Navigation – Plan du site

Fosterage et résilience : discours collectifs et trajectoires individuelles de mobilité des enfants en milieu bambara

Fosterage and resilience: collective views and individual pathways of child mobility in a Bambara context
Paola Porcelli
p. 119-144

Résumés

Le terme fosterage se réfère à l’une des formes de mobilité des enfants les plus répandues en Afrique de l’Ouest. Ces pratiques impliquent des séparations prolongées entre un jeune et sa famille biologique pour différentes raisons inscrites dans les codes collectifs. Si la mobilité ne constitue pas un phénomène homogène, elle est désormais sujette à des pressions accrues dérivant des changements sociaux, économiques et culturels connus par les sociétés africaines. À partir d’un corpus de données qualitatives recueillies dans la commune rurale de Sanankoroba, située en milieu bambara, au Sud-Ouest du Mali, j’analyse le fosterage et ses déclinaisons d’un point de vue psychologique à travers une exploration des discours collectifs et des trajectoires individuelles de mobilité des enfants. En dépit des multiples sources de vulnérabilité auxquelles ces jeunes sont confrontés, ils arrivent à s’appuyer sur les ressources disponibles en termes de protection au sein de la société bambara pour construire des chemins de résilience permettant d’améliorer leur quotidien.

Haut de page

Texte intégral

Fosterage, pseudo-fosterage et nouvelles formes de mobilité

1Contrairement au modèle occidental de famille nucléaire, qui veut que les enfants grandissent à côté de leurs parents, en Afrique de l’Ouest prévalent des conceptions extrêmement flexibles des liens de parenté. Ces logiques s’étendent au-delà de la relation triadique mère-père-enfant en introduisant une multitude de co-parents et permettant notamment le développement de patterns relationnels « multiples et simultanés » avec de nombreux membres de la communauté (Tronick et al. 1992).

  • 1 Si ces pratiques sont particulièrement répandues en Afrique de l’Ouest, elles sont également fréque (...)

2Au sein de nombreuses sociétés africaines1 et selon les “ethnothéories parentales” (Harkness et Super 1996) issues de ces représentations, les enfants ne sont pas toujours élevés par leurs géniteurs et peuvent être confiés à des tuteurs externes. Ces déplacements ont une fonction sociale importante puisqu’ils favorisent l’entraide et le renforcement des liens entre membres de la communauté. Quant aux raisons qui les déterminent, elles s’inscrivent généralement dans le cadre de la parenté, de la solidarité ou de l’éducation.

3Lorsque ces formes de mobilité se déroulent dans les circuits de la parenté et de la solidarité, elles sont décrites comme relevant du fosterage, qui s’applique à un ensemble de situations “d’accaparement de l’enfant hors du couple géniteur” (Goody 1982 ; Isiugo-Abanihe 1985 ; Lallemand 1993). En ce qui concerne leur fonction éducative, ces pratiques sont assimilées à des stratégies visant à familiariser les jeunes avec les règles de la vie sociale et à leur inculquer les obligations qu’ils seront amenés à accomplir vis-à-vis de la communauté. Un tel apprentissage se fait souvent à l’aide d’une discipline stricte qui se justifie par une véritable “philosophie de l’endurance” et qui n’admet “pas de succès sans combat” (Bledsoe 1990).

  • 2 La notion ‘d’étrangeté’ désigne la condition des enfants qui ne peuvent développer de ‘sentiment d’ (...)

4À côté de ces circuits de fosterage classiques, qui semblent associés à des référents linguistiques précis auprès des sociétés concernées, j’ai pu observer une série de pratiques apparentées, également présentes dans les discours locaux, mais dont la description s’avère plus complexe. Dans ce texte, je désigne ces phénomènes par le terme pseudo-fosterage, qui correspond à une catégorie de mobilité – souvent accompagnée par des transactions pécuniaires – dans laquelle la condition ‘d’étrangeté’2 des jeunes au sein des familles d’accueil apparaît très marquée.

5Toutefois, si dans ces contextes les transferts d’enfants sont toujours pratiqués avec une fréquence importante, leur mise en œuvre ne respecte pas toujours le sens que les représentations collectives prétendent y attacher. En effet, les transformations socio-économiques connues par les pays ouest- africains ces vingt dernières années ont profondément modifié les structures familiales (Weisner, 1994 : 13). Ces changements ont récemment abouti à des formes de mobilité inédites (Alber 2003 ; Jaquemin 2000) associées à de nouvelles sources de vulnérabilité sur le plan psychosocial (Dabiré 2002). Nous assistons ainsi à un bouleversement des croyances qui autrefois attribuaient à la famille une fonction sécuritaire contre les abus externes. Derrière les migrations juvéniles peuvent alors se cacher des phénomènes de maltraitance qui vont bien au-delà des ‘mesures éducatives’ culturellement admises et qui reflètent finalement des enjeux spécifiques de pouvoir entre adultes.

6Les diverses formes de déplacement des mineurs présentent beaucoup de points communs et peuvent connaître de nombreuses dérives, donnant lieu à des patterns hybrides et à des logiques variables. En général, lorsque le lien de parenté entre adulte récipiendaire et enfant devient moins important, les risques d’exploitation augmentent et peuvent donner lieu à des rapports de force dans lesquels les jeunes protagonistes sont considérés comme des ‘hôtes non désirés’ dont la seule utilité se résume au travail domestique. Néanmoins, même dans le cadre d’une parenté très proche, ces jeunes ne sont pas à l’abri de dérives potentielles. Certaines sont ancrées dans le statut de ces pratiques, d’autres sont issues des transformations sociales qu’elles ont connues plus récemment.

Quels effets psychologiques pour ces pratiques ?

7Divers auteurs ont tenté de retracer la géographie sociale du fosterage afin d’identifier les règles sous-jacentes à ce phénomène, notamment en termes de relations entre les sexes (Etienne 1979), systèmes de parenté (Goody 1982), stratégies reproductives (Isiugo-Abanihe 1985) et patterns d’alliance (Lallemand 1993). Jusqu’aux années 1990 une vision « idyllique » semble avoir dominé ces études. Le fosterage était ainsi considéré comme l’expression de valeurs culturelles visant à assurer la survie du groupe (Goody 1982 ; Isiugo-Abanihe 1985 ; Lallemand 1993).

8Suivant ce paradigme, ces situations ont été pendant longtemps analysées du point de vue des adultes qui sont, dans la plupart des cas, à l’origine de leur mise en œuvre. Toutefois, peu d’études ont pris en considération les voix des acteurs principaux, les enfants, afin de déterminer les effets psychologiques de la mobilité juvénile. Cette résistance est sans doute due à la difficulté de mener des enquêtes sur des sujets qui restent tabous pour les populations concernées tels que l’amour filial qui est considéré comme une ‘pulsion individualiste’. La réalité du terrain est souvent éloignée de l’idéal démocratique véhiculé par les représentations dominantes et contredit l’image d’une fraternité inconditionnelle entre enfants biologiques et enfants confiés (Verhoef 2005 ; Verhoef et Morelli 2007 ; Notermans 2008).

9En même temps, si l’on observe la mobilité des enfants en Afrique du point de vue des principaux modèles de psychologie du développement (psychanalyse, théorie de l’attachement, théorie de la relation d’objet), on ne peut que la juger comme un véritable ‘scandale affectif’ (Lallemand 1993). Si les séparations prolongées entre un enfant et sa figure d’attachement ont été considérées comme profondément traumatogènes par ces approches (Winnicott 1956 ; Spitz 1965 ; Bowlby 1978-1984), il n’est pas étonnant que l’intérêt vis-à-vis de ces situations ait été jusqu’à présent très faible de la part des psychologues.

  • 3 L’auteure fait ici référence au scandale qui a impliqué en 2007 l’association à vocation humanitair (...)

10Enfin, la médiatisation d’une image négative de la situation des jeunes sur le continent africain a certainement contribué à répandre l’idée selon laquelle tous les enfants déplacés sont des enfants « à risque ». Ces mineurs sont considérés par les organismes s’occupant de protection de l’enfance comme les victimes d’une société dans laquelle dominent des logiques négligeant ‘l’intérêt supérieur’ des plus jeunes. Selon Engle, Castle et Menon (1996), ces conclusions ne sont pas à l’abri d’une influence des modèles occidentaux en matière de soins parentaux. Par ailleurs, de telles représentations ont donné lieu à divers phénomènes d’‘ingérence humanitaire’ qui conduiraient, selon Leblic (2009 : 99), à “une nouvelle forme de la colonisation occidentale sur les pays pauvres du Sud”3. L’ethnocentrisme de ces regards a fini par déterminer une attitude de méfiance quant aux situations de mobilité.

