Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Sitack Yombatina Béni, 2009, Droit et filière intégrée de la gomme arabique au Tchad

Louvain-La-Neuve, Publications de l'Institut Universitaire André Ryckmans, Academia-Bruylant
Géraud Magrin
p. 338-341
Référence(s) :

Sitack Yombatina Béni, 2009, Droit et filière intégrée de la gomme arabique au Tchad, Louvain-La-Neuve, Publications de l'Institut Universitaire André Ryckmans, Academia-Bruylant, 257 p.

Texte intégral

1L’ouvrage de Béni Sitack Yombatina, Droit et filière intégrée de la gomme arabique au Tchad, est tiré d’une thèse en droit public soutenue en 2004 à l’université de Paris 1. Ce livre a d’abord le grand mérite d’exister, tant la bibliographie consacrée au sujet est rare. Il présente en outre la double originalité d’aborder le thème par le droit et par une approche filière. Enfin, il offre l’intérêt de défendre une thèse claire : l’exploitation des gommeraies constitue une activité à fort potentiel pour le développement rural des régions du Centre tchadien, mais l’inorganisation de la filière d’une part, le conflit entre les formes de régulation moderne (étatique) et coutumière de l’accès aux ressources d’autre part, sont une cause d’insécurité qui compromet la valorisation de ce potentiel ; la négociation d’un nouveau cadre de régulation environnementale patrimonial est la seule manière de dépasser l’opposition entre une gestion publique jusqu’à présent inefficace et une gestion par la propriété foncière exclusive non dénuée de risques.

2L’ouvrage s’organise en deux parties de deux chapitres : la première décrit l’état des lieux de la filière gomme arabique au Tchad (chapitre 1), avant d’exposer les contradictions posées par la juxtaposition du droit étatique moderne exogène sur des contextes juridiques locaux (chapitre 2) ; la seconde propose d’abord des manières de concilier logiques locales et pratiques juridiques modernes (chapitre 1), avant d’exposer les avantages d’un mode de gestion patrimonial (chapitre 2).

3Le principal intérêt du texte réside selon nous dans les informations problématisées qu’il rassemble sur la gomme arabique, au Tchad et dans le monde. La mise en perspective historique des usages de la ressource et de son « invention » moderne est efficace. La reconnaissance officielle de la « gomme arabique » comme exsudats de l’Acacia senegal (gomme dure) et de l’Acacia seyal (gomme friable) par le Codex alimentarus de La Haye, contre l’avis du Soudan (qui détient les principales plantations d’Acacia senegal), permet de comprendre la hausse de la demande et le dynamisme de la filière au Tchad au cours des années 2000, en plus du contexte global de croissance économique tiré par les pays émergents. La gomme friable représente la plus grande part d’une production tchadienne estimée à 10 000 tonnes en 2003 (contre moins de la moitié 10 ans plus tôt), le pays se classant au deuxième rang mondial derrière le Soudan. La marge de croissance est considérable, puisque le potentiel est estimé à 160 000 tonnes par la FAO. La gomme représente avant l’ère pétrolière le troisième poste d’exportation national après le coton et les produits de l’élevage. Au-delà de ses différents usages traditionnels (pharmacopée, construction, etc.) et industriels (confiserie et sodas surtout, puis industrie pharmaceutique et divers), on apprend aussi que la France était encore, au début des années 2000, le principal importateur mondial de cet additif naturel polyvalent : une continuité historique qui n’est pas sans rappeler celle de l’influence de l’ancienne puissance coloniale dans la filière cotonnière tchadienne. L’auteur relève d’ailleurs que la gomme arabique constitue, pour les populations du Centre tchadien, ce que le coton fut au Sud jusqu’à récemment : la principale source de revenus monétaires pour de nombreux ruraux, à partir de l’exportation d’une ressource destinée à l’exportation mondiale. Des problèmes analogues en découlent – dépendance envers des cours fluctuants, question de la qualité du produit, partage de la valeur ajoutée – mais là s’arrête la comparaison, car la filière gomme arabique, largement aux mains d’opérateurs du secteur informel, ressemble de ce fait davantage aux filières du « vivrier marchand » (céréales, oléagineux, tubercules…).

