Navigation – Plan du site
Etudes et recherches

La lutte contre la corruption comme objet d’études en socio-anthropologie : une perspective théorique et empirique

The fight against corruption as an Research Object/Field of Study in social anthropology : a theoretical and empirical perspective
Elieth Eyebiyi
p. 174-194

Résumés

Longtemps objet des sciences politiques, la corruption est devenue depuis un peu plus d’une décennie un nouveau champ d’interrogations pour les sciences sociales, notamment la sociologie et l’anthropologie du développement. Si la corruption est donc de plus en plus investiguée par les travaux de la socio-anthropologie des espaces publics africains, son corollaire, la lutte contre la corruption, demeure un chaînon manquant dans l’analyse. Après un bref état de la question dans la littérature scientifique, cet article souligne, à partir du cas du Bénin, le paradoxe entre l’engouement des chercheurs et des populations pour l’objet « corruption », alors même que l’objet « lutte contre la corruption » est, lui, peu investi. Il interroge ensuite la place relative des recherches intéressant la corruption et la lutte contre la corruption dans les sciences sociales africanistes, puis ouvre une fenêtre sur les contributions potentielles d’une socio-anthropologie empirique de la lutte contre la corruption.

Haut de page

Notes de l’auteur

Cet article est issu d’une thèse de doctorat en sociologie anthropologie soutenue à l’Université d’Abomey-Calavi (Benin) sur les mobilisations anticorruption et la construction de l’État au Bénin en 2012. Cette thèse explore à partir de données empiriques les ressorts de l’État africain depuis la perspective des mobilisations civiles contre la corruption au Bénin. Je remercie particulièrement N. Bako Arifari, M. Tidjani Alou, J.-P. Olivier de Sardan et F. Lesemann pour leurs commentaires sur des versions précédentes de ce texte. Je n’oublie pas non plus les évaluateurs anonymes du Journal des Africanistes ainsi que l’attention de L. Pecquet.

Texte intégral

L’objet « corruption » dans les sciences sociales

  • 1 L’indice de perception de la corruption (IPC) est une mesure qualitative de perception, basée sur d (...)
  • 2 Constat souligné au cours du colloque « Socio-anthropologie et science politique face à l’espace pu (...)

1La littérature sur la corruption en sciences sociales et politiques existe et est abondante, tout comme les rapports de nombreuses institutions internationales comme Transparency International. Cette dernière calcule par exemple chaque année l’indice de perception de la corruption, IPC1, et le rend public dans le cadre d’un rapport. Les travaux scientifiques quant à eux portent essentiellement sur les détournements, le clientélisme (Médard 1981), le courtage dans les projets de développement, les partis politiques (Kisito 2008) ou encore la corruption proprement dite, au sein des administrations et services publics, spécifiquement la bureaucratie (Gould 1980). Jusqu’au début des années 2000, les rares travaux sociologiques sur la corruption sont l’œuvre notamment de chercheurs italiens (Dialla 2006 : 123) et se sont inscrits dans une approche microsociologique des comportements corruptifs individuels. Pour Dialla (2006), ce niveau d’analyse repose sur le choix rationnel et explique la participation des individus aux actes de corruption, par l’intérêt qu’ils en tirent. À l’évidence, ce modèle explicatif expurge de l’analyse le contexte et toutes les contraintes sociales susceptibles de conditionner justement ce choix rationnel (parfois inconscient). Il faut constater avec Blundo (2008)2 que l’anthropologie notamment politique et économique n’a pas réservé meilleur sort à l’objet corruption. À l’« étrange silence » de cette discipline au sujet de ce terrain théorique, s’oppose la science politique qui, ayant fait de l’État son objet central, a très tôt investigué le terrain de la corruption (Médard 1981, 1983 ; Darbon 1990 ; Cartier-Bresson 1992, 1998 ; Johnston 1997 ; Rose-Ackerman 1999 et bien d’autres travaux de politistes). Si la corrélation entre l’État et la corruption apparaît en filigrane ainsi du côté des politistes, on ne doit pas omettre de souligner également les travaux des économistes qui se sont abondamment intéressés au sujet. Parmi les plus récents, Papava (2005) s’intéresse aux économies en transition et parle même de « nécroéconomie », tout comme Negru et Ungurean (2001), bien avant Vostroknoutova (2002) qui s’illustra sur les « shadow economy » en pensant que ces types d’économies souterraines pourraient être les moteurs de la croissance dans des économies hautement corrompues. Au sens de Papava (2005), dans les économies en transition, notamment de l’ex-bloc soviétique, la corruption est née d’une accumulation primaire du capital et donc se développe dans un contexte économique favorable marqué entre autres par la chute du communisme et la montée en pointe du libéralisme. Pour lui, le phénomène corruptif, et notamment son expansion, est à situer dans le cadre paradigmatique des transformations de l’État, particulièrement en ce qui concerne le passage vers une économie postcommuniste de plus en plus capitaliste.

2Dans la perspective d’une analyse économétrique, on peut indiquer Honlonkou (2003) qui, comme Mauro (1995), recherche les corrélations entre croissance, développement et corruption, ou plus récemment Kimuyu (2007), dont le propos s’attache à explorer la structure de la corruption au Kenya et ses conséquences sur les performances des entreprises et manufactures. Ce dernier effectue une analyse économétrique dans une approche descriptive et constate que les entreprises kényanes distraient une forte proportion de leurs rentrées d’argent dans des commissions occultes et des paiements non officiels, y compris au sujet des marchés d’État. Pour Kimuyu, la corruption ne servirait pas que de lubrifiant à un système économique, le système kényan, mais freinerait les exportations et générerait des « deleterious consequences ». Il utilise d’ailleurs le substantif « undermines », qui signifie « saper », pour rendre compte de l’influence négative de la corruption sur les performances des entreprises, et par extension sur le tissu économique. Paldam (2000), pour sa part, évoque l’aspect religieux en tant que complément au courant économique des analyses de la corruption.

3Dans la littérature scientifique, par ailleurs, on peut noter les travaux d’avant-garde concernant la corruption ou la lutte contre la corruption de Johnston (1998), Heidenheimer (1970), Le Vine (1975a ; 1975b), Klitgaard (1988 ; 1996) ou encore Heidenheimer et Le Vine (1990). Sur le Bénin, l’analyse politiste que propose Kisito (2008) sur les notabilités locales montre comment la corruption électorale prend place au moyen de pratiques d’achats de conscience. Ainsi, des notables locaux arrivent-ils dans le cadre d’une certaine économie morale de leur comportement à postuler et accéder au graal de maire. Pour Eisenstadt et Roniger (1980), et Eisenstadt (1984), la corruption et le clientélisme politique sont un mode de médiation entre le niveau local et celui global du politique. Interrogeant le clientélisme, la corruption et la gouvernance locale à Mopti au Mali, Bouju pour sa part affirme que la popularisation de la petite corruption dans ce qu’il désigna par les termes de « tissu social africain » est une « conséquence directe de la confrontation historique d’une domination de type colonial avec des pouvoirs locaux qui se référaient à des légitimités différentes » (Bouju, 2000 : 144). Il montre que la cohabitation des différents lieux de pouvoirs, à Mopti, est assurée par des « échanges clientélistes et corrompus ».

