Navigation – Plan du site
Etudes et recherches

Défrichement des derniers karé guiziga et recomposition des territoires d'immigration (Extrême-Nord Cameroun)

Clearing the last karé guiziga and reorganizing immigrant’s territories (Far North region of Cameroon)
Félix Watang Zieba
p. 203-218

Résumés

Cette étude s’intéresse à la recomposition du pays guiziga suite aux défrichements des vertisols ou karé par les migrants venus de la vallée du Logone (sud-est de la région de l’Extrême-Nord Cameroun). Après avoir défrichés les vertisols proches de leur territoire traditionnel, ces paysans toupouri pour la plupart, s’intéressent depuis le début des années 1990 aux derniers karé encore inexploités en pays guiziga. Les enquêtes de terrain et la cartographie des espaces d’immigration font apparaitre une dynamique des territoires demeurés stables pendant plus de deux siècles. Les limites administratives sont ignorées par les pionniers qui construisent de nouveaux espaces agricoles tandis qu’on assiste à l’éclatement d’un des derniers espaces ethniques homogènes de la région de l’Extrême-Nord Cameroun.

Haut de page

Notes de l’auteur

Karé : Sols hydromorphes mis en valeur pour la culture de sorgho de contre saison (karal, pl. kare en langue peule)

Texte intégral

Introduction

1Dès les années 1950, les vertisols (karé) des plaines du Diamaré vont connaître une occupation progressive par des populations voisines. Notamment, par les paysans toupouri qui font face à de très fortes densités dans leurs terroirs d'origine (Seignobos, 2000). Ces défrichements vont s’opérer sur les marges des cantons foulbé où les marqueurs spatiaux relatifs aux pâturages ne sont pas très visibles. Cette conquête des espaces de production de sorgho de contre saison (muskuwaari) va se poursuivre parallèlement à une migration vers la vallée de la Bénoué qui dispose d’un fort potentiel de terres inexploitées et, ceci sous l’encadrement des pouvoirs publics. Entre 1976 et 1984, près de 30 000 migrants y seront installés (Roupsard 1987, Levrat, 2007). Ce nombre ne va cesser de croître malgré le désengagement de l’Etat camerounais de ces grands projets de développement. Cependant depuis le début de la décennie 1990, on note un regain d’intérêt pour les vertisols inexploités des plaines de l’Extrême-Nord (figure 1). En effet, le pays guiziga constitue, une nouvelle zone d'installation des paysans toupouri. On assiste à la création de nouveaux terroirs et surtout à l'installation des migrants dans de nombreux villages appartenant à ce vieux bassin de peuplement. On relève aussi, le retour de quelques paysans toupouri de la vallée de la Bénoué pour s’établir dans cet espace disposant encore de karé inexploités. Entre 1990 et 2008, plus de quatre cents familles de migrants se sont installées dans plus d’une vingtaine de terroirs situés en pays guiziga, répartis dans quatre lamidats (Moutourwa, Midjivin, Mindif, Maroua), soit cinq arrondissements (Maroua, Moutourwa, Mindif, Kaélé, Dargala). Il est important d’apprécier les effets spatiaux de ce phénomène sur la dynamique des territoires dont certains datent de la fin du XIXème ou du début du XXème siècle. D'où les questions suivantes :

2- Qu’est ce qui caractérise la dynamique des territoires aux échelles locale (pays guiziga) et supra-locale (plaines de l’Extrême-Nord) ?

3- Quels sont les modalités qui régissent la construction de nouveaux territoires par les migrants dans ce bassin de peuplement qu'est le pays guiziga ?

4Nous formulons les hypothèses suivantes :

  • 1 Territoire d’une principauté peule précoloniale, avec un pouvoir dynastique et à sa tête un lamido (...)

5i. De l’échelle locale à l’échelle supra-locale, on assiste à une construction de nouveaux territoires agricoles, ignorant les limites anciennes des chefferies traditionnelles ou lamidats1 et à la disparition d’un des derniers espaces ethniques homogènes de la région de l’Extrême-Nord.

6ii. La construction des nouveaux territoires par les migrants, exclusivement dictée par le besoin d’occupation des karé encore disponibles s’accomplit sans en référer aux pouvoirs traditionnels locaux.

Figure 1. Localisation de la zone d’étude.