11Cette méfiance a été confirmée par les résultats de divers travaux, qui ont mis en évidence les risques de dérives importantes liées au fosterage. De tels risques concernent surtout certaines catégories d’enfants (filles, enfants confiés en milieu urbain et non réclamés par leur tuteur) et se manifestent dans l’inégalité de traitements réservés à ces jeunes par rapport aux enfants biologiques, notamment en termes d’accès aux soins, à la nourriture et à la scolarisation (Oni 1995 ; Castle 1995 ; Pilon 2003). Une autre source de vulnérabilité concerne la manière dont ces situations sont perçues par l’enfant déplacé ainsi que par sa famille d’origine, situations qui peuvent donner lieu à des vécus de souffrance psychique (Lallemand 1994 ; Reveyrand Coulon 1999). Enfin, les expériences individuelles de mobilité sont souvent influencées par certaines configuration de parenté. Ces configurations peuvent se révéler négatives pour les enfants quand les relations entre adultes référents sont modifiées, notamment du fait de changements dans la composition des ménages, dans les dynamiques de pouvoir et dans les histoires de vie des mères biologiques (Verhoef 2005 ; Verhoef et Morelli 2007 ; Notermans 2008).

  • 4 Le trafic est défini comme un processus par lequel un enfant est déplacé à l’intérieur ou à travers (...)

12Une littérature parallèle a montré les dangers entraînés par d’autres formes de déplacement de mineurs, notamment le trafic et la migration4. Ces situations ont fait l’objet de travaux critiques de la part d’organismes engagés dans le respect de la convention internationale des droits des enfants. Les débats issus de ces campagnes ont souligné les dangers de la mobilité juvénile dans les pays du Sud et les perturbations provoquées par ces expériences sur le développement des protagonistes (UNICEF 2002). Selon Howard (2008 : 4), les représentations erronées autour de ces phénomènes ont contribué à la mise en place de mesures législatives restrictives concernant la mobilité des mineurs. Un exemple en ce sens est la Loi Nº 2006-04 promulguée par le gouvernement béninois. En s’opposant à la circulation indépendante des mineurs, de telles lois criminalisent ces déplacements et compliquent la mise en œuvre de celles qui constituaient autrefois de véritables “stratégies de coping pour les pauvres”.

13Toutefois, à partir des années 2000 un nouveau discours s’est imposé face au stéréotype de l’‘enfant-victime’ menacé dès qu’il quittait la maison parentale. Au lieu d’analyser ces phénomènes comme l’expression d’une crise, le résultat de la pauvreté, de l’ignorance, d’un manque d’alternatives ou d’un dérèglement social généralisé, cette perspective a permis de souligner le dynamisme et la créativité ancrés dans les situations de mobilité. Un tel changement de paradigme s’est opposé aux modèles ‘pathologisants’ issus d’une logique déterministe. En dénonçant le caractère normatif des théories considérant les séparations familiales comme des situations aux effets inévitablement négatifs, s’est imposée la nécessité d’une approche holistique tenant compte des bénéfices que les enfants pouvaient expérimenter, notamment lors des expériences migratoires (Mann 2001 ; Thorsen 2006 ; Howard 2008).

14Ainsi, malgré les sources de vulnérabilité potentielles attribuées à certaines de ces situations, le concept de mobilité enfantine dans les pays africains a été reconsidéré en adoptant un modèle constructiviste. Dans cette perspective, les capacités de ces jeunes à construire leur destin en dépit des difficultés environnementales semblent désormais reconnues. Les raisons de leur mobilité ne sont alors plus à rechercher dans la misère ou dans la précarité des milieux d’origine mais plutôt dans la ‘navigation’ active qu’ils entreprennent en tant que protagonistes de leur devenir social (Thorsen 2006). Comme l’affirme Boniface Bahi dans son étude des jeunes vulnérables à Abidjan :

Tout milieu, quel qu’il soit, paraît autant protecteur que fragilisant et les dispositifs de protection tendent à prendre le dessus en vue de la continuité de la vie.
(Bahi, 2007 : 213).

Méthodologie de la recherche

15Afin d’éviter une généralisation du concept de vulnérabilité détachée des expériences vécues des protagonistes, il semble nécessaire de se plonger dans leurs trajectoires existentielles et de repérer leurs stratégies de survie quotidiennes à la lumière des discours culturels. Face aux nombreux défis développementaux auxquels ces enfants sont confrontés et compte tenu des nouvelles perspectives théoriques et méthodologiques évoquées, une exploration des effets psychologiques du fosterage et des pratiques apparentées apparaît de plus en plus nécessaire.

  • 5 Cette enquête a été conduite dans le cadre d’une collaboration avec l’ONG « Plan Mali ».

16Ce travail vise à donner un aperçu de la complexité des parcours de mobilité des enfants en milieu bambara en abordant le fosterage d’un point de vue psychologique. À partir d’un corpus de données qualitatives recueillies entre 2005 et 2007 dans la commune rurale de Sanankoroba, au Sud-Ouest du Mali5, nous examinons les caractéristiques et les effets de certaines formes de mobilité enfantine rencontrées. Les itinéraires des enfants concernés sont analysés à travers des études de cas qui mettent en évidence d’un côté la nature des facteurs de vulnérabilité psychosociale auxquels ils sont confrontés, de l’autre la disponibilité de mécanismes de protection et/ou de ressources leur permettant de faire face à ces stresseurs. Ces éléments sont explorés à travers une référence constante aux discours collectifs sur la mobilité.

17Du point de vue méthodologique, les résultats ici exposés sont le produit d’une synthèse élaborée à partir de deux sources de données principales :

  • 6 La technique des focus groups consiste à réunir des groupes de personnes-ressources afin de les fai (...)

181) 16 focus groups6 menés avec des populations séparées d’hommes et de femmes dans 8 villages de la commune de Sanankoroba ;

  • 7 L’intégralité des données a été recueillie en bambara et traduite en français à l’aide d’interprète (...)

192) 100 entretiens semi-directifs réalisés dans 7 villages distincts de la commune avec des informateurs de sexe et d’âge différents recrutés au sein de 32 concessions7.

20Pour les focus groups, les participants étaient des membres de la communauté dont le droit à la parole en matière de questions culturelles était publiquement reconnu. En revanche, les entretiens semi-directifs ont été menés avec des interlocuteurs sélectionnés sur la base de leur expérience en matière de mobilité. Certains ont été réalisés avec des enfants fosterés, d’autres avec des adultes ayant envoyé des enfants vivre auprès d’autres famille, ayant fosteré des enfants d’autrui ou ayant été eux-mêmes élevés hors de leur famille biologique. Si l’ensemble des témoignages a permis d’analyser la mobilité dans une perspective transversale et transgénérationnelle, les trajectoires ici décrites se concentrent sur les expériences des enfants. Le traitement des données a été effectué à travers une analyse thématique du contenu en privilégiant les aspects émiques, inscrits dans les discours collectifs. Dans ce texte je présente les résultats concernant les représentations collectives du fosterage et du pseudo- fosterage ainsi que les vécus de jeunes protagonistes de ces situations de mobilité.

Catégories d’enfants confiés en milieu bambara

  • 8 Littéralement den veut dire « enfant », mais aussi « fruit », alors que lam¡ signifie « éduquer, él (...)

21En bambara on peut traduire le terme fosterage par l’expression ka denlam¡, qui signifie « élever, éduquer un enfant »8. Comme l’ont révélé les focus groups, la catégorie des « enfants à éduquer » lamɔdenw fait l’objet de représentations globalement positives et semble être liée aux discours culturels autour du « bon fosterage » lamɔ konyuman. En effet, ces jeunes peuvent être inclus à juste titre parmi les « enfants de la famille » dudenw en raison des liens de parenté avec leur tuteur et/ou de la reconnaissance de leur légitimité au sein de la concession qui les accueille. Il s’agit d’enfants confiés dans la famille élargie ou auprès de connaissances proches (amis, voisins), une pratique qui sert normalement à renforcer l’ « entraide au sein de la communauté » nyɔgɔndɛmɛ et à accroître l’ « esprit de fraternité et de solidarité parmi ses membres » balimaya. En plus des « enfants confiés » ou lamɔdenw, appartiennent également à la catégorie des « enfants de la famille » les cousins germains dont les parents sont des frères et/ou des sœurs, tout simplement appelés « enfants » denw, les « petits-enfants » mɔdenw élevés par les grands-parents et les « jeunes frères/sœurs » dɔgɔkɛw/dɔgɔmusow envoyés auprès de leurs aînés.

22Comme l’observent certains de nos interlocuteurs :

  • 9 Homme ayant participé à un focus group réalisé dans le village de N’Tabakoro.

A l’origine, le denlamɔ se faisait dans trois cas. Le premier était le cas d’un enfant qui avait perdu ses deux parents. Dans le deuxième une personne prenait un enfant d’autrui pour qu’il s’occupe de ses propres enfants [en bas âge]. Enfin, dans le troisième, on confiait son enfant à un ami. (Bakary9, le 29/03/2006).

  • 10 Homme ayant participé à un focus group réalisé dans le village de Sicoro.

Il s’agit d’une vieille pratique. Quand on a un parent ou un ami qui n’a pas eu d’enfants, on lui en donne pour le consoler : c’est ça le lamɔli [denlamɔ]. C’est aussi le fait de prendre son propre frère ou sa propre sœur pour l’éduquer quelles qu’en soient les raisons. (Bouba10, le 22/03/2006).

  • 11 Certaines familles confient leurs enfants pour les protéger des mauvais esprits, par exemple suite (...)

