Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Naudillon Francoise & Ouedraogo Jean (éds), 2011, Images et mirages des migrations d’après les littératures et les cinémas d’Afrique francophone

Montréal, Mémoire d’encrier Éditions
Françoise Ugochukwu
p. 321-322
Référence(s) :

Naudillon Francoise & Ouedraogo Jean (éds), 2011, Images et mirages des migrations d’après les littératures et les cinémas d’Afrique francophone, Montréal, Mémoire d’encrier Éditions, 216 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage, couvrant un demi-siècle de déplacements et de rencontres entre Afrique, Europe et Antilles, aborde la problématique de l’errance et de l’exil exposée dans la littérature et le cinéma d’Afrique et de la diaspora. Son originalité tient à sa présentation tenant du dyptique et de l’étude comparatiste et permettant de découvrir les multiples passerelles entre littérature et cinéma de la migration. Les études plus spécialement consacrées au cinéma introduisent en outre une réflexion sur les langues africaines à l’écran, enrichissant ainsi la palette comparatiste. Documentaires, courts et longs métrages, adaptations cinématographiques et re-création — 53 films au total, mis à l’écran entre 1955 et la fin des années 2000 — balisent l’évolution des migrations et les déchirements de l’illégalité, et, ce faisant, proposent un éclairage sur les phénomènes analysés dans les textes littéraires. Du texte à l’image et de l’image au texte, les douze auteurs, littéraires, urbanistes et réalisateurs en poste aux États-Unis, au Canada et en France, mettent en lumière le caractère souvent militant des œuvres considérées. Le thème de l’immigration est disséqué et analysé en détail — rêve et tentation de départ, départ souvent précaire ou dans l’illégalité, voyage, errance et traversées mortifères, transit, arrivée/exil, impossible retour, déclinés sur tous les tons, du tragique au comique. La migration, itinéraire de quête du bonheur situé dans le prolongement de l’exode rural, passe par la ville-carrefour et traverse de nombreux pays, aussi bien en Afrique du nord que plus au sud — Sénégal, Côte d’Ivoire, Mali, Burkina, Togo, Benin, Cameroun — en passant par le Sahara, pour arriver en Europe en remontant de l’Espagne à la Belgique ou à l’Allemagne et plus loin, vers le Royaume-Uni et jusqu’au Canada. Cette mobilité se place dans un contexte de globalisation, confirmant migrations et exode africain comme des situations pérennes et toujours difficiles. Les auteurs interrogent la mystique de l’ailleurs, insistent sur la centralité du traitement de l’espace dans les romans et les films étudiés, et sur la relation des personnes à leur espace et à ceux des autres. Ils posent un regard critique sur les expériences individuelles et collectives, explorent les routes de la clandestinité — mer et désert, disent le choc des cultures et le questionnement identitaire qui en résulte. Ils abordent et confirment la profondeur du fossé d’incompréhension qui se creuse entre Afrique et Occident, lèvent le voile sur les multiples visages de l’exil et de l’hybridité, les souffrances de la ‘deuxième génération’ confrontée à l'échec scolaire et à la délinquance, et donnent une voix à la dénonciation des préjugés, des abus et de l’intolérance.

2Le désert, ailleurs réduit à une dure route vers l’Europe, fait l’objet d’une bel article d’El Nossery, qui, analysant l’espace féminin chez Mokeddem, révèle celui-ci comme source d’inspiration, au centre d’une écriture de la rupture, de la dissidence et de l’errance physique, culturelle et linguistique en même temps que du nomadisme entre oralité et écriture, entre langues africaines et français. Ouédraogo examine la migration intra-africaine entre le Burkina Faso et la Côte d’Ivoire et présente la mobilité comme leitmotiv de la littérature burkinabé ; Parisot considère la diversité et l’impact littéraire et cinématographique des mouvements migratoires affectant Haïti. Amrani attire l’attention sur la remise en cause cinématographique de la politique française d’aide au retour des années 1970-1980 au moment même où celle-ci redevient d’actualité. Paris est l’objet de deux chapitres, de Dessy et de Barrère, qui opposent au mirage de la ville-lumière — mythe durable dénoncé par les écrivains africains, de Diallo et Dadié à Mabanckou — la douloureuse instabilité des espaces de transit ; le remarquable chapitre de Barrère sur Henri Lopès met en valeur la centralité de l’habitat dans le roman de la migration. Ce patchwork de textes et de films aux intentions souvent didactiques à l’adresse des candidats à l’émigration dénonce les failles d’une mondialisation qui creuse l’écart entre une Afrique incapable de retenir ses enfants et un Occident qui se referme. L’ouvrage se termine par une réflexion sur le thème très actuel de la migration génétique, confirmant l’avènement d’un espace métis de plus en plus visible, qui relègue les vieux tabous au grenier de l’histoire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Ugochukwu, « Naudillon Francoise & Ouedraogo Jean (éds), 2011, Images et mirages des migrations d’après les littératures et les cinémas d’Afrique francophone », Journal des africanistes, 81-2 | 2011, 321-322.

Référence électronique

Françoise Ugochukwu, « Naudillon Francoise & Ouedraogo Jean (éds), 2011, Images et mirages des migrations d’après les littératures et les cinémas d’Afrique francophone », Journal des africanistes [En ligne], 81-2 | 2011, mis en ligne le 19 janvier 2016, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/4215

Haut de page

Auteur

Françoise Ugochukwu

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org