Navigation – Plan du site

Les enfants « perdus » des demandeurs d’asile

Désarrois parentaux et réactivité enfantine
The «lost» children of asylum seekers, Confused parents and reactive children
Jacques Barou
p. 145-162

Résumés

De nombreux demandeurs d’asile en France provenant d’Afrique centrale, font état d’enfants laissés au pays, la plupart du temps confiés à des oncles ou des grands-parents. D’autres ont avec eux des enfants qui leur ont été confiés et dont le traitement signale un statut particulier. Les parents sont confrontés à diverses souffrances : inquiétude pour les enfants restés au pays, difficultés relationnelles avec les enfants qui sont auprès d’eux et, de manière générale, sentiment d’une perte d’influence sur leurs enfants qu’ils considèrent parfois comme « perdus » pour eux. A partir d’une relecture d’entretiens réalisés en 2003 dans des centres d’accueil pour demandeurs d’asile, cet article s’interroge sur ce qui, dans ces phénomènes, comporte autant de phénomènes culturels que d’aspects circonstanciels.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les demandeurs d’asile constituent un flux migratoire particulier, aussi bien en raison des causes de départ que de celles d’accueil qu’ils rencontrent. Ils bénéficient d’une prise en charge publique qui leur évite« l’errance » subie par de nombreux migrants mais les place aussi, le temps de leur demande, sous une tutelle administrative qui a des incidences sur leur vie familiale. Dans ce contexte les enfants représentent un cas particulier. Souvent peu informés des raisons qui ont motivé le départ de leur famille, ils vivent une migration qu’ils n’ont pas choisie et à laquelle ils n’ont pas été préparés. Mais passée la première période de difficultés, ils font montre d’une grande capacité d’adaptation, alors qu’au contraire leurs parents sont confrontés à une procédure complexe et sont souvent amenés à s’interroger sur le bien-fondé de leur choix de départ. De plus, le système des centres d’accueil des demandeurs d’asile leur interdit de travailler alors qu’il organise la prise en charge et la scolarisation des enfants. Ces derniers se construisent donc une vie sociale grâce aux contacts procurés par l’école et les loisirs alors que leurs parents ont beaucoup de mal à sortir de l’isolement. Les différences de rythmes dans l’acquisition des compétences linguistiques achèvent de creuser l’écart entre adultes et enfants sous l’angle de l’adaptation au nouveau contexte et de l’insertion dans l’univers social proche. L’influence de cet environnement les amène parfois à remettre en cause le fonctionnement interne de la famille, en particulier l’autorité des aînés. Ces constats qui résultent d’une recherche menée en 2003 dans plusieurs centres d’accueil pour demandeurs d’asile ne concernent pas que les familles provenant de l’Afrique subsaharienne. La proximité ou l’éloignement entre les principes d’éducation familiale en usage chez les divers demandeurs d’asile et ceux qui dominent dans la France d’aujourd’hui renforcent ou atténuent les difficultés relationnelles entre parents et enfants. Mais de manière générale les cas présentés ici montrent que les enfants ne peuvent être considérés comme les migrants adultes. Le type de migration que vivent les demandeurs d’asile est trop spécifique pour que nous puissions extrapoler nos résultats à l’ensemble des enfants migrants mais les cas présentés ici peuvent apporter un éclairage sur ce qui fait le propre du vécu de la migration côté enfants.

Les demandeurs d’asile africains en France : constance des flux, précarité du devenir

2La procédure de demande d’asile qui permet de briguer le statut de réfugié politique, selon les conditions définies par la Convention de Genève ou à défaut d’obtenir une protection subsidiaire, n’a commencé à être utilisée par des ressortissants de pays d’Afrique subsaharienne qu’à partir des années 1980 (Legoux, 2004), alors qu’elle existait déjà depuis 1954. Depuis lors, les flux de demandeurs en provenance de cette zone ont été constants, représentant en moyenne entre 40 % et 50 % de l’ensemble des demandeurs enregistrés par l’OFPRA (Legoux, idem). Les pays d’origine ont varié en fonction des époques et selon la situation politique existant dans les diverses zones du continent. C’est ainsi que l’on a pu constater dans les années 1990 une forte hausse des demandeurs en provenance du Congo Brazzaville (Rapport OFPRA, 1999), en raison des deux guerres civiles qui en 1993 et 1997 ont déchiré ce pays. Depuis le début des années 2000, on a enregistré une forte augmentation des demandeurs originaires de Côte d’Ivoire (Rapport OFPRA 2004), en raison de la situation tendue existant dans ce pays. Au cours de l’année 2008, ce sont les Guinéens qui ont connu la hausse la plus forte (Rapport OFPRA, 2008).

3Il y a toutefois une population qui représente depuis plus de vingt ans une partie constante des demandeurs d’asile en provenance d’Afrique subsaharienne, ce sont les ressortissants de l’actuelle République Démocratique du Congo. Les flux ont commencé véritablement en 1983 (Mayangi, 1996) quand ce pays s’appelait encore le Zaïre et vivait sous la dictature du maréchal Mobutu. Ils se sont poursuivis et amplifiés à partir de la fin des années 1990 (JAFE, 2000) quand la guerre civile a éclaté dans l’ensemble du pays et plus particulièrement près des frontières orientales. La constance des flux de demandeurs s’est accompagnée d’une constance équivalente du nombre de refus de la part de l’OFPRA. En 2008, les demandeurs d’asile en provenance de la R.D.C formaient encore le principal groupe parmi les Africains avec 1912 personnes sur 10197, malgré le peu de chances d’obtenir le statut de réfugiés. Entre 2004 et 2008, 13722 personnes en provenance de ce pays ont été déboutées de leur demande (Rapport OFPRA, 2009). Peu d’informations circulent pour expliquer une telle proportion de déboutés. La majorité vient de la région de Kinshasa alors que ce sont les provinces de l’Est qui connaissent la situation la plus dramatique en matière de sécurité. Il y a toujours eu un soupçon qui a pesé, et ce dès l’origine, quant au bien-fondé de la demande d’asile des ressortissants de ce pays du fait que des diplomates zaïrois en poste à Paris dans les années 1980 diffusaient alors, contre argent, des informations sur les moyens d’obtenir l’asile en France. Quoiqu’il en soit, on observe d’une année sur l’autre, le maintien d’une proportion significative de demandeurs d’asile en provenance de ce pays, avec un nombre de femmes et d’enfants relativement important (Rapports OFPRA de 1998 à 2009), ce qui leur facilite l’obtention d’un hébergement dans un Centre d’accueil pour demandeurs d’asile (CADA) pendant la durée de la procédure. Ce type d’établissement offre, outre un hébergement dans des conditions souvent peu adaptées, un encadrement social qui favorise la prise en charge des familles sur le plan sanitaire, social et éducatif. Une telle prise en charge est vécue de façon ambiguë par les familles.

