d’un côté, Villageois nzebi et akélé de l’autre. Au petit matin, à la stupéfaction de tous, malgré leur infériorité numérique et leur petite taille, la victoire des Bongo était écrasante. Eux-mêmes étaient quasi indemnes, alors que leurs adversaires souffraient de plaies et de bosses, notamment une femme akélé à la mâchoire fracturée par le pilon d’une femme bongo.

91Le préfet de Lastourville de l’époque, devant lequel l’affaire fut portée, probablement Mousshavou Ntengui qui exerça l’autorité du 19 mars 1987 au 24 janvier 1990 selon le panneau du hall de la préfecture, appliqua la politique gouvernementale en vigueur qui commençait à interdire la discrimination des Pygmées. à la stupéfaction de tous, il stigmatisa les comportements des Villageois et arbitra en faveur des Bongo.

92Tsanzu, l’initiateur de la révolte, décéda prématurément, selon ses partisans en raison de vengeances magiques de ses adversaires, conjuguées à sa consommation alcoolique. S’opposant à un ordre établi injuste, dénonçant et libérant son peuple de l’oppression dont il était l’objet, il est devenu au niveau local un héros quasi messianique pour les jeunes bongo, soumis à des humiliations fréquentes, ne serait-ce qu’en raison de leur pauvreté. Une icône de rebelle qui n’est pas sans rappeler celle de Wongo, héros national de la résistance anticoloniale du début du XXème siècle dans la région de lastourville : Wongo le patriote, valeureux guerrier Awandji qui s’opposa au début du XXème siècle à l’occupation étrangère, et qui après s’être rendu, fut déporté à Bangui en 1929 (stèle de sa statue en bronze, érigée sur la place de la préfecture de Lastourville, inaugurée le 18 août 2004 par Madame Paulette Missambo, Ministre d’état). Dans cette préfecture, sa mémoire est célébrée par des reproductions de sa photo affichées dans la pièce de réception de nombreuses maisons, à côté ou en place de celle du Président de la République et du député.

Discriminations positives

93La discrimination très largement dominante dont les Pygmées sont l’objet est négative, mais elle peut être aussi positive ou du moins le paraître.

94Des mythes existent, attribuant aux Pygmées un rôle d’aîné, qui a perdu ses prérogatives : perte de la maîtrise de la forge par les Aka au profit des Monzombo au bord du fleuve Oubangui ; abandon du statut d’aînesse des Kola du Congo au profit de leurs cadets qui, en sortant les premiers de la forêt, sont devenus les Ongom, agriculteurs parlant une langue très proche.

95Leurs protecteurs, souvent auto-proclamés, sont nombreux, notamment des non-Africains : des patrons généreux, des propriétaires de fusils, des acheteurs de viande de chasse, des patients guéris, des fonctionnaires humanistes, des professionnels de santé, des religieux, catholiques, protestants, musulmans, des défenseurs des droits de l’homme, des protecteurs de la faune et de l’environnement, des partis politiques, des organisations non gouvernementales, nationales et internationales, des anthropologues, des chercheurs patentés, autodidactes ou mystiques, des imprésarios de tournées artistiques nationales et internationales, des guides touristiques, des aventuriers…

96Là où existent des missions chrétiennes et tout particulièrement catholiques, ou bien des programmes de développement d’organisations non gouvernementales consacrées aux Pygmées, par exemple à Londo, Zomia et Bagandou en RCA, à Salapoumbé, Lomié et Bipindi au Cameroun (ongbwa 2007, film Gallois & Laedeyret 2008), ceux-ci peuvent bénéficier d’un accès privilégié aux soins, aux médicaments, aux vaccins, parfois à l’école, accès meilleur que celui de leurs voisins pauvres. le corollaire de cela est une incitation très forte à une sédentarisation à proximité de ces institutions, parfois une christianisation fortement encouragée, et les difficultés d’accès aux soins de ceux qui résident à une grande distance.

97Un tourisme désiré équitable se développe, créant ou s’associant à des projets humanitaires relatifs aux droits de l’homme, à la santé et la scolarisation, par exemple en RCA :

6 % du montant de votre voyage sont consacrés aux projets de développement locaux. Programme d’aide aux Pygmées Aka de la République Centrafricaine, vaccination, traitement du pian. (Un monde pygmée 2011)

98Autre facteur de discrimination positive, les Pygmées sont célèbres pour leurs qualités de chasseurs, notamment d’éléphants (Bahuchet 1985, Guillaume 2001). Au-delà de la curiosité vis-à-vis d’hommes que les Européens confondirent longtemps avec des êtres mythiques, puis avec un chaînon manquant de l’humanité, les colonisateurs tentèrent très tôt d’établir des liens directs et privilégiés avec les Pygmées qui, très mobiles, échappaient à tout contact non consenti. ils ne réussissaient pas à les contraindre par la force, comme les autres sociétés forestières, à s’établir le long des axes routiers, à exécuter des corvées, des travaux forcés, des portages, à payer les impôts et les taxes. En 1952, les médecins qui explorent l’état immunologique des Aka vis-à-vis de différentes affections virales en Lobaye évoquent :

