Navigation – Plan du site
Mélanges
Hommage à Michel Izard (1931-2012)

A propos de Michel Izard

Gérard Lenclud
p. 248-255

Texte intégral

1Je ne vais pas évoquer, comme il était prévu, la place occupée par Michel Izard au sein de la communauté anthropologique. Je préfère apporter un témoignage à la fois plus personnel sur lui et davantage en rapport avec son œuvre ethnologique.

  • 1 « Du bon usage de l’érudition en anthropologie », in Dominique Casajus, Fabio Viti (dir.), La terre (...)

2Dans La terre et le pouvoir1, j’ai fait allusion à la vision de l’expérience historique développée par Michel, plus sombre qu’apaisée, et j’ai hasardé l’idée que la singularité individuelle était au cœur de ses interrogations politiques, la grande affaire, je crois, de sa philosophie.

3Bien sûr, il ne me l’a jamais dit comme cela ; ce n’est pas le genre de propos que l’on tient. Bien sûr encore, la singularité saute à l’esprit de tous, si l’on me permet cette expression, à la façon dont les particuliers au sens philosophique sautent aux yeux. Mais une chose est d’être frappé par la singularité, une autre de s’y arrêter et d’y réfléchir.

4Michel éprouvait une curiosité très vive, un goût marqué pour les manifestations de la singularité dans l’expérience humaine, et cela dans les contextes les plus divers. Qu’est-ce qui fait qu’un être échappe, de par son choix, à un destin plus ou moins tracé d’avance et se fabrique une destinée personnelle, un sort à part ? Qu’est-ce qui fait qu’un être bouscule ses ancrages, coupe des liens, s’affranchit des pesanteurs de sa vie en société et s’en vient affirmer, à ses risques et périls, sa liberté d’être, de penser et d’agir ? Qu’est-ce qui fait qu’un être aspire plus que d’autres à être auteur autant qu’on peut l’être de ses actes et, si les circonstances le permettent, acteur historique à quelque échelle que ce soit ? Michel était attiré par tout personnage répondant par l’affirmative à cette question posée par un Franciscain du XIIIe siècle : « Il y a bien un sujet de mes actes mais est-ce que je suis ce sujet ? » (Un sujet pas seulement grammatical ou logique, s’entend) D’où ce trait de lui que je mentionne en passant : son extrême attention, dans le cadre des entreprises menées à plusieurs et dont il était fréquemment l’initiateur, à ce que l’expression collective ne couvre pas les voix individuelles. Et ce n’était ni par habileté politique, ni par instinct démocratique.

5Certes on est ce qu’on est, arborant toutes sortes d’habits sociaux, soumis à toutes sortes de déterminations. Michel était trop anthropologue pour l’ignorer. Mais on est aussi celui qu’on est. L’être social n’est pas tout l’être ; la place occupée ne fait pas tout l’homme qui l’occupe. Dans le cas contraire, qui serait-il celui qui se dépouille des attributs à lui conférés, qui abandonne sa place pour sortir du rang ?

6Mais sur quoi finalement, me demanderez-vous, est-ce que je me fonde pour assigner à Michel cet intérêt, qui n’est pas seulement d’ordre intellectuel, pour ce qu’il y a de plus singulier dans l’expérience humaine ? Pour la capacité manifestée par certains individus à rompre avec les trajectoires toutes dessinées ? Je me souviens en fait de longues conversations avec lui portant sur des hommes tels que Louis Rossel, Délégué de la Commune de Paris, Thomas Edward Lawrence, l’auteur des Sept piliers de la sagesse, qui souhaitait que le livre fût l’égal des Frères Karamazov ou de Moby Dick mais dont le succès lui fut un supplice, mais auteur aussi de La matrice, un journal intime, ou encore l’écrivain allemand Ernst Von Salomon, l’auteur des Réprouvés, de La ville ou encore du Questionnaire, auquel, à ma grande surprise, Michel souhaita que je consacre un exposé à son séminaire.