4Les demandeurs d’asile risquent d’avoir subi tout au long de leur parcours des traumatismes qui ont pu porter atteinte à l’image qu’ils ont d’eux-mêmes en tant que femme et mère, en tant qu’homme et père. L’état dépressif favorisé par la longue attente qu’ils doivent vivre par rapport à une décision sur laquelle ils savent n’avoir aucune emprise les amène à se désinvestir vis-à-vis de leurs enfants (Masson, 2009). La confrontation à une société où les pratiques éducatives ne ressemblent pas à celles qu’ils connaissent renforce chez eux un sentiment d’impuissance en tant que parents. Ils expriment parfois le sentiment d’avoir doublement perdu leurs enfants, ceux qui sont restés en Afrique et à propos desquels ils sont souvent sans nouvelles et ceux qui ont pu les suivre dans leur exil mais qui leur paraissent de plus en plus ‘imperméables’ à leur influence.

5Le présent article s’inspire de la relecture d’entretiens réalisés au cours d’une recherche concernant une centaine de familles de demandeurs d’asile hébergés dans une quinzaine de centres d’accueil répartis dans toute la France (Barou et Moro, 2003). Les originaires d’Afrique centrale constituaient alors près de la moitié des familles accueillies dans ces centres. Les enquêtes ont eu lieu entre la fin de l’année 2002 et juin 2003, avant le vote de la loi 2003-1176 du 10 décembre réformant la procédure d’asile et réduisant en particulier la durée accordée aux familles pour formuler leur demande auprès de l’OFPRA. La procédure était alors retardée par le nombre très élevé de demandes en attente de traitement et le nombre de recours engagés par les personnes déboutées une première fois. Le nombre de demandeurs cumulait au niveau national à plus de 56000 alors que le nombre de places dans les centres d’accueil plafonnait à 15000. De ce fait, certaines familles vivaient depuis deux, trois ou quatre ans dans un centre d’accueil, avec une interdiction formelle de travailler, ce qui accentuait les processus de dépendance vis-à-vis de cette institution et compliquait les relations entre parents et enfants. Ces derniers, scolarisés pour la plupart et bénéficiaires d’actions d’animation et d’éducation, pouvaient développer une sociabilité relativement épanouissante avec leurs pairs et avec les adultes qu’ils rencontraient à l’école et dans leurs autres activités. A l’inverse, les parents, réduits à une oisiveté forcée et minés par l’attente incertaine d’une réponse à leur demande, vivaient dans un repli déstabilisant. Beaucoup d’hommes en particulier, habitués à exercer chez eux des métiers valorisants et des responsabilités diverses étaient en perte d’estime d’eux-mêmes. Certains exprimaient un sentiment d’impuissance vis-à-vis du devenir de leurs enfants et constataient une perte d’autorité sur eux, ce qui les amenait au sentiment d’une double perte, celle de leur pays et celle de leurs enfants à qui ils pensaient ne plus rien pouvoir transmettre de leurs valeurs et de leur culture.

La migration défait-elle la famille ? les enfants laissés au pays

6Au moment des enquêtes en 2003, la situation familiale des demandeurs d’asile africains était assez confuse. Plusieurs d’entre eux faisaient état d’enfants laissés au pays tandis que d’autres avaient avec eux des enfants qui leur avaient été confiés par des familles amies ou parentes, qu’ils présentaient souvent comme des nièces ou neveux voire des enfants adoptés. La mention d’enfants laissés au pays se faisait toujours lors du récit de départ et évoquait le souvenir douloureux d’une séparation ainsi que l’inquiétude fréquente d’être sans nouvelles à leur sujet. Le départ d’un pays que l’on veut fuir se fait toujours dans des conditions de précipitation et les familles interrogées mettaient en avant le fait qu’elles n’avaient pas eu le temps matériel d’aller chercher certains de leurs enfants confiés à des parents vivant dans des villes éloignées de celle d’où ils avaient pu prendre un avion pour l’Europe. D’autres enfants avaient été placés sous la protection d’un parent qui les avait emmenés loin des lieux où le danger pouvait se présenter. Il s’agissait presque toujours d’un oncle ou d’une tante, voire d’un ‘grand oncle’, frère de la grand-mère maternelle selon les dires des interviewés.

  • 1 Femme angolaise, 45 ans, entretien réalisé le 15 avril 2003 au CADA de Saint-Michel de Maurienne, S (...)

J’ai six enfants de 18 à 10 ans…mais Caroline, qui a 14 ans, elle est encore là- bas. C’est très-dur, on ne sait pas où elle est aujourd’hui. Elle a fui avec l’oncle et la tante1.

7Le souvenir de cette fille restée au pays est très perturbant pour cette femme qui ne parvient pas à avoir des nouvelles. Ce souci s’étend à l’ensemble de la famille, comme le précise le frère aîné :

  • 2 Entretien réalisé le 15 avril 2003, même lieu.

J’ai une sœur là-bas…On ne sait même pas où ils ont fui avec mon grand oncle. On n’a aucune nouvelle. Psychologiquement, c’est difficile. On y pense toujours. On imagine tout. Ils ne sont plus dans la capitale, c’est tout ce qu’on sait2.

8La plupart du temps, cet abandon d’un ou de plusieurs enfants au pays est expliqué par le caractère précipité du départ. Une femme originaire de R.D.C précise, avant de s’effondrer en larmes :

  • 3 Entretien réalisé le 25 mars 2003, CADA La Verpillière, Isère.

J’étais mariée et j’avais 5 enfants. Un fils de 21 ans, Fredy. Nous sommes partis brusquement. Il n’était pas à la maison au moment de notre départ… ça m’a fait mal3.

9Un peu plus tard, elle précisera qu’il était chez son oncle et que depuis le départ, elle n’a plus de nouvelles ni de l’un, ni de l’autre.