(...) le caractère craintif de ces aborigènes vivant encore sous la domination des races africaines occupantes. Leurs contacts avec les Blancs sont encore rares, ces primitifs fuyant à son approche pour aller se cacher dans les parties les plus denses de la forêt. Grâce à l’infl de l’un de nous (docteur Lemaigre) sur les sorciers qu’il a éduqués comme infi nous avons pu rassembler au village de Bagandou un certain nombre de Pygmées. (Le Gac, Giroud & Lemaigre 1952)

99Les Koya de la région de Mékambo au Gabon évoquent avec émotion l’administrateur de Mékambo, le lieutenant Thomas (1933 à 1936, selon le panneau de la sous-préfecture), qui leur rendit justice lors d’une rébellion armée, exceptionnelle chez ces peuples pacifiques, provoquée par les incuries et les spoliations dont ils avaient à souffrir de la part des autorités villageoises nommées par l’administration coloniale. Au moment où un militaire supplétif fang voulut venger un camarade blessé en tabassant à coups de pieds un rebelle Koya ligoté, nommé Ngoma Ngoy, il fut saisi de paralysie, preuve concrète de la puissance des pouvoirs surnaturels attribués aux Pygmées. Le récit de Mimbaye Denis, chef du village Koya de Mangombe II du regroupement d’Imbong, et de son frère aîné Ambèse Louis-Joseph, évoque un surveillant surexcité, prenant son élan pour frapper à coups de pied le prisonnier dans un geste forcé et chutant lourdement sur le dos, incapable de se relever, « paralysé » (vidéo Epelboin et al. 2006) : un classique lumbago intempestif d’un point de vue médical. Le lieutenant Thomas fit libérer Ngoma Ngoy, négocia habilement l’obtention de son propre pardon de la rébellion contre une amende en gibier, lui donna même un fusil à piston, le premier et pendant très longtemps le seul à être possédé en propre par un Pygmée. Il traita équitablement les Koya et noua ainsi des rapports privilégiés qui assurèrent désormais ses approvisionnements directs en viande fraîche ainsi que d’autres produits de la forêt, court-circuitant l’économie traditionnelle. Il obtint pacifiquement leur installation sur les axes routiers qu’il était en train d’établir et nomma Ngoma Ngoy chef de village. Il frappa encore plus les imaginations en exécutant un rituel d’échange de sang avec lui. Une fraternité, une parenté classificatoire imposée et consentie, une discrimination positive réservée aux seuls Koya, c’est-à-dire la catégorie sociale la plus basse ! Sa portée a immédiatement été perçue par tous, y compris sa dimension discriminante vis-à-vis des ethnies voisines, puisque le lieutenant n’a pas établi la même alliance d’amitié avec elles et que, ce faisant, il les humiliait, colonisait l’ordre social et les relations interethniques.

100Cette manipulation matérielle et symbolique du sang était aussi un jeu dangereux du point de vue de l’idéologie raciste coloniale, des sciences médicales, coloniales et contemporaines, et des représentations du sang en vigueur dans les sociétés africaines. Dans un cas, il s’agit d’un risque microbiologique à la fois réel et fantasmé, dans l’autre de don et de contre-don de sang, inscriptibles facilement dans des logiques de sorcellerie anthropophage, de spoliation et/ ou de vol de force vitale.

101Une autre discrimination positive à l’égard des Pygmées tient aux qualités extraordinaires prêtées à leurs devins-guérisseurs (ngàngà en Aka) : les organisateurs de voyages touristiques attirent même leurs clients en leur promettant de « cueillir des plantes médicinales avec les pygmées » (Dzanga Sangha 2011). on attribue souvent à ces derniers, notamment au Gabon, une antériorité de leurs savoirs et de leurs secrets qui seraient à l’origine de ceux de bon nombre de tradipraticiens appartenant à d’autres ethnies forestières.

Les Pygmées ont en effet une excellente connaissance de l’environnement, tant naturel que surnaturel et de la zoo-phytopharmacopée forestière. (Motte-Florac 1982, Thomas et al. 1981-2012)

102Leurs devins-guérisseurs sont respectés en raison de leurs pouvoirs divinatoires et thérapeutiques, liés à leur capacité de communication et d’alliance privilégiée avec les habitants de l’univers surnaturel, non visible au commun des mortels. on leur prête, de même qu’aux maîtres de chasse, la maîtrise de pouvoirs projectifs leur permettant d’agir dans le monde des génies de la forêt et des ancêtres, de se rendre invisible ou de se transformer en animal sauvage, notamment en éléphant ou en gorille (Epelboin et al. 2011). Cette capacité à mener victorieusement une guerre magique contraste paradoxalement avec la pusillanimité qui leur est habituellement attribuée. Ils sont craints en raison de la capacité supposée, de même qu’à certains esprits de la forêt, de pouvoir « lapider », tuer à distance leurs adversaires, ou ceux de leurs clients, à l’aide d’objets projetés qui pénètrent le corps des victimes sans effraction cutanée. Certains d’entre eux, de même que certains tradipraticiens villageois, savent extraire ces objets maléfiques du corps de leurs patients, sous forme d’artéfacts bizarres, de morceaux de piquants de porc-épic, d’os d’animaux, de cailloux, de pointes métalliques… (vidéo Epelboin et al. 1993). Ces extractions matérielles et symboliques du mal, basées sur la maîtrise d’un secret, d’une technique d’illusionnisme, principe connu chez l’homme depuis les origines de l’humanité (Cf. les crânes d’hommes préhistoriques ayant survécus à une trépanation rituelle), peuvent générer des effets surprenants lorsqu’elles sont employées en des temps opportuns par des individus habiles (Epelboin 2010).