4S’interrogeant sur « la pertinence des outils utilisés » et « sur l’approche développée à l’aide de la notion de SNI [Système national d’intégrité] », Hors (2000) constate que, « si la littérature théorique sur la lutte contre la corruption dans les pays en développement est abondante, la pratique reste difficile ». Analysant les réformes engagées au Bénin, au Maroc, aux Philippines et au Pakistan, Hors (2000) conclut à l’inefficacité des réformes globales, contrairement à celle des réformes sectorielles, et pour répondre à un mal systémique prône une approche dichotomique. La dimension politique, souligne-t-elle, doit être intégrée à toute analyse touchant à la lutte contre la corruption. La plupart des auteurs s’accordent sur un fait, celui de la généralisation de la corruption dans tous les secteurs de l’activité humaine : sociale, économique, politique, etc. C’est l’efficacité des réponses apportées, notamment au niveau politique, qui laisse perplexe.

  • 3 Ce constat est également mis en lumière au Cameroun dans la justice administrative par Ngimbog (200 (...)
  • 4 Se référer aussi à l’entretien qu’il a accordé à Yvan Jablonka publié dans laviedesidées.fr le 09 j (...)

5Selon Tidjani Alou (2001 : 62-63), qui prend pour fondement l’étude du système judiciaire en Afrique de l’Ouest, la corruption présente trois caractéristiques principales : le terreau de la corruption est l’environnement institutionnel des États, environnement qui encourage les acteurs à « inventer des règles qui favorisent le développement de la corruption » ; elle génère des pratiques détournant la justice de ses fonctions de régulation sociale3 ; enfin, elle repose sur des mécanismes de production et de reproduction qui renverraient à certains « traits forts de l’État africain, dont la justice ne constitue que l’un des segments ». Diouf (2008) postule, lui, que la corruption appartient « à l’effort d’objectivation d’un continent qui semble résister à la mise en ordre scientifique et à la normalisation » au plan épistémologique. Pour cet auteur, ce « lieu d’observation des dysfonctionnements des sociétés », notamment africaines, n’est qu’une « forme administrative », un ciment à l’architecture administrative, en ce sens qu’il instaure « un système d’allocations et de réallocations, d’inclusion et d’exclusion qui font que les gens ne sont jamais en dehors, mais arrivent toujours à tirer profit du système dont l’essence est d’assurer la négociation permanente, une large participation et un équilibre instable, productrice d’innovations et de régulations » (Diouf, 2008)4. Pour cet auteur, la corruption n’est nullement un dysfonctionnement, et le problème réside en la capacité ou l’incapacité de la gérer sans hypothéquer le bien commun et les institutions. En ce qui concerne la lutte contre la corruption proprement dite, il explique que les campagnes lancées dans ce sens durant les années 1970 n’ont pas franchement abouti(es) et qu’il a fallu attendre le milieu des années 1990 pour que le mouvement de lutte contre la corruption puisse commencer à se constituer. Pour Diouf, la lutte anticorruption s’est imposée comme « dispositif central dans le processus de globalisation » du fait de quatre raisons, qui peuvent être résumées ainsi : (1) le triomphe du libéralisme, qui paradoxalement aux attentes a offert de nouvelles possibilités d’expression à la corruption et donc rappelé la nécessité de lutter contre le phénomène ; (2) la transformation de l’environnement international, avec la fin de la guerre froide et la réduction draconienne des capacités de marchandage des classes dirigeantes des pays en voie développement ; (3) la densification des interactions sociales et politiques et la révolution des NTIC, qui ont permis une globalisation de l’information sur la corruption et la lutte contre la corruption ; et (4) la consolidation des opinions nationales.

6L’analyse de Diouf fait apparaître que la lutte contre la corruption a été favorisée non seulement par la réorganisation du monde suite à l’effondrement du bloc soviétique et à la montée en puissance de l’impérialisme occidental, mais aussi par la « fragilisation » des États africains. Cette fragilisation a conduit les partenaires au développement à investir de plus en plus directement dans des organisations non gouvernementales, afin de donner une existence concrète au mouvement de la société civile portée par une conscience créditée de citoyenne.

Détours théoriques au Bénin

7Spécifiquement, en ce qui concerne le Bénin, la plupart des écrits sur la corruption proviennent des travaux de journalistescommeceux, parcellaires, de Loko (2007), Agognon et Eyébiyi (2011), et ceux, plus complets, de Adoun et Awoudo (2007). Alors que Vignigbe (2005) s’appesantit sur les détournements de deniers et fonds publics dans la machinerie politique de l’État et sur la première décennie post démocratique (1990 à 2002), pour expliquer comment la corruption croît du fait de l’impunité, Loko (2007) consacre un chapitre de son ouvrage à lacorruption des médiasentenant pour responsables les hommes politiques, notamment en périodes préélectorale et électorale à travers les cellules de communication, l’incitation individuelle des journalistes, les papiers « commandés » et rétribués selon la détermination de l’auteur à soigner l’image du candidat qui commande ou pour lequel un financier paye, de son propre chef ou non. Sintondji (2010) se réapproprie partiellement cette posture en soulignant également la part du journaliste lui-même dans son infléchissement face à ce qu’il désigne sous le générique de « puissances d’argent ». Adoun et Awoudo (2007), dans l’une des rares investigations de presse au Bénin, enquêtent sur des faits et scandales ayant eu cours de 1990 à 2006. Sur une période de seize ans donc, ils dénombrent dans la sphère administrative publique une demi-douzaine de dossiers mêlant à la fois malversations financières, arnaque, rapine, surfacturation, sans oublier la corruption dans la presse et le monde politique. Ils mêlent les dimensions nationales et transnationales, révélant quelques bribes des interconnexions politico-économiques que mettent en jeu les actes de corruption dans la chaîne des déviances des services de l’État et de certains acteurs dans la gestion d’un bien public ou commun. Certes, ces deux derniers auteurs, journalistes par ailleurs, ont le mérite de recenser les plus importantes transactions ayant donné lieu à des actes de corruption, ou soupçonné devant en donner lieu, qui ont secoué et continuent d’impacter le Bénin du Renouveau démocratique. Mais leur analyse demeure superficielle : ils présentent les faits dans le cadre d’une investigation journalistique qui met en relief les ressorts de ces différents dossiers. Leur travail ne procède pas à proprement parler à une analyse socio-anthropologique des données collectées, mais présente ces dernières dans le cadre d’une démarche d’investigation propre aux journalistes. Ils ébauchent les recoupements entre les divers acteurs en présence et laissent ce matériau, dont une partie demeure encore dans les travées de la justice, à la possibilité d’être soumise à une analyse postérieure. Leur livre dresse, pour ainsi dire, un panorama des affaires de corruption, de pots de vins, de détournement et de concussions au plan national (affaire des sacs de glucose, dossiers des 70 milliards) mais aussi transnational (affaires BOA, Sonacop, Cen-Sad, ICC Services, etc.). Procédant de l’investigation journalistique, ces auteurs n’ambitionnent pas de comprendre les ressorts de la corruption, les modalités de la lutte contre la corruption, ou encore les facteurs intrinsèques de la construction de l’opinion publique par les différents acteurs de l’anticorruption au Bénin. En clair, il s’est agi pour eux de « lever le lièvre », à charge pour d’éventuels traqueurs de se mettre à sa poursuite ou non ; à charge pour les sciences humaines et sociales de se pencher sur ces indices pour creuser le matériau livré, ou non.