10La fréquence de ces cas d’enfants laissés au pays ne se retrouvait pas dans les autres familles de demandeurs d’asile originaires d’Europe de l’Est ou du Moyen Orient qui sont pourtant partis dans des circonstances souvent tout aussi précipitées (Barou et Moro, 2003).

11La plupart des familles africaines interrogées appartenaient au groupe ethnolinguistique Kongo qui peuple la région du Pool entre Kinshasa et Brazzaville et l’enclave de Cabinda dans le nord de l’Angola. Les Angolais vivant auparavant dans la capitale Luanda précisaient que la raison de leur exil était liée à leur engagement en faveur de l’UNITA, parti réclamant la sécession de la région de Cabinda et contrôlé par les gens d’ethnie Kongo.

12On peut avancer une explication de caractère anthropologique pour expliquer la fréquence de cette situation d’enfants dispersés. Comme dans beaucoup de sociétés africaines, il existe chez les Kongo une tradition systématique de circulation des enfants (Lallemand, 1993). Ce groupe a à la fois un mode de filiation matrilinéaire et un mode de mariage exogame et virilocal, ce qui amène les enfants élevés dans le lieu de résidence de leur famille agnatique à séjourner de façon régulière dans les villes ou les villages de leur famille maternelle. Le séjour du neveu chez son oncle maternel était en particulier obligatoire au moment de l’initiation, celle-ci se faisant toujours dans le village du clan maternel (Dorsifang-Smet, 1972). Il reste manifestement de cette pratique un rapport de solidarité très étroit avec l’oncle maternel et sa famille, même si aucune des personnes interrogées ne fait état d’une obligation de séjour des enfants auprès d’eux.

  • 4 Entretien réalisé le 15 avril 2003 CADA de Saint-Michel de Maurienne, Savoie.

13Le personnage de l’oncle maternel est mentionné à plusieurs reprises par les adultes comme le protecteur vers lequel on se tourne en cas de difficultés. Un homme qui a été emprisonné raconte que c’est grâce à son oncle maternel qui a soudoyé les gardiens qu’il a pu s’échapper4. L’oncle a ensuite organisé son départ vers l’Europe en compagnie de son fils aîné qui risquait d’être enrôlé dans l’armée et envoyé en représailles sur le front du nord du pays où la guerre civile faisait rage.

14Le fait de confier un enfant à une autre famille que celle de l’oncle est perçu comme non conforme à la norme et acceptable seulement de manière provisoire, comme l’exprime très bien une mère angolaise de 38 ans.

J’ai une fille qui est restée au pays. Elle a 13 ans. Elle est restée avec sa grand- mère. D’habitude en Afrique, les mamans, quand elles sont à un âge avancé, c’est nous qui nous en occupons et là, c’est le contraire. Je ne sais pas où est ma mère et ma fille était avec elle. On m’a dit : elle a fui. Alors, je ne sais pas où elle est si elle est vivante ou morte. Mon père et mon grand frère ont été tués.

15L’attitude des familles interrogées par rapport à ces enfants confiés à leur famille maternelle laisse parfois penser qu’ils sont considérés comme adoptés définitivement par celle-ci. Dans certains cas, il n’y a aucune expression de remords par rapport à leur absence. Les autres membres de la fratrie présents en France tentent d’en faire leur deuil symboliquement. Une petite Angolaise de 13 ans dont deux frères étaient restés au pays alors qu’elle était en France avec les deux autres représentait toujours les objets par trois dans les dessins que nous lui demandions de faire. Elle dessinait une maison entourée d’un jardin avec des arbres fruitiers et des fleurs mais toujours 3 fleurs, 3 arbres, 3 cerises. Interrogée sur le pourquoi de cette répétition systématique des mêmes éléments en trois exemplaires, elle réfléchit longuement et dit :

  • 5 Entretien réalisé le 16 avril 2003 au CADA de Saint-Michel de Maurienne, Savoie.

Je pensais qu’on est trois enfants. J’ai presque oublié que j’ai encore deux frères dans le pays5.

16La rapidité avec laquelle les enfants tendent à faire leur deuil des absents qu’on risque de ne jamais revoir est plus un signe de leur faculté à s’adapter à la situation présente que d’une acceptation de cette absence comme résultant d’une pratique normale de confiage.

17Les mères manifestaient au contraire une forte angoisse par rapport à leur devenir et exprimaient un sentiment de culpabilité de ne pas avoir réussi à les emmener avec elles. Les pères n’exprimaient jamais le même niveau d’inquiétude que les mères par rapport au devenir des enfants restés au pays, la plupart mentionnant à peine le fait. Il est même possible que certains aient fait le choix de laisser volontairement certains enfants derrière eux, à la garde de leur beau-frère ou de leurs beaux-parents, respectant ainsi une logique d’échange dans laquelle ils se trouveraient plus engagés que leurs femmes. Une femme qui semblait très perturbée d’avoir laissé certains de ses enfants au pays renvoyait implicitement la responsabilité de ce fait à son mari.

Combien d’enfants sont restés en Angola ? Deux…Pourquoi sont-ils restés ? Pour ça, vous devriez demander à mon mari.

18Questionné à ce sujet, le père évoque un départ précipité qui les a empêchés d’aller chercher ces deux jeunes garçons puis précise qu’étant dans la famille de leur mère, ces deux enfants ne pouvaient pas être en danger. Une des enfants de ce couple, âgée de 13 ans, explique quant à elle qu’elle s’inquiète pour ces deux frères restés chez des grands parents qui lui paraissent trop vieux pour bien s’occuper d’eux. Jamais pour autant un membre de la famille n’évoque le désir de les faire venir en France.

19Tout se passe comme si nous nous trouvions en face d’un conflit entre les sentiments, portés essentiellement par les mères et certains des enfants d’une part et une tradition de « confiage » à respecter, portés surtout par les pères.

  • 6 Entretien réalisé le 22 mars 2010, CADA de la Verpillière, Isère.

20La tendance dominante est tout de même d’essayer de reconstituer les fratries. La dispersion des familles n’est pas toujours liée à des situations de violence militaire. Une famille originaire du Congo Brazzaville était partie dans un contexte de paix pour fuir un conflit familial6. La mère se sentant en butte à l’hostilité d’une rivale pour laquelle son mari l’avait quittée avait décidé de partir en France, espérant que son cas pourrait relever d’une demande d’asile. Cinq de ses enfants avaient pu la rejoindre, les uns après les autres au bout d’un an de séjour et quatre autres étaient restés au Congo avec ses parents, cette dispersion ayant été consécutive à son divorce. Une de ses filles présente en France avec elle disait ressentir une souffrance d’être éloignée du reste de ses frères et sœurs, même si elle ne s’inquiétait pas pour leur sécurité.

