Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Passarge Siegfried, 2010, Adamawa. Rapport de l’expédition du comité allemand pour le Cameroun au cours des années 1893-1894

Paris, Karthala et Christian Seignobos
p. 323-328
Référence(s) :

Passarge, Siegfried, 2010, Adamawa. Rapport de l’expédition du comité allemand pour le Cameroun au cours des années 1893-1894, Paris, Karthala, 622 p.

Texte intégral

  • 1 Eldridge Mohammadou en rédige une sorte de synthèse, plutôt factuelle, in « Les sources de l’explor (...)

1La traduction en français du livre de Siegfried Passarge a été longtemps attendue. Quelques exemplaires de cette traduction encore inaboutie circulaient déjà sous le manteau dès la fin des années 1980, mais sa publication tardait. Mohammadou Eldridge, alors directeur de la station de l’ISH (Institut des Sciences Humaines) de Garoua (Province du Nord, Cameroun) ambitionnait de faire traduire en français un certain nombre de textes allemands (Hans Dominik, Fritz Bauer)1 considérés comme des incunables quant à l’histoire du Nord du Cameroun. Il a donc soumis quelques-uns de ces textes à un certain nombre d’étudiants ou à des professeurs camerounais germanisants, et notamment « Adamawa », sous la supervision d’un enseignant d’allemand, H. Von Lindeiner-Wildau, au Collège Mazenod de Ngaoundéré. M. Eldridge se réservait la collecte des textes, la préface et quelques commentaires. Cette traduction à plusieurs mains se manifeste dans des passages inégaux. On peut également regretter une profusion de coquilles et de fautes de français, rien toutefois qui soit attentatoire à l’intérêt du texte.

  • 2 Il s’agit d’illustrations ethnographiques produites à partir d’objets de l’expédition, complétés pa (...)

2« Adamawa » réunit dans son édition (Karthala) deux « livres ». Le récit – Journal de marche – de la mission du comité colonial allemand de 1893-1894, du lieutenant E. Von Uechtritz et d’un médecin et géographe, S. Passarge, tous deux prussiens. Passarge est alors âgé de 26 ans. Le second texte, appelé « Le Soudan Central », s’applique à restituer par thèmes (géologie, botanique, ethnologie, culture matérielle…) les résultats de la mission, tout en prenant en compte des observations relevées auprès de certains devanciers. Il s’achève par un court vade mecum sur ce que devra être la colonie du Kamerun. L’ouvrage s’accompagne d’un échantillonnage de dessins au trait2 issus de la parution originale (Berlin 1895).

3Des trois cartes de l’ouvrage, celle intitulée « Die Haupthandelswege der Haussa » reflète bien l’influence qu’ont exercée les hausa au cours de cette expédition. Elle est passée par les étapes (zongo) des commerçants hausa et, partout où elle a stationné, elle a privilégié la rencontre avec des négociants hausa. Echantillons végétaux et objets culturels ont initialement reçu un nom hausa, puis, éventuellement kanuri ou peul.

4L’expédition s’amorce en août 1893, lors de la remontée du Niger et s’achève en mars-avril 1894 avec la redescente de ce fleuve. Elle passe par Yola, Garoua, Boubandjidda, Adoumri, Guider, Maroua, puis retour vers Garoua et Ngaoundéré. C’est à partir de là qu’elle va opter pour un transect dans l’Adamawa, par les monts Tchebtchi, en direction de la basse Bénoué, soit au total plus de 2000 km.

5« Adamawa » revêt une dimension de nécessité pour nos connaissances sur le nord du Cameroun. L’intérêt tient dans les observations que nous livre Passarge qui, sans cesse mobilisé, note toute la vie quotidienne de la caravane. Il décrit les paysages, les populations rencontrées ; il relate les événements depuis les plus infimes jusqu’aux phases cruciales de négociation avec les potentats locaux. Dans ses textes, Passarge multiplie les descriptions d’ambiances, de marchés, de la vie de campement et, à la fin de l’expédition, celle d’une colonne épuisée traversant « d’ennuyeuses savanes arborées »… Tout cela s’accompagne de levés topographiques au théodolite, d’observations astronomiques et d’autres concernant la géologie et la flore. Il constitue un herbier, achète des objets « ethniques » et prend également des photographies.