Figure 1. Localisation de la zone d’étude.

Méthodologie

7Les mobilités géographiques ici étudiées correspondent à un type de migration interne au Cameroun. Elles succèdent aux nombreuses migrations rurales observées dans le Nord Cameroun, notamment celles orientées vers la vallée de la Bénoué (Roupsard, 1987 ; Ndembou, 1984 ; Levrat, 2007 ; Watang, 2010). Les défrichements étudiés résultent d’une installation, à partir des années 1990, de paysans migrants toupouri ayant pour principal objectif de créer de nouveaux espaces de culture en défrichant les karé non mis en valeur par les paysans locaux guiziga. On aboutit ainsi à la création de nouveaux territoires agricoles. Nous désignons par territoires “ une étendue aménagée et gérée par un groupe, une unité de fonctionnement” (Dongmo, 2005). C’est un espace approprié, une base géographique de l’existence sociale (Brunet, 1990), matérialisé par des marqueurs spatiaux, dont les principaux sont pour les agriculteurs les espaces de labour. Les espaces non exploités pourraient être alors considérés comme « vacants ». La région de l’Extrême-Nord à laquelle appartient notre zone d’étude est constituée de plusieurs territoires administratifs allant du département à l’arrondissement. A ces territoires, on peut ajouter les lamidats qui sont des entités traditionnelles qui ont réussi à conserver leurs limites malgré la colonisation et l’existence d’un pouvoir étatique moderne.

8Les enquêtes ont surtout porté sur les motivations des pionniers et la logique guidant la construction des territoires agricoles. Nous avons insisté sur les informations relatives tant à l’orientation des défrichements et de leur délimitation spatiale qu’aux rapports avec les pouvoirs locaux.

  • 2 A l’arrière-plan, l’on observe la steppe à épineux sur les espaces non exploités ; au premier plan, (...)

Photo 1. Défrichement des espaces interstitiels à Zibou (près de Moutourwa)2

Photo 1. Défrichement des espaces interstitiels à Zibou (près de Moutourwa)2
  • 3 La cartographie des territoires a été réalisée au GPS. Les données issues de l’exploitation des rap (...)
  • 4 Données fournies par le Centre de Santé de Foulou.

9Le choix de ces terroirs d’immigration a suivi une typologie préalable. Cette typologie fait apparaitre des terroirs nouvellement créés (1), des anciens terroirs guiziga d’immigration modeste (2) et des terroirs guiziga de forte immigration (3). L’ensemble des chefs de saré (ménages) et autres actifs agricoles autochtones et immigrés ont été enquêtés3 dans les terroirs témoins des deux premiers types (Mobono, Barawa Laddé). Dans le terroir témoin du troisième type (Foulou), une centaine d’autochtones et la totalité des immigrés ont été enquêtés. (Tableau 14).

Tableau 1. Terroirs et populations enquêtés.

 

Terroir

Coordonnées géographiques

Population

Autochtones

Immigrés

Total

1

Mobono

N 10°24' ‑ E 14°14΄

/

454

454

2

Barawa Laddé

N 10°10' ‑ E 14°8'

394

80

474

3

Foulou

N 10°19' ‑ E 14°20'

2500*

600

3100

Résultats

La colonisation des derniers karé guiziga par les paysans venus de la vallée du Logone

10Le pays guiziga, avec une densité moyenne de 30 hts/km2, est considéré comme la zone la moins peuplée des plaines de l’Extrême-Nord. La mobilité permanente de ses populations et leur émigration massive vers la vallée de la Bénoué pendant les décennies 1970 et 1980 ont contribué au maintien de cette densité. Entre 1976 et 1984, on a recensé 7627 migrants guiziga dans la vallée de la Bénoué, constituant ainsi la première communauté ethnique en termes d’effectifs, originaire de la région de l’Extrême-Nord (Roupsard, 1987). Pour certains auteurs, à l’instar de Pontié (1973, 1979), cette situation parait paradoxale car le pays guiziga regorge « des plaines fertiles et de faibles densités. » En effet, les sols sont de type fersialitique rouge, et ces terres bien drainées, faciles à travailler offrent de bons rendements pour les cultures sous pluie (sorghos et coton). Elles peuvent parfois succéder à des cultures de contre saison (muskuwaari) sur les mêmes zones (Seignobos et Kuoh ,2000). De plus, selon la perception locale, les vertisols guiziga appelés ligazang restent productifs malgré les derniers déficits pluviométriques.