  • 7 Entretien 22 mars 2003, même lieu.

Quatre sont restés là-bas. C’est dur d’être séparés…Oui, il y a les grands- parents, les oncles et les tantes avec eux. Ils ne sont pas seuls, bien sûr…le problème, c’est les jumeaux. Le garçon est ici et la fille est restée là-bas, ça c’est dur ! Là-bas, on vivait tous ensemble, ça fait mal que les enfants soient séparés…7

21Les raisons de la présence ou de l’absence de certains enfants sont avant tout liées aux opportunités rencontrées ou non pour les faire venir. Il est difficile de déterminer si cette présence ou cette absence résulte d’un choix relevant du statut des enfants dans la fratrie et obéissant à des logiques préférentielles imposées par la culture. On trouve autant de garçons que de filles parmi les enfants présents en France que parmi ceux demeurés sur place. Le cas de la séparation des jumeaux évoquée plus haut est ressenti comme particulièrement anormal par leur sœur. On sait la richesse et l’ambiguïté des explications des naissances gémellaires recueillies auprès de nombreuses sociétés africaines. Considéré comme monstrueuse ou divine, ce type de naissance entraîne un statut particulier pour les jumeaux. En Afrique centrale, dans certaines sociétés, ils sont appelés enfants du malheur et, à défaut de les tuer comme autrefois, on préfère les élever séparément pour diminuer la force maléfique qui est en eux (de Heusch, 1973). Chez d’autres populations comme les Mboschi (Obenga, 1984), ils sont considérés comme des êtres très positifs qu’il faut maintenir ensemble. Chez les divers groupes Kongo, ils ont été longtemps l’objet d’un culte. Ils étaient maintenus dans une sorte de sanctuaire avant d’être présentés à leur entourage (Doutreloux, 1963).

22L’indignation de cette adolescente devant la séparation de ses jeunes frères jumeaux tient sans doute moins à des réminiscences de traditions ancestrales concernant cette catégorie d’enfants qu’à des sentiments fondés sur une observation empirique, d’ailleurs confirmée par de nombreuses études psychologiques et génétiques qui veut que ces enfants soient toujours très attachés l’un à l’autre (Kaes et Anzieux, 1998)

23La seule constante que l’on observe au niveau de possibles choix préférentiels par rapport aux enfants à emmener avec soi ou à faire venir en priorité concerne les aînés. Ils sont presque toujours présents auprès de leurs parents. Est-ce le reflet d’un choix préférentiel lié à leur statut ou est-ce seulement parce que plus mûrs, ils peuvent plus facilement rejoindre seuls leurs parents qui les ont précédés ? Les récits de trajectoires recueillis au cours de l’enquête inciteraient plutôt à penser que ce sont leurs capacités d’autonomie qui expliquent leur présence en France auprès de leurs parents.

Une situation ambiguë en migration : les enfants confiés

24Si le statut des enfants dans la fratrie ne semble pas influer sur le choix des parents de les emmener ou non avec eux, il explique en revanche les différences de traitement observées en immigration. Cela semble particulièrement vrai pour les enfants confiés qui ont été emmenés par les demandeurs d’asile et qui paraissent être traités comme des « esclaves domestiques », tout au moins aux yeux des professionnels qui travaillent auprès de ces familles au quotidien. Certains auteurs (Balandier, 1982, Vansina, 1967) ont observé chez les Kongo la poursuite d’une relation de subordination à travers la pratique des familles d’anciens esclaves de confier certains de leurs enfants à la famille de leurs anciens maîtres pour les servir en échange d’une protection. Cela ne signifie pas que ces enfants soient d’ascendance esclave mais cette ancienne pratique a laissé en héritage, dans de nombreuses régions d’Afrique, des comportements de maîtres à domestiques de la part des adultes vis-à-vis des enfants qui leur ont été confiés (Rodet, à paraître). Les conditions de vie particulières que connaissent les demandeurs d’asile en France, leur confrontation à d’autres représentations de la famille et la pression qu’ils subissent de la part des travailleurs sociaux pour adopter un comportement parental conforme aux normes du pays d’accueil aboutissent à une remise en cause des attitudes vis-à-vis de ces enfants et poussent à des dysfonctionnements relationnels au sein de la famille.

  • 8 Famille rencontrée au CADA de Saint-Genis-Laval, Rhône et interviewée les 6, 7 et 8 avril 2003.

25Au cours de cette enquête, nous avons rencontré un cas particulièrement emblématique de la situation d’enfant confié. Il s’agissait d’une adolescente de dix-sept ans vivant au sein d’une famille angolaise de sept enfants8. La mère était partie la première en emmenant cinq enfants et en laissant les deux plus jeunes auprès de la grand-mère maternelle. Selon elle, ce choix s’est opéré simplement parce que les âges des enfants qu’elle a emmenés correspondaient avec les âges indiqués sur les faux passeports. Le père est arrivé seul quelques mois plus tard. Ils ont ensuite fait venir les deux derniers enfants grâce à des amis qui se rendaient en France. L’adolescente en question était partie avec le premier groupe autour de la mère. Elle a été présentée officiellement comme la nièce de celle-ci aux autorités du centre d’accueil. Au cours de l’entretien qu’elle nous a accordé, la tante parlait d’elle en disant presque toujours « ma fille ». La jeune fille, quant à elle disait « ma mère », plus souvent que « ma tante ». Assez vite, les travailleurs sociaux et les animateurs ont remarqué qu’elle ne jouit pas du même traitement que les autres enfants de la fratrie. Toutes les corvées domestiques lui sont systématiquement dévolues et au départ, les parents se montrent réticents pour l’inscrire au lycée. Au vu des documents administratifs présentés par la famille, les professionnels du centre d’accueil pensent qu’elle n’a pas de lien de parenté biologique avec cette famille et constatent qu’elle fait l’objet d’un traitement défavorable par rapport aux autres. Ainsi quand elle a reçu une aide pour ses études, au lieu de lui acheter des fournitures scolaires, les parents ont acheté des baskets pour les autres enfants. Les éducateurs et les travailleurs sociaux ont de ce fait tendance à l’inciter à prendre de l’autonomie et à se consacrer à ses études et à ses loisirs plus qu’aux corvées domestiques que les parents tendent à lui imposer de manière exclusive.