7Destin hors normes, en effet, que celui de Rossel, fils d’un protestant nîmois ayant adopté la carrière des armes, élève du Prytanée militaire de La Flèche, sorti de Polytechnique à 20 ans, capitaine cinq ans plus tard dans l’armée française, une armée défaite à Sedan. Révolté par la chute de Paris, mû par un profond mépris pour Versailles, il rallie la Commune dont il va devenir Délégué à la Guerre. L’ancien élève de l’École d’application de Metz tente alors méthodiquement d’organiser le potentiel militaire de la Commune. En désaccord avec la Commission de la Guerre, il se met à l’écart et, dans sa retraite, emploie tout son temps à lire. Rossel ne songe pas une seconde à fuir Paris, préférant malgré les déceptions endurées être du côté de ceux dont il sait qu’ils seront vaincus plutôt qu’avec leurs vainqueurs. Arrêté, condamné à mort, il sera fusillé le 28 novembre 1871. Rossel était un homme d’ordre dont on eût pu attendre qu’il soit de l’autre côté, tant par tempérament que par héritage. Le général de Gallifet dira de lui « qu’une éducation d’honnête homme eût dû le détourner de l’idée de se faire chef de gueux ».

8Biographie singulière, également, que celle d’Ernst Von Salomon, né à Kiel en 1902 au sein d’une famille de descendants d’officiers émigrés de France à la Révolution. Son père est tué dès les premiers jours de la guerre. Cadet de la Garde Impériale à Karlsruhe, là où sont dressés les cadres de l’armée prussienne, il a 16 ans lors de l’armistice et assiste à l’entrée des troupes françaises à Francfort. Il s’enrôle alors dans les corps-francs qui guerroient en Courlande. À son retour de ces combats ignorés, nationaliste par tradition, « spontanément antisémite » dira-t-il de lui-même plus tard, il est de tous les coups de main dans la capitale allemande. Son unique roman, La ville, rend compte du climat de cette époque ; l’un des héros, Hinnerk, se bat à la fois dans les rangs nazi et communiste, qu’importe du moment qu’il s’agit d’affronter les Schupos. Von Salomon sera condamné à 5 ans de forteresse pour sa participation au meurtre de Rathenau et à 3 ans de réclusion pour tentative d’assassinat d’un mouchard. Roger Stéphane, qui lui a consacré quelques pages dans son Portrait de l’aventurier (paru en 1950 avec une préface de Jean-Paul Sartre), indique avoir perdu sa trace à partir de 1933. En fait, il va prendre très vite ses distances d’avec le régime hitlérien, et, officier de la Wehrmacht puis collaborateur de l’éditeur Rowohlt, aider Walter Benjamin à quitter l’Allemagne.

9Qu’est-ce qui conduit un fils de junker, Henning Von Tresckow, dont vingt et un des ancêtres furent des généraux prussiens, ayant épousé comme il se doit la carrière militaire, spectateur réjoui de la poignée de main qu’échangent au-dessus des cercueils des rois de Prusse le vieux président Von Hindenburg et le jeune chancelier Hitler le 21 mars 1933, à vouloir démissionner dès 1938 de l’armée, à s’opposer ouvertement aux ordres sur le front russe, interdisant aux formations spéciales de Himmler, ces pelotons d’exécuteurs, de pénétrer dans sa zone sous peine de mort, commandant donc à ses hommes de s’y opposer par la force, participant à deux tentatives d’attentat contre Hitler avant même la conjuration de Von Stauffenberg, et allant se suicider sur la ligne de front, en simulant une attaque de partisans ? Mais aussi qu’est-ce qui pousse un Berlinois ordinaire à récapituler la multitude des petites infamies dont il fallait se rendre complice dans l’Allemagne nazie et à décider un jour de s’y refuser ? Il n’y eut pas tellement de Sebastien Haffner, rappelle Simon Leys.

