Navigation – Plan du site
Mélanges

Informations

Françoise Le Guennec-Coppens
p. 339-352

Nouveaux membres de la société des Africanistes 2014

Bernard Souyris

Bernard Souyris est agrégé de philosophie et a réalisé une thèse d’ethnologie, sous la direction de Paul Pandolfi, qu’il a soutenue en 2010 à l’Université Paul Valéry, Montpellier III. Depuis cette date, il a publié deux ouvrages : Résistances à la colonisation dans la région de la boucle du Mouhoun (Haute-Volta) 1885-1935, Éditions Panafrika (Dakar), mai 2012) et Sara, un village au Burkina Faso, chez le même éditeur en 2012. Il reste engagé dans des échanges avec le Burkina Faso.

Nicolas Courtin

Nicolas Courtin est doctorant en histoire à l’Université Paris 7-Diderot sous la direction de la Professeure Faranirina Rajaonah (laboratoire Sociétés En Développement, Études Transdisciplinaires, SEDET). Son travail de recherche s’intitule : « Armée, pouvoir et développement à Madagascar : Akademia Miaramila, ou l’Académie militaire d’Antsirabe et la formation d’une élite malgache (1966- 1992) ». Il a des expériences d’enseignement, de consultance et de journalisme et est actuellement consultant éditorial, secrétaire de rédaction de la revue scientifi Afrique contemporaine, Direction de la Stratégie, cellule « Prévention des crises et sortie de confl », Agence Française de Développement (AFD). Il a co-dirigé un ouvrage avec Jean-Pierre Bat : Maintenir l’ordre colonial. Afrique et Madagascar, XIXe -XXe siècles (Presses Universitaires de Rennes, 23 novembre 2012, 220 pages).

Johann Lucas

Johann Lucas est titulaire d’un master 2 en Science Politique de l’Université Panthéon-Sorbonne Paris 1 au terme duquel il s’était inscrit en doctorat de Géographie : « L’impact de l’exploitation de l’uranium en Afrique. Cas du Gabon, du Niger et de la RCA ». Il n’a pu terminer cette thèse faute de financement et est actuellement Conseiller technique à la mairie de Creil après avoir été chef de cabinet, chargé de mission à l’organisation internationale « Droit à l’Énergie SOS Futur » et chargé de communication et multimédias au sein de SOS Sahel International. Il est Président de l’Association Les Amis de l’Afrique depuis 2012.

Édwige Zagré

Edwige Zagré a soutenu en 2012, à l’Université de Ouagadougou, une thèse de doctorat en Histoire et Archéologie Africaines (Option : Archéologie et Histoire de l’Art) sous la direction du Pr. Jean-Baptiste Kiethega et intitulée « L’art sculptural contemporain burkinabè sur bois et pierre, de 1960 à nos jours : étude des sculptures de Ouagadougou, de Bobo-Dioulasso et du site de Laongo ». Depuis cette date, elle est maître-assistante en Histoire de l’Art et directrice-adjointe de l’UFR/LSH à l’Université de Koudougou.

Amèle Morattib

Amèle Morattib est actuellement en Master 2 de Droit, Économie et Gestion, Mention Commerce Marketing, Spécialité Développement International Des Entreprises. Son mémoire s’intitule : « Entrepreneuriat Féminin au Maroc ». Elle travaille comme Chargée de Marketing GrDF groupe GDF Suez.

Jessica Tonon

Jessica Tonon est titulaire d’un Master de recherche en ethnomusicologie de l’Université de Nice Sophia-Antipolis (Alpes Maritimes). Elle est inscrite en thèse de Doctorat en Ethnomusicologie à l’Université de Nice Sophia-Antipolis sous la direction de Charles-Dominique Luc. Ses recherches portent sur les cérémonies de possession et d’exorcisme en Androy, à l’Extrême-Sud de Madagascar. Son étude s’attache à l’analyse des formes musicales et de leur articulation avec la vie socio-religieuse. Depuis janvier 2013, elle est chargée du cours « Organologie des instruments du monde », donné en Licence 3 « Musicologie » et en Licence 1’« Ethnologie des arts vivants » (Université de Nice Sophia-Antipolis). Elle propose de participer aux activités de la Société des Africanistes par le biais de publications, de conférences ou de projections de films et d’échanges avec les membres de la Société.