26Selon la mère, cette enfant lui a été confiée après la mort de son père, alors que sa mère est toujours vivante. Elle insiste sur le fait que c’est elle qui l’a élevée, ce qui fait d’elle sa fille, au même titre que ses autres enfants :

  • 9 Entretien réalisé le 8 avril 2003, même lieu.

On a six enfants et une nièce dans les sept enfants que j’ai élevés. Depuis petite, parce que son père est mort et il me l’a laissée. On a emprunté des passeports.
Dans le passeport, la grande fille avait quinze ans. J’en ai profité pour venir avec ma nièce, parce que c’est ma fille, c’est moi qui l’ai élevée9

27La famille a rencontré des difficultés d’adaptation à son arrivée. Ils ont dû passer trois mois à l’hôtel, entassés dans une seule chambre avant d’obtenir de la place dans un centre d’accueil. Les conditions de vie ne leur conviennent pas. La mère dit s’y sentir en insécurité et craindre pour ses enfants.

28Pour se constituer un milieu relationnel, la famille a adhéré peu de temps après son arrivée, à une église évangélique de la banlieue lyonnaise. Elle y passe une grande partie de son temps libre, participe activement à l’organisation des cérémonies et avoue être très influencée par le couple de pasteurs qui dirige cette église.

29Leurs convictions religieuses ont été durement mises à l’épreuve par l’aventure arrivée à leur ‘nièce’. Celle-ci qui fréquente un lycée professionnel s’est retrouvée enceinte à la suite d’une relation avec un de ses camarades. La mère dit avoir été d’abord choquée par cette nouvelle qui froisse ses convictions religieuses.

  • 10 idem.

Nous sommes des chrétiens, chez nous une fille ne pourra pas avoir de relations avant son mariage10.

30Puis, se souvenant qu’elle-même a été enceinte avant son mariage, elle a tenté de dédramatiser la situation avec l’appui du pasteur et de son épouse. Le but était de convaincre la fille de garder son bébé, toujours au nom des convictions religieuses : « parce que dans notre religion, on ne fait pas l’avortement » mais aussi par une certaine banalisation de ce genre de situation. Ils n’ont pas cherché à rencontrer le garçon qui a mis leur nièce enceinte, un jeune Angolais avec lequel celle-ci gardait de bonnes relations et qui aurait été prêt à reconnaître sa paternité. La famille s’est donc orientée vers l’acceptation de cette naissance hors mariage comme relevant d’un évènement facilement banalisé.

31Toutefois, dans le même temps, la nièce, ne se sentant pas véritablement soutenue par sa famille et, vivant mal sa grossesse, a décidé d’avorter.

  • 11 Entretien 6 avril 2003, même lieu.

... J’ai dit à ma tante que j’étais enceinte. Une nuit, je suis allée la voir dans sa chambre. Elle a pleuré. Elle a pleuré pour moi parce qu’elle voyait tout ce que je devais arrêter. J’avais l’impression que je ne pourrais plus parler à ma tante. J’avais peur de ça. Quand je lui ai parlé, j’étais soulagée et j’ai attendu qu’elle dise un mot, mais elle n’a pas parlé. Je suis allée dans ma chambre et je suis allée me coucher. Elle a dit finalement : tu dois avoir cet enfant. Mais j’étais tout le temps malade, je ne mangeais pas. Il n’y avait personne pour me soutenir. Une fois, j’étais malade au lycée. Les profs ont téléphoné à la maison qu’ils viennent me chercher. Ils ont refusé. A ce moment-là, ça m’a fait trop mal et je me sentais comme abandonnée, toute seule. Et c’est à ce moment-là que j’ai pris la décision d’avorter…Je suis arrivée à cette décision toute seule…Après, j’ai parlé à l’assistante sociale (du lycée). Elle m’a dit : si tu veux faire ça tu le fais. J’ai téléphoné à mon copain et je lui ai dit. Il était soulagé. Je suis allée à l’hôpital, accompagnée par l’assistante sociale11.

32Selon la version de l’adolescente, la décision d’avorter ne lui est venue que d’elle-même. L’assistante sociale du lycée n’a fait que lui faciliter les choses et c’est l’attitude de sa famille, son manque de compassion en particulier qui l’a poussée à agir ainsi.

33La version de la tante et de l’oncle est bien différente. C’est sous l’influence des intervenants du centre d’accueil et de l’assistante sociale du lycée que leur nièce aurait décidé d’avorter. A l’occasion de cet épisode, la tante s’est sentie totalement remise en cause dans le rôle qu’elle s’était construit par rapport à cette enfant confiée. Elle a pris conscience que, dans la société où elle se trouvait, elle ne pouvait prétendre à aucune véritable autorité sur elle. La famille n’ayant au moment de l’enquête qu’un statut précaire, la relation de parenté entre l’adolescente confiée et sa « tante » n’était pas déterminée du point de vue de l’état civil. Les travailleurs sociaux et les enseignants considéraient avant tout l’adolescente comme n’ayant pas de lien de subordination directe à son oncle et à sa tante. C’est surtout cette négation de son autorité qui posait problème à cette dernière.

34Elle relatait ainsi la conversation qu’elle avait eue avec l’assistante sociale du centre d’accueil quand elle était allée la voir pour remettre en cause la décision de sa fille d’avorter.

  • 12 Entretien 8 avril 2003, même lieu.

Quand je suis venue en France, on m’a dit c’est votre nièce, vous avez la responsabilité…spirituellement, je suis sa maman, c’est moi qui l’ait élevée…Maintenant, vous faites l’avortement sans que je sache alors qu’elle est mineure. Vous savez ce que l’A.S m’a répondu ? Elle a dit : ici, c’est la loi ! L’enfant, même à 15 ans, si elle veut faire l’avortement, elle peut le faire, même si les parents ne sont pas d’accord. J’ai commencé à pleurer. J’ai dit : même comme ça il fallait m’aviser parce que c’est ma fille12.

