Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Singleton Mike, 2010, Histoires d’eaux africaines. Essai d’anthropologie impliquée

Louvain-la-Neuve, Academia-Bruylant, Coll. Anthropologie prospective n° 6, 397 p.
Catherine Sabinot
p. 337-338
Référence(s) :

Singleton Mike, 2010, Histoires d’eaux africaines. Essai d’anthropologie impliquée, Louvain-la-Neuve, Academia-Bruylant, Coll. Anthropologie prospective n° 6, 397 p.

Texte intégral

1Histoires de puits, de pluies, de lacs, de projets hydrauliques, mais aussi histoires d’hommes et de femmes, de citoyens, de « faiseurs » et de « défaiseurs » de pluie, de béliers, de serpents et de bœufs, de sorciers, de chrétiens et de musulmans, de païens et de missionnaires : l’ouvrage de Mike Singleton aborde les eaux africaines avec une plume saisissante, et nous démontre que l’eau n’est pas seulement une ressource naturelle menacée ; le phénomène de l'eau est définitivement de nature culturelle. Ainsi, il écrit p 284 : « On ne veut pas décrire un phénomène naturel, mais souligner le seuil critique de continuité culturelle. Avant la découverte de l’eau sous sa forme nouvelle, le style de vie des hommes était soumis à la disponibilité naturelle de l’eau ; après, leur mode de production se transforme, ils passent à la maîtrise d’eau et à une domination accrue de leur environnement », physique comme humain pouvons-nous ajouter.

2Documenté par une bibliographie très riche et largement sollicitée au cours du livre, « Histoires d’eaux africaines » est à la fois un recueil d’histoires de divers pays et cultures et une proposition de lecture comparée des différents rapports à l’eau que les sociétés construisent, puis adaptent aux contextes physiques et culturels changeants.

3De plus, l’humour est là pour porter cette réflexion soutenue par un discours sensible, respectueux et critique de toutes les cultures, comme de l’auteur lui-même qui n’hésite pas à révéler ses tâtonnements, ses raisonnements et projets pas systématiquement reçus comme il s’y attendait lors de la conduite de ses terrains de recherche. L’auteur manie non seulement parfaitement la langue française, mais il joue aussi très agréablement avec les mots facilitant ainsi la lecture de l’ouvrage, pourtant très dense, et laissant régulièrement échapper des sourires à son lecteur. Les titres des sections n’en sont qu’un petit aperçu : I. Une première histoire d’eau : des puits… et puis ? ; II. Une deuxième histoire d’eau : présence et absence de barrages en Afrique ; III. Une troisième histoire d’eau : de la siccité climatique à l’aridité culturelle ; IV. Une quatrième histoire d’eau : faiseurs de pluie et faiseurs de chrétiens ; V. Une cinquième histoire d’eau : le taureau pris par la queue – un coup vache pour un effet bœuf !

4Chaque chapitre annonce être une histoire mais il en révèle toujours plusieurs, parfois très différentes les unes des autres, parfois très proches démontrant ainsi la diversité des versions qui peuvent exister au sein d’un même groupe culturel ou entre plusieurs cultures. L’eau a joué et joue un rôle non négligeable d’interface entre les individus, entre les cultures africaines comme entre les cultures africaines et européennes. Les périodes coloniale et missionnaire sont des ères qui ont marqué les esprits et Mike Singleton en explore les influences locales à travers les récits que lui-même, d’autres anthropologues ou missionnaires ont collectés, ainsi qu’au travers de sa propre expérience. Dans le prologue, l’auteur ose proposer une morale à ces histoires « S’il y a une morale à toutes ces histoires, c’est que, pour en sortir vivants, les hommes, ne pouvant pas les recueillir tout faits sont bien obligés de faire les sens qui conviennent à leurs cultures respectives – des sens non seulement divers mais parfois contradictoires et qui, devant toujours être défaits et refaits, ne sauront jamais être définitifs. » (p335).

5En conclusion, l'Afrique et ses histoires d'eaux nous disent qu'il serait à la fois « plus plausible et plus prometteur d'admettre qu'il y a réellement autant d'eaux que de cultures ». Pour activer les énergies humaines contre l’injustice et le gaspillage actuels en matière d’eau, l’auteur pense que l’invention d’un imaginaire inédit est nécessaire. Le livre de Mike Singleton est effectivement un « essai d’anthropologie impliquée » comme le sous-titre l’indique ; il est aussi le reflet d’un anthropologue engagé. Notre seul regret : que les histoires d’eaux saumâtres et salées ne se soient pas mêlées aux histoires d’eaux douces africaines. Peut-être le feront-elles dans un autre ouvrage ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Sabinot, « Singleton Mike, 2010, Histoires d’eaux africaines. Essai d’anthropologie impliquée », Journal des africanistes, 81-2 | 2011, 337-338.

Référence électronique

Catherine Sabinot, « Singleton Mike, 2010, Histoires d’eaux africaines. Essai d’anthropologie impliquée », Journal des africanistes [En ligne], 81-2 | 2011, mis en ligne le 19 janvier 2016, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/4235

Haut de page

Auteur

Catherine Sabinot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org