Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Bokokó Boko Djongele & Liniger-Goumaz, Max, 2010, Guinea Ecuatorial rica, pero miserable

Genève, Ginebra - La Chaux, Les Éditions du Temps
Elisabetta Maino
p. 302-304
Référence(s) :

Bokokó Boko Djongele & Liniger-Goumaz, Max, 2010, Guinea Ecuatorial rica, pero miserable, Genève, Ginebra - La Chaux, Les Éditions du Temps, 166 p.

Texte intégral

1L'économiste suisse Max Liniger-Goumaz, l'un des rares spécialistes de la Guinée Équatoriale, se distingue non seulement par son abondante bibliographie sur ce pays, mais encore par la posture ouvertement engagée qu’il assume pour en traiter des questions contemporaines. Dans l’introduction et le premier chapitre, ces deux aspects ressortent d’une sorte de chronologie historique postindépendance qui se tresse avec des éléments biobibliographiques de l’auteur ayant trait à ce terrain auquel il s’intéresse depuis presque 40 ans. Son premier contact avec le pays remonte, en effet, à 1972, lorsque l’UNESCO qui lui confia la direction du projet d’ouverture de l’Institut pédagogique national à Bata, la principale ville située dans le territoire continental.

2C’est ainsi que ce livre, cosigné par l’écrivain équato-guinéen Jongle Book Boko, affiche d’emblée son propos : dénoncer, certes, le paradoxe de la misère qui subsiste malgré l'énorme rente pétrolière et, à la fois, rappeler le mutisme des « démocrates de partout » face à la situation de « démocrature », soit une dictature déguisée en démocratie selon la définition de Liniger-Goumaz, qui sévit en Guinée Équatoriale. Troisième producteur de pétrole en Afrique, le pays a déclaré un PIB de 14 milliards de dollars américains à la Banque Mondiale en 2009. En réalité, 60 % de la population, estimée à environ 600.000 habitants dans un territoire de 28.051 km2, vit avec 2 dollars par jour. Selon les données du PNUD, qui situe le pays au 118 rang (sur 178) dans la classification de l’indice de développement humain, les indicateurs sociaux sont inférieurs à la moyenne du continent africain, en dépit d’un théorique PIB annuel de plus de 31.000 dollars par habitant, comparable à celui de l'Espagne, l'ancienne puissance coloniale dont il est devenu indépendant en 1968. Cette situation est bien résumée par le titre : Guinée Équatoriale : riche, mais misérable.

3Abondamment illustré par des photos, qui témoignent de la cordialité des relations entre puissants et dont les légendes sont parfois des commentaires ironiques, l'ouvrage s'articule autour de treize chapitres relativement autonomes, complétés par des encadrés qui valorisent les citations des sources utilisées ou résument un fait spécifique. Les sujets exposés vont de l'histoire politique postcoloniale de la Guinée Équatoriale à l'état des lieux des relations diplomatiques entretenues par le pays sur la scène internationale, ponctuant des cas « exemplaires ». En effet, les auteurs ne se limitent pas à montrer comment l'appropriation privée des revenus publics est favorisée par une centralisation d'un pouvoir despotique dans un cadre de corruption généralisée, à travers divers cas concrets, mais en analysent les causes. Or, si les facteurs internes ne manquent pas (mauvaise gestion, absence de transparence, corruption, patrimonialisation privée des biens publics, incompétence technique des cadres, absence de libertés civiles et politiques, despotisme autoritaire, etc.), les facteurs externes y sont également très présents, notamment l'attitude de « tolérance », voire d'insouciance de la diplomatie internationale qui, attentive aux enjeux économiques suscités par le boom pétrolier, s'abstient de prendre position sur la carence de démocratie et sur la violation des Droits de l'Homme par le régime en place.

4Un accent particulier est mis sur la figure de Teodoro Obiang Nguema, président du pays depuis juin 1974 lorsqu'il pris le pouvoir à la suite du coup d'État qu'il organisa contre son oncle, Francisco Maria Nguema, porté au pouvoir lors de l'indépendance par le régime franquiste, légataire du pouvoir policier qui perdure. C’est notamment autour du clan Obiang que s’organisent la prédation des richesses et le contrôle gouvernemental.

5Ainsi que diverses ONG et personnalités, les auteurs critiquent l'UNESCO pour avoir accepté en 2008 la création du prix international Obiang Nguema Mbasongo, doté d'un fond de 3 millions de dollars versé par la fondation du président homonyme, énième acte d'autoglorification. Sensible à l’offensive de dénonciation portée à ce scandaleux prix financés par des biens mal acquis, la directrice générale de l’Unesco avait suspendu la récompense en mai 2010. Fort du soutien que lui apportent les pays membres de l’Union africaine, dont il assure la présidence tournante pour la période 2011-2012, Teodoro Obiang a relancé la proposition de son prix, mais le Conseil exécutif de l’UNESCO a maintenu la suspension en octobre 2011, renvoyant toutefois la décision définitive à une prochaine réunion prévue au printemps 2012.

6Djongele Bokokó Boko, auteur du prologue et de l’épilogue, appel ses concitoyens à dépasser les clivages ethniques et à aplanir les différences sociales en vue de transformer la Guinée Équatoriale dans une véritable communauté nationale. Il apporte enfin une note lyrique en concluant le texte par deux longs poèmes : La grande fête et Le rêve de l’empereur.

7Écrit dans un langage souvent caustique et sans concession, cet ouvrage tout en étant minutieusement documenté, semble s’adresser davantage au grand public qu’à la communauté scientifique, ce qui est, au fond, un mérite et, en dernière instance, sa finalité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Elisabetta Maino, « Bokokó Boko Djongele & Liniger-Goumaz, Max, 2010, Guinea Ecuatorial rica, pero miserable », Journal des africanistes, 81-2 | 2011, 302-304.

Référence électronique

Elisabetta Maino, « Bokokó Boko Djongele & Liniger-Goumaz, Max, 2010, Guinea Ecuatorial rica, pero miserable », Journal des africanistes [En ligne], 81-2 | 2011, mis en ligne le 18 janvier 2016, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/4167

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org