6Passarge, jeune médecin, dispose également d’un solide bagage de géographe et d’historien. Il a pris connaissance des écrits des voyageurs arabes, Ibn Batouta, Makrisi et de Léon l’Africain. Il a compulsé les ouvrages de ses devanciers qui, depuis un demi-siècle, sillonnent le circum tchadien lato sensu : Clapperton, Schweinfurthii, Nachtigal, Vogel… Barth, son précurseur de quarante ans, reste sa grande référence.

7Les textes de Passarge sont toutefois encombrés de considérations raciales qui confinent à l’obsession au point que l’éditeur a préféré joindre un « avertissement pour le lecteur ». Mohammadou Eldridge a maintenu ces passages en l’état comme participant de la matière historique d’ensemble, à l’orée de la période coloniale.

8Pour Passarge, les sociétés humaines passent par une échelle de valeurs. La Prusse, il va sans dire, serait au sommet si l’on en croit les jugements portés sur les autres nations. Passarge conspue le système de justice que mettent en place les Britanniques en Afrique, mais se garde de trop de critiques car la mission a besoin des vapeurs et des bateaux – factories de la Royal Niger Company, fondée en 1879. L’ennemi, bien sûr, c’est la France et ce lieutenant Mizon qui a parcouru avant eux le pays. Mizon se voit accusé de faire fi des premiers traités, de passer des accords avec l’émir de Yola, le lamido de Muri… sur des zones d’influences non réservées à la France. Il l’accuse de vivre avec des femmes indigènes, de vendre des armes aux chefs locaux et il raye à travers lui « l’œuvre française en Afrique ».

9Quant aux communautés indigènes, son admiration va aux arabes, aux berbères et Toubou, ces gens libres du désert. Il dresse une ode aux Peuls « non métissés », encore que capables de « ruse plus délibérée » et de fanatisme religieux. Il s’enflamme, avant bien d’autres, pour l’esthétique des Mbororo aux traits sémites et dont les vieilles femmes auraient, selon lui, l’allure tzigane (p. 225). Il marque encore quelque admiration pour les activités tant artisanales que commerçantes des Hausa et des Kanuri, même s’ils sont chacun issus d’un brassage humain qui les a abâtardis… Le reste, les communautés païennes, relève d’un florilège de jugements dépréciatifs (p. 521-522) dans lesquels il place en bas de l’échelle « les nègres de la côte » (p. 446). Passarge devient alors exemplairement caricatural au point que ces écarts peuvent, aujourd’hui, rendre impossible la reconnaissance de ses mérites.

  • 3 A travers tout ce personnel recruté, on peut déjà constater la circulation des hommes dès la deuxiè (...)

10La réussite de cette mission repose sur la caravane, et elle sera l’objet d’une attention de tous les instants. Il faut transporter des dizaines de ballots de tissus divers (baft, brocart, croydon…), de perles et de colifichets, de cadeaux pour les souverains locaux avec le projet de tenir ainsi une année et demie. La caravane se constituera à Garoua, mais avec des porteurs recrutés depuis la côte3 et en cours de route, à Lokodja, à l’embouchure Niger-Bénoué, essentiellement auprès des hausaphones. Elle comptera 80 personnes : âniers, porteurs, personnel domestique, sans compter une dizaine de femmes, vingt-quatre ânes et quelques chevaux qui devront être renouvelés. Quant aux guides, ils seront recrutés tout au long de l’itinéraire

  • 4 Les gursali (de grush = argent en turc), perles bleues en forme de petit baril, servent pour l’acha (...)

11On vit, par ce récit, au rythme des campements-étapes, de la résistance des ânes, ces animaux hydrophobes et fantasques, des précieux ballots qui chutent ou se détériorent, et de la crainte des coupeurs de route. La direction de la caravane, et cela n’a jamais été le cas des découvreurs précédents qui parcouraient ces régions en équipage plus léger, va pousser Von Uechtritz et Passarge à s’initier au négoce du temps. Ils vont devoir maîtriser toutes les formes de trocs et tous les étalons monétaires et leurs équivalences (p. 94, 239, 491). Les cauris priment jusqu’à Yola, puis ce seront des coudées de gabaga (bande de tissu indigène) pour tout l’Adamawa musulman avec, au nord et pour les grands commerçants, les thalers de Marie-Thérèse, dont la mission se trouve bien pourvue. Avec les groupements païens, il faut jouer sur le registre des perles4. Passarge ne mentionne pas l’étalon-fer qui prime chez les groupes païens de l’Est. Tout converge néanmoins vers l’étalon commercial universel : l’esclave. La traite constitue la base de toute l’économie et la seule activité rentable de l’Adamawa.

