Navigation – Plan du site
Mélanges
Conférence des Africanistes

Ethnologie et langage au fil d’un parcours passionné. Geneviève Calame-Griaule (1924-2013)

Cécile Leguy
p. 277-285

Texte intégral

Je tiens à remercier Françoise Le Guennec-Coppens qui m’a demandé de faire cette conférence en hommage à Geneviève Calame-Griaule, me donnant ainsi l’occasion non seulement d’honorer sa mémoire auprès des membres de la Société des Africanistes à laquelle elle était très attachée, mais aussi de rappeler l’importance de ses travaux. Merci à Christiane Seydou pour son aide précieuse et ses précisions sur une époque que je n’ai pas connue.

1Contrairement à d’autres membres de la Société des Africanistes, je n’ai pas suivi les cours que Geneviève Calame-Griaule a donnés pendant plusieurs années à Paris 3, je n’ai pas fait partie de la fameuse équipe du CNRS qui a travaillé à ses côtés sur les littératures orales africaines. Il s’était cependant établi depuis longtemps une relation de travail et d’amitié entre nous. Geneviève le savait, c’est la lecture d’Ethnologie et langage qui m’a détournée de mes études de philosophie, qui m’a incitée à mener des recherches de terrain, dans une région très proche du pays dogon qu’elle a tant aimé. Elle était déjà à la retraite quand je commençais mes enquêtes et il n’était pas possible qu’elle encadre ma thèse ; elle s’est cependant toujours montrée attentive, suivant l’évolution de mes travaux avec un intérêt manifeste. Avec générosité, elle m’a accueillie au comité de lecture des Cahiers de littérature orale, cette revue à laquelle elle a tant aimé travailler, où elle fut active jusqu’en 2011. Elle a fait preuve d’une grande confiance à mon égard en me transmettant le relais avec Nicole Belmont quand ses forces commençaient à diminuer et, avec Nicole et les membres du comité, nous essayons de poursuivre le travail, de rester fidèles à son dynamisme et à son enthousiasme. Ce ne sont pas seulement des graines de paroles qu’elle a su semer tout au long de son chemin, mais aussi sa passion qu’elle a su communiquer, nous encourageant à suivre le fil, à continuer à chercher à mieux entendre la parole, à mieux comprendre ce phénomène propre à l’humanité qui ne cesse de nous interroger qu’est le langage.

  • 1 Elle le relate dans un texte en hommage à Germaine Dieterlen (Calame-Griaule 2001).
  • 2 Voir la synthèse qu’elle fait de ces travaux sur ce deuxième terrain dans Calame-Griaule 2008.

2Formée à la grammaire et aux lettres classiques, Geneviève Calame- Griaule avait le goût des mots et l’exigence de la belle parole. Incitée par son père à apprendre l’arabe pour s’ouvrir à une langue non-européenne, c’est d’abord avec les mots qu’elle commença à voyager. Depuis l’enfance, il était cependant entendu qu’elle partirait un jour en Afrique avec Marcel Griaule, qu’elle deviendrait ethnologue à son tour. Elle avait vingt-deux ans quand elle fit son premier séjour sur le terrain1, en pays dogon, accompagnant « l’équipe Griaule » avec pour mission d’étudier la langue, dans le but d’en faire un dictionnaire qui serait utile à tous (Calame-Griaule 1968). Cette première expérience de terrain, lors de la mission pendant laquelle Griaule fit ses entretiens avec Ogotemmêli, ne fit que conforter son désir de suivre les traces paternelles, de mieux connaître l’Afrique. Jeune agrégée, elle choisit de se faire affecter au Maroc pour y enseigner les lettres, avant d’obtenir un poste de chercheur au CNRS en 1951. Dès lors, elle poursuivit ses enquêtes de terrain, en pays dogon au Mali d’abord, puis à partir de 1967 auprès des Isawaghen et Touaregs de la région d’In Gall au Niger2.

  • 3 « Langage, Langues et cultures en Afrique noire », UMR 8135 CNRS-INALCO.

3Directrice de recherche dès 1966, elle fut à l’initiative de nombreux projets collectifs, notamment dans le cadre de l’équipe de recherche associée (ERA) du CNRS et de l’Inalco « Langage et culture en Afrique de l’ouest », qui continue aujourd’hui ses travaux au sein du LLACAN3. Tous ceux qui ont travaillé à ses côtés ont pu apprécier son professionnalisme, mais aussi sa grande générosité, intellectuelle et humaine. Les membres de son équipe se souviennent de l’atmosphère amicale, voire familiale, d’équité, de solidarité et d’harmonie qui a régné sous sa direction.

4La grande majorité des travaux de Geneviève Calame-Griaule sont consacrés à l’Afrique et elle a particulièrement apprécié de diriger les thèses de jeunes chercheurs originaires du continent africain. L’échange avec les intellectuels africains a toujours été pour elle essentiel. Ainsi, alors qu’elle était déjà retraitée depuis longtemps, elle demandait, à chaque rentrée, combien nous avions d’étudiants africains, d’où ils venaient, ce sur quoi ils travaillaient... déplorant les grandes difficultés rencontrées ces dernières années par de nombreux jeunes du continent à obtenir des autorisations de séjour en France ou le renouvellement de leurs papiers.

  • 4 CA du 22 sept. 1997.