8Il aura fallu attendre les deux dernières décennies pour que l’anthropologie du développement explore le sujet de la corruption, non seulement au Bénin mais aussi plus largement en Afrique, par le biais de la « nouvelle anthropologie du développement », ou de ce que l’on appelle la socio-anthropologie des espaces publics africains, à travers une approche de la question de la délivrance des biens et services publics. Cette discipline, encore en constitution pourrait-on dire, introduit une rupture épistémologique centrale dans l’approche de la question par rapport aux travaux des autres disciplines. Elle privilégie une pratique du terrain effective, et suggère que la corruption soit comprise du point de vue des acteurs locaux (Hasty 2005) plutôt que par une grille d’analyse unique et pré élaborée qui s’appliquerait invariablement à toutes les situations de corruption et à tous les terrains de recherche. Ensuite, à mon sens, cette discipline réalise ceci de particulier qu’elle donne la main aux autres sciences (politologie, géographie, économie, etc.) pour penser collectivement mais aussi finement les données produites et ainsi permettre une lecture combinée et multidisciplinaire des terrains. Le paradigme interprétatif peut donc s’ouvrir et la théorisation naître du terrain, à partir d’expériences concrètes, plutôt que le contraire. Le modèle explicatif émerge de l’empirie et se donne avec ses éléments de justification, assurant au chercheur la possibilité de découvrir et comprendre en partant d’un regard « par le bas », ou en d’autres termes d’une approche localisée mais tenant compte de l’environnement social, culturel, institutionnel, politique, etc. Cela tient, justement en raison de la posture interdisciplinaire et du refus de l’enfermement dans des catégorisations stériles ou épuisées.

  • 5 ECRIS est une méthode d’enquête collective mise au point par Olivier de Sardan et Thomas Bierschenk (...)
  • 6 Dans un article éponyme, Dahou (2002) appelle à déculturaliser la corruption, après avoir lui-même (...)

9L’approche de la socio-anthropologie des espaces publics africains reste donc marquée par les travaux fortement empiriques, et le plus souvent menés sur la base de la méthodologie ECRIS5, notamment Bierschenk et Olivier de Sardan (1998), Blundo (2001), Bako-Arifari (2001), Tidjani Alou (2001), Jaffré et Olivier de Sardan (2003), Olivier de Sardan (2004), Blundo et Olivier de Sardan (2007). La spécificité de ces derniers est de saisir « au quotidien » les sujets investigués, « déculturalisant » (Dahou, 2002)6 de façon systématique les schémas normatifs et essentialistes qui entourent un certain nombre de « mots valises ». Dans cette perspective, ce n’est ni une certaine normalité de la corruption ou de la lutte contre la corruption qui est ou serait explorée, encore moins de savoir si la corruption ou la lutte contre le phénomène existe ou pas. Le propos n’est pas non plus de savoir si la corruption serait consubstantielle à l’Afrique ou aux « États prédateurs » (Darbon 1990), « en faillite », « en transition », « criminalisés » (Bayart, Ellis et Hibou 1997), « privatisés » (Hibou 1999), etc., ou si la lutte contre la corruption serait une invention africaine ou néolibérale. La pierre angulaire de la réflexion dans cette dernière perspective, nous semble-t-il, est de comprendre fondamentalement les relations que tissent les acteurs autour non pas de la corruption, mais autour de la « lutte contre la corruption » en tant que phénomène « normal » et social accepté comme tel. Ce dernier, fait systémique et individualisé, participe à la fois des constructions collectives et individuelles à travers lesquelles se lit une vision de l’État, de la société civile, de l’espace public ou encore des médias.

10D’un point de vue purement socio-anthropologique un travail antérieur de Bako-Arifari (2001), au Bénin, s’intéresse relativement tôt aux mécanismes d’une « corruption institutionnelle et structurelle, tarifiée, spatialisée, codifiée et temporalisée ». Pour décrire le phénomène de la corruption et analyser sa prépondérance dans l’économie politique du Bénin, l’auteur y prend pour terrain de recherches le secteur douanier et le port de Cotonou. Son ethnographie du port de Cotonou, et plus largement son approche empirique du secteur douanier et de celui des transports, explore deux lieux d’institutionnalisation de la pratique corruptive en démontrant comment des intermédiaires privatisent le service public et assurent la redistribution des revenus obtenus. De plus, son analyse constate que la forte propension à la corruption dans ces secteurs a stérilisé les dispositifs de lutte contre elle, implantés au sein même du port, et les a transformés en de simples « maillons de la chaîne de corruption ». Bako-Arifari démontre comment, en s’autonomisant de l’État, incapable d’assurer la régulation de ce qu’il qualifie d’ « État d’illégalité dans l’État légal », les acteurs du système créent la « société de port » grâce à une « privatisation interstitielle » de certains services étatiques. De même, Olivier de Sardan et Blundo (2007) ont dirigé une étude transnationale, collective, intensive et empirique, portant sur le Niger, le Sénégal et le Bénin. Dans cet ouvrage, les différents auteurs exposent les formes contemporaines de la corruption telle qu’elle se manifeste « au quotidien » dans les administrations publiques des pays enquêtés, mais aussi dans les services les plus fréquentés par les citoyens, comme les hôpitaux ou les couloirs judiciaires. L’analyse porte sur les relations entre les usagers et les offreurs de biens et de services publics. Ils interrogent, notamment, les relations entre l’État et les citoyens à travers ces services et les pratiques développées et entretenues autour d’eux par les acteurs sociaux.

11Cependant, si les auteurs de cet ouvrage collectif dirigé par Olivier de Sardan et Blundo s’attachent à étudier les « petites » formes de corruption, à la suite de travaux de journalistes abordant les « grandes formes » de corruption structurelle au sein de l’État et de l’administration publique, ils n’abordent pas le monde de l’anticorruption. Les associations de lutte animées par les citoyens, où une frange d’acteurs dits de la société civile sont à l’origine de mobilisations orchestrées sous le sceptre de la morale, de l’éthique, du patriotisme et du discours du développement, méritent pourtant d’être examinées. En effet, l’intéressant bilan qu’effectue Mathieu (2007) sur les dispositifs formels et étatiques de lutte contre la corruption, dans ces trois pays (Bénin, Niger, Sénégal), demeure silencieux sur l’action réelle ou potentielle du mouvement associatif anticorruption non étatique. Enweremadu (2012), quant à lui, met en lumière l’échec des politiques anti-corruption mises en place notamment par l’État au Nigeria, dans le cadre d’une analyse néopatrimoniale de l’État africain. C’est confirmer que ce mouvement considéré comme relevant de la société civile est peu étudié, alors qu’il apparaît central non seulement dans la construction publique de la lutte contre la corruption, mais aussi dans sa mise en scène effective. Il reste donc pertinent d’explorer ce champ afin de pénétrer les logiques des mobilisations autour de la lutte contre la corruption, les processus de manipulation de l’opinion publique face à une préoccupation devenue publique et constituée comme telle, et donc de déceler les dynamiques qui traversent le monde de l’anticorruption. Un travail antérieur (Eyébiyi 2009) a montré que les mobilisations anticorruption initiées par la société civile au Bénin tiennent davantage d’une économie de la dénonciation que d’une action aux résultats concrets. Et ceci d’autant plus que ces mobilisations conservaient de larges espaces, formels ou informels, de coopération mais aussi d’évitement avec le politique (Damiba 2008, Eyébiyi 2009).

