Navigation – Plan du site
En Afrique de l’Ouest

Entre le pays et l’outre-pays

« Little Italy » dans le Bisaku (Burkina Faso)
Benoît Hazard
p. 249-274

Résumés

Les villes, en tant qu’objet des africanistes, ont été considérées comme le substrat matériel de la réflexion sur le politique africain. Saisie à travers l’opposition entre « communautés rurales » et « sociétés urbaines », la ville africaine fut cependant délimitée hors du champ des localités secondaires reléguées au monde de la ruralité. La localité de Béguédo (province du Boulgou, Burkina Faso) fournit le point d’ancrage d’une réflexion historique et anthropologique sur le statut politique d’une ville définie par la construction d’une forme de souveraineté. À partir de la notion de ville réticulaire (ville mais aussi « pays » construit sur la mobilité des activités productives et sur les réseaux économiques commerçants et migrants), nous montrerons le caractère déterminant de la relation entre le pays, l’arrière-pays et l’outre-pays dans la définition du statut politique de la ville. Entendue comme une forme d’entre-soi où s’enracinent les réseaux, et répondant aux modes de régulations sociaux et politiques d’une organisation lignagère, la localité de Béguédo alimente l’idée d’une ville segmentaire.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1En 1887, parti à la recherche des autorités qui gouvernaient l’intérieur de la boucle du Niger, Louis-Gustave Binger, découvrant les capitales de Bobo-Dioulasso et de Ouagadougou, ne put se résigner à y voir des villes1. Ces localités, articulées autour d’un système de production agricole vivrier, lui semblaient être des formations communautaires et traditionnelles situées à l’exact opposé de la représentation sans doute paradigmatique de la ville. Plus tard, lorsque Paul Mercier décrivait le gigantisme des agglomérations coloniales explosant avec les nouveaux migrants venus des campagnes et des centres urbains secondaires — ces pays « où les activités productives demeuraient, pour l’essentiel, agricoles »2 —, le modèle de référence de la ville restait celui du développement urbain colonial, dont la centralité de l’espace était emblématique. Les anthropologues ne niaient certes pas l’existence des villes africaines précoloniales3 mais en tant que modèle de développement, elles ne leur semblaient pas devoir se distinguer des campagnes. En outre, les villes4 exprimant d’abord des « situations coloniales »5, l’urbanisation et la forme des activités productives étaient alors consubstantielles à la colonisation. Conduisant à voir la ville comme l’expression d’un système de production dont l’histoire de la colonisation aurait été « l’unique moteur »6, ces recherches ont occulté la diversité des substrats matériels de la division du travail social et des activités productives, comme elles ont sans doute contribué à faire que la ville devienne étrangère à l’image du continent africain.

2Alors que les africanistes semblent avoir écarté durablement l’idée que les activités productives agricoles puissent fonder des systèmes de production urbains, les historiens se sont approprié les deux conditions qui, selon Max Weber, permettent de parler de la ville : l’existence d’un surplus agricole susceptible de nourrir les « non-producteurs » ; la présence d’un groupe de commerçants et d’un pouvoir politique capables d’imposer la production et la circulation des vivres7. Ayant le mérite de n’exclure aucun secteur d’activité particulier, cette définition ne se fonde plus sur le seul antagonisme sociétal et autorise dès lors la prise en compte de l’« arrière-pays » (qui fournit en particulier une force économique) dans l’analyse du statut politique d’une ville.

3Si la compréhension trop restrictive de la centralité d’un espace urbain est à la source d’une ville conçue comme « catégorie ethnographique standard »8, l’opposition quasi structurale au monde rural9 d’une telle représentation doit aussi largement aux stéréotypes de « la raison classificatoire sociologique et anthropologique »10 qui ont délimité l’objet ville et en ont fait l’espace de l’hétérogénéité sociale et des processus d’individuation par excellence. En ce sens, la ville n’échappe pas à la réitération des catégories sociologiques de « communauté » et de « société », dont Alain Marie montre pourtant la faible portée conceptuelle pour penser les processus d’« individuation » dans les sociétés africaines11.

4Échappant à cette fausse opposition, quelques études empiriques semblent avoir décelé les pièges de cette ville paradigmatique. S’interrogeant sur le statut politique de la ville secondaire d’Akropong (au sud du Ghana), John Middleton a pu montrer que le renforcement des relations communautaires, qui passe par le maintien du siège de l’autorité, des liens rituels, des relations claniques et familiales, était lié à l’émergence d’individualités consécutive à la migration vers les grandes villes12. La centralité politique d’Akropong, signifiée par l’expression « home-town » utilisé par les migrants, suppose un sentiment d’homogénéité statutaire et d’atténuation des différenciations individuelles relatif au contrôle que la ville peut exercer sur ses ressortissants. Récemment, plusieurs contributions — dont les travaux de Monique Bertrand et Pierre Dubresson (1997) — ont attiré l’attention sur le fait que les communautés, religieuses et ethniques, peuvent être à l’origine de la formation de centres urbains. Ainsi en est-il de la ville mouride de Touba (Sénégal) qui, sous l’apparence de la citadinité, résulte de mobilisations religieuses13, ou de celle de Ouahigouya (Burkina Faso), dont l’importance doit être comprise à partir de l’articulation entre des réseaux d’investissements liés aux migrations et des pouvoirs locaux qui en assurent le contrôle social et politique14.

