Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Verite Monique, 2010, Henri Lhote. Une aventure scientifique au Sahara

Paris, Ibis Press
Manuel Gutierrez
p. 343-345
Référence(s) :

Verite Monique, 2010, Henri Lhote. Une aventure scientifique au Sahara, Paris, Ibis Press, 430 p.

Texte intégral

1La biographie d’Henri Lhote publiée par Monique Vérité aux éditions Ibis Press, compte onze chapitres, de nombreuses illustrations, cartes, relevés, photographies. Elle inclut également une postface de J.-L. Le Quellec où l’on trouve la liste des publications de Lhote.

2Le début du livre retrace l’enfance difficile d’Henri Lhote, marquée à sa naissance par la mort de sa mère puis à l’âge de douze ans par celle de son père. Son goût pour la nature en particulier pour les animaux et son entrée dans le scoutisme vont lui apporter du réconfort et une certaine discipline de vie.

3La première guerre mondiale, sa passion pour l’aviation et une certaine admiration pour les faits d’armes vont le conduire à s’engager dans l’armée de l’air en 1921. Engagement de courte durée puisqu’un accident d’avion va l’obliger à abandonner cette voie en 1924.

4L’aventure africaine commence dans les années 1930 quand il part pour une première mission au Sahara confiée par le Museum d’histoire naturelle de Paris. Il s’agit de diverses tâches, dont la lutte contre l’invasion de sauterelles et le relevé des figures d’art rupestres du Sahara.

5La présence de militaires sur place va lui permettre de créer les liens d’amitié, de disposer d’une aide logistique importante qui va durer longtemps et qui lui sera précieuse lors de ses missions. La rencontre avec le lieutenant Brenans, découvreur de sites de gravures rupestres, va lui ouvrir la piste de l’art rupestre du Tassili. Les recherches de terrain sont orientées vers les peintures rupestres de cette partie du désert mais Lhote aborde aussi la fouille archéologique qui lui permet de créer des collections lithiques, voire de ramasser des squelettes humains. La carence de formation en archéologie, en anthropologie et en méthodes de recherche font que ces ramassages ne constituent pas de véritables objets d’étude. Malgré tout, ses méthodes vont constituer l’axe de la plupart de ses démarches.

6Les missions organisées dans les années suivantes vont compter avec la présence de collaborateurs de Lhote et très souvent les critères de sélection de ses équipiers ne semblent pas obéir à des exigences scientifiques mais exclusivement au bon vouloir du chef. Il est encore plus regrettable que ces équipes fonctionnent sur le terrain sans méthode et soient prêtes à tout faire : relever des peintures, fouiller des tumulus, fouiller des structures liées à la paléo métallurgie, parfois en absence de Lhote qui laisse ses hommes sur le terrain et part s’occuper d’autres activités, quand ce n’est rentre en France. Il faut ajouter que les fouilles archéologiques en question sont réalisées sans l’autorisation des autorités locales qui dès 1949 s’étonnent du non-respect par Lhote de la législation sur les fouilles archéologiques et de la constitution de collections ethnographiques qui quittent le pays.

7Les recherches sur l’art rupestre commencent ainsi avec l’aide de Benans et avec le soutien de l’abbé Breuil qui avait reçu à Paris des relevés envoyés par le militaire et avait écrit quelques commentaires sur des documents souvent correspondant à plus d’un site, mais présentés sur un même calque.

