Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Gomez-Perez Muriel, Leblanc Marie Nathalie (dir.), 2012, L’Afrique des générations. Entre tensions et négociations

Paris, Karthala
Julien Bondaz
p. 314-317
Référence(s) :

Gomez-Perez Muriel, Leblanc Marie Nathalie (dir.), 2012, L’Afrique des générations. Entre tensions et négociations, Paris, Karthala, 843 p.

Texte intégral

  • 1 Marie, A. (éd.), 1997, L’Afrique des individus. Itinéraires citadins dans l’Afrique contemporaine ( (...)
  • 2 S. R. Whyte, E.Alber et S. Van der Geest (dir.), Generations in Africa: connections and conflicts, (...)

1Le titre de l’ouvrage dirigé par Muriel Gomez-Perez et Marie Nathalie Leblanc apparaît comme un écho à celui édité par Alain Marie en 1997, L’Afrique des individus1. Il en prend pour ainsi dire le contrepied, en proposant de décrire et d’analyser les références aux générations et les dynamiques intergénérationnelles plutôt que les processus d’individualisation, mais le rejoint autour d’une même problématique, celle des recompositions des formes et des normes des solidarités communautaires dans l’Afrique contemporaine. Si l’ouvrage édité par le second était centré sur le contexte citadin, les premières proposent pour leur part d’inclure dans la réflexion collective des exemples ruraux. Ces derniers demeurent cependant minoritaires. La crise du « contrat intergénérationnel2 » observée par les auteurs rassemblés ici est en effet particulièrement visible en contexte urbain, où, dans un contexte économique souvent difficile, les jeunes peinent à trouver un emploi et se marient de plus en plus tard, ce qui repousse d’autant leur entrée dans l’âge adulte. L’expérience migratoire est également productrice de conflits de valeurs entre les générations, comme le montrent à juste titre Nathalie Mondain, Alioune Diagne et Sara Randall à propos des jeunes migrants sénégalais.

  • 3 D’Almeida-Topor, H., et alii, 1992, Les jeunes en Afrique, XIXe et XXe siècles, Paris, L’Harmattan, (...)
  • 4 Voir par exemple Christiansen, C., Utas, M., et Vigh, H. E. (dir.), 2006, Navigating Youth, Generat (...)
  • 5 Antoine, P. (ed.), 2007, Les Relations intergénérationnelles en Afrique. Approche plurielle, Paris, (...)

2La plupart des auteurs insistent par ailleurs sur l’élasticité des catégories générationnelles (ou des classes d’âge) et prêtent une attention bienvenue aux conceptions émiques de la jeunesse et – dans une moindre mesure – de la vieillesse. Les relations intergénérationnelles sont en effet, pour l’essentiel, décrites du point de vue des jeunes générations, ce que les deux directrices de l’ouvrage assument clairement dans leur introduction. Elles proposent une synthèse efficace des travaux consacrés à la jeunesse africaine, tout en inscrivant leur réflexion dans le cadre d’un changement de paradigme qui se traduit par le recours à la notion de génération (qui supplante, sans pourtant la recouper pleinement, celle de « classe d’âge », plus classique dans la littérature africaniste). Dans sa préface, Catherine Coquery- Vidrovitch rappelle à juste titre le travail pionnier d’Hélène d’Almeida Topor et al., Les jeunes en Afriques, XIXe et XXe siècle, paru vingt ans auparavant3. La perspective adoptée ici est davantage centrée sur les dynamiques intergénérationnelles et s’inscrit dans la continuité de nombreux travaux anglo-saxons4. Elle permet de développer de nouvelles analyses particulièrement stimulantes sur les jeunesses africaines, les contrôles dont elles font l’objet ou les espaces d’émancipation qu’elles se construisent. Une telle perspective renouvellerait également, à coup sûr, les études consacrées à la vieillesse en Afrique, qui demeurent ici rares au regard de ceux dédiés aux nouvelles générations5. Cela s’explique sans doute en partie par l’âge des chercheurs eux-mêmes, et les relations intergénérationnelles entre enquêteurs et enquêtés mériteraient de ce point de vue un exercice de réflexivité.

  • 6 Gomez-Perez, M., LeBlanc, M. N., et Savadogo, M., 2009, Young Men and Islam in the 1990s: Rethinkin (...)