Localisation des villages et des quartiers du canton de Béguédo

Localisation des villages et des quartiers du canton de Béguédo

5Dans ce contexte, la vertu heuristique de la notion de « cité-État » est de proposer un cadre conceptuel permettant d’approcher le statut politique de ces petites formations dites secondaires ou intermédiaires. En ce sens, elle rompt avec la ville perçue comme une forme antagonique au monde des communautés rurales, tout en envisageant une relation qui autorise l’ancrage, voire l’enracinement de l’arrière-pays en un lieu, mais aussi la construction d’une forme d’un entre-soi disposant de ses propres modes de régulation sociale et politique. Pour expliciter les caractéristiques de ce processus, l’exemple de Béguédo, localité de quatorze mille individus située dans la province du Boulgou (sud-ouest du Burkina Faso), autrement nommée Bisaku (littéralement « pays des Bisa ») par ses habitants, fournira matière à cette réflexion sur le statut politique d’une ville comme réponse aux contraintes d’une histoire politique locale et aux effets d’un redéploiement des modes de production de revenus issus en partie de la rente migratoire. Dans un premier temps, ces référents permettront de situer cette ville surgie de la poussière du Sahel et fourniront des registres au travers desquels elle se donne à lire. La langue lebir15 ne dispose que du terme générique kuno pour désigner la ville et ses locuteurs l’utilisent de façon très polysémique, puisqu’il peut signifier « la ville », « le pays », « le centre », ou encore « les villages ». Cependant, l’évocation d’une histoire du peuplement et les spécificités démographiques de Béguédo induisent une représentation du « pays » (ku) qui invite à repenser l’articulation entre la ville, son arrière-pays et ses confins. Dès lors apparaît un long processus d’expulsion des activités productives vers l’extérieur, à l’origine de ce que j’appelle ici une ville réticulaire, c’est-à-dire une formation sociale organisée autour du double principe de mobilité et de réseaux économiques constitués de commerçants et de migrants. Dans un deuxième temps, je reviendrai sur ce redéploiement des forces économiques hors de la ville en montrant comment elles s’enracinent dans une logique d’affrontements politiques née d’une situation d’aliénation sociale et politique. Cette situation est relatée par la construction d’une histoire des vaincus qui se nourrit de représentations de la malédiction et d’un sentiment d’indigence. Mais elle fournit cependant le point d’ancrage d’une recomposition de l’ordre social et idéologique dont l’aboutissement est le projet de ville comme mode d’exercice d’une souveraineté. Je montrerai ici combien la réappropriation des principes de la décentralisation et des notions telles que la commune et le lotissement participent de la construction d’une forme de souveraineté et d’un statut politique centré sur la localité. Du reste, cette localité entendue comme un modèle d’intégration politique restreint par une suprématie lignagère nous conduira à l’examen de la centralité politique de Béguédo au regard des réseaux sociaux qui, menant dans l’arrière-pays, assurent à travers des stratégies ambiguës l’existence de la ville et de son statut.

D’une ville réticulaire

6La ville de Béguédo pourrait a priori relever des « small towns » de Middleton16, si l’évocation du terme « ville » ne brassait pas un maelström de significations. Cette bourgade placée sous la tutelle administrative de Tenkodogo est présentée par ses habitants comme une localité du Bisaku et comme un « département préfecture » dans l’organisation administrative de l’État burkinabé. Selon les situations, ces registres peuvent évoquer les symboles d’une autochtonie bisa et signifier l’émergence d’une autonomie et de compétences politiques locales. Ces différents modes de désignation prennent un relief particulier lié à l’exercice d’une souveraineté au cœur de cette ville émergente. Renvoyant de façon récurrente à « la ville », les habitants de Béguédo ne disposent cependant pas, hormis le terme français, d’une traduction univoque de cette notion dans la langue lebir ; ils parlent alternativement de « la ville » ou de kuno, ce terme exprimant de manière indifférenciée « les pays », « les villages » et « la ville »17. Dans sa forme de suffixe, ku est notamment utilisé dans la construction des toponymes d’appartenance — sare ku (littéralement, « pays ou village des Sare ») ; sEwno ku (littéralement, « pays ou village des Forgerons ») ; ou plus simplement Bisaku (litt. « pays ou village des Bisa »). Dans leurs constructions, ces toponymes signalent un espace social centré sur un pays dont les locuteurs admettent qu’il est « l’espace où une population est concentrée », mais aussi « le village d’origine, le centre de son humanité, le centre des bonnes mœurs »18. Les fortes concentrations démographiques spécifiques aux vallées de la région de Garango (ville et chef-lieu de département), qui résultent en partie de l’histoire du peuplement et des politiques de mise en valeur plus récentes, ne sont pas étrangères à cette représentation du pays.

Produire en brousse pour vivre en ville

7À la différence du pays moose (moogo), où les habitats et les aires de cultures étaient regroupés du fait d’une organisation politico-administrative préservant des agressions extérieures et assurant un contrôle social sur le territoire, l’occupation de l’espace en pays bisa présente de grandes discontinuités19, symptomatiques d’une construction du territoire déterminée par la recherche d’espaces refuges20. Sans entrer dans le détail de l’histoire du peuplement, il convient toutefois de noter que l’installation des premiers groupes de peuplement à Béguédo est consécutive à la politique de fuite des Bisa vers les zones de protection naturelle, telles que Garango et la région de Léré, qui débuta au xixe siècle dans la région de Bitou21. Dans un premier temps, des groupements de petite taille (quinze à vingt concessions) s’installent sur la rive droite du fleuve Nakambe et de la Dougoula Moundi, dans les vallées de Garango. Puis, d’autres groupes apparaissent, dont Béguédo qui surgit d’une querelle entre les membres du lignage des Bara installé à Zingla. Le déplacement d’une partie de ces Bara vers les territoires du village de Niaogo, en vis-à-vis sur l’autre rive du Nakambe, pose les fondations de Béguédo, une localité bientôt baptisée Natenga en tant que « lieu où s’exerce l’autorité » (natenga), y compris sur leurs voisins de Zingla, et autour de laquelle vont s’agréger des groupes étrangers22. Pendant tout le xixe siècle, les contraintes politiques (encerclement par les royaumes moose) et écologiques (insalubrité des forêts et épidémie d’onchocercose) hypothèquent l’expansion territoriale de ces lignages. De fait, ces groupements vont se développer in situ jusqu’à présenter un excédent démographique sur cette portion de territoire.

8Les bouleversements provoqués par les premiers temps de la situation coloniale — déverrouillage de l’encerclement politique, occupation forcée des vallées transformant les forêts en des lieux de sécurité et de refuge face à l’administration coloniale — n’eurent que peu d’impact sur les effectifs démographiques de Béguédo. De même, l’exercice d’un contrôle sur les représentants de l’autorité traditionnelle, les échanges commerciaux et les mouvements des populations qui engendrèrent des fuites massives vers la Gold Coast jusqu’en 1946 n’ont pas provoqué de pertes démographiques significatives, tout au moins comparativement au reste de la région. Seule la période comprise entre 1955 et 1994 atteste d’importantes variations démographiques, où l’on observe, d’une part, une extension des aires d’habitations et une concentration de celles-ci autour des premières installations de Niaogo et de Béguédo et, d’autre part, un accroissement de l’aire agricole vers les espaces vierges23. Cette période d’augmentation de la densité démographique de Béguédo correspond aux remaniements des systèmes de gestion du foncier sous l’égide d’une politique d’Aménagement des vallées des Volta (AVV), dont l’objectif initial visait l’éradication de la trypanosomiase et de l’onchocercose24.

