Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Razy Élodie, 2007, Naître et devenir. Anthropologie de la petite enfance en pays soninké (Mali)

Nanterre, Société d’Ethnologie
Barbara Morovich
p. 331-336
Référence(s) :

Razy Élodie, 2007, Naître et devenir. Anthropologie de la petite enfance en pays soninké (Mali), Nanterre, Société d’Ethnologie, 424 p.

Texte intégral

1Issu d'une thèse en anthropologie, Naître et devenir présente une exploration sensible de la petite enfance soninké, située au centre de la vie sociale de la société étudiée. L'étude de cinq familles du village de Dalla (Mali) pointe la variabilité des croyances et des pratiques dans une société qui n'est pas « un tout homogène ». Cependant, le village semble être resté l'un des cadres de référence pour se penser soninké, sans pour autant nier les migrations et les contacts culturels.

2L'introduction pose, de manière riche et argumenté, la problématique générale de la petite enfance. Conclusion, bibliographie, glossaire et de nombreuses illustrations, images et plans enrichissent le texte.

3Dans l'introduction, le petit enfant, sujet de relations de la naissance au sevrage, est posé en « informateur anthropologique à part entière », dont l’auteure étudie les interactions à partir d’une ethnographie très fine. L'enfant, grâce à son positionnement d'entre-deux (entre les mondes invisible et visible) peut « tout voir » avant d'être sevré. Les adultes lui consacrent une attention et des soins particuliers afin de l'éloigner du monde invisible et de l'intégrer pleinement dans la communauté humaine. L'enfant, qui naît « blanc » puis devient « rouge », se doit d'être entouré : le maternage intensif qui sert de passerelle pour la familiarisation avec les normes sociales et les « arts de faire » est au cœur de la démarche. L'auteure se propose de « lever le voile sur ce que les attitudes de l'entourage de l'enfant allaité révèlent d'un statut spécifique de celui-ci » (p. 23). L'interrogation de fond, « naît-on ou devient-on soninké ? » aide à comprendre ce statut spécifique, visible plus dans les pratiques quotidiennes que dans les discours. Le maternage s'articule autour du couple de notions de proximité-distance. L'auteure considère la petite enfance comme « un moment fondateur et primordial (...) d'inscription tant physique que psychique des normes et valeurs de la société » ; de plus, les pratiques et les discours autour de la petite enfance et des enfants sont révélateurs d'un « dispositif contraignant de socialisation des individus et de la mise en place des croyances sur le monde : entre être et devenir » (p. 27).

4L'approche s'inscrit dans le champ des recherches sur l'enfance, relativement nouveau en anthropologie, cependant « On ne saurait se limiter à notre discipline quand celle-ci est si avare d'études approfondies sur la petite enfance » (p. 15) ; toutefois, l'approche privilégiée « consiste à traiter les matériaux recueillis du point de vue des logiques culturelles qui leur donnent sens ».

  • 1 Amselle, J.-L., 1990, Logiques métisses, Paris, Payot.

5La méthode est digne d'attention. Ethnographe du détail, de l'observation continue et minutieuse, « du petit rien quotidien », Élodie Razy nous livre une monographie construite avec une attention particulière à l'aspect linguistique, culturel et spatial. La construction de l'objet d'étude est faite à travers une exploration lexicale et historique du terme « petit enfant ». L'ambition est également comparative et vient corroborer l'idée d'un « socle commun dans les cultures de l'Afrique de l'Ouest1. Finalement, l'auteure nous livre une étude d'anthropologie spatiale très pertinente lorsqu'elle montre, tout au long du livre, que les dimensions sociales et spatiales ne peuvent être pensées séparément.

6L'interaction est posée comme méthode fondamentale de terrain, à travers une observation continue et minutieuse qui se veut « la moins intrusive possible sur le plan des affects » position que nous pensons devoir nuancer et penchons plutôt pour un exemple d'une anthropologie « affective » ou « affectueuse », posture à la fois engagée et porteuse de résultats scientifiques évidents. Cette attention portée à des informateurs qui ne parlent pas est rare et innovante, car l'intérêt de l'ethnographe est porté à tous les autres modes de communication autre que la parole.