11C’est à partir des années 1990 que l’on va remarquer les premières installations en pays guiziga des paysans venus de la vallée du Logone. Ils seront rejoins a partir des années 2000 par les paysans de retour de la Bénoué.

12Du plan gauche au plan droit de la photo 2, on observe les cases des migrants. Celles-ci datent de 1997 et ont été construites sur un espace abandonné par les guiziga il y a plus d’une dizaine d’années.

Photo 2. Installation des Toupouri sur un espace interstitiel abandonné par les Guiziga.

Photo 2. Installation des Toupouri sur un espace interstitiel abandonné par les Guiziga.

13Des défrichements ont alors lieu sur les espaces inoccupés aboutissant à la naissance de nouveaux terroirs (Mobono, Magada) et aussi, sur les marges des terroirs guiziga (Foulou, Yakang, Barawa Laddé, Dargala, Tchoffi, Nubu, Mugudu, Zibou, Mulva, Tchoffi, Zuzui, Ngarwa, Yameda, Domo etc.).

14Le tableau 2 (page suivante) recense les différents terroirs guiziga concernés par les défrichements effectués par près de 400 familles venues de la vallée du Logone.

15Les superficies des karé colonisés varient d’un terroir à l’autre en fonction du nombre de migrants, de la disponibilité en espaces et relations avec la population guiziga.

16La mise en valeur des karé par les pionniers se déroule dans un milieu profondément marqué par une organisation territoriale traditionnelle rigoureuse celle du lamidat

Des territoires traditionnels organisés en lamidats

  • 5 Lamibé est le pluriel de Lamido.

17La marque spatiale des lamidats au Nord Cameroun reste tout de même très prégnante. Les lamidats ont des frontières à l’intérieur desquelles les Lamibé5 exercent un pouvoir foncier coutumier exclusif. La terre leur appartient en tant que « représentants de la communauté villageoise ». Eux seuls peuvent octroyer un droit de jouissance à un exploitant. Les limites des lamidats, ont été, en général, stables depuis la période coloniale. Les défrichements effectués par les pionniers se font ici dans les lamidats de Moutourwa, Mindif, Midjivin et Maroua.

Tableau 2. Terroirs d’installation et nombre de familles migrantes dénombrées.

  • 6 Sources : enquête de terrain, 2003 à 2009.

Terroir d’installation

Nombre de familles migrantes recensées6

Foulou

94

Zuzui

51

Mulva

19

Djagara

8

Vaza

8

Magada

18

Barawa Laddé

13

Tchoffi

22

Mugudu

18

Nubu

17

Zibou

15

Mayel Guinadji

7

Mobono

63

Yakang

15

Ngarwa,

20

Yameda

15

Domo

16

Totaux

395

Les terroirs nés de la volonté des migrants d’ignorer les limites des lamidats

18Les migrants ne considèrent plus les limites des lamidats comme un obstacle à l’extension de leurs espaces de culture et partant de leur terroir. Les terroirs de Mobono et de Foulou illustrent bien deux situations différentes, même si l’un comme l’autre sont en relation avec l’installation des migrants.

Par-delà la limite des lamidats : le terroir de Mbono

19C’est à partir de 1997, que vont commencer les premiers défrichements sur les espaces à l’interface des lamidats de Mindif et de Moutourwa.

20Installés au départ à la lisière du lamidat de Mindif, les migrants vont étendre leurs parcelles progressivement, en dépit de la limite entre lamidats. On ne remarque aucune hésitation dans l’évolution de l’habitat, des espaces de cultures et tout ceci dans une logique de construction d’un territoire rural unique (figure 2.)

Figure 2. Carte de situation.

Figure 2. Carte de situation.

21Le terroir de Mobono Plus de 100 hectares ont été défrichés de façon continue de part et d’autre de la limite séparant les lamidats de Mindif et de Moutourwa.