Patrick Dramé

Patrick Dramé est titulaire d’une thèse en histoire moderne et contemporaine. Il est Professeur au département d’histoire de l’Université de Sherbrooke (Québec). Il est l’auteur de nombreux articles et chapitres d’ouvrages et a publié en 2007 un livre intitulé L’impérialisme colonial français en Afrique : enjeux de la défense de l’AOF (1918-1940) » chez L’Harmattan et a co-édité avec Jean Lamarre 1968 : Des sociétés en crise aux Presses Universitaires de Laval en 2010. Ses domaines d’enseignement et de recherche sont l’histoire de l’Europecontemporaine, l’histoire de l’Afrique, de l’esclavage, l’impérialisme et le colonialisme, les décolonisations et le post-colonialisme et enfin les relations internationales aux XIXe-XXe siècles. Ses recherches actuelles portent plus particulièrement sur l’année 1968 à travers le monde dans une perspective comparative, le panafricanisme comme idéologie d’intégration, l’Afrique dans les deux guerres mondiales et l’histoire et la mémoire en Afrique et en Europe. Il propose de participer au rayonnement de la Société et du Journal des Africanistes au Québec et, plus largement, au Canada.

Actes de la société pour l’année 2014

Séance du 23 janvier 2014

  • Lecture et adoption du procès-verbal de la séance 12 décembre 2013.

  • Conférence d’Amalia Dragani : Le corps du poète. Processus créatifs et corporéité de l’énonciateur chez les Touaregs.

Sont intervenus : Line Eskenazi, Marie-Louise Spagnol, Roland Colin, Jean Boutrais, Serge Martin, Élisée Coulibaly, Françoise Le Guennec-Coppens.

Séance du 6 février 2014

  • Lecture et adoption du procès-verbal de la séance du 23 janvier 2014.

  • Conférence de Françoise Le Guennec-Coppens : Les échanges dans le « grand mariage » comorien.

Sont intervenus : Daniel Brown, Ibrahim Barwane, Moucel Saïd Ibrahim, Élena Bertuazi, Sophie Hamid, Abdoulay Sow, Mladjao Abdoul Anlym, Achiraffi Ghalil, Alfred Schwartz, Reginald Patterson, Élisée Coulibaly, Roland Colin.

Séance du 20 mars 2014

  • Lecture et adoption du procès-verbal de la séance du 6 février 2014.

  • Présentation de cinq nouveaux membres : Bernard Souyris, parrainée par Élisée Coulibaly et Paul Pandolfi, Nicolas Courtin, parrainé par Élisée Coulibaly et Marina Lafay, Johann Lucas parrainé par Géraud Magrin et Françoise Le Guennec- Coppens, Edwige Zagré, parrainée par Élisée Coulibaly et Alain Sissao, Amèle Morattib, parrainée par Élisée Coulibaly et Françoise Le Guennec-Coppens.

  • Conférence de Jean Wencélius : Reproduire les semences des ancêtres : ruptures et continuités dans la production des richesses et des hommes chez les Masa du Cameroun.

Sont intervenus : Jean Boutrais, Françoise Le Guennec-Coppens, Suzanne Ruelland, David Dassou, Line Eskenazi, Françoise Champion, Anne Fournier, Chloé Violon, Christine Ngolda Ildina Haga, Marthe Bolda, Jean-Pierre Ningaïna.

Séance du 10 avril 2014

  • Lecture et adoption du procès-verbal de la séance 20 mars 2014.

  • Conférence de Roland Colin : Yves Person, un historien de l’Afrique engagé dans son temps, une commémoration prospective.

Sont intervenus : Élisée Coulibaly, Marina Lafay, Alfred Schwartz, Tal Tamari, Charles Becker, Alain Bilot, Bernard Dumont, Danièle Poitou, Claude-Hélène Perrot, Françoise Le Guennec-Coppens.

Séance du 22 mai 2014

  • Lecture et adoption du procès-verbal de la séance du 10 avril 2014.