103Lorsqu’un Aka qui n’est pas devin-guérisseur voyage en dehors de l’écosystème forestier, notamment à Bangui, une fois qu’il est reconnu comme « citoyen », il peut être considéré comme un benêt taillable et corvéable, gourmand d’alcool, de chanvre et d’aventures sexuelles, ou au contraire comme un individu doté congénitalement de pouvoirs. Il est alors l’objet de demandes de charmes et de remèdes, notamment amoureux. Répondre positivement pour un individu, même non qualifié, n’est pas difficile, car bon nombre de remèdes curatifs et préventifs relèvent des savoirs diagnostiques et thérapeutiques pygmées familiaux, sans compter les accumulations d’expériences liées à ses propres maux ou ceux de son entourage. Cela permet de subvenir aux frais du voyage, de gagner des protecteurs, parfois une amante, de rabattre un client sur un de ses parents ou maître et parfois d’initier une carrière de devin-guérisseur.

104Fins observateurs des comportements humains, prônant souvent une philosophie de la réconciliation par le partage de la salive entre parties adverses (.sὲmɔ̀ . sὲmɔ en aka), les devins‑guérisseurs aka s’attachent une clientèle de consultants, proches et étrangers, ruraux, urbains, y compris des notables jusqu’à certains présidents de la République. Satisfaits, ceux-ci sont des pourvoyeurs de biens et des protecteurs, leur permettant d’échapper aux sujétions et injustices coutumières.

105Cette discrimination positive des devins-guérisseurs pygmées, emblèmes valorisés et valorisants de ces peuples discriminés, peut se retourner contre eux. Accusés de dénonciation calomnieuse lorsqu’ils accusent de sorcellerie une personne au statut social élevé, ils peuvent être condamnés à de lourdes amendes, voire mis en prison. Ils risquent aussi d’être accusés de fétichisme, c’est-à-dire d’être eux-mêmes des sorciers. Des cas d’emprisonnement, voire de violences extrêmes, à l’encontre de Pygmées accusés de sorcellerie, y compris des enfants, sont régulièrement relevés (Giolitto 2006).

106La diabolisation par les églises chrétiennes des devins-guérisseurs et des rituels traditionnels est une constante, renforcée par la montée en puissance de nouvelles églises protestantes dirigées par des pasteurs très prosélytes (vidéos Epelboin et al. 2006, Soengas 2006). Aussi, bon nombre préfèrent ne plus prendre de risques, cessent leurs activités ou réservent leurs soins à leurs connaissances et parents.

107Autre facteur de discrimination positive, les musiciens, chanteurs et danseurs pygmées sont très appréciés et sollicités, non seulement lors des cérémonies de leurs voisins, mais aussi lors des défilés des fêtes coloniales, puis nationales : en 1975, « Bain de foule, danse des Pygmées en jupe de raphia pour accueillir Valéry Giscard d’Estaing à l’aérodrome de Bangui » (INA 1975).

108Au-delà des frontières linguistiques, l’ethnomusicologie a fait apprécier mondialement la richesse, l’originalité et la subtilité du patrimoine musical aka en particulier, contribuant à dépasser les archétypes historiques de primitivité qui leur étaient attachés (disques Arom et al. 1968, Arom 1978 et Fürniss 1998, Fürniss 1993, 2008, 2011, Le Bomin et Mbot ce volume). Depuis les années 1990, des tournées de chant, musique et danse sont organisées avec un très grand succès dans le monde entier. Malgré des conditions parfois précaires et des partages de bénéfices inégaux avec les organisateurs, pour ne pas dire parfois le vol de leur rémunération, puis des querelles avec des voisins ou des parents jaloux de ne pas avoir été du voyage, la majorité des artistes aka interrogés disent avoir réalisé à chaque fois une aventure qu’ils sont prêts à renouveler (vidéos Epelboin 1997, Epelboin et al. 2008). Ils disent aussi en revenir « les yeux ouverts » sur les discriminations dont ils font l’objet dans leur pays, à la fois en tant qu’individus et que peuple, avec une conscience renforcée de leur propre valeur et de celle que le terme « pygmée » peut posséder. Ils expriment une fierté pygmée grandissante que nous avons retrouvée également chez les Kola du Congo, Koya et Bongo du Gabon, de même que sur internet (Piya-Bouanga 2011, Salin 2011, 7sur7.cd 2011).

