Navigation – Plan du site
Mélanges
Hommage à Michel Izard (1931-2012)

Une rencontre d’égal à égal

Fabio Viti
p. 260-265

Texte intégral

1Je voulais, si vous le permettez, évoquer aujourd’hui ma rencontre personnelle avec Michel Izard et les quelques leçons que j’ai pu en tirer. À ce sujet, je dois dire tout de suite que j’ai rencontré d’abord l’œuvre, ensuite l’homme. Et, comme le savent tous ceux qui ont fréquenté l’une et l’autre, les deux se ressemblaient.

2L’œuvre de Michel Izard est tout aussi importante qu’essentielle, sobre et rigoureuse, à l’image de l’homme austère et exigeant que nous avons tous connu aux différents âges de sa vie. Je pense que Michel Izard n’a jamais écrit un texte de circonstance, un texte redondant, d’occasion, rédigé à la va-vite ou qui n’apporte pas quelques éléments importants et essentiels à la connaissance et au débat scientifiques.

3J’ai eu la chance, en l’espace de dix ans, entre 1994 et 2004, de publier en Italie trois textes de Michel Izard que j’ai moi-même traduits avec le soin et le respect dus au style concis, pointu et efficace qu’était le sien. L’avoir traduit m’a permis de m’approcher de très près de son écriture et de sa démarche intellectuelle, qui étaient l’une et l’autre à l’enseigne de la mesure, de l’absence d’auto-complaisance et de toute concession gratuite aux lois du style et aux impositions de l’ego, qui deviennent presque inévitables quand on est un auteur reconnu et renommé et qu’on s’expose publiquement.

  • 1 Michel Izard, « Del trattamento politico dello spazio », in Fabio Viti (a cura di), Potere e territ (...)
  • 2 Michel Izard, « Parlare della guerra in antropologia », in Fabio Viti (a cura di), Guerra e violenz (...)
  • 3 Michel Izard, « Dello strutturalismo dal vivo », in Michel Izard, Fabio Viti (a cura di), Antropolo (...)
  • 4 Voir la Bibliographie des travaux de Michel Izard

4Les sujets de ces trois essais étaient d’ailleurs, à eux seuls, tout à fait représentatifs des intérêts vastes et profonds de Michel Izard : il s’agissait du traitement politique de l’espace1, de l’anthropologie de la guerre2, du structuralisme en anthropologie3. Ce dernier texte était d’ailleurs issu du colloque tenu à la Maison Suger en juin 1996 autour des Traditions intellectuelles en France et en Italie, et qui avait vu la participation de beaucoup des présents à la rencontre d’aujourd’hui. On peut déjà mesurer, à partir de ce petit échantillon de sa vaste production4, à quel point les intérêts de Michel Izard se sont toujours dirigés vers l’essentiel, sans concession aucune aux modes passagères du moment.

  • 5 Michel Izard, Fabio Viti, « Presentazione », in Michel Izard, Fabio Viti, op. cit., pp. IX-XI.

5Il m’est arrivé aussi d’écrire avec Michel Izard un court texte de présentation, un avant-propos rédigé à deux mains pour le volume issu du même colloque de la Maison Suger5. J’ai alors assisté à une transformation singulière : le premier jet que je lui avais envoyé, au contenu assez banal et de circonstance (il s’agissait tout juste d’une courte préface), m’était revenu entièrement réécrit, avec plus ou moins le même contenu, mais dans une forme qui n’avait plus rien de banal, et qui, dans sa précision chirurgicale, en élevait de loin le contenu. Dans son écriture comme dans sa pensée, Michel Izard était un homme de la mesure, de la précision, de la justesse, de la rigueur intellectuelle, sans trace aucune de narcissisme ou d’esthétisme gratuit.

