Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Auge Axel & Klasouen Patrick (dir.), 2010, Réformer les armées africaines. En quête d’une nouvelle stratégie

Paris, Karthala
Christian Seignobos
p. 293-295
Référence(s) :

Auge Axel & Klasouen Patrick (dir.), 2010, Réformer les armées africaines. En quête d’une nouvelle stratégie, Paris, Karthala, 228 p.

Texte intégral

  • 1 OPSA : Observatoire politique et stratégique de l’Afrique.

1L’ouvrage collectif est piloté par Axel Augé, sociologue et Patrick Klaousen, juriste, tous deux universitaires à Rennes, également associés au Centre de recherche des Ecoles de Saint-Cyr Coëtquidan. Les contributions rassemblées sont celles de Dominique Bangoura, politologue, présidente de l’OPSA, Hughes de Bazouges, colonel de l’armée de terre, Marc Fontrier (INALCO), François Gaulme (MAEE), Guy de Haynin de Bry, général de division conseiller auprès du PESC de l’Union Européenne, Boubacar N’Diaye, Associate Professor of Political Science, College of Wooster (Ohio) et Thierry Vircoulon, chercheur associé à l’IFRI1.

2L’establishment militaire est bien représenté, y compris dans la préface avec le général Bernard Thorette. Chaque participant mobilise les données qui lui sont les plus familières. Il s’agit surtout d’exemples pris en Afrique francophone. Dans cet ouvrage subdivisé en trois parties, la première fait le point sur l’état de la réforme des armées en Afrique subsaharienne, la seconde concentre les études de cas sur le laboratoire que représente, à juste titre, la République Démocratique du Congo (RDC), la troisième partie, enfin, offre une prospective dominée par le primat du politique sur les solutions techniques.

3L’analyse de la situation des armées de l’Afrique subsaharienne fait consensus auprès des différents contributeurs. Les différentes armées, alimentaires ici, refuges là, arbitres ailleurs se révèlent toujours peu ou prou prédatrices. La « force légitime » de défense du territoire s’efface devant le réflexe de constituer une garde prétorienne au service du pouvoir. Mais la désagrégation des armées africaines s’opère également de l’intérieur. L’achat de matériels, l’entretien des casernements font de l’armée une énorme plateforme de détournements. Les problèmes s’observent à tous les niveaux : ethnique, intergénérationnel et aussi à travers les disparités de salaires et d’avancements.

4Le contexte polémologique post colonial fait toujours débat. Soit la colonisation constitue l’alibi majeur, soit cette époque se limite à un « intermède », la violence armée et les dérives militaires intègrent dès lors un héritage antérieur. De ce point de vue les contributions ne se réfèrent pas au passé, celui des grands royaumes soudaniens et des traditions guerrières de certains groupes. Les auteurs, en particulier les militaires, manifestent une certaine prudence dans le choix des mots et dans le rôle à donner à l’ethnie. La crainte d’encourir les foudres de quelques académiques censeurs décourage l’entreprise d’une bonne argumentation. Comment alors définir la superposition ou la combinaison de champs élémentaires de cohésion ?

5Les raisons les plus récentes se réfèrent à l’arrêt de la guerre froide. On passe des foyers de crises fixés à des affrontements épars et à des guérillas croisées. La fin de la bipolarisation ouvre la voie à la déréliction. Une économie de guerre remplace la surenchère des aides durant la guerre froide (p. 188).

6Si le diagnostic est aisé à poser, la démarche à suivre pour réformer l’institution militaire et plus précisément lors des périodes qui succèdent à des conflits, s’avère pleine d’embuches (p. 129).

7La RSS (Réforme du secteur de la sécurité), concept britannique, impose des réformes touchant tous les systèmes de sécurité : police, gendarmerie, douanes, renseignement ( services de la documentation) et aussi les institutions juridiques… D. Bangoura (p. 75). C’est également l’abandon de solution « générique » pour des actions plus spécifiques.

8Le DDR (Désarmement, démobilisation, réintégration) des combattants est plus complexe encore et partant source de nombreuses difficultés. Il s’opère sur le mode de l’individualisation. N’avoir affaire qu’à l’individu est le crédo du Développement pour se libérer des « pesanteurs » sociales traditionnelles. Or la démobilisation ne peut s’adresser qu’à des groupes armés attachés à leur cohésion (P.M. Joana). Rendre les armes, pour quels avantages ? Les combattants qui ont vécu à la pointe de leur fusil entretiennent une croyance en l’effort de survie, la « débrouillardise » armée, et ils manifestent un grand pessimisme quant à l’avenir, ce qui explique les hésitations à se faire démobiliser. C’est la fin de « leur emploi » (p. 123)

  • 2 Les Maï Maï sont, en 1960, pro Lumumba et dans les années 1990-2000 ils reviennent en grâce comme u (...)

9Avec l’exemple des milices maï maï2 de RDC, Th. Vircoulon démontre que toutes les forces ne sont pas recyclables. On a entrepris de les assimiler dans l’armée nationale sans « vetting » (enquête criminelle sur leur passé) et le DDR leur offre un « package » (somme forfaitaire et solde mensuelle) qui ne peut servir qu’une solution d’attente (p. 137). Ces milices mystico-rurales diverses échappent à une véritable enrégimentement comme méthode de sortie de crise.

10Avec la RSS ou le DDR les gouvernements africains veulent y voir des actions néo-coloniales déguisées. Du côté bailleurs de fonds on se montre réticent à laisser un chèque en blanc dans ce genre d’opération. Enfin, l’effort à déployer dix à quinze ans est trop long et pour les partenaires et pour les intéressés. Les gouvernements cachent généralement aux bailleurs les chiffres véritables concernant les combattants à démobiliser pour avoir des réserves « au cas où », mais cela biaise toute réforme.

