Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Raison-Jourde Françoise & Roy Gérard, 2010, Paysans, intellectuels et populisme à Madagascar : de Monja Jaona à Ratsimandrava, 1960-1975

Avec la participation de Lucile Jacquier-Dubourdieu, Paris, Karthala, Coll. Hommes et Sociétés
Noël J. Gueunier et Brigitte Rasoloniaina
p. 329-331
Référence(s) :

Raison-Jourde, Françoise & Roy, Gérard, 2010, Paysans, intellectuels et populisme à Madagascar : de Monja Jaona à Ratsimandrava, 1960-1975, avec la participation de Lucile Jacquier-Dubourdieu, Paris, Karthala, Coll. Hommes et Sociétés, 490 p., [16] p. de pl., ill., fac-sim., bibl., index.

Texte intégral

1On ne le cachera pas : voici un livre passionnant, mais assez difficile.

2Il est difficile d'abord par sa construction, complexe : sur 15 chapitres, trois ont été rédigés par Gérard Roy, le dernier est de Lucile Jacquier-Dubourdieu, les onze autres sont l'œuvre de F. Raison-Jourde. Or cette construction ne doit rien au hasard : les auteurs ont été aussi acteurs de l'histoire qu'ils décrivent. L'un (G. Roy) a été dénoncé à l'époque des faits comme un dangereux militant extrémiste œuvrant à implanter des réseaux clandestins, dans le pays où il travaillait pour un organisme officiel (l'ORSTOM) dépendant du gouvernement français, gouvernement qui était le principal appui du régime contre lequel il s'agissait de comploter. Les autres étaient moins directement impliquées, mais faisaient partie de ce milieu de coopérants progressistes, dont le rôle intellectuel a été grand, passeurs d'idées, apportant et faisant lire des livres. Il n'était pas facile pour les auteurs de décrire les courants de l'époque sans se mettre spécialement en avant, mais sans occulter non plus le rôle que leur milieu a joué. Et une fois le livre écrit, sa réception ne serait-elle pas problématique ? N'allait-on pas reprocher à l'entreprise de tendre à montrer qu'au fond l'histoire de Madagascar est encore et toujours agie par les Vazaha (les Européens), même quand elle prend la forme de la contestation anti-impérialiste ? Ou à l'inverse ne l'accuserait-on pas d'exalter une orientation révolutionnaire des années 1960-70 qui n'était finalement qu'une impasse dont le pays, engagé aujourd'hui dans une voie toute opposée, préférerait ne rien retenir ?

3La valeur du livre est à la hauteur de ces difficultés. Tentons de résumer en suivant la chronologie : dans la période de 15 ans mentionnée par le titre, la première décennie est plutôt une préparation, le calme avant l'orage. L'indépendance de Madagascar en 1960 n'avait pas marqué de coupure. Le régime du président Tsiranana, fermement appuyé par la Coopération française, continuait la gestion de la fin de l'ère coloniale, avec les opérations de développement, et les succès modestes mais continus de la politique d'enseignement : progression démographique de la scolarisation dans le primaire et le secondaire, bon fonctionnement de la toute neuve.

4Première rupture : un soulèvement éclate brusquement (fin mars 1971) dans le Sud, la région du pays la plus pauvre. Il est réprimé très violemment, entraînant condamnation par les Eglises, qui auparavant paraissaient assez disposées à coopérer avec un régime, certes imparfait, mais qu'on croyait susceptible de contribuer au développement… De ce premier événement le livre éclaire surtout les prodromes : le soulèvement n'était pas vraiment un coup de tonnerre dans un ciel d'été ; il avait été préparé par un leader, Monja Jaona dont la formation remontait à la génération précédente, puisqu'il était déjà actif au moment de l'insurrection de 1947. La recherche met en lumière la formation personnelle et politique de ce leader, le seul originaire de cette région qui a joué un rôle de premier plan (et qui a d'ailleurs continué longtemps après). Cette formation est d'un grand intérêt, puisqu'elle met en jeu à la fois la transformation de la société tandroy de l'extrême sud de Madagascar en une société de migrants, et le rôle de l'Eglise protestante comme lieu de d'intermédiaires culturels et de leaders.