6Je reviens donc à ma rencontre personnelle avec Michel Izard, qui date du printemps 1993 et qui a eu lieu par l’intermédiaire de Jean Bazin. J’avais soutenu ma thèse à l’EHESS un an et demi auparavant et, ayant quitté Paris, je venais de commencer un post-doctorat à l’Université de Sienne, sous la direction de Pier Giorgio Solinas, sans savoir encore quel serait mon avenir dans l’anthropologie. En effet, entre temps, pour tout dire, j’avais passé une année scolaire comme enseignant dans le secondaire, dans une école professionnelle hôtelière située dans une localité thermale en déclin, au sud de la Toscane. Je vous laisse imaginer la distance qui me séparait alors de Michel Izard, que j’approchais donc avec respect et timidité, non dépourvu d’une certaine inquiétude quant à l’issue de ma démarche auprès de lui. En effet, ce tout premier contact était déjà pour lui demander un texte, un article destiné au premier numéro d’une revue italienne qui était alors en gestation, Etnosistemi, et que Michel Izard viendra généreusement présenter, à Rome et à Sienne, l’année suivante, au moment de sa parution. Ce premier numéro thématique, que je dirigeais, était d’ailleurs consacré au rapport entre le pouvoir et le territoire en Afrique de l’Ouest, thème majeur de l’œuvre de Michel Izard ; et, pour moi, avoir obtenu un texte inédit de lui, d’un très grand intérêt et qualité, avait été un honneur ainsi qu’un véritable bonheur.

7Dès cette première occasion, Michel Izard m’avait traité comme un pair (p-a-i-r), le contraire, précisément, d’une approche paternaliste. C’est comme si, n’ayant pas été son élève, je ne pouvais être, dès le début, qu’un de ses collègues, un de ses pairs. Il y avait chez lui une attitude d’ouverture qui consistait à donner d’emblée du crédit à ses interlocuteurs plus jeunes et à leur donner donc de l’assurance, ce qui signifiait aussi les mettre à l’épreuve, les traitant d’égal à égal, les traitant déjà comme des collègues, des pairs, justement, bref, des professionnels. Voilà, je crois qu’il y avait, très fort, chez Michel Izard, le sens de la profession. Il créditait volontiers les autres du sérieux qui le caractérisait ; et donc il était prêt à mettre à leur disposition ses vastes capacités et compétences, faisant toujours confiance à ses interlocuteurs, avec une grande générosité. Et pourtant, il fallait mériter cette confiance, puisque chez lui il y avait aussi une rigueur qui suscitait le plus grand respect, assorti d’une petite dose de crainte. Cette attitude, à la fois sans suffisance et sans complaisance, mettait à l’aise les plus jeunes qui s’adressaient à lui et, en même temps, les chargeait d’une grande responsabilité, et cela d’autant plus que Michel Izard respectait les engagements, était très ponctuel dans la remise des textes qu’on pouvait lui demander et, comme on dit, faisait toujours le travail.

  • 6 Quelques années plus tard, en 2002, Michel Izard, avec Claude-Hélène Perrot, parrainera mon affilia (...)
  • 7 Sont intervenus à ce colloque Alfred Adler, Giovanna Antongini, Dominique Casajus, Philippe Descola (...)

8Nous nous connaissions donc à peine lorsque Michel Izard m’a donné une preuve ultérieure de sa confiance en m’invitant à intervenir à son séminaire à la séance du 3 avril 1996 et surtout en m’associant à l’organisation du colloque déjà évoqué sur les Traditions intellectuelles en anthropologie, qui se tiendra à la Maison Suger du 12 au 14 juin 19966. À cette occasion Michel avait voulu que la rencontre se fasse entre les membres de la rédaction d’Etnosistemi, composée en majorité de jeunes, et un groupe de chercheurs plus expérimentés, réunis autour de lui7. C’est également à cette occasion que j’ai commencé à fréquenter l’appartement parisien de Michel Izard et Marie Mauzé, d’abord rue de Rivoli, ensuite rue de Turenne. Depuis lors, à chaque voyage à Paris, je ne manquais jamais d’être invité à dîner à la maison, où Michel se chargeait toujours de me faire rencontrer d’autres collègues, avec un sens exquis de l’hospitalité. Et je suis aujourd’hui heureux d’avoir eu le privilège de fréquenter Michel et Marie jusqu’aux derniers moments de la vie de Michel.