4Pour un lecteur non juriste mais familier des enjeux du développement rural en Afrique sahélienne, certains thèmes auraient mérité d’être davantage mis en perspective. Ainsi, la typologie des producteurs de gomme est claire, mais une description plus fine de la place de la gomme dans les systèmes de production aurait eu son intérêt : comment la gomme s’insère-t-elle, selon les situations régionales, dans la diversification de l’économie rurale, aux côtés du vivrier marchand, de l’élevage et du bois-énergie ? Quels facteurs influent sur ses dynamiques ? De même, les revendications de contrôle de l’espace par les sédentaires parallèlement à la socialisation croissante de la brousse évoquent beaucoup les enjeux de territorialisation liés à la filière bois-énergie étudiés en Afrique de l’Ouest par des chercheurs du Cirad (Alain Bertrand, Denis Gautier, Laurent Gazull). Quelles seraient les spécificités des gommeraies dans cette perspective ? La description du système commercial est efficace, mais un peu sèche – des portraits d’acteurs, en particulier des grossistes exportateurs n’djaménois, l’auraient utilement complétée. Les inégalités de répartition de la valeur le long de la filière au bénéfice des commerçants rappellent des travaux sur le poisson ou les céréales (voir les écrits de Philippe Couty ou Claude Arditi). Les nombreux échecs de l’Etat (offices céréaliers) ou des ONG (greniers communautaires) pour réguler les prix justifieraient une plus grande prudence dans les propositions. Le rôle de l’Etat est trop souvent perçu en prenant au pied de la lettre les lois, sans considération suffisante pour l’histoire des formes de présence étatique en milieu rural et les dimensions politiques contemporaines qui en éclairent les dysfonctionnements. L’hypothèse selon laquelle le contexte de démocratisation en cours au Tchad se prêterait bien à des expériences de gestion patrimoniale (p. 26, p. 193) mérite d’être questionnée davantage, au-delà des apparences du jeu démocratique formel.

5Les principales limites de ce livre militent ainsi pour que de nouvelles recherches soient engagées sur la gomme arabique. D’une part, certaines données utilisées sont anciennes, les références bibliographiques sur la filière datant pour l’essentiel des années 1990. L’analyse des systèmes juridiques locaux mobilise des travaux ethnographiques datant de plusieurs décennies (Le Rouvreur, Vandame, Fuchs, Magnant) qu’il serait utile d’éclairer par des analyses plus contemporaines portant sur les changements intervenus depuis lors. D’autre part, le mariage revendiqué de l’anthropologie et du droit n’est pas toujours très réussi. Certains développements théoriques tantôt ardus pour des profanes, tantôt peu originaux (conflit droit moderne / coutumier, enchâssement des droits, etc.), semblent superflus ou trop longs, éloignant le lecteur de la compréhension des enjeux de la filière gomme. La reconnaissance, dans la lignée des travaux d’Etienne Le Roy, de la nécessité d’aborder les enjeux juridiques par les pratiques, et non par les textes, ne se traduit pas toujours bien. Surtout, et c’est peut-être la principale lacune de l’ouvrage, les développements traitent de façon trop superficielle les enjeux locaux, qui auraient pu fournir une matière originale à l’analyse de la confrontation entre normes de l’Etat et logiques du bas, à travers par exemple la description et l’analyse fine de conflits. De futures recherches sur la gomme devront, pour compléter ce travail, s’appuyer sur des connaissances fines de terrain. Par ailleurs, des cartes auraient été bien utiles pour illustrer l’argumentation, à différentes échelles.

6Enfin, le ton prescriptif souvent adopté est peu convaincant à force d’être incantatoire, alors même que certaines difficultés de l’Afrique contemporaine, maintes fois signalées en matière de gestion décentralisée des ressources, ne sont guère envisagées (faut-il associer allochtones et acteurs mobiles à des processus de gestion patrimoniale ? comment ?). Si la filière cotonnière est présentée comme exemple à ne pas suivre (coercition initiale, importation d’un schéma exogène, absence de participation des paysans (p. 185), et finalement faible viabilité), le portrait-robot de filière souhaitable pour la gomme (recherche appliquée, encadrement des producteurs, prix garanti, crédit intrants, p. 192) y ressemble étrangement. Seule peut-être la proposition de création d’une fonction de médiateur national des ressources naturelles et forestière semble convaincante, à condition que ses attributions et moyens d’action traduisent une volonté d’agir de l’Etat dans le sens du dialogue, qui n’est pas évidente. En conclusion, l’auteur a bien l’intuition de la dimension éminemment politique des changements qu’il appelle de ses vœux : mais au croisement des enjeux socio-économiques de la filière et de ceux d’ordre juridique de la régulation environnementale se profile autant le besoin de refonder le droit de l’Etat que celui de construire un Etat de droit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Géraud Magrin, « Sitack Yombatina Béni, 2009, Droit et filière intégrée de la gomme arabique au Tchad », Journal des africanistes, 81-2 | 2011, 338-341.

Référence électronique

Géraud Magrin, « Sitack Yombatina Béni, 2009, Droit et filière intégrée de la gomme arabique au Tchad », Journal des africanistes [En ligne], 81-2 | 2011, mis en ligne le 19 janvier 2016, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/4237

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org