Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Grauwe (de) Jan, 2009, Lexique Yoombe-Français avec index français-yoombe (bantu H16c)

Édité par Koen Bostoen, Tervuren, Musée royale de l’Afrique Centrale
Paulette Roulon-Doko
p. 314-315
Référence(s) :

Grauwe (de) Jan, 2009, Lexique Yoombe-Français avec index français-yoombe (bantu H16c), édité par Koen Bostoen, Tervuren, Musée royale de l’Afrique Centrale, 195 p.

Texte intégral

1Le Yoómbe est une langue bantoue (H16c) parlée par environ 1 100 000 locuteurs dans le territoire du Bas-Congo en république démocratique du Congo (R.D.C.). Elle serait une forme archaïque du kikongo (p. VII). La variété centrale du Yoómbe sert de langue d’enseignement dans la région. Les données présentées dans cet ouvrage ont été recueillis à partir de 1950 et proposées pour publication en 1989, sans que le projet aboutisse. Repris en 2007 à la demande l’auteur par Koen Bostoen, les données ont été traitées avec le logiciel Tchwanalex© et formatées pour être publiées. Comportant 5020 lexèmes yoómbe, ce lexique est suivi d’un index très utile puisqu’il permet au lecteur de repérer en français un terme pour le rechercher ensuite dans le lexique.

2L’introduction renseigne sur la nature du corpus qui sert de base au lexique et donne des informations sur certains points de grammaire, en particulier la présentation des classes nominales et des suffixes déverbatifs. Une fois dit que le classement des entrées se fait selon la première lettre de chaque mot, qui pour les substantifs est celle du préfixe nominal et pour les verbes celle du radical, aucune information ne présente par contre l’ordre alphabétique choisi. De plus aucune marque typographique ne permet de repérer le passage d’une lettre à une autre, ce qui ne facilite pas la consultation du lexique, en dépit du pied de page qui mentionne le premier et le dernier terme de chaque page. Bien que les auteurs aient précisé que « la quantité vocalique n’est pas phonologique en yoómbe » (p .XI), il ressort cependant que la suite de deux voyelles homorganiques V1V1 de même ton [on ne peut donc pas parler de mores] ou de ton différents est très fréquente et de fait est notée dans le lexique. Aucune suite V1V2 n’est par contre attestée.

3C’est une langue à deux tons qui « se retrouvent sur les voyelles, les nasales syllabiques et la première d’une consonne redoublée… » (p. XII). L’ordre adopté pour les tons qui semble être bas puis haut n’est pas signalé. Le choix de ne pas noter le ton bas, qui est sans doute celui qui frappe les consonnes syllabiques, conduit à interpréter la suite NC comme ǹC ce qui ne permet pas la distinction avec les consonnes semi-nasales qui semblent par ailleurs exister puisqu’on les retrouve à l’intervocalique de certains termes (kaámba, káámbákáná, kaándu, etc.). Que se passe-t-il donc à de l’initiale ?

4La structure syllabique qui n’est jamais présentée semble être toujours à consonne initiale. Pourquoi trouve-t-on cependant -óole et -óoso (p. 91) ? Par ailleurs pourquoi un tiret devant -ya (p. 119) ? La palatalisation Cy et la labiovélarisation Cw semblent être quasi systématiques pour toutes les consonnes. Quant aux consonnes aspirées (fh, kh, ph, th, ts) elles semblent être la réalisation phonologique du préfixe de la classe 9 devant consonne sourde (p. XIII) qui, devant consonne sonore, produirait des prénasalisées (mb, nd, ng) que le lecteur ne peut identifier à l’initiale comme je l’ai déjà signalé.

5Aucune présentation des catégories grammaticales retenues pour le yoómbe. Il est seulement précisé « Nous avons pris comme base du lexique les infinitifs prédicatifs pour les verbes et les prédicatifs pour les substantifs. » (p. XII), ce qui n’éclaire pas la distinction entre le verbe principalement prédicatif et le nom qui ne l’est pas. De fait le lexique comprend presqu’uniquement des noms et des verbes, les autres catégories que j’ai pu repérer – adj., num., conj., adv. et idéoph. – sont en très petit nombre. Pour cette dernière catégorie toujours traduite par un adjectif, on aurait aimé avoir des précisions sur son statut syntaxique, l’étiquette ‘idéophone’ ne renseignant en rien le lecteur.

6Les exemples en petit nombre sont intégrés en italique après l’entrée suivi de leur traduction sans ponctuation, ce qui rend leur repérage difficile.

7La présentation de l’ouvrage est soignée, 2/3 sont consacrées au lexique yoómbe- français et 1/3 à l’index français-yoómbe, avec quelques pages d’annexe consacrées aux noms de plantes yoómbe-latin et inverse. N’ayant pas l’ambition d’un dictionnaire, cet ouvrage nous propose ici une première étude lexicale conséquente pour cette langue.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paulette Roulon-Doko, « Grauwe (de) Jan, 2009, Lexique Yoombe-Français avec index français-yoombe (bantu H16c) », Journal des africanistes, 81-2 | 2011, 314-315.

Référence électronique

Paulette Roulon-Doko, « Grauwe (de) Jan, 2009, Lexique Yoombe-Français avec index français-yoombe (bantu H16c) », Journal des africanistes [En ligne], 81-2 | 2011, mis en ligne le 19 janvier 2016, consulté le 28 juillet 2017. URL : http://africanistes.revues.org/4200

Haut de page

Auteur

Paulette Roulon-Doko

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org