Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Muttenzer Franck 2010, Déforestation et droit coutumier à Madagascar. Les prescriptions des acteurs de la gestion communautaires des forêts

Paris, Karthala
Jean A. Rakotoarisoa
p. 320-322
Référence(s) :

Muttenzer Franck 2010, Déforestation et droit coutumier à Madagascar. Les prescriptions des acteurs de la gestion communautaires des forêts, Paris, Karthala, 360 p.

Texte intégral

1Frank Muttenzer est un auteur qui connaît bien Madagascar. Il a séjourné dans plusieurs régions de cette grande île et possède certainement toutes les qualités requises pour une observation impartiale sur les questions liées à la déforestation de Madagascar. Dans cet ouvrage, il a fait l’effort d’apporter de nombreux témoignages des paysans qui sont à la fois acteurs et victimes de cette déforestation. La déforestation est un thème récurrent de toute discussion sur l’environnement à Madagascar. Porté par des défenseurs modernes de l’environnement, ce thème revient aujourd’hui sur le devant de la scène. Il n’est pourtant pas une nouveauté. Tous les dirigeants malgaches successifs ont essayé de préserver cette forêt sans vraiment y parvenir.

2La majorité des études sur ce sujet soulignent avec un parti pris évident le rôle des communautés rurales. Certaines cartes prétendument élaborées avec des outils d’analyse sophistiqués ne sont en réalité que la traduction d’une idéologie préconçue où les Malgaches sont constamment décrits comme des pyromanes invétérés et irresponsables qui ne se préoccupent pas de l’état du pays pour les futures générations. L’auteur expose aussi d’ailleurs, même s’il le fait avec beaucoup d’élégance et de tact, le rôle ambigu des agences chargées de la protection et de la gestion de cet environnement forestier. Tous ces organismes, privés ou étatiques, semblent jouer quotidiennement des rôles appris selon un scénario modifié au gré des circonstances et des fi disponibles. Beaucoup des acteurs impliqués ignorent, ou font semblant d’ignorer, l’épilogue de cette pièce produite à grands frais autour des thématiques de l’environnement, et en particulier de la déforestation.

3Actuellement, on semble découvrir ce besoin impérieux de protéger la nature de Madagascar. On feint d’ignorer que les communautés rurales ont toujours essayé de vivre en harmonie avec leur environnement. L’interdiction de brûler la forêt a fait l’objet d’un édit royal il y a plus de 300 ans où il a été clairement expliqué un héritage à préserver pour la génération future et une subsistance pour les déshérités, fa ny ala, lova be tsy voa zara, fivelomany ny kamboty (« car la forêt, est un héritage important qu’on ne peut partager, assurance vie pour les orphelins »). Sans les contraintes exogènes qui favorisent cette course effrénée vers la recherche du profit optimal, une telle prédisposition aurait pu être maintenue. Victimes, obligés de subir la loi du « marché », les paysans n’ont pour survivre que les ressources naturelles encore disponibles, dont les produits forestiers.

4L’auteur ne s’est pas contenté de décrire les interactions des acteurs couramment cités dans tous les ouvrages sur ce thème de la déforestation. Il fait aussi intervenir judicieusement un paramètre central : le concept de droit coutumier. Cette notion est mentionnée à plusieurs reprises, mais sa part dans le dialogue avec les communautés ne semble pas avoir aboutie complètement. Les tenants du droit « moderne » essaient de contourner ces droits coutumiers. Ces évitements sont particulièrement repérables dans les tentatives de résolutions de conflits et dans la recherche d’un compromis honorable en cas de divergences d’intérêt. Il est malheureux de constater que le point de vue des « technocrates » et des pourvoyeurs de fonds des projets de développement finit toujours par l’emporter sur le choix des paysans, qui ont d’ailleurs du mal à exprimer leur véritable attente. La légitimité des propos contenus dans le discours traditionnel ne résiste pas à la logique structurée de ceux qui veulent imposer à tout prix leur plan pour préserver la forêt.

5Cet ouvrage montre les limites du dialogue. Pour les paysans, la forêt est un palliatif vital pour assurer le quotidien immédiat. Pour les autres, elle est un capital à préserver absolument pour éviter un avenir encore plus difficile Des personnalités, dont la compétence ne peut pas être mise en cause, jouent le rôle difficile d’intermédiaire ou parfois d’interprète entre ces deux entités afin de trouver le meilleur compromis. Divers programmes avec des noms différents selon les périodes sont mis en route sous couvert des dispositions légales les plus sophistiquées afin de mieux parvenir à cette idée, ou cet idéal, d’une gestion participative.

