Navigation – Plan du site

Pygmées ou « Pygmées » ?

Quelques étapes pour une meilleure compréhension du complexe des communautés sylvestres d’Afrique centrale
Serge Bahuchet
p. 5-14

Texte intégral

1S’il est un groupe africain qui durablement excite la curiosité, c’est indubitablement celui des Pygmées. Et s’il est un groupe dont l’étiquette masque l’identité, c’est bien, là encore, celui des dits « Pygmées ». Ce nom, que personne en Afrique ne s’applique directement à soi-même, est lui-même controversé. Avons-nous même raison, voire le droit, de continuer à l’imprimer dans ce Journal ? Nous nous en expliquerons dans le premier article de ce volume (Marine Robillard et Serge Bahuchet), sans masquer ce que ce nom exogène et imposé véhicule de préjugés, positifs et négatifs (Alain Epelboin).

2Les « Pygmées » présentent le triple inconvénient d’offrir des facettes véhiculant des images qui s’imposent à l’observateur et qui doivent être prises en compte individuellement, sans les mélanger :

  • comme toute société du monde, les groupes ont une existence en eux-mêmes, qu’ils s’auto-désignent Ba-aka, Ba-mbuti, Ba-bongo, Bedzan ou Baka, pour n’en citer que quelques-uns ; ils doivent donc être étudiés en tant que tels, ethnies douées de leur identité propre ;

  • ces sociétés individuelles interagissent de diverses manières avec les sociétés voisines, comme partout dans le monde, mais elles ont également une place insigne dans la mythologie des autres sociétés, qui leur prêtent une image particulière – peut-être est-ce le lieu de rappeler ici que le premier article que le Journal de la Société des Africanistes a accordé aux Pygmées, dû à la plume de Pierre Alexandre, traite de l’analyse d’un conte camerounais : « Un conte Bulu de Sangmelima : la jeune albinos et le Pygmée » (Alexandre 1963) ;

  • ces sociétés ont été, dès une époque ancienne précédant leur rencontre physique, artificiellement réunies par les Européens dans une catégorie globale,

  • « les Pygmées », issue de la mythologie grecque ; c’est dire que ces groupes sont insérés par les Occidentaux dans un curieux système de représentation, mêlant contes antiques, imagerie du « Bon Sauvage », tout en reflétant l’évolution des idées morales : la défense des peuples opprimés (Bahuchet 1993).

3Pour le chercheur contemporain, il est fort malaisé, mais impératif, de savoir distinguer ces trois facettes dans l’étude qu’il décidera de réaliser.

4Les Pygmées, en dépit de l’ancienneté de l’intérêt qu’on leur porte, qui remonte à plusieurs siècles, restent encore connus d’une manière fort fragmentaire. Si quelques groupes font l’objet d’une ample littérature, plusieurs autres sont très faiblement documentés, certains ne le sont même pas du tout (Fig. 1). Est-ce un hasard si le plus grand nombre de publications concerne les groupes les plus forestiers et les plus nomades, ceux qui ressemblent le plus à l’image archétypale du « Pygmée » ?

Fig. 1 – Publications ethnographiques sur les groupes pygmées.

Fig. 1 – Publications ethnographiques sur les groupes pygmées.

Le recensement de la littérature ethnographique (n = 345, à l’exception de la linguistique et de la génétique) montre une importante disparité : 86 % des publications concernent seulement 5 groupes (les plus mobiles), alors que 14 % concernent 8 autres groupes (ou ensemble de groupes : les Bongo), qui habitent le plus souvent en hameaux fixes.

5Faut-il rappeler une nouvelle fois ce qui fait la spécificité, on a pu aussi dire « le paradoxe », des Pygmées ? Tous les groupes d’Afrique centrale montrent une identité culturelle nette, mais tous vivent diversement associés avec des communautés différentes, associations faites d’échanges économiques et souvent socioculturels. Avec ces communautés, les Pygmées partagent plus ou moins directement une histoire linguistique – autrement dit, les groupes pygmées parlent tous une langue qui est apparentée avec des langues parlées par des groupes non-pygmées (ce qui les distingue des Khoi-San d’Afrique australe, dont les langues forment une famille ou un ensemble de familles différencié).