9Dans un premier temps (1966), ce programme contraignit les paysans à abandonner les champs proches du village au profit d’une colonisation des terres vierges situées au-delà du front de peuplement. Ce transfert des activités de production agricole vers les zones périphériques permit d’étendre d’autant les surfaces habitables, notamment à Béguédo limitée par les rives du Nakambe d’un côté et les terres des villages avoisinants de l’autre côté (villages de Niarba et Niaogo à l’ouest et au sud, Fingla et Ouarégou au nord et au nord-est). Dans un second temps (1973), une partie des champs situés en brousse fut intégrée aux périmètres définis par le programme AVV, lesquels devaient recevoir des migrants venus du plateau moose. Environ un tiers des champs de brousse, dorénavant assimilés aux zones de cultures sèches, fut rongé par l’installation des sites d’expérimentation de l’AVV et d’une zone d’élevage située au nord de Béguédo. Cette nouvelle redistribution eut pour conséquence une augmentation des espaces cultivés, cependant que la réduction du temps de jachères et l’emprise humaine toujours croissante contribuaient au morcellement des surfaces exploitées25. Dans ce contexte de redéfinition fonctionnelle des espaces, la croissance de la population de Béguédo, passant de 6 799 habitants en 1985 à environ 14 000 en 1994, porta la densité de population26 à 538 habitants au kilomètre carré, une concentration sans équivalent qui parachève la saturation de ce que les Bisa nomment le « pays ».

Réseaux de dépendances et réseaux migratoires

10Il est difficile d’établir concrètement un lien de causalité entre l’accroissement des densités démographiques et l’expulsion des activités vivrières hors de la ville, bien que les phénomènes soient concomitants. Du reste, la relation entre la « localité » (ku), entendue comme espace de concentration de populations, et un « arrière-pays » (pOO)27, constitué d’une brousse dédiée aux activités vivrières, présente une relation analogue à celle entre homeland et hinterland développée notamment par Gilles Holder à propos des « cités-États »28. En effet, l’expulsion des activités vivrières dans l’arrière-pays apparaît comme singulier dans le contexte local et traduit la nécessité de trouver des alternatives économiques aux contraintes imposées par les politiques de gestion du système foncier. Bien que ne produisant pas ses richesses sur son territoire, Béguédo présente depuis le milieu des années quatre-vingt-dix une diversification des formes de consommation qui atteste un élargissement des sources de revenus. Ainsi, le redéploiement des activités productives vers la recherche de revenus financiers passe par une organisation réticulaire des forces économiques et interroge les limites du ku, au sens qu’il définit le lieu d’un entre-soi.

11Pourtant, cette interrogation se dissipe dès lors que les relations entre la mobilité des habitants et la construction sociale du ku sont envisagées. Entendue comme résistance aux contraintes de l’histoire politique et de l’environnement épidémiologique des vallées du fleuve Nakambé29 la mobilité est consubstantielle à la définition des activités, que ce soit dans les systèmes de culture exigeant un déplacement des hommes et un changement des modes d’exploitation, ou dans le commerce et la migration. Dès 1966, l’abandon forcé des systèmes de cultures intensives lié à l’aménagement des vallées modifia l’accès à la fois aux ressources vivrières issues des cultures d’hivernage et aux revenus monétaires provenant de la vente d’oignons cultivés dans la décrue du Nakambé. Immédiatement, la réorientation vers des pratiques extensives associées à la recherche de terres fertiles accentua un phénomène de mobilité saisonnière vers les champs de brousse qui, éloignés et difficiles d’accès en saison des pluies, obligent les cultivateurs à s’installer plusieurs mois durant dans les hameaux de culture. Toutefois, ce redéploiement des activités agricoles compliqua la tâche des cultivateurs de Béguédo désireux d’accéder à la terre. Alors que Béguédo formait un pôle démographique attractif, cette localité ne disposait pas de terres cultivables. En effet, jusqu’en 1986, la gestion et l’accès aux terres étaient contrôlés par les chefs de famille des villages environnants, notamment Niaogo et Tengsoba, qui, disposant de réseaux de clientèles, prêtaient leurs parcelles, voire les cédaient contre de l’argent à des Béguédolais redevables30. Dans ce contexte de dépendances et de servitudes, une diversification des activités vit le jour, fondée sur la mobilité : le commerce et les migrations.

12L’agriculture extensive fournit l’occasion aux commerçants de Béguédo établis depuis longtemps de redéployer leurs activités au niveau local ; tout en continuant à écouler la production d’oignons, ils se spécialisèrent dans la transformation des produits de l’agriculture (moulin à mil et à arachide, séchage de l’oignon), puis dans l’écoulement de ceux-ci en direction des circuits commerciaux liés à l’approvisionnement des marchés ghanéens et au commerce transfrontalier. Les activités de cette bourgeoisie marchande locale renforcèrent la représentation d’un espace fortement marqué par la mobilité. Pendant ce temps, un certain nombre d’individus, généralement jeunes, qui bénéficiaient de relais en Côte d’Ivoire purent partir en migration pour « faire l’argent » (busoni bare). De retour, au début des années quatre-vingt, ils formèrent une seconde génération de commerçants, qui sut tirer parti de la migration pour réaliser de substantiels investissements dans les transports31 et alimenter progressivement les marchés nationaux (Ouagadougou, Koupéla), notamment en matériaux de construction.

13Pour autant, ces réussites individuelles masquent quelque peu la situation de dépendance vis-à-vis des activités productives dans laquelle étaient maintenus les autres membres de la famille qui continuaient à cultiver la terre. En effet, pour les Niaogolais, l’exploitation de la rente terrienne était d’autant plus profitable que la filière commerciale liée aux échanges avec les exploitants agricoles de Béguédo représentait une manne financière. De fait, le pouvoir des chefs de terre de Niaogo et de Niarba reposait au début des années quatre-vingt sur une relation asymétrique entre patrons et clients : les uns exerçaient leur autorité politique au nom du droit d’attribution des terres ; les autres légitimaient cette autorité en acceptant, forts de leur assise économique, de monnayer leur droit pour accroître la superficie des terres agricoles destinées à la rente commerciale. Ce système semble cependant avoir trouvé ses limites lors de l’explosion de violence de 1982. Possédant des tracteurs, les commerçants de Béguédo voulaient se faire octroyer par le chef de Niaogo, gestionnaire des terres du canton, des terrains dépendant du quartier de Tengsoba. Prétextant les risques d’une hégémonie des cultures extensives sur leur terroir, les gens de Tengsoba s’opposèrent à cette attribution en tendant une embuscade aux paysans de Béguédo et provoquèrent un conflit entre les deux villages32. Outre que celui-ci persista l’année suivante et qu’il eut pour conséquence de redessiner les sièges de l’autorité à l’échelle régionale, il participa à une redéfinition des activités productives, où la terre occupa une place moins prédominante.