109La discrimination positive favorise des chasseurs, des devins-guérisseurs, des musiciens, des danseurs, des informateurs... Elle aboutit à des recrutements préférentiels par des oNG, des religieux, des chercheurs, des protecteurs de la nature, des organisateurs de spectacles, des touristes, mais ne concerne qu’une minorité d’individus et souvent de façon itérative, au gré des besoins de leurs employeurs. Ces recrutements préférentiels ne sont pas sans provoquer la jalousie et la rancœur de ceux qui n’en profitent pas, membres de la famille, voisins, autorités villageoises et municipales… Ce d’autant que les protecteurs sont aussi des témoins gênants des atteintes aux Droits de l’homme de minorités opprimées et du pillage des ressources cynégétiques, forestières et minières.

110Lorsque le (la) protecteur fait preuve de qualités d’empathie remarquables ou de connaissances particulières, ce trait ne peut être intelligible qu’en termes de parenté classificatoire, que comme étant la réincarnation d’un ancêtre. Ce fut le cas de femmes bakola à Mbomo au Congo en 2003 ou de Bokané Gilles, Bongo, chef de village d’Ibéa au Gabon en 2006, lors du discours d’adieu :

Je dis merci pour la visite que vous avez fait avec nous. Pour moi, ça reste comme l’histoire ! Quand je vous vois devant moi, vous êtes mon oncle (décédé), justement qu’on appelait Aditi ! Par la taille, … C’est comme ça pour moi !

111Dans une oraliture emphatique encore plus hyperbolique, Toumoroto Bernard complète en évoquant le prophète Moïse libérant le peuple d’Israël du joug pharaonique :

Vous êtes venu délivrer le peuple bakoya, en égypte au Gabon ! (vidéo Epelboin 2006)

112D’un point de vue inverse, ce même visiteur trop proche peut aussi parfois être accusé, tel un devin-guérisseur malfaisant, un sorcier anthropophage, de chercher à s’emparer des savoirs et de la force vitale de ses informateurs pour accroître ses propres pouvoirs, notamment lorsque ses recherches impliquent des prélèvements de fluides corporels humains ou animaux.

113Le classement par l’UNESCO de la musique aka en tant que « chef-d’œuvre du patrimoine oral et immatériel de l’humanité » en novembre 2003 (UNESCO 2011), renforcé par la prise de conscience de la nécessité de préserver l’environnement et la faune, a suscité un regain d’intérêt pour les peuples pygmées d’Afrique centrale, mobilisant des budgets importants au niveau national, international et local. Ici comme dans les autres projets de développement, les populations concernées se plaignent du faible nombre d’emplois créés et de l’évaporation des financements de la source à leurs mains.

114Les organisations et associations s’exprimant au nom des Pygmées montent en nombre et en puissance, malheureusement encore trop rarement dirigées par ces derniers, ne serait-ce que du fait de la rareté de ceux qui maîtrisent le calcul, la lecture et l’écriture. Lorsqu’elles le sont, elles sont soumises au politiquement correct de leurs interlocuteurs, parfois prosélytes politiques, écologistes ou religieux. Il leur faut apprendre la conformation et le « formatage » des discours et des projets selon les normes institutionnelles des bailleurs de fonds nationaux et internationaux. Malgré des volontés de fédération, elles ne sont souvent représentatives que des seules populations avec lesquelles elles partagent réellement les subsides obtenus : bien souvent il ne s’agit que de quelques familles, villages ou terroirs, parfois seulement les convertis à une église dominante ou les affiliés à un parti politique. Dans bon nombre de comités de défense des peuples autochtones, les rares Pygmées nommés à des fonctions institutionnelles servent d’alibi ou bien, surtout s’ils sont critiques, indisciplinés, s’ils ont les yeux ouverts, sont renvoyés dans des commissions subalternes où leur avis n’est pas décisionnel.

115Ces politiques de défense des peuples autochtones suscitent donc, au-delà des partages inégaux des crédits, des récupérations religieuses, idéologiques, notamment nationalistes, des usurpations de parole.

116La réflexion devrait aussi inclure celle de l’expression politique des femmes, qui reste difficile à obtenir. La majorité des hommes pygmées n’échappent pas aux stéréotypes machistes universaux qui voient les femmes comme des créatures inférieures.

117Il ne s’agit pas ici de jeter une paille dans l’œil de son voisin, mais de réfléchir aussi aux particularités de sociétés organisées en lignages et clans, à logique politique acéphale ou pluricéphale avec prédominance de l’aîné, s’il a les capacités à occuper cette fonction. Ici comme ailleurs, il est difficile de trouver des individus capables de représenter les intérêts, non pas seulement de leur parentèle ou de leur village, mais de la population dans son ensemble, des plus pauvres aux plus riches.

Conclusion

118Les peuples autochtones, les petites minorités ethniques et tout particulièrement les pygmées, subissent en définitive de plein fouet non seulement les effets de la déforestation, mais aussi ceux de la mondialisation et de ses crises politiques et économiques.

119La discrimination négative, du maintien au bas de l’échelle sociale au racisme virulent, est une constante, globalement peu compensée par les discriminations positives dont les Pygmées font aussi l’objet.

