Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Sy Seydou Madani, 2014, Le capitaine Mamadou Racine Sy, 1838-1902. Une figure sénégalaise au temps des Tirailleurs

Paris, Khartala
Romain Tiquet
p. 332-333
Référence(s) :

Sy Seydou Madani, 2014, Le capitaine Mamadou Racine Sy, 1838-1902. Une figure sénégalaise au temps des Tirailleurs, Paris, Khartala, 181 p.

Texte intégral

1Dans la lignée de la voie tracée par Amadou Hampaté Bâ et de ses mémoires Amkoullel, l’enfant peul et Oui mon commandant !, l’ouvrage de Seydou Madani Sy dessine ici une histoire à hauteur d’homme(s) en dressant le portrait du capitaine Mamadou Racine Sy. Cet ouvrage est original à plus d’un titre puisque l’auteur, archiviste-paléographe et ancien recteur de l’Université de Dakar (entre autres), n’est ni plus ni moins que le petit-fils du capitaine Mamadou Racine Sy. Seydou Madani Sy indique dès les premières pages qu’il n’est pas question de faire l’apologie de son grand-père mais plutôt d’apporter un nouvel éclairage sur le moment de la conquête coloniale à travers le parcours de ce personnage original. L’ouvrage ne se propose pas de réhabiliter cette figure sénégalaise mais plutôt d’observer les complexités et les ambiguïtés du passé.

2Selon la mémoire familiale, Mamadou Racine Sy est né en 1842 pour s’engager dans l’armée française en 1860, quelques années après la création des fameux « tirailleurs sénégalais » par le général Faidherbe, en pleine conquête coloniale. Les raisons qui ont poussé Mamadou Sy à quitter l’école coranique pour s’engager dans l’armée restent cependant mystérieuses et ni la tradition orale, ni les archives consultées par l’auteur n’apportent de réponse claire.

3Les trois premiers chapitres de l’ouvrage s’intéressent avant tout aux faits d’armes de Mamadou Racine Sy et à sa carrière militaire. Bien noté par ses supérieurs et élément de confiance, il devient très rapidement une pièce maîtresse de la politique d’expansion coloniale au Soudan français (actuel Mali). En 1893, il est nommé capitaine de l’armée – fait exceptionnel pour l’époque – avec le soutien du général Borgnis-Desbordes dont il est le protégé. Sa carrière militaire lui sert ainsi de véritable promotion sociale et l’ouvrage relate dans le détail les nombreuses fonctions endossées par Mamadou Sy au sein de l’administration coloniale. Tour à tour négociateur entre l’administration française et Samory et Amhadou de Ségou, commandant de poste de Toucoulo, préposé au ravitaillement de l’armée et interprète officiel, Mamadou Racine Sy meurt en 1902 alors qu’il est en pleine campagne de recrutement de travailleurs pour le chemin de fer Dakar-Niger.

4Mamadou Racine Sy apparaît comme un rouage indispensable de la mécanique coloniale. C’est à ce titre qu’il est envoyé en France en 1886 pour accompagner le fi de Samory, Karamoko. Cet évènement est intéressant à plus d’un titre. On pourrait croire en effet que, à l’antithèse de Samory, archétype du « résistant » à la colonisation française, Mamadou Racine Sy était vu comme un « collaborateur » des autorités coloniales. Pourtant, l’ouvrage montre bien qu’à travers la confiance que Samory accorde à Mamadou Racine pour accompagner son fi en France, les relations entre les deux hommes ne sont pas que conflituelles et qu’un lien de confiance également les unit. La légende familiale des Sy évoque même un mariage entre Racine Sy et une fille de Samory, Dionkounda. Ce simple fait rappelle que la dichotomie simpliste résistance / collaboration ne permet pas de capturer les parcours et les intérêts, multiples et multiformes, des différents acteurs de la société coloniale.

5La seconde originalité de ce livre réside dans sa méthode et dans le traitement des sources utilisées. Seydou Madani Sy propose en effet un questionnement original en confrontant la mémoire familiale et la tradition orale avec les archives officielles des autorités coloniales que l’auteur a pu collecter au Mali, au Sénégal ou en France (documents pour la plupart reproduits dans l’ouvrage). Le croisement de ces sources permet de rétablir quelques vérités comme cette anecdote des coups de sifflets donnés par le train à son arrivée à Bamako. La légende indique que le train sifflait trois fois aux abords de Kita en hommage à la tombe du capitaine Mamadou Sy située à proximité. L’enquête menée par Seydou Madani Sy démontre que les trois coups de sifflets correspondaient, en fait, à l’enclenchement d’une manœuvre de freinage pour permette au train de s’arrêter en tenant compte de la topologie du terrain. Malgré cette anecdote, on regrette que Seydou Madani Sy n’aille pas plus loin dans son analyse des sources afin de confronter l’archive officielle, bureaucratique, et la mémoire familiale, mettant ainsi à nu des cadres discursifs et des catégories de pensées différentes. Il n’en reste pas moins vrai que ce portrait de Mamadou Racine Sy apporte de précieuses informations sur une période encore mal connue du moment colonial. Cet ouvrage rappelle par-là même que, loin d’avoir seulement composé avec la situation coloniale, les intermédiaires coloniaux ont aussi recomposé l’ordre colonial.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Romain Tiquet, « Sy Seydou Madani, 2014, Le capitaine Mamadou Racine Sy, 1838-1902. Une figure sénégalaise au temps des Tirailleurs », Journal des africanistes, 84-2 | 2014, 332-333.

Référence électronique

Romain Tiquet, « Sy Seydou Madani, 2014, Le capitaine Mamadou Racine Sy, 1838-1902. Une figure sénégalaise au temps des Tirailleurs », Journal des africanistes [En ligne], 84-2 | 2014, mis en ligne le 14 janvier 2016, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://africanistes.revues.org/4066

Haut de page

Auteur

Romain Tiquet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org