5Geneviève Calame-Griaule a toujours été en lien avec la Société des Africanistes, dont elle fut secrétaire générale de 1975 à 1988, assumant cette fonction que Marcel Griaule avait lui-même assurée de 1940 jusqu’à sa mort en 1956, puis ponctuellement Présidente ou Vice-Présidente entre 1989 et 1997, avant d’en devenir membre d’honneur en 19984.

6Dans un premier temps, je parlerai de l’apport de Geneviève Calame- Griaule pour l’ethnolinguistique, discipline dont elle a été l’une des pionnières en France. Je mentionnerai ensuite son intérêt pour l’oralité, et sa défense de la littérature orale. Enfin, j’insisterai pour terminer sur le fait que son approche peut être considérée comme révélatrice d’un nouveau paradigme, d’une nouvelle manière de faire de l’anthropologie et de se mettre à l’écoute de la parole.

Geneviève Calame-Griaule et l’ethnolinguistique

  • 5 Dans Ethnologie et langage la deuxième partie consacrée à « la mythologie de la parole » fait un pe (...)
  • 6 Dans sa préface à l’édition de 2009, p. IV.
  • 7 Inaugurant une collection prestigieuse, la « Bibliothèque des Sciences Humaines », avec les Problèm (...)

7Consacrant ses premières enquêtes de terrain à la description de la langue parlée sur la falaise dogon, Geneviève Calame-Griaule ne s’est pas contentée d’une étude linguistique. Très vite, en effet, elle se mit à l’écoute de ce qui était dit, et de la manière dont cela était dit. Il est vrai que la notion de « parole » était dans l’air du temps, après la publication, en 1947, de Do Kamo (Maurice Leenhardt) et, en 1948, de Dieu d’eau (Marcel Griaule). Geneviève Calame-Griaule va cependant peu suivre la voie de ses prédécesseurs dans la mesure où, dès ses premiers travaux, elle s’intéresse plus à ce qu’elle appelle « la parole vécue » qu’à la parole mythique. Ainsi, dans son ouvrage Ethnologie et langage. La parole chez les Dogon5, consacre- t-elle beaucoup plus de pages à « la parole vécue » et aux représentations de la parole abordées d’un point de vue émique qu’à « la mythologie de la parole ». Elle avait choisi, comme elle le dit elle-même6, de « prendre les choses par l’autre bout » et « d’étudier la manière dont fonctionnaient les échanges verbaux dans la société ». Cet ouvrage, issu de sa thèse d’État, publié pour la première fois en 1965 chez Gallimard7, réédité deux fois depuis – la dernière en 2009 aux éditions Lambert-Lucas – et traduit en espagnol (1982b), en italien (1982c) et en anglais (1986), a eu un impact considérable. On peut dire que c’était le premier travail de cette ampleur qui traitait langage, culture et société dans un même mouvement, comme des entités inséparables. En ce sens, il fut fondateur pour l’ethnolinguistique française et joua un rôle moteur, inspirant par la suite de nombreux autres travaux consacrés aux représentations de la parole dans tel ou tel contexte culturel, ou bien au « soin de la parole » – titre d’un important chapitre du livre –, comme par exemple les travaux de Dominique Casajus sur la parole retenue et voilée des Touaregs (1987 ; 2000). Par ailleurs, le dictionnaire dogon qui constituait sa thèse complémentaire était également conçu d’un point de vue ethnolinguistique : elle n’y faisait pas que donner les indications morphologiques et sémantiques concernant les termes dogon, elle précisait aussi, chaque fois qu’il s’agissait d’une donnée importante, de précieux renseignements d’ordre ethnologique, sociologique, religieux, technique ou autre.

8Avec cette thèse, Geneviève Calame-Griaule faisait effectivement de la parole un objet spécifique de recherche. Dès lors, l’ethnolinguistique devenait une discipline à part entière, consacrée par un numéro de la revue Langages dirigé par Bernard Pottier en 1970 (n°18), numéro dans lequel son important article de vingt-deux pages, « Pour une étude ethnolinguistique des littératures orales africaines », établit les premiers principes d’une approche particulière des productions orales. Ce qui fait la spécificité de l’approche ethnolinguistique, c’est de ne pas isoler les faits de langue des contextes socioculturels dans lesquels ils adviennent et de ne pas étudier les faits sociaux indépendamment des productions langagières qui les accompagnent ou qu’ils suscitent (ce qu’on en dit et la manière dont on en parle). Pottier annonce le programme de cette nouvelle discipline dès le début de l’introduction au numéro : « L’ethnolinguistique sera l’étude du message linguistique en liaison avec l’ensemble des circonstances de la communication » (1970 : 3).

  • 8 Lire à ce sujet Leguy 2013.
  • 9 Voir son texte sur Leenhardt (1978).