14Entre 1983 et 1987, les migrations en Côte d’Ivoire se poursuivirent et procurèrent des revenus financiers aux familles. À partir de 1987, en fonction des processus de recomposition des espaces migratoires en Afrique de l’ouest, les anciens migrants de Côte d’Ivoire reconvertis dans le commerce allèrent alors tenter leur chance en Italie, dans l’espoir de trouver des fonds permettant de redynamiser leurs affaires. De là, entre 1987 et 1994, ils organisèrent une filière familiale qui permit à un millier de Béguédolais de « partir à l’aventure » (sic)33, d’où ils assurèrent une diversification des sources de production de revenus et un accroissement de la rente migratoire. Au-delà des revenus monétaires utilisés à des fins domestiques, les transferts en provenance d’Italie rendirent possible des retours sur investissements et l’émergence de nouvelles activités, essentiellement commerciales. Entre autres, sur la période comprise entre 1990 et 2000, les « Italiens » (sic) financèrent la construction de cinq buvettes-restaurants dits « kiosques » et d’un grand bar destiné aux fonctionnaires. La fréquentation continue de ces restaurants par toutes les catégories sociales du village traduit l’émergence de nouveaux modes de consommation. De la même façon, la multiplication de boutiques, également financées par les « Italiens », spécialisées dans l’alimentaire, les produits manufacturés, les pièces détachées ou les matériaux atteste des transformations opérées en profondeur dans l’organisation économique vivrière et dans les modes de consommation domestique de Béguédo.

D’une histoire de vaincus à la ville bénie

15Il est possible de saisir le statut d’une ville à travers deux processus concurrents dans la production de l’espace urbain : par la structure de la ville, c’est-à-dire l’organisation planifiée « par le haut » de l’espace à urbaniser ; par l’urbanisme, ou l’ensemble des techniques intervenant dans l’aménagement de l’espace urbanisé ou à urbaniser34, lesquelles intègrent les dynamiques des groupes et des acteurs. Sous ce dernier aspect, la ville n’est pas seulement un espace de domination au sein duquel une représentation de l’État et un nouvel ordre social s’imposent ; elle est aussi un lieu de recomposition sociale de l’espace, c’est-à-dire une interprétation et une réappropriation des modalités d’organisation de l’espace et des divisions imposées par les autorités. Les groupes sociaux, les coalitions, les alliances, les clientèles donnent sens à une articulation de la ville et déterminent la structure du politique. De ce point de vue, Béguédo alimente les schémas militant en faveur d’une inversion de la description des villes secondaires, dont Monique Bertrand et Pierre Dubresson ont montré qu’elles sont trop souvent réduites à un « dualisme morphologique » articulant « une greffe moderne doublée d’une ceinture villageoise indigène »35. En effet, les infrastructures (école, commissariat, préfecture, centre de santé, etc.) dépendent d’une mobilisation, tandis que l’organisation structurelle de la ville, son plan de lotissement, n’eût pas été possible sans une réappropriation des principes de la décentralisation associée à la recomposition d’un ordre politique et social à l’échelle locale.

Cultiver la malédiction

16L’exigence politique d’infrastructures, en tant qu’elle énonce un mode d’exercice d’une souveraineté locale, fait directement écho à l’écriture d’une histoire de Béguédo dans les marges du Bisaku. Celle-ci repose sur le sentiment d’une malédiction pesant sur le village, véhiculée par la circulation d’arguments relatifs à l’opposition de Béguédo au « monde des Blancs », à son aliénation politique en matière de gestion foncière, ou encore à l’absence d’« intellectuels au bras long » (sic)36. Évoquée par les notables, la justification de la malédiction se greffe sur la rivalité entre Niaogo et Béguédo qui a cristallisé « une lutte pour les valeurs, la revendication d’un statut, du pouvoir et l’obtention des ressources rares »37. Dès la période coloniale, le placement sous l’autorité administrative du « chef de village » (cirku, de cir : « chef » et ku : « village ») de Niaogo, alors même que le village disposait d’un pouvoir autonome, fut ressenti à la fois comme un déni d’autonomie et une reconduction tacite de l’autorité des « gens de la terre » (tarazanno, de tara : « terre » et zanno : « gens »)38 de Niaogo et de Niarba sur la maîtrise du foncier. Et il fallut attendre l’essor économique du négoce des oignons de Béguédo pour que, en 1947, les commerçants musulmans obtiennent que leur localité bénéficie du statut de canton39. Bien que cette reconnaissance administrative atteste l’ancienneté des manœuvres politiques liées au conflit, elle renforça les antagonismes entre les pouvoirs des villages en les fondant sur de nouvelles valeurs.

17Ainsi, dès 1936, les autorités coutumières de Niaogo jouèrent la carte de l’administration coloniale en admettant la construction d’une école missionnaire et en y envoyant les « fils-du-pouvoir » (nabiro)40. À l’inverse, avec l’impulsion donnée à l’islam par le cir Naaba Bulga et les commerçants, un vaste mouvement en faveur des écoles coraniques naissait dans la région de Dori (nord du Burkina) parallèlement à celui d’un rejet de l’école des « Blancs » à Béguédo. Dans ce contexte où le statut social et le prestige des individus étaient liés à l’apprentissage coranique, les « fils-du-pouvoir » avancèrent que l’école missionnaire était une atteinte à leur statut et à leur dignité41. Cette polarisation des villages autour de l’islam et du catholicisme, dont on perçoit l’efficacité symbolique — d’un côté, la figure des commerçants alimente les espoirs d’une ascension sociale liée à l’islam ; de l’autre, la figure du « Blanc » associé au pouvoir suscite des logiques politiques roturières visant la reproduction du système clientéliste et des hiérarchies locales —, instaura une importante rivalité et un antagonisme durable entre Béguédo et Niaogo.

