Navigation – Plan du site
Mélanges
In Memoriam

Jean CAPRON (1929-2014)

Jean-Marie Kohler
p. 286-292

Texte intégral

1C’est d’abord en tant que spécialiste des populations bwa du Mali et du Burkina Faso que Jean Capron s’est fait un nom parmi les africanistes, et plus précisément en décrivant et en conceptualisant un modèle d’organisation politique inédit fondé sur ce qu’il a appelé le « pouvoir villageois ». En marge de ce travail, il s’est entre autres intéressé aux structures et à l’idéologie sociopolitiques de la société mossi qui se situent aux antipodes du système social des Bwa, contribuant à mettre en évidence le rôle majeur joué par la polygamie dans les rapports de pouvoir au sein de cette ethnie. Chercheur de terrain et passionné par l’élucidation théorique, il a développé une anthropologie à la fois économique, politique et culturelle.

2Dans le prolongement de ses travaux ethnologiques, Jean Capron s’est toujours soucié du devenir des populations parmi lesquelles il travaillait. Il s’est impliqué dans de nombreuses études dites de développement, avec une attention particulière pour les facteurs politiques commandés par l’environnement marchand post ou néocolonial. Il a notamment participé à la vaste enquête interdisciplinaire sur les migrations des Mossi et des Bissa menée dans les années 1970 par l’Office de la Recherche Scientifique et Technique Outre-Mer (ORSTOM, devenu l’IRD). Enfin, le chercheur se doublait d’un enseignant qui a eu à cœur de partager son savoir et sa passion pour le travail scientifique en exerçant dans plusieurs universités en Afrique et en France. Il y a laissé le souvenir d’un professeur aussi exigeant que bienveillant – « Capron, il nous a hachés menu », disaient ses étudiants burkinabè.

3Débutée en 1955 à la faveur d’une bourse de deux ans de l’International African Institute (IAI, Londres) et poursuivie au long de trois décennies, l’étude des Bwa a, pour l’essentiel, été menée dans le cadre du Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS). Elle a conduit, sous la direction de Georges Balandier, à un brillant doctorat d’État soutenu en 1988 à la Sorbonne – Le pouvoir villageois : essai sur le système politique des populations bwa. De 1972 à 1976, Jean Capron a été mis à la disposition de l’ORSTOM pour les travaux sur les migrations. Puis, détaché au ministère de la Coopération, il a enseigné à l’université de Ouagadougou. En 1981, il a quitté le CNRS pour être rattaché au ministère de l’Éducation nationale et a rejoint l’université de Tours. En 1989, il a de nouveau été détaché au ministère de la Coopération pour enseigner à l’université de Niamey. Un parcours multiple marqué par la production de nombreux travaux – articles, ouvrages et littérature grise portant sur des champs thématiques et géographiques variés.

4C’est au fil de minutieuses observations de terrain que Jean Capron a étayé pas à pas son modèle d’ordre supralignager qui rend compte de la formation villageoise bwa. Ses premières recherches, consacrées aux changements liés à l’impact colonial, lui ont d’emblée révélé l’importance primordiale des rapports de voisinage. Déterminés par les valeurs communautaires héritées de l’époque précoloniale, ils surplombent les rapports de parenté régissant les sociétés lignagères et transcendent l’ensemble des pratiques économiques, matrimoniales, juridiques et religieuses. L’intégration communale est principalement assurée par les classes d’âge et les échanges festifs communiels sous l’égide d’une riche idéologie véhiculée par des mythes et des poèmes. Chaque communauté bwa a son identité particulière, mais toutes présentent la caractéristique commune d’exercer collectivement une souveraineté foncière et politique au niveau de leurs terroirs-territoires respectifs, et d’être reconnues à ce titre par l’extérieur.

5Il me plaît de rappeler ici qu’après m’avoir accompagné sur mon premier terrain en 1964 dans l’Ouest-Mossi, Jean Capron m’a beaucoup aidé à ouvrir ma sociologie sur les problématiques ethnologiques. En 1974, la lourde enquête socio-économique sur les migrations pilotée par l’ORSTOM nous a donné l’occasion de travailler ensemble pendant deux ans. Si la méthodologie imposée pour cette étude s’est soldée par des résultats quantitatifs assez décevants, la problématique Migrations de travail et pratique matrimoniale s’est révélée féconde au plan anthropologique. Nous avons montré comment la féodalité mossi domine le pouvoir lignager en utilisant à son profit le système pug-siure de capitalisation des femmes par les aînés (redistribution de femmes reçues à titre gracieux). Et comment l’accès aux femmes et l’évolution des pratiques matrimoniales influent sur le devenir de cette société confrontée à une coûteuse ponction de main-d’œuvre exercée par les pays de la Côte.