9De ma rencontre avec Michel Izard et son œuvre je retiens aujourd’hui trois leçons qui sont pour moi fondamentales : le rapport entre l’anthropologie et l’histoire ; le rapport au terrain ; la leçon du style. Dans ces trois domaines, l’œuvre et la personne ne font qu’un :

1) Comme chacun le sait, l’histoire mossi a toujours été au centre des intérêts de Michel Izard. L’anthropologie politique d’un royaume ancien, dont on ne rencontre forcément que ce qui reste après la conquête coloniale, ne peut pas se passer d’une approche historique que Michel Izard abordait de manière tout à fait originale, cherchant avec ténacité la structure dans l’histoire, les permanences dans les changements, comme le montre l’acharnement à disséquer les notions de naam et de tenga, le pouvoir et la terre, qui ont toujours retenu son attention et dont le rapport analysé et théorisé par Michel Izard demeure un acquis majeur des études anthropologiques concernant l’Afrique et bien au-delà.

De plus, Michel Izard savait faire dialoguer l’histoire et l’anthropologie à travers la médiation de la philosophie politique, ou de la philosophie tout court, dont il était féru. Chez lui, il n’était pas seulement question de reconstituer le passé historique d’un royaume Mossi, le Yatenga, à travers les sources et traditions orales, mais il s’agissait surtout de donner un sens à cette histoire. Et ce sens, il le trouvait principalement dans l’apparition de l’État et du nouvel ordre qui s’en suit, fait majeur qui rapproche l’histoire africaine d’une histoire plus universelle, faisant fi de toute approche culturaliste et différentialiste.

De cet État Yatenga, Michel Izard avait su examiner tous les aspects, avec une application particulièrement dense portée à la riche et complexe titulature et au système rituel qui l’accompagne, exaltation de la dimension plus strictement politique. Ce qui est sûr, c’est que Michel Izard a trouvé dans le Yatenga, et le monde moore en général, un objet à la mesure de ses ambitions intellectuelles, un système d’États forts bien structurés, où le fait politique connaît un déploiement remarquable, dont les leçons que l’on peut en tirer vont bien au-delà de l’histoire politique africaine.

2) Ensuite, je retiendrais son rapport au terrain, qui était dépourvu de toute mystique (et de toute mystification), entièrement dégagé de ce surplus de rhétorique de la rencontre et de l’adhésion sentimentale et quasiment irrationnelle qui est si répandu dans notre profession. Pas d’effusions, donc, mais une conscience aigüe de la dimension foncièrement intellectuelle de toute confrontation possible avec les interlocuteurs sur le terrain. Un rapport froid, si l’on veut, mais qui évite le narcissisme de la contemplation de Soi chez l’Autre, le remplaçant avec une très grande lucidité autour de la question de savoir quel est le rôle et la position du chercheur parmi ses informateurs et ses interlocuteurs. De ce rapport quelque peu détaché – ou simplement discret – témoignent ses archives. Dans les cartons qu’il a laissés en bon ordre au Laboratoire d’Anthropologie Sociale, on chercherait en vain des journaux plus ou moins intimes, des carnets manuscrits, des souvenirs exotiques, des dessins et des croquis. Tout a été retranscrit, dactylographié, élaboré et classé au moment même de ses longues enquêtes de terrain.

3) En troisième lieu, nous vient de Michel Izard une leçon de style d’autant plus précieuse que le moment est plutôt à un mélange de genres pas toujours maîtrisé. De ce point de vue, son Odyssée du pouvoir demeure un cas exemplaire de réécriture de textes déjà publiés et qui ont été repris à l’enseigne non pas de l’augmentation plus ou moins nécessaire, comme c’est souvent le cas, mais de l’épure, de l’assèchement. Cette réécriture, d’une grande lucidité et efficacité, redonne toute leur force à des textes, dont la densité est inversement proportionnelle à la longueur.