22Une cartographie des différentes unités spatiales du terroir (figure 3) laisse apparaître :

23- Les propriétaires considèrent leurs champs comme continus et la limite comme un chemin d’exploitation passant par leurs champs. D’ailleurs, c’est l’ensemble des espaces de production de muskuwaari qui est traversé par la limite ;

24- Nous avons identifié près de 23 paysans qui ont des exploitations dans le lamidat de Mindif, mais résident dans la partie du terroir appartenant au lamidat de Moutourwa. Ceux-ci considèrent leurs habitations et leurs exploitations comme faisant toutes parties du terroir de Mobono. Pour eux, on ne saurait parler d’une discontinuité de leur terroir à cause de cette limite.

Figure 3. Le terroir de Mobono.

Figure 3. Le terroir de Mobono.

La limite entre les lamidats à l’épreuve des défrichements effectués par les migrants installés à Foulou

25Si à Foulou, l’installation des migrants n’a pas eu pour conséquence la naissance d’un nouveau terroir, l’impact spatial à travers leurs défrichements n’en est moins considérable, soit plus de 200 hectares de karé défrichés. La dynamique spatiale entreprise par les migrants est dictée par la volonté de construire un territoire agricole.

26Ainsi, les limites entre les lamidats de Midjivin et de Moutourwa ont- elles été ignorées par les pionniers. Pour eux, seules les limites avec le terroir de Laf, situé dans le lamidat de Moutourwa, seraient à prendre en considération.

27Ici, le projet de construction du territoire agricole toupouri n’est pas arrivé à son terme à cause de la réaction des Lamibé. Ces derniers ont créé une zone tampon de part et d’autre de la limite des deux lamidats respectifs pour freiner l’avancée des fronts pionniers de ces cultivateurs.

Figure 4. La limite entre les lamidats de Moutourwa et de Midjivin à l’épreuve des défrichements.

Figure 4. La limite entre les lamidats de Moutourwa et de Midjivin à l’épreuve des défrichements.

28Après plus d’un siècle de stabilité, les territoires des lamidats marqués par des limites bien précises sont pour la première fois ignorés par des paysans. Ceux-ci guidés par la seule volonté de construire des territoires agricoles nouveaux en maintenant le même encadrement politique traditionnel de leur zone de départ, sont en train de remettre en question le droit foncier coutumier appliqué par les lamibé en l’absence d’un Etat qui semble avoir démissionné.

L’éclatement d’un espace ethnique homogène : le pays guiziga

29Aujourd’hui, une présentation du milieu humain dans les plaines de l’Extrême-Nord ne saurait considérer le pays guiziga comme un espace au peuplement homogène, du moins depuis l’installation des migrants venus de la vallée du Logone (73 % d’entre eux appartiennent à l’ethnie toupouri) à partir des années 1990.

30Les espaces recevant aujourd’hui ces migrants constituaient il y a 30 ans, un périmètre peuplé exclusivement de Guiziga, les espaces périphériques du pays guiziga connaissaient, en revanche, une association à proportions variables de Guiziga, Moundang, Foulbé, Mofou (Pontié, 1973. p24). Aujourd’hui avec cette immigration récente, on assiste à la disparition de cette « zone exclusivement guiziga ». D’ailleurs l’essentiel des espaces défrichés par les migrants se trouve dans ce périmètre (cf. figure 5).

Figure 5. Désintégration de l’espace ethnique guiziga longtemps demeuré homogène.

Figure 5. Désintégration de l’espace ethnique guiziga longtemps demeuré homogène.

31En effet, la zone de Moutourwa (délimitée sur la figure 6. par une ligne foncée passe alors d’un “territoire conçu comme un espace continu dont les limites (…) politique, ethnique garantissent l'homogénéité (Delaunay, www.cybergeo.eu/index5234.html - 133k)” à un territoire discontinu suite à l’intégration de nouveaux territoires agricoles résultant de la mise en valeur des karé par les migrants.

Fig.6. Extensions du territoire ethnique toupouri dans la région de l’Extrême-Nord de 1950 à 2010.

Fig.6. Extensions du territoire ethnique toupouri dans la région de l’Extrême-Nord de 1950 à 2010.

32Il est dès lors important de comprendre la logique qui oriente le comportement de ces migrants pionniers venus de la vallée du Logone.

