Navigation – Plan du site
Mélanges
Hommage à Michel Izard (1931-2012)

Michel Izard. Aperçu sur son rôle institutionnel

Dominique Casajus
p. 255-260

Texte intégral

1J’ai commencé à entendre parler de Michel au début des années 1980, moins comme un africaniste que comme le responsable d’un séminaire de l’EHESS qui, après s’être d’abord appelé « Anthropologie politique », portait alors l’intitulé : « Anthropologie sociale comparée ». En ces années- là, le séminaire se tenait dans les locaux du Laboratoire d’anthropologie sociale (c’est-à-dire place Marcellin Berthelot, le laboratoire n’ayant pas encore migré vers la rue du Cardinal Lemoine) et il fut plus tard hébergé, sous une forme nouvelle, par la Maison Suger. C’était, à Paris, une institution importante. De grands noms sont venus s’y exprimer (Emmanuel Terray, Jean Pouillon, Denise Paulme, Alfred Adler, Raymond Firth, André Green et bien d’autres), et les débutants que nous étions, anthropologues de la génération suivante, ont presque tous eu l’occasion d’y faire leurs premières armes. Il en était même venu à tenir une fonction que Michel n’avait sans doute pas prévue, et pour laquelle il ne portait d’ailleurs aucune responsabilité : c’était devenu le lieu où les candidats au CNRS se devaient de faire un exposé – et, autant que possible, d’y briller. Certains, comptant bien s’y montrer à leur avantage, poussèrent même l’indécence jusqu’à inviter quelques-uns des jurés du concours d’entrée à venir les y entendre. À cause de cela justement, ne voulant pas « utiliser » Michel, je m’étais interdit de demander à y faire un exposé avant d’être entré au CNRS. Bien que les choses soient un peu floues dans ma mémoire, de cette interdiction que je m’étais faite à moi-même, j’ai un souvenir encore très net ; il me confirme que, alors même que je ne connaissais Michel que depuis peu, mon estime pour lui était déjà assez grande pour que, à son égard, certains comportements me parussent déplacés. C’est seulement plus tard que mon estime s’est doublée d’amitié, et même d’affection.

2Cette estime pour Michel, liée au sentiment qu’il tranchait dans le milieu par une rigueur personnelle si extrême et parfois si rêche que plusieurs années durent passer avant qu’il cessât de m’impressionner un peu, était largement partagée par mes compagnons d’âge. En 1984 donc, puisque c’est à cette période que je me transporte, il présidait depuis un an la section 33 du Comité national de la recherche scientifique, organisme dont l’une des missions était de sélectionner les candidats à l’entrée au CNRS. Les jeunes postulants que nous étions s’étaient tous dit : avec Michel comme président, nous sommes au moins sûrs, sinon d’entrer au CNRS, du moins que les choses se passeront à la loyale. C’est dire que, même pour des gens qui débutaient dans le métier, la rigueur déontologique et le désintéressement de Michel Izard étaient proverbiaux. Dans un milieu où des accointances bien placées et même l’appartenance à des syndicats tombés au rang d’officines maffieuses (par un dévoiement inévitable dès lors qu’on s’était saugrenument égaré à voir en eux des instances d’évaluation scientifique) pesaient lourd dans l’évaluation des dossiers, il était bien une figure à part.

  • 1 D’après mes archives, cette lettre a été rédigée le 23 février. Du 11 janvier au 23 février, c’est (...)

3Son désintéressement se manifestait en particulier par le souci qu’il avait des gens de la génération montante ; il avait a priori de la sympathie pour ce que nous, débutants, apportions. La sympathie se doublait d’exigence ; il ne fallait pas le décevoir. C’est encore l’attitude qu’il a eue lorsqu’il a plus tard fondé l’APRAS (l’Association pour la recherche en anthropologie sociale), ou du moins inspiré sa fondation. Il vaut la peine de s’attarder un peu sur une affaire qui a soulevé quelques passions, bien refroidies aujourd’hui. Ce qu’on peut retenir comme le « moment » de la fondation est une réunion qui se tint le 11 janvier 1989 au Laboratoire d’anthropologie sociale. Les dix-huit personnes qui s’étaient rassemblées ce jour-là se constituèrent en conseil d’administration et élurent en leur sein un bureau de cinq membres. Les statuts furent déposés à la Préfecture de Police le 1er mars 1989, accompagnés, comme c’est la règle, d’une lettre au Préfet de Police où les membres du bureau déclaraient que la nouvelle association avait « pour objet de promouvoir, défendre et illustrer la recherche en anthropologie sociale1 ».