6En examinant la littérature sur les différents groupes pygmées, on constatera que la prise en considération de l’importance des relations avec les populations voisines est récente, et encore fragmentaire. Certes, Colin Turnbull, en sous-titrant son ouvrage majeur « les deux mondes des Pygmées d’Afrique », montrait que ceux-ci fréquentaient à la fois la forêt et le village des agriculteurs, mais c’était pour insister sur l’indépendance de la vie forestière, et non pour explorer l’interdépendance de ces deux mondes (Turnbull 1965). Si les aspects économiques ont été pris en compte (Bahuchet et Guillaume 1982 ; Waehle 1986), tout comme ont été relevées les stratégies d’association mises en place dans certaines régions (Joiris 2003), il manque encore, curieusement, des études détaillées des relations quotidiennes sur le plan social, y compris la prise en compte des échanges de conjoints. Tout aussi rares sont les travaux offrant le point de vue des villageois, à l’exception notable des livres de Jean-Michel Delobeau (1989) sur les Monzombo de RCA, de Richard Grinker (1994) chez les Lese du Congo et de Stephanie Rupp (2011) sur les Bangando du Cameroun.

7Un des articles (Marine Robillard) expose ici, en détail, la complexité des relations sociales entre un groupe baka du Gabon et ses voisins Fang-mvè, pour insister sur leur caractère évolutif.

8Ces dernières décennies ont vu se poursuivre des études en Afrique centrale, avec quelques caractéristiques qui méritent d’être relevées, dans de nouvelles régions, sur de nouveaux thèmes, avec de nouvelles questions.

Des terrains nouveaux

  • 1 ACi Prosodie « Histoire et diversité des Pygmées de l’Afrique Centrale et de leurs voisins », 2004 (...)

9Alors que les travaux sur les groupes du Cameroun, Bagyeli et Medzan, ne semblent pas avoir été poursuivis après les années 90 (Biesbrouck 1999 ; Leclerc 1999), de nouvelles communautés apparaissent, comme les Pygmées associés aux Bofi en RCA, vivant à proximité des Aka (Fouts et al. 2005 ; Lupo and Schmitt 2005), et les Twa en Zambie (Barham 2006). L’attention se porte aussi sur les différents groupes du Gabon, qui n’avaient pas fait l’objet d’attention particulière depuis leur découverte par Paul du Chaillu en 1858 ! Après des repérages à l’échelle du pays (Annaud et Leclerc 2002 ; Knight 2003 ; Mayer 1987), des recherches localisées se sont déroulées, par exemple chez les Bongo au centre (Matsuura 2006, 2011) et les Koya à l’Est (Soengas 2009). Notre équipe a, quant à elle, entrepris une étude interdisciplinaire globale, grâce au soutien financier de trois programmes1 en visitant systématiquement l’ensemble des communautés, pour y recueillir des informations linguistiques, musicologiques, ethnographiques et biologiques, ainsi que sur leurs voisins directs, et dans le but d’en comprendre les relations voire les apparentements (dans la suite de la reconstruction historique de Bahuchet 1992-93). Deux articles de cette livraison se font l’écho de ces programmes (Paul verdu pour les conclusions génétiques, Sylvie Le Bomin et Jean-Emile Mbot pour les traits culturels et musicaux).

10Dans le même temps, il faut déplorer l’émergence et la persistance des troubles civils et de l’insécurité, créant le malheur des populations locales, qui ont fermé pendant plusieurs années l’accès au Nord-Congo et au Rwanda (où hélas les Twa n’ont pas été épargnés par la guerre civile et le génocide – Lewis and Knight 1996) et encore actuellement de l’Est de la RDC, tant la fameuse région de l’ituri que celle du Kivu.

11Persistent toujours des lacunes importantes, en particulier sur les diverses communautés dites Twa ou Cwa, au centre et au sud du Congo, ou sur les mystérieux groupes du sud de l’Angola, desquels on ne sait rien de plus depuis le séjour du Père Carlos Estermann avant les années 50 (Estermann 1962).