120Il n’est pas possible d’envisager leur développement, indépendamment de celui des autres populations autochtones (cultivateurs, pêcheurs, chasseurs, artisans, salariés, fonctionnaires, commerçants, chômeurs…) avec lesquelles des liens anciens ont été/sont tissés et/ ou déchirés, produisant des emprunts diversifiés (linguistiques, techniques, alimentaires, thérapeutiques, musicaux, rituels, économiques, matrimoniaux…).

121Avec l’avènement du XXème siècle, toutes ces populations ont subi les conséquences de la mondialisation : tout d’abord celles de la colonisation (exploitation des ressources forestières, cultures de rente, alignement des villages sur les routes, travail forcé, impôts, évangélisation, grandes endémies…) ; puis, depuis la décolonisation, les soubresauts politiques et économiques, nationaux et internationaux, les chutes des cours des cultures de rente, café et cacao, les crises pétrolières, les hausses successives des produits de première nécessité importés, la raréfaction du gibier, les épidémies de virus émergents (sida, Ébola…), les guerres civiles…

122Le développement des uns ne peut se faire sans le développement des autres, qu’il s’agisse de l’accès à la santé ou à l’école, de l’économie, des droits de l’homme ou de la reconnaissance du patrimoine immatériel.

123En voulant aider ou en valorisant les uns, sans considérer leurs voisins, les protecteurs des minorités ethniques peuvent leur être néfastes, comme dans la fable de Jean de La Fontaine, L’ours et l’amateur de jardins où le premier tua son ami en voulant chasser avec un pavé une mouche qui s’était posée sur son visage. Et quant au pauvre, il n’a guère les moyens de choisir ses amis.

124Le protecteur, y compris les médecins et les ethnologues, fréquentant longuement les mêmes individus et familles, exacerbe lui aussi les jalousies de ceux qu’il ne fréquente pas, sans compter les impairs et les normes ethnocentriques, prosélytes et déstructurantes qu’il peut produire, volontairement ou non, consciemment et inconsciemment.

125Le terme « pygmée », marqué par une histoire douloureuse de racisme et de souffrances, peut être stigmatisant. Mais il est le seul qui permette de désigner des populations spécifiques, portant des noms différents, et qui soit reconnu en dehors des cercles d’initiés connaissant les noms ethniques.

126Son emploi dans une perspective valorisante, structurée par une fierté pygmée, après une phase d’abandon légitime, est à présent revendiqué par un grand nombre d’interlocuteurs aka, kola, koya, bongo, notamment les plus critiques, les plus sensibles aux humiliations quotidiennes.

127Ce n’est donc pas le mot qui importe, c’est son sens et l’emploi qui en est fait.

Haut de page

Bibliographie

Bahuchet serge, 1985, Les Pygmées Aka et la forêt centrafricaine. Ethnologie écologique, paris, Peeters-SELAF.

, 1992, Histoire d’une civilisation forestière I. Dans la forêt d’Afrique Centrale : les Pygmées Aka et Baka, Paris, Peeters-SELAF.

, 1993, Histoire d’une civilisation forestière II. La rencontre des agriculteurs : les Pygmées parmi les peuples d’Afrique Centrale, Paris, Peeters-SELAF.

, 1993, L’invention des Pygmées, Cahiers d’Etudes africaines 33 (1) : 153-181.

Bancel Nicolas, Blanchard pascal, Boëtsch Gilles, Deroo Eric, Lemaire Sandrine, 2004, Zoos humains : au temps des exhibitions humaines, paris, éditions La Découverte poche 182.

Bouquiaux Luc, 2006, Les Pygmées Aka, victimes de l’afrocentrisme ? L’Homme, Revue française d’anthropologie 179 -Juillet/Septembre 2006 : 227-235.

Césaire Aimé, 2004, Discours sur le colonialisme [1950], suivi du Discours sur la négritude [1987], Paris, Dakar, Présence africaine.

Chippaux Alain, Chippaux-Hyppolite Claude (avec la collaboration technique de Mme Laboune), 1965, Immunologie des arbovirus chez des Pygmées-Babinga de Centrafrique, Bulletin de la Société de Pathologie Exotique 58 : 870-883.

Codes, 2004, Une ONG dénonce les violations des droits des pygmées au Congo. http://fr.allafrica.com/stories/200402160162.html

Courtemanche Olivier, 2011, Un monde pygmée : histoire des Pygmées. http://www.unmondepygmee.com/histoire.php

DigitalCongo, 2006, Le Président Joseph Kabila et son épouse ont voté sous les acclamations de la foule et sous une pluie battante http://www.DigitalCongo.net

Dzanga Sangha Central African Republic 2011, Cueillir des plantes médicinales avec les Pygmées, http://www.dzanga-sangha.org/drupal/fr/node/339

Epelboin Alain, 1990, Le regard haché : usage du chanvre et autres produits chez les “Pays” (Pygmées aka de République centrafricaine), in Toxicomanies et recherche du temps perdu, Actes du Colloque Paris 16 & 17 mars 1990 Centre Saint Germain des Prés : 67-77.