  • 2 Rapport moral lu par Olivier Herrenschmidt, président de l’APRAS, à l’Assemblée générale du 29 janv (...)

4Cette réunion fondatrice avait été précédée de plusieurs autres. Dès le printemps de 1987, Michel avait appelé une vingtaine de ses proches à se rencontrer pour discuter de divers problèmes relatifs à la vie de la communauté anthropologique. Il entendait leur dire le souci qu’il avait de cette communauté, de son avenir, de sa place au sein des institutions. Autant que je me souvienne, ces réunions – de libres échanges de vue où Michel s’exprimait assez peu, préférant susciter la parole – finirent par tourner un peu en rond. Il avait su nous faire partager ses préoccupations, mais que faire ensuite ? Les choses furent mises en sommeil jusque vers la fin de 1988. Et là, l’idée – largement venue de lui – s’imposa que le mieux à faire, plutôt que de débattre dans le vide, était de commencer par « donner forme à un “lieu” où puissent se retrouver des anthropologues, venus certes d’horizons différents, mais partageant de proche en proche une même conception de la recherche et de la place qui doit être ménagée à l’anthropologie au sein de la communauté scientifique2 ». En d’autres termes : créons une institution, et faisons confiance à la dynamique que, de par son existence même, elle ne manquera pas de créer. Nous étions un peu durkheimiens...

  • 3 Ces propositions furent d’ailleurs agréées en ce qui concerne l’anthropologie.
  • 4 Michel Izard & Gérard Lenclud (dir.), 1995, Les régimes de scientificité de l’anthropologie en Fran (...)

5Et cela marcha. Durant plusieurs années, l’APRAS fut un lieu de débats et de propositions. Elle organisa des colloques – les uns consacrés à des questions scientifiques, les autres à des questions institutionnelles –, inspira des candidatures au Comité national de la recherche scientifique, émit des propositions alternatives lorsque l’administration du CNRS envisagea en 1990 de remodeler les sections disciplinaires de ce Comité3, publia en 1995, à la demande du Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche, un rapport sur les régimes de scientificité de l’anthropologie en France4, etc. En tout cela, son rôle fut tout à fait conforme à l’intention des fondateurs, qui était de ne pas séparer les problèmes relevant de notre activité professionnelle et les enjeux intellectuels auxquels nous étions confrontés. Et puis, avec les années, l’Association a fini par s’assoupir. Les membres fondateurs, à commencer par Michel lui-même, prirent peu à peu leurs distances, les mesquineries et les réflexes corporatistes qu’il s’était justement agi de combattre reprirent le dessus. Dans l’ensemble, la bonne volonté des individus n’était pas en cause, mais les institutions ont leur vie propre, elles vieillissent, s’usent et finissent un jour par mourir, parfois après une longue agonie. Durkheim n’a décidément pas tort.

6L’APRAS suscita de la ferveur, mais aussi de l’hostilité et, de la part de quelques-uns, une haine décidée. On lui reprocha d’être élitiste. C’était, ma foi, un peu vrai, encore que, ne sachant pas qu’être médiocriste soit une vertu, je trouve le reproche bien étrange. Elle était même, si je puis dire, aristocratiquement sourcilleuse en matière de recrutement. Selon une disposition à laquelle Michel tenait beaucoup, les postulants ne pouvaient être agréés que si leur candidature, dûment parrainée par deux membres de l’Association dont l’un au moins appartenait au Conseil d’administration, était approuvée à l’unanimité dudit Conseil votant à main levée. Quand on sait la paranoïa où notre milieu se complaît, je dois reconnaître qu’il n’y avait rien de tel pour que l’Association apparût comme une redoutable franc- maçonnerie... Elle changea de nature quand cette disposition fut abrogée.

