Navigation – Plan du site
Mélanges
Notes et documents

Sahara occidental, note sur un livre engagé

A propos de Jean-François debargue, Journal d’un camp sahraoui. Le cri des pierres, Paris, karthala, 2011, 240 p.
Claire Cécile Mitatre
p. 210-216

Texte intégral

1La plupart des publications à propos du Sahara occidental sont des prises de position entreprises dans la perspective de faire évoluer, dans un sens ou dans un autre, une situation des plus stagnantes : ce territoire, en effet, est le dernier d’Afrique dont le statut post colonial ne soit pas réglé (il est inscrit sur la liste des territoires non autonomes selon l’ONU). Comme le laisse présumer son titre, Journal d’un camp sahraoui. Le cri des pierres, le livre de Jean-François Debargue n’échappe pas à la tendance de l’engagement. L’intention ouverte de ce témoignage sur la vie des camps de réfugiés en territoire algérien est de faire entendre la cause des Sahraouis indépendantistes.

2L’auteur, éleveur d’ovins en pays d’Auge, est parti vivre deux ans sur la hamada de Tindouf, dans le cadre d’une mission de développement agricole. Son journal regroupe les notes prises sur les conditions de vie des réfugiés, la logistique des camps, les liens entretenus avec les pays étrangers, notamment par le biais de l’aide humanitaire. S’y entremêlent des portraits de Sahraouis, des scènes de vie, des descriptions de paysage et des poèmes, des considérations philosophiques et des réflexions sur le conflit du Sahara occidental. L’ouvrage se clôt sur le récit de la grève de la faim réalisée par l’auteur au terme de son séjour, acte visant à attirer l’attention des médias et des responsables politiques français sur la « réalité vécue dans les camps » (p. 221). En raison de la variété des thèmes et des registres d’écriture empruntés, l’ouvrage est tissé de rythmes contrastés qui auraient pu rapidement brider l’élan du lecteur. Mais cela aurait été sans compter les qualités de conteur de Debargue, qui signe là son premier ouvrage. Avant de se pencher plus en détail sur ce qui fait la particularité de ce Journal, résumons en quelques lignes la situation du Sahara occidental, cette région du monde dont l’auteur rappelle à juste titre qu’elle est fortement négligée par les médias.

3Depuis près de 40 ans, une centaine de milliers de Sahraouis vivent dans des camps en Algérie, à quelques kilomètres de la frontière du Sahara occidental, dans une portion du désert particulièrement inhospitalière.

4Lorsqu’en 1975, les Espagnols se retirent de leur colonie saharienne, ils viennent de signer les « accords de Madrid » avec le Maroc et la Mauritanie, partageant le territoire entre ces deux pays. Ces accords ont été contractés clandestinement, au mépris des résolutions de l’ONU et sans consulter les habitants du territoire. Au moment où les forces marocaine et mauritanienne investissent le Sahara occidental, une résistance sahraouie s’organise derrière la bannière du Front Polisario (Front de libération ayant d’abord fait ses armes contre les colons espagnols). Cette résistance est rapidement contrée, à renfort de chars et de bombardiers, entrainant la fuite des combattants et de nombreux civils vers l’est, à travers le désert. Ils obtiennent l’asile en territoire Algérien, juste de l’autre côté de la frontière. Durant 16 ans, le Sahara est le lieu d’affrontements guerriers entre les combattants du Front Polisario et l’armée marocaine (la Mauritanie se retirant du conflit en 1979). En cette époque de Guerre froide, les deux parties sont soutenues respectivement par les blocs de l’Est et de l’Ouest. En 1991, un accord de cessez-le-feu est signé sous proposition de l’ONU. Une Mission de paix est mandatée au Sahara occidental pour l’organisation d’un référendum. Celui-ci est maintes fois différé et les Sahraouis n’ont toujours pas vu appliquer leur droit à l’autodétermination. Depuis peu, le Maroc (qui administre de facto le territoire) propose une nouvelle piste de résolution du conflit : accorder à l’ancienne colonie espagnole un statut de région autonome au sein du Royaume chérifien.

5Pour Debargue, la cause est entendue. Les Sahraouis réfugiés en Algérie sont des oubliés de l’histoire auxquels on a spolié leur territoire. Campés de l’autre côté d’un mur de défense édifié par le Maroc, bloqués dans l’attente d’une issue au conflit, ils sont victimes du « pragmatisme économique de la politique internationale » (p. 93). Mais, plutôt que de s’engager trop en avant dans des considérations historiques ou géopolitiques, l’auteur s’emploie à décrire cette attente, ce quotidien des camps fait d’écrasante chaleur, de rationnements, de maladies chroniques et d’inaction, ce « monde étrange où l’on dort tout en restant las » (p. 174). Il détaille l’organisation des camps, leur logistique, leur architecture. Il rend compte avec précision de l’habitat : un entrelacs de tentes et de minuscules constructions en briques de terre agencées en référence aux points cardinaux, selon une géométrie tracée au cordeau (p. 86).