6Rigoureux dans ses analyses scientifiques, Jean Capron s’amusait volontiers à se montrer partial en faveur de ses Bwa. Il les aimait tellement qu’il ne pouvait pas s’empêcher de les préférer aux Mossi... Tandis que les premiers étaient à ses yeux des gens libres et heureux, cultivateurs accomplis et bons vivants, il lui arrivait de dire que les seconds menaient une vie soumise et compliquée en courant après des chimères ! La prédilection traditionnelle des Mossi pour le pouvoir et le prestige l’intéressait au plan intellectuel, mais elle le rebutait au plan personnel. Si les villages, les terroirs, les mythes du pays bwa l’ont tant fasciné, c’est que l’art de vivre de ses élus recoupait peut-être certains de ses propres idéaux...

7Ce survol de la vie professionnelle de Jean Capron appelle une évocation de son éthique privée. Attaché à sa famille qui l’a accompagné au fil de ses affectations, fidèle à ses amis de toujours et de partout, d’une rare exigence dans ses engagements, l’humaniste qu’il était privilégiait le vrai et le bien sans trop se préoccuper de ses propres intérêts. Son refus des compromis a parfois entravé sa carrière, mais il n’en avait cure. D’une authentique modestie, il affectionnait l’humour, et son autodérision le tenait à l’abri des rancœurs. Proche des humbles, il affichait une souveraine liberté avec les grands, sans jamais se prendre au sérieux. Tenant table ouverte sous tous les cieux, Jean et Renée Capron ont accueilli chez eux les visiteurs les plus inattendus avec la même attention pour les soucis quotidiens que pour les idées brillantes, et chacun se souvient – comme d’un rite célébrant les échanges – des bons repas préparés par Renée.

Haut de page

Bibliographie

1957 Quelques notes sur la société de do chez les populations bwa du cercle de San, Journal de la société des africanistes XXVII (1) : 81-129, ill., carte.

— & S. Ricci, Noces d’eau, film ethnographique tourné dans la plaine de Zanké (ville de San, Mali) et le village bwa de Kwa (Haute-Volta), producteur : Comité du film ethnographique (Musée de l’Homme, Paris), 40’.

— & S. Ricci, Les saisons et les jours, chronique d’un village bwa, film ethnographique tourné dans le village de Tominian (Mali), producteur : Comité du film ethnographique (Musée de l’Homme, Paris), 50’.

1958 Introduction à l’étude de la dynamique des changements sociaux et culturels dans les communautés villageoises bwa, Paris, CNRS (Centre national de la recherche scientifique) – London, IAI (International African Institute), 161 p., 10 tab., 4 graph.., 4 cartes, multigr.

— & S. Ricci, Essai de présentation photographique du pays et de la société bwa, documentation International African Institute, London, 24 planches photo h.t., commentaires, 60 p. multigr.

— & G. de Beauchesne, Bibliographie africaniste, Journal de la société des africanistes XXVIII (1-2) : 201-251.

Noces d’eau, Les saisons et les jours, Dieu renaît chaque année, commentaires de films ethnographiques tournés dans les villages bwa de Tominian, Bénéna, Tiotio, Kwa (Mali – Haute-Volta), Paris, documentation auteur, 64 p. multigr.

1959 & S. Ricci, Dieu renaît chaque année, film ethnographique tourné dans les villages bwa de Tominian et Tioto (Mali), producteur : Comité du film ethnographique (Musée de l’Homme, Paris), 40’.

— & S. Ricci, Premier festival de la jeunesse d’Afrique, film documentaire tourné à Bamako (Mali) à l’occasion du « Premier festival de la jeunesse d’Afrique » (juin 1958), produit par le ministère de l’Information de la République du Mali, 45’.

— & G. de Beauchesne, A. Lechevallier-Chevignard, W. Staude, Bibliographie africaniste, Journal de la société des africanistes XXIX (2) : 307-384.

1960 & S. Ricci, Mopti, film sociologique tourné à Mopti et dans les environs (Mali), producteur : Comité du film ethnographique (Musée de l’Homme, Paris), 60’.

Aînés et cadets, nobles et roturiers ; l’inégalité d’accès aux femmes dans la formation sociale mossi, Ouagadougou, IFAN, novembre 1060, 27 p. + 11 tabl. multigr.

1961 Organisation de la recherche scientifique en République de Haute-Volta (Liaisons avec la Commission pour la coopération technique en Afrique au sud du Sahara et le Comité scientifique africain – CCTA/CSA), Ouagadougou, XXXV + 84 p. multigr.