7Une autre des aventures dans lesquelles Michel sut nous entraîner fut la composition du Dictionnaire de l’ethnologie et de l’anthropologie, dont la première édition date de 1991. La gestation du projet avait été longue et il n’en était pas le seul artisan (le Dictionnaire a paru sous deux noms : le sien et celui de Pierre Bonte). Il en était cependant l’âme, et beaucoup d’entre nous n’y auraient certainement pas participé si ce n’avait pas été le cas. Une fois de plus, il fit confiance à ses cadets, et la majeure partie des ethnologues de ma génération s’engagea dans l’entreprise : il avait créé un climat d’adhésion. C’est ainsi – si l’on me permet de parler un instant de mon cas personnel – qu’il m’avait demandé de me charger de l’article « Oralité ». Cette marque de confiance – par laquelle il me faisait bienveillamment comprendre qu’il avait apprécié la part que les contes et la poésie des Touaregs prenaient dans mes travaux – me toucha mais m’embarrassa ; éditer et commenter des textes vernaculaires est une chose, méditer sur l’oralité en tant que telle en est une autre, dont je n’ai commencé à me mêler que plus tard. Mais comme j’aimais l’idée de participer à cette aventure, et que je le connaissais désormais assez bien pour savoir qu’une dérobade de ma part l’affecterait, je préparai une lettre où je lui faisais des propositions de remplacement. Je ne lui ai pas envoyé la lettre, ayant jugé plus simple de lui dire les choses de vive voix avant l’une des séances hebdomadaires de son séminaire. Je me souviens encore de la déception qui s’est peinte sur son visage lorsque je lui dis que, non, vraiment, je ne me voyais pas faire cet article, et qu’il valait mieux le confier à Geneviève Calame-Griaule ou à Christiane Seydou – puis de son soulagement quand je lui formulai mes propositions. Quelques années plus tard, il me demanda de rédiger une notice « Oralité » pour Les régimes de scientificité de l’anthropologie en France et, cette fois, je ne me défilai pas... En revanche, lorsqu’il me proposa à la même époque d’écrire l’article « Formalisme » pour une réédition du Dictionnaire (il y en a eu beaucoup), je ne l’ai finalement pas fait, sentant trop bien que mon texte se résumerait à un éreintement dans le style de Sokal et Bricmont. Mais nos relations avaient pris alors la simple et douce couleur de l’affection, et je savais qu’un tel déclinement n’avait plus aucune raison de l’offenser. Je me souviens d’ailleurs très bien du moment où je lui en fis part. Venu en vélo du gîte que j’occupais avec Sophie de Beaune au lieu joliment dit « Le Hameau de Cournille », je l’avais retrouvé à la terrasse d’une auberge de Buoux, petit village du Lubéron où lui et Marie Mauzé avaient l’habitude de passer l’été, avant qu’ils n’achètent un peu plus au nord leur maison de Caseneuve. À moins que ce ne fût à l’un ou l’autre des moments que nous prîmes l’habitude de passer ensemble tous les quatre au cours de ces étés, tantôt à Buoux puis Caseneuve, tantôt à Cournille. Moments baignés de lumière et d’odeurs de lavande, où nous buvions l’amitié comme un vin léger...

8Je crois que l’évocation que nous faisons aujourd’hui, plutôt que d’être une simple célébration, devrait être l’occasion de prendre un regard réflexif sur notre communauté et son histoire récente. Il me semble qu’à l’époque dont je parle ici, la discipline, quoique déjà fort bigarrée, était, en France du moins, plus homogène qu’aujourd’hui. Elle l’était en tout cas suffisamment pour que des esprits distingués n’aient pas jugé absurde d’énumérer dans un Dictionnaire les concepts, notions et savoirs que nous subsumions sous le nom d’« anthropologie », ainsi que les figures tutélaires que, comme anthropologues, nous nous reconnaissions. Déjà à l’époque, il est vrai, certains étaient d’un avis différent. Les disciples de Louis Dumont furent du nombre, mus à l’exemple de leur maître par la conviction d’être les seuls à pratiquer une anthropologie authentique, et aussi par la crainte que l’entreprise n’en vînt à gommer le dissensus qui préside à tous nos débats. Si la conviction peut paraître risible (encore que, sous des formes en général plus discrètes, je la soupçonne d’être assez répandue), la crainte n’avait rien d’illégitime, mais une lecture attentive du livre laisse transparaître que l’élaboration n’en a pas été consensuelle : homogénéité n’est pas nécessairement synonyme d’unanimisme. Qu’en est-il aujourd’hui ? Tout ce que je puis dire, c’est que, déjà difficile à l’époque, la composition d’un dictionnaire serait probablement impossible – ne serait-ce que parce que je ne vois pas qui serait capable de susciter le climat d’adhésion qui a seul permis la publication du Dictionnaire de l’ethnologie et de l’anthropologie. À ce titre, en même temps qu’un témoignage tangible sur ce qu’a été le rôle institutionnel de Michel Izard, cet ouvrage est un document sur l’histoire d’une discipline qui a beaucoup changé depuis.