Des travaux et des thèmes nouveaux

12De nouvelles études monographiques ont été consacrées aux Baka du Cameroun (Leclerc 2001, 2006) et aux Koya du Gabon (Soengas 2010), prenant en compte les modifications du style de vie telle que la sédentarisation. La monographie que Pascale Paulin (2010) a dédiée à un groupe Baka relativement isolé au nord du Gabon, montre des différences intéressantes avec les Baka de l’est du Cameroun. C’est là un apport notable à la prise en compte de la diversité régionale à l’intérieur d’une même ethnie.

13Les recherches actuelles prennent en compte les transformations modernes, et tout particulièrement les changements économiques liés à l’agriculture et à la monétarisation (Biesbrouck 1999 ; Kitanishi 2003, 2006 ; Oishi 2012 ; Yasuoka 2012), en même temps que l’attention aux conséquences sociales et économiques des politiques locales ou internationales prend une part croissante, tout comme la prise en compte des particularités culturelles des Pygmées pour les programmes de conservation (Abega et Bigombe Logo 2006 ; Hardin et al. 2010 ; Köhler 2005 ; Leonhardt 2006 ; Lewis 2005, 2007 ; Robillard 2010).

Tendances et persistances

  • 2 On en trouvera le programme et les présentations sur le site : http://foretstropicaleslefilm.wordpr (...)

14La plupart des recherches récentes sont réalisées au sein des mêmes équipes, qui s’impliquent longuement sur les mêmes terrains. En 2010, un colloque international fut organisé au CNRS à Montpellier par Edmond Dounias (iRD), Barry Hewlett (Université de Washington) et Kiyoshi Takeuchi (Université de Toyama) ; pour la première fois il réunissait des chercheurs, étudiants et acteurs sociaux européens, états-uniens, japonais et africains, pour présenter les recherches récentes et discuter des « Congo Basin Hunter-Gatherers »2 (entérinant ainsi la décision de ne plus utiliser le « label » pygmée). Cette réunion mémorable, très riche et se déroulant dans un climat amical et constructif, a aussi montré, d’une manière inattendue, qu’il existait des approches différentes, heureusement complémentaires, entre les équipes des différents pays, révélant ainsi ce qui ressemblerait à des traditions universitaires nationales (ce qu’avaient déjà discerné ichikawa, 2004, et Hewlett and Fancher, sous presse).

15Les équipes tendent à être pluridisciplinaires, et toutes prennent désormais en compte, certes de manières différentes, la coexistence des Pygmées avec leurs voisins non-pygmées. Elles œuvrent sur des terrains durables, voire sur les mêmes sites de terrain année après année. Toutefois les centres d’intérêt varient, d’une manière assez significative. Les chercheurs états-uniens privilégient, en RCA, une approche d’anthropologie évolutive, avec un intérêt marqué pour l’évolution individuelle, l’éducation, l’apprentissage et la transmission intergénérationnelle (Hewlett and Hewlett 2008 ; Meehan 2004). Les chercheurs japonais, au Cameroun, développent une anthropologie écologique et biologique, avec un accent surles approches quantitatives (ichikawa et al. 2012 ; Yamauchi et al. 2000). Quant aux Français, ils poursuivent la publication de leur œuvre-fleuve l’Encyclopédie des Pygmées Aka (Thomas et al. 1981-2012), malheureusement avec peu de possibilités de poursuivre en RCA les enquêtes pour cause de troubles politiques. En revanche, ils ont poursuivi leur démarche interdisciplinaire et comparative au Cameroun et au Gabon (Billard 2008 ; Fürniss 2011 ; Le Bomin et Mbot 2011), comme on l’a déjà évoqué, en y introduisant les approches génétiques (verdu et al. 2009).

16Dans ce panorama, on ne pourra que regretter la timidité des chercheurs africains, dont la contribution aux publications est encore faible (avec quelques exceptions comme Mebenga Tamba 1998, Ngima Mawoung 2001 et Medjo Mve 1996 pour les langues). Cependant, plusieurs s’impliquent dans une certaine forme de recherche citoyenne, notamment au Cameroun comme le regretté Séverin Cécile Abega (1998) ou, dans le Dja, Njounan Tegomo et al. (2012).