11Pour P.M. Joana, dans le cas de la RDC, la communauté internationale n’a pas su classer les priorités. On provoque des élections comme si l’onction démocratique allait ipso facto entrainer un bon déroulement de la démobilisation et de l’intégration.

12Les nouvelles orientations proposées aux armées africaines impliquent de devenir une « force duale », autrement dit d’intégrer le Développement et l’Humanitaire. Encore une fois, c’est engager ces armées dans la même voie adoptée par celles des ex-métropoles, modèles intangibles, qui ont déjà épousé la cause humanitaire. Peu de gouvernements africains manifestent une quelconque appétence pour ce genre de projet. Une armée peu militarisée dans des sociétés où circulent de plus en plus d’armes tiendrait du paradoxe. Les nouvelles forces civilo-militaires peuvent, en effet, trouver une application concrète dans le cas de sécurisation des camps de réfugiés. Mais au-delà que peut-on attendre d’une super ONG en battle dress ?

13L’idée est, bien sûr, de renforcer les liens entre l’armée et la nation. H. de Bazouges défend l’idée de la « légion de volontaires africains du Développement ». Il donne des exemples de mobilisation de la jeunesse au service du pays en Afrique anglophone (Zambie), confisquée par le Président, démantelée dans le sang au moment de sa chute. Ce serait là expériences incomprises (152-155). Le plaidoyer demeure peu convaincant et rappelle d’autres exemples, à la même époque, de mobilisation de la jeunesse dans le Développement par la coopération militaire israélienne (Cameroun).

14F. Gaulme milite pour une action plus globale et parle d’approches intégrées (169), avec la Diplomatie, la Défense et le Développement. Il débat également du concept de « sécurité humaine », apparu en 2005 et proposé aux armées africaines.

15Les instances internationales (BM, FMI, PNUD) pensent que la réforme des armées ne peut fonctionner qu’avec l’amélioration du bien-être des populations. Nous entrons là dans le Développement incantatoire . La langue du Développement investit désormais les armées : « renforcement des capacités », « bonne gouvernance »… avec tous ses accessoires : « micro-projets », « micro crédits »…Exit les savoir-faire pragmatiques liés à toutes les « pacifications » antérieures.

16En 1960, les Etats indépendants moulés sur le standard occidental, avec des constitutions élaborées par des juristes spécialisés n’ont jamais fonctionné. La fiction reposait sur un changement progressif avec le temps… Aujourd’hui on consent à opérer une relecture de ces encadrements politiques et de leur plus exemplaire composante, l’armée. Il convient alors d’entériner leurs carences comme des traits durables, récurrents et, en quelque sorte, s’en accommoder. Ils deviennent alors, selon une expression qui commence à faire florès dans les séminaires (MAEE, Paris, « Séminaire sur la Violence Armée », 30.11.2010) des « Etats wébériens imparfaits » qui se verraient dispensés d’épouser le modèle.

17Les insécurités transfrontalières, les poches de rebellions nomades conduisent à évoquer des situation « entre guerre et paix » qu’il ne serait plus impératif d’éradiquer. Dans ce glissement sémantique on ne parle plus de « pays les moins avancés », mais les préoccupations sécuritaires prenant le pas sur l’économie, on a recours, depuis 2005, à la désignation « d’Etat fragile » (F. Gaulme, p. 168).

18La communauté internationale n’en continue pas moins à promouvoir ses fondamentaux : démocratie et bonne gouvernance, mais les normes requises s’en trouvent comme simplifiées et on veut bien ne retenir que les repères jugés positifs.

19In fine, comme on ne peut prétendre réformer une armée sans auparavant avoir refondé l’Etat dans sa bonne gouvernance, l’optimisme ne serait guère de mise. Quant à la nouvelle coopération civilo-militaire qui reprendrait à son compte cet arsenal développementiste ayant si peu réussi en un demi-siècle, on ne peut qu’émettre de sérieuses réserves. Les situations de crise évoquées engagent une obligation d’efficacité que n’a jamais eue le « développement civil ».

20Chacun des intervenants dresse son bilan, mais la tonalité générale des contributions concernant la « refondation » des armées africaines est au pessimisme. L’interrogation dès la préface quant à cette refondation, « vœu pieux », « mythe » n’est par la suite jamais levée, mais il y a le devoir de ne pas baisser les bras. Attendre l’inespéré car sans cette volonté, on peut être certain que cette refondation ne verra jamais le jour.

Haut de page

Notes

1 OPSA : Observatoire politique et stratégique de l’Afrique.

INALCO : Institut national des langues et civilisations orientales.

MAEE : Ministère des affaires étrangères et européennes.

PESC : Politique européenne de sécurité commune.

IFRI : Institut français des relations internationales.

2 Les Maï Maï sont, en 1960, pro Lumumba et dans les années 1990-2000 ils reviennent en grâce comme une résurgence patriotique contre l’occupation du Rwanda.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Seignobos, « Auge Axel & Klasouen Patrick (dir.), 2010, Réformer les armées africaines. En quête d’une nouvelle stratégie », Journal des africanistes, 81-2 | 2011, 293-295.

Référence électronique

Christian Seignobos, « Auge Axel & Klasouen Patrick (dir.), 2010, Réformer les armées africaines. En quête d’une nouvelle stratégie », Journal des africanistes [En ligne], 81-2 | 2011, mis en ligne le 18 janvier 2016, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/4155

Haut de page

Auteur

Christian Seignobos

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org