Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Copans Jean, 2010, Mythologies des Afriques

Paris, Téraèdre
Mathilde Annaud
p. 307-308
Référence(s) :

Copans Jean, 2010, Mythologies des Afriques, Paris, Téraèdre, 130 p.

Texte intégral

1Echo et réponse aux diverses commémorations du cinquantenaire des indépendances africaines célébrées en l’an 2010, cet ouvrage à la fois dense et concis, propose une analyse rigoureuse de quelques siècles d’histoire et d’historiographie du continent dit « noir ». En fin connaisseur de terrain, l’ethnologue Jean Coppans a l’art et la matière propre à présenter une vision d’ensemble forte de quatre décennies de recherches en Afrique sub-saharienne. Mené par une plume fluide, le propos de l’auteur vise à mettre en évidence les socio-réalités construites — dénommées « mythologies » — au fil du temps en Afrique francophone, aussi bien par les étrangers en visite plus ou moins (post) coloniale que par les Africains eux-mêmes. Divisé en trois grands chapitres agrémentés d’une conclusion et d’un post-scriptum ancré dans les aventures touristiques et esthétiques actuelles, l’ouvrage présente par ailleurs une bibliographie éclairante de diversité(s).

2Suggérant en introduction que « l’Afrique noire semble remplir comme une espèce de fonction de bouc émissaire historique et culturel, mythologique donc, à l’échelle de l’humanité toute entière » (p. 10), l’auteur s’attache à souligner le sempiternel afro-pessimisme en vigueur aussi bien dans les médias qu’au sein de plus académiques travaux tout aussi à même de faire « usage schizophrénique » des passés locaux. D’histoires anciennes en mythologies modernes, — pour paraphraser le titre du premier chapitre — , il vient ensuite à se pencher sur l’utilisation souvent ambiguë du concept de sous-développement par la presse internationale et africaine dans le cadre d’une modernité aux prises avec une mondialisation teintée de relents d’une colonisation mal digérée. La mise en lumière de liens sociaux inédits, mâtinés de clientélisme autant que de débrouillardise partout vantée et de « solidarités » mésinterprétées, propose néanmoins de contrer les idées reçues en offrant un regard neuf ou moins normé sur le champ socio-économique et politique africain, « mythe wébérien de l’émergence capitaliste » inclus.

3Le dernier chapitre s’interroge ensuite logiquement sur l’appartenance de l’avenir de l’Afrique, continent résumé par sa grande pluralité de contextes contemporains, malgré la vision globale qui continue d’en être donnée. Entre son irréversible urbanisation et les grands mouvements migratoires (d’ordre économique ou contraints par les conflits) dont elle fait état, l’Afrique contemporaine donne du fil à retordre à ses fétiches et autres ancêtres proclamés. Si le tableau ainsi esquissé s’avère « incomplet, nébuleux et plutôt sombre » (p. 79) de l’aveu même de l’auteur, reste la promesse d’un futur à l’horizon d’espaces ethno-culturels riches d’une multiplicité hétérogène de réponses formulées aussi — et surtout ? — par leurs représentants.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mathilde Annaud, « Copans Jean, 2010, Mythologies des Afriques », Journal des africanistes, 81-2 | 2011, 307-308.

Référence électronique

Mathilde Annaud, « Copans Jean, 2010, Mythologies des Afriques », Journal des africanistes [En ligne], 81-2 | 2011, mis en ligne le 18 janvier 2016, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/4184

Haut de page

Auteur

Mathilde Annaud

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org