18Incidemment, l’approbation plus que tardive des « fils-du-pouvoir » pour l’ouverture d’une école publique à Béguédo en 1971 nourrit ce sentiment de malédiction. Le refus de la scolarisation fut lourd de conséquences, car il mit en suspens la formation d’individus aptes à gérer les infrastructures dépendantes de l’État. Désignés sous le terme d’« intellectuels », ces représentants officiels de l’État (autorités administratives, personnel de santé, d’éducation, etc.) agissent au niveau local où ils incarnent l’articulation entre les pouvoirs locaux et l’autorité nationale. Là, ils définissent un champ d’actions tactiques qui allient la loyauté envers l’autorité centrale et les intérêts particuliers des sociabilités locales. Jusqu’à l’avènement de la Révolution nationale de 1983, le déficit de relations entre les « fils-du-pouvoir » et ces « intellectuels au bras long » constitua un obstacle à la mise en œuvre d’actions permettant la captation des rentes de l’État et du développement. Cette situation perpétua les relations de pouvoir au sein du village héritées du système clientéliste foncier. De sorte que les détenteurs de maîtrises sur la terre constituèrent le seul canal permettant d’atteindre les intermédiaires entre le niveau local et le niveau national et obstruèrent les voies d’une action qui aurait débouché sur l’installation d’infrastructures susceptibles de remettre précisément en cause les hiérarchies locales.

Bénir Béguédo et lotir

19Si l’histoire de Béguédo traduit le sentiment d’une malédiction, le temps présent est perçu sous d’autres auspices ainsi résumés : « Béguédo est une ville bénie »42. Cette nouvelle perception résulte d’une inversion des dynamiques, en l’occurrence de la construction de réseaux sociaux susceptibles de mener des actions stratégiques. Plusieurs facteurs, parmi lesquels l’ouverture de l’école publique, les contradictions du système clientéliste et les possibilités ouvertes par la révolution nationale ont rendu cette inversion possible. Dans ce contexte, l’acte fondateur de la ville, qui passe par le projet de lotissement, est l’aboutissement d’un ensemble de recompositions sociales et politiques mises en œuvre dans les années quatre-vingt, d’abord à travers le processus révolutionnaire (1983), puis dans le cadre de la politique de décentralisation (1991).

20Du reste, la forte charge idéologique et le spectre d’une immixtion de l’État dans les pouvoirs fonciers sous-jacente à la notion de lotissement traduisent les ambiguïtés de ces recompositions. En tant que répartition fonctionnelle du territoire urbain, le lotissement organise une construction symbolique de l’espace censée représenter les conditions d’exercice d’une souveraineté revendiquée par l’État et, partant, il matérialise spatialement l’emprise de l’administration sur des zones considérées comme « sous-administrées »43. Mais s’agit-il seulement d’une administration foncière de la terre visant une pure organisation fonctionnelle des quartiers, d’une organisation visant un contrôle social des espaces politiques urbains, ou bien encore de la fondation d’un ordre social qui reflète l’émergence de logiques supra-communautaires dans l’exercice d’une souveraineté de l’État ? Ces questions se posent avec d’autant plus d’acuité que l’action de lotir est toujours présentée comme l’instrument moderne permettant l’administration des espaces et des territoires urbains et ruraux dans les politiques de développement actuelles. Sans s’étendre sur les sens multiples de la notion de lotissement — terme du jargon administratif colonial impliquant la surimposition des structures de pouvoir sur la ville africaine, les déguerpissements et la ségrégation sociale fondée sur des considérations hygiénistes —, qui suggèrent une certaine représentation du pouvoir44, la violence symbolique de cette pratique nous conduit à interroger les contenus idéologiques de sa réappropriation.

21Paradoxalement, le Conseil national de la révolution (CNR)45, connu pour sa rhétorique anticoloniale, ne chercha pas à nier cette violence associée aux opérations de lotissement ; celles-ci restaient un moyen d’exercer une souveraineté et un contrôle social sur l’espace urbain. Impulsés par un État décidé à reprendre en main la gestion du foncier, les lotissements visèrent d’abord l’éradication de « l’habitat spontané » et la croissance maîtrisée des grandes villes par la mobilisation et la participation des comités de révolutionnaires (CDR) et de la population bénéficiaire, entendons les « habitants » d’un côté, les « possédants » des aires non loties de l’autre46. S’arrogeant le rôle de producteur et d’aménageur du sol urbain établi par la Réforme agricole et foncière (RAF), mais aussi celui de receveur de la rente foncière dégagée par ces opérations, l’État laissait le rôle d’intermédiaires aux CDR chargés d’administrer de façon décentralisée la gestion quotidienne des attributions de parcelles et des conflits attenants. Affirmant une « logique nationale souveraine » et un nouvel ordre social, la RAF a pu être définie comme « une forte homothétie entre le processus de régularisation foncière et celui du renforcement du contrôle sociopolitique, qui procède par désagrégation, ou tentative de désagrégation, des solidarités traditionnelles puis reconstruction des alliances autour des comités révolutionnaires »47. Dans un contexte favorable à la réinterprétation des affrontements idéologiques et des dispositifs émanant du cadre national, le lotissement, perçu par les détenteurs traditionnels de la terre comme une véritable atteinte à l’ordre social villageois et à ses hiérarchies, fut plus qu’une aubaine pour Béguédo.

22Dès 1983, les notables de Béguédo saisirent les avantages qu’ils pourraient tirer de la Révolution en mettant en cause les solidarités traditionnelles et leur cadre idéologique, c’est-à-dire « le principe de la dette infinie en tant que ressort de la solidarité positive et l’idéologie de la sorcellerie en tant qu’instance du refoulement, de la prohibition et de la sanction de l’individualisme »48. Lorsque, évoquant l’histoire du lotissement, l’ancien délégué du CDR affirme qu’« Après 1983, tout le monde a vu que nous sommes devenus voyants »49, il révèle ici la manière dont la rhétorique révolutionnaire fut interprétée localement. L’acte de voir, outre qu’il rappelle le discrédit jeté sur les relations clientélistes qui fondaient les hiérarchies locales, explicite ce rejet de l’aliénation sociale et politique en soulignant le rôle joué par l’idéologie des forces invisibles50. Voir, c’est exercer une emprise sur le politique et ses forces, visibles ou obscures ; c’est pouvoir déployer et maîtriser des relations bénéfiques ou maléfiques au-delà du ku, c’est-à-dire dans les « confins » (pOO) non humanisés, sauvages et peuplés de génies. En ce sens, l’évocation de la maîtrise des forces invisibles dans la construction du politique indique que les relations entre le ku et ses confins déterminent les conditions réelles de l’autonomie politique et de la souveraineté.