12Passarge voit également s’amorcer le commerce des « traitants » de la période coloniale avec la gomme (guta-percha) - et il décrit l’exploitation de certains Ficus – les arachides, le sésame, pas encore le coton. Garoua, qui ne peut être atteint par de petits vapeurs que trois mois par an, ne sera jamais un grand port. Passarge sait que l’avenir de la colonie se jouera sur la côte avec l’économie de plantations.

  • 5 Les inventaires vont encore se poursuivre avec les administrateurs coloniaux et, pour le Nord Camer (...)

13En tant que patron de caravane Passarge se trouve de fait intégré dans le vaste réseau de négociants kanuri et de leurs émules au sud de la Bénoué : les Hausa. Leurs circuits de commerce les conduisent à maîtriser l’information non seulement des échanges, mais aussi des situations politiques. Ils seront les grands informateurs de Passarge. La mission Uechtritz-Passarge peut difficilement ne pas apparaître comme les fourriers des colonnes militaires qui vont en 1899 opérer la conquête depuis le sud. Les premières données recueillies par la mission répondent au registre « intérêt stratégique ». On relève de nombreux renseignements très précis sur les armes indigènes : description de l’arc fali (p. 120) ou peul, et de leur maniement (p. 464), des différents couteaux de jet (p. 465). Mais c’est également le début des grands inventaires. Comme Vogel et Maistre, Passarge (p. 30) cherche à reconstituer les aires de ces familles d’instruments guerriers5. Depuis le désert jusqu’aux grands blocs forestiers, en passant par le nord du Cameroun, nous suivons la frontière entre l’arc à l’ouest et le couteau de jet à l’est. A partir de ces deux armes exclusives, Passarge s’interroge sur la poliorcétique des Etats musulmans et les façons de guerroyer des groupes païens. La formule du poison sagittaire [à base de Strophantus sarmentosus mélangé à du latex d’euphorbiacée] (p. 147, 255 et 332) est consignée.

14Il ne peut manquer de s’intéresser aux animaux de trait, aux chevaux qui font la force des armées peules, mais c’est Uechtritz, l’officier, qui en parle le plus savamment (p. 240). Il détermine les zones d‘élevage, les circuits de vente et les formes de monopole. Il s’intéresse également à l’élevage des poneys des païens chez les Daba de Mattafall ; mais il reproduit, à leur sujet, les mêmes interprétations erronées lues chez Barth et Nachtigal concernant la plaie dorsale entretenue pour garantir au cavalier un bon maintien (p. 225).

15Le tableau politique que Passarge dresse de l’Adamawa est remarquable. Les rapports entre Foulbé et païens apparaissent dans leur ambiguïté. Les Foulbé sont décrits sur la défensive devant des païens agressifs (p. 332), mais ces derniers seront à terme culturellement vaincus. Pour Passarge, dans l’empire de Sokkoto « il n’existe de cohésion nulle part, et c’est miracle que le lien national si ténu rattache encore les différents Etats entre eux » (p. 533). Le rôle déclinant du pouvoir de Yola est finement analysé (p. 259-533), avec de grands vassaux quasi indépendants que l’Emir s’efforce de diviser en récupérant leurs transfuges qui, dès lors, feront directement allégeance à Yola. C’est le cas des groupements dourrou fuyant Boubandjidda. Passarge fait également la liste des païens farouchement indépendants qu’il a pu rencontrer sur sa route : Fali du Tinguelin, Gidar de Lam (p. 197), Daba, Giziga Loulou (p. 510).

  • 6 Ce qui ne l’empêche nullement de faire des descriptions poignantes de colonnes d’esclaves, rencontr (...)