9Geneviève Calame-Griaule retrace les fondements de l’ethnolinguistique française dans l’introduction du volume collectif qu’elle publie en 1977, Langage et cultures africaines. Ainsi, elle voit en Marcel Mauss un précurseur, tant dans sa manière d’appeler à une « méthode philologique » que dans son intérêt pour les rites oraux et la gestuelle8. Cependant, à l’instar de Marcel Griaule lui-même, la majorité des ethnologues qu’il a formés ne conçoivent la linguistique que comme auxiliaire de l’ethnologie. Deux exceptions cependant sont présentées par Geneviève Calame- Griaule : Marcel Granet, dans ses travaux sur la Chine et surtout Maurice Leenhardt sur la Nouvelle-Calédonie, qui a effectivement eu une approche ethnolinguistique « sans le savoir »9 en s’intéressant aux faits de langage pour eux-mêmes et non seulement pour ce qu’ils peuvent nous apprendre des institutions. Parmi les linguistes, elle souligne l’importance des travaux d’Émile Benveniste, d’André-Georges Haudricourt et de Marcel Cohen qui a très tôt prôné une approche sociologique du langage et une « nécessaire interdisciplinarité » (cf. Bert 2009). C’est en s’inscrivant dans la continuité de ces précurseurs que Geneviève Calame-Griaule a su donner une place dans le paysage intellectuel français à cette nouvelle discipline qu’était dans les années 1960-1970 l’ethnolinguistique.

10Le livre qu’elle dirige en 1977, Langage et cultures africaines, joue véritablement un rôle de manifeste pour les ethnolinguistes africanistes. Rassemblant des articles des principaux représentants de la discipline (en plus de Geneviève elle-même, on y trouve la plume – par ordre alphabétique – de Luc Bouquiaux, Jean Derive, Marie-Paule Ferry, Yves Moñino, Diana Rey-Hulman, Paulette Roulon, Christiane Seydou et Jacqueline Thomas), cet ouvrage pose les fondements d’une pratique interdisciplinaire qui va dès lors concerner un nombre important de travaux africanistes. Il se crée effectivement à partir de cette époque une émulation, au sein des études africanistes, pour l’approche ethnolinguistique initiée par Geneviève Calame-Griaule.

  • 10 Notamment celles d’étudiants africains qui explorent la notion de parole et les pratiques langagièr (...)

11En plus des recherches menées dans le cadre de l’équipe qu’elle anime – qui vont donner lieu à différents projets collectifs fructueux – et des thèses qu’elle dirige10, Geneviève Calame-Griaule organise à partir de 1984 un séminaire rassemblant des chercheurs issus de plusieurs laboratoires de recherche en vue de la préparation d’un numéro spécial du Journal des Africanistes sur la notion de parole, Les Voix de la parole. Paru en 1987, ce numéro est resté dans les mémoires comme un « classique » de l’ethnolinguistique, une véritable référence.

12Geneviève Calame-Griaule a suivi les traces de la parole toute sa vie, à travers les pratiques langagières observables par l’ethnologue, mais aussi au cœur des tissus, dans la complexité des serrures des greniers, en participant notamment à la publication de beaux livres illustrés présentant des aspects matériels d’une parole qu’elle a su montrer vivante. C’est ainsi que ses collègues et amis, en voulant lui rendre hommage à l’occasion de son départ à la retraite, ont choisi comme titre de l’ouvrage qu’ils lui ont consacré, publié en 1989, « Graines de parole », signifiant la vitalité d’une recherche qui a su germer et essaimer largement autour de son initiatrice.

Geneviève Calame-Griaule et la littérature orale

  • 11 Cf. en particulier : Cahiers d’études africaines 1972 ; Calame-Griaule (éd.) 1969, 1970, 1974 (sur (...)
  • 12 Voir, pour la continuité, Baumgardt et Derive 2008.

13Comme Geneviève Calame-Griaule le fait elle-même remarquer (dans l’introduction des Voix de la parole, 1987), si l’ethnolinguistique s’est développée en France – en particulier dans les études africanistes – depuis la publication d’Ethnologie et langage, deux domaines ont plus précisément fait l’objet d’études approfondies : les ethnosciences et la littérature orale. Geneviève a elle-même largement contribué à ce qu’un intérêt renouvelé soit porté à l’oralité. En effet, si l’on trouve des textes de littérature orale illustrant de nombreuses monographies, les ethnologues considéraient souvent celle-ci comme annexe, si ce n’est illustrative. Beaucoup se contentaient d’ailleurs de résumés en français et les textes, présentés sans souci de contextualisation – malgré les recommandations de Malinowski dès les années 1930 à ce sujet (2002) – n’étaient généralement pas étudiés pour eux-mêmes. En s’intéressant à la production littéraire en tant que pratique langagière, Geneviève Calame-Griaule va mettre l’accent, d’une part, sur les rôles et fonctions que jouent les productions orales dans le contexte de leur énonciation et, d’autre part, sur l’aspect stylistique des productions elles-mêmes. Suite aux travaux qu’elle a menés avec son équipe, qui vont uniquement porter sur le conte11, un nouveau regard va être porté sur la parole littéraire et sur les rôles, normatifs comme subversifs, qu’elle peut jouer dans la vie sociale, ainsi que sur l’oralité en tant que modalité d’expression12.

14En 1976, avec toute une équipe de chercheurs, littéraires et anthropologues, Geneviève Calame-Griaule crée les Cahiers de Littérature Orale, seule revue scientifique de langue française consacrée aux productions de l’oralité dans le monde et première du genre, la revue américaine Oral Tradition n’ayant vu le jour que dix ans plus tard. Geneviève Calame-Griaule en a dirigé le comité de rédaction activement et avec passion jusqu’en 2011.

  • 13 De l’angoisse à la méthode dans les sciences du comportement, édité chez Flammarion en 1980, était (...)