1962 Univers religieux et cohésion interne dans les communautés villageoises bwa traditionnelles, Africa XXXII (2) : 132-171 (4 tabl., 3 graph., 2 fig., carte, bibliographie) ; réédité dans Études voltaïques 4, Centre IFAN-ORSTOM, Ouagadougou, 1963 (1965) : 73-124.

1964 Bibliographie générale des Bwa, Études voltaïques 5, Nouvelle série, Ouagadougou : 201-205.

1965 Présentation cartographique du pays, des terroirs et des communautés villageoises bwa, Ouagadougou, Centre voltaïque de la recherche scientifique, 23 cartes et plans couleur, grand format, tirage ozalid.

Données statistiques sur la société bwa (démographie, structures socio-politiques, économie), Ouagadougou, Centre voltaïque de la recherche scientifique, 187 p., LIII tabl., multigr.

Anthropologie économique des populations bwa – Mali, Haute-Volta. Introduction à l’étude des communautés villageoises, Paris & Ouagadougou, CNRS/CVRS, 2 vol., 220 + 474 p., cartes et plans, multigr. Travail présenté en 1966 comme thèse de 3e cycle et soutenue en 1966 à la Faculté des Lettres et Sciences humaines de l’Université de Paris, sous la direction du Professeur Georges Balandier. Médaille de bronze du CNRS.

1970 Le géographe et le modèle ethnique d’organisation agraire de l’espace, remarques critiques d’un ethnologue, in Les petits espace ruraux, Paris, ORSTOM ( « Initiations et Documentations techniques » 19) : 87-91, 139-140, 143, 145-146, 152, 154, 156, 159, 161.

1971 Association d’âge, économie et pouvoir chez les populations bwa pwesya, in Denise Paulme (éd.), Classes et associations d’âge en Afrique de l’Ouest, Paris, Plon : 22-62, 2 fig., 4 pl. photo. h.t., biblio.

1973 Communautés villageoises bwa, Mali, Haute-Volta, Paris, Museum national d’histoire naturelle, Mémoire de l’Institut d’ethnologie IX, XXII + 380 p., 45 fig., XXVI tab., IX pl. photo, 1 carte h.t., biblio.

1975 & J.-M. Kohler, Analyse critique des documents : a) « Enquête par sondage en pays mossi (1973), Notes méthodologiques par J. Vaugelade et A. Quesnel » ; b) « Données économiques tirées de l’enquête psycho-sociologique par P. Lesselingue », ORSTOM/CNRS, Ouagadougou, 44 p. multigr., document à diffusion interne.

— & J.-M. Kohler, Analyse critique du document : « Données économiques concernant les migrations de travail en Haute-Volta », par J.-L. Boutillier, ORSTOM/CNRS, Ouagadougou, 35 + 7 p. multigr., document à diffusion interne.

— & J.-M. Kohler, Analyse critique de quelques pages du rapport définitif établi par J. Vaugelade et A . Quesnel sur les résultats de l’enquête par sondage en pays mossi, ORSTOM/CNRS, Ougadogou, 24 p. multigr., document à diffusion interne.

1976 & J.-M. Kohler, Environnement sociologique des migrations agricoles, in Enquête sur les mouvements de population à partir du pays mossi, Ministère du Travail et de la Fonction publique de Haute-Volta / Office de la recherche scientifique et technique outre-mer, T. I, fasc. 2 : 212-330.

— & J.-M. Kohler, Migrations de travail et pratique matrimoniale, in Enquête sur les mouvements de population à partir du pays mossi, Ministère du Travail et de la Fonction publique de Haute-Volta / Office de la recherche scientifique et technique outre-mer, T. II, fasc. 2 : 1-161.

— & J.-M. Kohler, Économie, pouvoir et migrations de travail chez les Mossi (Haute-Volta), in Actes du Séminaire sur la planification agricole et la population, Rome, FAO/UN/TN, INT 142 : 63-67, 200-210.

— & J.-M. Kohler, Éléments pour un bilan méthodologique de l’enquête par sondage (programme de recherche sur les migrations à partir du pays mossi), ORSTOM/CNRS, Ouagadougou, 1976, 63 p. multigr., document à diffusion interne.

1977 & J.-M. Kohler, Migrations de travail vers l’étranger et développement national, in Actes du Séminaire sur la méthode de planification du développement, République de Haute-Volta, ministère du Plan – République française, ministère de la Coopération, Paris : 41-56.

— & J.-M. Kohler, G. Rémy, Mobilité géographique et immobilisme social : un exemple voltaïque, Tiers-monde XVIII (71) : 617-653.

1978 Sur deux noms personnels bwa, in Systèmes de signes. Textes réunis en hommage à Germaine Dieterlen, Paris, Hermann : 51-71.