16A la fin du XIXe siècle, la traite n’est plus seulement redevable des grandes razzias de saison sèche que pratique chaque principauté peule, mais elle relève aussi d’un négoce conduit par des Kanuri-Hausa qui s’enfoncent toujours plus avant dans les contrées païennes pour rapporter des pointes d’ivoire et leurs colonnes d’esclaves porteurs. Passarge, tout en affirmant que l’esclavage devra cesser à terme dans le cadre de la colonie, adopte le principe de passivité, le même que celui entretenu par la Royal Niger Company6. Cet esclavage, entièrement tourné vers le nord, alimente les grands royaumes musulmans soudaniens et la traite ottomane. L’esclavage « demeure une nécessité sociale », l’arrêter brutalement entraînerait le chaos dans le Soudan. Passarge craint alors les conséquences liées aux philanthropes d’Allemagne, qui n’ont jamais mis les pieds en Afrique, de même qu’il appréhende le rôle des missions religieuses dans les colonies. Passarge est pour l’islamisation des groupes païens, seule capable de faire évoluer les Africains vers un degré supérieur de civilisation. Ce point de vue sera partagé par nombre d’administrateurs coloniaux allemands et par la suite français jusque dans les années 1950 dans le nord du Cameroun. C’est ainsi que l’administration coloniale fera tout pour freiner le développement des missions. Pour Passarge, l’administration coloniale doit parler le pidgin anglais et ne pas imposer l’allemand aux populations, de la même façon que les Hollandais parlent le malais en Indonésie…

17Les acquis scientifiques de la mission sont remarquables, et l’on pourrait presque dire qu’ils l’emportent dès le début sur le « projet » colonial. Le tableau des productions agricoles reste, dans ses grandes lignes, encore valable aujourd’hui. Il est le premier à décrire les sorghos repiqués (mussukua) de Garoua (p. 87, 184) à Maroua, les ignames de la Bénoué chez les Dourrou, le maraîchage de Meskin-Maroua, le coton partout au nord du Mayo-Kebbi (p. 188). C’est également le cortège de plantes quasi disparues : Coleus, colocasses anciens, Tephrosia (p. 316-319), de certaines plantes tinctoriales commercialisées sur les marchés, de plantes salifères...

18Rien ne semble échapper à la sagacité de Passarge. Il excelle dans les descriptions géologiques. Il identifie de nouveaux types de roches comme celle qu’il baptise « guiddérite » (398) et se révèle un excellent géomorphologue. Ses centres d’intérêt suivent manifestement ses enseignements universitaires, pour les cuirasses ferrugineuses par exemple. En fidèle lecteur de Darwin, il multiplie les observations sur le rôle des lombrics et celui de leurs turricules (p. 262-263) dans la fertilité des sols et au regard des feux de brousse.

19Passarge remet géographiquement à sa place et à son altitude le pain de sucre de Mindif qui domine la plaine rase du Diamaré, ce pic le plus célèbre et le plus fantasmé d’Afrique (cf. « Cinq semaines en ballon » de Jules Verne).

20C’est aussi l’époque où s’élaborent les grandes flores tropicales. L’essentiel du cortège des arbres utiles soudano-saheliens connus est signalé par Passarge, avec les parcs à gao/tchaski [Faidherbia albida] au nord de la Bénoué (p. 187). Il signale le peu de développement du karité, l’existence de vastes rôneraies… Il réalise lui-même des descriptions botaniques. Dans un geste un peu narcissique, il s’octroie cinq taxons à son nom dans la découverte de nouvelles plantes (p. 431). Deux vont résister aux recompositions ultérieures par les botanistes : Combretum passargei et Terminalia passargei, rien à voir avec les brassées de taxons assortis de barteri ou de vogelii.

21Il achoppe forcément sur certains végétaux comme [Alloe buettneri], qu’il décrit précisément (p. 196), mais reste encore, à l’époque, non déterminé. L’arbre de soutien des clôtures de vannerie des mosquées de village, ararabbe (h) dans les pays de la Bénoué lui pose problème jusqu’à l’addendum (p. 571). Il s’agit de [Commiphora kerstingii].