17Une question récurrente est : tous ces groupes dispersés mais réunis sous le même nom ont-ils quelque chose en commun ? La réponse nécessite des informations d’ordres divers, mais se heurte à des difficultés méthodologiques qui ne sont pas à négliger. Ainsi de la comparaison ethnographique : les études scientifiques modernes ne portent que sur une partie des groupes seulement ; de surcroît, elles ne sont pas identiques. Ainsi on ne dispose pas d’études équivalentes d’anthropologie culturelle, de linguistique et de musicologie sur chacun d’entre eux, ce qui rend l’exercice assez spéculatif, rendu plus complexe encore par l’échelle temporelle. Peut-on raisonnablement comparer des communautés distantes de 2 000 km, l’une à partir de telle monographie riche mais publiée en 1938, l’autre à partir de nouvelles enquêtes de terrain menées soixante-dix ans plus tard, en 2008 ? Les différences que l’on ne manquera pas de relever seront-elles dues à des absences ou bien à un abandon de pratiques dû au temps écoulé ?

18Nous présentons ici deux approches de la question. La première (Paul Verdu) offre un bilan des connaissances génétiques, fournissant le socle sur lequel construire un comparatisme – autrement dit : est-il pertinent de comparer ces ethnies entre elles plutôt qu’avec toute autre ethnie africaine ?

19La deuxième approche, située à l’opposé pourrait-on dire, part d’une spécificité qui fait la renommée des « Pygmées », celle d’une musique se distinguant à l’oreille de celle des autres communautés, et qui leur est accordée aussi par les sociétés voisines. Une image durable s’offre à nous, qui s’ancre dans la longue histoire des idées : n’est-ce pas un danseur que l’officier égyptien Hirkhuf, parti en expédition vers les sources du Nil, envoya à son Pharaon pour le divertir, il y a 4000 ans (Lalouette 1984) ? Nous présentons ici une comparaison méticuleuse des musiques de deux groupes géographiquement et culturellement proches, afin d’en dégager des traits communs (Susanne Fürniss). Nous préconisons de conduire un comparatisme à l’échelle locale, bâti sur des ensembles d’informations, avant d’élargir le champ à d’autres échelles. Une telle démarche évite l’écueil de rapprochements hâtifs entre des régions distantes. Dans le domaine musical, par exemple, deux groupes emblématiques de chasseurs-collecteurs, les Pygmées Aka de la forêt centrafricaine et les San ! Kung d’Afrique australe, chantent en yodle – mais ce qui « sonne » pareillement peut s’avérer un « trompe-oreille », car ne résultant pas de la même technique vocale, comme l’ont démontré Fürniss et Olivier (1997). il ne s’agit donc nullement, comme on aurait pu le supposer, d’une quelconque trace d’une proto-culture des chasseurs-cueilleurs africains.

20Le passage du temps se marque par l’adoption de techniques de production différentes, et notamment par celles de l’agriculture dans certains groupes observés par le passé comme vivant de chasse et de collecte. Ce n’est pas pour autant qu’ils ignoraient ces techniques de production, bases de l’économie des populations voisines, et que les Pygmées pouvaient pratiquer dans le cadre de leurs prestations de service. L’adoption de l’agriculture pour eux-mêmes est plus la marque d’un changement volontaire d’économie qu’une étape d’une supposée « évolution technologique ». Nous présentons ici deux études sur la pratique de l’agriculture par différents groupes pygmées du Gabon (Beatriz Soengas, Jean-Marie Betsch).

21Nous ne pouvons conclure cette introduction que par un appel à poursuivre les efforts pour une meilleure connaissance scientifique de ces communautés, où qu’elles soient, dans leurs spécificités socioculturelles et dans la longue histoire des relations interethniques, au moment où les pressions sur leurs modes de vie et leurs choix d’existence sont intenses : seules de solides informations sont en mesure de combattre les a priori qui malheureusement perdurent, comme en témoignent quotidiennement articles de presse ou « reportages » télévisuels. Hélas, les politiques de développement qui engagent l’avenir de ces sociétés sont basées sur ces préjugés.

Note sur les conventions adoptées dans les articles

22Pour l’ensemble des articles de cette livraison, nous avons adopté les mêmes normes en ce qui concerne les noms d’ethnies et de groupes.

  • Nous avons décidé d’utiliser le mot pygmée comme un nom propre, Pygmées, lorsqu’il désigne globalement une communauté et comme un adjectif, avec une minuscule, dans une composition : on écrira ainsi « le campement des Pygmées » ou bien « un campement pygmée ».

