Navigation – Plan du site
Mélanges
Anthropologie visuelle

Hamou Beya, pêcheur de sable (France/Mali)

Michel Tabet
p. 269-271
Référence(s) :

Documentaire

Réalisateur : Andrey Samoute Diarra

Image : Abdelah Coulibaly

Son : Jean-François Hautin

Montage : Abass Bass

2012, 72’

Texte intégral

1Hamou Beya (« Pêcheur de sable », en bozo) est le premier film documentaire réalisé par le cinéaste et producteur malien Andrey Samoute Diarra. Son intérêt réside dans l’intégration entre plusieurs registres de narrations documentaires : description technique et économique de la « pêche de sable », portrait intimiste d’une communauté de pêcheurs, et exploration de ses représentations, croyances, aspirations et inquiétudes. Hamou Beya nous raconte l’impact de la course au développement sur le tissu social du Mali, et les modifications qu’elle provoque dans la pensée et dans les rêves des pêcheurs. Ceux-ci sont soumis à la pression du marché et à la concurrence d’autres communautés, sans expérience du fleuve et de la pêche, mais attirées sur ses rives par les maigres débouchés qu’il offre.

2Le film se présente comme un portrait, celui de Gala Sabé, pêcheur bozo du village de Sévéri, au Nord de Mopti. Comme d’autres membres de sa communauté, familiers des eaux du fleuve Niger et spécialisés dans la pêche (les Bozo sont volontiers qualifiés de « maîtres du fleuve »), Gala Sabé est poussé par la sécheresse et le manque d’opportunités vers Bamako, capitale du Mali en pleine croissance, pour mettre ses compétences au service de la « pêche de sable ». Cette activité consiste à plonger au fond du fleuve pour y prélever ce matériau, maillon essentiel de l’industrie du bâtiment aujourd’hui en plein essor, et dans laquelle dorénavant le béton s’impose comme étant le matériau de construction (au détriment de la terre crue).

3En suivant Gala Sabé dans son quotidien, on apprend comment il travaille et comment s’organise l’extraction du sable du fleuve, jusqu’à sa vente aux différents entrepreneurs. On plonge avec Gala et son seau au fond de l’eau, puis on transporte avec lui le sable sur sa pirogue. Le matin, on décharge la marchandise sur la rive et on assiste à sa vente par Nosco, son patron. Les négociations avec les clients sont rudes, mais Nosco a de l’expérience et plus d’un tour dans son sac.

4Hamou Beya nous livre ainsi plusieurs histoires, imbriquées l’une l’autre, qui nous plongent dans la vie actuelle du fleuve Niger. D’abord, celle de la « pêche du sable » elle-même : aux côtés de quelques règles et astuces de navigation sur le fleuve, nous apprenons les techniques d’extraction du sable, mais aussi les moyens d’optimiser son transport en attachant entre elles nombre de pirogues, qui lourdement chargées forment des grappes impressionnantes. Ainsi, une longue séquence du film est-elle consacrée à une discussion entre Nosco et Gala, à propos des différentes façons d’optimiser les sorties et d’augmenter le rendement des pêcheurs et des pirogues. Cette première partie du film nous donne aussi à voir le fonctionnement managérial d’une petite entreprise de « pêcheurs de sable » : les relations complémentaires et de confiance entre le patron et son employé, structurées par l’idéal d’une relation père-fils. Le patron et l’employé sont ensemble et ils ont besoin l’un de l’autre, du moins Nosco l’entend-il ainsi.

5Pour Gala, les choses sont un peu plus compliquées : il regarde déjà ailleurs, il a compris que « pêcher le sable » est une activité menacée et qu’il doit trouver d’autres solutions pour survivre et nourrir sa famille. L’ambivalence et la complexité de son rapport au travail sont explicitées par la longue séquence du milieu du film, sorte d’intermède au cours duquel Gala quitte Bamako pour prendre quelques jours de vacances dans son village. Là, il retrouve sa famille, et surtout le sens de sa vie de pêcheur. Il discute longuement avec les anciens, et notamment avec son beau-frère Madou. Tous deux parlent de la différence entre la pêche au sable et la pêche au poisson, et des techniques de navigation qui les distinguent. Un point essentiel s’impose : la pêche du sable éloigne le jeune bozo de la géographie spatiale et mentale qui fonde son identité. En d’autres termes, en se rendant à Bamako il prend une certaine distance avec la pêche aux poissons traditionnelle et il cesse, par là-même, à mesure que la mémoire de son travail disparaît, d’être Bozo. Son beau-frère lui rappelle ainsi comment il est essentiel de revenir au village pour rester lui-même : « Quand tu pars et que tu obtiens ce que tu cherches, il faut revenir. »

6Dans cette partie-là du film, Gala plonge pour la première fois dans le fleuve non pas pour travailler, mais pour prendre du plaisir et se ressourcer. La caméra de Diarra l’accompagne dans une baignade régénérative, soutenue par la mélodie d’une flute qui représente la respiration de l’homme et son osmose encore possible avec l’élément aquatique.

7La poésie du documentaire d’Andrey Diarra se révèle dans cette dernière séquence. Mais elle structure l’ensemble de son film, et elle constitue sa toile de fond : ce que l’on nous raconte n’est jamais tout à fait ce que l’on voit. Un hors-champ hante le film dès sa première image, et lui donne une portée mélancolique et humaniste. Davantage que l’activité, les relations sociales ou bien encore le développement de Bamako, le réalisateur nous donne à voir la disparition de ce qu’il nous montre : à chaque fois que Gala descend au fond de l’eau, il menace un peu plus l’intégrité du fleuve et il s’éloigne de son identité Bozo. Chaque seau qu’il remonte à la surface contribue à la construction de nouveaux immeubles en ville, mais vide aussi un peu plus le fleuve de sa substance.

8L’homme et le fleuve sont pris dans les filets d’une menace environnementale qui n’est pas seulement écologique. Elle touche toutes les dimensions de la vie : l’exploitation intensive du fleuve Niger est le lieu même où les maliens qui cherchent du travail viennent s’abîmer. La réflexion de Gala, à la fin du film, soulignant que ce sont désormais les Dogon, les Bambara et d’autres groupes, lesquels n’ont jamais vraiment travaillé sur le fleuve, qui viennent les concurrencer, confirme alors le fait que la spéculation et le capitalisme anarchiques modifient en profondeur les structures sociales du Mali contemporain.

9Ce film documentaire repose sur une connaissance intime des personnes filmées. Il ne se contente pas de saisir les situations telles qu’elles se présentent. Chaque plan et chaque séquence sont conçus et réfléchis en amont avec les protagonistes. Cette approche constructiviste permet au réalisateur de dépasser la seule description du réel pour développer un véritable ciné-conte qui ne se limite pas à montrer ce qui se voit mais nous entraîne dans la compréhension d’un ensemble d’arrière-plans.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Tabet, « Hamou Beya, pêcheur de sable (France/Mali) », Journal des africanistes, 84-2 | 2014, 269-271.

Référence électronique

Michel Tabet, « Hamou Beya, pêcheur de sable (France/Mali) », Journal des africanistes [En ligne], 84-2 | 2014, mis en ligne le 01 février 2016, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/4194

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org