22Passarge fait assez peu d’apartés sur la faune qui a fui les abords des pistes caravanières. Grâce à l’œil exercé d’Uechtritz, il mentionne un grand nombre de traces d’éléphants, de rhinocéros, des galeries de « cochons de terre » [Orycterope]. Il souligne, en revanche, la menace que font peser sur ces régions les vols d’acridiens. Durant la saison des pluies (1893), au nord comme au sud de la Bénoué, il observe par six fois (p. 47, 74, 139, 257, 261, 366) ces nuées immenses et dévastatrices de sauterelles. Ces mêmes populations seront encore dans les années 1930 à 1936 confrontées à ce fléau avant que ne soient éradiqués les foyers de ponte septentrionaux.

23Passarge marque peu d’intérêt pour les architectures vernaculaires. Il faut avouer qu’il n’a pas eu accès aux plus originales, celles des groupes païens réfugiés sur les monts Mandara ou sur les bords du Logone. Ses remarques souvent minimales concernent les cases-vestibules des palais peuls et la nature de certains greniers.

24Il essaie d’apporter sa contribution à l’élaboration des familles de langues à partir des lexiques relevés par Barh, Nachtigal, Schön… Mais l’outil linguistique est appelé à faire ultérieurement des progrès tels que ces listes de mots deviendront rapidement obsolètes. Il en va de même de l’analyse ethnologique qui s’avère très faible. Peu d’études poussées existant sur le sujet, on en reste aux poncifs du temps (p. 512-515). La fréquentation des groupes païens a été pour Passarge trop éphémère.

25Passarge décrit, en revanche, ce qu’il voit, les modes de coiffure des femmes (p. 201-225), les scarifications, les tatouages et les vêtements. On passe en revue les incroyables modes du moment, depuis les cache-sexe perlés ou en tissu, les étuis péniens jusqu’aux vêtements, sayons, braies et vêtures complexes que sont les boubou et les grandes gandura (p. 460-489). Aujourd’hui, grâce à Passarge, on peut retrouver le nom et l’utilisation de tel ou tel objet « ethnique » commercialisé dans les centres touristiques alors que les populations intéressées sont à leur sujet dans le déni ou dans l’oubli.

  • 7 A Zongoya, près de Maroua, elle se déleste du canot préfabriqué pour voguer sur le lac (p. 223).

26L’expédition Uechtritz-Passarge s’avère politiquement un semi-échec. Arrivée au plus mauvais moment dans le bassin du lac Tchad, avec la prise de la capitale du Bornou, Kouka, par le conquérant nilotique Rabeh cette année 1893, l’expédition ne peut plus avancer dans le bassin tchadien alors en pleine ébullition. Elle doit abandonner l’idée d’aller sur les eaux du lac7, un des buts premiers de la mission. « La course au lac Tchad » était, en effet, lancée entre la France, l’Angleterre et l’Allemagne. La mission ne peut rendre la monnaie de sa pièce à Mizon en allant empiéter sur les brisées des Français au Baguirmi, auprès du sultan Gaourang alors en fuite. Elle ne peut progresser à l’est, vers les contrées païennes lakka et au-delà au Baguirmi car elle se trouve barrée par les guerriers du lamidat de Boubanjidda. De Ngaoundéré enfin il lui sera impossible encore d’atteindre le Baguirmi sur ses confins méridionaux à la suite de l’épuisement de ses réserves.

27Aucun accord ne fut signé avec le lamido de Maroua, ville où la mission n’a pu rester que 24 heures avant d’en être quasiment expulsée. A Yola, promue à l’influence anglaise, l’accord avec l’Emir ne relevait que du commerce. Tous les autres accords, hormis celui concernant le lamido de Ngaoundéré, n’intéressaient que de minimes chefferies comme Lagdo. Passarge n’est pas dupe de la nature de ces démarches, qui servent à faire endosser des traités de protectorats. On y met en avant la demande de création d’une « station de commerce » et ces « traités » sont présentés aux princes locaux comme de simples visas attestant du passage de la mission. Uechtritz et Passarge montreront ainsi à leur retour, devant leur souverain, le Kaiser, qu’ils ont bien rencontré qui de droit pour faire commerce d’amitié, assortie de quelques négoces (p. 233). Les formulaires mêmes de ces « traités » en arabe, sont le plus souvent, pas ou peu compris par les intéressés (p. 520).