  • Pour désigner les populations voisines des Pygmées, nous employons quelquefois l’expression composée non-pygmées que nous écrivons dans les mêmes conditions que le nom « pygmée ». Comme substantif et nom propre, nous l’écrivons avec une majuscule : « les Non-pygmées ». Comme adjectif, nous l’employons avec une minuscule : « les villages non-pygmées ».

  • En ce qui concerne les noms des langues de la famille bantoue (terme que nous employons en le francisant), nous appliquons les conventions usuelles de la linguistique africaine, qui consiste à utiliser le radical sans le préfixe de classe nominale pour les noms de populations et ceux de langues. En effet, dans cette famille, un jeu de préfixe marque la classe ainsi que le singulier et le pluriel d’un nominal. Ces noms seront ici toujours utilisés sous la forme invariable, sans marque de pluriel. Nous écrirons donc « les Teke » et non « les Tekes » ou « les Bateke ».

  • il en va de même avec le nom des langues et des groupes. Par exemple, di.aka signifie « l’aka » ( i.e. la langue ), mo.aka « un Aka » et ba.aka « des Aka ». L’usage est de n’utiliser que le radical, sans le préfixe (Aka). Nous suivrons ici cette convention.

  • Cependant dans la littérature, il n’en va pas toujours ainsi et la plupart des groupes sont connus sous leur nom au pluriel (les Bambuti, les Bagyeli, les Batwa...). Comme cet ensemble d’articles fait de nombreuses références aux publications antérieures, nous citerons les noms selon les formes telles qu’employées par les auteurs auxquels nous nous référons (généralement au pluriel). Précisons que les langues des groupes Baka, Bedzan, Efe et Asua ne sont pas de la famille bantoue, et donc que la première syllabe de leur nom n’est pas un préfixe. Ainsi le pluriel de baka est baka-o.

Haut de page

Bibliographie

Abéga Séverin Cécile, 1998, Pygmées Baka, le droit à la différence, Yaoundé, INADES-formation Cameroun : Université catholique d’Afrique centrale.

Abéga Séverin Cécile, Bigombe Logo Patrice (éds.), 2006, La marginalisation des Pygmées d’Afrique Centrale, Langres, Afredit.

Alexandre Pierre, 1963, Un conte Bulu de Sangmelima : la jeune albinos et le Pygmée, Journal de la Société des Africanistes 33 (2) : 243-254.

Annaud Mathilde, Leclerc Christian, 2002, Étude d’impact du PSFE sur les populations rurales et pygmées & proposition de mesures-mécanismes (Gabon). Rapport pour le GEF/World Bank-Gabon, Paris : GEPFE.

Bahuchet Serge, 1993, L’invention des Pygmées, Cahiers d’études africaines 33 (1) : 153-181.

—, 1992-1993, Histoire d’une civilisation forestière ; (Vol. I-Dans la forêt d’Afrique centrale ; les Pygmées Aka et Baka ; vol. II -La rencontre des agriculteurs. Les Pygmées parmi les peuples d’Afrique centrale), Paris, Peeters-SELAF.

Bahuchet Serge, Guillaume Henri, 1982, Aka-farmer relations in the northwest Congo basin, in Leacock E., Lee R.B. (eds.), Politics and history in band societies, Cambridge/Paris, Cambridge University Press /M.S.H.: 189-211.

Barham Lawrence, 2006, BaTwa in the mist, Before Farming 4, article 9, 4 p.

Betti Jean L., 2004, An ethnobotanical study of medicinal plants among the Baka Pygmies in the Dja Biosphere Reserve, Cameroon, African Study Monographs 25: 1-27.

Biesbrouck Karen, 1999, Agriculture among equatorial African hunter-gatherers and the process of sedentarization: the case of the Bagyeli in Cameroon, in Biesbrouck K., Elders S., Rossel G. (eds.), Challenging elusiveness: Central African hunter-gatherers in a multidisciplinary perspective, Leiden, CNWS: 189-206.

Billard Emeric, 2008, Fragmentation de l’espace coutumier et stratégies de la mobilité chez les Pygmées de Mambélé (Est Cameroun), Mémoire de Master ii, MNHN, Paris.