Les sciences sociales africanistes et la lutte contre la corruption

12Les sciences sociales postcoloniales, notamment la science politique, se sont très tôt intéressées à la corruption considérée comme un « phénomène central de l’exploitation du pouvoir politique » (Vallée 2008 : 9). Au sens de Vallée (2008), la théorie de l’État telle qu’explicitée par les politistes postule en effet que le néo-patrimonialisme (Bach et Gazibo 2011 ; Bach et Dufy 2013) désigne la capture de l’appareil bureaucratique de l’État par une minorité au pouvoir. Cette capture laisse se développer des espaces de soupçons favorables à l’institutionnalisation et au développement de la corruption du fait de la privatisation des espaces de délivrance du service public. En raison de cette attitude d’infestation systématique, par les agents publics et politiques, aussi bien des interstices de l’État que des services publics délivrés aux citoyens, la corruption se décline sous plusieurs formes. Elle se manifeste par le clientélisme, la gabegie, le trafic d’influence les crimes économiques, la passation des marchés publics, etc. C’est dire que les modalités d’expression de la corruption adoptent plusieurs formes et s’adaptent à leur environnement social. Elles affectent les citoyens sans distinction de niveaux dans la hiérarchie sociale, mais elles semblent tenir pour point d’ancrage les dysfonctionnements de l’appareil bureaucratique de l’État.

13Si de nombreux travaux se sont intéressés aux formes de la corruption, un angle mort demeure l’analyse des mobilisations déclenchées contre la corruption, tant par l’État que par la société civile. Un autre est de comprendre comment se construit socialement la corruption, et surtout comment elle se manifeste. Il faut encore ajouter à cette tendance explicative le chaînon manquant, celui de l’étude de la lutte contre la corruption en tant qu’objet, non pas indépendant mais autonome, un champ constitué qui mériterait d’être soumis à interrogation par les sciences sociales notamment la socio-anthropologie. Aussi Olivier Vallée, cité par Damiba (2008 : 28), affirme-t-il :

La rareté des études empiriques nous force à constater que les actions anti-corruption ne peuvent être soutenues par de véritables outils d’analyse, de diagnostic et de suivi. (Vallée 2006 : 137)

  • 7 Pour une synthèse des différentes approches des activités anti-corruption, se référer aux travaux d (...)

Dans ses travaux, Damiba (2008) aborde expressément la question de l’anticorruption selon quatre axes théoriques : l’approche universaliste, l’approche centrée sur l’État, l’approche centrée sur la société, et l’approche critique des programmes anti-corruption (Bryane 2004)7. Selon lui, au sens de l’approche universaliste, si une stratégie contre la corruption s’attaque aux facteurs conjoncturels (opportunités d’appropriations des rentes, privatisation des organisations économiques du secteur public, etc.) en laissant à la marge les facteurs socioculturels et politiques, qui paradoxalement structurent davantage dans la durée le phénomène corruptif, les résultats obtenus seront parcellaires. Cela tient à ce qu’une stratégie efficace de lutte contre la corruption à court terme peut entraîner une augmentation du nombre de cas répertoriés, et faire accroire que la corruption est en hausse, d’autant plus que l’efficacité de cette lutte passera par un dévoilement des pratiques apostrophées et la sollicitation de sanctions. Une autre grille de lecture suggère d’approcher la lutte contre la corruption en analysant son influence sur la croissance économique, à partir du postulat selon lequel il existe une corrélation très forte entre la corruption et le développement économique (Mauro, 1998). Cette lecture tient des travaux du courant néolibéral, et elle sert de justification aux actions centrées sur l’amélioration de la gouvernance économique, du climat des affaires et de la sécurisation des investissements, à travers notamment un cadre juridique et réglementaire strict, axé sur les modèles occidentaux. Or, en dépit des réformes institutionnelles et économiques appuyées par les institutions de Bretton Woods et les cadres de coopération multilatérale, le phénomène corruptif semble progresser ou tout au moins se maintenir au cœur de l’État, en Afrique et peut-être ailleurs. Le cas du Bénin peut servir d’exemple : le mouvement anticorruption (notamment le Fonac) a été mis en place en 1998 par l’État, alors que le nombre de dossiers de corruption comptabilisés entre 1996 et 2006 est impressionnant, tant en termes de quantité que de ressources économiques supposées distraites. L’existence du Fonac au début des années 2000 a ainsi permis de faire apparaître un certain nombre d’affaires de corruption, et a renforcé le besoin de sanctions exprimé par la société civile au nom du peuple. Damiba (2008 : 28) est sans équivoque : « une stratégie anticorruption réussie devrait, au moins à long terme, procurer des retombées économiques. » Également, l’ « industrie de la bonne gouvernance » qui se développe depuis le début des années 1990, et dont l’un des projets est de prononcer la résorption de la corruption, devrait « procurer des retombées économiques nationales certaines et ainsi renforcer l’état de droit». La Banque Mondiale a identifié la corruption comme étant l’obstacle le plus important au développement économique et social.

Elle nuit au développement en introduisant des distorsions dans le fonctionnement des règles et des lois et en affaiblissant le socle institutionnel à partir duquel la croissance économique se bâtit. (Bryane 2004 : 5)

L’anti-corruption pourrait être définie comme l’ensemble de l’arsenal juridique, socioculturel, institutionnel mise en branle par un groupe, une organisation, un État pour réduire les activités des corrupteurs et corrompus. (Damiba 2008 : 28-29)

Quant à l’approche statocentrée, elle postule que les acteurs étatiques, et par extension tout agent public, sont à la fois la cause de la corruption et sur les rangs pour la combattre. Dans cet ordre d’idées, « lutter contre la corruption revient à entreprendre des réformes politiques, économiques et sociales dans les services publics » (Damiba 2008 : 29) afin d’améliorer la transparence, l’obligation de rendre compte dans le secteur public, afin de réduire le patronage politique. Cette approche est d’ailleurs abondamment mobilisée par le politique au Bénin pour justifier l’introduction de quelques réformes dans divers secteurs d’activité.