— La place du miel dans le système de représentation bwa, Notes et documents voltaïques 10, Ouagadougou, CVRS : 10-24.

— & J.-M. Kohler, De quelques caractéristiques de la pratique matrimoniale mossi contemporaine, in C. Oppong C. et al. (eds.), Marriage, fertility and parenthood in West Africa, Canberra, Australian National University: 187-223. Repris des Actes du XVe colloque du Comité de recherche sur la famille de l’Association internationale de sociologie, Lomé, Institut national de la recherche scientifique du Togo, 3-6 janvier 1976.

1979 La femme dans la société villageoise bwa, Ouagadougou, Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Ministère des Affaires sociales et de la Condition féminine, 69 p. multigr.

1980 L’univers culturel bwa, Notes et documents voltaïques 11, Ouagadougou, CVRS : 82-96.

1981 Des femmes et une société pour l’avenir, Ouagadougou, Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Ministère des Affaires sociales et de la Condition féminine, 180 p. multigr., nbr. tabl. et ill.

— La calebasse et la mendicité, place de la femme dans la société bwa ancienne, in Des femmes et une société pour l’avenir, Ouagadougou, Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Ministère des Affaires sociales et de la Condition féminine : 185-212.

— & J.-M. Kohler, Le pays d’où l’on part, Cahiers du LUTO 1 (Laboratoire universitaire de la tradition orale, École supérieure des Lettres et des Sciences humaine de l’université de Ouagadougou) : 35-79.

1982 & C. Pairault, Des graines en repos, notes sur le jeu de waari en pays bwa de Haute-Volta, Cahiers du LUTO 3 : 51-93.

1986 Le Burkina Faso : l’impossible révolution ? Première partie : les forces sociales en présence, Tours, Université F. Rabelais, 70 p. multigr.

1987 Le Burkina Faso : l’impossible révolution ? Seconde partie : le pouvoir face aux réalités, Tours, Université F. Rabelais, 59 p. multigr.

— & C. Pairault, avec la participation de Vinou Yé, Des graines en repos. Notes sur le jeu de wali au pays bwa du Burkina Fao, in S. de Ganay, Annie et Jean-Paul Lebeuf, D. Zahan (textes réunis par), Ethnologiques. Hommage à Marcel Griaule, Paris, Hermann : 19-47.

1988 Sept études d’ethnologie bwa. Mali-Burkina Faso 1957-1987, recueil d’articles et d’études, publiés ou inédits, rédigés entre 1957 et 1987 ; Tours, Université F. Rabelais, Mémoire du Laboratoire d’anthropologie et de sociologie, I, 254 p.

Introduction à l’étude d’une société villageoise, 1955-1968, Tours, Université F. Rabelais, Mémoire du Laboratoire d’anthropologie et de sociologie, II, XII + 354 p., 15 fig., 14 tabl., bibl.

Le pouvoir villageois, essai sur le système politique des populations bwa (Mali-Burkina Faso), thèse de doctorat d’État ès lettres et sciences humaines sur travaux, préparée sous la direction du Professeur Georges Balandier et soutenue le 18 avril 1988 à l’Université Paris V René Descartes (Sciences humaines – Sorbonne), 1259 p. Les travaux constitutifs de cette thèse sont les suivants (pour les références détaillées, cf. supra) :

- Introduction à l’étude d’une société villageoise, 1955-1968, 1988 ;

- Communautés villageoises bwa, Mali, Haute-Volta, 1973 ;

- Sept études d’ethnologie bwa, 1988 ;

- Le grand jeu, le mythe de création chez les Bwa-Pwesya, en coll. avec A. Traoré, 1989.

1989 &A. Traoré, Le grand jeu, le mythe de création chez les Bwa-Pwesya, Burkina Faso, Tours, Université F. Rabelais, Mémoire du Laboratoire d’anthropologie et de sociologie, III, 1989, XXXVIII + 271 p.

— Dieu et dieux des Bwa, in F. Kaplan, J.-L. Vieillard (éd.), Introduction à la philosophie de la religion, Paris, Barron, Éd. du Cerf, 1989 : 151-165. Communication présentée au colloque organisé par l’Institut de philosophie de l’université de Tours et la Société ligérienne de philosophie sur le thème Le problème du polythéisme (Tours 18-20 octobre 1984).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Marie Kohler, « Jean CAPRON (1929-2014) », Journal des africanistes, 84-2 | 2014, 286-292.

Référence électronique

Jean-Marie Kohler, « Jean CAPRON (1929-2014) », Journal des africanistes [En ligne], 84-2 | 2014, mis en ligne le 01 février 2016, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/4211

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org