Delobeau Jean-Michel, 1989, Yandenga et Yamonzombo. Les relations entre les villages monzombo et les campements pygmées aka dans la sous-préfecture de Mongoumba (Centrafrique), Paris, Peeters-SELAF.

Estermann Carlos, 1962, Les Twa du sud-ouest de l’Angola, Anthropos 57 : 465-474 (réimprimé dans viegas Guerreiro, M., 1983, Etnografia de Angola, collectanea de artigos dispersos, vol. 1, Lisbonne, instituto de investiga o cientifica tropical : 77-89).

Fouts Hillary N., Hewlett Barry S., Lamb Michael E., 2005, Parent-Offspring Weaning Conflicts among the Bofi Farmers and Foragers of Central Africa, Current Anthropology 46: 29-50.

Fürniss Susanne, 2011, Partages et emprunts de musiques rituelles au Sud-Est Cameroun, in Desroches M. et al. (éds), Territoires musicaux mis en scène, Montréal, PUM : 313-328.

Fürniss Susanne, Olivier Emmanuelle, 1997, Systématique musicale pygmée et bochiman : deux conceptions africaines du contrepoint, Musurgia. Analyse et Pratique Musicales 4 (3): 9-30.

Grinker Richard r., 1994, Houses in the rainforest. Ethnicity and inequality among farmers and foragers in Central Africa, Berkeley, University of California Press.

Hardin Rebecca, Robillard Marine, Bahuchet Serge, 2010, Social, spatial and sectoral boundaries in transborder conservation of Central African forests, in De Jong W, Snelder DJ., Ishikawa N. (eds.), Transborder governance of forests, rivers, and seas, Washington, DC, Earthscan: 15-30.

Hewlett Barry S., Fancher Jason M. [sous presse], Central African hunter-gatherer research traditions, in Cummings Vicki, Jordan Peter, Zvelebil Marek (eds.), Oxford Handbook of the Archaeology and Anthropology of Hunter-Gatherers, Oxford University Press.

Hewlett Bonnie L., Hewlett Barry S., 2008, A biocultural approach to sex, love, and intimacy in Central African foragers and farmers, in Jankowiak W. (ed.), Intimacies: Love and Sex Across Cultures, New York, Columbia University Press: 39-64.

Ichikawa Mitsuo, 2004, The Japanese tradition of Central African hunter-gatherer studies: with comparative observation on the French and American traditions in Barnard Alan (ed.), Hunter-Gatherers in History, Archaeology and Anthropology, Oxford, Berg Publishers: 103-114.

Ichikawa Mitsuo, Kimura Daiji, Yasuoka Hirokazu (eds), 2012, Land Use, livelihood, and changing relationships between Man and forests in Central Africa, African Study Monographs, Supplementary issue 43.

Joiris Daou v., 2003, The framework of Central African hunter-gatherers and neighbouring societies, African Study Monographs, Suppl. 28: 57-79.

Kitanishi Koichi, 2003, Cultivation by the Baka hunter-gatherers in the tropical rain forest of Central Africa. African Study Monographs, Suppl. 28: 143-157.

—, 2006, The impact of cash and commoditization on the Baka hunter-gatherer society in Southeastern Cameroon. African Studies Monographs, Suppl. 33: 121-142.

knight Judith, 2003, Relocated to the roadside: preliminary observations on the forest peoples of Gabon, African Studies Monographs, Suppl. 28: 81-121.

köhler Axel, 2005, Money makes the world go round? Commodity sharing, gifting and exchange in the Baka (Pygmy) economy, in Widlock T., Tadesse W. G. (eds), Property and Equality, vol. ii, Berghahn Books: 32-55.

Lalouette Claire, 1984, Textes sacrés et textes profanes de l’Ancienne Égypte, vol. i, Paris, Gallimard.

Le Bomin Sylvie, Mbot Jean-Emile, 2011, identité musicale et absence de territoire : le cas des Pygmées du Gabon, in Desroches M. et al. (eds.), Territoires musicaux mis en scène, Montréal, PUM : 329-345.