La leçon de style de Michel Izard est toute à l’enseigne de la recherche opiniâtre du mot juste, une recherche qui se passe de toute emphase et qui vise plutôt la sobriété, en dépit peut-être de ses fréquentations de jeunesse avec les surréalistes. Son écriture est toujours nette, sans redondances, d’une élégance mesurée mais extrêmement riche, parfois difficile tellement elle est dense.

10Mais Michel Izard n’était pas seulement l’ethnologue du vaste monde mossi, auquel il a lié son nom de manière indissoluble. Et il n’était pas seulement un africaniste, étiquette plutôt réductive dans son cas. Il était aussi et surtout un fin théoricien, un connaisseur encyclopédique de l’anthropologie internationale, comme le témoigne la vaste entreprise du Dictionnaire de l’Anthropologie et de l’Ethnologie paru aux PUF, dont il a été le principal maître d’œuvre. Grâce à ce dictionnaire et à ses nombreuses traductions, le rayonnement de son œuvre reste très vaste, et puisque je reviens tout juste de Côte d’Ivoire, je peux témoigner que le seul ouvrage d’anthropologie théorique que l’on trouve en librairie à Abidjan est ce Dictionnaire de l’Anthropologie et de l’Ethnologie, œuvre majeure dirigée par Michel Izard et Pierre Bonte.

11Un travail important, donc, celui de Michel Izard, loin des effets de mode et dont on n’a pas encore tout à fait mesuré l’ampleur. Ce travail est maintenant terminé, mais il y a encore des archives, il y a des inédits que Michel a laissés en ordre et qui pourront être consultés, interrogés, publiés, de manière à continuer une œuvre importante et, comme il convient à toute œuvre importante, vivante et inachevée.

12Pour finir, je voudrais redire toute ma gratitude non formelle à Michel Izard, pour m’avoir accueilli, encouragé, guidé et surtout pour m’avoir accordé dès le début sa confiance de maître.

Haut de page

Notes

1 Michel Izard, « Del trattamento politico dello spazio », in Fabio Viti (a cura di), Potere e territorio in Africa occidentale, Etnosistemi (numéro spécial), 1, 1, 1994 : 6-12.

2 Michel Izard, « Parlare della guerra in antropologia », in Fabio Viti (a cura di), Guerra e violenza in Africa occidentale, Milano, Angeli, 2004 (20122) : 23-37.

3 Michel Izard, « Dello strutturalismo dal vivo », in Michel Izard, Fabio Viti (a cura di), Antropologia delle tradizioni intellettuali: Francia e Italia, Roma, Cisu, 2000 : 21-30.

4 Voir la Bibliographie des travaux de Michel Izard

5 Michel Izard, Fabio Viti, « Presentazione », in Michel Izard, Fabio Viti, op. cit., pp. IX-XI.

6 Quelques années plus tard, en 2002, Michel Izard, avec Claude-Hélène Perrot, parrainera mon affiliation à la Société des Africanistes.

7 Sont intervenus à ce colloque Alfred Adler, Giovanna Antongini, Dominique Casajus, Philippe Descola, Jean-François Gossiaux, Michel Izard, Gérard Lenclud, Berardino Palumbo, Mariano Pavanello, Leonardo Piasere, Tito Giovanni Spini, Fabio Viti.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabio Viti, « Une rencontre d’égal à égal », Journal des africanistes, 84-2 | 2014, 260-265.

Référence électronique

Fabio Viti, « Une rencontre d’égal à égal », Journal des africanistes [En ligne], 84-2 | 2014, mis en ligne le 01 février 2016, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/4190

Haut de page

Auteur

Fabio Viti

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org