  • Présentation de deux nouveaux membres : Jessica Tonon, parrainée par Marina Lafay et Elodie Razy et Patrick Dramé, parrainé par Anne-Marie Benezech et Françoise Nozati.

  • Conférence de Marie-Laure Derat : Lalibela, un site rupestre dans l’histoire de l’Ethiopie.

Sont intervenus : Claude-Hélène Perrot, Benyam Meckuria, Adrien Deluoye, Michel Grison, Michèle Cros, Marie-José Tubiana, Danièle Poitou, Berthe Fournel, Élisée Coulibaly.

Séance du 5 juin 2014 - Assemblée générale

  • L’assemblée générale de la Société des Africanistes s’est tenue le 5 juin à 17h00 dans la salle de cinéma du Musée du quai Branly sous la présidence d’Élisée Coulibaly.

Après la lecture et l’adoption du procès-verbal de la séance du 22 mai 2014, la Secrétaire générale, Françoise Le Guennec-Coppens donne lecture du rapport d’activités et invite la Trésorière, Anne-Marie Benezech à présenter le rapport financier. Le rapport d’activité est approuvé à l’unanimité moins une abstention, tandis que le rapport financier est approuvé à l’unanimité par les membres présents à l’Assemblée. En l’absence et à la demande de Luc Pecquet, Directeur de rédaction du Journal des Africanistes, la Secrétaire générale fait le point sur la publication des prochains numéros du Journal : le premier tome de 2013 (83-1) Ecrits hors champs est paru au mois d’avril, tandis que le second (83-2) qui est un varia devrait être imprimé en juin. Les deux tomes de 2014 (84-1, Making a future in contemporary Africa et le 84-2 L’apport de l’ethnomusicologie aux connaissances de l’Histoire de l’Afrique) sont en cours de préparation. Pour 2015, il est envisagé un numéro double en hommage à Geneviève Calame-Griaule.

  • En hommage à Geneviève Calame-Griaule, conférence de Cécile Leguy : Ethnologie et langage au fil d’un parcours passionné : Geneviève Calame-Griaule (1924-2013). La conférence a été suivie d’une projection de photos intitulée : Geneviève, au fil du temps en quelques images.

Sont intervenus : Roland Colin, Élisée Coulibaly, Françoise Le Guennec- Coppens, François Calame, Laure-Marie Meyer, Fernand Meyer.

Séance du 9 octobre 2014

  • Lecture et adoption du procès-verbal de la séance 5 juin 2014 (Assemblée générale).

  • Conférence de Nicolas Courtin : Du théâtre d’une soumission à une soumission théâtrale. Une approche photographique de la cérémonie de soumission de Ravezavana et Rainibetsimisaraka, Madagascar 29 juillet 1897.

Sont intervenus : Moustapha Diop, Roland Colin, Jacques Lombard, Samuel F. Sanchez, Faranirina Rajaonah, Noël Gueunier, Ludovic Gandelot.

Séance du 6 novembre 2014

  • Lecture et adoption du procès-verbal de la séance du 9 octobre 2014

  • Conférence de Catherine Baroin : Ça marche ! Une heureuse formule de micro- crédit en Tanzanie.

Sont intervenus : Roland Colin, Élisée Coulibaly, Darchari Mikidache, Fabio Viti, Françoise Le Guennec-Coppens.

Assemblée générale du 5 juin 2014. Rapport d’activité

Dans ce rapport d’activité, sera présenté tout d’abord les activités qui ont été réalisées pendant cette année et ensuite celles qui sont en cours de réalisation.

Ce qui a été realisé

Les conférences mensuelles

Nous aurons donné 9 conférences, celle d’aujourd’hui comprise, entre le mois d’octobre 2013 et le 5 juin 2014 :

  • 17 octobre 2013 : Marie Lorillard : Souffrances ordinaires, paroles d’hommes et de femmes sénoufo.

  • 21 novembre 2013 : Line Eskenazi : Le théâtre africain d’expression française : de la tradition à la modernité.

  • 12 décembre 2013 : Saskia Cousin : Jeunes africains voyageurs : quête de soi, de l’autre et de l’ailleurs. Notes sur quelques récits de voyages en Europe et en Afrique de l’Ouest.

