Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Besnier François, 2011. Moussoro, cent ans déjà. Témoignage de Serge Besnier, fondateur de la ville. Extraits de lettres présentées par son fils, François Besnier

Paris, SEPIA
Catherine Baroin
p. 296
Référence(s) :

Besnier François, 2011. Moussoro, cent ans déjà. Témoignage de Serge Besnier, fondateur de la ville. Extraits de lettres présentées par son fils, François Besnier. Paris, SEPIA, 222 p.

Texte intégral

1Serge Besnier, sorti depuis peu de l’école de Saint-Cyr, a 27 ans lorsqu’il arrive au Tchad à la fin 1908. Ce jeune militaire est envoyé au Bahr-el-Ghazal, pays des Kréda, au nord du lac Tchad, pour y assurer la présence française. C’est l’un des premiers acteurs de la colonisation de ce pays, qui était alors loin d’être totalement pacifié. Son témoignage est présenté dans ce livre par son fils, à partir de la correspondance fournie que son père avait adressée à sa famille tout au long de son séjour, et aux quelques conférences qu’il prononça en France à son retour du Tchad.

2Le contexte du séjour de Serge Besnier est retracé et ses phases successives sont décrites, depuis l’enthousiasme du départ jusqu’à la lassitude finale, un an et demi plus tard en juillet 1911. Il est vrai qu’il espérait briller et promouvoir sa carrière par quelque fait d’arme, alors que son rôle essentiel y fut de créer ex-nihilo le poste militaire de Moussoro, puis d’en prévenir l’attaque par les Senoussistes qui contrôlaient encore le nord du pays. L’élément dissuasif, à cet égard, fut la régularité de gardes nocturnes, au prix de bien des insomnies.

3Au-delà de l’aspect militaire, l’intérêt essentiel de ce livre est de donner une image vivante des conditions de vie de l’époque, tant celles de ce militaire isolé que de l’équipe et des indigènes qui l’entourent, et des relations qui s’établirent entre eux. On note par exemple qu’au début de son séjour, le mil pour nourrir les soldats fut apporté sur place en quantités énormes, à dos de bœufs porteurs, car il était introuvable localement. Par la suite, la culture du mil fut encouragée par la présence française et se développa quelque peu dans la région. A ce propos, Serge Besnier souligne que le mil n’entrait pas dans l’alimentation usuelle des Kréda. Ils se nourrissaient avant tout du lait de leurs animaux, auquel s’ajoutaient de temps à autre la viande d’un animal malade achevé en dernier recours, ainsi que de maigres ressources alimentaires locales (baies, fruits du palmier-doum). Les observations de ce militaire sur la monnaie sont également intéressantes, même s’il s’agit de faits par ailleurs connus. Il remarque que seuls les Thalers de Marie-Thérèse et des bandes d’étoffe tenaient alors lieu de monnaie, et souligne les difficultés à introduire la monnaie française qui est imposée aux indigènes pour payer l’impôt. On constate que le développement économique de Moussoro est impulsé par la présence française. C’est sous sa protection que se crée le marché hebdomadaire du jeudi, d’abord peu fréquenté, mais qui devient ensuite un vrai succès, car les marchands n’avaient plus à craindre l’insécurité jusque-là caractéristique de la région.

4Un autre intérêt de l’ouvrage est sa peinture des relations du chef de poste avec sa hiérarchie : peu d’échanges, peu d’informations, et une stupéfiante accumulation de paperasserie, contrainte bien ridicule dans l’isolement social où ces militaires étaient condamnés. Il n’est pas surprenant qu’à ce régime l’usure s’installe peu à peu, même si c’est la nostalgie qui ressort, après le retour au pays natal.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Baroin, « Besnier François, 2011. Moussoro, cent ans déjà. Témoignage de Serge Besnier, fondateur de la ville. Extraits de lettres présentées par son fils, François Besnier », Journal des africanistes, 81-2 | 2011, 296.

Référence électronique

Catherine Baroin, « Besnier François, 2011. Moussoro, cent ans déjà. Témoignage de Serge Besnier, fondateur de la ville. Extraits de lettres présentées par son fils, François Besnier », Journal des africanistes [En ligne], 81-2 | 2011, mis en ligne le 18 janvier 2016, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://africanistes.revues.org/4158

Haut de page

Auteur

Catherine Baroin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org