5Le second événement de cette année 1971 est le « complot maoïste » d'Antsirabe que le gouvernement malgache, subitement, dénonce, expulsant le chercheur français G. Roy et arrêtant R. Rakotonirina, son collaborateur malgache. Bien des observateurs ont attribué alors ces accusations spectaculaires au délire conspirationniste de services secrets obtus, qui prenaient tout lecteur de Marx pour un révolutionnaire professionnel. Et il est bien vrai que le délire conspirationniste a existé (voir l'épisode hilarant des services lancés à la recherche d'un certain F. Engels, dangereux infiltré dans la Coopération française…, pp. 461-462). Mais ici le livre apporte des faits jusqu'à présent inédits : il est bien exact ¬— les témoins autorisés le confirment sans ambiguïté — que les chercheurs ont essayé de monter des cellules clandestines, sur le modèle d'une organisation secrète, et qu'ils espéraient pouvoir faire glisser la couche « la plus conscientisée » des paysans malgaches dans l'action révolutionnaire. Certes, le danger pour le régime était surévalué : les paysans malgaches étaient bien loin d'adhérer à un projet de révolution populaire, ils avaient plutôt des aspirations de propriétaires. Mais, il n'empêche, l'entreprise avait été lancée, des contacts avaient été pris…

6En mai 1972 survient le choc qui devait entraîner la chute du régime de Tsiranana : les manifestations d'étudiants et la révolution urbaine d'Antananarivo. Placé dans son contexte mondial, à la suite des révoltes étudiantes des années précédentes à Paris, et à d'autres endroits comme en particulier à Dakar, ce choc est moins surprenant. Mais il marque bien le paradoxe du succès de cette Université, à l'enseignement si français, dans ses contenus comme dans les personnes qui le dispensaient, mais d'où sort une contestation radicale de la Coopération française.

7Dans l'analyse des événements dramatiques qui ont marqué le régime issu de la révolution de 1972, le livre donne l'impression d'hésiter parfois entre l'histoire des idéologies et le thriller. Histoire des idéologies quand Roy analyse « l'issue magique » que le très populaire colonel Ratsimandrava avait cru trouver aux contradictions du régime : le fokonolona, communauté revivifiée à partir d'une institution ancestrale, et qui devait devenir le moyen d'une reconstruction totale de la société à partir de la base, les communautés s'autogérant et s'associant librement. Comment cette utopie aurait-elle évolué ? Impossible de savoir, puisque son promoteur a été assassiné six jours seulement après avoir reçu le pouvoir. L'assassinat n'a officiellement jamais été élucidé… mais l'enquête est reprise ici avec des sources nouvelles qui permettent de désigner un coupable.

8Il reste à insister sur l'originalité méthodologique de l'ouvrage. Bien sûr on y trouve la démarche historienne classique, appuyée sur les sources d'archives, archives publiques, mais aussi d'exceptionnelles archives privées ; et sur des enquêtes auprès des acteurs toujours vivants. Mais elle se marie très heureusement avec une démarche sociologique, socio-linguistique, et on osera même dire littéraire : présentation de documents originaux parfois poignants, les « Cahiers de doléances » villageois, le « Grand Récit » qui retrace l'itinéraire (remontant bien au-delà des années 60) du leader révolutionnaire Monja Jaona, et les expériences de ces jeunes sortis des milieux urbains instruits qui font une plongée dans le milieu rural évoquant à la fois les populistes russes des années 1870 et les militants français « établis » en usine dans les années 1960.

9Un travail d'une grande richesse, donc, dont on espère qu'il suscitera des vocations : le champ est balisé, mais loin d'être entièrement reconnu.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Noël J. Gueunier et Brigitte Rasoloniaina, « Raison-Jourde Françoise & Roy Gérard, 2010, Paysans, intellectuels et populisme à Madagascar : de Monja Jaona à Ratsimandrava, 1960-1975 », Journal des africanistes, 81-2 | 2011, 329-331.

Référence électronique

Noël J. Gueunier et Brigitte Rasoloniaina, « Raison-Jourde Françoise & Roy Gérard, 2010, Paysans, intellectuels et populisme à Madagascar : de Monja Jaona à Ratsimandrava, 1960-1975 », Journal des africanistes [En ligne], 81-2 | 2011, mis en ligne le , consulté le 18 novembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/4223

Haut de page

Auteurs

Noël J. Gueunier

Articles du même auteur

Brigitte Rasoloniaina

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org