23L’ascendant pris sur les déterminations politiques des confins a résulté de mobilisations financières et matérielles visant la mise en place d’une administration territoriale et l’accès au statut de commune51. Les mouvements en faveur de cette autonomie produisirent un coup à triple détente. Dans un premier temps, l’installation d’un préfet en 1983 fut perçue comme la personnification d’un intermédiaire agissant au profit des intérêts de Béguédo et interprétée comme un cinglant démenti aux obscurs canaux qui, auparavant, agissaient depuis Niaogo, voire Garango, le chef-lieu de département. Ensuite, en 1986, lorsque Béguédo devint « indépendamment un département »52, se posant en chef-lieu à l’égal de ses voisins et rivaux, les rumeurs sur d’éventuels appuis du CNR en faveur des gens de Béguédo furent évoquées en place publique et se heurtèrent à une forte résistance des pouvoirs locaux ; ils alimentèrent largement le conflit entre Béguédo et Niaogo mentionné plus haut. Enfin, à partir de 1993, la réappropriation de la notion de lotissement fit écho à l’introduction de la propriété privée sous l’égide de la RAF et au transfert d’une partie de l’autorité territoriale à des commissions villageoises de gestion de terroirs dans le cadre de la décentralisation de la gestion foncière53. Du reste, cette réappropriation rendit manifeste la maîtrise des relations avec des forces politiques et économiques établies dans les confins. Sur le plan politique, à partir de 1990, la multiplication des intermédiaires entre le local et le national, via la représentation parlementaire d’un côté et l’apparition de « fils du village » dans les organes stratégiques de l’État (ministres, représentants de l’administration territoriale) de l’autre, permirent de « suivre les dossiers »54.

24Outre les positions stratégiques qu’ils occupent de facto, ces individus clefs réalisèrent un véritable travail de traduction des principes de la décentralisation55 pour le village. Par exemple, l’introduction des communes accordant une autonomie aux villages d’au moins dix mille résidants disposant d’une activité économique suffisante pour satisfaire à leurs besoins, fournira le modèle à suivre aux « fils-du-pouvoir ». Sur le plan économique, la multiplication anarchique des concessions sur la commune et les absences de garanties offertes aux investissements des migrants les plus entreprenants furent le prétexte à un consensus entre les migrants et les notables du village. En 1997, les « Italiens » contribuèrent au financement du lotissement par un envoi de quinze millions de francs CFA. Dans ce contexte, la demande d’un lotissement du village fut interprétée comme un progrès, au sens qu’elle permettait un règlement définitif des litiges fonciers par la légalisation d’un périmètre de terres habitables. Du reste, l’opération de lotissement a pu être perçue comme le signe d’une richesse, d’une réussite et d’une capacité à agir, rompant ainsi avec la figure du pauvre privé d’accès aux terres résidentielles et dépendant de ses relations, et ce d’autant qu’il ne peut cultiver puisqu’il ne dispose plus de terre56. Ce point de vue est résumé par l’ancien délégué administratif :

Haut de page

Bibliographie

Bailey, F. G., 1970, Stratagems and spoils : a social anthropology of politics, Oxford, B. Blackwell.

Balandier, G., 1951, « La situation coloniale : approche théorique », Cahiers internationaux de sociologie, 11, pp. 44-79.

— 1993, « Avant-propos », in P. Hugon & R. Pourtier (éd.), Villes d’Afrique, Paris, La Documentation française, 168, pp. 3-5.

Bara, B. K., 1995, Problématique foncière et décentralisation : l’accès à la terre en zones urbaines et rurales, Ouagadougou, ENAM Cycle B (mémoire de fin d’études).

Bertrand, M. et Dubresson, P., 1997, Petites et moyennes villes d’Afrique subsaharienne, Paris, Karthala.

Bierschenk, T., Chauveau, J.-P. & Olivier de Sardan, J.-P. (éd.), 2000, Courtiers en développement : les villages africains en quête de projets, Paris, APAD/ Karthala.

Dahou, T., 2002, « Entre engagement et allégeance. Historicisation du politique au Sénégal », Cahiers d’études africaines, 167, XLII (3), pp. 499-520.

Fainzang, S., 1986, L’intérieur des choses. Maladie, divination et reproduction sociale chez les Bisa du Burkina, Paris, L’Harmattan.

Faure, A., 1990, L’appropriation de l’espace foncier. Une étude d’anthropologie sociale en région bissa (Burkina Faso), Paris, thèse de l’EHESS.

Fourchard, L., 2001, De la ville coloniale à la cour africaine. Espaces, pouvoirs et sociétés à Ouagadougou et à Bobo-Dioulasso (Haute-Volta), fin xixe siècle-1960, Paris, L’Harmattan.

Ganne, B. & Ouédraogo, M., 1997, « “Local”, “politique” et “territoire”. Essai d’économie politique autour d’une ville moyenne : l’évolution de Ouahigouya au Burkina Faso », in M. Bertrand & P. Dubresson (éd.), Petites et moyennes villes d’Afrique subsaharienne, Paris, Karthala, pp. 221-240.

Geschiere, P. & Nyamnjoh, F., 2000, « Capitalism and autochtony : the seesaw of mobility and belonging », Public Culture, 12 (2), pp. 423-452.

Gueye, C., 1997, « Touba : les marabouts urbanisants », in M. Bertrand & P. Dubresson (éd.), Petites et moyennes villes d’Afrique subsaharienne, Paris, Karthala, pp. 179-203.

Hagberg, S., 1998, Between peace and justice. Dispute settlement Karaboro agriculturalists and Fulbe agropastoralists in Burkina Faso, Uppsala, Uppsala Universitet.

— 2001, Poverty in Burkina Faso. Representations and realities, Uppsala, ULRICA, Uppsala Universitet.

Héritier, F., 1992, « Du comparatisme et de la généralisation en anthropologie », Gradhiva, 11, pp. 3-9.

Hien Sié, A., 1998, La perception paysanne de la dégradation de l’environnement et les stratégies d’adaptation : cas de Niaogho-Béguédo dans la province du Boulgou, mémoire de maîtrise de géographie, université de Ouagadougou, multigr.