14Au nombre de ces réformes, citons notamment : le programme de vérification des importations au port autonome de Cotonou, qui consiste à mettre en place des scanners pour contrôler les marchandises importées franchissant la barrière douanière ; la mise en place d’un guichet unique au port de Cotonou ; la déclaration des biens des ministres et du chef de l’État ; la nomination d’auditeurs issus de l’armée auprès des entreprises publiques et sociétés d’État ou sous contrôle de l’État. D’ailleurs, le discours populaire tient à la fois l’État pour responsable et producteur de la corruption mais aussi pour le principal justicier. L’immobilisme étatique est indexé comme entretenant l’impunité et encourageant dans une boucle de rétroaction négative l’expansion de la corruption et son maintien dans les rouages administratifs et politiques publics. Les justifications mobilisant la faiblesse des salaires des fonctionnaires, les malversations lors des concours publics, le patronage politique, ou encore la logique du fils de terroir (Kisito 2008) qui, arrivé aux « affaires », prélève sur les ressources économiques et symboliques de l’État pour redistribuer une rente à ses parents et affidés, forment un pan de cette trame d’analyse. Cette perspective sert également aux entrepreneurs de morale de la société civile pour justifier l’enlisement de la lutte contre la corruption et réclamer un « changement de mentalités » au niveau des cadres publics. Leur revendication de normes juridiques spécifiques se concrétisera avec le vote de la loi 2011-20 du 12 octobre 2011 portant lutte contre la corruption et les infractions connexes, dont le premier projet fut transmis à l’assemblée nationale en 2006, sous forte pression de la société civile.

  • 8 Créée par le président Mathieu Kérékou pour matérialiser ses promesses de campagne en ce qui concer (...)
  • 9 Organisation non gouvernementale dénommée « Association de lutte contre le racisme, l’ethnocentrism (...)

15L’approche sociocentrée repose quant à elle sur le postulat que « la corruption est socialement construite et donc reproduite » (Damiba 2008 : 29). En clair, au sens de l’approche centrée sur la société, pour lutter contre la corruption, il faut privilégier « l’éducation comme moyen ultime de changer les rapports de force des classe sociales qui sont tantôt pour tantôt contre la corruption » (Damiba 2008). Ce schéma est parfois mobilisé par la société civile béninoise pour demander la réintroduction de cours d’éducation civique et de morale dans les programmes d’enseignement aux niveaux primaire et secondaire. Elle sert aussi à justifier une sorte d’inculture des cadres publics quant à leur conception du bien public. Ainsi, pour ce courant explicatif, la corruption est perçue et réinterprétée par chaque acteur. De plus, il conviendrait de ne pas négliger la dimension anthropologique de cette traduction, en faisant le pari qu’une action directe sur le processus de constitution de l’Homme en tant qu’être et acteur de sa socialisation constitue sans doute l’une des clés pour influencer ses comportements futurs face à la corruption. On retrouve ici une partie du discours de la prévention, telle que tenue au Bénin par exemple par la Cellule de moralisation de la vie publique8, et dont la dénomination portait déjà l’ambition éponyme de la mission. Les actions de cette cellule comportaient, en effet, une dimension éducative assez poussée, qui fut matérialisée par des émissions télévisées et l’édition de guides renfermant des préceptes d’éthique et de morale destinés à réduire ou décourager la corruption. L’ONG Alcrer9 s’est d’ailleurs réappropriée ce discours en insistant sur la nécessité d’agir sur les plus jeunes, notamment dans les écoles. Une boutade, sans doute excessive, raconte au Bénin qu’un sage chinois aurait, après avoir observé le pays au regard justement des comportements de ses habitants, préconisé qu’« il faudrait se défaire de tous ceux qui avaient au-dessus de l’âge de sept ans avant d’espérer que la société béninoise ne se redresse ».

16L’approche critique des programmes anti-corruption suppose, elle, qu’ « aucun programme anti-corruption (ou approche) n’est meilleur qu’un autre. [...] tout programme anticorruption sert d’abord les intérêts de ses acteurs [...] il s’agit premièrement de l’État, des organisations internationales de développement, des ONGs » (Damiba 2008). Cette vision critique et relativiste de la lutte contre la corruption suggère que :

  • 10 S’appuyant ici sur Holmes (1993) et Bako-Arifari (2001).

[ce combat] sert à dépolitiser le débat et donc à détourner l’attention des citoyens des crises politiques et économiques, [...] mieux auto-contrôler les acteurs étatiques et non étatiques par le biais des instruments de régulation, les lois et les services de contrôle [pour] garder la maîtrise des règles du jeu durant tout le processus d’un projet/programme de lutte anti-corruption [...] à légitimer les gouvernements auprès des acteurs et des bailleurs de fonds10. (Damiba 2008 : 30)

17Ce paradigme éclaire ainsi notamment la question de l’intérêt d’une lutte anticorruption, menée autant par les acteurs publics représentant l’État que par les acteurs de la société civile en lutte contre la corruption. Ces derniers présentent bien souvent leur activité comme une action publique à hauts risques et sans bénéfices substantiels mais ils l’effectuent néanmoins. La lutte contre la corruption apparaît ici de fait comme étant un instrument aux mains du pouvoir politique pour exercer une domination sur le champ public et contrôler ses agents. Elle se donne à voir aussi comme un épouvantail mobilisé par les acteurs de l’anticorruption pour essayer de prendre pied dans le champ public au motif de vouloir contrôler l’État, ou du moins son action. Enweremadu (2006 : 7) confirme d’ailleurs, à partir du cas du Nigéria, que la lutte contre la corruption ne date nullement de l’époque démocratique incarnée par la présidence d’Olusegun Obasanjo, notamment dès 1999, mais remonte à l’indépendance du Nigéria. De toute évidence, la lutte contre la corruption apparaît philosophiquement ici davantage comme un instrument de régulation politique, économique et sociale que comme un instrument de développement, puisque l’objectif « caché » semble être avant et après tout l’acquisition, le maintien et la conservation d’un pouvoir de contrôle.

Sur les sentiers d’une socio-anthropologie empirique de la lutte contre la corruption

18Les diverses approches de l’objet « lutte contre la corruption », montrent que le débat théorique qu’il suscite demeure encore à ses débuts et oscille autour de paradigmes philosophiquement constitués, auxquels il manque une forte dose de travaux empiriques, au moins dans la perspective de la nouvelle socio-anthropologie du développement ou des espaces publics africains, pour être plus précis.

19L’incomplétude des travaux sur l’objet corruption/ lutte contre la corruption tient pour ainsi dire à l’absence de données empiriques produites aux fins de comparaisons et de croisements pour relever les régularités, les difformités, les spécificités et les accointances possibles entre divers terrains pour ré-alimenter les postulats théoriques existants et renouveler le cadre d’analyse.