10J’aurais pu prendre bien d’autres exemples. Autant de cas discutés, dont certains avec passion, à partir desquels il me semblait que Michel esquissait une sorte d’anthropologue philosophique, dont l’objet est l’homme dans ses rapports avec lui-même, présente entre les lignes de son œuvre anthropologique, traitant des rapports des hommes avec d’autres hommes, de l’homme dans la société. Certes on n’est pas soi à soi tout seul mais il me semble que Michel aurait rejeté assez catégoriquement l’idée d’un Soi dont les pensées et les agissements seraient comme socialement programmés.

On me voit évidemment venir. Qu’en est-il de la manière dont Michel a satisfait cette quête de la singularité individuelle dans ses travaux ethnologiques ?

11N’étant pas africaniste, je vais d’abord faire part d’un certain étonnement. C’est l’étonnement face au fait que toute conception de la personne, et pas seulement le concept, a souvent été dite absente dans maintes sociétés africaines (comme ailleurs dans le monde à en croire de nombreuses sources ethnographiques). Assurément le statut de la personne varie selon les temps et les lieux ; nul n’en disconvient. Toutefois bien des anthropologues ont écrit, ou laissé entendre, qu’une dimension cruciale de la personne manquait en Afrique, voire partout sauf en Occident depuis l’avènement du Christianisme. Il s’agit évidemment de ce trait conceptuel qui désigne le fait qu’être une personne, c’est être cette personne que l’on est et que l’on est seul à être. Je ne parle pas ici des droits et des devoirs liés à la catégorie de personne, de la personne juridique et morale, mais bien de la reconnaissance de l’identité personnelle. Or, pour me cantonner au cas de l’Afrique, on a pu avancer l’idée selon laquelle l’identité individuelle consistait ni plus ni moins dans la place et le statut que, pour dire vite, la communauté assigne à chacun de ses membres. En d’autres termes, les êtres humains n’y seraient pas distingués des rôles qu’ils jouent et des fonctions qu’ils assument. L’acteur individuel ne serait rien d’autre que le personnage social. En conséquence de quoi, il faudrait admettre qu’aux yeux de la société les êtres humains seraient plus ou moins interchangeables à la façon dont, sur une scène de théâtre, un comédien peut se voir remplacé par sa doublure.

12Godfrey Lienhardt s’est insurgé contre cette tendance des anthropologues à prêter aux sociétés africaines une vision « collectiviste » de la personne. Exemples à l’appui, il affirme qu’il y a là-bas bien des façons et des occasions de ne pas être celui qu’on devrait être, ou plus exactement, ce qu’on devrait être, démontrant par là qu’on est bien celui qu’on est. Lienhardt a joué, en somme, pour l’Afrique, le rôle qu’ont joué le philosophe Bernard Williams pour la Grèce archaïque et l’historien Arnaldo Momigliano pour Rome. Il y aurait donc bien, aux yeux des sociétés africaines, quelqu’un derrière la peau sociale, des traits individuels derrière le masque. Le « parce que c’est lui, parce que c’est moi » de Montaigne n’y serait pas du martien.

13Il est clair, du moins à mes yeux, que si d’aventure Lienhardt avait eu tort et que, dans maints contextes sociaux, ceux que nous considérons (évidemment) comme des personnes n’en étaient pas pour ceux qui les entourent et pour eux-mêmes (!), toute quête de singularité individuelle serait vaine. De cette singularité qui transparaît dans les aventures humaines, les choix réalisés, les calculs opérés, les stratégies mises en œuvre, de cette singularité qui confère à un être humain les allures d’un sujet de ses actes.

Où mène cette chasse à la singularité chez les Moose ? Je n’ai pas lu tous les écrits de Michel et ce que j’ai lu de lui, peut-être l’ai-je mal lu. Par ailleurs, son œuvre étant assez largement d’anthropologie historique, soumise aux aléas de la tradition orale, les traces de liberté vécue lui étaient, à coup sûr, difficiles à pister.

