Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Blanchy Sophie, Rakotoarisoa Jean-Aimé, Beaujard Philippe & Radimilahy, Chantal (dir.), 2006, Les dieux au service du peuple : Itinéraires religieux, médiations, syncrétisme à Madagascar

Paris, Karthala
Noël J. Gueunier
p. 297-299
Référence(s) :

Blanchy Sophie, Rakotoarisoa Jean-Aimé, Beaujard Philippe & Radimilahy, Chantal (dir.), 2006, Les dieux au service du peuple : Itinéraires religieux, médiations, syncrétisme à Madagascar. Paris, Karthala, 536 p., bibl., gloss., index, cartes, fig., CD

Texte intégral

1Cet ouvrage réunit onze chapitres très différents, dans leur rédaction (articles de recherche, ou résultats d'enquêtes menées par des équipes auxquelles ont participé des étudiants de l'université d'Antananarivo) et dans leurs approches. Mais le résultat échappe à l'écueil de l'incohérence, courant dans ce genre de publication. Au contraire, les différentes approches s'éclairent l'une l'autre. Le travail de terrain anthropologique le plus classique (brillant, quand Ph. Beaujard donne une description de rituel, à travers laquelle apparaît l'implication personnelle, perspicace et inquiète, de son auteur) est ainsi bien complété par des enquêtes qui relèvent de la sociologie religieuse et en même temps de l'ethnographie urbaine (comme les inventaires de mouvements religieux, la topographie des lieux de cultes, anciens et nouveaux). Ces qualités tiennent pour une bonne part à la contribution de S. Blanchy qui, outre une consistante introduction de 55 pages, est elle-même auteure ou co-auteure de cinq chapitres.

  • 1 M. Rakotomalala, S. Blanchy, F. Raison-Jourde (éd.), Usages sociaux du religieux sur les Hautes Ter (...)

2La publication de ce recueil vient à la suite d'autres travaux qui manifestent le renouveau de l'intérêt pour la question du religieux à Madagascar, en particulier Les Ancêtres au quotidien, dont l'équipe de rédaction était en partie la même1 ; mais l'aire étudiée, restreinte dans le premier volume aux Hautes Terres et en particulier à la région centrale, l'Imerina, est étendue ici à d'autres régions : le sud-est (terre classique de l'érudition malgachisante en raison des anciennes influences islamiques qui s'y étaient exercées) et la vallée du Mangoro, zone intermédiaire entre les Hautes Terres et la côte est. Les études réunies laissent cependant encore de côté une grande part du pays.

  • 2 J.-P. Domenichini, Les Dieux au service des rois. Histoire orale des sampin'andriana ou palladiums (...)
  • 3 Tout en restant à l'occasion fréquentés, mais en cachette, par les gens d'« en haut » quand ceux-ci (...)

3Le titre, Les dieux au service du peuple, comporte une allusion, qui n'est accessible qu'aux familiers de la littérature malgachisante. C'est un écho et une réponse au titre que son éditeur avait donné à la publication d'un manuscrit du XIXe siècle sur les talismans protecteurs du royaume d'Imerina : Les dieux au service des rois2. Après la conversion de la monarchie au christianisme (1869), puis la colonisation (1896), et aujourd'hui l'avancée de l'urbanisation, ces « dieux » qui autrefois étaient au service des rois — qui pouvaient à leur choix les manipuler, les exalter ou les dégrader — et que les missionnaires avaient stigmatisés au point que leur nom en malgache contemporain veut dire « idoles », n'ont pas tous disparu, comme on aurait pu le croire. Réduits un temps au silence, les « dieux » anciens se sont maintenus discrètement, et ils réapparaissent aujourd'hui plus en vue (quoique, en général, toujours bien discrets devant les manifestations publiques du christianisme dominant). Mais ils ne hantent plus guère les sommets de la hiérarchie sociale3, ils sont passés « au service du peuple », permettant initiative religieuse et prise de parole par des « voix subalternes » qui pour être entendues se présentent comme le discours de divinités ou d'ancêtres.

4Cette référence aux « subalternes » explique pourquoi le livre commence par un exposé sur les Rangs et conditions d'existence. Blanchy et Rakotoarisoa y rappellent comment, après l'abolition de l'esclavage, la société malgache des Hautes Terres s'est trouvée recomposée en termes de distinctions raciales (les « blancs » fotsy et les « noirs » mainty). Ils décrivent finement les mécanismes de l'identification ; celle-ci se fait en première instance suivant le type physique, mais elle inclut des éléments qui peuvent confirmer ou corriger cette première identification : les manières et la présentation de soi, critères qui permettent bien classiquement de faire porter sur les discriminés la culpabilité de leur propre discrimination ; et finalement l'identification peut être vérifiée par la localisation du tombeau ancestral, ce qui ramène en dernière instance le classement social à un critère généalogique. Ces considérations n'éloignent nullement du thème général du livre : au contraire, elles éclairent utilement plusieurs discussions qui se retrouvent dans les chapitres suivants (et qui avaient déjà été abordées dans Les Ancêtres au quotidien) : pourquoi les mainty sont-ils les pratiquants les plus visibles des cultes ancestraux, dont les « dieux » sont généralement comptés comme des ancêtres royaux ? Et quel rôle les rangs et conditions jouent-ils dans les affiliations parfois fluctuantes aux différentes confessions chrétiennes, Eglises historiques bien établies depuis plus d'un siècle, ou nouveaux mouvements de tendance revivaliste ou pentecôtiste, vite qualifiés de sectaires ?