, 2006, Alain Epelboin, anthropologue spécialiste des Pygmées réagit au film "Man to man", CNRS, Journal des sciences, janvier à mars 2006, Science et fiction.

, 2010, Suspicion de fièvre hémorragique virale chez des chasseurs pygmées de la région de Ouesso Congo 29 juin/7 juillet 2010 : rapport de mission OMS, 24 p.

, 2010, Préface, in Mion Georges, Larréché s. & Goyffon M., Aspects cliniques et thérapeutiques des envenimations graves, édition Urgence Pratique Publications.

Epelboin Alain, Bahuchet Serge, Durand Jean-Louis, 2012, Le bon goût de la viande de primate : des interdits des Pygmées aka aux injonctions écologiques, in Cros Michèle, Bondaz Julien, Michaud Maxime (dir.), L’animal cannibalisé. Festins d’Afrique, paris, éditions des archives contemporaines : 45-69.

Fleuriot A., 1942, Les Babinga de Mékambo (Gabon) : étude anthropologique, Société d’anthropologie de Paris, IX° Série, tome 3 : 101-110.

Formenty Pierre E. M., Epelboin A., Libama F., Lenzi M., Sudeck H., Yaba p., Allarangar Y., Boumandouki P., , Drosten C., Grolla A., Feldmann H., Roth C., 2006, Detection of Ebola virus in oral fluid specimens during outbreaks of Ebola virus hemorrhagic fever in the Republic of Congo, Clinical Infect Diseases, 2006 Jun 1, 42: 1521-1526.

Fouda Effa Mireille, 2011, Pygmées Bagyéli entre vie et mort, http://www.africa-environment. org/fr/sante/1320-pygmees-bagyeli-entre-vie-et-mort

Fürniss Susanne, 1993, Rigueur et liberté : la polyphonie vocale des Pygmées Aka (Centrafrique), in Méyer Christian (ed.), Polyphonies de tradition orale. Histoire et traditions vivantes, Paris, Créaphis: 101-131.

, 2008, The adoption of the circumcision ritual bèkà by the Baka-Pygmies in Southeast Cameroon, African Music 8-2: 94-113.

, 2011, Partages et emprunts de musiques rituelles au Sud-Est Cameroun, in Desroches M., Pichette M.-H., Dauphin C., Smith G. E., (eds), Territoires musicaux mis en scène, Montréal, PUM : 313-328.

Gambi Jean-Bruno, 2011, Centrafrique : le scrutin chez les Pygmées Aka de la commune de Zoumia dans la Lobaye, http://www.journaldebangui.com/article.php?aid=753

Giolitto Anna, 2006, étude des cas de discrimination, abus et violations des droits de l’homme envers les Pygmées Aka de la Lobaye, République centrafricaine. COOPI, 72 p. www.coopi.org

Guilcher Jean-Michel, 1952, Mangazou le pygmée, Paris, Les albums du père Castor, Flammarion éditions.

Guillaume Henri, 2001, Du miel au café, de l’ivoire à l’acajou : la colonisation de l’interfl Sangha-Oubangi et l’évolution des rapports entre chasseurs-collecteurs pygmées Aka et agriculteurs (Centrafrique, Congo) 1880-1980, Paris, Peeters-SELAF.

HCDH, 1996-2004, Les droits des peuples autochtones, Fiche d’information N° .9 (Rev.1). http://www2.ohchr.org/french/about/publications/docs/fs9rev1_fr.htm

Kalumvueziki Ngimbi, 2011, Le Pygmée congolais exposé dans un zoo américain : sur les traces d’Ota Benga, Paris, L’Harmattan.

Kaninda J., 2011, Élection 2011 : le problématique électorat des pygmées, http://www.lemillenaireinfoplus.com/rubrique,election-2011-le-problematiq,1277828.html

Knight Judith, 2006, Droit des peuples autochtones en Afrique centrale : le Gabon vu de plus près, MINAPYGA, IWGIA Articles, http://www.gitpa.org/Dvd/pj/PyGMEES/PyGMC4_3.pdf

Kpamanda Elian, 2011, Les pygmées Aka : à la fois admirés et maltraités par leurs compatriotes Centrafricains, Journal des Élections en République Centrafricaine 2011, http://www.journal-des‑elections.net/elections‑rca‑2011/republique_centrafricaine/2011/02/les-pygmees-aka-a-la-fois-admires-et-maltraites-par-leurs‑compatriotes-centrafricains/

Le Gac P., Giroud P., Lemaigre C., 1952, La forêt équatoriale doit-elle être considérée comme une zone endémique des rickettsioses ? Comportement des pygmées de la Lobaye, oubangui-Chari (A. E. F.) vis-à-vis des antigènes des typhus épidémique, murin, de la fi boutonneuse et de la fièvre Q, Bulletin de la société de pathologie exotique 45 : 640-643.

Lefrou g., 1943, Chapitre XVIII Les Négrilles ou Pygmées, in Le Noir d’Afrique : anthropo-biologie et raciologie, Paris, Payot : 362-368.

Lévi-Strauss Claude, 1964, Mythologiques : le cru et le cuit, paris, plon.