  • 23 janvier 2014 : Amalia Dragani : Le corps du poète. Processus créatifs et corporéité de l’énonciateur chez les Touaregs.

  • 6 février 2014 : Françoise Le Guennec-Coppens : Les échanges dans le « grand mariage » comorien.

  • 20 mars 2014 : Jean Wencélius : Reproduire les semences des ancêtres : ruptures et continuités dans la production des richesses et des hommes chez les Masa du Cameroun.

  • 10 avril 2014 : Roland Colin : Yves Person, un historien de l’Afrique engagé dans son temps, une commémoration prospective.

  • 22 mai 2014 : Marie-Laure Derat : Lalibela, un site rupestre dans l’histoire d’Ethiopie.

  • 15 juin 2014 (Assemblée générale) : Cécile Leguy : Ethnologie et langage au fil d’un parcours passionné : Geneviève Calame-Griaule (1924-2013).

Les dates des conférences pour le dernier trimestre 2014 et les deux premiers trimestres de 2015 sont déjà arrêtées, et nous avons déjà un conférencier (et nouveau membre) pour le mois d’octobre, Nicolas Courtin dont la conférence aura pour titre « Du théâtre d’une soumission à une soumission théâtrale. Une approche photographique de la cérémonie de soumission de Rabezavana et Rainibetsimisaraka, Madagascar 29 juillet 1897 ». D’autre part, d’autres conférenciers potentiels ont déjà été contactés et nous ont promis ou nous ont donnés leur accord pour intervenir dans notre cycle de conférences 2014-2015 (par exemple Fabio Viti, Alice Degorce, Danièle Poitou, Monique Chastenet).

À l’occasion de ces séances nous avons accueilli sept nouveaux membres : Bernard Souyris, agrégé de philosophie ayant réalisé une thèse d’ethnologie, parrainé par Élisée Coulibaly et Paul Pandolfi (mars 2014) ; Nicolas Courtin, doctorant en histoire, parrainé par Élisée Coulibaly et Marina Lafay (mars 2014) ; Johann Lucas, titulaire d’un master 2 en sciences politiques, parrainé par Géraud Magrin et Françoise Le Guennec-Coppens (mars 2014) ; Edwige Zagré, titulaire d’une thèse de doctorat d’histoire et d’archéologie africaines, parrainée par Élisée Coulibaly et Alain Sissao (mars 2014) ; Amèle Morattib, titulaire d’un master 2 de droit, d’économie et de gestion, parrainée par Élisée Coulibaly et Françoise Le Guennec-Coppens (mars 2014) ; Jessica Tonon, titulaire d’un master de recherche en ethnomusicologie, parrainée par Marina Lafay et Elodie Razy (mai 2014) ; Patrick Dramé, titulaire d’une thèse en histoire moderne et contemporaine, parrainé par Anne-Marie Bénézech et Françoise Nozati (mai 2014).

Une fois de plus, ces recrutements démontrent que notre Société reste vraiment pluridisciplinaire et qu’elle s’ouvre de plus en plus à des jeunes ; ce qui est très rassurant pour l’avenir de la Société. D’autre part, il faut remarquer que l’un d’entre eux (Nicolas Courtin) interviendra dans le cadre de notre cycle de conférences au mois d’octobre prochain.

Les séances de cinéma

Comme l’année dernière, grâce au programme, établi par le Comité du film des Africanistes, coordonné par Anne-Marie Bézénech, les séances du Cinéma des Africanistes ont eu lieu le mercredi à 16h30 une fois par mois depuis octobre 2013.

Si l’on peut déplorer le peu de participation des membres de la Société, le public, composé surtout de visiteurs du Musée, est cependant suffisamment nombreux pour justifier amplement ces projections. Mais nous persistons cependant à croire qu’un jour et une heure plus adéquats, pourraient encourager nos collègues à venir plus souvent aux projections.

Il y a eu 9 séances de cinéma dont une exceptionnelle hier, 4 juin, puisqu’elle a été consacrée à un hommage, très réussi, à Gilbert Rouget :

  • 9 octobre 2013 : Saho (les « saho » sont des habitats collectifs traditionnels pour des adolescents et dont la construction semble menacée).