23On distingue généralement les transferts mis en œuvre pour des raisons dites traditionnelles (décès des parents, stérilité des tuteurs, besoin d’aide domestique, homonymie, rituels propitiatoires11) et ceux motivés par certaines réalités socio-économiques (manque de moyens, scolarisation, formation religieuse ou apprentissage professionnel, migration des parents) :

  • 12 Homme ayant participé à un focus group réalisé dans le village de Gniangnian.

Le denlamɔ peut être liée à la parenté ou aux études. Par exemple, si tu veux inscrire ton enfant à l’école et il se trouve qu’il n’y a pas d’école chez vous, tu peux l’envoyer dans un autre village où il existe une école. (Sibiri12, le 19/04/2006).

  • 13 Femme ayant participé à un focus group réalisé dans le village de Kabè.

Quand nos enfants quittent un village pour aller en ville chercher du travail, ils deviennent des lamɔdenw [enfants confiés] car ils logent généralement auprès de familles d’accueil pendant leur séjour. Ce genre de denlam¡ est dû au manque d’argent ou de nourriture. (Djenebou13, le 12/04/2006).

24Ces dernières formes donnent un statut différent aux enfants, qui sont envoyés auprès de tuteurs plus éloignés du point de vue des liens de parenté. Contrairement aux logiques de gratuité caractérisant les pratiques de fosterage intrafamiliales, ces déplacements impliquent souvent le versement de sommes d’argent suivant une logique bidirectionnelle : tuteurs-enfant- parents ou parents-tuteurs-enfant. Dans le premier cas, les tuteurs acceptent de prendre en charge un enfant dont les parents ne peuvent pas s’occuper sur le plan matériel. La famille biologique recevra en retour des bénéfices secondaires. Parfois c’est le jeune lui-même qui sera en mesure de réclamer un salaire en échange de ses services auprès de la famille d’accueil. Dans le deuxième cas, en revanche, les parents sont tenus d’envoyer régulièrement des compensations économiques (sous la forme de denrées alimentaires) pour dédommager les tuteurs des frais quotidiens.

  • 14 Ces transferts considérés comme « moins traditionnels » ont été très peu évoqués lors de la premièr (...)
  • 15 L’idée selon laquelle « les enfants appartiennent à leurs parents biologiques » a été évoquée à plu (...)

25Dans ces situations, on emploie souvent le terme d’origine arabe ka kalifa « confier », qui désigne une sorte de contrat entre parent et tuteur pour la garde de l’enfant concerné. Assimilés à des étrangers, ces jeunes seront simplement considérés comme des « personnes de la famille » dukɔnɔmɔgɔw. Toutefois, ces propos ne sont pas explicites dans le discours collectifs et de telles hiérarchies peuvent être établies seulement à travers une immersion dans les concessions. C’est pourquoi nos interlocuteurs ont employé l’expression générale de denlamɔ, y compris pour se référer à ces formes qui, en réalité, font l’objet d’un statut différent. Afin d’inscrire ces situations dans les discours sur la mobilité, j’ai choisi de les désigner par le terme pseudo-fosterage14. Ce terme vise à souligner la condition « d’étrangeté » expérimentée par les enfants dans le cadre de ces déplacements, qui s’oppose au sentiment d’appartenance généralement associé au denlamɔ. Cette étiquette permet également de souligner le glissement connu par le fosterage face aux processus de transformation sociale qui traversent ces communautés depuis plusieurs décennies. En effet, selon les personnes interviewées, le clivage entre fosterage et pseudo- fosterage serait accru par les ravages de la paupérisation ainsi que par la pénétration massive des discours occidentaux en matière d’éducation et de protection des enfants15.

26Comme le montre la distinction établie entre « enfants de la famille » et « personnes de la famille », ces catégories trouvent un équivalent dans la langue bambara, même si au sein des ménages et des concessions on rencontre une multitude de configurations intermédiaires échappant à toute tentative de classification. En règle général, si dans le cas du fosterage proprement dit l’on se réfère au concept d’ « enfant à éduquer » lamɔden, pour les déplacements du type pseudo-fosterage il n’existe pas d’étiquette spécifique, ces pratiques étant simplement désignées par les raisons de la présence de l’enfant auprès de la famille d’accueil. Ainsi, un écolier sera appelé simplement « élève » kalanden, un étudiant coranique deviendra un « élève-marabout » garibu, un apprenti travailleur ou une aide domestique seront désignés avec le terme de « travailleur » baaraden et un jeune émigré en quête de fortune sera considéré comme un « aventurier » tungaden. Parfois il s’agit d’enfants qu’on ne nomme pas pour ne pas avoir à évoquer les causes de leur présence ou les rapports avec leurs familles biologiques. Tel est le cas par exemple des « enfants illégitimes » nyɛmɔgɔdenw, qui font l’objet d’une stigmatisation importante.

Tableau 1. Catégories d’enfants confiés en milieu bambara.

Tableau 1. Catégories d’enfants confiés en milieu bambara.
  • 16 Comme le dit un proverbe bambara : « l’enfant est comme de l’argile fraîche » den yé bɔgɔ kɛnɛ yé. (...)

27Contrairement aux lamɔdenw ou « enfants à éduquer », les enfants « sans place » ou « enfants d’autrui » walidenw ne peuvent pas être élevés comme les autres enfants de la concession16. Pour qu’un tuteur désigné soit en mesure de jouer ce rôle d’éducateur, il faut que l’enfant puisse être incorporé à plein titre dans la famille d’accueil. Or, les enfants « sans place » continuent d’appartenir à leurs parents biologiques et ont un statut faible au sein de la nouvelle concession. Probablement à cause de l’impossibilité de donner à ces jeunes une éducation à part entière, ces formes de mobilité posent divers problèmes selon les membres des communautés interviewées. En effet, contrairement au fosterage proprement dit, le pseudo-fosterage fait l’objet de représentations sociales ambivalentes liées à la crainte d’élever l’enfant d’autrui. Si « les choses tournent mal », ce dernier peut développer un sentiment d’ingratitude et se révolter contre ses tuteurs en provoquant l’effritement des liens. Cette situation constitue un échec en termes d’éducation et un véritable danger pour la survie du groupe. Le « mauvais fosterage » lamɔ kojugu a de lourdes conséquences sociales car il a pour effet de « gâter le nom » ka tɔgɔ tinyɛ de la « personne qui prend en charge l’enfant » lamɔbaga en la déshonorant à jamais. Or, si les discours « officiels » attribuent une probabilité plus importante d’issus négatifs aux situations de pseudo-fosterage en raison de la distance sociale entre l’enfant accueilli et ses tuteurs, cette distinction n’est pas confortée par les données recueillies. Ces dernières semblent démontrer que le risque s’avère être du même ordre pour l’ensemble des situations de mobilité.

Discours culturels, vulnérabilité et protection

28Le fosterage et le pseudo-fosterage comportent autant de processus de vulnérabilité que de mécanismes de protection pour les enfants concernés. Ces facteurs sont ancrés dans des dynamiques sociales mais peuvent être vécus de façon différente par les protagonistes. À partir de catégories récurrentes dans le discours des personnes interviewées, je présente ici quelques indicateurs permettant d’évaluer la réussite ou la dérive de la mobilité au plan psychologique.

  • 17 Il s’agit généralement d’enfants dont les parents, et surtout la mère, ont transgressé des règles d (...)
  • 18 La société bambara est patrilinéaire et patrilocale.

29Qu’il s’agisse d’enfants fosterés ou pseudo-fosterés, la source principale de fragilité est l’exposition à des dynamiques de rivalité ou de mésentente au sein de la famille d’accueil. Ces dynamiques sont très variables et se jouent en fonction du sexe de l’enfant, de son âge et surtout de sa position par rapport aux adultes et aux autres enfants de la concession. Pour cette raison les jeunes « sans place », surtout les enfants issus d’une union violant les interdits sociaux17, mais aussi ceux qui ont été confiés pour des raisons autres que celles dites « traditionnelles », sont souvent les plus exposés. En même temps la position de l’enfant sera déterminée par les stratégies d’alliance préexistantes au sein de la nouvelle famille et par des logiques de patrilignage et de matrilignage18.

  • 19 Le manque de nourriture, le manque d’habits et le manque de chaussures constituent les trois types (...)

30Ainsi, un jeune en apparence « légitime » confié au petit frère de son père est susceptible de subir les mauvais traitements de la femme de son oncle qui n’a aucun membre de sa propre famille à côté d’elle. De même, une coépouse « délaissée » sera tentée de se venger en étant cruelle vis-à-vis des enfants issus de la famille de son mari. Enfin, lorsque l’enfant fosteré appartient à une femme, son conjoint peut refuser de le reconnaître comme un membre de la concession et de prendre en charge cet « hôte » qu’il n’a pas souhaité. Ces formes de discrimination s’expriment à travers des mauvais traitements qui sont assez codifiés auprès de ces communautés. J’ai synthétisé ces facteurs de risque à l’aide de l’expression « pas de nourriture, pas d’habits, pas de chaussures » dumuni tɛ, fini tɛ, sàmara tɛ19.

  • 20 Ce terme peut être littéralement traduit par l’expression « choses du désir » (Dumestre 1996).