Lemague.net 2009, Trois pygmées violés par des militaires au Congo, http://www.lemague.net/

Motte-Florac Elisabeth, 1982, Les plantes chez les Pygmées Aka et les Monzombo de la Lobaye. Contribution à une étude ethnobotanique comparative chez des chasseurs-cueilleurs et des pêcheurs-cultivateurs vivant dans un même milieu végétal, Paris, Peeters-SELAF.

Nouvelles Frontières, 2011, Cameroun circuit rencontrer, L’esprit de la forêt des Pygmées Baka, Fiche technique www.nouvelles-frontieres.fr

Odambo-Adone Léonard Fabrice, 2002, Discours inaugural, in Colloque Pygmées du Gabon. Libreville, basé sur l’article : « éloge à la pygmitude : quand un Pygmée proclame sa pygmitude et réclame ses droits », Journal Africa Internationale, August 1990. http://fr.youtube.com/watch?v=xZSxNfXyqy8" http://fr.youtube.com/watch?v=xZSxNfXyqy8

, 2006, Les droits des peuples autochtones depuis l’indépendance du Gabon, 1er Congrès des Peuples Autochtones Francophones, Communication en séance plénière, Agadir – 2-6 novembre 2006.

Ongbwa Dieudonné, 2007, Between two worlds, Impact of the new environment on an indigenous people’ healing activities: The Case of Bagyeli from Bipindi in Cameroon. Master of Philosophy in visual Cultural Studies, Faculty of Social Science University of Tromso.

Piya-Bouanga pierre, 2011, Moi, Kaya A Mbaya, femme pygmée (village de Missama, district de Sibiti dans le département de la Lékoumou en République du Congo) : interview. Mwinda.org, Journal en ligne http://www.mwinda.org

pygmées.eu 2011, Pygmées : la marque, http://www.pygmees.eu/pygmees.php

RFI Infos, 2007, Des Pygmées logés au zoo de Brazaville, http://www.rfi.fr/actufr/articles/091/ article_54031.asp

Salin F., 2011, Fier d’être Pygmée, Interview de Kapupu Diwa Mutimanwa, coordonnateur du REP-pygmee-interview-de-kapupu-diwa-mutimanwa-coordonnateur-du-repaleac.html 7sur7.cd, 2010, Nord du Burundi : des Pygmées tués en toute impunité, http://www.7sur7.cd/ 7sur7.cd, 2011, Équateur : le premier député provincial pygmée, http://www.7sur7.cd/

Thomas Jacqueline M. C., Bahuchet Serge, Epelboin Alain, (depuis 1993) et Fürniss Susanne (depuis 2003) (eds), Encyclopédie des Pygmées Aka. Techniques, langage et société des chasseurs-cueilleurs de la forêt centrafricaine (Sud-Centrafrique et Nord-Congo), paris, Peeters-SELAF.

—, 1983, vol. I.1. – Les Pygmées Aka : Introduction.

—, 1991, vol. I.2. – Le Monde des Aka.

—, 1991, vol. I.3. – La société.

—, 1991, vol. I.4. – La langue.

—, 1983, vol. II. Dictionnaire ethnographique aka-français : 1. P.

—, 1993, vol. II.2. B.

—, 1993, vol. II.3. MB-M-V.

—, 1998, vol. II.4. T-D.

—, 2003, vol. II.5. ND-N-L.

—, 2004, vol. II.6. S.

—, 2005, vol. II.7. Z-NZ-NY-Y.

—, 2007, vol. II.8. K.

—, 2008, vol. II.9. G-NG-H.

—, 2011, vol. II.10. KP-GB-NGB-W.

TV5 Monde, 2007, Discrimination contre les pygmées en plein 21ème siècle. http://www.youtube.com/watch?v=xZSxNfXyqy8

UNESCO, 2011, Le patrimoine oral et immatériel de l’humanité s’enrichit de 28 nouveaux chefs-d’œuvre, http://portal.unesco.org/fr/

Verdu Paul, 2009, Anthropologie Génétique des Populations d’Afrique Centrale : Histoire du Peuplement Pygmée, Thèse de Doctorat CNRS – Muséum National d’Histoire Naturelle -Université Paris 6, Paris.

Verner bradford phillips, blume H., 1992. Ota Benga -The Pygmy in the Zoo, St. Martin’s Press.

AUDIO VIDÉO

Arom Simha, 1978, Anthologie de la Musique des Pygmées Aka, oCoRA/Radio-France. 558 526-28 (réédité en 1980, 1985 et 1987).

Arom Simha, Dournon Geneviève, 1968, La Musique des Pygmées Babenzélé, Unesco, Coll. Anthologie de la Musique Africaine, Bärenreiter BM30L2303 [réédité en disque compact, 1998, International Institute for Traditional Music, Coll. Anthology of World Music, Rounder Records CD 5107].