Holder, G., 2001, Poussière, Ô Poussière ! La cité-État sama du pays dogon (Mali), Nanterre, Société d’ethnologie.

— 2002, « De la “cité-État” en Afrique noire. L’espace et le politique chez les Saman du pays dogon (Mali) », Cahiers d’études africaines, 166, XLII (2), pp. 257-283.

Izard, M., 1985, Gens du pouvoir, gens de la terre. Les institutions politiques de l’ancien royaume du Yatenga (bassin de la Volta Blanche), Cambridge/Paris, CUP/MSH.

— 1992, L’odyssée du pouvoir. Un royaume africain : État, société, destin individuel, Paris, EHESS.

Jaglin, S., 1993, « La brousse est finie », in P. Hugon & R. Pourtier (éd.), Villes d’Afrique, Paris, La Documentation française, 168, pp. 55-66.

Kopitoff, I., 1987, The African frontier : the reproduction of traditional African societies, Bloomington/Indianapolis, Indiana University Press.

Lacoste, Y., 1984, « Stratégie dans la vallée de la Volta Blanche », in Hérodote (numéro spécial Unité et diversité du tiers-monde : des représentations planétaires aux stratégies du terrain), pp. 199-299.

Lahuec, J.-P. & Marchal, J.-Y., 1979, Mobilité du peuplement bissa et mossi, Paris, Orstom (Travaux et documents de l’Orstom).

Laurent, P.-J., 1998, Une association de développement en pays mossi. Le don comme ruse, Paris, Karthala.

Marie, A., 1997, L’Afrique des individus. Itinéraires citadins dans l’Afrique contemporaine (Abidjan, Dakar, Niamey), Paris, Karthala.

Mercier, P., 1974, « Préface », in J.-M. Gibbal (éd.), Citadins et villageois dans la ville africaine. L’exemple d’Abidjan, Paris/Grenoble, PUG/Maspero.

Middleton, J., 1979, « Home-town : a study of an urban centre in southern Ghana », Africa, 49 (3), pp. 213-225.

Nebie, O., 1998, « Les transformations rurales dans les zones libérées de l’onchocercose au Burkina Faso », Cahiers d’outre-mer, 202, pp. 171-200.

Schmidt di Friedberg, O., 1995, « Les Burkinabé et les Sénégalais dans le contexte de l’immigration ouest-africaine en Italie », Mondes en développement, 91, pp. 67-80.

Traoré, K. J. M., 1998, Colonisation agricole spontanée et mobilité de la population en pays bisa : le cas de Beguedo et de Tangare, mémoire de maîtrise, université de Ouagadougou, département de géographie, multigr.

Weber, M., 1992, La ville, Paris, Aubier Montaigne [1re éd. all. 1921].

Haut de page

Notes

1Telles sont les conclusions que Laurent Fourchard (2001 : 33) tire du récit de Binger dans : Du Niger au golfe de Guinée par le pays de Kong et le Mossi (1892).
2Mercier 1974 : 9-11.
3À quelques exceptions près, ces travaux sont le fait d’historiens (cf. Holder 2001, 2002).
4Sans être exhaustif sur la construction de ce champ de la recherche, citons les travaux de Georges Balandier sur les « Brazzavilles noires » (1952, 1955), ceux de Gilles Sautter sur les villes africaines du Congo (1951, 1966), ou encore de Jacques Richard-Molard sur les « Villes d’Afrique noire » (1950). Du côté anglo-saxon, les auteurs de l’école de Manchester (Clyde-Mitchell 1951 ; Southall 1956) intéressés par le changement social partageaient les mêmes prénotions.
5Balandier 1951.
6Balandier 1993 : 3.
7Fourchard 2001 : 34.
8Héritier 1992 : 5.
9La méfiance des africanistes à l’égard des villes, « ces rassemblements humains grouillants et nouveaux qui ne semblaient […] que des milieux de dissolution de riches rapports sociaux » (Mercier 1974 : 8), tient probablement au fait qu’ils n’y voyaient pas les règles de la vie sociale des sociétés africaines qu’ils se donnaient pour tâche de découvrir.
10Marie 1997 : 53.
11Ibid.
12Middleton 1979 : 213-225.
13Gueye 1997.
14Ganne & Ouédraogo 1997.
15Le lebir est une variante de la langue bisa parlée dans la partie ouest du Bisaku.
16Middleton 1979.
17Alors que le barka (variante dialectale de l’est du Bisaku) distingue la notion de « pays » (ku) de celle de « village » (tallà), le lebir n’utilise qu’un seul terme : ku (pl. kuno).
18Entretien avec le chef de Niaogo, L. M. Kompaore, février 2001.
19Nebie 1998 : 174-175.
20Lahuec & Marchal 1979.
21Nebie 1998 : 175.
22C’est notamment le cas d’un segment du lignage des Kompaore originaire de Niaogo, qui fonde le village de Widi et adopte le patronyme de Sangne, et d’un segment du lignage Banse qui, vers 1920, crée Zabendila à l’ouest de Natenga.
23Hien Sié 1998 : 56.
24Ce programme, lancé par l’Orstom au début des années cinquante, fut poursuivi en 1966 par le service des grandes endémies de l’ex-Haute-Volta, avant de prendre, en 1973, la forme du programme d’Aménagement des vallées des Volta.
25Hien Sié 1998 : 59.
26En 1994, le département de Béguédo comptait 53 887 hab./km2 et celui de Niaogo 26 270. La moyenne nationale se situe autour de 29 hab./km2 (INSD, Recensement général de la population, 1994).
27Le terme pɔɔ désigne la « brousse », mais est aussi utilisé comme verbe, en l’occurrence « perdre ». En lebir, pɔɔ renvoie à un endroit lointain, un lieu où l’on se perd ; l’expression pɔɔ ya, qui signifie littéralement « venir de la brousse », est communément utilisée pour parler du lieu d’où viennent les migrants de retour, c’est-à-dire d’un lieu indéterminé par

rapport à la localité et à ses frontières.