35A travers ce cas, on voit se déconstruire la relation avec l’enfant confiée, sous l’influence d’un environnement qui amène la fille à prendre conscience de la particularité de sa situation. La tante ne supporte pas que sa nièce ait pris une décision contraire à ce qu’elle voulait pour elle. Selon la jeune fille, c’est l’indifférence de sa famille à sa souffrance qui l’a incitée à interrompre sa grossesse. Pour ses ‘parents’, seul comptait le respect des principes religieux et ils n’ont jamais entouré cette fille de l’affection que sa situation aurait nécessité. Bien plus, à la suite de cet épisode, ils l’ont totalement rejetée, l’excluant même de l’église évangélique qu’elle fréquentait auparavant avec eux.

36La tante présente désormais sa nièce comme une délinquante qu’il faut éloigner des autres enfants pour qu’elle ne les influence pas négativement.

  • 13 Entretien 8 avril 2003, idem.

Il y a des lois qui favorisent la délinquance ! Moi, je vois, c’est injuste, car c’est toujours le parent qui est responsable ! C’est pas les A.S…Maintenant, je ne peux pas la contrôler, même si elle reste à la maison. Elle est libre. Et j’ai les autres qui sont petits, ça peut influencer13.

37Le rejet est si virulent que les responsables du centre d’accueil ont dû reloger la jeune fille dans un autre établissement.

38L’attitude de la famille aurait-elle été la même s’il elle avait été une enfant légitime plutôt qu’une enfant confiée ? Il est probable que l’indignation devant la situation de grossesse aurait été la même et que la frustration de voir la fille échapper à l’autorité parentale en décidant d’avorter aurait été aussi mal ressentie. Mais l’indifférence par rapport à la souffrance physique et psychologique de l’adolescente pendant la grossesse et le mutisme de la mère trahissaient un manque total de compassion lié à un statut différent de l’enfant. C’est d’ailleurs cela qui a incité la jeune fille à décider d’avorter et d’assumer ainsi une liberté et un devenir individuels, en échappant à l’emprise d’une famille où elle se sentait déconsidérée.

Un renversement des rapports parents-enfants en migration

39Le cas précédent est paroxystique de la perte d’autorité des parents sur leurs enfants mais la hantise de ne plus être obéis, la crainte de ne plus pouvoir transmettre les valeurs qu’ils jugent fondamentales habitent presque toutes les familles rencontrées. Souvent les immigrés rencontrent des difficultés d’adaptation dans leurs rapports avec leurs enfants, difficultés dues à divers facteurs dont le décalage entre les différences de conception des rôles parentaux et des principes éducatifs entre les sociétés d’où ils viennent et celles où ils s’installent. Dans le cas des demandeurs d’asile, ces difficultés s’aggravent du fait de l’incertitude de leur situation administrative et du fait qu’ils se trouvent placés dans une dépendance explicite par rapport aux aides qu’ils reçoivent et aux professionnels qui encadrent les centres d’accueil. Ces derniers interviennent aussi au niveau des enfants et offrent souvent un modèle de comportement pédagogique par rapport auquel les parents demandeurs d’asile se sentent en décalage.

40La perte de tout rôle économique actif fragilise les parents qui craignent de se voir dévalorisés aux yeux de leurs enfants. C’est surtout le cas des pères qui prennent conscience que leur situation actuelle modifie l’image qu’ils offraient auparavant à leurs enfants, comme l’exprime un homme originaire du Congo Brazzaville :

Ils ont eu un père actif, un père qui sortait tous les matins et qui revenait le soir, un père qui n’était pas tout le temps avec eux à la maison. C’est vrai que les enfants sentent une certaine différence parce que, depuis que nous sommes en France, partout où nous sommes passés pour arriver en France, ils ont un papa qui est presque inactif, qui ne sort presque plus et les enfants doivent s’accommoder de cette vie-là et à certaines situations, mais c’est mon devoir de père d’équilibrer ma famille.

41Pour beaucoup, la survalorisation des enfants qu’ils observent dans la société française et les protections dont ceux-ci sont entourés apparaissent comme un risque de perte d’autorité parentale. Beaucoup de rumeurs se colportent sur la permissivité excessive dont jouiraient les enfants en France et sur la propension des institutions à intervenir dans les affaires familiales dès que les enfants s’estimeraient en risque de subir des maltraitances.

42Pour les familles africaines où les enfants sont traditionnellement tenus d’exprimer un grand respect pour les adultes, les allusions au renversement de pouvoirs entre parents et enfants reviennent dans presque tous les entretiens. La référence à la religion est aussi invoquée pour montrer les risques d’une telle dérive.

  • 14 Entretien réalisé le 3 février 2003, CADA La Martine, Vaulx-en-Velin, Rhône.

Chez nous aussi, les enfants sont têtus parfois. Mais ici les enfants ont le pouvoir. L’enfant s’il veut quelque chose, si tu lui donnes la fessée, l’enfant peut appeler la police. Chez nous, ça n’existe pas ! Nous, ici, on n’a pas le pouvoir. Si les enfants ne respectent plus les parents, cela ne durera pas. La Bible le dit ! …Mon fils, parce qu’il n’arrêtait pas de monter sur la table, je voulais le frapper. J’ai eu peur parce qu’à l’école, il va dire : mon père me frappe. Cette liberté affaiblit les parents. N’importe qui peut appeler la police14.

43Ce type de propos se retrouve chez de nombreux parents immigrés et pas seulement chez les demandeurs d’asile vivant en centres d’accueil. Le décalage entre une conception de l’éducation familiale encore traditionnelle, telle qu’elle existe dans de nombreux pays africains et une conception occidentale plus ouverte et plus influencée par l’idée que l’enfant est un être qui a des droits, induit toujours une incompréhension chez de nombreux parents étrangers. De plus, l’existence de nombreuses institutions à vocation éducative intervenant de façon assez active auprès des enfants avec une pédagogie différente de celle qui est pratiquée dans les pays d’origine donne aux parents l’impression d’une concurrence qui ‘sape’ leur autorité. Il ne s’agit pas seulement de représentations car la fragilité de la situation de demandeurs d’asile, l’issue souvent traumatisante que constitue le déboutement de la demande peuvent entraîner des crises très lourdes se traduisant parfois par des troubles du comportement ayant des incidences sur la capacité des parents à assumer leurs tâches éducatives. En pareils cas, ceux-ci ne perdent pas seulement leurs enfants sur le plan symbolique, ils les perdent sur le plan juridique, devant accepter le placement de ceux-ci en institution spécialisée (Moro, 1998).