5Deux contributions présentent ensuite des inventaires des lieux de culte de l'agglomération d'Antananarivo, répartis entre ceux des grandes religions universalistes (représentées ici surtout par le christianisme), et ceux des cultes autochtones (ce terme choisi, avec pertinence, pour éviter les ambiguïtés des notions de « traditionnel » et d'« ancestral » généralement employées par les ethnologues). Forcément incomplets, ces inventaires n'en sont pas moins révélateurs : les enquêteurs, pourtant familiers des lieux, ont été eux-mêmes surpris du grand nombre de lieux consacrés aux cultes « autochotones » au cœur de la grande ville dominée par l'architecture des temples protestants et des églises catholiques.

6Les chapitres suivants comportent :

  • des descriptions de rituels (dans le sud-est : Beaujard, déjà cité ; en Imerina : Blanchy et Andriamampianina), remarquables par l'association de l'ethnographie et de données historiques, transmises par tradition orale, et à travers des manuscrits, ce qui permet de suivre les réinterprétations de la tradition d'une génération à l'autre ;

  • des portraits et itinéraires de vie de guérisseurs, qui montrent le dynamisme de ces « médiateurs », et en même temps la force d'une idéologie qui les conduit à occulter leur capacité d'initiative, d'action personnelle, en la mettant sur le compte de l'invisible qui les agit, cette démarche étant d'ailleurs partagée aussi bien par ceux qui agissent sur le registre « autochtone » que par ceux qui opèrent dans le domaine chrétien des mouvements revivalistes ;

  • et des articles plus synthétiques où apparaissent notamment les aspects conflictuels de cette effervescence religieuse. On retient la belle description de M. Rakotomalala sur la sorcellerie qui est « l'envers des cultes », et plusieurs contributions qui mettent en scène les tensions et ruptures qu'engendre l'adhésion aux mouvements chrétiens radicaux. La loi pénale malgache connaît depuis les débuts de l'indépendance un délit de sorcellerie, ce qui rend possible l'implication de l'Etat dans une répression d'activités dénoncées comme sorcellaires. Mais des stratégies apparaissent aussi qui permettent aux « médiateurs » d'ébaucher une défense en mobilisant des thèmes nouveaux comme la valorisation des ressources de la médecine traditionnelle, ou la conservation du patrimoine naturel (auxquels les lieux de culte, collines boisées et sources, sont facilement assimilés).

7On regrettera quelques inexactitudes, sans doute à mettre sur le compte de l'urgence dans laquelle l'ouvrage a dû être « bouclé ». Il y a ainsi quelques à-peu-près historiques, dont le plus gênant est l'affirmation selon laquelle « l'abolition de l'esclavage signée en 1817 ne fut pas respectée » dans le Royaume de Madagascar (p. 33). En fait, l'accord que le roi Radama avait négocié avec les Britanniques en 1817 ne portait pas sur l'abolition de l'esclavage, mais sur l'interdiction de la traite des esclaves, ce qui est bien différent. L'accord, après quelques péripéties, fut respecté et le royaume cessa de pratiquer la traite ; mais l'esclavage lui-même ne devait être aboli qu'après la colonisation française, en 1896. Ce n'est certainement ici qu'un lapsus, mais il serait regrettable qu'une aussi sérieuse erreur historique semble trouver petit à petit crédit dans les ouvrages français sur Madagascar, pendant que d'autres études montrent au contraire comment c'est justement la suppression de la traite à l'exportation qui a entraîné le développement au cours du XIXe siècle d'un régime fondé sur l'esclavage intérieur, régime qui devait durer jusqu'à la fin de la monarchie malgache. D'autres erreurs portent sur la lecture et la transcription des mots malgaches. Ainsi, dans la citation qui est faite des écrits d'un voyageur du début du XIXe siècle, à propos d'interdits rituels, le terme Andrianbahoc, ou Andriambahoaka, nom des « princes régnants » dans les traditions dynastiques de l'est et du centre de l'île, est confondu avec l'ethnonyme Antambahoaka. La confusion risque d'entraîner un contresens puisque l'information, qui portait sur le statut hiérarchique d'une aristocratie, est ainsi déplacée sur un groupe régional, une « ethnie » au sens moderne du terme.

8Ces quelques scories n'enlèvent rien à la valeur de ce livre important, qui apportera grande richesse de faits au spécialiste malgachisant, et d'analyses stimulantes au théoricien soucieux de comparaison.

Haut de page

Notes

1 M. Rakotomalala, S. Blanchy, F. Raison-Jourde (éd.), Usages sociaux du religieux sur les Hautes Terres malgaches. Les ancêtres au quotidien, Paris, L'Harmattan, 2001

2 J.-P. Domenichini, Les Dieux au service des rois. Histoire orale des sampin'andriana ou palladiums royaux de Madagascar, Paris, CNRS, 1985. (1e édit., Histoire des palladiums d'Imerina, d'après des manuscrits anciens, Tananarive, Musée d'Art et d'Achéologie, 1971.)

3 Tout en restant à l'occasion fréquentés, mais en cachette, par les gens d'« en haut » quand ceux-ci ont besoin de leurs services

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Noël J. Gueunier, « Blanchy Sophie, Rakotoarisoa Jean-Aimé, Beaujard Philippe & Radimilahy, Chantal (dir.), 2006, Les dieux au service du peuple : Itinéraires religieux, médiations, syncrétisme à Madagascar », Journal des africanistes, 81-2 | 2011, 297-299.

Référence électronique

Noël J. Gueunier, « Blanchy Sophie, Rakotoarisoa Jean-Aimé, Beaujard Philippe & Radimilahy, Chantal (dir.), 2006, Les dieux au service du peuple : Itinéraires religieux, médiations, syncrétisme à Madagascar », Journal des africanistes [En ligne], 81-2 | 2011, mis en ligne le 18 janvier 2016, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/4160

Haut de page

Auteur

Noël J. Gueunier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org