31En effet, afin de distinguer les cas de bientraitance des situations de maltraitance, ces trois paramètres doivent être pris en considération : nourrir, habiller, chausser. Pour ce faire, les tuteurs veillent à garantir certaines conditions de base indispensables à l’épanouissement du jeune accueilli : ce dernier doit manger à sa faim lors des repas communs sùman et avoir la possibilité de s’acheter de petites friandises nègelafɛn20 à la sortie de l’école ; en outre, il doit paraître propre, à savoir correctement habillé et bien chaussé, surtout lors des jours de fête seli, quand il est exposé aux regards publics.

  • 21 Pour plus de détails sur l’image des orphelins dans les contes bambara, voir, par exemple, Meyer et (...)

32Si les critères évoqués constituent les premiers signes permettant d’appréhender les conditions de vie d’un enfant fosteré, d’autres indices de maltraitance peuvent s’associer à ces éléments, notamment des charges de travail importantes et des châtiments corporels. Toutefois, selon les discours recueillis, l’action la plus grave que l’on puisse commettre vis-à-vis d’un enfant confié est de ne pas lui donner suffisamment à manger. La nourriture occupe en effet une place fondamentale dans les discours collectifs, comme le prouvent les nombreux contes évoquant des histoires d’enfants fosterés (souvent orphelins21) maltraités par une coépouse méchante qui ne les laisse pas se joindre aux repas collectifs ou qui empoisonne leur plat…

33Cependant, toute forme de discrimination est évaluée en fonction des conditions économiques et alimentaires globales et doit donc être considérée comme telle seulement si l’enfant est mal nourri par rapport aux autres jeunes de la famille. Dans certains cas, la privation de nourriture constitue une mesure éducative : il s’agit alors d’une situation codifiée qui semble poser moins de problèmes au plan psychologique. Ainsi, tout comme le protagoniste du roman L’aventure ambiguë de Cheick Hamidou Kane, certains enfants sont envoyés volontairement auprès de tuteurs spécialement désignés (maîtres coraniques, employeurs, précepteurs) qui leur feront goûter à la dureté de la vie afin de former leur caractère ou de les mettre sur le bon chemin.

34Contrairement à ces exemples, d’autres catégories d’enfants semblent être à l’abri de mauvais traitements. Ainsi, les plus protégés seraient les « petits-enfants » mɔdenw, qui ont un statut d’ « enfants bénis » et qui sont de ce fait intouchables. En général, en milieu bambara les grands-parents récupèrent souvent leurs petits-enfants. Il s’agit d’enfants nés au sein de la concession des grands-parents avant que le « mariage définitif » kɔniɔ entre leur mère et leur père ne soit célébré. Pendant cette période transitoire, la femme fait des « allers-retours » taa kà sègin entre la concession de ses parents et celle de la famille du futur époux. Elle n’a pas le droit en effet de rester auprès de ce dernier tant que la dot n’a pas été complètement versée, ce qui peut prendre plusieurs années. Au cours de ces voyages, beaucoup de femmes tombent enceintes et les enfants issus de ces unions sont confiés aux grands-parents afin de leur tenir compagnie. En échange de leur présence, ils reçoivent beaucoup d’attention, de cadeaux – friandises, habits, chaussures – et de nourriture lors des repas ordinaires. Ce sont des enfants choyés, voire gâtés, qui bénéficient d’un statut privilégié.

35Une autre catégorie d’enfants « chanceux » selon l’imaginaire collectif inclut les jeunes envoyés auprès de familles « qui ont les moyens » waritigiw. On peut désigner leurs migrations comme « fosterage de réussite ». En général il s’agit d’élèves qui sont scolarisés par des bienfaiteurs, ces derniers pouvant être des parents ou le plus souvent des amis voire des connaissances de la famille. Dans certains cas ces transferts peuvent se produire en raison de situations d’ « homonymie » tɔgɔmaya, où l’enfant doit son prénom au tuteur qui sera chargé de lui inculquer son caractère. Si au plan affectif la relation qui se crée n’est pas de l’ordre de la proximité et de l’intimité, comme c’est le cas des petits qui grandissent à côté de leurs grands-parents, les avantages de ces formes de pseudo- fosterage sont nombreux. En effet, elles donnent à l’enfant des chances de poursuivre ses études afin de construire un avenir qui pourra être profitable autant à sa famille d’origine qu’à ses tuteurs. En plus de ces opportunités au plan matériel, ces enfants peuvent bénéficier d’une source importante de soutien social auprès de leurs pairs, vu le nombre d’enfants d’autrui que ces familles ont l’habitude de recueillir.

36En général, les situations exposées ne sont pas exhaustives de tous les processus de vulnérabilité et de protection autour de la mobilité. Toutefois, elles montrent à quel point les conditions de prise en charge des enfants au sein des familles d’accueil peuvent être variables. Comme il ressort des exemples évoqués, ces conditions sont déterminées essentiellement par les enjeux matériels et plus particulièrement par les « problèmes de nourriture » dumunikò au sens large.

Voix d’enfants « mobiles »

37Je vais maintenant présenter des études de cas d’enfants fosterés et pseudo-fosterés analysées en fonction des discours culturels recueillis autour de ces pratiques. L’objectif de cet exposé est d’explorer les réactions psychologiques de jeunes de différents âges face à des situations qui impliquent parfois des expériences traumatogènes. Dans certains cas les vécus négatifs peuvent être surmontés à travers l’activation de processus résilients. Dans d’autres cas, la mobilité constitue une situation plutôt positive et ne nécessite pas de stratégies d’adaptation particulières. Cette analyse vise à donner un aperçu de l’hétérogénéité des patterns de mobilité expérimentés par ces enfants et la diversité de leurs réponses psychologiques.

Aramatou, 13 ans : « La tradition est plus forte que tout… »

  • 22 Ces données ont été recueillies le 29/06/2007 dans le village de Banancoro.

38Aramatou22 est une jeune fille de 13 ans qui a vécu une expérience de fosterage très négative. Confiée à la petite sœur de son père qui n’avait pas d’enfants, elle est restée en Côte d’Ivoire avec sa tante pendant plusieurs années. Au début les choses se passaient plutôt bien et Aramatou voyageait beaucoup avec sa tutrice qui faisait du commerce. Ensuite, la femme a été répudiée par son premier mari. Elle s’est alors remariée dans un autre village au Mali en emmenant Aramatou avec elle. C’est à ce moment-là que les problèmes ont débuté. Poussée par sa vieille mère, la tante a commencé à maltraiter la jeune fille. Elle n’avait pas suffisamment à manger, elle n’était pas habillée ni chaussée convenablement et on l’enfermait « comme une prisonnière ». L’enfant a été victime de violences physiques et psychologiques et a eu un accident dans un puits dont elle garde des souvenirs traumatiques. Un jour, rentrée chez ses parents pour une fête familiale, elle a souhaité rester avec ses camarades d’âge mais sa tante a refusé par peur qu’elle raconte la vérité à ses parents. Suite à une violente dispute au cours de laquelle Aramatou s’est opposée à l’autorité de sa tante, la jeune fille a été chassée en pleine nuit en provoquant un scandale au sein de la famille. Outré par cette grave atteinte à la solidarité intrafamiliale, le père d’Aramatou a alors accepté qu’elle retourne à la maison. Si l’homme était au courant de la situation depuis longtemps (il l’avait même « vue » lors d’une cérémonie de divination), il ne pouvait pas intervenir pour des ‘raisons traditionnelles’ liées à la nature de son lien de parenté avec la tante, cette dernière étant sa sœur « de même père » fa kelen mais pas « de même mère » ba kelen. Du fait de cette contrainte lignagère, tout acte visant à l’interruption du fosterage aurait été mal vu par la grande famille. En effet, on aurait pu penser que le père voulait récupérer l’enfant à cause d’une rivalité à l’égard de sa demi-sœur. Finalement la jeune fille a pu retourner chez ses parents. Sa tante vit actuellement dans la même concession puisqu’elle a divorcé une deuxième fois et le père d’Aramatou a accepté de l’héberger pour accomplir ses devoirs coutumiers. Les deux femmes ne se parlent pas et Aramatou dit se sentir triste à chaque fois qu’elle voit celle qu’elle considère comme son bourreau. La jeune fille éprouve également de l’agressivité à l’égard de ses parents. Comme elle le dit :

Lorsqu’on n’habitait pas loin d’ici avec ma tante, je n’ai pas vu mes parents pendant deux ans. Ils n’ont pas cherché à venir. Je leur en voulais. Une fois retournée, je leur ai dit ça. Ils m’ont répondu que s’ils étaient venus ma tante aurait pensé qu’ils souhaitaient me récupérer et que cela ne se fait pas.

39L’enfant garde encore des séquelles de son expérience de mauvais fosterage (cauchemars, reviviscences, souvenirs traumatiques) et pleure tout au long de l’entretien. En termes de facteurs de protection, Aramatou évoque l’attitude bienveillante des enfants de la coépouse de sa tante, qui lui donnaient des habits en cachette lorsqu’elle était maltraitée. Depuis qu’elle est retournée chez ses parents, elle entretient de bonnes relations avec ses camarades d’âge ainsi qu’avec les jeunes frères de son père qui lui offrent souvent des friandises, des habits et lui payent des chaussures. Malgré le traumatisme vécu par la jeune fille, son père se dit fier d’elle car grâce à cette expérience elle a appris à « travailler sans se fatiguer ». Cette expression indique que désormais Aramatou est devenue endurante et capable d’accomplir les tâches domestiques les plus difficiles sans se plaindre.