28Holder 2002 : 257-261.
29Lahuec & Marchal 1979.
30Faure 1990 : 348-376.
31Entretien avec H. Bara, commerçant de bétail, février 2000. Entretien avec T. Bara, dit Nabyure, commerçant d’oignons et de matériaux, ancien migrant de Côte d’Ivoire, mai 2002.
32Faure 1990 : 348-375.
33Un sondage effectué en 1998 sur la répartition des taux de sorties indique que 54 % des départs de Béguédo sont absorbés par la Côte d’Ivoire, 28 % par l’Italie et le reste se répartit entre le Ghana, le Gabon, le Mali et le Cameroun (cf. Traoré 1998 : 23).
34Fourchard 2001 : 25-27.
35Bertrand & Dubresson op. cit. : 9-10.
36L’expression est récurrente dans les entretiens avec les notables de Béguédo, le chef, l’ancien délégué CDR.
37Hagberg 1998 : 20 (traduit de l’anglais).
38Les tarazanno sont à rapprocher des tengsoba damba des Moose, même s’il n’y a pas de stricte équivalence en langue lebir. Toutefois, certains villages, marqués par le modèle politique moaga, utilisent la notion de tengsoba pour désigner la fonction de « chef de terre ».
39Lacoste 1984 : 70.
40Tous les fils du Natenga sont considérés comme des nabiro parce qu’ils sont membres de la lignée dominante qui est celle du chef. Eux-mêmes se désignent en français comme des « princes ». Mais le pouvoir de cette lignée est incarné tant par l’autorité du cir que par le jitanno, le conseil des anciens ; sur cette notion de « fils-du-pouvoir », voir Fainzang (1986).
41Dans un entretien avec S. Bara, celui-ci dit en français : « Aller à l’école des Blancs, ce n’était pas digne pour un prince » (avril 2002). Cette citation éclaire les contraintes sociales locales. À l’issue du séjour dans les écoles coraniques, le retour au village des jeunes élèves était marqué par des cérémonies festives et des « sacrifices » (dwa) en l’honneur du « maître coranique » (mur) et de l’« élève » (mwemb karam biisi). Ces cérémonies marquaient l’accès de ce dernier au statut prestigieux de lettré du Coran et l’autorisaient à transmettre le savoir coranique au reste de la communauté.
42Conclusion de T. Bara, dit Naaba Salma (litt. « Chef-or ») lors d’un entretien sur les changements intervenus sous l’effet des migrations vers l’Italie (février 2002).
43Jaglin 1993 : 58.
44Fourchard 2001 : 66-70.
45Le CNR (4 août 1983-15 octobre 1987) renvoie à la période révolutionnaire déclenchée par Thomas Sankara. Elle s’acheva par le coup d’État de Blaise Compaoré, lequel mit immédiatement en place une politique dite de « rectification » (1987-1991) à laquelle succéda celle d’une « transition démocratique » toujours en cours.
46Jaglin 1993 : 59.
47Ibid. : 60.
48Marie 1997 : 54.
49Entretien avec A. Bara, délégué du CDR de Béguédo de 1983 à 1987, février 2000.
50Chez les Bisa, est « voyant » (bu, pl. buro) celui qui communique avec les forces invisibles comme les génies (zina, pl. zinaro). Les hommes « ordinaires » ne voient pas ; ils ont recours aux médiations des devins (cf. Fainzang 1986).
51Cette mobilisation visait tout particulièrement le financement et la construction de la préfecture par les villageois.
52Entretien avec A. Bara, Béguédo, février 2000.
53Entre 1983 et 1991, les terres du Burkina Faso étaient considérées comme appartenant à l’État.
54Cette expression stéréotypée évoque la nécessité d’avoir des appuis pour entrer dans les méandres de l’administration.
55C’est notamment le cas d’un jeune nabi, devenu haut-commissaire de l’administration territoriale, dont le mémoire de fin d’études de l’École nationale d’administration et de magistrature porte sur : Problématique foncière et décentralisation. L’accès à la terre en zones urbaines et zones rurales.
56Hagberg 1998 : 59-65.
57Entretien avec A. Bara, janvier 2000.
58Izard 1985 : 23-24.
59Ibid. : 72.
60Ibid. : 19.
61Ibid. : 71-84.
62Ibid. : 151.
63À Béguédo, certains membres de l’ancien cirku de Naaba Bulga sont vus comme des « aînés » (jitare) par l’actuel chef et les gens de sa cour.
64Hagberg 2001 : 61-63.
65A. Bara, ancien délégué du CDR, reconverti en « vice-président de la commission de gestion et d’attribution des parcelles ».
66Izard 1992 : 59 ; Holder 2002 : 259.
67Geschiere & Nyamnjoh 2000 : 423-452.
68Ganne & Ouédraogo 1997 : 224.
69Entendons, l’inversion des relations de clientèles et l’émergence d’« intellectuels » agissant sur le processus de réappropriation des politiques nationales par le contexte local.
70Ganne & Ouédraogo 1997.
71Bailey 1970 ; Bierschenk et al. 2000 ; Dahou 2002.
72Bierschenk et al. 2000 : 5-42.
73Cette définition de la « culture politique locale » est relativement inspirée de la notion de « culture politique africaine » proposée par Kopitoff 1987 : 59.
74Étudiant le groupement moaga Wend Yam créé par de jeunes Burkinabés revenus de Côte d’Ivoire, Pierre-Joseph Laurent (1988) décrit ici une « entente » (wuum taaba) visant à pallier les conflits potentiels qui menacent l’ordre social existant.
75Entretien avec S. B., Brescia (Italie), décembre 2000.
76Par exemple, le ghetto de Foggia (Italie) qui accueille les Burkinabés au moment de la récolte des tomates dispose de « squats » réservés de façon quasi exclusive aux ressortissants de chaque village important (Beguedo, Niaogo, Garango). En août 2001, des jeunes Moose de Koupéla (Burkina Faso) travaillant à Foggia pensaient y trouver refuge ; ils durent dormir à la belle étoile !…
77Schmidt di Friedberg 1995 : 75-76.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Localisation des villages et des quartiers du canton de Béguédo
URL http://africanistes.revues.org/docannexe/image/427/img-1.png
Fichier image/png, 1,6M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Benoît Hazard, « Entre le pays et l’outre-pays », Journal des africanistes, 74-1/2 | 2004, 249-274.

Référence électronique

Benoît Hazard, « Entre le pays et l’outre-pays », Journal des africanistes [En ligne], 74-1/2 | 2004, mis en ligne le 10 avril 2007, consulté le 30 mars 2017. URL : http://africanistes.revues.org/427

Haut de page

Auteur

Benoît Hazard

Anthropologue, EHESS, Centre d’études africaines.

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org