44Ainsi l’accusation systématique de permissivité formulée à l’égard de la société française cache chez eux un désarroi devant une évolution des enfants qu’ils n’arrivent pas à maîtriser quoiqu’ils fassent. Pour éviter de se sentir remis en cause dans leur statut de parent, souvent le dernier rôle positif qui leur reste dans leur situation présente, ils ont tendance à chercher des causes extérieures à leur perte d’emprise sur leurs enfants.

45Dans le cas des familles vivant en centre d’accueil, la « crainte de la contagion » de comportements d’autres enfants est exprimée fréquemment par les parents africains. La mère angolaise qui a eu les difficultés rapportées plus haut avec sa fille adoptive, s’inquiétait aussi pour ses autres enfants.

On a remarqué : depuis qu’on est dans le foyer, l’éducation de nos enfants est vraiment très différente. Nous, on dit une chose et eux, ils voient autre chose. On a peur des mauvaises influences, parce que chacun a sa façon d’éduquer les enfants. Ils jouent en bas, il y a beaucoup de nationalités ici…Et quand ils sont en bas, je n’arrive pas à mettre mes enfants tout droit.

46Inquiets de voir les enfants subir d’éventuels mauvais traitements dans des familles qu’ils savent perturbées et parfois en proie à des conflits internes s’exprimant par des violences, les travailleurs sociaux en place dans les centres d’accueil manifestent une grande attention à tout ce que les enfants peuvent leur dire et interviennent parfois auprès des parents pour leur faire savoir qu’il faut agir différemment. Il y a inévitablement une propension à s’insérer dans la vie des familles, ne serait-ce qu’en raison du désarroi que celles-ci connaissent souvent et qui les rend moins aptes à assumer leur rôle auprès des enfants. Missionnés par les pouvoirs publics pour conduire une action éducative visant en premier lieu les enfants dont le devenir représente l’enjeu principal pour la société d’accueil, ils sont amenés parfois à s’autoriser un interventionnisme qui peut confiner à l’intrusion.

47Plusieurs professionnels des CADA sont conscients des décalages que les parents perçoivent entre leurs références en matière d’éducation et celles qui existent ici. C’est ce qu’exprime une animatrice spécialisée auprès des enfants.

  • 15 Entretien 21 Janvier 2003 CADA La Verpillière, Isère

Il y a des conflits d’éducation entre le CADA et les parents. Dans nos références, on parle et on joue avec les enfants. Dans les sociétés africaines, mères et enfants ne jouent pas ensemble. Au centre social, on essaye de les faire jouer. A la maison, la mère exige que l’enfant travaille et ne manifeste pas de tendresse. Les enfants ont une autre référence avec les copains. Il y a des parents qui corrigent les enfants. On explique aux parents que ce n’est pas la bonne méthode. Ils réagissent en disant qu’ils ne connaissent que cette méthode pour faire plier l’enfant. On a parfois des discussions houleuses avec les parents. On ne veut pas désavouer les parents mais faire évoluer leurs comportements15.

48Ainsi au nom de l’intérêt de l’enfant se développent des pratiques éducatives qui tendent à se substituer à celles importées par les parents, ce qui témoigne du statut particulier de l’enfant en tant que migrant aux yeux de la société d’immigration.

49Les parents qui se voient quant à eux beaucoup moins l’objet de la sollicitude de la société d’accueil ne comprennent pas les finalités de l’éducation proposée par les professionnels qui agissent auprès de leurs enfants. Ils la jugent à partir des représentations qu’ils peuvent se forger par l’expérience quotidienne. Ils ont ainsi beau jeu d’accuser les méthodes d’éducation trop libérales à leurs yeux qu’ils voient pratiquer par les intervenants sociaux. Ils peuvent dire que cela aboutit en fin de compte à fabriquer des ‘voyous’. Ils ont souvent sous les yeux, dans la rue, dans les autobus, le spectacle d’enfants élevés en France dont le comportement les choque. Plusieurs personnes remarquent que ce sont certaines catégories d’enfants qui se comportent de manière choquante, en particulier les enfants d’immigrés qui ont souvent les mêmes origines qu’eux-mêmes. Cela les incite à se démarquer de telles populations en affirmant des principes éducatifs fermes afin de préserver leurs enfants d’une évolution qui les rendrait semblables aux jeunes mal élevés qu’ils croisent dans la rue ou à la sortie des écoles.

50Les critiques envers l’éducation trop permissive qu’ils observent en France et l’insistance sur les comportements déviants qu’ils considèrent comme le résultat d’une telle éducation sont en fait l’expression d’un profond désarroi face à une situation sur laquelle ils ont le sentiment de ne pouvoir exercer aucune emprise. Désorientés, en tant que parents africains, par l’éloignement de la famille étendue au sein de laquelle ils ont été eux- mêmes élevés et auprès de laquelle ils ne cessaient de trouver des ressources et des appuis en matière éducative, ils sont, en tant que demandeurs d’asile, soumis à une grande incertitude par rapport à l’avenir qui les amène parfois à s’interroger sur le bien-fondé du choix de quitter leur pays.

Conclusion

51L’émigration devient particulièrement difficile à assumer quand elle aboutit à l’impasse que connaissent les déboutés du droit d’asile. Il est aussi parfois difficile à légitimer aux yeux des enfants, souvent peu conscients du danger qu’il pouvait y avoir à rester au pays et qui ne cessent d’exprimer des regrets par rapport à la vie qu’ils y menaient. Certains, parallèlement à la nostalgie qu’ils ressentent vis-à-vis de ce passé proche, expriment aussi une sourde rancœur par rapport aux parents qui, en les emmenant avec eux, ont peut-être hypothéqué leur avenir (Barou, 2009).