15Au cœur des années 1970, les travaux de Lévi-Strauss sur les contes mythiques amérindiens ne laissent personne indifférent et Geneviève Calame-Griaule elle-même retient de l’analyse structurale des outils qui l’aident à comprendre le sens profond de certains contes (les transformations et la comparaison entre versions d’un même récit, les oppositions binaires, la portée symbolique de certains éléments comme la calebasse ou le pilon, etc.). Cependant, c’est avant tout la société dans laquelle les contes ont du sens qu’elle cherche à appréhender. Ainsi, elle va très vite aborder les récits du point de vue de leur portée initiatique, cherchant à comprendre le rôle formateur qu’ils peuvent jouer dans la personnalité de l’enfant, ou plutôt du jeune, invité à s’identifier au héros du récit et à choisir le bon comportement, celui qui le mènera vers la maturité sociale (voir le conte dogon intitulé « Le plat du père », Calame-Griaule, 1987 : 177-206). Par ailleurs, Geneviève Calame-Griaule s’est intéressée à la psychanalyse, en vogue également dans les années 1970 chez les ethnologues, suite en particulier aux travaux de Devereux13 et, sur les contes, de Bettelheim (1976). Elle a publié elle-même plusieurs articles dans des revues de psychanalyse, et a parfois été tentée par des interprétations de cet ordre, mais sans s’y engager totalement, soucieuse d’être avant tout fidèle aux données du terrain et attentive aux recommandations de ses collègues qui n’étaient pas tous aussi séduits par cette approche.

  • 14 Apprenant à parler la langue auprès des enfants, elle a très vite été introduite aux fables d’anima (...)

16Si elle s’est intéressée à la littérature orale dès ses premières enquêtes de terrain chez les Dogon14, c’est sur son deuxième terrain, chez les Isawaghen du Niger, petite population proche des Touaregs qui s’est sédentarisée dans la région d’In Gall, qu’elle va plus précisément axer ses recherches sur le style oral des conteurs et conteuses. En effet, contrairement à ses prédécesseurs, Geneviève Calame-Griaule n’aborde pas la littérature orale d’un point de vue patrimonial. Elle ne cherche pas, en recueillant des contes, à rassembler le « patrimoine littéraire » d’une société, encore moins de la « littérature orale africaine », mais bien à comprendre ce qui se joue entre les acteurs de la production orale, quels sont les enjeux de la production littéraire dans un contexte d’oralité.

17Ainsi, c’est bien en anthropologue qu’elle analyse le style oral des différents conteurs qu’elle rencontre à In Gall dans les années 1970, montrant combien ce que peuvent dire les uns et les autres est significatif en fonction de leur statut social et de quelle manière chacun s’exprime, les paroles du forgeron ou du descendant d’esclave ne pouvant se comparer à celle du jeune héritier d’une noble famille. La production littéraire orale est avant tout une « parole » et, en tant que telle, elle est soumise à différentes règles d’énonciation, même si la parole littéraire offre des possibilités d’expression plus libre, voire critique, que ne permet pas toujours la parole ordinaire. Geneviève Calame-Griaule a toujours eu le souci de rechercher le sens derrière les mots, et le sens pour elle n’est pas seulement de l’ordre du symbole : il est en partie un sens « pour soi » – d’où son intérêt pour la dimension initiatique des contes – et en partie un sens « pour les autres », manifeste dans le jeu social propre à son contexte d’énonciation.

  • 15 Elle rédige une première note de terrain dans le Journal des Africanistes à ce sujet en 1971 ; voir (...)

18Pour cette dernière raison, Geneviève Calame-Griaule va très tôt introduire la notion de « performance » dans les études en littérature orale. Elle le fera tout d’abord d’une manière un peu « statique » (voir Calame- Griaule 1977a). Mais ensuite, très vite, elle sera attentive à des éléments propres au style oral que l’usage de la photographie, puis celui de la caméra – à une époque où il n’était pas si aisé de filmer sur le terrain –, vont lui permettre d’analyser en détail. Si elle s’attache surtout à l’étude des gestes des conteurs15 (en particulier dans le long chapitre qu’elle consacre aux « gestes narratifs » dans 1977b), elle s’intéresse également aux jeux de voix (cf. « La nasalité et la mort », 1993) et à tout « ce qui donne du goût au conte » (1982a), pour reprendre le titre d’un de ses articles, c’est-à-dire à tout ce qui fait du contage un « art verbal » qu’on a tant de plaisir à partager.

  • 16 Dans de nombreux pays africains – mais aussi en France, cf. les travaux de Suzy Platiel (voir notam (...)
  • 17 Cependant, nombreuses sont les radios africaines, nationales ou locales, qui proposent des émission (...)

19Ce qui donne du goût au conte, c’est aussi tout ce qui fait que le genre reste vivant, pratiqué encore malgré d’importants changements sociaux comme la scolarisation des enfants16 ou encore le développement des médias17. En s’intéressant à ce qu’on a appelé le « renouveau du conte » dans la France des années 1980, Geneviève Calame-Griaule a contribué à ce que des relations se nouent entre scientifiques et praticiens de l’oralité, dont certains étaient par ailleurs friands de contes venus d’horizons différents et intéressés par les travaux des ethnologues (1999). La place que ses travaux et ceux des collègues qui ont travaillé à ses côtés ont donnée à la littérature orale en a un fait un genre vivant et renouvelé, bien loin de l’aspect patrimonial figé qu’elle pouvait avoir auparavant.