  • 13 novembre 2013 : Diogène à Brazzaville (film sur un romancier, dramaturge et poète congolais, Sony Labou Tansi, qui fut un témoin majeur de la vie sociale, politique et intellectuelle du continent africain.

  • 11 décembre 2013 : Nigéria, les esclaves de l’or noir (des trafiquants, qui le raffinent clandestinement, écoulent le pétrole, une des ressources principales du Nigéria, vers les pays voisins : Cameroun, Bénin, Togo, Ghana).

  • 15 janvier 2014 : Femmes Kuria, Une tradition pour une lignée (cette tradition très ancienne du mariage entre femmes permet à une femme âgée, sans descendance masculine, d’épouser une jeune fille ayant des enfants ou en âge d’en avoir pour ainsi, à l’égal des hommes, perpétuer sa lignée).

  • 12 février 2014 : Magui ou le génie du lac (le lac Magui, situé à l’ouest du Mali au milieu de la savane aride, permet de dispenser ses bienfaits aux villages environnants).

  • 12 mars 2014 : Pygmées Baka, le grand virage (le mode de vie des Pygmées baka du sud-est du Cameroun est en voie de disparition à cause de la sédentarisation, de la déforestation et de l’industrialisation).

  • 2 avril 2014 : Résistants du 9e art (comment une nouvelle génération de caricaturistes de presse africains choisit la plume comme principale arme de lutte vers la démocratisation).

  • 14 mai 2014: Donnes-moi des pieds pour danser (« donnes- moi des pieds pour danser » est le début d’un chant d’initiation des femmes bijogo de Guinée Bissau pour demander aux esprits de leur donner du courage).

  • 4 juin 2014 : Hommage à Gilbert Rouget (au cours de cet hommage, des extraits de fi et des entretiens donnés par Gilbert Rouget ont été projetés. De plus, sa dernière publication, Afrique musiquante, a également été présentée).

La lettre électronique

Comme l’année dernière, la lettre électronique a été éditée régulièrement grâce au travail assidu de sa rédactrice, Marina Lafay. Le succès de la lettre est toujours intact. En effet, à chaque publication, nous avons de nouvelles demandes d’inscription à notre liste de contacts pour la recevoir. Pour alimenter cette lettre, Marina vous demande, encore une fois, de lui envoyer des informations sur vos publications, les séminaires ou les colloques ou toute autre manifestation scientifique qui sont organisés dans vos laboratoires, ou dont vous avez entendu parler. Tout en facilitant le travail de Marina, les informations que vous lui enverrez seront ainsi plus largement diffusées.

Le Journal des Africanistes

Publication de la revue

L’année 2014 devrait permettre de rattraper le retard pris par la publication du Journal des africanistes, dont le premier tome de 2013 (83-1), Écrits hors champs, volumineux, a été imprimé au mois d’avril. Sa conception et sa fabrication ont pris un temps considérable ; de nouvelles options ont été prises quant à la maquette du Journal dans son ensemble.

Les projets de publication actuels du Journal (ci-dessous) nous renvoient jusqu’en 2016 ; en prenant cette avance nous escomptons rendre la publication plus régulière.

Le second tome de 2013 (83-2) est un varia rassemblant, aux côtés des rubriques habituelles, six articles qui intéressent l’anthropologie africaniste et la relation à l’ethnographie (à propos de Luc de Heusch), l’anthropologie économique (le travail en Sella Limba, Sierra Leone), les migrations africaines contemporaines, et des travaux d’ethnologues de différentes sociétés relatifs aux faits techniques (outils lithiques des forgerons Bassar), aux relations de genre (sur le pouvoir et l’invisible en pays Bassari), et à des rituels funéraires associés à un culte de possession, chez les Baatombu. Ce numéro sera imprimé en juin. Il est actuellement en phase de finalisation : maquette, lecture d’épreuves.

