Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Gayibor Nicoué Lodjou (dir.), 2005, Histoire des togolais, vol. I (1997 ; 443 p.) : Des origines à 1884|vol. II (2005 ; tome I 630 p. & tome II, 754 p.) : De 1884 à 1960

Lomé, Presses de l’Université de Lomé (réédité en 2011 chez Karthala, coll. Hommes et Sociétés, 4 t., 2827 p.)
Jonas Bakoubayi Billy
p. 309-313
Référence(s) :

Gayibor Nicoué Lodjou (dir.), 2005, Histoire des togolais, vol. I (1997 ; 443 p.) : Des origines à 1884 ; vol. II (2005 ; tome I 630 p. & tome II, 754 p.) : De 1884 à 1960, Lomé, Presses de l’Université de Lomé (réédité en 2011 chez Karthala, coll. Hommes et Sociétés, 4 t., 2827 p.)

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif, volumineux, compte 3 tomes et 45 chapitres. Il regroupe des recherches d’auteurs de différentes nationalités : Togolais, Français, Anglo-Américains et Allemands. Outre la première et respectable "histoire du Togo", de Robert Cornevin, d'autres travaux de chercheurs étrangers ont déjà abordé le sujet. L’objectif des auteurs du présent ouvrage est de produire enfin une histoire du Togo rédigée pour l’essentiel par les Togolais eux-mêmes, et de lutter contre le tribalisme et le régionalisme qui gangrènent leur pays. Parmi les nombreux sujets abordés certains présentent un intérêt particulier tout en appelant certaines critiques.

2Le premier volume (Histoire des Togolais. Des origines à 1884) présente les différents peuples composant la nation togolaise, leurs origines, ainsi que les migrations et mutations auxquelles ils ont été exposés ; le dernier chapitre donne un aperçu des tractations qui ont abouti à la signature du traité de protectorat des 5 et 6 juillet 1884, que l’on considère comme l’acte de naissance du Togo.

3La plus grande partie de ce volume est consacrée aux peuples du Sud-Togo (Ewe, Adja et Mina) et des grands royaumes Tchaoudjo et Anoufom du Nord-Togo. La présentation de l’histoire des autres peuples est moins détaillée, les auteurs affirmant que « peu d’informations sont disponibles sur les populations et les langues du Nord [-Togo] », assertion scientifiquement discutable ; en effet, les mêmes ethnies se retrouvent au Ghana, au Burkina Faso et au Bénin et ont une histoire commune avec celles du Togo. On aurait donc pu s'appuyer sur la documentation d'ores et déjà réunie dans les pays voisins.

4L’on remarque aussi de la part de certains auteurs des thèses insuffisamment étayées par des recherches approfondies sur le terrain. Il est affirmé, par exemple, que « certaines populations ont changé de langue mais ont conservé leurs pratiques socioculturelles, l’organisation sociale et la religion de leurs ancêtres » sans qu'aucun exemple n'étaye valablement cette thèse. Ces imprécisions sont dues au fait qu'il n'y a pas eu suffisamment de recherches de terrain approfondies menées par les Togolais eux-mêmes. Seules ont été reprises des données contradictoires datant de l'époque coloniale (p. 78 par exemple).

5Etant donné l’insuffisance des informations sur certains peuples et la large partie qui est consacrée aux peuples du Sud-Togo et aux grands royaumes septentrionaux, il serait plus judicieux d’intituler le volume : « L’histoire des peuples du Sud et des grands royaumes de l’Hinterland du Togo ».

6Le second volume (Histoire des Togolais ; De 1884 à 1960) revient en détail sur les cadres institutionnels imposés par les différentes puissances coloniales ainsi que sur la création de la « Musterkolonie » (colonie modèle) allemande et sur la fixation de ses frontières.