Maïmouna, 7 ans : « Je veux rester petite ! »

  • 23 Ces données ont été recueillies le 03/05/2007 dans le village de Toya.
  • 24 En Afrique sub-saharienne, lorsqu’une femme tombe enceinte alors qu’elle est encore en train d’alla (...)

40Le cas de Maïmouna23, 7 ans, est complètement différent. Elevée par ses grands-parents maternels en raison d’une « grossesse rapprochée »24 de sa mère, elle est parfaitement intégrée dans la grande famille dont elle évoque des membres proches et lointains qu’elle a l’habitude de voir dans la concession. Choyée par ses grands-parents, elle fait preuve de curiosité et vivacité. Maïmouna semble toutefois moins proche de sa mère, avec qui elle affirme se disputer souvent. En particulier, la petite semble angoissée par les difficultés matérielles de ses parents, qui seraient, si on examine plus attentivement la situation, sans doute à l’origine de son séjour auprès des grands-parents. Bien nourrie, bien habillée, bien chaussée, elle craint le retour dans sa famille biologique. En effet, le père et la mère de Maïmouna sont désormais installés dans un grand village qu’elle considère comme une ville. Là-bas, elle devra partager ce qui lui est donné avec les petits frères et sœurs nés après elle et elle ne bénéficiera pas des mêmes conditions matérielles. De plus, elle ne sait pas si elle pourra continuer à être scolarisée puisque les grands-parents ne pourront plus prendre en charge le prix des fournitures et des taxes scolaires. L’enfant montre une angoisse de séparation vis-à-vis de sa grand-mère, avec qui elle entretient une relation fusionnelle. Elle se sent sécurisée par se présence et la décrit ainsi :

Elle fait à chaque fois des va-et-vient entre ici et Sanankoroba. Souvent on l’amène en véhicule et elle ramène de l’argent. Parfois elle vient à pied et elle ramène de l’argent.

41Impressionnée par le statut social de sa grand-mère, elle est consciente de la distance entre le « monde des petits » et le « monde des grands ». C’est pourquoi elle a hâte de grandir afin de gagner à son tour de l’argent. En même temps, elle ne veut pas perdre son rôle de benjamine qui lui confère une position privilégiée par rapport à d’autres enfants d’autrui présents dans la concession. Elle fait une nette distinction entre « ceux qui vivent en ville », notamment ses parents, et « ceux qui vivent en brousse », comme d’autres membres de la famille. Les premiers sont confrontés à une précarité extrême tandis que les seconds sont heureux car ils mangent à leur faim. L’ambivalence de Maïmouna par rapport aux mondes de « la brousse » et de « la ville » est évidente. Vit-on mieux en brousse ou en ville ? La petite fille se pose beaucoup de questions sur ces deux univers qui reflètent sa difficulté à se représenter la maison paternelle et sa peur de quitter les grands-parents en mettant fin à son fosterage. Face à ce conflit de loyauté, elle s’inspire de l’image de sa grand-mère, qu’elle décrit comme « la plus heureuse de tous » car, en tant que véritable pilier villageois, elle gagne sa vie entre la ville et la brousse. Ses activités lui permettent de bien s’occuper de sa petite-fille, pour qui elle représente un support identificatoire. Choyée par ses tuteurs, Maïmouna refuse d’aller vivre chez ses parents. Rester petite chez les grands-parents, c’est ce qui la rend heureuse !

Moriba, 14 ans : « Si mon père savait… »

  • 25 Ces données ont été recueillies le 28/03/2007 dans le village de Zougoumé.

42Moriba25 est un jeune élève de 14 ans confié à un ami de son père dans un village limitrophe pour poursuivre sa scolarité. Lorsqu’il était petit, il avait déjà séjourné loin de ses parents. À cette époque il vivait chez sa grand-mère maternelle en tant qu’aîné de la famille mais, dès qu’il a commencé l’école, son petit frère a pris sa place auprès de la vieille dame. Nous le rencontrons dans la concession paternelle lors des vacances de printemps. Au début il tient un discours positif sur son expérience de pseudo-fosterage en soulignant que son tuteur s’occupe bien de lui et que depuis qu’il a quitté la maison de ses parents il considère cet homme comme son père. Toutefois, au fil de l’entretien, le garçon commence à exprimer des sentiments mélancoliques en parlant de sa nostalgie vis-à-vis de sa mère et de ses frères auxquels il essaye de rendre visite le plus souvent possible. Il raconte comment il s’efforce de détourner cette pensée lorsqu’il est loin en passant du temps avec ses nouveaux amis pour se distraire. Enfin, après quelques hésitations, il avoue vivre dans la détresse et il nous fait part de son chagrin dû au manque de nourriture :

J’ai des difficultés avec la nourriture. Souvent cela ne suffit pas. Même s’ils ont du mil, ils ne me donnent pas à manger. Je ne le dirai jamais à mon père. Ils font cela exprès parce que je ne suis pas de la famille.

  • 26 Environ 0,40 €. Ce chiffre permet d’acheter un repas.

43Moriba est un enfant maltraité mais il ne veut pas décevoir ses parents qui souhaitent la réussite de sa scolarité. Toutefois les études s’avèrent très difficiles dans ces conditions car son esprit est constamment occupé par la question « comment trouver à manger ? ». Pour réduire sa souffrance, lorsqu’il voit un ressortissant de son village, il le convainc d’aller rendre visite à son père et de lui demander 250 francs CFA26 pour s’acheter des « petites choses ». Si au quotidien il arrive à trouver des stratégies pour se débrouiller en dépit de la misère, Moriba présente des signes importants de souffrance et n’arrive pas à contenir son angoisse. Il pleure en expliquant la situation et en même temps il craint que son père puisse apprendre la vérité. Les espoirs de sa famille reposent sur lui. En tant qu’aîné il incarne des vœux de réussite qu’il a l’intention d’honorer coûte que coûte. Au niveau psychologique Moriba est pris dans un conflit qui lui paraît insoluble : « comment être un bon fils et un bon élève tout en supportant la faim, la discrimination, l’humiliation ? » Le jeune est dépositaire d’un secret très lourd et semble loin de l’innocence de ses petits frères qui le regardent comme un maître et rêvent d’être un jour comme lui. Certains d’entre eux n’ont pas pu aller à l’école. C’est pourquoi Moriba ne peut pas se permettre de gâcher cette opportunité. En parlant du plus « têtu » de ses frères cadets, il explique : « si on ne travaille pas on ne peut pas être heureux ». C’est donc en travaillant comme son père, en montrant du courage et de la reconnaissance vis-à-vis de ses parents qu’il espère dépasser ses difficultés actuelles.

Sékou, 12 ans : « Je suis comme un pacha ! »

  • 27 Ces données ont été recueillies le 15/06/2007 dans le village de Banancoro.

44Sékou27, 12 ans, vit comme Moriba chez un ami de son père. Toutefois, il évolue dans une situation bien différente puisque son tuteur est un homme riche et puissant, chef d’un grand village de la commune. L’enfant a initialement quitté sa famille car il était malade et ses parents n’avaient pas les moyens de le soigner. Une fois installé dans la nouvelle concession, Sékou a été inscrit à l’école et a reçu divers cadeaux. Il voit régulièrement sa famille à qui il semble très attaché mais il n’est pas pressé d’y retourner. Au contraire, il profite du bien être matériel et des conditions de vie aisées auprès de son bienfaiteur. Ce dernier prend en charge beaucoup de jeunes qui sont dans la même situation que Sékou ou qui appartiennent à la famille élargie. De plus, il a quatre femmes et est le père d’un nombre important d’enfants de tout âge résidant dans la concession. Il s’agit d’un lieu où la nourriture ne manque jamais. Si certains de ces « enfants d’autrui » walidenw ont du mal à trouver leur place en raison de conflits lignagers entre coépouses ou membres issus de côtés différents de la famille, Sékou semble bien intégré. Grâce à son attitude réservée et respectueuse il a su gagner la sympathie et les faveurs de la première épouse de son tuteur, alors qu’il est pris en charge par la troisième femme qui a, quant à elle, un statut plus faible. Le garçon a une idée très claire de ses liens avec sa famille biologique et avec ses tuteurs. Conscient de la chance dont il bénéficie et décidé à assumer ses responsabilités auprès de sa famille d’origine, il tient à valoriser ses parents malgré leur manque de moyens :

Dans notre famille il y a beaucoup de choses qui ne se trouvent pas dans d’autres familles. On a des ânes, des vaches et des moutons.

45Ainsi, en dépit du fait d’avoir été confié à un homme riche, Sékou ne perd pas de vue l’importance du travail. Il montre de la reconnaissance et du respect envers ses géniteurs, qui lui ont appris la valeur suprême de la dignité et qui lui ont permis de connaître les difficultés de la vie. Si sa scolarité se poursuit, sa famille obtiendra beaucoup de bénéfices. Il s’agit d’un enfant d’autrui qui a gardé ses racines et qui n’oublie pas d’honorer son tuteur. En jonglant avec les règles lignagères, en choisissant ses alliés et en évitant de se mêler de situations qui ne le concernent pas, il arrive à tirer le meilleur profit de cette situation de pseudo-fosterage.