Le premier tome de 2014 (84-1) sera a priori fi en septembre. Bien qu’il soit aujourd’hui pratiquement complet, l’été introduit une rupture qui empêchera son bouclage et impression pour la fi juillet, comme escompté initialement. Ce numéro présente à nouveau un dossier, Making a future in contemporary Africa (resp. P. Heiss et M. Pelican) composé de six articles et de quelques articles en varia.

Le 84-2 (second tome 2014), si les articles arrivent sous peu comme il a été annoncé, sera consacré, à partir également d’un dossier, à l’ethnomusicologie et ses rapports à l’histoire (L’apport de l’ethnomu-sicologie aux connaissances de l’Histoire en Afrique). Les articles qui le composent sont prêts, mais leur réception est retardée par quelques difficultés de finalisation au niveau du texte de présentation du dossier (la responsable du dossier, S. Fürniss, voulant me faire parvenir l’ensemble en une seule fois). Sa publication, si les cinq articles sont envoyés en relectures/évaluation avant l’été, pourrait se faire fin 2014. À ce dossier, outre d’éventuels varia, il est prévu d’ajouter quelques courts articles ou témoignages en hommage à Michel Izard (resp. F. Viti) à partir des journées organisées cette année au LAS en son honneur.

Il est envisagé, pour 2015, un numéro double (au vu du nombre d’articles escomptés) en hommage à Geneviève Calame Griaule. Numéro actuellement en préparation, les articles sont attendus à l’automne et, au plus tard, fin 2014 (pour deux d’entre eux). La publication pourrait donc se faire dans le premier semestre 2015 (resp. Luc Pecquet, C. Leguy, P. Roulon-Doko, S. Platiel, C. Seydou).

Pour le premier numéro 2016 (86-1), il est envisagé la publication d’un dossier sur les sites/bois sacrés et la patrimonialisation au Kenya, Ouganda et Madagascar (resp. S. Blanchy et M.-P. Ballarin). Les articles sont attendus pour mars 2015.

Autre information : il a été voté en Conseil d’Administration, pour une durée de deux ans (renouvelable suivant l’état des finances et l’avancement des autres projets qui pourraient apporter quelques bénéfices, comme la mise en ligne du Journal), la rémunération d’un(e) Secrétaire de rédaction, travail qui s’étendrait aussi à la prise en charge du stylage des numéros pour Revue.org. Le budget alloué pour l’ensemble de ce travail est, au maximum, de 3 000 € par numéro.

Déstockage des anciens numéros de la revue

Nous avons mené une grande opération de déstockage des numéros anciens de la revue ; déstockage mené par Cécile de Rouville, Anne-Marie Bénézech et Françoise Le Guennec-Coppens.

Du temps où la Société était logée au Musée de l’Homme, les numéros restants du Journal des Africanistes, qui est édité depuis 1931, étaient stockés dans une quinzaine d’armoires au 3e étage du Musée. Lorsque nous avons emménagé au Musée du quai Branly, ce dernier, faute de place, n’a pas voulu prendre en charge nos stocks. Aussi après avoir séjourné gratuitement dans un entrepôt de l’association Français en Partage, nous avons dû les transporter dans un autre entrepôt, « La Génilloise », situé près de Tours, c’est-à-dire à 250 kilomètres de Paris, et qui coûtait à la Société environ 1 000 € par an.

Afin d’alléger ces charges financières, et compte tenu de la numérisation sur Internet de tous les numéros du Journal des Africanistes, une petite équipe au sein du Conseil d’Administration a été chargée du déstockage des anciens numéros du Journal. L’opération de déstockage, qui a commencé en septembre 2013, s’est matérialisé par : l’envoi de 60 collections incomplètes (1931-1999) à des Universités africaines ou à des centres culturels. Envoi qui a été fait gratuitement par l’intermédiaire de la valise diplomatique grâce à l’Institut Français ; la vente en France et en Italie de près de 40 collections complètes (1931-2007). Ainsi la centaine de collections, complètes et incomplètes, qui ont été données ou vendues, a permis de réduire de près de la moitié les stocks se trouvant chez notre stockeur de la région de Tours. Cette opération est maintenant terminée : aujourd’hui, nous n’avons plus de collections complètes ou incomplètes dignes de ce nom puisque 67 numéros, sur les 114 numéros publiés entre 1931 et 1999, sont épuisés, soit environ 60 % des numéros. Par ailleurs, les associations contactées (telles que Français en Partage dirigée par Denys Ferrando-Durfort) ne sont pas intéressées par nos stocks en raison des coûts de manutention et de transport. Ajoutons que 5 collections complètes sont conservées dans le bureau de la Société au Musée du quai Branly et qu’une collection complète se trouve également à la bibliothèque du Musée.

