Navigation – Plan du site
Mélanges
Notes et documents

La renaissance d’un livre : les Anyi-Ndényé et le pouvoir aux XVIIIe et XIXe siècles

Claude-Hélène Perrot
p. 217-220

Texte intégral

1Cet ouvrage, issu de ma thèse de doctorat d’état (1978), porte sur l’histoire des Anyi-Ndényé (Côte d’Ivoire) avant la colonisation. Il a été publié une première fois en 1982, à Paris (Publications de la Sorbonne en association avec CEDA, Abidjan). Il vient d’être réédité, fin 2014, à Abidjan aux NEI (Nouvelles Éditions Ivoiriennes) par les soins des Anyi-Ndényé eux-mêmes. Cinquante ans après un travail de terrain conduit par une étrangère, on assiste ainsi à la réappropriation de ce travail par la population concernée. Comme l’indique le titre, le pouvoir est mis au premier plan dans ce livre, centré sur les luttes pour le pouvoir et sur l’évolution pendant ces deux siècles des rapports de force entre les différentes entités politiques en présence. Plutôt que de l’histoire d’un groupe ethnique, les Anyi du-Ndényé (ou Indénié), il s’agit en fait de l’histoire de l’occupation d’un espace territorial (dont la capitale actuelle est Abengourou) et de la façon dont s’est formée chez les habitants de ce territoire, au fil du temps, une identité commune. Ce livre se fonde essentiellement sur des sources non écrites, que j’ai rassemblées sur place de façon continue de fin 1963 à 1971 puis, en discontinu, après 1972.

2Le pouvoir, en pays akan, est un sujet brûlant. Pour un chercheur, rien n’était dans les années 1960 plus facile que d’aborder la question de l’extraction de l’or ou de la chasse à l’éléphant, mais demander à ses interlocuteurs comment le siège noir consacré, insigne et support du pouvoir, s’était transmis au sein de leur lignage (abuswã), c’était une toute autre affaire.

3Dans ce livre, rien n’est gommé des âpres conflits – du moins rien de ce que j’en ai su – qui ont opposé certains lignages les uns aux autres, ou les ont profondément divisés, comme ce fut le cas du lignage royal. Quand je demandai au roi Bonzou II si cela ne lui déplaisait pas qu’il en soit fait état, il répondit, sans la moindre hésitation : « Il faut que notre passé soit connu de nos petits-enfants ».

  • 1 Dont une bonne part est de Marc Garanger.

4La destination de ce premier livre était principalement ce qu’il est convenu d’appeler la « communauté scientifique », comme c’est le cas de toute thèse publiée. En Côte d’Ivoire, chez les intéressés eux-mêmes, il reçut un accueil chaleureux, mais limité. Naturellement, le roi et la plupart des chefs de village reçurent un exemplaire de ce livre, illustré de nombreuses photographies1. Cependant le coût élevé de l’ouvrage, qu’on trouvait encore dans les grandes librairies d’Abidjan deux ou trois années après sa parution, en restreignit sérieusement la diffusion.

5Trente ans après, il est, en octobre 2014, réédité à Abidjan aux NEI (Nouvelles Éditions Ivoiriennes). Sa réédition a été voulue et financée par le successeur de Bonzou II (décédé en 1994), Boa Kouassi III, et a donné lieu à deux spectaculaires séances de dédicace, organisées à son instigation, l’une à Abengourou et l’autre à Abidjan, les 29 et 30 octobre 2014, dates qui ont été fixées après concertation.

6Deux invitations, illustrées par la page de couverture du livre, ont été lancées par « Sa Majesté Nanan Boa Kouassi III, Roi de l’Indénié ». Sur l’une et l’autre fi « le Parrainage du Ministre de la Culture et de la Francophonie ». Dans la Cour royale d’Abengourou, la « présentation de la réédition de l’ouvrage » est placée « sous la présidence effective du Préfet de région de l’Indénié-Djuablin », et l’invitation à la séance d’Abidjan mentionne « la participation des Élus et Cadres de la Région de l’Indénié-Djuablin ».

Invitation à l’Hôtel du District à Abidjan

Invitation à l’Hôtel du District à Abidjan

7Sont ainsi associés pouvoir traditionnel en la personne du roi et représentants de l’État moderne, d’une part à l’échelle nationale avec le ministre, qui a été effectivement présent à l’Hôtel du District d’Abidjan, et d’autre part à l’échelle locale avec le préfet de région, l’association des deux pouvoirs n’ayant rien d’insolite dans la Côte d’Ivoire d’aujourd’hui.

8Le roi Boa Kouassi III, quand je lui demandai s’il n’était pas trop ambitieux de prévoir un tirage de deux mille exemplaires, répondit simplement : « Mais ce livre est pour nous : pour que nos petits-enfants connaissent leur histoire », faisant écho à son prédécesseur.

  • 2 Il n’existe pas d’autre ouvrage sur l’histoire des Anyi-Ndényé avant la colonisation.

9Les choses se sont déroulées comme prévu, dans une ambiance festive : danses, musique, cadeaux et remise de ma décoration par le ministre. J’ai eu devant moi, en longue file, attendant une dédicace, les enfants et petits-enfants des « Anciens » qui avaient été mes interlocuteurs dans les années 1960. D’après les propos échangés, il y avait chez eux, non seulement le grand désir de se relier à leurs propres parents, mais aussi le besoin de se référer à une histoire commune, et l’envie de savoir ce qui s’était passé dans leur pays « avant les Blancs2 ».