20En effet, une approche empirique basée sur le terrain, dans le cadre d’une « grounded theory » (Glaser & Strauss 1973) décomplexée, qui écarte toute spéculation et réintègre l’analyse des interactions, des logiques et pratiques des acteurs dans l’espace social qui est le leur, semble nécessaire. Elle promet d’apporter au substrat théorique existant des éléments empiriques de premier choix pour, non seulement, confirmer ou infirmer des théories existantes et partiellement explicatives pour chacune d’elles, mais aussi offrir un programme de recherches intégrant plusieurs dimensions de la question : aspects socioculturels, technologiques, économiques, politiques, stratégiques, etc. À ce propos, et dans ce cas précis, il importe de savoir comment l’Anticorruption Business (Damiba 2008) se constitue, quels sont ses rapports avec les partenaires techniques et financiers qui œuvrent à sa professionnalisation, quelle est l’articulation de son financement avec la question de son autonomie / indépendance, ou encore quels sont les espaces de négociations entre des organisations dites de la société civile qui arrivent à intervenir sur un terrain autrefois propre à l’État. Le rôle central des médias dans la théâtralisation de la lutte et l’économie de la dénonciation (Eyébiyi 2009, Agognon et Eyébiyi 2011) qui est la leur demeure, bien entendu, en toile de fond.

21Il est également intéressant de s’interroger sur les sources de l’engagement d’acteurs prônant une croisade morale et revêtant le costume des entrepreneurs de normes (Becker 2010). Il en est de même pour les risques auxquels seraient exposés les acteurs de la lutte contre la corruption, notamment du fait de la mobilisation ou non d’éléments magico-religieux comme supports de la lutte. Les pistes d’analyses sont à l’évidence nombreuses et prometteuses, et une approche empirique « par le bas » susceptible en effet de reconstruire, à partir des discours personnels, des expériences singulières et collectives, des résistances et mobilisations publiques ou d’autres actions de lobbying, le rôle et l’importance des entreprises de lutte contre la corruption dans la sphère publique, en termes de rapports à l’État.

22L’un des avantages d’une telle formulation est de déconstruire le débat théorique sur la corruption en lui fournissant un complément nécessaire, la seconde face de la médaille, c’est-à-dire un regard empirique sur l’anti-corruption dont les « entreprises », pour reprendre le mot de Damiba (2008), prospèrent sur le continent africain, et sont parfois au cœur de réseaux de captation de rente, exactement comme certaines ONG sur le terrain du « développement ». Cette œuvre de déconstruction que nous appelons, en prenant l’Anticorruption Business au concret comme entrée, participe du renforcement de la construction théorique de l’objet « lutte contre la corruption ». Elle examine les enjeux qui lui sont liés, les effets de surface comme les courants sous-marins qui, peut-on dire, le vivifient, ainsi que les logiques d’acteurs en contradiction (ou non) sur un terrain réputé être celui de l’État, et négativement connoté au plan social.

23Effectuer dans cette condition une socio-anthropologie empirique de la lutte contre la corruption revient, pensons-nous, à mettre en place une grille de lecture pluridisciplinaire, critique et complémentaire aux travaux existants sur le complexe de la corruption. Cette posture, basée sur des travaux qualitatifs et de terrain, offre une analyse fortement empirique, historicisée et arrimée à la dimension sociopolitique du champ d’études de l’État. Approche novatrice autour d’un objet en constitution, cette socio‑anthropologie empirique usera des moyens théoriques et pratiques de la socio-anthropologie des espaces publics africains pour interroger l’objet « lutte contre la corruption ». Elle se consacrera davantage à l’analyse de l’action collective contre la corruption à travers les mobilisations et nouvelles formes de protestations contre la corruption. Ces dernières représentent, d’ailleurs, de plus en plus, un pan entier de l’activité publique de la société civile, mais aussi des acteurs politiques, et bien entendu de l’État, sous la pression de la gouvernance néolibérale. La centralité de la lutte contre la corruption dans les discours politiques, tout comme l’impératif décrété à ce propos par exemple par le projet néolibéral d’une lutte mondiale contre la corruption, confortent l’idée que les mobilisations civiles contre la corruption apparaissent comme des construits systémiques participant, en Afrique, d’une redéfinition de l’État, qui s’effectue loin de préjugés théoriques peu renouvelés.

Conclusion

24Cet article situe l’antériorité des travaux en sciences politiques sur la corruption, par rapport à l’intérêt des sciences sociales africanistes et notamment, pour cet objet, la sociologie et l’anthropologie du développement. Il souligne ensuite la nécessité de traiter du chaînon manquant : la lutte contre la corruption. En effet, si les travaux de la socio-anthropologie des espaces publics africains sur la corruption l’ont abondamment éclairé, ils font découvrir par la même occasion la nécessité d’examiner aussi la lutte contre la corruption, dans une perspective critique et décloisonnée. Un tel travail ouvre les pistes à une socio-anthropologie empirique, en tant qu’approche novatrice, destinée à apporter les éléments de compréhension de ce point aveugle de l’analyse globale du complexe de la corruption, objet de mobilisations multiples dans l’espace public. Ces mobilisations, orchestrées par la société civile, avec ou sans l’appui des institutions internationales, participent telles des normes pratiques (Olivier de Sardan 2010) d’ailleurs de tout un pan essentiel de l’activité d’acteurs de la société civile dits engagés contre la corruption. Ces nouveaux acteurs agissent tant en entrepreneurs de morale qu’en entrepreneurs de normes, dans le cadre d’interrelations diverses avec les autres acteurs de l’espace public. En intégrant à partir d’une approche empirique l’objet « lutte contre la corruption » à l’analyse proposée par la socio anthropologie des espaces publics africains, les mobilisations civiles contre la corruption offrent un terrain propice pour éclairer la question de la construction de l’État. Cela se fait en examinant les pratiques réelles des acteurs, leurs positionnements quotidiens, ou encore les différents jeux de pouvoirs qui ont lieu entre les différents protagonistes de l’État.

Haut de page

Bibliographie

Adoun Wilfrid H.,Awoudo François K., 2007, Bénin: une démocratie prisonnière de la corruption. Investigations sur des faits et scandales de 1990 à 2006, Dossiers classés, Tome I, Cotonou, Friedrich Ebert Stiftung/ COPEF.

Agognon W. Gérard, Eyebiyi P. Elieth, 2011, À l’épreuve de la liberté de presse : les dilemmes de la presse écrite au Bénin, L’Hay-les-roses, Ibidun. BACh Daniel, DuFy Caroline, 2013, Pouvoirs présidentiels, gouvernance et milieux d’affaires dans les États post-soviétiques et africains, Revue internationale de Politique Comparée 20 (3) : 13-17.

Bach Daniel, GAziBo Mamoudou (dir.), 2011, L’État néopatrimonial, genèse et trajectoires contemporaines, Ottawa, Presses universitaires d’Ottawa.

Bako-Arifari Nassirou, 2001, La corruption au port de Cotonou : douaniers et intermédiaires, Politique africaine 83 : 38-58.

Bayart Jean-François, Stephen Ellis, Béatrice Hibou, 1997, La criminalisation de l’État en Afrique, Bruxelles, Éditions Complexe.

Becker S. Howard, 2010, Outsiders. Études de sociologie de la déviance, Paris, Éditions A.-M. Métaillé.

Bertho Alain, 2009, Le temps des émeutes, Paris, Bayard.

Bierschenk Thomas, Olivier De Sardan Jean-Pierre (dir.), 1998, Les pouvoirs au village. Le Bénin rural entre démocratisation et décentralisation, Paris, Karthala.