28Ces différentes missions, Flegel, Maistre, Mizon, Passarge, sillonnent des espaces où ne sont projetées que des zones d’influence. Les arrêtés de la conférence de Berlin (1885) sont bien floues et, loin de leurs tutelles respectives, le jeu est pour elles particulièrement ouvert. Chaque mission comprend vite la toute-puissance que représente la possession de quelques dizaines de fusils à tir rapide. L’affrontement victorieux de la mission sur l’armée de Boubandjidda en apporte la preuve (p. 162-168). Cela rend envisageables les dérives comme celle de la mission Voulet-Chanoine quelques années plus tard et sous d’autres latitudes.

29L’expédition Uechtritz-Passarge doit être écourtée en raison d’un budget trop serré du Deutches Kamerun-Komitee, mais il sera surtout dépassé par les demandes des potentats et la cupidité de la nuée de leurs notables. La mission devra, pour rentrer, emprunter un raccourci passant par les monts Tshebtshi. Cet itinéraire est vierge d’informations, mais la mission découvre la difficulté de circuler dans le monde cloisonné des populations païennes, particulièrement agressives comme les Tchamba Daka, indépendantes des principautés peules. L’expédition arrive épuisée sur les rives de la basse Bénoué.

30Le bilan des observations de Passarge ne saurait être contesté. Il est impressionnant et le rendu vivant et chaleureux qu’il en fait vient en contradiction du galimatias sur les races se réclamant d’une idéologie. Ce n’est donc pas ce qu’il pensait qui doit être retenu, mais ce qu’il a su raconter sur le pays, et la compréhension inégalée qu’il en a eue. Ainsi que le souligne Mohammadou Eldridge, Passarge et Uechtritz ont bien été les « découvreurs » de l’Adamawa.

Haut de page

Notes

1 Eldridge Mohammadou en rédige une sorte de synthèse, plutôt factuelle, in « Les sources de l’exploration et de la conquête de l’Adamawa et du Bornou allemands (1893-1903) : Passarge, Dominik, Bauer », pp. 37-65 Paideuma 40, 1994. La « présentation » que M. Eldridge fait du présent ouvrage de « Adamawa » est entièrement prélevée dans cet article.

2 Il s’agit d’illustrations ethnographiques produites à partir d’objets de l’expédition, complétés par ceux de Flegel (1885-1886) qui, lui, remonta la Bénoué jusqu’à sa source.

3 A travers tout ce personnel recruté, on peut déjà constater la circulation des hommes dès la deuxième partie du XIXe siècle. Il y a là des gens venus de la Côte d’Or ( = le Ghana), d’autres ayant servi au Congo français…

4 Les gursali (de grush = argent en turc), perles bleues en forme de petit baril, servent pour l’achat de l’ivoire, alors que les garambu, perles plates, règlent les achats d’esclaves… et il en existe bien d’autres.

5 Les inventaires vont encore se poursuivre avec les administrateurs coloniaux et, pour le Nord Cameroun, se clore avec R. Wente-Lucas « Die materielle Kultur der nicht-islamischen Ethnien von Nordkamerun und Nordostnigeria », 1977, Franz Steiner Verlag.

6 Ce qui ne l’empêche nullement de faire des descriptions poignantes de colonnes d’esclaves, rencontrées ici ou là, remontant vers le nord (p. 286, p . 297, p. 366).

7 A Zongoya, près de Maroua, elle se déleste du canot préfabriqué pour voguer sur le lac (p. 223).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paris, Karthala et Christian Seignobos, « Passarge Siegfried, 2010, Adamawa. Rapport de l’expédition du comité allemand pour le Cameroun au cours des années 1893-1894 », Journal des africanistes, 81-2 | 2011, 323-328.

Référence électronique

Paris, Karthala et Christian Seignobos, « Passarge Siegfried, 2010, Adamawa. Rapport de l’expédition du comité allemand pour le Cameroun au cours des années 1893-1894 », Journal des africanistes [En ligne], 81-2 | 2011, mis en ligne le 19 janvier 2016, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/4217

Haut de page

Auteurs

Paris

Karthala

Christian Seignobos

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org