  • 5 Les commissions de spécialistes des universités le font aussi, mais j’en reste au type de fonction (...)
  • 6 Parmi eux, qu’on me permette ici de citer, en m’excusant des inévitables oublis, les noms de Michèl (...)

9Il faudrait s’interroger aussi sur le sens qu’il peut y avoir aujourd’hui à faire le métier d’anthropologue. Je parle du métier, et pas seulement des « carrières » que le Comité national a pour mission de gérer5mais, même de ce côté-là, il y aurait matière à s’interroger. En son temps, Michel a rempli cette mission de façon exemplaire, et j’avais son exemple en tête quand j’ai appartenu plus tard au Comité national. En ai-je été digne, je ne sais. En tout cas, j’ai pu mesurer combien, quoi qu’il en fût de la carrière, le métier avait changé entretemps : des candidats qui se présentaient devant nous, les plus talentueux étaient en général ceux dont l’identité disciplinaire était si floue qu’il aurait été oiseux de se demander s’ils étaient des anthropologues, des sociologues, des historiens, des orientalistes ou des musicologues6.

10Tout cela pourrait donner matière à bien des réflexions, mais les miennes auraient peu d’intérêt, et c’est plutôt aux jeunes collègues de livrer les leurs. Je me prends même à rêver que quelques-uns d’entre eux suscitent, sous la forme qu’ils jugeront bonne, une institution semblable à l’APRAS des débuts, lorsqu’elle était une joyeuse bande avide de débattre sans rien revendiquer pour elle-même.

Haut de page

Notes

1 D’après mes archives, cette lettre a été rédigée le 23 février. Du 11 janvier au 23 février, c’est le temps qu’il nous avait fallu pour mettre au point des statuts conformes à l’article 5 de la loi du 1er juillet 1901 et de l’article 1er de son décret d’application du 16 août 1901.

2 Rapport moral lu par Olivier Herrenschmidt, président de l’APRAS, à l’Assemblée générale du 29 janvier 1990. Cette assemblée générale était présentée comme « constitutive », car les structures mises en place lors de la réunion du 11 janvier 1989 avaient été conçues comme provisoires. À ma connaissance, ce rapport moral n’a pas été publié dans la Lettre d’information de l’APRAS comme l’ont été les suivants – je le cite d’après mes archives – mais quelques éléments s’en retrouvent dans l’éditorial de la première Lettre d’information (automne 1989). Voir http://web.mae.u-paris10.fr/apras/lettres/lettre-1.pdf

3 Ces propositions furent d’ailleurs agréées en ce qui concerne l’anthropologie.

4 Michel Izard & Gérard Lenclud (dir.), 1995, Les régimes de scientificité de l’anthropologie en France, Paris, Association pour la recherche en anthropologie sociale, 2 t.

5 Les commissions de spécialistes des universités le font aussi, mais j’en reste au type de fonction que Michel a exercé, et dont j’ai une certaine expérience.

6 Parmi eux, qu’on me permette ici de citer, en m’excusant des inévitables oublis, les noms de Michèle Baussant, Thierry Bonnot, Pascal Boyer, Kamel Chachoua, Benoît de l’Estoile, Marianne Lemaire, Sandrine Loncke, Agnès Martial, Sylvie Sagnes, Sabine Trébinjac, Éric Wittersheim... Nous ne pûmes tous les recruter, ce qui fut pour nous un crève-cœur, mais ils ont tous fini par avoir un poste, et quelques-uns d’entre eux sont devenus des maîtres dans leur domaine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Casajus, « Michel Izard. Aperçu sur son rôle institutionnel », Journal des africanistes, 84-2 | 2014, 255-260.

Référence électronique

Dominique Casajus, « Michel Izard. Aperçu sur son rôle institutionnel », Journal des africanistes [En ligne], 84-2 | 2014, mis en ligne le 01 février 2016, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/4189

Haut de page

Auteur

Dominique Casajus

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org