Leclerc Christian, 1999, Des Pygmées entre la forêt et la savane : étude comparative de deux campements Medzan (vallée du Mbam, Cameroun), in Biesbrouck K., Elders S., Rossel G. (eds.), Challenging elusiveness : Central African hunter-gatherers in a multidisciplinary perspective. Leiden, CNWS : 169-186.

—, 2001, En bordure de route : espace social, dynamisme et relations à l’environnement chez les pygmées Baka du Cameroun, Thèse de doctorat, Université Paris x, Nanterre.

—, 2006, Le retour de chasse : avènement de la jalousie chez les Baka et dynamique sociale (Cameroun), in Sidéra i. (éd.) La chasse. Pratiques sociales et symboliques, Paris, De Boccard : 121-132.

Leonhardt Alec, 2006, Baka and the magic of the State: between autochthony and citizenship, African Studies Review 49 (2): 69-94.

Lewis Jerome, 2002, Forest hunter-gatherers and their world: a study of the Mbendjele Yaka Pygmies of Congo-Brazzaville and their secular and religious activities and representations, PhD, London School of Economics and Political Science.

—, 2005, Whose Forest is it anyway? Mbendjele Yaka Pygmies, the Ndoki Forest and the wider world, in Tadesse W., Widlock T. eds, Property and Equality: Encapsulation, Commercialisation, Discrimination, Oxford, Berghahn: 56-78.

—, 2007, Enabling forest people to map their resources & monitor illegal logging in Cameroon, Before Farming: the archaeology and anthropology of hunter-gatherers [online version] 2007/2 article 3.

Lewis Jerome, Knight Judith, 1996, Les Twa du Rwanda. Rapport d’évaluation de la situation des Twa et pour la promotion des droits des Twa dans le Rwanda d’après-guerre, World Rainforest Movement, IWGiA & Survival international.

Lupo Karen D., Schmitt Dave N., 2005, Small Prey Hunting Technology and Zooarchaeological Measures of Taxonomic Diversity and Abundance: Ethnoarchaeological Evidence from Central African Forest Foragers, Journal of Anthropological Archaeology 24: 335-353.

Matsuura Naoki, 2006, Sedentary lifestyle and social relationship among Babongo in Southern Gabon, African Studies Monographs Suppl. 33: 71-93.

—, 2011, Historical changes in land use and interethnic relations of the Babongo in Southern Gabon, African Studies Monographs 32 (4): 157-176.

Mayer Raymond, 1987, Langues des groupes pygmées au Gabon : un état des lieux, Pholia 2 : 111-124.

Mebenga Tamba Luc, 1998, Les campements Pygmées-Bedzan du pays Tikar, in Delneuf M., Essomba J.M., Froment A. (éditeurs), Paléo-anthropologie en Afrique centrale : un bilan de l’Archéologie au Cameroun, Paris, L’Harmattan : 323-330.

Medjo Mve Pither, 2006, Lexique du kóya. Langue des Pygmées du Nord-Est du Gabon, Libreville, UNESCO.

Meehan Courtney, 2005, The effects of maternal locality on alloparental behavior and frequency of caregiving among the Aka foragers of the Central African Republic, Human Nature 16: 58-80.

Njounan Tegomo Olivier, Defo Louis, Usongo Leonard, 2012, Mapping of resource use area by the Baka Pygmies inside and around Boumba-Bek National Park in Southeast Cameroon, with special reference to Baka’s customary rights, African Studies Monographs Suppl. 43: 45-59.

Ngima Mawoung Godefroy, 2001, The relationship between the Bakola and the Bantu peoples of the coastal regions of Cameroon and their perception of commercial forest exploitation, African Studies Monographs Suppl. 26: 209-235.

Oishi Takanori, 2012, Cash crop cultivation and interethnic relations of the Baka hunter-gatherers in Southeastern Cameroon. African Studies Monographs Suppl. 43 : 115-136.

Paulin Pascale, 2010, Les Baka du Gabon dans une dynamique de transformations culturelles -Perspectives linguistiques et anthropologiques, Thèse, Université Louis Lumière Lyon 2.

Robillard Marine, 2010, Pygmées Baka et voisins dans la tourmente des politiques environnementales en Afrique centrale. Thèse de doctorat, Muséum national d’histoire naturelle, Paris.