Lors de la dernière réunion du Conseil d’Administration, la question de savoir ce que nous devions faire des 5 palettes de revues, représentant environ 3 tonnes, restant chez le stockeur La Génilloise, a été posée. Compte tenu de l’inventaire des stocks, il semble absurde de continuer à payer un stockeur pour des numéros anciens et disparates alors qu’ils ont été numérisés et donc accessibles sur internet. De plus, même si l’on trouvait un lieu de stockage gratuit, d’abord leur rapatriement sur Paris coûterait environ 1 500 € (tarif de La Génilloise), et ensuite nous ne serions qu’en faire. Nous avons donc décidé de nous débarrasser de ces stocks inutiles en les détruisant (la mise au pilon par la Génilloise couterait 1,5 € la palette soit 8 € au total). Nous profiterions de la descente des palettes situées à 4 ou 5 mètres de hauteur, pour récupérer quelques numéros qui permettraient de compléter le petit stock qui se trouve à Branly.

Il a également été décidé de rapatrier à Branly tous les ouvrages de la collection « Mémoires » qui se trouvent à la Génilloise (2 palettes) pour les vendre au numéro ou les donner, notamment aux familles des auteurs.

Les numéros récents du Journal (de 1999 à aujourd’hui), qui sont stockés gratuitement chez notre imprimeur Paillart, seront bien sûr conservés.

Il faut souligner que La Société des Océanistes et la Société des Américanistes, qui partagent notre bureau au Musée Branly, ont depuis plusieurs années pilonné leurs stocks après leur déménagement du Musée de l’Homme.

Ce qui est en cours de réalisation

Le site web et la communication

Le site web, africanistes.org, est ouvert et publie les événements de la société. Toutefois toutes ses fonctionnalités ne sont pas opérationnelles en ce moment en raison d’un dysfonctionnement dans l’interface administratif. Par exemple, il est impossible de publier dans les rubriques et de créer de nouvelles pages. D’autre part, un certain nombre d’informations ne sont plus visibles du public, par exemple la partie de présentation des membres même si elle reste dans l’interface administrative, il en est de même pour l’intégration de photos en PDF et d’autres types de contenu ancien. Marina, actuellement la seule administratrice du site, s’efforce de contacter (mais en vain) le webmaster afin de résoudre rapidement ces problèmes.

Sur décision du Conseil d’Administration, nous mettrons en place à la rentrée de nouveaux supports externes de communication afin de mieux diffuser nos activités et notre revue (par exemple : twitter, facebook, la publication de toutes les conférences ou des séances de cinéma sur Calenda.org et Africultures, création d’un blog scientifique hypothèses (ce service fondé en 2009 est dédié à la communauté scientifique et constitue un espace d’expérimentation de nouvelles écritures académiques, de communication directe entre les chercheurs et de construction de la science).

Revues.org

Le dernier numéro numérisé du Journal sur Revues.org est le numéro 80/1-2. Les numéros suivants (81/1, 81/2 et 82/1 et 2, 83/1) devraient être numérisés en fin d’année.

Par ailleurs, deux propositions qui ont été discutées en CA ont été adoptées. Il s’agit en premier lieu, de la diffusion du journal en version électronique : notre revue intégrerait un « bouquet » auquel sont abonnés de nombreuses bibliothèques, universités et centres de recherche. En second lieu, il s’agit de la commercialisation sous format électronique de la revue pour les particuliers. C’est une vente qui peut être faite au numéro et qui a l’avantage d’intégrer les circuits de librairies électroniques comme Amazone, Apple.