52Cela ne signifie en rien que ces familles soient condamnées à accumuler les dysfonctionnements et à être agitées par des conflits de générations. Le statut de demandeurs d’asile est un statut provisoire et en en sortant, si bien sûr on en sort par le haut, avec un statut de réfugié ou à la rigueur une protection temporaire, on retrouve en principe une plus grande autonomie et une stabilité qui permettent de reconstruire des liens intrafamiliaux plus satisfaisants. Cela ne vient bien sûr pas du jour au lendemain. Maintenues longtemps dans un lien de dépendance à l’institution à travers leur séjour en CADA, rencontrant souvent des problèmes d’emploi à leur sortie, les adultes peinent à retrouver leur autonomie. Ce sont souvent les enfants qui sont les acteurs les plus décisifs de ce processus de sortie de crise et qui deviennent le véritable soutien affectif de leurs parents en même temps qu’ils les aident à s’insérer dans un monde où ils se sentent beaucoup plus à l’aise. Plus aptes à se saisir des possibilités d’évolution que leur offre la société dans laquelle ils se trouvent, ils expriment une forme de solidarité avec leurs parents et redécouvrent en grandissant l’intérêt des valeurs de cohésion familiale pour mieux construire leur avenir dans la société où leur exil les a conduits. Les quelques entretiens réalisés auprès de familles de réfugiés qui avaient quitté les CADA ont montré le rôle fondamental des enfants dans la dynamique d’adaptation familiale au nouveau contexte de l’exil (Bouville et al., 2005). Ce sont en fin de compte souvent ces enfants que leurs parents croient avoir perdu qui permettent aux familles de se retrouver.

53Pour ce qui est des familles de déboutés, de loin les plus nombreuses, en l’absence d’études précises, on ne peut savoir ce que deviennent les relations parents/ enfants ni appréhender les méandres du parcours migratoire que connaissent les enfants. On ne peut que faire l’hypothèse que celui-ci continue de se distinguer de celui des adultes étant donné le maintien des enfants en situation illégale dans des structures scolaires, ce qui leur assure la possibilité de maintenir une sociabilité active du type de celles qu’ils ont commencé à développer dans les centres d’accueil.

Haut de page

Bibliographie

Balandier, G., 1982, Sociologie actuelle de l’Afrique noire, Paris, PUF.

Barou, J et Moro, M.R., (éd), 2003, Les enfants de l'exil. Etude auprès des familles en demande d'asile dans les centres d'accueil, préface de Boris Cyrulnik, rapport de recherche pour le Comité français pour l’UNICEF.

Barou, J, 2009, Désarroi des parents, compassion des enfants, Rhizome, n° 37, décembre 2009, pp. 12-21.

Bouville, J.F., Atlani-Duault, L., Heidenreich, F., Moro, M. R., 2005, Se protéger en exil. L’attachement chez les enfants de familles en demande d’asile, L’autre, vol 6, N° 3, pp. 385-398.

Dorsinfang-Smets, A., 1972, « Les peuples de la république démocratique du Congo », in Poirier, J. (éd) Ethnologie régionale I, Afrique-Océanie, Encyclopédie de la Pléiade, pp. 568-650.

Doutreloux, A, 1963, Introduction à la culture Kongo, Mixellanea ethnographica, Tervuren, pp 10-169.

De Heusch, L, 1973, Le sorcier, le père Tempels et les jumeaux malvenus, in Bastide, R. et Dieterlen, G. (éd) La notion de personne en Afrique noire, Paris, CNRS, p. 231-242.

Jafe, Journalistes Africains en Exil, 2000, Comment la France traite l'asile politique : lettres à nos mères restées au pays Paris, L'Harmattan.

Kaës, R. et Anzieu, G., (éd), 1998, Différences culturelles et souffrances de l’identité, Paris, Dunod.

Lallemand, S., 1993, La circulation des enfants en société traditionnelle : prêt, don, échange. Paris, L’Harmattan.

Legoux, L., 2004, Changement et permanence dans la protection des réfugiés, Revue Européenne des Migrations Internationales, vol 20, N° 2, pp. 9-22.

Masson, S., 2009, Soutien à la parentalité dans un contexte traumatique, Rhizome, n° 37, décembre, p 43-48.

Mayangi, J-J. B., 1996, Les réfugiés politiques zaïrois en France : aspects juridiques et sociologiques, thèse, Paris II, Paris, l’auteur.

Moro, M.R., 1998, Psychothérapie transculturelle des enfants de migrants, Paris, Dunod.

Obenga, Th., 1984, Littérature traditionnelle des Mbochi (Congo-Afrique Centrale), Paris, Editions Présence Africaine.

OFPRA : Rapports d’activité 1998, 1999, 2004, 2008 et 2009. http://www.ofpra.gouv.fr.

Rodet, M. (à paraître), “Under the Guise of Guardianship and Marriage”: Mobilizing Juvenile and Female Labor in the Aftermath of Slavery in Kayes, French Soudan, 1900-1939, in B. N. Lawrance and R. L. Roberts (eds), Trafficking Women and Children in Colonial and Postcolonial Africa: Historical, Contemporary, and Comparative Perspectives, Athens, Ohio University Press.

Vansina, J., 1965, Introduction à l’ethnographie du Congo, Tervuren, Editions Universitaires du Congo.

Haut de page

Notes

1 Femme angolaise, 45 ans, entretien réalisé le 15 avril 2003 au CADA de Saint-Michel de Maurienne, Savoie.

2 Entretien réalisé le 15 avril 2003, même lieu.

3 Entretien réalisé le 25 mars 2003, CADA La Verpillière, Isère.

4 Entretien réalisé le 15 avril 2003 CADA de Saint-Michel de Maurienne, Savoie.

5 Entretien réalisé le 16 avril 2003 au CADA de Saint-Michel de Maurienne, Savoie.

6 Entretien réalisé le 22 mars 2010, CADA de la Verpillière, Isère.

7 Entretien 22 mars 2003, même lieu.

8 Famille rencontrée au CADA de Saint-Genis-Laval, Rhône et interviewée les 6, 7 et 8 avril 2003.

9 Entretien réalisé le 8 avril 2003, même lieu.

10 idem.

11 Entretien 6 avril 2003, même lieu.

12 Entretien 8 avril 2003, même lieu.

13 Entretien 8 avril 2003, idem.

14 Entretien réalisé le 3 février 2003, CADA La Martine, Vaulx-en-Velin, Rhône.

15 Entretien 21 Janvier 2003 CADA La Verpillière, Isère

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Barou, « Les enfants « perdus » des demandeurs d’asile », Journal des africanistes, 81-2 | 2011, 145-162.

Référence électronique

Jacques Barou, « Les enfants « perdus » des demandeurs d’asile », Journal des africanistes [En ligne], 81-2 | 2011, mis en ligne le 14 janvier 2016, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/4092

Haut de page

Auteur

Jacques Barou

C.R 1 CNRS, UMR PACTE, Grenoble

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org