8En ce qui concerne le travail de terrain, le livre montre qu’il ne s’agit pas de missions scientifiques comme on peut les concevoir aujourd’hui mais plutôt de ‘missions Lhote’, composées de personnes très diverses qui deviennent très rapidement « les garçons », sous l’autorité d’un chef souvent intransigeant, voire violent. Les membres des missions s’abandonnent parfois à des ‘blagues entre copains’ et c’est justement pour faire une blague que des peintures auraient été ajoutées aux relevés du site de Jabbaren. Il s’agit de quatre petites femmes à tête d’oiseau créées par Claude Guichard, l’un des membres de l’équipe, à partir des modèles égyptiens, figures qui vont devenir un véritable casse-tête pour Lhote qui ne peut s’empêcher de voir une influence égyptienne dans le Tassili. Il est ainsi douteux que l’on puisse retirer de ces missions un bénéfice seulement positif concernant l’apport en images rupestres résultats de ces travaux de terrain. Il y a eu donc des faux, et la méfiance peut donc aller au-delà de ce cas connu. Il est aussi notoire que les méthodes utilisées pour ‘raviver’ les peintures étaient et sont critiquables : nettoyer les parois à l’eau et les arroser abondamment pour les rendre plus visibles. Ces interventions sont très dommageables, voire destructrices, pour les peintures rupestres.

9L’ouvrage montre également que le fait d’avoir été l’un des pionniers des recherches dans le Tassili a permis à Lhote d’avoir un quasi-monopole des recherches jusqu’aux années 1960. Ce monopole et une certaine solitude dans le milieu scientifique européen, s’exprime aussi dans les publications. Il s’agit souvent d’ouvrages de vulgarisation accompagnés d’une forte activité médiatique que lui octroient, l’absence de reconnaissance des milieux scientifiques, une certaine admiration du grand public.

10Le livre évoque souvent les difficultés du terrain, chaleur, tempêtes de vent, rareté de l’eau, chemins difficiles, équipiers surchargés de travail, nourriture médiocre. Sur d’autres aspects, notamment sur celui de la déontologie, on apprend par exemple (p. 255) que des dalles gravées ont été prélevées et transportées (« évacuées ») en avion vers Paris. L’une d’elle notamment, de 2 mètres de long par 1,50 mètres de large et d’un poids d’environ 1550 kgs, avec des gravures rupestres, fut arrachée et transportée en France, vraisemblablement sans la moindre autorisation des autorités locales.

11Dans le même ordre d’idées, on peut s’étonner que des fouilles archéologiques de structures funéraires soient conduites sans la présence de spécialistes en anthropologie. M. Vérité cite l’exemple d’une mission réalisée entre 1966 et début de 1967, pendant laquelle une quarantaine de tumulus seront fouillés avec la participation de militaires en tant que main d’œuvre gratuite. Il est peu probable que ces fouilles puissent apporter des connaissances sérieuses sur les individus ensevelis ou sur les pratiques funéraires de l’époque.

12Des faits similaires vont se produire avec le changement de terrain opéré au début des années 1970. En effet, les missions conduites au Niger répondent globalement aux mêmes critères que celles conduites en Algérie : Lhote ne répond à aucune instance scientifique sur place, ses missions sont directement rattachées aux services du chef de l’Etat. Comme l’indique Vérité « Lhote est seul maître à bord ». Toutefois, des chercheurs français travaillant au Niger critiquent les méthodes de terrain de Lhote s’inquiétant des collectes trop hâtives et, dans les faits, de la mutilation des sites archéologiques. À titre d’exemple on peut citer des fouilles de sépultures conduites à proximité d’Arlit. Pendant trois campagnes de fouille il va « extraire » 50 squelettes qui seront classés dans la catégorie d’individus de « race négroïde ». Il est fort possible que les fouilles en question et les résultats affichés ne soient en réalité que destructions de structures funéraires et hypothèses sans aucune valeur scientifique, et aient eu corollaire des richesses archéologiques abîmées à jamais.

13Le dernier chapitre du livre est consacré aux dernières activités d’Henri Lhote dans sa demeure de campagne à Faverolles où, rencontres, lettres, publications et souvenirs des aventures au Sahara vont constituer son quotidien jusqu’à la fin le 26 mars 1991.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Manuel Gutierrez, « Verite Monique, 2010, Henri Lhote. Une aventure scientifique au Sahara », Journal des africanistes, 81-2 | 2011, 343-345.

Référence électronique

Manuel Gutierrez, « Verite Monique, 2010, Henri Lhote. Une aventure scientifique au Sahara », Journal des africanistes [En ligne], 81-2 | 2011, mis en ligne le 19 janvier 2016, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/4246

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org