Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Pigeaud Fanny, 2011, Au Cameroun de Paul Biya

Paris, Karthala, Coll. Les terrains du siècle
Philippe Laburthe-Tolra
p. 329
Référence(s) :

Pigeaud Fanny, 2011, Au Cameroun de Paul Biya, Paris, Karthala, Coll. Les terrains du siècle, 266 p.

Texte intégral

1Malgré sa référence aux « terrains du siècle », il n’est pas d’usage que les C.R. des Africanistes signalent un travail de journaliste. Celui-ci est exceptionnel, car il a précédé de peu la réélection du Président Biya. Il exhibe maintes informations inédits, tout en fournissant une bonne bibliographie de l’histoire politique du Cameroun depuis son indépendance. Un ouvrage scientifique eût exigé un index. On peut en déplorer l’absence. Mais il demeure que des chapitres comme « Intrigues, manipulations et sorcellerie » ou « Détournements et criminalité » jettent une lumière crue, par exemple sur l’assassinat de l’illustre P. Mveng, dont le crâne a été fracassé et la cervelle volée (p. 114), sur des pratiques d’homosexualité que j’avais crues purement fantasmatiques (p. 116-17), sur la corruption (p. 146 sq.), sur les tarifs à payer pour obtenir passeports et visas (p. 153), etc… L’auteur attribut à M. Biya un subtil génie de maffieux.

2Mais elle succombe à la mode de réhabiliter l’UPC, en avançant que ce parti n’était par marxiste. Or, n’importe quel côtier ou citoyen du sud, à mon arrivée en 1964, voyait PC dans UPC : Um Nyobe ne fut-il pas excommunié parle pasteur Tjeega, pour avoir refusé de renier l’athéisme du marxisme ? Ce gauchissement montre à quel point il reste difficile d’accéder à « la » vérité historique, que nos préjugés inconscients défigurent. Restait par exemple à examiner au Cameroun l’incapacité à se fédérer des opposants politiques. Du coup, maintes affirmations de ce livre deviennent suspectes.

  • 1 CR du tome 80 de ce Journal p. 311.

3Un exemple de préjugé inconscient est celui de l’évolutionnisme social qui marque les plus grands esprits du XIXème siècle occidental1. Or, demeure congruente à ce préjugé la belle exposition du MQB à Paris sur « l’invention du sauvage » en ce même siècle. Une totale historicité eût consisté à se demander quelle société, spontanément, ne taxe-t-elle pas de barbare « l’étranger », celui dont le jargon évoque l’eau bouillante et qu’on peut asservir ou tuer sans remords ? L’accueil de l’étranger, du coup souvent divinisé, paraît être une invention en contrepoint, due à l’appel de la mer et des lointains, que reflètent la Bible et le Coran. Le bon Samaritain des Evangiles incarne l’étranger absolu qui se révèle le plus sensible à la détresse de « l’autre »…

4Il ne faut pourtant en aucun cas dédaigner une source d’information.

Haut de page

Notes

1 CR du tome 80 de ce Journal p. 311.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Laburthe-Tolra, « Pigeaud Fanny, 2011, Au Cameroun de Paul Biya », Journal des africanistes, 81-2 | 2011, 329.

Référence électronique

Philippe Laburthe-Tolra, « Pigeaud Fanny, 2011, Au Cameroun de Paul Biya », Journal des africanistes [En ligne], 81-2 | 2011, mis en ligne le 19 janvier 2016, consulté le 28 juillet 2017. URL : http://africanistes.revues.org/4221

Haut de page

Auteur

Philippe Laburthe-Tolra

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org