6L’auteur rapporte aussi de nombreuses anecdotes sur le capotage des projets émanant d’organisations internationales (parmi lesquelles on repère la « Fondation Kadhafi »), stagnant depuis des décennies dans l’aide d’urgence faute de pouvoir mener à terme des « programmes de développement ». C’est notamment à ce propos que, tout au long de son Journal, Debargue interroge le sens de sa présence dans les camps et l’aspect dérisoire de sa mission : mettre en place des jardins pédagogiques auprès d’individus à l’éthos nomade. Pasteurs, chasseurs, guerriers et caravaniers il y a encore peu, les Sahraouis sont habitués à dénigrer ce qui a trait au travail de la terre, activité réservée aux groupes de tradition sédentaire avec lesquels il n’est pas question d’être confondu. En conséquence, tandis que les motopompes rendent l’âme, Debargue finit par se faire à l’idée de se rendre seul, chaque matin, pour bêcher, ratisser et aplanir quelques parcelles au rendement insignifiant.

7On retiendra les passages fort instructifs sur les cérémonies de mariages donnant lieu à des expéditions solennelles en « territoires libérés » (p. 153), sur les rencontres éclair organisées par l’ONU, depuis peu, entre membres de familles sahraouies séparées par le mur depuis plus de 30 ans (p. 106), ainsi que sur l’émergence d’extrémistes religieux parmi les hommes revenant vivre aux camps après de longs séjours en Europe (p. 185).

8D’un chapitre à l’autre, des pages entières sont également consacrées à des descriptions de paysages, à la consignation de gestes techniques, tel celui de mettre à sécher des lamelles de viande sacrifiée aux branches des acacias, ou de défaire la trame des tissus pour trouver matière à tisser des cordes de tente. Ces descriptions, où de petits riens côtoient l’immensité avec une importance égale, confèrent à l’ouvrage une tonalité proche de celle des récits de voyage saharien. C’est ce dernier style qui prend le dessus lorsque l’expérience du désert génère chez l’auteur des évocations poétiques et spirituelles. La plupart des références citées sont d’ailleurs littéraires ou religieuses : Foucauld, Le Clézio, Char, Saint Exupéry, Jean XXIII, Luc...

9Néanmoins, au regard de la dimension informative et critique de nombreux passages de l’ouvrage, on s’étonne que l’auteur ait corrélativement passé sous silence les travaux de chercheurs sur la région, même, ou peut-être d’autant plus, qu’ils sont peu nombreux (un silence délibéré semble-t-il, si l’on s’en tient au court passage où il est question de son entrevue avec une chercheuse sur le terrain). En dépit des qualités quasi ethnographiques de nombre de ses pages descriptives, Journal d’un camp sahraoui n’est certes pas un livre de sciences politiques ou d’ethnologie, mais son objet et l’intention de l’auteur sont loin d’être simplement littéraires. Il aurait donc été utile de faire mention d’une bibliographie et d’une filmographie sur la question du Sahara occidental, à l’attention notamment des lecteurs qui en sont peu familiers.

10Livre engagé, Journal d’un camp Sahraoui est plus précisément, on l’aura compris, un cri militant en faveur de la cause d’une des deux grandes parties du conflit du Sahara Occidental. Ce militantisme implique la mise en avant d’énoncés favorables aux indépendantistes, et une certaine discrétion sur ceux qui ne le sont pas. Ainsi, la présence de « prisonniers marocains » dans les camps de réfugiés sahraouis, jusqu’au milieu des années 2000, n’est mentionnée que lorsqu’il est fait référence à leur savoir-faire en matière de construction en briques de terre (p. 89). Le traitement et les conditions de détention qui furent réservés à ces soldats des Forces de l’Armée Royale capturés au combat ne sont pas renseignés. De même, il n’est pas dit que, parmi ces prisonniers qualifiés de « marocains », beaucoup appartenaient aux mêmes tribus sahariennes que leurs geôliers. Parallèlement, l’existence de « Sahraouis pro-marocains », opposés au Front Polisario, n’est évoquée qu’une seule fois, pour mentionner leurs pratiques de délation de « résistants sahraouis » auprès de la police marocaine (p. 171). L’expression même de « Sahraouis pro-marocains » contraste avec la définition implicite à laquelle renvoie l’usage du terme « Sahraoui » dans le reste de l’ouvrage. Il faut dire que le contenu sémantique de ce terme varie, selon les contextes et les parties qui l’utilisent, et que les contours du collectif qu’il désigne sont eux-mêmes changeants (Mitatre 2011). Un bref développement, clarifiant les nuances attachées au terme « Sahraoui », nous semble ici nécessaire pour lever l’implicite de son utilisation dans l’ouvrage de Debargue.