7Dans le premier chapitre, le « pays soninké » (historique, sociologique, symbolique, cosmologique et spatial) est abordé comme réalité mouvante, « à penser avec celle de ses voisins historiques et contemporains (p. 45). Une appartenance identitaire lointaine, une société patriarcale et polygame, une société « à castes » (hommes libres et esclaves ou descendants d'esclaves), catégories coloniales réappropriées par les populations, les soninké échappent à leur destinée sociale à travers la migration à l'étranger qui permet la renégociation des identités. Les composantes de la personne sont complexes : la petite enfance (banbaado : pagne pour attacher un enfant sur le dos) est définie selon des étapes marquantes et la différenciation sexuelle n'intervient pas forcément dès le début de la vie : sevrage et acquisition de la marche marqueront la limite et la différence entre fille et garçon. Être fragile, le petit enfant est menacé par des dangers auxquels on fait face à travers des actes et des paroles, notamment quant à la régulation des entrées et sorties du corps, nécessaires à cause de l'extrême perméabilité de son corps.

8Le terme ka (maisonnée, pl. kaanu), désignant l'unité résidentielle et le patrilignage, indique également l'habitation au sens architectural du terme : une réalité qui se modifie au grès des compositions et recompositions familiales. L'espace villageois doit être lu selon deux critères : l'histoire du peuplement et le statut social des habitants : l'organisation spatiale centre-périphérie étant fondée sur le statut social des individus, le centre historique est peuplé par des familles nobles arrivées les premières. L'environnement soninké est en constante négociation entre le monde des humains et celui des entités non humaines. Sur le petit enfant, encore plus que sur les autres membres de la société, plane le doute et la crainte. La grossesse est souvent cachée pour ne pas susciter des jalousies et des vengeances. L'auteure nous relate une complexe étiologie à l'œuvre, avec ses acteurs, ses lieux, ses gestes.

  • 2 Héritier, F., 1996, Masculin/Féminin. La pensée de la différence, Paris, Editions Odile Jacob.

9Le second chapitre (« De la conception aux premières naissances de l'enfant ») s'ouvre avec une comparaison entre des systèmes symboliques africains qui représentent l'homme comme souffle et puissance et la femme comme matière2. L'auteure nous livre une fine anthropologie des substances (ingérées pour donner de la force à l'homme et à la femme), de la gestation (la volonté de donner de la cohérence au patrilignage dans un contexte migratoire), du développement du fœtus et de l'accouchement. Les mots, les gestes et les rituels sont minutieusement analysés dans une micro-anthropologie du care : on vise à éloigner du corps les éléments qui relèvent des « impuretés », y compris l'odeur, selon l'idée qu'« une mauvaise odeur perturbe les relations sociales ». L'intervention humaine (parfumer, couper le frein de la langue, percer les oreilles, énoncer le nom, raser la tête...) est donc nécessaire pour socialiser l'enfant (pour activer son souffle : le faire vivre) et le mettre à l'écart du monde d'avant : on agit donc sur ses « parties détachées », des éléments de la personne qui sont pensés comme étant « en dehors du corps ». Cette fonction de protection est conférée aussi aux parures-protection, nouées au corps de l'enfant.

10Les registres identificatoires multiples renvoient à des positions généalogiques et à des statuts relationnels différents : l'enfant allaité répond à un large éventail de termes d'adresse, d'autant plus qu'il reçoit deux noms, auxquels s'ajoute un surnom protecteur. Dans ce système, la croyance en la réincarnation n'est pas ouvertement présente, mais la « circulation » des noms est en revanche nécessaire au fil des générations.

11Le « nourrissage » est un des lieux d'apprentissage et de construction psychique de l'enfant : la tétée devient progressivement un moyen d'intégration de l'enfant, l'apprentissage d'une temporalité structurée ainsi que du partage d'un patrimoine commun (xati signifie « lait » et « parenté utérine »). Les postures d'allaitement, qui d'habitude ne retiennent pas l'attention des ethnologues sont ici minutieusement analysées. Les postures servent aussi à détacher progressivement l'enfant de la mère dans un jeu de proximité et distance. Distance encouragée par l'entourage, notamment des femmes âgées, ce qui permet d'affirmer que l'allaitement est soumis à une forme de contrôle social, notamment lorsqu'on montre à la mère qu'elle doit « faire la place à d'autres enfants. Le lait est donc médiateur et le sevrage change le statut de l'enfant : sa bouche autrefois sollicitée par l'allaitement, devra désormais servir à parler. Pour cela « l'enfant doit oublier le sein » parfois à travers des cérémonies officiées par un marabout.

  • 3 Douglas, M., 1966, Purity and Danger. An Analysis of Concept of Pollution and Tabou, London, Pengui (...)