14Des êtres singuliers, ce sont évidemment les rois conquérants, venus d’ailleurs ou revenus d’un ailleurs, qui en ont offert à Michel une illustration privilégiée.

15Naaba Yadega, le fondateur de la dynastie royale du Yatenga, prince écarté du trône et qui s’en va se faire couronner en d’autres lieux après avoir mis à mort son père adoptif. « Nullement une belle âme, écrit Michel, que saurait séduire la délectation morose du renoncement. » Ou Naaba Kango, chassé du pouvoir avant même de l’avoir exercé, regroupant partisans et mercenaires pour récupérer son trône. C’est lui qui va refuser de se soumettre aux rituels du ringu. De ce refus de la sanction sacrée, Michel dit qu’on peut imaginer qu’il est lié à un défi à lui lancé par le destin. Attitude de souveraineté de soi sur soi par excellence de la part d’un homme ayant fait preuve, écrit Michel, d’un bel esprit d’invention et d’une absence totale de scrupules, ainsi qu’en témoigne le sort réservé à ses mercenaires bambara.

16On trouve également, sous la plume de Michel, trois portraits de femmes, publiés dans Singularités. Les voies d’émergence individuelle, textes réunis en 1989 en l’honneur d’Éric de Dampierre. Dans cet univers masculin qu’est le Yatenga, écrit Michel, « du côté des femmes, c’est l’apparente indifférenciation de la soumission et du silence ». Pourtant, de cette grisaille se détachent de très rares figures féminines, filles aînées de rois (naa poko) investies d’un rôle institutionnel, « des destins d’exception ». Il y a Yenenga, à la fin du XIVe ou au début du XVe siècle, qui offre l’image idéale d’une amazone de la savane, pillant à la tête des guerriers de son père. Il y a aussi Pabre, au milieu du XVIe siècle, qui aide son frère Naaba Yadega à s’emparer des regalia et l’épaule dans la reconquête de son trône. « Femme sans mari » ; princesse « qui n’a jamais répondu à une question posée par un homme ». Il y a enfin Waado, au milieu du XVIIe siècle, l’aînée des sœurs de Naaba Kango, qui va mener grande vie, régentant une petite cour et « essayant » bien des maris. Trois « figures libres », écrit Michel, « trois figures de la transgression », et cela dans un univers austère où princesses rebelles et épouses indociles ne jouissent pas d’une bonne réputation : une femme chef de guerre, une femme d’État (Pabre assurera une longue régence), une femme vivant une liberté sexuelle pleinement revendiquée. Je remarque deux choses. D’une part, la liberté vécue, c’est la transgression assumée. D’autre part, ce sont les institutions royales qui ménagent à ces femmes, à ces sœurs aînées de rois, un espace de transgression. Je cite Michel : « Le surgissement de la liberté dans l’histoire intervient dans l’espace de la transgression. »

17Revenons aux rois conquérants. Deux citations encore. Celle-ci d’abord : « La destination des rituels royaux à caractère initiatique est principalement d’oblitérer en chaque roi son irréductible singularité. » En refusant de se soumettre au ringu, Naaba Kango semble proclamer à la face du monde cette singularité prohibée. Cette autre ensuite. Singularité interdite d’exhibition ? « On ne parle ni du corps, ni de son apparence physique, de sa santé [...] Ainsi le roi n’apparaît jamais que sous l’apparence humaine de l’immuable. Tout ce qui pourrait rappeler qu’il est un être humain comme les autres est gommé ; et si, pendant le jour, sa singularité se manifeste par un bruit, un éternuement ou un accès de toux, celui-ci est immédiatement effacé par les claquements de doigts des serviteurs. »

Dans la conclusion de son dernier ouvrage, Moogo. L’émergence d’un espace étatique ouest-africain au XVIe siècle, Michel livre son explication quant à l’apparition de la singularité de destin en Afrique de l’Ouest. Ou comment la volonté individuelle parvient à se forcer un chemin.

