Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Fodouop Kengne & Bidi Jean Tape (avec la collaboration de), 2010, L’armature du développement en Afrique. Industries, transports et communications

Paris, Karthala, Coll. Maîtrise de l’espace et du développement
Elieth P. Eyébiyi
p. 308-309
Référence(s) :

Fodouop Kengne & Bidi Jean Tape (avec la collaboration de), 2010, L’armature du développement en Afrique. Industries, transports et communications, Paris, Karthala, Coll. Maîtrise de l’espace et du développement, vol. 6, 258 p.

Texte intégral

1Sixième volume d’une série de neuf ouvrages signés par des géographes africains et africanistes, et inscrit dans la collection « Maîtrise de l’espace et développement », ce livre aborde la problématique des espaces de développement en partant de trois entrées fondamentales : les industries, les transports et la communication.

2Le discours politique en Afrique, proclame souvent que « la route du développement passe par le développement de la route ». Pourtant, la plupart des Etats africains ont conservé l’organisation spatiale coloniale du système des transports en privilégiant des dorsales routières destinées à acheminer les matières premières des arrière-pays vers les côtes au détriment de transversales pour équilibrer le développement des pays tout entiers. Or, généralement ce sont ces arrière-pays qui sont les sièges de la production agricole, drainée vers les côtes pour l’exportation, parfois au détriment de la consommation nationale. Après le chemin de fer, qui fut au lendemain des indépendances la priorité de plusieurs Etats, la route est devenue prépondérante et les accès vers la mer privilégiés à travers l’aménagement des ports et l’accroissement de leurs capacités de manutention, à tel enseigne que les pays enclavés pensent à la solution de ports secs pour organiser l’entreposage intérieur de conteneurs destinés au groupage et à la collecte des marchandises (p.10). La crise de l’Etat en tant qu’entité spatiale se manifeste par le manque de moyens financiers suffisants et l’impact réel des différentes réformes induites par les programmes d’ajustement structurel. Elle a handicapé l’avènement de véritables nations en Afrique ; provoqué par le biais de la démocratisation, le cloisonnement des Etats autour des « enjeux de la rente du pouvoir » et favorisé l’émergence d’ « espaces lacunaires et striés » (p. 17). Il en résulte une différenciation spatiale croissante à l’intérieur d’un même pays, favorisant l’« éclatement territorial » et la constitution d’entités spatiales urbaines ou extraverties constituées autour des pôles de l’économie ou parfois créées ex-nihilo. Par ailleurs, Tape Bidi (pp. 77-86) suggère que la création de dépôts intérieurs de marchandises, voire de ports secs de conteneurs, pourrait développer les arrière-pays tout en économisant l’usure des rares voies bitumées déjà existantes dans l’optique de grouper et distribuer les marchandises, et de « rapprocher » (p. 77) les ports maritimes des zones de production et/ou de consommation. La mobilité peut aussi s’apprécier par rapport aux moyens utilisés. C’est ce à quoi le huitième chapitre s’attèle : décrypter la portée et les enjeux des transports marchands à deux roues. Interrogeant le phénomène des « zemidjans », ces légendaires taxis-motos issus de la recomposition économique intervenue dans la foulée de la crise socioéconomique du début des années 1980, Aboudou et Sounon Bouko notent que le transport marchand à deux roues est devenu au fil du temps une activité d’accumulation dans un contexte de mutation institutionnelle (p. 168 et ss). Cette économie informelle, est pourtant, selon Emma-Christine Leite, génératrice de risques et de problèmes multiples (pp. 189-200).

3Si l’une des faiblesses de l’ouvrage est le trop peu de places faite à l’industrie, un intéressant chapitre sur l’insertion des NTIC dans le grand Ouest du Cameroun permet d’appréhender quelque peu la place de choix que doivent occuper, dans le développement, les infrastructures de télécommunications et plus généralement des technologies de l’information et de la communication. Ainsi, pour Fodouop et Toguem, le développement des TIC est proportionnel à la densité des équipements et des infrastructures y relatives, et la disparité d’insertion spatiale des NTIC dans le grand Ouest camerounais s’explique de fait par les différences géographiques, sociales et économiques de l’espace considéré, et se traduit par ailleurs par les inégalités dans la diffusion des innovations par les NTIC. Le désengagement de l’Etat, notamment en matière de grands investissements dans les infrastructures TIC, justifie ces différentes inégalités, étant entendu que le privé n’est guidé que par l’objectif de rentabilité économique et de profit immédiat.

4Cet ouvrage collectif présente de façon globale une photographie de l’état des transports et des infrastructures de communications, dans le souci de maîtriser l’espace géographique ouest africains. Cependant, il convient de souligner dans la même veine que l’esprit de collaboration scientifique qu’il illustre, que la diversité des contributions permet effectivement de croiser différents points de vue tout en ouvrant plusieurs champs d’interrogations sur la corrélation entre l’idée/projet de nation des Etats africains postcoloniaux et la réalité du développement sur le terrain. « L’armature du développement en Afrique », c’est sans nul doute aujourd’hui les industries, les transports et, certainement davantage, les télécommunications pour essayer de rattraper les retards immenses qui existent encore, en abolissant la notion de distance.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Elieth P. Eyébiyi, « Fodouop Kengne & Bidi Jean Tape (avec la collaboration de), 2010, L’armature du développement en Afrique. Industries, transports et communications », Journal des africanistes, 81-2 | 2011, 308-309.

Référence électronique

Elieth P. Eyébiyi, « Fodouop Kengne & Bidi Jean Tape (avec la collaboration de), 2010, L’armature du développement en Afrique. Industries, transports et communications », Journal des africanistes [En ligne], 81-2 | 2011, mis en ligne le 18 janvier 2016, consulté le 28 juillet 2017. URL : http://africanistes.revues.org/4186

Haut de page

Auteur

Elieth P. Eyébiyi

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org