10Le fait que ce livre ait été réimprimé met en relief la force des liens qu’un peuple entretient avec sa propre histoire. Ces rapports évoluent avec le temps, ne se manifestant pas de la même façon d’une génération à l’autre. Dans les années 1960 et 1970, lorsque j’ai effectué les enquêtes qui ont donné matière à ce livre, la génération des Anciens était tournée vers les histoires de l’ancien temps, tandis que les jeunes, qui étaient alors « sur les bancs », séduits par la modernité, visaient un poste, une fonction à Abidjan, et ne s’intéressaient guère à ce que les Anciens auraient pu, et voulu, leur apprendre. Au début du XXIe siècle, l’attrait pour la modernité a pâli, et un « besoin d’histoire », et de s’ancrer dans une histoire longue qui ne débute pas avec la colonisation, a surgi dans les générations d’aujourd’hui, chacun pouvant y rechercher des racines.

11Que retenir de la renaissance de ce livre, Les Anyi-Ndényé et le pouvoir politique aux XVIIIe et XIXe siècles ? La transmission du savoir historique, qui jusque-là s’effectuait au sein de la société, par la voie de l’oralité, ayant été brusquement interrompue, elle passe à présent par l’écrit, par le livre. Il se trouve que, par le fruit d’un fabuleux hasard, le passage de l’oral à l’écrit s’est effectué par l’entremise d’une chercheuse étrangère. L’absence totale de préjugés, l’ouverture d’esprit des savants non lettrés qui ont été mes interlocuteurs dans les années 1960 l’ont rendu possible. Le « nouveau » livre qui nous vient aujourd’hui d’Abidjan, et qui est maintenant disponible en France3, a changé de caractère. Cinquante ans après le travail de terrain effectué dans le Ndényé, on assiste à sa réappropriation par la population concernée.

  • 4 Al-hadji Thierno Mouhammadou Baldé et Bernard Salvaing, éd. Grandvaux, 2008.
  • 5 Communication personnelle.

12L’expérience vécue chez les Anyi-Ndényé dans les derniers jours d’octobre 2014, n’est pas unique. Citons par exemple l’accueil reçu par Bernard Salvaing en avril 2009 au Fouta-Djalon, quand il revint à Compaya avec son livre, Une vie au Fouta-Djalon4, récemment paru. Il s’agit de la vie d’Al-hadji Thierno Mouhammadou Baldé, qui en est le co-auteur. Dans une séance empreinte de solennité, filmée par la Radio Télévision guinéenne, le livre fut présenté par divers orateurs, dont Bernard Salvaing. L’imposante manifestation qui marqua ce jour atteste de l’importance donnée par la collectivité à l’ouvrage, vu comme « le résumé, la synthèse en même temps que l’historique de toute une tradition religieuse, sociale et culturelle5 ». Je pense, ajoute Bernard Salvaing « que c’est surtout cela – plus que d’autres aspects, comme son témoignage sur la période coloniale et sur celle des Indépendances – qui intéressait avant tout l’auditoire. Pour moi-même qui avais participé à la genèse et à la rédaction du livre, cet intérêt du public était évidemment d’un grand réconfort. Il montrait que l’historien arrivé de l’extérieur n’est pas nécessairement (ou seulement) l’intrus venu recueillir un savoir local à partir duquel il pourra se faire un nom dans le domaine de la recherche. L’œuvre qu’il a suscitée, le savoir qu’il a contribué à révéler au grand jour, ont pour la société dans laquelle il travaille un intérêt en soi. Elle y voit un apport à la connaissance et à l’estime qu’elle a d’elle-même, et elle lui en est reconnaissante ». Ici aussi, la transmission d’un savoir est à l’honneur, une transmission qui aujourd’hui passe par l’écrit, par le livre.

13Ainsi, les rapports d’une société avec sa propre histoire demandent à être élucidés, non pas globalement, mais à l’échelle de chaque génération. Mérite également attention la place éventuellement tenue par un chercheur, étranger ou national, dans la quête de son histoire par la société au sein de laquelle il travaille.

Haut de page

Notes

1 Dont une bonne part est de Marc Garanger.

2 Il n’existe pas d’autre ouvrage sur l’histoire des Anyi-Ndényé avant la colonisation.

3 Grâce à la société de diffusion L’Oiseau indigo : http://www.loiseauindigo.fr/, il est maintenant disponible en France, en librairie.

4 Al-hadji Thierno Mouhammadou Baldé et Bernard Salvaing, éd. Grandvaux, 2008.

5 Communication personnelle.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Invitation à l’Hôtel du District à Abidjan
URL http://africanistes.revues.org/docannexe/image/4148/img-1.png
Fichier image/png, 156k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude-Hélène Perrot, « La renaissance d’un livre : les Anyi-Ndényé et le pouvoir aux XVIIIe et XIXe siècles », Journal des africanistes, 84-2 | 2014, 217-220.

Référence électronique

Claude-Hélène Perrot, « La renaissance d’un livre : les Anyi-Ndényé et le pouvoir aux XVIIIe et XIXe siècles », Journal des africanistes [En ligne], 84-2 | 2014, mis en ligne le 01 février 2016, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/4148

Haut de page

Auteur

Claude-Hélène Perrot

HISTORIENNE, INSTITUT DES MONDES AFRICAINS (IMAF)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org