Blundo Giorgio, 2001, La corruption comme mode de gouvernance locale. Trois décennies de décentralisation au Sénégal, Afrique contemporaine 199 : 115-127.

2008. Terrains, impasses et promesses de l’anthropologie de la corruption, Communication présentée au Colloque « Socio-anthropologie et science politique face à l’espace public en Afrique : pour un dialogue productif », ENAM, Niamey du 10 au 12 octobre 2008.

Blundo Giorgio, Olivier de Sardan Jean-Pierre (éd.), 2007, État et corruption en Afrique. Une anthropologie comparative des relations entre fonctionnaires et usagers (Bénin, Niger, Sénégal), Paris, Karthala.

Bouju Jacky, 2000, Clientélisme, corruption et gouvernance locale à Mopti (Mali), Autrepart 14 : 143-163.

2004, Les incivilités de la société civile ; Espace public urbain, société civile et gouvernance communale à Bobo-Dioulasso et Bamako (Communes 1 et 2), Institut d’Études Africaines-Programme Recherche urbaine et Développement, GEMDEV-ISTED, Aix-en-Provence.

Brachet Philippe, 1992, Corruption et sous-développement au Maroc, Paris, L’Harmattan.

Bryane Michael, 2004, What Do African Donor-sponsored Anti-corruption Programmes Teach Us about International Development in Africa ?, Social Policy & Administration 38 (4) : 320-345.

Cartier-Bresson Jean, 1992, Éléments d’analyse pour une économie de la corruption, Tiers-Monde 131 (3) : 581-609.

1998, Les analyses économiques des causes et conséquences de la corruption : quelques enseignements pour les PED, Monde en développement 102 : 25-40. DAhou Tarik, 2002, Déculturaliser la corruption, Temps modernes 620 : 289-311.

Damiba Youlouka, 2008, Les « entreprises » anti-corruption au Burkina-Faso. Trajectoires, représentations et conflits, Mémoire de Master en Études du développement, IHEID, Genève.

Darbon Dominique, 1990, L’État prédateur, Politique africaine 39 : 37-45.

Dialla Basga Émile, 2005, La lutte anti-corruption: l’expérience des pays d’Asie du Sud-Est », Afrique et développement 31 (1) : 118-149.

Diouf Mamadou, 2008, Les poissons ne peuvent pas voter un budget pour l’achat des hameçons. Espace public, corruption et constitution de l’Afrique comme objet scientifique, Le Bulletin de l’APAD 23-24 (http:// apad.revues.org/document136.html).

Eisenstadt Shmuel Noah, 1984, Patrons, Clients and Friends : Interpersonal Relations and the Structure of Trust Society, Cambridge, University Press.

Eisenstadt Shmuel Noah, Roniger Louis, 1980, Patron-Client Relations as a Model of Structuring Social Exchange, Comparative Studies in Society and History 22 (1) : 42-77.

Enweremadu David Uchenna, 2006, Lutte anti-corruption et politique au Nigeria sous la quatrième République (1999-2006), thèse de doctorat, Université Montesquieu-Bordeaux IV/IEP de Bordeaux/CEAN.

2012, Anti-corruption Campaign in Nigeria (1999-2007). The Politics of a failed Reform, Leiden/Ibadan, ASC Leiden/IFRA-Nigeria.

Eyebiyi P. Elieth, 2009, Le mouvement associatif de lutte contre la corruption : mobilisations et recompositions politiques au Bénin, Mémoire de DEA, Université d’Abomey-Calavi, EDP/UAC, ms.

Glaser Barney, Strauss Anselm, 1973, The Discovery of Grounded Theory. Strategies for Qualitative Research, Chicago, Eldin.

Gould David, 1980, Bureaucratic corruption and underdevelopment in the Third World: the case of Zaïre, New York, Pergamon Press.

Hasty Jennifer, 2005, The Pleasures of Corruption. Desire and Discipline in Ghanaian political culture, Cultural Anthropology 20 (2) : 271-301.

Heindenheimer Arnold J., 1970, Readings in comparative Analysis on Political Corruption, New York, Holt, Rinehart & Winston.

Heindenheimer Arnold J., Le Vine Victor T., 1990, Political Corruption. A Handbook, New Brunswick-London, Transaction.

Hibou Béatrice (éd.), 1999, La privatisation des États, Paris, Karthala.

Holmes Leslie, 1993, The End of Communist Power. Anti-Corruption Campaigns and Legitimation Crisis (Europe and the International Order), New York, Oxford University Press.

Honlonkou Albert, 2003, Corruption, inflation, croissance et développement humain durable. Y a-t-il un lien ?, Mondes en développement, 31-2003 (123) : 143-163.

Hors Irène, 2000, Les difficultés de la lutte contre la corruption : l’expérience de quatre pays en développement, Tiers Monde 41 (161) : 143-163.

Jaffre Yannick, Olivier de Sardan Jean-Pierre (éd.), 2003, Une médecine inhospitalière. Les difficiles relations entre soignants et soignés dans cinq capitales d’Afrique de l’Ouest, Paris, Karthala.

Johnston Michael, 1997, Public Officials, Private Interests, and Sustainable Democracy: When Politics and Corruption Meet, in Ann Elliot Kimberly, Corruption and the Global Economy, Washington, ed. K. A. Elliott, Institute for International Economics, Washington DC

1998, Fighting Systemic Corruption. Social Foundations for Institutional Reform, The European Journal of Development Research 10 (1) : 84-104.

Kimuyu Peter, 2007, Corruption, Firm Growth and Export Propensity in Kenya, International Journal of Social Economy 34 (3) : 197-217.

Kisito M. Alain, 2008, Devenir maire en Afrique. Décentralisation et notabilités locales au Bénin, Paris, L’Harmattan.

Klitgaard Robert, 1988, Controlling Corruption, Berkeley, University of California Press.

1996, Political Decisions in a Strategy Against Corruption, Preventing Corruption, Sick Institutions and Francophone Africa, Groupe de travail régional sur Corruption et Développement économique, Dakar, 5-7 mars 1996.

1997, Combattre la corruption, Manille, Nouveaux Horizons.

Le Vine Victor T, 1957a, Political Corruption : The Ghana Case, Standford, Hoover Institution.

1957b, Corruption in Ghana, Transition 47 : 48-50, 52-61.

Loko Edouard, 2007, Boni Yayi. L’intrus qui connaissait la maison, Cotonou, Éditions Tunde.

Mathieu Marilou, 2007, La lutte contre la corruption au Bénin, au Niger et au Sénégal. Une approche historique, in Giorgio Blundo et Jean-Pierre Olivier de Sardan (éd.), État et corruption en Afrique. Une anthropologie comparative des relations entre fonctionnaires et usagers (Bénin, Niger, Sénégal), Paris, Karthala : 317-346.

Mauro Paolo, 1995, Corruption and Growth, Quarterly Journal of Economics 110 : 681-712.

1998, Corruption and the composition of government expenditure, Journal of Public Economics 69 (2) : 263-279.

Medard Jean-François, 1981, L’État clientéliste transcendé, Politique africaine 39 : 25-36.