6La première partie de l’ouvrage, consacrée à la colonisation agraire des terres forestières, reprend d’une manière générale la thématique bien connue de l’existence d’une série de superpositions d’interprétations de la notion de propriété foncière à Madagascar. Déjà compliquée sur un terroir ouvert, la notion de propriété devient encore plus floue lorsqu’on l’applique à un domaine fermé comme les aires protégées (on ne comprend pas du tout cet argument, l’idée d’un territoire délimité clairement s’associant bien à celle de propriété...). Les études de cas, comme à Manongarivo, illustrent bien ces complications. Il faut tenir compte de plusieurs facteurs : parenté, antériorité, mise en valeur initiale, etc. L’arrivée des migrants pose avec plus d’acuité encore la question de la légitimité sur un espace forestier.

7La seconde partie de l’ouvrage, relative aux marchés ruraux de bois-énergie, semble démontrer que la possession effective d’un terroir ne garantit pas un accès exclusif aux usufruits. Le cas le plus visible et le plus sensible pour la conservation est la production et la commercialisation du charbon. Les organismes chargés de l’environnement favorisent dans un premier temps la mise en place de groupements paysans. Des associations éclosent mais la plupart d’entre elles ont une durée de vie très courte. Elles sont, par surcroît, rapidement contrôlées par des oligarques locaux dont les prises de position ne vont pas toujours dans le sens de l’intérêt de l’ensemble de la communauté. Là encore, la question du rôle des migrants reste posée.

8Cet ouvrage montre toute la typologie des migrants présents sur les aires à protéger. Dans certains cas ils sont parfaitement assimilés, pour des raisons liées aux années de présence dans la région. Des mariages ont encore renforcé les liens. Les migrants récents ne sont pas repoussés au nom du fihavanana, concept imposant à chaque Malgache de se considérer comme parents, position qui n’exclut pas les conflits d’intérêt. Mais les vrais problèmes posés par les migrants ont été bien expliqués par l’auteur. Au plan culturel, les migrants ne sont pas sous la contrainte des coutumes locales. Cela leur laisse un espace de liberté propice aux initiatives rémunératrices.

9L’auteur a fait l’effort louable de traiter la déforestation de façon holistique. Cependant, il s’est heurté à la complexité du jeu imposé par les différentes couches sociales malgaches. Il a certainement posé les bonnes questions au cours de son travail de terrain. Toutefois les réponses obtenues auraient pu faire l’objet d’une double lecture. En effet, les communautés rurales ont cette faculté d’adapter leurs réponses en fonction de leur interlocuteur et de leurs intérêts ponctuels du moment. À ce jeu, en débarquant dans une région avec leurs schémas et leurs plans d’action théoriquement irréprochables, les ONG sont leur cible favorite. Ces organismes n’arrivent pas toujours à coordonner leurs actions. Travaillant sur un même périmètre, ils donnent l’impression d’être en compétition alors qu’ils devraient être complémentaires. La multiplication des ateliers sur des thèmes similaires en est une des illustrations les plus courantes.

10Enfin, cet ouvrage permet de comprendre la complexité des différentes facettes des liens entre les communautés locales et ceux qui s’efforcent de préserver la biodiversité malgache, et particulièrement ce milieu forestier. On peut espérer que cette importante contribution de Frank Muttenzer pourra améliorer la qualité du dialogue entre tous les acteurs concernés par la sauvegarde de ce patrimoine environnemental de Madagascar.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean A. Rakotoarisoa, « Muttenzer Franck 2010, Déforestation et droit coutumier à Madagascar. Les prescriptions des acteurs de la gestion communautaires des forêts », Journal des africanistes, 84-2 | 2014, 320-322.

Référence électronique

Jean A. Rakotoarisoa, « Muttenzer Franck 2010, Déforestation et droit coutumier à Madagascar. Les prescriptions des acteurs de la gestion communautaires des forêts », Journal des africanistes [En ligne], 84-2 | 2014, mis en ligne le 14 janvier 2016, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://africanistes.revues.org/4055

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org