11En effet, sous la plume des indépendantistes et de leurs sympathisants, Sahraoui désigne un peuple défini par une condition commune d’oppression face aux occupants successifs (espagnols puis marocains) du Sahara occidental. Si l’on y regarde de plus près, le Front Polisario réserve plus spécifiquement l’appellation « Sahraouis » aux seuls individus ayant été recensés comme population administrée par l’Espagne en 1974. Ces derniers sont présentés comme un peuple en lutte pour la construction d’une nation basée sur une démocratie fraternelle et égalitaire. Cette définition chargée d’une connotation révolutionnaire est celle qui correspond au plus près à la genèse du terme, forgé dans les années 1970 par de jeunes anticolonialistes sahariens. Ces derniers voulurent substituer à l’éclatement des dénominations tribales, une nouvelle appellation générique unitaire. Comme l’a écrit Sophie Caratini, à partir du moment où la lutte fut engagée, il ne devait plus y avoir de tribus, mais un peuple : « Chacun et tous devraient être, et uniquement être, “Sahraouis” » (Caratini 2003 : 68).

12On comprend aisément que pendant longtemps ce terme fut banni du vocabulaire marocain. Jusqu’à la fin des années 1980, se déclarer publiquement « Sahraoui » était passible d’emprisonnement sur les territoires sous autorité chérifienne. Mais sur la scène internationale, cette appellation ne cessait d’être utilisée, notamment par l’ONU. Dans les années 1990, les autorités marocaines entreprirent finalement d’introduire ce terme dans leur vocabulaire, mais en le détournant de la signification dissidente dont l’avaient chargée ses concepteurs : « Sahraouis » désignerait à présent les tenants d’une langue particulière (le hassâniyya, parler arabe des habitants de l’Ouest saharien) et d’une « culture » particulière (la « culture » hassâni) au sein du Royaume chérifien. En faisant glisser ce terme vers une acceptation ethnoculturelle, l’idée fut en effet de mettre en avant que l’ensemble sahraoui n’était pas circonscrit par les frontières coloniales, mais qu’il s’étendait à plus de 100 km vers le nord sur le sol marocain incontesté. Dénués de fondements linguistiques ou culturels, les tracés rectilignes hérités de la colonisation ne pouvaient en aucun cas définir les contours d’une nation (cf. Mitatre, 2015).

13Deux définitions de types différents semblent ainsi s’opposer : la définition politique révolutionnaire du Front Polisario (les Sahraouis sont une nation de combattants définie par une condition commune d’oppression) et la définition ethnoculturelle (ou linguistico culturelle) du Maroc (les Sahraouis sont des sujets du roi définis par leur singularité culturelle).

14Néanmoins, l’argument culturel se retrouve aussi, mais sous une forme bien différente, dans les énoncés des indépendantistes et de leurs partisans. Ainsi, l’auteur de Journal d’un camp sahraoui, dont les opérations de justifications de la cause indépendantiste reprennent généralement celles mobilisées par le Front Polisario, écrit-il : « les langues, les cultures sont si différentes entre les populations de ces deux pays [le Maroc et le Sahara occidental] qu’il est pratiquement impossible à un espion marocain de s’introduire chez les Sahraouis sans être immédiatement reconnu » (p. 223). Dans cette phrase, on peut reconnaître le style argumentatif caractéristique du nationalisme ethnoculturel impliquant l’affirmation d’une correspondance entre frontière géopolitique et limite culturelle. L’accent est mis sur les particularités culturelles et linguistiques du « peuple sahraoui » vis-à-vis d’un « peuple marocain », alors que leurs effectifs respectifs ont pourtant été définis, en premier lieu, selon des critères d’ordre politico juridique. L’argument culturel est donc mobilisé pour justifier de la légitimité de l’argument politique qui reste premier dans la définition des contours des collectifs désignés.

  • 1 Le film documentaire d’Alvaro Longoria (2012), diffusé en France en 2014 sous le titre Les enfants (...)