7Le premier chapitre expose les étapes de la colonisation allemande : après une conquête relativement aisée des territoires côtiers (signature d'accords avec les chefs locaux), les Allemands se heurtèrent dans certaines régions de l'arrière-pays (région de Tové ; circonscriptions Sokodé-Bassari et Mangu-Yendi) à une vive résistance qui les amena à utiliser la force en recrutant des mercenaires locaux tout en négociant avec les autres puissances coloniales voisines (France et Grande-Bretagne). Puis ces frontières se trouvèrent modifiées suite à la défaite allemande et à la mise sous protectorat. Stabilisées en 1929, ce sont encore celles de l'actuelle République du Togo.

8Le deuxième chapitre est consacré à l’organisation administrative de la « Musterkolonie ». Cette administration coloniale se caractérisait par une politique délibérément raciste et ségrégationniste sur le plan à la fois racial et social avec une administration composée presque uniquement de Blancs. Les Noirs ne pouvaient accéder ni aux études supérieures ni à un poste de responsabilité. Seuls quelques autochtones que l’administration coloniale considérait comme plus avancés sur le plan de la « civilisation », pouvaient espérer des postes toujours subalternes. Tous les indigènes, quels qu'ils fussent, étaient soumis aux châtiments corporels : les fameux 25 coups [de bâton, de fouet, de chicotte, etc.], la mise en fer, les bannissements, etc. Ce passage recoupe le travail de Bakoubayi Billy pourtant omis dans la bibliographie.

9Compte tenu des objectifs affichés par les auteurs, on peut regretter qu'ils n’aient pas mentionné les conséquences qui découlent encore aujourd'hui de ces pratiques ségrégationnistes allemandes. La ségrégation ne s'exerçait pas seulement entre Blancs et Noirs, mais aussi entre indigènes. L’administration coloniale avait procédé à une classification hiérarchisée des peuples. Il y avait d’une part ceux qui étaient plus proches de la civilisation (dits « civilisés ») et d’autre part des « peuples barbares », dangereux et « à dompter ». Seuls les originaires des premiers pouvaient travailler auprès de l’administration et du Blanc. Les peuples à dompter étaient asservis à la fois par les fonctionnaires coloniaux et par les indigènes « civilisés » et n’avaient pas accès à la scolarisation. Le seul fait d'être originaire d'une région considérée comme dangereuse reléguait l'individu dans un statut d'infériorité sociale. Aujourd’hui encore, peu de natifs du Sud-Togo acceptent d'aller travailler dans l’Hinterland, même s’ils y sont officiellement affectés. Remontant à l'époque coloniale, le spectre de région dangereuse est toujours dans les esprits.

10Ainsi, le racisme et la barbarie de l’époque coloniale étaient-ils organisés et supervisés par une poignée de fonctionnaires coloniaux, soutenus par des indigènes à leur solde (cf. ch. I, 2ème partie). Ces chefs de circonscription avaient pour mission la gestion et la mise en valeur de la colonie. En 1913, 320 Allemands, commerçants ou administrateurs, occupaient la « Musterkolonie » et la mirent en valeur économiquement ainsi que le souligne justement Sebald ; ce dernier cite comme exemplaire l'histoire d'Hermann Kersting et de sa construction du pont suspendu sur la Kara. Ce pont arrêta les migrations vers l'est (vers le Dahomey français) des habitants du Trankara-Gebiet surpeuplé qui ainsi purent être affectés à la construction des routes, des chemins de fer du Sud Togo ainsi qu'au travail dans les plantations.

11Il est indéniable que les administrateurs coloniaux allemands dirigèrent la colonie en opprimant les indigènes et en commettant des atrocités ce qui ne fut pas étranger à la chute brutale de leur emprise sur le pays. Les auteurs affirment que les Allemands avaient des moyens pour défendre leur « colonie modèle » (pp. 72 et 73). Ils comptaient en fait avec sur les différents accords signés avec les puissances coloniales voisines et sur la fidélité des indigènes. Or les troupes alliées attaquèrent et conquirent le Nord sans coup férir. Lassés de la brutalité des Allemands, les habitants d'Anecho (ou Aneho) avaient accueilli le Général français Maroix dans la liesse et avaient saccagé les locaux des administrateurs allemands. De même, la majorité des habitants de la colonie n’avait aucunement protesté contre le sort des prisonniers allemands.