Construire son chemin

46L’ensemble des données recueillies montre que la différence entre fosterage et pseudo-fosterage s’avère souvent minime, les effets de ces pratiques étant liés aux logiques de prise en charge des enfants confiés plutôt qu’aux raisons du transfert. En effet, il existe un lien étroit entre mobilité des enfants et circulation de la nourriture au sein des ménages. En général, lorsque les conditions matérielles dans la famille d’accueil sont bonnes, les jeunes interviewés ont des vécus nettement plus positifs et mettent en œuvre des stratégies efficaces afin de faire face aux difficultés quotidiennes. Ainsi, Sékou arrive à dépasser la nostalgie qu’il éprouve vis- à-vis de ses parents et le sentiment initial de dépaysement grâce aux conditions privilégiées dont il bénéficie au sein de la famille d’accueil. Conforté par le fait de ne pas devoir se battre pour ses besoins fondamentaux, il apprend à s’appuyer sur un réseau social important et à sélectionner des tuteurs de résilience qui pourront l’aider dans les moments difficiles.

47En revanche, la précarité revient comme l’une des raisons à la base de l’échec de la mobilité et de ses dérives. En particulier, les jeunes humiliés et fragilisés par le manque de nourriture, d’habits et de chaussures n’arrivent pas toujours à trouver des échappatoires et sont souvent pris dans des conflits de loyauté à l’égard de leurs parents biologiques. Ces conflits sont évidents dans la situation de Moriba, qui voudrait honorer les engagements pris avec sa famille mais qui se rend compte que ses chances de réussite auprès de son tuteur sont très faibles à cause de l’insécurité alimentaire. Quant à Aramatou, c’est seulement après des années passées à respecter la volonté de son père qu’elle choisit l’affrontement avec sa tante. Enfin, certains enfants comme Maïmouna, bien que rassurés au plan des nécessités quotidiennes par une prise en charge attentionnée, craignent une séparation avec leur tuteurs et un retour à la misère ou à la précarité auprès des parents biologiques.

48Les conditions de vie au sein des nouveaux foyers peuvent également évoluer et faire ressurgir des hostilités anciennes dans lesquelles l’enfant se trouve pris au piège. Tel est le cas d’Aramatou, heureuse avec sa tante jusqu’au moment où cette dernière connaît l’humiliation du divorce. Cet événement détermine le retour de la tutrice aux côtés de sa propre mère, qui est en réalité une coépouse de la grand-mère paternelle d’Aramatou. Les maltraitances que l’enfant subit s’inscrivent dans ce cadre de « rivalité différée » où la tante, sous l’emprise de sa mère, se venge sur la petite-fille de l’une de ses coépouses…

49Ces logiques apparaissent assez imprévisibles et varient considérablement en fonction des acteurs concernés. En effet, en dépit de la ligne de démarcation soulignée entre « enfants de la famille » et « personnes de la famille », le sentiment d’intégration d’un jeune auprès de la nouvelle concession est parfois indépendant de son degré de légitimité sur le plan coutumier. Ce dernier peut être remanié en raison de logiques intrafamiliales qui attribuent à un « enfant étranger » un statut privilégié (comme le montre l’histoire du bon fosterage de Sékou) ou qui privent un « enfant appartenant à la famille » de tout droit fondamental (comme le témoigne le calvaire vécu par Aramatou). Compte tenu de la variabilité des patterns observés, les indicateurs permettant de décrire une mobilité réussie sont celui de la quantité de nourriture et de soins que l’enfant reçoit mais également celui de l’attitude de l’enfant vis-à-vis de la nouvelle situation.

  • 28 Le concept de coping se réfère aux processus d’adaptation mis en œuvre par les individus en réponse (...)

50Ainsi, certains jeunes comme Moriba choisissent la voie du sacrifice, du secret, du respect des règles dites « traditionnelles ». En même temps, le jeune adopte diverses stratégies de coping28 centrées sur l’action et lui permettant de s’en sortir au quotidien : en s’appuyant sur un réseau social de pairs et de concitoyens, il arrive parfois à « oublier sa situation » et même à « gagner des repas ».

51Aramatou, de son côté, subit la tradition plutôt qu’elle ne l’accepte. Si elle essaye à plusieurs reprises d’envoyer des signaux d’alarme autour d’elle, ses cris ne sont pas entendus. Elle aurait voulu s’échapper mais elle n’a pas pu car elle s’est sentie abandonnée par ses parents et elle a été fragilisée par une situation inattendue et douloureuse. Toutefois, elle n’oublie pas ceux qui l’ont soutenue dans les moments les plus tragiques, notamment les autres enfants de la concession d’accueil. À cause de cette confiance développée vis-à-vis de pairs protecteurs, même après son retour dans la famille paternelle elle continue à s’appuyer sur le soutien des « jeunes » : ses oncles, ses cousins, ses camarades d’âge. En revanche, elle se méfie des adultes qui lui ont fait du mal, notamment sa tante et ses parents.

52Les enfants qui témoignent d’expériences de fosterage et de pseudo- fosterage positives arrivent également à tisser des liens uniques avec leurs tuteurs. Maïmouna et Sékou vivent auprès de familles plurifosterantes où d’autres jeunes sont dans la même situation qu’eux. Toutefois, ils apprennent à se faire une place de choix parmi les « personnes de la famille » et à profiter des avantages que ce rôle leur confère.

53L’ensemble des données recueillies sur le terrain montre que certaines catégories de jeunes sembleraient plus vulnérables que d’autres à des traitements qui sont de l’ordre de la maltraitance. En général, leur pouvoir d’action change en fonction de leur sexe, de leur position dans la fratrie ainsi que des raisons ayant déterminé le fosterage. Suivant cette logique, les filles, les aînés et les jeunes confiés à des tuteurs éloignés – souvent dans le cadre de la scolarisation – semblent constituer des groupes à risque en raison de la marge de manœuvre réduite dont ils disposent par rapport aux chemins préétablis par la coutume.

54En général, la source principale d’inquiétude dans leur quotidien demeure la précarité. Qu’il s’agisse d’une situation commune à tous les membres de la concession ou d’une condition infligée exclusivement aux enfants fosterés, qu’elle soit spécifique à la famille d’accueil, qu’elle concerne les parents biologiques restés dans la misère ou qu’elle soit partagée par les deux familles, elle constitue un vecteur d’instabilité et d’insécurité autour duquel se focalisent les angoisses individuelles et collectives.

55Ces témoignages révèlent une préoccupation constante pour ce qui est parfois une condition réelle mais qui recouvre souvent également une dimension fantasmatique. En ce sens, les récits des enfants fosterés et de ceux qui n’ont jamais quitté leurs parents biologiques sont étonnamment semblables. Par ailleurs, les discours des adultes à propos de leurs expériences de fosterage vécues par le passé ressemblent beaucoup à ceux des jeunes d’aujourd’hui. Ces acteurs nous parlent tous des contraintes matérielles qui rendent particulièrement pénible la tâche du denlamɔ.

56À la question « quelles sont les difficultés rencontrées au cours du fosterage ? », les réponses des différents interlocuteurs sont semblables : les problèmes de nourriture, d’habits et de chaussures s’ajoutent les sacrifices pour le paiement des frais scolaires et des fournitures pour les élèves, les tracas pour les dépenses liées à la santé, les soucis pour le « prix du transport » lorsqu’un membre de la famille doit faire face à un déplacement. La moindre dépense grave sur des budgets familiaux très limités et la moindre injustice en termes de distribution des ressources devient une raison de discrimination entre membres de la concession.

57En dépit des défis auxquels ils sont soumis, les jeunes fosterés font preuve de capacités d’adaptation considérables par rapport à la situation d’éloignement du foyer parental, qui ne se révèle pas une source de stress en soi. Toutefois, ils expriment des vécus traumatiques liés essentiellement au manque de nourriture, une condition inacceptable qui détermine un sentiment de « honte » (maloya). En ce sens l‟on pourrait faire référence à la métaphore de l’“enfant exposé”, utilisée par Moro (1988) pour décrire la situation dans laquelle se trouve l‟enfant de migrants. Emprunté à la mythologie, où il désigne un enfant-héros abandonné en milieu hostile, ce concept peut être appliqué à l‟expérience du fosterage, considéré comme un véritable périple initiatique. Ainsi, face à la précarité rencontrée, les sujets interviewés montrent des attitudes variables. Néanmoins, en dépit de cette variabilité, comme les protagonistes des contes bambara, tous ces jeunes cherchent à améliorer leurs conditions de vie en construisant des chemins en dépit de l’adversité. Cette qualité – valorisée par les discours culturels – est exprimée par le « courage » kisɛya, que l’on pourrait traduire par une sorte de résilience quotidienne face aux situations difficiles.

  • 29 Le concept d’agency indique la faculté qu’ont les humains à se prendre en charge, à engager des cho (...)