15Ce genre d’opérations argumentatives, où l’on voit poindre la tentation de naturaliser l’arbitraire d’un ordre fondé par un découpage frontalier, est une caractéristique récurrente des nationalismes (cf. Babadzan 2009). L’exemple issu du livre de Debargue nous amène en l’occurrence à constater une fois de plus1 que les opérations de justifications des indépendances postcoloniales sont plus que délicates à entreprendre dans le contexte contemporain. Elles doivent en effet répondre à des logiques de juridiction internationales contradictoires : l’intangibilité des frontières héritées de la colonisation d’une part, le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes de l’autre, sachant que la notion de peuple ne fait nulle part l’objet d’une définition juridique (cf. Cristescu 1981). Ce flottement définitionnel est une porte laissée grande ouverte aux opérations d’essentialisation de tout ordre, que l’on observe y compris parmi les tenants d’idéologies révolutionnaires.

  • 2 Voir notamment sur ce point Hobsbawm 1992.

16Pour finir, on peut souhaiter que de futurs écrits engagés à propos du conflit du Sahara occidental puissent tenir à distance les arguments du nationalisme ethnoculturel. Ce style argumentatif est, en l’occurrence si communément employé (plusieurs auteurs l’ont décrit, non sans embarras, comme étant en voie d’universalisation2) qu’à ne pas y prendre garde, on finirait par ne même plus le distinguer.

17Il reste que ce style occupe finalement peu de place dans le Journal de Jean-François Debargue. Un livre aux qualités littéraires qui, soulignons-le, se lit de bout en bout avec grand intérêt et qui parvient sans conteste à son objectif : celui de rappeler avec force que, dans une portion de désert inhospitalier à la vie sédentaire, des naufragés d’un processus de décolonisation inachevé stagnent dans l’oubli, en attendant que quelque chose ne bouge.

Haut de page

Bibliographie

Babadzan Alain, 2009, Le spectacle de la culture. Globalisation et traditionalismes en Océanie, Paris, L’Harmattan (« Connaissance des hommes »).

Caratini Sophie, 2003, La république des sables. Anthropologie d’une révolution, Paris, L’Harmattan.

Cristescu Aureliu, 1981, The Right to Self-Determination: Historical and Current Development on the Basis of United Nations Instruments, New York, United Nations.

Hobsbawm Eric, 1992, Nations et nationalisme depuis 1780, Paris, Gallimard.

Longoria Alvaro, 2012, Hijos de las nubes. La ultima colonia, Candescent Films, 82’.

Mitatre Claire Cécile, 2011, Le couloir ouest-saharien : un espace gradué, L’Année du Maghreb, VII, Dossier Sahara en mouvement : 211-228.

— 2015, Frontières coloniales, bornages culturels. Le Maroc et le Front Polisario dans la définition des limites territoriales d’un « peuple », chapitre 1, in Carine Chavarochette et al. (dir.), Faire frontière(s). Raisons politiques et usages symboliques, Paris / Montpellier, Karthala / MSH-M : 31-50.

Haut de page

Notes

1 Le film documentaire d’Alvaro Longoria (2012), diffusé en France en 2014 sous le titre Les enfants des nuages, pourrait faire l’objet d’une analyse similaire. Dans ce documentaire, la caméra suit l’acteur espagnol Xavier Bardem dans les diverses démarches qu’il entreprend pour faire reconnaître la cause du Front Polisario, notamment auprès des Nations-Unies. Le film est jalonné de petites séquences animées destinées à exposer pédagogiquement la situation géopoli- tique du Sahara occidental et les principales étapes historiques du conflit. Dans ces animations, les « Sahraouis » sont figurés par de petits bonhommes verts habillés avec des turbans, et les « marocains » par de petits bonhommes rouges en djellaba, en ne laissant aucune place aux différents usages de définition des termes et à la nuance des appartenances, que celles-ci soient revendiquées ou assignées. L’usage de ces couleurs contrastées et des costumes impose, en outre, l’idée d’une distinction sans équivoque entre deux peuples nationaux, définis par leur lien à deux territoires délimités par des frontières et dotés de traits culturels différenciés.

2 Voir notamment sur ce point Hobsbawm 1992.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claire Cécile Mitatre, « Sahara occidental, note sur un livre engagé », Journal des africanistes, 84-2 | 2014, 210-216.

Référence électronique

Claire Cécile Mitatre, « Sahara occidental, note sur un livre engagé », Journal des africanistes [En ligne], 84-2 | 2014, mis en ligne le 01 février 2016, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/4146

Haut de page

Auteur

Claire Cécile Mitatre

MAÎTRE DE CONFÉRENCES EN ETHNOLOGIE, UNIVERSITÉ PAUL VALERY – MONTPELLIER 3 / CERCE / CJB

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org