12Après la défaite des Allemands, le Togo fut partagé entre Britanniques et Français. La partie britannique fut intégrée à la Gold Coast. Les Français gérèrent leur zone comme une colonie autonome. Comme les Britanniques, les Français associèrent les chefs indigènes à la gestion de la colonie. L'étude – menée dans les chapitres 5, 6 et 7 – de la manière dont ces trois puissances ont pu chacune maintenir une relative paix au Togo présente un intérêt certain.

13Même si les régimes judiciaires et de maintien de l'ordre (étudiés par B. Nabe au ch. 7) présentaient des variantes selon les époques, il ressort d'une part, que c'est le régime allemand qui fut le plus brutal et que, d'autre part, sous différentes formes toutes les puissances coloniales eurent recours à des « volontaires » autochtones ou à des mercenaires étrangers.

14La présentation de Nabe rejoint celle de J. Bourgeois-Gavardin, Inspecteur de 1ère classe des Colonies, qui, dans un rapport sur le Togo, affirmait en 1939 que la milice comptait à cette époque 70 % de Togolais dont 63 % des Cercle du Nord et 7 % des Cercles du Sud.

15Ainsi, l’auteur étudie comment sous le mandat français sera développée la police et comment seront mises sur pied la milice indigène et la gendarmerie. Il étudie les critères de recrutement des indigènes qui reposait essentiellement sur leurs origines géographiques (p. 267) comme on le voit dans les statistiques ci-dessus.

16Il est néanmoins regrettable que l’auteur n'analyse pas les raisons qui poussaient les hommes des cercles du Nord-Togo à s’enrôler dans les forces coloniales de maintien de l'ordre ainsi que sur le rôle joué par le Deutsch-Togo Bund (mouvement politique prônant l'éviction des Français et le retour des Allemands créé en 1924). Ce dernier, dont l'influence était manifeste dans le Sud alors que le Nord était majoritairement fidèle aux Français, incitait les populations à boycotter l’administration française, qui avait fait venir des fonctionnaires du Dahomey et des autres colonies françaises. En revanche, pour les habitants du Nord-Togo, c’était l’occasion d'un travail auprès du « Blanc » et de se faire une renommée dans leur village. Une occasion qui ne leur avait jamais été offerte auparavant.

17Dans les chapitres suivants, de longs et utiles développements sont consacrés aux peuples constituant la population togolaise à l'époque coloniale ainsi qu'à leurs mouvements migratoires tant internes que vers les pays voisins et aux transformations en découlant (urbanisation, développement économique, etc.).

18C'est dans le tome II que sont traités les thèmes de la vie socioculturelle des Togolais jusqu'en 1960. Le problème des religions est abordé aussi bien en ce qui concerne les religions autochtones que l'auteur qualifie de "traditionnelles" que les religions importées que l'auteur qualifie de "modernes" (christianisme et islam). Complétant les travaux de divers chercheurs et missionnaires, l'auteur étudie l'implantation et l'évolution du christianisme ainsi que sa situation postcoloniale.

19Selon S. L. Adotévi, auteur du 22ème chapitre, l’islam a précédé le christianisme au Togo. L’islam pénètre au XVIIème siècle dans ce qui deviendra plus tard le Togo par « le nord, le nord-ouest et le nord-est ». Mais il stagnera jusqu’à l’ère coloniale française. Ce n’est que sous l’administration française que l’islam connaîtra une progression fulgurante. L'auteur s'interroge sur ce phénomène et l’attribue en premier lieu à la politique de l’administration mandataire française.

20Cette assertion mérite d'être nuancée. En fait, cette progression se justifie non seulement par la politique française au Togo, mais aussi par le caractère même de l’islam qui, à l’opposé du christianisme, tolère et autorise la pratique et la conservation des religions autochtones ainsi que celle de la polygamie à laquelle sont très attachées les populations.

21Le progrès de l’alphabétisation a engendré la naissance d’une élite, de la littérature écrite et de la presse au Togo (ch. 24 et 25). L’école n’a pas seulement apporté des transformations culturelles mais aussi des transformations sociales. Ces dernières sont marquées par l’éveil des consciences et la naissance du syndicalisme.