12Le troisième chapitre (« Des contacts au plus près ou le double visage de la proximité ») analyse « l'entourage nourricier » de l'enfant, la circulation des aliments et l'apprentissage des échanges dans lesquels l'enfant n'est pas passif. On explore ici les « univers » du bébé, tout d'abord celui de la mère et des femmes, univers plus tolérant et souple qui participe d'une division sexuelle des lieux de vie et du travail auquel l'enfant est arraché, s'il s'agit d'un garçon, pour être confié à l'univers plus strict des hommes. Les aliments et les techniques d'alimentation sont détaillés à partir du « goût du fœtus » jusqu'à l'époque du sevrage, deux moments d'individualisation de l'enfant quant à ses préférences. Le rapport à l'environnement change et évolue avec la « grande enfance », lors notamment de repas d'enfants qui offrent un espace de socialisation intermédiaire. Le grignotage de produits (rares) des boutiques (bonbons, biscuits...) permet la construction d'une relation avec le père (et les oncles paternels), souvent pourvoyeur de l'argent pour ces achats non communs. Les prises de nourriture renvoient à une « familiarisation progressive avec des valeurs matérielles, symboliques, relationnelles et sociales ». Il s'agit d'une individualisation « par le biais de l'alimentation » qui va de pair avec l'intégration dans le groupe des enfants de même âge au sein duquel les partages sont encouragés. De l'alimentation, le discours de l'auteure se déplace à la description de fonctions naturelles d'élimination qui « reste très confidentielle » dans la littérature ethnologique. Ce qui importe est la distinction entre dehors et dedans, selon des catégories de propre et de sale, de pur et d'impur3. Les orifices du corps sont objet de soin particulier, des gestes qui sont à mettre en parallèle avec ceux de l'accouchement : des « petits riens » qui protègent l'enfant, doté d'un corps perméable, rééquilibré grâce aux gestes de la mère. Mais au-delà du style de maternage qui est finalement propre à chaque femme, certains interdits sont partagés par toutes : notamment l'exploration de ses organes sexuels par la petite fille (son sexe « est tu »), là où l'absence d'interdit concerne la manipulation de son pénis par le garçon (son sexe est « convoité »). La différence entre filles et garçons est souvent mentionnée à partir de la conception, lors de l'accouchement et par la suite. Mais on met justement en avant, pour les deux, la nécessité du détachement progressif qui se fait par rapport au corps de la mère. Si le portage au dos implique une évidente sécurité affective, l'enfant tourné à l'extérieur se tourne déjà vers les autres et vers l'environnement.

13Les Soninké ne possèdent pas de berceuses, mais le bercement est un acte très important dans l'endormissement de l'enfant, acte qui voit s'élargir les partenaires (des femmes âgées et, rarement, des hommes). Un soin particulier est attribué à la description des lieux du sommeil : une « cartographie du sommeil » est représentée grâce aux plans des maisons (kaanu) et la disposition des enfants et des mères selon leur statut ou/et âge car « proximité et distance statutaires (…) trouvent une expression spatiale durant la nuit ». L'éloignement progressif de l'enfant aboutira à une sortie réelle et définitive de la maison de la mère vers les 8 ans, mais jusqu'à ce moment il y est protégé, car la nuit, moment dangereux, les portes sont fermées. Dans la maison l'enfant rêve : la capacité onirique est réputée avoir été acquise à la naissance car lorsqu'il ouvre les yeux, l'enfant perd la vision du monde d'avant et accède aux rêves. On accompagne l'endormissement de l'enfant, mais aussi son réveil, moment beaucoup moins étudié alors qu'il est « tout aussi révélateur des représentations relatives au sommeil et à la notion de la personne », tous des temps indissociables et accompagnés où s'exprime le « double visage de la proximité ».

  • 4 Goffman, E., 1973, La mise en scène de la vie quotidienne. Paris, Editions de Minuit.

14Le quatrième chapitre aborde « l'espace social et corporel de la bonne distance » à travers les relations de l'enfant dans la cour, dans des espaces bien définis et stratégiques, où s'inscrit le vécu relationnel de la polygamie, entre espaces privés, communs et des « marqueurs frontières »4. L'environnement matériel de l'enfant allaité y est examiné dans les rapports aux objets, dans les explorations et les contraintes et selon les étapes du développement psychomoteur et les différents types de manipulations. Récupérateur par excellence, l'enfant offre aux objets des usages qui prolongent leur utilisation. La rareté des jouets manufacturés met au centre des activités de l'enfant les objets usuels, qu'il imite, détourne. La mise en bouche est pour lui une véritable exploration du monde et le sol n'est pas considéré comme sale, ni les aliments terreux, alors que cela change avec l'enfant sevré. L'auteure souligne certains faits marquants de socialisation : l'importance des « jeux de tambour » avec les objets, qui préconise l'apprentissage de l'agressivité (pour les garçons surtout) ; la prescription du partage (des objets, de la nourriture) et des gestes de don. Généralement la non intervention des partenaires prouve que l'environnement n'est pas considéré comme dangereux, mais aussi que l'enfant allaité est pleinement respecté. On le prévient des dangers, mais l'impression est que l'enfant puisse trouver lui-même les limites de ses actes. De plus, il est opportun de ne pas le contrarier afin qu'il ne « reparte » pas. On opte alors pour la substitution, la négociation ou « l'interdiction par la moquerie ».

