Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Terra d’Africa XVI, 2007-2009

Edizioni Unicopli, Milano
Elisa Fiorio
p. 341-343
Référence(s) :

Terra d’Africa XVI, 2007-2009, Edizioni Unicopli, Milano, 271 p.

Texte intégral

1Le numéro 2007-2009 de la Revue Terra d’Africa, est le dernier de la série, après 17 ans d’activité dans la recherche africaniste inscrite dans le domaine de la géographie italienne. Cette revue est dorénavant mise en ligne dans son intégralité. Depuis sa création en 1992, elle est orientée autour de deux axes fondamentaux de la recherche : l’interdisciplinarité et l’ouverture internationale. Elle a regroupé les contributions de nombreux auteurs nationaux et internationaux, et envisage à l’avenir une plus grande ouverture aux contributions d’auteurs africains.

2Une brève lettre de congé traduite en cinq langues, suivie d’une sorte de « nécrologie » sur les trois icones de la géographie africaniste, Aimé Césaire, Jean Suret-Canale et Pasquale Coppola, anticipe la question centrale posée par Angela Turco dans l’introduction de ce numéro : la question des afro-argentins. La suite de l’ouvrage comporte trois sections (1. Autres Afriques ; 2. Développement local ; 3. Environnement), et chacune d’elles compte une à deux contributions. Il se termine avec un journal de bord, une exposition d’Afrique et un focus. Une fiche individuelle sur tous les auteurs de la revue termine l’ouvrage.

3L’invisibilizados [l’invisibilité] de la diaspora afro-argentine, qui est essentiellement issue de l’esclavage, est au cœur de ce numéro. Tandis que les deux premiers articles traitent de cette question d’un point de vue historique ¬— évasion des esclaves dans le Mato Grosso de 1718 à 1789 ; réalités contemporaines du travail forcé, à São Paulo (Brésil) — les autres s’intéressent au développement local et à l’environnement en Afrique.

4Maria do Carmo Brasil, dans Brasile oltre le frontiere. Il fenomeno della fuga degli schiavi nel Mato Grosso coloniale : 1718-1789 [Brésil au-delà des frontières. Le phénomène de l’évasion des esclaves dans le Mato Grosso colonial : 1718-1789], traite des Noirs fugitifs – indigènes rebelles et Blancs marginalisés – cachés dans les vallées des fleuves du Mato Grosso, qui formaient des noyaux de résistance à l’esclavage et qui ont fui dans l’espoir de trouver des lieux et des jours meilleurs (p. 44).

5Francisco Luiz Teixeira Vinhosa, dans Nuove schiavitù : immigrati boliviani a San Paolo [Nouveaux esclavages : immigrés boliviens à São Paulo], traite des nouvelles formes « esclavagistes » au Brésil - conséquence de la crise économique de l’Argentine - en donnant comme exemple l’industrie de la confection dans la ville de São Paulo où se concentrent beaucoup d’immigrés irréguliers péruviens, paraguayens et surtout boliviens (p. 55).

6En quittant ce continent, Angelo Turco, dans Conflitti territoriali e sviluppo locale : il caso dell’Aïnoma (Niger) [Conflits territoriaux et développement local : le cas de l’Aïnoma (Niger)], traite du déclassement, en 1976, de la Réserve Totale de Faune de Tamou, qui borde le Parc W. L’objectif du déclassement est double : 1. l’offre de nouveaux espaces de culture et de pâturage aux agriculteurs et aux pasteurs du sahel aride ; 2. Le développement local. Cependant, le vide juridique et le manque d’organisation entrainent l’échec des différentes stratégies de développement local (p. 106).

7Elisa Bignante, Egidio Dansero et Cristina Scarpocchi, dans Politiche e prassi di sviluppo locale : Egitto e Senegal a confronto [Politiques et pratiques de développement local : comparaison entre Egypte et Sénégal], analysent les discours et les pratiques de développement local dans les pays en voie de développement, notamment en Egypte et au Sénégal. Sont envisagés, d’une part, la complexité des contextes nationaux et internationaux dans lesquels ces discours prennent place et, d’autre part, le dynamisme des pratiques et des réflexions en matière de développement local (p. 142).

8Le dernier article, de Lina M. Calandra, Colonialismo e conservazione : all’origine della conflittualità ambientale in Africa Occidentale Francese e in Africa Orientale Italiana [Colonialisme et conservation : aux origines du conflit environnementale en Afrique Occidentale Française et en Afrique Orientale Italienne], traite de l’exportation en Afrique des politiques de conservation et des pratiques de protection de la nature conçues en Europe et gérées par le secteur forestier. Points de départ pour définir les cadres normatifs et élaborer les représentations des contextes environnementaux africains, ces politiques et pratiques présentent des ambigüités et contradictions en termes territoriaux et sociaux (p. 210).

9Le Journal de bord de Bruno Feidangai, Per una geografia sociale e culturale della musica popolare urbana nella Repubblica Centrafricana : i ködrö di Bangui [Pour une géographie sociale et culturelle de la musique populaire urbaine dans la République Centrafricaine : les ködrös de Bangui], développe quelques réflexions sur la condition actuelle de la société centrafricaine subordonnée aux pressions de valeurs souvent opposées à celles des traditions, en s’appuyant sur le discours musical (p. 231).

10Maria Mancini, dans Tesori on line. Una mostra virtuale delle fotografie della sociétà geografica di Parigi [Trésors en ligne. Une exposition virtuelle de photographies de la Société de Géographie de Paris], examine la version en ligne d’une exposition de photographies tirées du riche patrimoine de la Société de géographie de Paris, disponible sur le site de la bibliothèque Nationale de France (p. 248).

11Vient ensuite une brève nécrologie, par Paolo Giaccaria et Cristina Scarpocchi, intitulée Pasquale Coppola : geografia, libertà [Pasquale Coppola : géographie, liberté], puis un Focus de Marie-José Hoyet, intitulé Un itinerario algerino atipico : Mohammed Moulessehoul/Yasmina Khadra [Un itinéraire algérien hors-norme : Mohammed Moulessehoul/Yasmina Khadra] qui est un entretien avec l’écrivain algérien. Une présentation des auteurs termine cet ouvrage.

12Dans cette revue à caractère scientifique – elle est parrainée par l’Association des Géographes Italiens et par la Société Géographique Italienne - l’argumentation de la plupart des travaux présentés est bien structurée. La seule chose qui étonne est la grande variété des sujets abordés, sans réels liens entre eux. La question des afro-argentins qui, bien remarquée en introduction, donne l’impression d’être le fil conducteur de l’ensemble de la revue, disparaît à partir de la deuxième section.

13On attendra avec intérêt la mise en ligne complète de cette revue qui fait avancer sérieusement la recherche africaniste en Italie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Elisa Fiorio, « Terra d’Africa XVI, 2007-2009 », Journal des africanistes, 81-2 | 2011, 341-343.

Référence électronique

Elisa Fiorio, « Terra d’Africa XVI, 2007-2009 », Journal des africanistes [En ligne], 81-2 | 2011, mis en ligne le 19 janvier 2016, consulté le 28 juillet 2017. URL : http://africanistes.revues.org/4241

Haut de page

Auteur

Elisa Fiorio

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org