Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Kesteloot Lilyan & Diagne Andrée-Marie, 2010, Précis de littérature africaine et antillaise. Histoire, oeuvres et auteurs

Dakar, Ifan-Cad & Fastef
Mathilde Annaud
p. 319-320
Référence(s) :

Kesteloot Lilyan & Diagne Andrée-Marie, 2010, Précis de littérature africaine et antillaise. Histoire, oeuvres et auteurs, Dakar, Ifan-Cad & Fastef, 96 p.

Texte intégral

1Publié localement avec le soutien du Ministère de la Culture sénégalais, ce précis est l’œuvre de deux enseignantes locales dépitées par la pénurie de manuels littéraires disponibles pour former les élèves africains à l’histoire culturelle de leur propre continent. Les auteurs reconnaissent à ce titre dès l‘avant-propos sa visée pédagogique et son accessibilité scolaire. La structure de l’ouvrage adopte dès lors une chronologie qui met en avant les étapes de l’évolution de la littérature « négro-africaine » et pullule de références anciennes et modernes, littératures de genre ou afro-américaines comprises.

2En effet facile à lire et bien documenté, cet ambitieux pari pêche cependant par sa trop grande concision qui réduit souvent le propos à de simples listes ¬¬— certes destinées à être plus amplement étudiées à l’oral lors des cours —, quand il ne surprend pas par l’usage d’un vocabulaire passéiste qui aurait gagné à formuler une autocritique plus poussée. Il est ici question dès les premières pages et à plusieurs reprises des problèmes auxquels furent jadis confrontés les écrivains de cette « race » noire (sic). Il faut par ailleurs attendre la page 64 du recueil pour que la « négritude » — utilisée tout au long de l’ouvrage sans précision préalable — soit un tant soit peu discutée et éclairée de ses combats et dénégations historiques. Les chapitres relatifs aux littératures orales et à la littérature coloniale attestent d’une plus grande maîtrise de la réflexion et laissent à penser que le choix d’une perspective thématique plutôt que diachronique aurait sans doute permis d’éviter certains écueils.

3La dernière partie, consacrée aux « problèmes actuels » des identités africaines a l’intérêt certain de souligner les débats contemporains, sans toutefois résoudre la question d’une éventuelle unicité de la littérature en question. L’usage de la francophonie, les anthologies nationales, la place des écrivains de langue anglaise, les soucis actuels de diffusion et d’édition, la diversité de la production écrite du continent et les questions interafricaines font partie des thèmes évoqués en conclusion. Tous auraient sans doute gagnés à être formulés en introduction, afin de pouvoir enseigner et développer une histoire littéraire forte d’un passé pluriel et désormais inscrite dans un avenir mondialisé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mathilde Annaud, « Kesteloot Lilyan & Diagne Andrée-Marie, 2010, Précis de littérature africaine et antillaise. Histoire, oeuvres et auteurs », Journal des africanistes, 81-2 | 2011, 319-320.

Référence électronique

Mathilde Annaud, « Kesteloot Lilyan & Diagne Andrée-Marie, 2010, Précis de littérature africaine et antillaise. Histoire, oeuvres et auteurs », Journal des africanistes [En ligne], 81-2 | 2011, mis en ligne le 19 janvier 2016, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/4208

Haut de page

Auteur

Mathilde Annaud

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org