Une organisation sociale traditionnelle peu centralisée

33Qualifiée de société sans chef ou acéphale (Boutrais et al, 1984), la société toupouri a, en effet, une structure peu centralisée. L’organisation socio-politique est basée sur des associations de clans (Seignobos, 2000). La chefferie exerce plus un pouvoir moral et religieux que politique. Les Toupouri du Cameroun et du Tchad reconnaissent au Wang Kulu de Doré (village situé à quelques kilomètres de la commune de Fianga au Tchad), un pouvoir spirituel car c’est lui le maître des cérémonies rituelles. La séparation de l’aire traditionnelle toupouri par une frontière héritée de la colonisation limite aujourd’hui toute influence politique d’une telle chefferie sur la partie camerounaise. La société toupouri s’oppose fondamentalement à la centralisation connue dans les lamidats foulbé et même guiziga. En effet, les migrants toupouri se soumettent difficilement à l’autorité traditionnelle dans ces différents espaces d’immigration. Ceci se manifeste par le refus de payer la taxe foncière musulmane (Zakkat) généralement imposée par les lamibé (Koulandi, 2006). Selon ces migrants, la citoyenneté camerounaise leur donnerait le droit de s’établir partout sur le territoire national.

Une affirmation ouverte au droit à la terre

34Interrogés sur leur installation spontanée hors de leur territoire traditionnel, nombreux sont les migrants qui affirment être “des camerounais qui s’installent simplement sur une portion inoccupée du territoire national.” De ce fait, selon eux toujours, “seul l’Etat camerounais a le pouvoir de les faire déguerpir.” Cette affirmation du droit à une installation sur tout le territoire camerounais constitue une donnée importante lors de la construction des nouveaux espaces de culture faisant fi des limites des lamidats. Elle est d’ailleurs soutenue par tous les membres du groupe qui restent très soudés. Les individus les plus instruits (Certifiés, anciens employés d’entreprises, instituteurs en attente d’intégration à la fonction publique) constituent les porte-paroles de toute la communauté.

35Ces défrichements qui ont lieu à l’intérieur de la région de l’Extrême- Nord participent aussi à une dynamique territoriale plus large, à l’échelle de toute la région.

Extension de l’espace ethnique toupouri à l’échelle de la région de l’Extrême-Nord

36Le territoire traditionnel toupouri (N9°43' - 10°17' et E14°40'- 15°10') est situé de part et d’autre de la frontière (N 10°) qui sépare le sud-ouest du Tchad et le nord-est du Cameroun (région de l’Extrême-Nord). Des berges du Mayo Kébi, il s’étend jusqu’à dans la vallée du Logone. Soit une superficie de 350km2 environ (Feckoua, 2002). Au Cameroun les toupouri occupent majoritairement les arrondissements de Kar-Hay, Tchatibali, Touloum, Bizili et Golonguini.

37Après une extension dans les années 1950 vers les cantons foulbé au nord, dans la plaine du Diamaré (Horlong, Moulvoudaye, Koré, Dargala) (Figure 6), on va noter un engouement pour l’émigration vers les plaines de la Bénoué dans la Région du Nord à partir des années 1970, qui va interrompre l’immigration propre à l’Extrême-Nord.

38Les défrichements récents des karé en pays guiziga ont pour conséquence la relance de la migration toupouri sur des espaces plus proches du pays de départ.

39Sur la figure 6, on remarque qu’après une poussée vers les espaces situés au Nord de son territoire traditionnel, le pays toupouri connait aujourd’hui une extension vers l’ouest dans l’espace ethnique guiziga. Il s’agit toujours du même mode d’occupation de l’espace à partir de la sole de sorgho repiqué, qui fonde le socle de chaque nouveau terroir.

Conclusion

40De l’analyse des données provenant des enquêtes de terrain et de la cartographie des espaces mis en valeur, il résulte que la mise en place de nouveaux espaces agricoles est à l’origine de la recomposition de territoires demeurés stables pendant près de deux siècles. Cette mise en valeur des espaces agricoles s’est libérée de la contrainte longtemps imposée par les limites centenaires des lamidats. C’est le cas des terroirs de Mobono, de Barawa Laddé et de Foulou où les migrants construisent des espaces agricoles continus qui recoupent les limites des lamidats de Moutourwa, Mindif et Midjiving. A l’échelle supra-locale, on assiste d’une part à l’éclatement d’un des derniers espaces ethniques homogènes des plaines de l’Extrême-Nord Cameroun et d’autre part à la dilatation de l’espace ethnique toupouri au delà de son territoire d’origine.