22Dans la dernière partie, les auteurs exposent les différentes luttes menées contre l’impérialisme en vue de l’indépendance de la colonie ; ils y associent le Deutsch Togobund (DTB), ce qui nous paraît contestable. En quoi le DTB mériterait-il cette étiquette indépendantiste et pourquoi ses actions seraient-elles considérées comme un refus de la colonisation ? En effet, les vraies raisons de la création de ce mouvement étaient le chômage (les Togolais n'étant pas francophones, les Français faisaient venir de la main d'œuvre de leurs autres colonies) et surtout la volonté de se mettre en valeur. Le DTB ne militait pas pour l’indépendance, mais pour le retour des Allemands au Togo. Il s'agissait du phénomène bien connu dans ce type de situation qui consiste à se mettre du côté du plus fort.

23On trouve en annexe (sur 38 pages) une bibliographie et des sources bien documentées. Les recherches ont été menées dans les centres des archives de différents pays. Soulignons pourtant qu'une rectification s'impose concernant les archives coloniales allemandes référencées dans l'ouvrage en tant que « Bundesarchiv, Abteilungen Potsdam (archives du Reichskolonialamt) ». Or, depuis 2000, du fait de réunification, ce service a été incorporé aux Archives fédérales à Berlin. Cette précision fait défaut.

24D'autre part après vérification sur place aux Archives Nationales d’Outre-mer (ANOM) d’Aix-en-Provence quelques remarques s’imposent. Sans vouloir remettre en cause le sérieux des chercheurs ayant participé à la réalisation de ces ouvrages par ailleurs utiles à la connaissance de l’histoire du Togo, nous avons pu constater que certaines sources citées comme appartenant à l'ANOM semblent incorrectes voire inexistantes.

25Plus grave encore, il nous est apparu que l'ouvrage n'échappe pas à une déformation idéologique sous-jacente. On connaît la thèse europo-centriste qui affirme que contrairement aux Européens les Africains sont incapables d'écrire leur propre histoire. On trouve un apriori du même ordre concernant les régions septentrionales du Togo par opposition à celles du sud. Ici c'est le clivage régionaliste qui sert de discriminant (voir la p. 199). Evoquant l'histoire du Nord-Togo, l'auteur parle de "trou noir". Faute d'un examen suffisamment minutieux des sources les plus récentes, l'ouvrage tombe ici dans le travers du clivage ethnique que les auteurs proclamaient vouloir éviter. Manifestement les auteurs n'ont pas sollicité l’ensemble des chercheurs nationaux spécialisés et ont omis d'intégrer des recherches de terrain. Il est particulièrement dommage que les riches mémoires de fin d’études de la majorité des nationaux n’aient pas été exploités.

26Ainsi donc l'objectif affiché d'une « écriture de l’histoire du Togo par les Togolais eux-mêmes » n'a pas été atteint puisque les initiateurs du projet ont malheureusement sollicité davantage des chercheurs issus des ex-puissances coloniales que des Togolais.

27En conclusion, disons que ce volumineux traité, par ailleurs utile, décevra ceux des lecteurs qui espéraient trouver enfin une histoire du Togo réalisée par les Togolais eux-mêmes. Malgré la déception mentionnée l'ouvrage reste néanmoins une avancée importante dans les publications sur l'histoire du Togo.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jonas Bakoubayi Billy, « Gayibor Nicoué Lodjou (dir.), 2005, Histoire des togolais, vol. I (1997 ; 443 p.) : Des origines à 1884|vol. II (2005 ; tome I 630 p. & tome II, 754 p.) : De 1884 à 1960 », Journal des africanistes, 81-2 | 2011, 309-313.

Référence électronique

Jonas Bakoubayi Billy, « Gayibor Nicoué Lodjou (dir.), 2005, Histoire des togolais, vol. I (1997 ; 443 p.) : Des origines à 1884|vol. II (2005 ; tome I 630 p. & tome II, 754 p.) : De 1884 à 1960 », Journal des africanistes [En ligne], 81-2 | 2011, mis en ligne le 19 janvier 2016, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/4197

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org