Nous sommes actuellement en train d’étudier la question d’une édition électronique ouverte du Journal à laquelle près d’un tiers des revues, hébergées sur Revues.org, a déjà souscrit. Il s’agit certes de développer une édition en accès ouvert mais aussi ouverte aux innovations éditoriales, soit par l’introduction de nouvelles formes d’écriture (carnets de recherches), soit par l’introduction de nouvelles modalités d’édition des objets canoniques (revues, livres). Il en est de même pour le portail qu’il développe, OpenEdition qui, signifiant en anglais « tirage illimité », prend acte du nouveau paradigme introduit par le Web dans le secteur de l’édition. Ainsi les textes sont en libre accès tandis que les services autour des textes sont proposés à la vente aux particuliers et aux bibliothèques. Pour parvenir à cet objectif, OpenEdition propose un modèle économique original et innovant, le freemium. Ce modèle s’inspire d’une méthode qui a fait ses preuves dans l’économie du Web. Il s’appuie sur un principe simple : Free + Premium, c’est-à-dire accès libre associé à des fonctions haut de gamme payantes.

Dans ce but, Marina participera, le 5 juillet, à une réunion de travail du CLEO (Centre de l’édition électronique ouverte) où elle y exposera nos besoins et les questions que nous nous posons en matière d’édition numérique.

La publication des actes du colloque

Après le départ de Charles Becker, la publication des actes du colloque a été reprise par Marina Lafay Françoise Le Guennec Coppens et Elisée Coulibaly.

Le manuscrit est pratiquement prêt pour la publication, il ne reste que quelques détails à finaliser. Le manuscrit, qui est divisé en 7 chapitres, comportes 20 articles avec une introduction pour chaque chapitre et une introduction et une conclusion générales. L’ensemble fait plus de 400 pages. Nous avons déjà remis la table des matières à Karthala et nous aimerions lui remettre le manuscrit définitif avant l’été afin que le livre soit publié avant la fin de l’année. Dans ce but nous allons reprendre contact prochainement avec les Éditions Karthala afin d’établir la convention dont nous avons déjà discuté avec Xavier Audrain qui en est maintenant le responsable.

La publication de la thèse primée

Depuis la réception du prix de thèse de la Société des Africanistes en novembre 2011, Céline Flory a fait une relecture minutieuses de son manuscrit afin d’en réduire la taille comme l’Éditeur et nous-mêmes lui avions demandé. Comme nous lui avions également suggéré, elle a enlevé de son texte de nombreuses répétitions qui peuvent être acceptées dans une thèse mais pas dans un livre. De plus, elle a resserré son propos autour des idées fortes de sa thèse.

Son manuscrit est maintenant prêt et sera remis aux Éditions Karthala au mois de juin pour une publication prévue pour le mois d’octobre sous le titre De l’esclavage à la liberté forcée, histoire des travailleurs africains dans la caraïbe française au XIXe siècle. Je signale que Céline Flory, ayant posée sa candidature au CNRS, y a été admise comme chercheur.

D’autre part, nous avions décidé en Conseil d’administration, d’accorder aux lauréats ayant obtenu les 2 et 3 prix des Africanistes une aide financière pour publier leur thèse ; aide financière dont le montant serait déterminé en fonction des devis des éditeurs. À ce jour, seul Ismael Moya, qui publie sa thèse à l’Institut d’Ethnologie, s’est manifesté... Mais nous n’avons encore aucune nouvelle de l’éditeur.

Ce que nous n’avons pu réaliser

Modifications des statuts

La modification des statuts est un projet récurent. Pourtant nous avons déjà bien avancé dans sa réalisation puisque nous avons déjà une nouvelle version des statuts... Mais comme, jusqu’à maintenant, nous n’avons abordé le problème qu’à la fin de nos réunions du Conseil d’administration, nous n’avons jamais pris le temps de le finaliser. Au dernier Conseil d’administration, nous avons proposé de faire une réunion spéciale sur les statuts afin d’aboutir et de soumettre à votre approbation, à l’occasion d’une Assemblée extraordinaire, les modifications que nous voudrions apporter.

Je vous remercie.


Françoise Le Guennec-Coppens
Secrétaire générale

Rapport financier. Juin 2013-mai 2014

Image 100000000000023B000002EE13E4BB98.png

  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org