Une approche révélatrice d’un nouveau paradigme

  • 18 Sur le lien entre les recherches françaises et américaines en anthropologie linguistique, voir Born (...)
  • 19 « En fait, le coefficient de naïveté des chercheurs américains atteint des sommets quand il s’agit (...)

20À partir d’Ethnologie et langage, d’une part, et des travaux sur la littérature orale, d’autre part, on a vu s’imposer une nouvelle manière de faire de la recherche, en ethnologie comme en littérature orale. En ce sens, on peut parler d’un nouveau paradigme : tout comme, ainsi que le montre Alessandro Duranti (2003), un nouveau paradigme s’impose dans les années 1960 aux États-Unis à la suite des travaux de Dell Hymes, une réorientation des recherches s’impose de la même manière à la suite de Geneviève Calame-Griaule dans le paysage français18. Calame-Griaule et Hymes ont d’ailleurs, en ce sens, de nombreux points communs, même si Geneviève était plus ethnographe, plus attachée au travail de terrain que ne pouvait l’être l’anthropologue américain travaillant principalement sur l’oralité chinook dont il ne restait que peu de locuteurs en 1960. Hymes connaissait les travaux de Geneviève Calame-Griaule et, dans la préface à la traduction en anglais d’Ethnologie et langage qu’il a rédigée en 1986, il fait le lien entre ses travaux sur les Dogon et la perspective de l’ethnographie de la parole qu’il prône lui-même. Il qualifie de « pionnières » les recherches de Geneviève, espérant qu’elles puissent être prises pour modèles par des chercheurs américains auxquels il reproche une trop grande « naïveté » dès qu’il s’agit de faits culturels, tant ils ont tendance à concevoir leur propre manière de penser comme universelle19.

21Duranti relève ce qui dans les travaux de Hymes et des ethnographes de la parole ou de la communication conduit à un changement radical dans l’approche des faits de langage : le fait de placer au centre (pour reprendre les termes de Duranti), « l’étude des pratiques langagières des locuteurs dans l’ensemble de leurs activités » (2003 : 329). Ce qui compte ici, c’est l’importance accordée au contexte, l’étude des faits de langage en contexte d’énonciation, en relation avec le contexte socioculturel dans lequel ils prennent sens. Cette importance accordée au contexte, on la retrouve également chez Geneviève Calame-Griaule, ce qui la distingue dès ses premiers travaux des études menées à la même époque, dans lesquelles cet aspect était souvent négligé.

  • 20 Les mythes tels que les présente Lévi-Strauss apparaissent beaucoup plus déterminés les uns par les (...)
  • 21 La méthode qu’elle propose est inspirée du formalisme de Propp, revu et corrigé suite à la lecture (...)

22En France, les années 1960 sont, en effet, marquées par la domination des thèses structuralistes, pour lesquelles le « contexte » en soi n’a guère d’importance, même si Claude Lévi-Strauss fait appel à la connaissance générale du contexte ethnographique dans sa méthode d’analyse20. Denise Paulme, par exemple, dans La mère dévorante (1976), tout en étant sensible au sens que peuvent avoir les éléments culturels qu’elle cherche à interpréter dans les contes, a encore une approche très formaliste de la littérature orale21 sur laquelle elle travaille à partir de résumés décontextualisés, souvent traduits par d’autres, sans tenir compte des performances. Avec Calame-Griaule, on passe à une autre façon de faire. Tout en retenant de l’analyse structurale certains outils qui lui semblent pertinents (elle ne s’oppose pas de manière radicale au structuralisme), elle a su dès le début des années 1960 imposer une nouvelle façon de faire de l’anthropologie qui, de fait, opère un renouvellement de paradigme. Cela s’observe à différents niveaux :

    • 22 Cf. Olivier de Sardan, 2008.

    Dans un premier temps, en traitant de la notion de parole chez les Dogon, elle va mettre en valeur ce qu’on appelle depuis les années 1960 le point de vue émique22 : elle se met à l’écoute de la parole du terrain, elle prend en compte le point de vue des locuteurs et la manière dont ils disent les choses. En ce sens, elle va largement se démarquer des travaux de Griaule et surtout de Germaine Dieterlen, qui a continué les recherches initiées par Griaule sur la parole mythique et n’hésite pas à se lancer dans des interprétations très construites des paroles qu’elle recueille sur le terrain. Geneviève Calame-Griaule ne s’intéresse pas seulement à « la parole vécue, ordinaire », elle cherche aussi à comprendre de l’intérieur les conceptions autochtones. Outre Ethnologie et langage, on peut voir cette perspective émique à l’œuvre par exemple dans son article sur les gestes narratifs (1977b), où elle consacre un point aux idées de l’informateur sur la gestuelle.