1983, Public Corruption in Africa. A comparative Perspective, Corruption and Reform 1 : 115-131.

2001, L’évaluation de la corruption : approches et problèmes, in Jean-François Bare (éd.), L’évaluation des politiques de développement. Approches pluridisciplinaires, Paris, L’Harmattan : 53-90.

2004, La corruption en Afrique une stratégie de survie, in Marie Thérèse Mengue, Jean-Didier Boukougou (dir.), Comprendre la corruption au Cameroun, Yaoundé, Presses de l’UCAC.

Negru Ioana, Ungurean Stefan, 2001, The Role of Business Ethics in Transition Economies: The Case of Corruption, Proceedings Austrian Scholars Conference 7, March 30-31, 2001, Alabama, The Mises Institute : 1-9.

Ngimbog Laurent‑Roger, 2002, La justice administrative à l’épreuve du phénomène de la corruption au Cameroun. Le quotidien de la justice en Afrique, Droit et société 51-52 : 301-323.

Olivier de Sardan Jean-Pierre, 2004, État, bureaucratie et gouvernance en Afrique de l’Ouest francophone. Un diagnostic empirique, une perspective historique, Politique africaine 96 : 139-162.

2010, Développement, modes de gouvernance et normes pratiques (une approche socio-anthropologique), Revue Canadienne d’Études du Développement 31 (1-2) : 5-20.

Paldam Martin, 2000, Corruption and religion. Adding to the economic model? Working paper n° 1999-21, Centre for Dynamic Modelling in Economics, University of Aarhus, Denmark.

2002, The Cross-Country Pattern of Corruption : Economics, Culture and the Seesaw Dynamic, European Journal of Political Economy 18 : 215-240

Papava Vladimir, 2005, Necroeconomics: The Political Economy of Post-Communist Capitalism, New York, iUniverse.

Rose-Ackerman Suzanne, 1999, Corruption and Government: Causes, consequences, and reform, Cambridge, Cambridge University Press.

Sintondji Fritzell, 2010, La longue nuit du journalisme : le contre-pouvoir s’est assoupi, Cotonou, éd. IRG.

Tidjani Alou Mahaman, 2001, La petite corruption au Niger, Études et Travaux 3 : 1-52.

Vallee Olivier, 2006, La construction de l’objet corruption en Afrique, Afrique contemporaine 220 (4) : 137-162

2008, La construction d’un discours de la corruption dans le cadre de la mondialisation. Les cas du Cameroun et du Nigéria, thèse de doctorat, Université Paris I-Panthéon-Sorbonne.

Veyne Paul, 1981, Clientélisme et corruption au service de l’État. La vénalité des offices dans le Bas-Empire romain, Annales ESC 36 (3) : 339-361.

Vignigbe Marius, 2005, Corruption et impunité : les détournements de deniers publics au Bénin de 1990 à 2002, Cotonou, Éditions Catholiques du Bénin (« Xwefa 13 »).

Vostroknoutova Ekaterina, 2002, Institutional Lock-in During Transition : Why Do Informal Activities Matter ?, VIIth Spring Meeting of Young economists, Paris, April 18-20.

Haut de page

Notes

1 L’indice de perception de la corruption (IPC) est une mesure qualitative de perception, basée sur des sondages que réalisent les experts du siège de Transparency International basé à Berlin, avec l’aide de leurs chapitres nationaux disséminés à travers le monde. Une échelle de 0 (haut degré de corruption perçue) à 10 (faible degré de corruption perçue) permet de classifier les résultats et donc de donner une idée de la perception de la corruption relativement à chaque pays évalué. La méthodologie de construction de l’IPC a été proposée par Johann Graf Lambsdorff de l’Université de Göttingen : on soumet un même questionnaire à un échantillon d’hommes d’affaires, d’analystes de risque/pays et à d’autres membres de la société civile qui apprécient l’état de corruption des pays. Paldam (2002) critique d’ailleurs l’inertie et la subjectivité des résultats en arguant du fait que l’opinion des répondants ne se forme pas forcément selon une année calendaire et peut dater de plusieurs années. Outre l’IPC, depuis 1999, Transparency International a élaboré un autre indice dit de perception de la corruption des pays exportateurs (IPCE) afin de mesurer l’aspect « offre » de la corruption.

2 Constat souligné au cours du colloque « Socio-anthropologie et science politique face à l’espace public en Afrique : pour un dialogue productif », Niamey, 10-12 octobre 2008, lors de la communication intitulée « Terrains, impasses et promesses de l’anthropologie de la corruption ».

3 Ce constat est également mis en lumière au Cameroun dans la justice administrative par Ngimbog (2002).

4 Se référer aussi à l’entretien qu’il a accordé à Yvan Jablonka publié dans laviedesidées.fr le 09 janvier 2009, sous le titre L’Afrique et le renouvellement des sciences humaines. Retranscription de Florence Brigand. Sur le rôle régulateur de la corruption dans la société romaine, voir Veyne 1981.

5 ECRIS est une méthode d’enquête collective mise au point par Olivier de Sardan et Thomas Bierschenk ; elle est rapidement devenue une sorte de méthodologie « phare » pour les travaux menés par le LASDEL qui s’est positionné comme son véritable incubateur. Les Études et Travaux du Lasdel, généralement produites sur cette base sont accessibles en ligne : www.lasdel.net.

6 Dans un article éponyme, Dahou (2002) appelle à déculturaliser la corruption, après avoir lui-même été accusé de culturalisme.

7 Pour une synthèse des différentes approches des activités anti-corruption, se référer aux travaux de Damiba (2008) et à ceux de Bryane (2004).

8 Créée par le président Mathieu Kérékou pour matérialiser ses promesses de campagne en ce qui concerne la lutte contre la corruption après son retour au pouvoir en 1996, la cellule a été dirigée par Anne Adjaï Cica jusqu’à sa dissolution en 2006 à l’avènement de Boni Yayi, qui la remplaça par l’Inspection générale d’État.

9 Organisation non gouvernementale dénommée « Association de lutte contre le racisme, l’ethnocentrisme et le régionalisme », créée et présidée par Martin Assogba.

10 S’appuyant ici sur Holmes (1993) et Bako-Arifari (2001).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Elieth Eyebiyi, « La lutte contre la corruption comme objet d’études en socio-anthropologie : une perspective théorique et empirique », Journal des africanistes, 84-2 | 2014, 174-194.

Référence électronique

Elieth Eyebiyi, « La lutte contre la corruption comme objet d’études en socio-anthropologie : une perspective théorique et empirique », Journal des africanistes [En ligne], 84-2 | 2014, mis en ligne le 01 février 2016, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/4115

Haut de page

Auteur

Elieth Eyebiyi

LABORATOIRE D’HYDRAULIQUE ET DE MAÎTRISE DE L’EAU - UNIVERSITÉ D’ABOMEY-CALAVI (BÉNIN) - CHERCHEUR AU LABORATOIRE D’ÉTUDES ET DE RECHERCHES SUR LES DYNAMIQUES SOCIALES ET LE DÉVELOPPEMENT LOCAL (LASDEL), BÉNIN

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org