41La structure sociale traditionnelle peu hiérarchisée des communautés et un certain degré de scolarisation des migrants les poussent à affirmer leur droit à la terre dans tout le territoire camerounais. Le comportement de ces migrants se caractérise par un esprit de liberté vis-à-vis des lamibé. Ceci non seulement dans la zone étudiée mais aussi dans d’autres espaces d’immigration comme la vallée de la Bénoué. Il devient alors urgent pour les pouvoirs publics de confirmer leur présence dans le domaine très sensible du foncier rural longtemps abandonné aux autorités traditionnelles.

Haut de page

Bibliographie

Blanc-Pammard C., 2005, Jeux d’échelles, territoires de recherche. Exemples africains et Malgaches , Cybergeo : revue européenne de géographie, n° 301, 02 février. www.revues.org/index485.html - 58k

Clarke J. ET Kosinski Leszek, 1982, Redistribution of population in Africa, Londres, Heinemann, 212p

Delaunay D., Les migrations dans l'espace démographique équatorien www.cybergeo.eu/index5234.html - 133k

Dongmo J.L., 2005, L’émergence du territoire agro-pastoral du village de Mbang Foulbé dans le Lamidat de Ngaoundéré, Annales de la FALSH de l’Université de Ngaoundéré. vol. VIII-2003, pp 7-27.

Feckoua Laoukissam L., 2002, Le don-long en pays toupouri. L’impact spatial, économique et socioculturel d’un sorgho repiqué de contre-saison, Ressources vivrières et choix alimentaire dans le bassin du Lac Tchad, Colloque Mega- Tchad, 20-22 novembre 2002.

Koulandi J., 2006, Rural resettlement, cotton cultivation and coping strategies in the benue river basin, northern Cameroon, Thèse de Doctorat Ph.D, Faculty of Social Science, Department of Social Anthropology, University of Tromsø(Norway), 309p.

Levrat R. L. G., 2007, La culture cotonnière en Afrique soudanienne de la zone franc depuis les débuts de la colonisation : l'exemple du Cameroun. Thèse de Doctorat en Géographie tropicale, U.F.R. Géographie et Aménagement, Université Michel de Montaigne Bordeaux III, 1036p.

Mohammadou E., 1976, L’histoire des Peuls Ferôbe du Diamaré : Maroua et Petté. Cameroun, Onarest, Tokyo, ILCAA, 409 p.

Ndembou S., 1994, « Le développement rural par projet à l’épreuve du désengagement de l’Etat. », in Courade G., Le village camerounais à l’heure de l’ajustement, éditions Karthala, Paris, pp293-307.

Pierre George, 1970, Dictionnaire de la Géographie, PUF, 510 p.

Pontie G., 1973, Les Guiziga du Cameroun septentrional. L’organisation traditionnelle et sa mise en contestation. Paris, ORSTOM, 255 p

Pontie G., 1979, « La contestation par la migration, Cahier O.R.S.T.O.M., série Sciences Humaines, vol. XVI, n° s l-2, pp 111-127.

Raimond C., 1999, Terres innondables et sorgho repiqué. Evolution des espaces agricoles et pastoraux dans le bassin du Lac tchad, Thèse de doctorat de géographie, U.F.R. de Géographie, Université de paris I-Panthéon Sorbonne, 543 p.

Roupsard M., 1987, Nord Cameroun : Ouverture et développement. Impression et façonnade : Claude Bellée, Coutances, Manche, France, 516 p.

Noorduyn R., 2005, The assertion of rights to agro-pastoral land in North Cameroon: a cascade to violence? Leiden : African Studies Centre, Research report 76, 2005.

Seignobos CH. et Kuoh Moukouri H., 2000, « Potentialité des sols et terroirs agricoles » [Version numérique, Planche 13, Notice], in Seignobos, CH. et Iyebi-Mandjek O., Atlas de la Province Extrême Nord du Cameroun, MINREST/INC/IRD, 120 p.