58Leurs réponses psychologiques sont changeantes. Elles semblent parfois refléter le cortège de règles et d’interdits culturels imposant la reconnaissance, le respect, la soumission. Dans d’autres cas, elles laissent la place à des émotions telles que la colère, à la tristesse, le sentiment d’insécurité… En dépit d’une marge de manœuvre parfois très limitée, ces jeunes revendiquent leur droit à faire des choix, à exercer leur agency29 en dépit des contraintes environnementales. Aramatou, après des années difficiles, ose remettre en cause le pouvoir de sa tante en prenant la fuite. Maïmouna, décidée à ne pas retourner chez ses parents, s’appuie sur la bienveillance de sa grand-mère. Moriba, en contournant la souffrance qui lui est infligée par des petites astuces, se dit déterminé à ne pas dévoiler le secret concernant ses conditions de vie misérables. Sékou, conscient des avantages issus de sa place privilégiée dans la famille d’accueil, préfère rester auprès de ses tuteurs encore pour quelques années. Face aux défis qui s’imposent à eux, les trajectoires de ces enfants fosterés se situent dans un espace de négociation et de construction active de leur devenir social.

Vers un nouveau regard sur la mobilité

59Les témoignages recueillis montrent que si la mobilité ne constitue pas toujours une situation idyllique, elle n’est pas nécessairement un synonyme d’exploitation. En particulier, les enfants mobiles ne sont pas forcément des enfants en danger ou des enfants souffrants. Sur la base de ces considérations, si l’on se réfère à la vulnérabilité due à la mobilité, ce dernier ne semble pas devoir être associé à la séparation entre un enfant et sa famille d’origine comme le voudraient les théories classiques de la psychologie développementale. Plutôt, il s’agit d’une vulnérabilité qui relève du plan matériel, qui se mesure en quantité de nourriture, d’habits et de chaussures… Ces symboles palpables constituent le signe de l’acceptation ou du refus d’un hôte au sein de la nouvelle concession. La qualité des soins au bénéfice d’un enfant fosteré ou pseudo-fosteré est certainement liée aux raisons sous-tendant son départ, aux alliances préexistantes entre les deux familles ainsi qu’aux enjeux complexes qui se créent dans les équilibres quotidiens. Toutefois, ces conditions de prise en charge peuvent être renégociées par l’enfant lui-même en fonction de son histoire individuelle, de la marge de manœuvre dont il dispose, des ressources et des alliés auxquels il fait appel pour trouver sa place, construire sa légitimité ou parfois tout simplement s’en sortir.

60Le débat sur les conséquences du fosterage et des autres formes de déplacements juvéniles a des répercussions importantes sur le plan des politiques de protection des mineurs dans les pays en voie de développement. Afin de préserver ces jeunes et leurs familles des dérives de ces pratiques il est nécessaire de sensibiliser les acteurs locaux vis-à-vis des risques potentiels de ces situations tout en reconnaissant leur fonction sociale. Mais pour ce faire, il faudrait adopter un nouveau regard vis-à-vis de la mobilité en prenant en compte les nouveaux paradigmes développés par les courants les plus récents de l’anthropologie de l’enfance. En particulier, selon le travail pionnier d’Honwana et De Boeck (2005), les enfants africains sont désormais considérés comme des « faiseurs et défaiseurs » makers and breakers, acteurs de leur destin et non plus victimes de circonstances défavorables ou de pratiques inhumaines.

61De même, une meilleure connaissance des expériences subjectives de ces enfants et de leurs écologies physiques et sociales est indispensable afin de promouvoir un nouveau discours sur la résilience et de développer des interventions adaptées à leurs exigences (Ungar 2005). Comme le font remarquer Reynolds et al. à propos des jeunes pris en charge par les programmes internationaux :

Beaucoup d’enfants concernés par des interventions spéciales se sont montrés activement et positivement engagés dans la construction d’un avenir meilleur pour eux-mêmes ainsi que pour leurs familles et pourraient se sentir humiliés lorsqu’on les traite comme des mineurs qui nécessitent protection et avis spécialisés.
(notre traduction, 2006 : 292).

62Pour tout observateur externe, il s’agit non seulement de reconnaître ces situations de transferts informels et d’évaluer leur impact potentiellement négatif, mais également d’être prêt, face aux données du terrain, à revoir ses propres représentations et discours sur ce qu’un enfant doit être, sur ce qu’il peut faire, sur ce qu’il a le droit d’avoir, sur comment il est censé vivre. Cette reconnaissance devrait permettre d’élargir l’horizon des études psychologiques et cliniques menés dans les pays du Sud tout en favorisant une multidisciplinarité indispensable au sein des sciences humaines. En général, en dépit des critères de différenciation évoqués, nous sommes conscients de la fragilité des frontières entre risque et protection, entre fosterage et pseudo-fosterage, entre éducation rigide et exploitation, entre trafic et migration. Cette fragilité résiste aux généralisations universalistes et aux discours à visée globalisante en témoignant du caractère unique et de la créativité des trajectoires individuelles.

Haut de page

Bibliographie

Alber, E., 2003, Denying biological parenthood: fosterage in Northern Benin, Ethnos, 68(4) : 487-506.

Bahi, B., 2007, Dérives et réussite sociale en Afrique : des stratégies juvéniles à Abidjan, Paris, L’Harmattan.

Bailleul, C., 1996, Dictionnaire Bambara-Français, Bamako, Éditions Donnyia.

Bledsoe, C.H., 1990, « No success without struggle »: social mobility and hardship for foster children in Sierra Leone, Man, 25(1): 70-88.

Bowlby, J. (1978-1984). Attachement et Perte, T1 : L’Attachement, T2 : Séparation, angoisse et colère, T3 : La Perte, tristesse et séparation, Paris, Presses Universitaires de France.

Castle, S., 1995, Child fostering and children’s nutritional outcomes in rural Mali: the role of female status in directing child transfers, Social Science and Medicine 40(5):.679-693.

Castle, S. et A. Diarra, 2003, The international migration of young Malians: tradition, necessity or rite of passage, Bamako, Save the Children / UNICEF.

Dabire, B., 2002, Le sexe et le statut de l’enfant dans le ménage – enfant confié ou enfant du couple – peuvent-ils être des facteurs de discrimination ?, in : AIDELF (éd.), Enfants d’aujourd’hui : diversité des contextes, pluralité des parcours (tome I, n. 11), Paris, PUF : 124-140.

Dumestre, G., 1996, De l’alimentation au Mali, Cahiers d’Études africaines, 36(4) : 689-702.

Engle, P.L., S. Castle et P. Menon, 1996, Child development: vulnerability and resilience, Social Science and Medicine, 43(5), pp. 621-635.

Etienne, M., 1979, Maternité sociale, rapports d’adoption et pouvoir des femmes chez les Baoulé (Côte d’Ivoire), L’Homme, 19(3-4) : 63-107.

Goody, E., 1982, Parenthood and Social Reproduction: fostering and Occupational Roles in West Africa, Cambridge, Cambridge University Press.

Harkness, S. et C.M. Super (éds.), 1996, Parents’ cultural belief systems: their origins, expressions, and consequences, New York, Guilford Press.

Honwana, A. et De Boeck, F. (éds.), 2005, Makers and breakers: children and youth in postcolonial Africa, Oxford, James Currey.

Howard, N., 2008, Independent child migration in Southern Benin: an ethnographic challenge to the “Pathological” paradigm, Research Workshop on Independent Child and Youth Migrants, Migration DRC, University of Sussex.

Isiugo-Abanihe, U.C., 1985, Child Fosterage in West Africa, Population and Development Review, 11(1): 53-73.

Jaquemin, M., 2000, « Petites nièces » et petites bonnes : le travail des fillettes en milieu urbain de Côte d’Ivoire, Journal des Africanistes, 70(1) : 105-122.

Lallemand, S., 1993, La circulation des enfants en société traditionnelle : prêt, don, échange, Paris, L’Harmattan.

—, 1994, Adoption et mariage : les Kotokoli du centre du Togo, Paris, L’Harmattan.

Leblic, I., 2009, L’Arche de Zoé : la chronologie d’un naufrage humanitaire, Anthropologie et Sociétés, 33(1): 83-99.

Mann, G., 2001, Networks of support: a literature review of care issues for separated children, Stockholm, Save the Children Sweden.

Meyer, G. et V. Görög-Karady, (éd.), 1984, L’enfant rusé et autres contes Bambara (Mali, Sénégal oriental), Paris, CILF.

Moro, M.R., 1988, D’où viennent ces enfants si étranges ? Logiques d’exposition dans la psychopathologie des enfants de migrants, Nouvelle Revue d’Ethnopsychiatrie, 12, pp. 69-84.

Notermans, C., 2008, The emotional world of kinship: children’s experiences of fosterage in East Cameroon, Childhood, 15(3): 355-377.

Oni, J.,1995, Fostered children’s perception of their health care and illness treatment in Ekiti Yoruba households, Nigeria, Health Transition Review, 5(1): 21-34.

Pilon, M., 2003, Foster care and schooling in West Africa: the state of knowledge, EFA Monitoring Report, New York, UNESCO.