  • Dans ses recherches sur la littérature orale, Geneviève Calame- Griaule va se focaliser sur la performance (surtout quand elle commence à travailler au Niger, à partir de 1967). En prônant une « approche ethnolinguistique des littératures orales africaines » (1970), elle appelle à être attentif à tout ce qui entoure l’émission des paroles littéraires et aux règles d’énonciation concernant le temps, le lieu ou les personnes qui peuvent être présentes, selon le genre littéraire considéré. Dans l’introduction à l’ouvrage collectif de 1977, elle propose un cadre d’analyse de la performance visant à ne pas séparer le message (ainsi que peut être considérée la parole littéraire en performance) de l’agent qui le transmet, du contexte culturel et social qui lui sert de cadre et de la langue dans laquelle il est émis, quatre éléments inséparables dans l’analyse de l’ethnologue. Elle joue également à ce niveau un rôle précurseur au regard de ce qu’on appelle aujourd’hui les performances studies.

  • Dès 1977, Geneviève Calame-Griaule déplorait le « retard » pris par la France à tenir compte de « l’hétérogénéité des performances » (1977a, p.12, note 1). Si le cadre d’analyse qu’elle propose dans l’introduction de cet ouvrage peut sembler un peu statique, elle fait cependant preuve elle-même d’une grande attention à l’événement et à l’acteur, notamment dans l’article qu’elle publie dans ce même ouvrage sur les « gestes narratifs ». Dans ses travaux très novateurs et trop peu suivis sur la gestuelle des conteurs, elle va effectivement manifester une grande attention aux individus, en mettant par exemple en valeur les différences dans l’utilisation des gestes qu’elle observe entre le jeune homme noble obligé à une certaine retenue et les forgerons ou la conteuse d’origine servile, beaucoup plus libres de leurs gestes comme de leurs paroles. Ainsi, l’étude des gestes conduit à une compréhension des enjeux sociaux de la parole, et une attention plus précise à l’émission d’un conte en performance permet de mieux comprendre les enjeux entre personnes de statuts sociaux différents, les jeux de pouvoir, etc.

  • Dans sa collaboration avec Edmond Bernus, qui filme pour elle en 1975 deux conteurs, un jeune touareg et une femme isawaghen aveugle, Geneviève va également être pionnière dans l’utilisation de l’image (photographie et film) pour l’étude des performances. En conséquence, elle va être attentive non seulement au récit et aux gestes qui l’accompagnent, mais aussi à la voix, et à tout ce qu’on appelle le style oral, auxquels s’intéresse tout particulièrement le courant ethnopoétique qui s’est développé en France depuis une dizaine d’années (Calame, Dupont et Manca, 2010).

23Ces différents points, qui montrent le caractère novateur et très actuel du travail de Geneviève, exposent aussi l’importance de faire entendre sa parole, pour qu’on continue d’être à l’écoute, de travailler sur les productions orales en situation, en portant toujours plus notre attention à ces petites choses qui font qu’une performance est appréciée, à tout ce « qui donne du goût au conte », pour reprendre ses propres mots.

Conclusion

24Geneviève Calame-Griaule se présentait elle-même comme une héritière. Depuis sa petite enfance, elle rêvait de suivre son père sur le terrain. Elle déplorait la manière qu’ont bien souvent les intellectuels français de renier leurs prédécesseurs, défendant elle-même toujours avec ferveur non seulement les travaux de Marcel Griaule, son père auquel elle n’a jamais cessé de vouer une profonde admiration, mais aussi la perspicacité de Lévi- Strauss, même si elle s’émancipait largement de l’un comme de l’autre dans ses propres travaux. Elle savait que l’honneur rendu aux ancêtres n’empêche pas de construire l’avenir. Pourtant, quand on se retourne aujourd’hui sur le travail qu’elle a accompli, c’est comme pionnière qu’elle entre dans l’histoire de la pensée. Avec elle se sont ouverts de nouveaux horizons de recherche : après Ethnologie et langage, les anthropologues ne peuvent plus faire comme si les personnes rencontrées sur le terrain n’avaient rien à dire, ni comme s’il suffisait de poser des questions pour obtenir des réponses.

Haut de page

Bibliographie

Baumgardt Ursula, Derive Jean (éds), 2008, Littératures orales africaines. Perspectives théoriques et méthodologiques, Paris, Karthala.

Bert Jean-François, 2009, Marcel Cohen et André Georges Haudricourt : un regard singulier sur la linguistique, Langage et société 128 : 77-97. DOI : 10.3917/ls.128.0077

Bornand Sandra, Leguy Cécile, 2013, Anthropologie des pratiques langagières, Paris, Armand Colin (« U »).

Cahiers d’études africaines, 1972, Recherches en littérature orale africaine. Travaux menés dans le cadre de la section Littérature de l’E.R.A. 246 (CNRS-INALCO), Vol 12, n° 45.

Calame Claude, Dupont Florence, Manca Maria (éd.), 2010, La Voix actée. Pour une nouvelle ethnopoétique, Paris, Kimé.

Calame-Griaule Geneviève, 1968, Dictionnaire Dogon, dialecte toro. Langue et civilisation, Paris, Klincksieck.

— (éd.), 1969 / 1970 / 1974, Le thème de l’arbre dans les contes africains, Paris, SELAF (3 volumes).

— 1970, Pour une étude ethnolinguistique des littératures africaines, Langages 18 : 22-47.

— 1971, Le langage gestuel des conteurs touareg, Journal des Africanistes 4l (2) : 252-253.

— (éd.) 1977a, Langage et cultures africaines. Essais d’ethnolinguistique, Paris, Maspero.

— 1977b, Pour une étude des gestes narratifs, in Calame-Griaule Geneviève (éd.), Langage et cultures africaines, Paris, Maspero : 303-359.

