Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Heritier Françoise, 2010, Retour aux sources

Paris, Galilée, 195 p.
Mathilde Annaud
p. 315-316
Référence(s) :

Heritier Françoise, 2010, Retour aux sources, Paris, Galilée, 195 p.

Texte intégral

1Deuxième volume de la collection Contemporanéités dirigée par Marc Augé aux éditions Galilée, l’ouvrage de Françoise Héritier porte bien son nom qui fait aussi fort joli titre, à double sens entendu(s). Émouvant dès le prime abord, il est dédié en préambule à la mémoire de quatre autres grandes dames de l’ethnologie française ; collègues et amies disparues cette dernière décennie. Le livre s’ouvre et se lit donc comme un hommage multiple, à une profession ¬— qui est souvent de foi — autant qu’à ceux qui lui confèrent sa raison d’être. Ce sont ici les Samo de l’actuel Burkina Faso auprès desquels l’auteur a vécu, puis élaboré son champ d’études à venir.

2Élève et successeur de Claude Lévi-Strauss au Collège de France, Françoise Héritier livre un manuscrit presque intouché depuis sa rédaction, alors destinée à récapituler les données de ses nombreuses missions de terrain au cœur d’un pays qui s’appelait encore la Haute Volta. Bien que fort peu retravaillée en dehors de son introduction et de sa conclusion, cette monographie spécialisée ne peut cependant aujourd’hui — et avec le recul qu’elle propose sur elle-même — être réduite à sa seule facture traditionnelle revendiquée. Elle offre avant tout une réflexion globale sur un système de pensée propre à une culture donnée, autant qu’elle éclaire les mécanismes de son étude d’un autre côté. Condamnant les discours néo-paternalistes encore en vigueur et autres attraits pour l’exotisme de bon aloi, l’auteur parvient à sublimer la seule description spécialisée pour faire pénétrer le lecteur dans la perspective plus intime d’une réflexion intellectuelle partagée. La prose toujours soutenue, mais enlevée, a fait la renommée de l’anthropologue en dehors des strictes frontières de la discipline.

3Divisé en huit chapitres reflétant l’ordre du monde samo, l’ouvrage insiste sur la mise en place réitérée et par tous intégrée d’un modèle de cohésion sociale efficace, portée par des normes sociales qui forment un système dont la cohérence ne peut être mise en valeur que par le seul observateur professionnel. Le propos du texte est à la fois sujet et objet, ouvert sur la compréhension de l’univers (théorique et universel) offert par l’analyse anthropologique. Le flash-back ici proposé a donc raison d’être et il est par ailleurs assumé, en trois points annoncés dès l’introduction : « le retour à l’ethnologie, le retour au terrain, le retour sur moi-même, et l’évidence à la lecture que, il y a un peu plus de trente ans, j’avais identifié les idée-force que je reprendrai et développerai par la suite » (p. 13). Si ces dernières sont devenues célèbres dans les domaines de la parenté, de l’alliance et de l’identité (inceste du deuxième type, notion de substance ou encore thématique synthétisée de l’identique et du différent), elles révèlent leur source originelle entre ces pages qui lient présent et passé. L’amateur éclairé y trouvera les clefs d’une pensée, l’ethnographe des souvenirs partagés et l’apprenti anthropologue de quoi méditer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mathilde Annaud, « Heritier Françoise, 2010, Retour aux sources », Journal des africanistes, 81-2 | 2011, 315-316.

Référence électronique

Mathilde Annaud, « Heritier Françoise, 2010, Retour aux sources », Journal des africanistes [En ligne], 81-2 | 2011, mis en ligne le 19 janvier 2016, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://africanistes.revues.org/4202

Haut de page

Auteur

Mathilde Annaud

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org