Rupp Stephanie, 2011, Forests of belonging: identities, ethnicities, and stereotypes in the Congo River basin, Seattle, University of Washington Press.

Soengas Beatriz, 2009, Preliminary ethnographic research on the Bakoya in Gabon, African Study Monographs 30 (4): 187-208.

—, 2010, La subsistance des Pygmées bakoya à l’épreuve de l’agriculture : dynamique des savoirs ethnobotaniques et des pratiques. (Département de la Zadié, Ogooué-Ivindo, Gabon), Thèse de doctorat, Muséum national d’histoire naturelle, Paris.

Thomas Jacqueline M. C. et al. (éds.), 1981-2012, Encyclopédie des Pygmées Aka -Techniques, langage et société des chasseurs-cueilleurs de la forêt centrafricaine, 17 volumes, Paris, Peeters-SELAF.

Turnbull Colin M, 1965, Wayward servants, the two worlds of the African Pygmies, New York, The Natural History Press.

Verdu Paul, 2009, Anthropologie génétique des populations humaines d’Afrique centrale : histoire du peuplement pygmée, Thèse de doctorat, Université Paris 6.

Verdu Paul, Austerlitz F., Estoup A., Vitalis R, Georges M., Thery S., Froment A., Le Bomin S., Gessain A., Hombert J.M., Van Der Veen L., Quintana-Murci L., Bahuchet S., Heyer E., 2009, Origins and genetic diversity of pygmy hunter-gatherers from Western Central Africa, Current Biology 19 (4): 312-318.

Waehle Espen, 1986, Efe (Mbuti Pygmy) relations to Lese-Dese villagers in the Ituri forest, Zaïre: historical changes during the last 150 years, Sprache und Geschichte in Afrika 7 (2): 375-411.

Yamauchi Taro, Hiroaki Sato, Kawamura Kyohei, 2000, Nutritional status, activity pattern, and dietary intake among the Baka hunter-gatherers in the village camps in Cameroon, African Studies Monographs 21 (2): 67-82.

Yasuoka Hirokazu, 2012, Fledging agriculturalists? Rethinking the adoption of cultivation by the Baka hunter-gatherers. African Studies Monographs Suppl. 43 : 85-114.

Haut de page

Notes

1 ACi Prosodie « Histoire et diversité des Pygmées de l’Afrique Centrale et de leurs voisins », 2004 -2007, Ministère de la recherche, dir. E. Heyer ; ANR-Programme blanc « La mobilité ancestrale face à la percée des routes forestières en Afrique centrale : le cas des chasseurs-cueilleurs pygmées » (ANR-05-BLAN-0400-001), 2005-2009, Ministère de la recherche, dir. S. Bahuchet ; Programme Corus 6144 « Patrimoines musicaux et Sociétés (Gabon – Sud Cameroun) », 2008-2010, Ministère des Affaires Etrangères français, dir. S. Le Bomin et J.-E. Mbot.

2 On en trouvera le programme et les présentations sur le site : http://foretstropicaleslefilm.wordpress.com/international-conference-on-congo-basin-hunter-gatherers/iccbhg2012-sharedpapers/ (consulté le 20 juillet 2012).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Publications ethnographiques sur les groupes pygmées.
Légende Le recensement de la littérature ethnographique (n = 345, à l’exception de la linguistique et de la génétique) montre une importante disparité : 86 % des publications concernent seulement 5 groupes (les plus mobiles), alors que 14 % concernent 8 autres groupes (ou ensemble de groupes : les Bongo), qui habitent le plus souvent en hameaux fixes.
URL http://africanistes.revues.org/docannexe/image/4251/img-1.png
Fichier image/png, 63k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Serge Bahuchet, « Pygmées ou « Pygmées » ? », Journal des africanistes, 82-1/2 | 2012, 5-14.

Référence électronique

Serge Bahuchet, « Pygmées ou « Pygmées » ? », Journal des africanistes [En ligne], 82-1/2 | 2012, mis en ligne le 09 mai 2016, consulté le 28 juillet 2017. URL : http://africanistes.revues.org/4251

Haut de page

Auteur

Serge Bahuchet

Professeur au Muséum, laboratoire Éco-anthropologie et ethnobiologie (UMR 7206 MNHN-CNRS-Paris Diderot)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org