15L'objet est médiateur dans les moments de solitude de l'enfant, notamment lors de la séparation (généralement de courte durée) avec la mère. Les prémices de l'intégration sont posées souvent par des partenaires autres ou grâce à l'exploration de l'environnement.

16L'espace du ka est investi par l'enfant allaité d'une manière codifiée par ses partenaires, l'extérieur offre des espaces de socialisation multiples, une imprégnation dans des dimensions sociales et topographiques. A l'intérieur, l'enfant reste assis, se déplace à quatre pattes, mais il lui est signifié que le mode de déplacement le plus approprié est la marche debout. D'ailleurs, les enfants sevrés sont rappelés à l'ordre quand il sont par terre et la chute à partir de la posture debout suscite toujours l'étonnement (la peur).

17L'apprentissage de la topographie indique à l'enfant la distance ou la proximité relationnelle, notamment à travers des lieux interdits, et particulièrement en relation avec les coépouses, mais l'interdit le plus fort concerne le territoire que l'enfant ne doit pas quitter, souvent le périmètre autour de la personne qui s'occupe de lui. Le contrôle social s'exerce déjà sur l'enfant et s'exprime dans le contrôle de ses déplacements. Toute sortie est possible avec la mère, et familiarise l'enfant avec des espaces autres que le village, mais elles sont limitées avec d'autres partenaires. De manière générale, l'enfant allaité se sépare rarement et de manière progressive de la mère ; cette séparation, dont l'enfant est acteur, est doublée par l'ouverture à d'autres partenaires, proposés mais pas imposés à l'enfant, acteur social à part entière. L'enfant est ouvert aux affects dans la recherche de la « bonne distance ». Des peurs régissent le rapport à l'environnement et doivent être évitées à l'enfant allaité, tandis que l'enfant sevré doit apprendre à les gérer. La colère de l'enfant allaité (garçon) est détournée à profit d'une relation (parfois violente) au sein de sa classe d'âge : de la relation verticale (avec la mère), il devra passer à un relation horizontale de confrontation. Et c'est entre enfants de la même classe d'âge que se manifeste en effet le plus d'agressivité.

18Les manifestations de jalousie et de frustration concernent l'avant dernier enfant, qui a « cédé la place » à l'enfant allaité. L'agressivité de l'aîné envers le cadet, bien que réprimée, est toujours présente, mais le cadet a temporairement le droit de frapper ses aînés, un rapport qui va s'inverser par la suite. L'auteure se demande « si la relation ambivalente aîné-cadet ne pourrait pas être considérée comme l'archétype de la relation humains/entités nuisibles ». Les sanctions physiques sont exclusivement réservées aux enfants sevrés, notamment lorsqu'ils cherchent une trop grande proximité avec la mère.

19L'auteure décrit minutieusement, grâce à une « cartographie des corps maternants », les contacts physiques entre les enfants et leurs mères et la proximité avec l'enfant allaité (extension du corps de la femme) au détriment de l'enfant sevré. Malgré cette distance physique, des parties du corps sont destinées aux plus grands des enfants (le bas), tandis que les petits, allaités, ont le privilège du haut.

20Finalement, l'éloignement progressif du corps de la mère forme, pour l'enfant allaité, le cadre de l'espace de la bonne distance.

Haut de page

Notes

1 Amselle, J.-L., 1990, Logiques métisses, Paris, Payot.

2 Héritier, F., 1996, Masculin/Féminin. La pensée de la différence, Paris, Editions Odile Jacob.

3 Douglas, M., 1966, Purity and Danger. An Analysis of Concept of Pollution and Tabou, London, Penguin Books.

4 Goffman, E., 1973, La mise en scène de la vie quotidienne. Paris, Editions de Minuit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Barbara Morovich, « Razy Élodie, 2007, Naître et devenir. Anthropologie de la petite enfance en pays soninké (Mali) », Journal des africanistes, 81-2 | 2011, 331-336.

Référence électronique

Barbara Morovich, « Razy Élodie, 2007, Naître et devenir. Anthropologie de la petite enfance en pays soninké (Mali) », Journal des africanistes [En ligne], 81-2 | 2011, mis en ligne le 16 janvier 2016, consulté le 28 juillet 2017. URL : http://africanistes.revues.org/4228

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org