Seignobos CH., 2002, « La gestion des espaces par la migration. », in Hamadou Ousman et Seignobos CH., Eléments d’une stratégie de développement rural pour le Grand Nord du Cameroun (II. Notes Thématiques), Ministère de l’agriculture du Cameroun, SCAC Cameroun, pp 39-42.

Seignobos CH. et Iyebi-Mandjek O., 2000, Atlas de la province Extrême-Nord Cameroun, IRD, MINREST, INC, 84 p.

Watang Zieba F., 2010, Muskuwaari, immigration et mutations spatio-agricoles en pays guiziga (Extrême-Nord Cameroun), Thèse de Doctorat Ph.D, Département de Géographie, Faculté des Arts, Lettres et Sciences Humaines, Université de Ngaoundéré (Cameroun), 421 p.

Watang Zieba F. et Gormo J., 2009, Saturation foncière et mutations sociales dans les plaines de l’Extrême-Nord Cameroun, International Journal of african studies, Universidade do Porto, Centre de Estudos Africanos, n° 13, pp 81-90

Watang Zieba F. et Lieugomg M., 2009, « Mobilités spatiales et mutations agricoles dans la plaine du Diamaré : le cas des terroirs de Foulou et Mobono/Carrière », in Tourneux H. et Woin Noé, les migrations et mobilités spatiales dans le bassin du Lac Tchad, IRD, pp 443-459

Watang Zieba F., Gonne B., 2009, Le pays guiziga : de l’émigration à l’immigration ou « l’effet miroir » des migrations vers la vallée de la Bénoué, Kaliao, série Lettres et Sciences humaines, revue de l’université de Maroua, Volume 2.

Haut de page

Notes

1 Territoire d’une principauté peule précoloniale, avec un pouvoir dynastique et à sa tête un lamido (pl. lamibe).

2 A l’arrière-plan, l’on observe la steppe à épineux sur les espaces non exploités ; au premier plan, des souches témoignant de la colonisation en cours.

3 La cartographie des territoires a été réalisée au GPS. Les données issues de l’exploitation des rapports des services agricoles et d’élevage ont subi un traitement statistique. Les résultats sont présentés sous forme de tableaux, de graphiques et de cartes.

4 Données fournies par le Centre de Santé de Foulou.

5 Lamibé est le pluriel de Lamido.

6 Sources : enquête de terrain, 2003 à 2009.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Localisation de la zone d’étude.
URL http://africanistes.revues.org/docannexe/image/4127/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Photo 1. Défrichement des espaces interstitiels à Zibou (près de Moutourwa)2
URL http://africanistes.revues.org/docannexe/image/4127/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Photo 2. Installation des Toupouri sur un espace interstitiel abandonné par les Guiziga.
URL http://africanistes.revues.org/docannexe/image/4127/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Figure 2. Carte de situation.
URL http://africanistes.revues.org/docannexe/image/4127/img-4.png
Fichier image/png, 26k
Titre Figure 3. Le terroir de Mobono.
URL http://africanistes.revues.org/docannexe/image/4127/img-5.png
Fichier image/png, 40k
Titre Figure 4. La limite entre les lamidats de Moutourwa et de Midjivin à l’épreuve des défrichements.
URL http://africanistes.revues.org/docannexe/image/4127/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Figure 5. Désintégration de l’espace ethnique guiziga longtemps demeuré homogène.
URL http://africanistes.revues.org/docannexe/image/4127/img-7.png
Fichier image/png, 32k
Titre Fig.6. Extensions du territoire ethnique toupouri dans la région de l’Extrême-Nord de 1950 à 2010.
URL http://africanistes.revues.org/docannexe/image/4127/img-8.png
Fichier image/png, 27k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Félix Watang Zieba, « Défrichement des derniers karé guiziga et recomposition des territoires d'immigration (Extrême-Nord Cameroun) », Journal des africanistes, 81-2 | 2011, 203-218.

Référence électronique

Félix Watang Zieba, « Défrichement des derniers karé guiziga et recomposition des territoires d'immigration (Extrême-Nord Cameroun) », Journal des africanistes [En ligne], 81-2 | 2011, mis en ligne le 15 janvier 2016, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://africanistes.revues.org/4127

Haut de page

Auteur

Félix Watang Zieba

Enseignant au Département de Géographie, Ecole Normale Supérieure, Université de Maroua (Cameroun), BP 55.
watangf@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org