— 1978, « Maurice Leenhardt, pionnier de l’ethnolinguistique », Journal de la Société des océanistes 58-59 (34) : 43-44. DOI : 10.3406/jso. 1978.2965

— 1981, Le geste du conteur et son image, Geste et image fasc. 2 : 44-68.

— 1982a, Ce qui donne du goût aux contes, Littératures 45 : 45-60.

— 1982b, Etnologia y lenguaje. La palabra del Pueblo Dogon, Madrid, Editora Nacional. (Traduction en espagnol d’Ethnologie et Langage par Sol Assor Castiel).

— 1982c, Il mondo della parola, Etnologia e linguaggio dei Dogon, Torino, Boringheri. (Traduction italienne abrégée d’Ethnologie et Langage par Giovanna Antongini).

— 1986, Words and the Dogon World, Philadelphia, Institute for the Study of Human Issues. (Traduction en anglais d’Ethnologie et Langage par Deirdre LaPin).

— (dir.) 1987, Les Voix de la parole, Journal des Africanistes 57 (1-2).

— 1993, La nasalité et la mort, in Nicole Revel et Diana Rey-Hulman (éd.), Pour une anthropologie des voix, Paris, Langues’O/L’Harmattan : 23-33.

— (dir.) 1999, Le Renouveau du conte : actes du colloque international au Musée national des arts et traditions populaires du 21 au 24 février 1989, Paris, CNRS éditions.

— 2001, Avec Germaine en pays dogon (1946), Journal des Africanistes 71 (1) : 35-52.

— 2008, Dites-le avec des gestes. Comment étudier la gestuelle des conteurs ?, Cahiers de littérature orale 63-64 : 83-108.

— 2009 [1965], Ethnologie et langage. La parole chez les Dogon, Limoges, Lambert Lucas.

Calame-Griaule Geneviève, Görög-kArAdy Veronika (éd.), 1984, Le conte. Pourquoi ? Comment ?, Paris, CNRS Éditions.

Casajus Dominique, 1987, Parole retenue et parole dangereuse chez les Touaregs du Niger, Journal des Africanistes 57 : 97-107.

— 2000, Gens de parole. Langage, poésie et politique en pays touareg, Paris, La Découverte.

Collectif, 1990, Graines de parole. Puissance du verbe et traditions orales. Texte offert à Geneviève Calame-Griaule, Paris, CNRS Éditions.

Duranti Alessandro, 2003, Language as Culture in U.S. Anthropology: Three Paradigms, Current Anthropology 44 (3) : 323-348.

Görög Veronika, PlAtiel Suzy, Rey-hulmAn Diana, Seydou Christiane, 1980, Histoires d’Enfants Terribles, Paris, Maisonneuve et Larose. (Préface et conclusion de Geneviève Calame-Griaule).

Görög-Karady Veronika (éd.), 1990, D’un conte à l’autre. La variabilité dans la littérature orale, Paris, CNRS Éditions.

Görög-Karady Veronika et Seydou Christiane (dir.), 2001, La fille difficile. Un conte-type africain, Paris, CNRS Éditions.

Griaule Marcel, 1948, Dieu d’eau, Paris, Fayard.

Guedou Georges A. G., 1985, Xo et Gbè : langage et culture chez les Fon (Bénin), Paris, SELAF.

Kabore Oger, 1993, Les oiseaux s’ébattent. Chansons enfantines au Burkina Faso, Paris, L’Harmattan.

Leenhardt Maurice, 1947, Do Kamo : la personne et le mythe dans le monde mélanésien, Paris, Gallimard.

Leguy Cécile, 2013, Une conception pragmatique du langage chez Marcel Mauss ?, in Erwan Dianteill (dir.), Marcel Mauss. L’anthropologie de l’un et du multiple, Paris, PUF (« Débats philosophiques ») : 57-79.

Levi-Strauss Claude, 1973, Anthropologie Structurale deux, Paris, Plon.

Malinowski Bronislaw, 2002 [1935], Les Jardins de corail, Paris, La Découverte.

Olivier De Sardan Jean-Pierre, 2008, La Rigueur du qualitatif. Les contraintes empiriques de l’interprétation socio-anthropologique, Louvain-la-Neuve, Academia Bruylant : 105-129.

Paulme Denise, 1976, La mère dévorante, Paris, Gallimard. Pottier Bernard (éd.), 1970, L’Ethnolinguistique 18, Langages.

Pottier Bernard (éd.), 1970, L’Ethnolinguistique 18, Langages.

Haut de page

Notes

1 Elle le relate dans un texte en hommage à Germaine Dieterlen (Calame-Griaule 2001).

2 Voir la synthèse qu’elle fait de ces travaux sur ce deuxième terrain dans Calame-Griaule 2008.

3 « Langage, Langues et cultures en Afrique noire », UMR 8135 CNRS-INALCO.

4 CA du 22 sept. 1997.

5 Dans Ethnologie et langage la deuxième partie consacrée à « la mythologie de la parole » fait un peu plus de 150 pages (p. 91 à 250), tandis que les troisième et quatrième parties portant sur « la parole vécue » comptent presque trois cents pages (p. 251 à 543). La première partie de l’ouvrage, sur la théorie de la parole, est consacrée aux représentations abordées d’un point de vue émique.