18L’explication exige d’admettre, avant la fondation de l’État, « une prégnance segmentaire universelle n’envisageant l’individu que comme coïncidence d’un être et d’une place telle que toujours la place préexiste à l’être ». À qui entend se forger un destin n’appartenant qu’à soi, il faut donc rompre avec les chaînes de filiation, trancher les liens familiers qui font ou feraient de chaque individu une unité de compte et s’en aller chercher fortune en terre étrangère. C’est dans les marges de l’ordre segmentaire que naissent les projets des conquérants, les fondateurs de royaumes.

19À propos de ces derniers, Michel fait parler Nietzsche, celui de La naissance de la tragédie et de La généalogie de la morale. Ecoutons-le. Les conquérants ? « Une horde quelconque de bêtes de proie. » Oui mais « dotée d’une organisation guerrière ». Cette dernière permet que la horde « pose ses formidables griffes sur une population peut-être infiniment supérieure en nombre, mais encore inorganisée ». Les conquérants toujours : « Ils arrivent comme le destin, sans cause, sans raison, sans égards, sans prétexte ; ils sont là comme la foudre, trop terribles, trop soudains, trop convaincants, trop différents pour qu’on puisse même les haïr [...] Ils ignorent, ces organisateurs nés, ce que sont la culpabilité, la responsabilité, les égards ; en eux règne cet effrayant égoïsme de l’artiste au regard d’airain qui, à l’avance et de toute éternité, se sait justifié dans son œuvre comme la mère dans son enfant. »

20Et Michel de s’interroger sur la nature profonde de la différence initiale entre eux, les héros venus d’ailleurs, fondateurs d’États, et ceux sur qui ils vont poser leurs griffes, les conquis. Elle ne tient nullement à la force, militaire par exemple : à la supériorité de la cavalerie sur l’infanterie, de l’attaque sur la défense. Non, il faut chercher ailleurs. Je vais citer une fois de plus Michel : « D’où vient cette certitude qui constitue la conquête comme élément premier d’un projet politique ? [...] Nietzsche évoque admirablement “cette invisible et profonde intention là où l’entendement n’est capable de voir qu’une addition de forces”. » Et, plus loin : « Qu’y a-t-il dans la tête de ces guerriers au visage fermé qui poussent leurs montures dans les hautes herbes d’un pays inconnu ? » Nous avons la réponse : un projet, une intention. Et à cette question maintenant : « Mais comment peut-on être chef avant d’avoir des sujets ? », la solution de Michel tombe : « En se donnant les moyens, avant de l’exercer, de penser le pouvoir. »

21Une double conclusion s’impose. Premièrement, c’est aux marges d’un ordre segmentaire où, toujours, la place préexiste à l’être qui l’occupe que des hommes ont pensé le pouvoir, un pouvoir qui, lui, ne préexiste pas à l’être qui ne s’en est pas encore emparé. Secondement, c’est avec la construction de l’État qu’est rendue possible l’émergence de libres figures individuelles dont le conquérant fournit le premier modèle. Avant la naissance de l’État, la singularité de destin ne disposait d’aucun espace où se constituer. Enfin l’homme peut agir sur sa biographie.

Haut de page

Notes

1 « Du bon usage de l’érudition en anthropologie », in Dominique Casajus, Fabio Viti (dir.), La terre et le pouvoir. A la mémoire de Michel Izard, Paris, CNRS Éditions, 2012 : 25-36.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gérard Lenclud, « A propos de Michel Izard », Journal des africanistes, 84-2 | 2014, 248-255.

Référence électronique

Gérard Lenclud, « A propos de Michel Izard », Journal des africanistes [En ligne], 84-2 | 2014, mis en ligne le 01 février 2016, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://africanistes.revues.org/4179

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org