Reveyrand-Coulon, O., 1999, Quelques bonnes raisons de donner son enfant, pratiques culturelles et élaborations subjectives : études de cas recueillis au Sénégal, Psychiatrie de l’enfant, 42(1) : 269-298.

Reynolds, P., O. Nieuwenhuys et K. Hanson, 2006, Refractions of children’s rights in development practice: a view from anthropology – Introduction, Childhood, 13: 291-302.

Spitz, R., 1965, De la naissance à la parole : la première année de la vie, Paris, Presses Universitaires de France.

Thorsen, D., 2006, Child migrants in transit: strategies to assert new identities in rural Burkina Faso, in C. Christiansen, M. Utas et H. E. Vigh (éds.), Navigating youth, generating adulthood: social becoming in an African context, Uppsala, The Nordic Africa Institute: 88-114.

Tronick, E.Z., G.A. Morelli, et P.K. IVEY, 1992, The Efe forager infant and toddler’s pattern of social relationships: multiple and simultaneous, Develop- mental Psychology, 28(4): 568-577.

Ungar, M. (éd.), 2005, Handbook for working with children and youth: pathways to resilience across cultures and contexts, Thousand Oaks, Sage Publications.

Unicef (2002), La traite des enfants en Afrique de l’Ouest : réponses politiques, UNICEF Insight Innocenti, Florence, Italy.

Vandermeersch, C., 2002, Les enfants confiés âgés de moins de 6 ans au Sénégal en 1992-1993, Population, 57(4-5) : 661-688.

Verhoef, H.S., 2005, A child has many mothers: views of child fostering in Northwestern Cameroon, Childhood, 12(3): 369-390.

Verhoef, H.S. et G. Morelli, , 2007, « A child is a child »: fostering experiences in Northwestern Cameroon, Ethos, 35(1): 33-64.

Weisner, T.S., 1994, The crisis for families and children in Africa: change in shared social support for children, Health Matrix: Journal of Law/Medicine, 4(1): 1-29.

Winnicott, D.W., 1956, De la pédiatrie à la psychanalyse, Paris, Payot.

Haut de page

Notes

1 Si ces pratiques sont particulièrement répandues en Afrique de l’Ouest, elles sont également fréquentes en Afrique Centrale. En général, même si elles ont tendance à se devenir plus rares, de nombreux exemples peuvent être jusqu’à présent repérés sur l’ensemble du continent (cf., par exemple, Verhoef et Morelli 2007).

2 La notion ‘d’étrangeté’ désigne la condition des enfants qui ne peuvent développer de ‘sentiment d’appartenance’ vis-à-vis de la famille d’accueil en raison d’un faible ‘droit d’appartenir’. Leur statut, comme dans le cas des personnes étrangères à la concession, est conditionné par des logiques coutumières. Le concept ‘d’étrangeté’ est développé avec plus de précision dans Porcelli (à paraître).

3 L’auteure fait ici référence au scandale qui a impliqué en 2007 l’association à vocation humanitaire l’Arche de Zoé pour avoir organisé, selon le gouvernement tchadien, le ‘rapt’ de cent trois soi-disant orphelins du Darfour, qui étaient en réalité des enfants non-adoptables et surtout dont les parents étaient en majorité vivants.

4 Le trafic est défini comme un processus par lequel un enfant est déplacé à l’intérieur ou à travers les frontières d’un pays dans des conditions telles qu’il devient une valeur marchande pour le compte d’au moins une des parties présente, quelle que soit la raison du mouvement (Article 63 du Code de Protection de l’enfant au Mali du 5 juin 2002). Pour la migration, il est souvent plutôt question de choix. L’enfant se déplace afin de sortir d’un destin familial de précarité ou, tout simplement, pour « découvrir le monde » (Castle et Diarra 2003).

5 Cette enquête a été conduite dans le cadre d’une collaboration avec l’ONG « Plan Mali ».

6 La technique des focus groups consiste à réunir des groupes de personnes-ressources afin de les faire discuter librement sur un thème précis. Dans le cadre de la présente étude, les participants ont abordé les situations de fosterage selon trois axes : les représentations de la pratique, ses modalités de mise en œuvre compte tenu de son évolution historique ainsi que les expériences personnelles des interlocuteurs en matière de mobilité.

7 L’intégralité des données a été recueillie en bambara et traduite en français à l’aide d’interprètes-médiateurs locaux.

8 Littéralement den veut dire « enfant », mais aussi « fruit », alors que lam¡ signifie « éduquer, élever » ainsi que « faire mûrir » (Bailleul 1996). Cette analogie entre l’éducation d’un enfant et la maturation d’un fruit est liée à un idéal culturel selon lequel la construction de l’individu passe avant tout par l’éducation.

9 Homme ayant participé à un focus group réalisé dans le village de N’Tabakoro.

10 Homme ayant participé à un focus group réalisé dans le village de Sicoro.

11 Certaines familles confient leurs enfants pour les protéger des mauvais esprits, par exemple suite à des décès multiples, mais également pour les préserver d’attaques de sorciers dont ils pourraient être victimes au sein de la concession parentale.

12 Homme ayant participé à un focus group réalisé dans le village de Gniangnian.

13 Femme ayant participé à un focus group réalisé dans le village de Kabè.

14 Ces transferts considérés comme « moins traditionnels » ont été très peu évoqués lors de la première phase de l’enquête. En effet, pendant les focus groups, les personnes interviewées se sont référées surtout au fosterage mis en œuvre par charité ou du fait de la parenté. Les situations les plus citées ont été : le décès des parents, le manque de moyen, la besoin d’aide domestique, la stérilité, l’accompagnement des jeunes mariées ou des personnes âgées. Cette donnée contraste avec la réalité du terrain au sein des concessions, où finalement beaucoup de cas repérés relevaient de ce que nous avons défini comme pseudo-fosterage, surtout lorsque ces pratiques concernaient des jeunes élèves.

15 L’idée selon laquelle « les enfants appartiennent à leurs parents biologiques » a été évoquée à plusieurs reprises par les personnes interviewées afin de souligner la difficulté de prendre en charge des enfants d’autrui aussi bien d’un point de vue matériel que sur le plan éducatif.

16 Comme le dit un proverbe bambara : « l’enfant est comme de l’argile fraîche » den yé bɔgɔ kɛnɛ yé. Dans ce contexte, éduquer un individu signifie le pétrir comme de l’argile fraîche le faire devenir respectable pour qu’il puisse être profitable pour sa famille et sa communauté d’appartenance. Si les parents biologiques sont réputés trop indulgents à cause de leur affection excessive, le recours à d’autres membres de la famille est encouragé. Le fosterage est en ce sens l’équivalent d’une expérience initiatique, où l’on apprend les règles de la vie sociale, le respect pour les aînés, la valeur du travail.

17 Il s’agit généralement d’enfants dont les parents, et surtout la mère, ont transgressé des règles d’alliance (unions mixtes entre forgerons et peuls par exemple) ou de conduite (grossesse hors mariage, adultère).

18 La société bambara est patrilinéaire et patrilocale.

19 Le manque de nourriture, le manque d’habits et le manque de chaussures constituent les trois types de réponses les plus courantes que les personnes interviewées ont données à la question « quelles sont les difficultés que vous avez rencontrées au cours de votre expérience de denlamɔ ? ».

20 Ce terme peut être littéralement traduit par l’expression « choses du désir » (Dumestre 1996).

21 Pour plus de détails sur l’image des orphelins dans les contes bambara, voir, par exemple, Meyer et Görög-Karady (1984). Des contes au contenu similaire ont été évoqués lors de la présente enquête par les participants aux focus groups.

22 Ces données ont été recueillies le 29/06/2007 dans le village de Banancoro.

23 Ces données ont été recueillies le 03/05/2007 dans le village de Toya.

24 En Afrique sub-saharienne, lorsqu’une femme tombe enceinte alors qu’elle est encore en train d’allaiter, l’enfant qu’elle allaite est immédiatement sevré et souvent confié à une autre femme, généralement une grand-mère, pour que la mère puisse se consacrer au nouveau-né (Vandermeersch 2002 : 665-666).

25 Ces données ont été recueillies le 28/03/2007 dans le village de Zougoumé.

26 Environ 0,40 €. Ce chiffre permet d’acheter un repas.

27 Ces données ont été recueillies le 15/06/2007 dans le village de Banancoro.

28 Le concept de coping se réfère aux processus d’adaptation mis en œuvre par les individus en réponse à des situations stressantes spécifiques.

29 Le concept d’agency indique la faculté qu’ont les humains à se prendre en charge, à engager des choix de vie autonomes.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Catégories d’enfants confiés en milieu bambara.
URL http://africanistes.revues.org/docannexe/image/4083/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paola Porcelli, « Fosterage et résilience : discours collectifs et trajectoires individuelles de mobilité des enfants en milieu bambara », Journal des africanistes, 81-2 | 2011, 119-144.

Référence électronique

Paola Porcelli, « Fosterage et résilience : discours collectifs et trajectoires individuelles de mobilité des enfants en milieu bambara », Journal des africanistes [En ligne], 81-2 | 2011, mis en ligne le 14 janvier 2016, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/4083

Haut de page

Auteur

Paola Porcelli

Psychologue Clinicienne PhD

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org