6 Dans sa préface à l’édition de 2009, p. IV.

7 Inaugurant une collection prestigieuse, la « Bibliothèque des Sciences Humaines », avec les Problèmes de linguistique générale de Benveniste (1966) et Les Mots et les choses de Foucault (1966).

8 Lire à ce sujet Leguy 2013.

9 Voir son texte sur Leenhardt (1978).

10 Notamment celles d’étudiants africains qui explorent la notion de parole et les pratiques langagières dans leur société d’origine, comme Georges Guédou (1985) ou Oger Kaboré (1993), par exemple.

11 Cf. en particulier : Cahiers d’études africaines 1972 ; Calame-Griaule (éd.) 1969, 1970, 1974 (sur le thème de l’arbre) ; Görög, Platiel, Rey-Hulman, Seydou 1980 (sur l’enfant terrible) ; Görög-Karady et Seydou 2001 (sur la fille difficile), etc.

12 Voir, pour la continuité, Baumgardt et Derive 2008.

13 De l’angoisse à la méthode dans les sciences du comportement, édité chez Flammarion en 1980, était préalablement paru en anglais en 1967, édité par Mouton et l’EHESS.

14 Apprenant à parler la langue auprès des enfants, elle a très vite été introduite aux fables d’animaux qu’ils aimaient raconter, puis s’est rendue compte ensuite que la littérature orale était bien plus riche et plus complexe, mais qu’il fallait qu’elle progresse dans son apprentissage linguistique pour y avoir accès.

15 Elle rédige une première note de terrain dans le Journal des Africanistes à ce sujet en 1971 ; voir en particulier 1977, 1982a, 2008.

16 Dans de nombreux pays africains – mais aussi en France, cf. les travaux de Suzy Platiel (voir notamment le film d’Alexandra Ena, 2013 : http://videotheque.cnrs.fr/visio=4095 –, une réflexion a été menée pour introduire le conte oral à l’école.

17 Cependant, nombreuses sont les radios africaines, nationales ou locales, qui proposent des émissions de contes. De même à la télévision, des émissions très populaires présentent une sorte de mise en scène de contes ou de récits plus proches des traditions orales – sous la forme d’un théâtre populaire – que de l’écriture cinématographique.

18 Sur le lien entre les recherches françaises et américaines en anthropologie linguistique, voir Bornand et Leguy 2013.

19 « En fait, le coefficient de naïveté des chercheurs américains atteint des sommets quand il s’agit d’univers culturels. Des postulats, des déductions et des typologies qui ne sont que les extrapolations involontaires d’une étiquette bourgeoise sont exhibés comme modèles et explications universels. La coopération est considérée comme le fondement intuitivement évident de toute parole, alors que, pour de nombreuses cultures, la première chose évidente à son sujet est son caractère dangereux. » (préface de Hymes, in Calame-Griaule, 2009, p. XII).

20 Les mythes tels que les présente Lévi-Strauss apparaissent beaucoup plus déterminés les uns par les autres que par leur contexte d’énonciation et ses recherches s’étendent sur tout le continent américain. Cependant, il ne néglige pas complètement le contexte socioculturel : il lui accorde même une certaine importance dans la mesure où le dialogue avec le contexte socioculturel seul permet de comprendre la portée d’un mythème. Dans son analyse, il est donc continuellement conduit à étudier tel élément de l’organisation sociale, le symbolisme de tel animal, tel rite ou telle coutume... Le mythologue doit selon lui connaître l’ethnographie de la société concernée, mais aussi la botanique, la zoologie, les techniques. Lévi-Strauss (1973 : 82- 83) donne trois règles de méthode pour réussir l’étude des mythes, la connaissance du contexte ethnographique étant le b/ de la troisième règle. On ne peut donc pas dire qu’il néglige le contexte socioculturel (il néglige cependant totalement le contexte d’énonciation de la production orale). Cependant, ce n’est pas tant le contexte qui l’intéresse que le fonctionnement de l’esprit humain dans ses diverses manifestations, dont le récit mythique, manifestation des plus universelles et en même temps des plus ésotériques, difficile à comprendre de l’extérieur. D’ailleurs, si le contexte socioculturel est indispensable à l’analyse du mythe, ce n’est pas cette réalité existante que le mythe retranscrit. Le récit mythique est plutôt une manière de spéculer sur des possibilités, des virtualités. Il ne s’agit pas de représenter la réalité, mais plutôt de donner à penser au sujet des diverses possibilités offertes par cette réalité.

21 La méthode qu’elle propose est inspirée du formalisme de Propp, revu et corrigé suite à la lecture de la critique qu’en a fait Lévi-Strauss (cf. « La structure et la forme », 1973, pp. 139-173).

22 Cf. Olivier de Sardan, 2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cécile Leguy, « Ethnologie et langage au fil d’un parcours passionné. Geneviève Calame-Griaule (1924-2013) », Journal des africanistes, 84-2 | 2014, 277-285.

Référence électronique

Cécile Leguy, « Ethnologie et langage au fil d’un parcours passionné. Geneviève Calame-Griaule (1924-2013) », Journal des africanistes [En ligne], 84-2 | 2014, mis en ligne le 01 février 2016, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://africanistes.revues.org/4204

Haut de page

Auteur

Cécile Leguy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org