Epelboin Alain, 1995, Chronique aka, Akungu juin 1994 : discordes, infortunes et réparations, République centrafricaine, 59 mn. Coprod: LACITO, CNRS AV. http://video.rap.prd.fr/ video/mnhn/smm/AK94discord00.rm

Epelboin Alain, Ambèse L.J., Le Bomin Sylvie, Mimbaye Denis, 2006, Chronique des Pygmées Bakoya, avril 2006, Mékambo, Gabon. 1ère partie 35 mn, 16 scènes ; 2 ème partie 57 mn, 21 pièces ethnomusicologiques. Prod. Santé, maladie malheur (SMM) CNRS-MNHN Paris, MINAPYGA & UOB Libreville Gabon. http://video.rap.prd.fr/video/mnhn/smm/0590 GAchrobakoya00_1.rm

Epelboin Alain, Bahuchet Serge, Vargas R., 1993 (2004), Yakpata, guérisseur pygmée : guérissage et vie quotidienne chez les Pygmées aka de République centrafricaine, Vidéodisque interactif de 63 minutes réalisé dans le cadre de l’exposition L’homme et la Santé, Cité des Sciences et de l’Industrie, La Villette, inaugurée en avril 1993. Coproduction LACITO, CSI, CNRS AV. http://video.rap.prd.fr/video/mnhn/smm/20042707_00_film_complet.rm

Epelboin Alain, Boclet D., 1997. Chronique d’Akungu déc. 1995. Mort et naissance de Masiki, Coprod : SMM, URA 882, LACITO, CNRS AV 58 mn, http://video.rap.prd.fr/video/mnhn/ smm/AK95_00.rm

Epelboin Alain, Marx Annie, Durand J. L., 2004, Ébola au Congo 2003, Production, SMM/ CNRS/MNHN & OMS.

, Virus paroles et vidéo, juin 2003, Kéllé, Mbomo, 30 mn.
http://video.rap.prd.fr/video/mnhn/smm/20040614_00_ébola_au_congo_juin_2003.rm

, Virus, braconnier et fétiche, décembre 2003, Mbomo, 40 mn.
http://video.rap.prd.fr/video/mnhn/smm/20040617_00_ebola_au_congo_decembre_2003.rm

Epelboin Alain, Marx Annie, Gruska Mireille, Fila D.P., 2004. Chronique Aka 1997, Paris. Boires et déboires après la forêt, 29 mn 45. Production, SMM/CNRS/MNHN Paris.
http://video.rap.prd.fr/video/mnhn/smm/Ak97Paris.rm

Epelboin Alain, Zoko A., Marx Annie, 2008. Chronique Aka février 2008 : une journée au Muséum et le spectacle des VIP, filmé par Zoko Antoine, Paris, Mantes-la-Jolie, 20 mn16 + 36 mn 35 + 1 h 10 Coprod. SMM CNRS-MNHN France & TOPA RCA.
http://video.rap.prd.fr/mnhn/smm/2008_fevAKA1ParisMNHN.rm
http://video.rap.prd.fr/video/mnhn/smm/2008_fev22AKAMantes01.mov
http://video.rap.prd.fr/video/mnhn/smm/2008_fev22AKAMantes2.mov

Fürniss Susanne, 1998, Pygmées Aka. Chants de chasse, d’amour et de moquerie accompagnés d’instruments à cordes, Disque compact, ocora-Radio France C560139.

Fürniss Susanne, Lussiaa-Berdou C., 2004, beka, rituel de circoncision chez les Baka occidentaux du Cameroun, Site internet, 105 p. de texte, 75 photos, 55 extraits sonores de musique et de sons significatifs, 15 extraits vidéos, 20 transcriptions musicales. Tous les documents avec légende (23 pages), http://www.vjf.cnrs.fr/lms/sf/SoM.html

Gallois F. P., Laedeyret J. M., 2008, Les Pygmées Bagyéli à la lisière du Monde (sud du Cameroun), Les Productions contact, online Productions, Planète, Orléans TV, 1 h 25 mn

INA France, 1975, Arrivée de Valéry Giscard d’Estaing et de Pierre Fourcade à l’aérodrome de Bangui, -a-bangui.fr.html

Soenges Beatriz 2006, Chronique des Pygmées Bakoya 2006 : premiers baptêmes d’un pasteur pygmée, 19 mn 42. Prod. Soengas et SMM CNRS MNHN Paris. http://video.rap.prd.fr/ video/mnhn/smm/BKy06_bapteme.rm

Zatjman A., Rabaud M., 2008, Les Pygmées, un peuple en voie d’extinction, France 24, 11 mn 29 http://www.france24.com/fr/20081016-pygmees-peuple-voie-’extinction-

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Epelboin, « Fierté pygmée et « pygmitude » : racismes et discriminations positives », Journal des africanistes, 82-1/2 | 2012, 73-105.

Référence électronique

Alain Epelboin, « Fierté pygmée et « pygmitude » : racismes et discriminations positives », Journal des africanistes [En ligne], 82-1/2 | 2012, mis en ligne le 11 mai 2016, consulté le 28 juillet 2017. URL : http://africanistes.revues.org/4280

Haut de page

Auteur

Alain Epelboin

Médecin anthropologue, UMR 7206, USM 104, CNRS-MNHN Paris. epelboin@mnhn.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org