3Dans la plupart des textes ici rassemblés, la question centrale des pratiques religieuses est présente. Elle est au cœur de plusieurs contributions qui décrivent très bien les recompositions des formes de solidarité et les stratégies d’émancipation – y compris politique – des nouvelles générations. Ces recompositions et ces stratégies passent très souvent par l’appropriation de pratiques inédites ou de nouveaux discours religieux (comme l’ont déjà souligné ailleurs les deux directrices de l’ouvrage6). Les changements d’allégeance confrérique en milieu haalpulaar au Sénégal ou en Mauritanie (Cédric Jourde), la référence au sunnisme au Sénégal (Erin Augis) ou encore le succès de l’islam réformiste en Gambie (Marloes Janson) constituent autant d’exemples révélateurs de ces logiques. Plusieurs auteurs insistent particulièrement sur la fonction attribuée aux conversions religieuses, qui trouvent une part d’explication dans des volontés de rupture avec le passé et les aînés. Selon Abdoulaye Sonaye par exemple, le succès récent de l’islam réformiste (mouvement izala) au Niger s’explique en partie par le fait que tenir un discours anti-soufisme permet aux jeunes de s’opposer à leurs aînés. Une telle logique s’observe également dans le cas de nombreux pentecôtismes, par exemple en Ouganda (Alessandor Gusman) ou en République Démocratique du Congo (Géraldine Mossière). Les observations que fait Alessandro Gusman au sujet des dynamiques actuelles du pentecôtisme ougandais méritent d’ailleurs d’être généralisées : il montre bien comment une « distance morale » est instaurée « entre la génération des pères et celle des fils born gain » et peut ainsi « être lue comme faisant partie d’une stratégie d’autonomisation vis-à-vis du groupe familial et de la hiérarchie gérontocratique du village » (p. 470). Dans ces perspectives religieuses, comme en matière politique, l’autonomie d’action des jeunes est en outre favorisée par la mise en place d’associations.

4Les enjeux politiques sont en effet également importants, et parfois étroitement imbriqués dans les dynamiques religieuses. Ils se traduisent en général par la critique des formes de gérontocratie que camouflent mal l’idée d’une solidarité traditionnelle villageoise ou familiale (et l’on retrouve là encore les échos des réflexions d’Alain Marie). Plusieurs auteurs mettent l’accent sur ces aspects politiques et sur les formes de mobilisation de la jeunesse, dans une perspective historique et politiste notamment. L’enrôlement des Youthwingers dans le Kenya monopartite des années 1980-1990, étudié par Hervé Maupeu, rend bien compte de la socialisation politique des jeunes Kenyans, qui passe par les organisations juvéniles ou les jeunesses du parti, tout comme, en Angola, le rôle joué par les « Brigades des jeunesses révolutionnaires » dans les violences urbaines de 1974- 1975 (Jean-Michel Mabeko Tali). Nito Alves, l’un des leaders de la jeunesse angolaise, avait d’ailleurs pour slogan une formule qui résume bien les ambitions politiques et les espoirs souvent déçus des jeunes militants : « o novo deve substituir o velho » (« le nouveau doit remplacer l’ancien »). Marc-Antoine Pérouse de Montclos montre pour sa part comment, dans le contexte spécifique du delta du Niger, la politisation des cadets sociaux oscille entre mobilisation au service des notables ou des politiciens locaux et conflits entre classes d’âge, mais aussi entre jugements moraux contradictoires sur la jeunesse.

5L’articulation entre la problématique des relations intergénérationnelles et celle des rapports de genre est l’une des autres thématiques qui traversent l’ouvrage, en particulier au sujet des relations entre mères et filles musulmanes dans les villes du Sud Bénin (Denise Brégand) ou du rôle joué par les aînées, notamment les belles- mères, dans la transmission des savoirs et l’accompagnement des parturientes au Burkina Faso (Marie-Josée Lewis et Anne-Emmanuèle Calvès). Elle est également présente dans certaines des réflexions portant sur la culture populaire (manières de s’habiller, lieux de sociabilité, production ou réception des images filmiques ou des tubes musicaux), inspirées par les cultural studies, qui articulent deux types d’approche. Un premier type vise une présentation panoramique des formes culturelles populaires, par exemple au sujet de la génération des kizazi kipya en Tanzanie (Birgit Englert). Il s’agit alors de rendre compte de l’émergence de nouvelles formes de valorisation culturelle donnant à voir les changements générationnels. On retrouve dans cette dynamique les enjeux de la transmission culturelle observés au sujet du combat en faveur de la littérature comorienne d’Ahmad Qamar al Dîn, saisi comme héritage par les jeunes poètes de l’île (Toibibou Ali Mohamed), ou, au Sénégal, du travail de mémoire et de « réappropriation historique » de la répression de Thiaroye de novembre 1944 (Martin Mourre) et de la « patrimonialisation » de la confrérie layenne (Mountaga Diagne). Le second type d’approche repose sur l’analyse thématique d’un média ou d’une forme d’expression spécifique, qu’il s’agisse des clips musicaux congolais (Bob White), du rap camerounais (Daniel Künzler), ou encore des caricatures d’un hebdomadaire satirique burkinabè (Louis Audet Gosselin). L’objectif consiste alors davantage à montrer comment sont représentées et médiatisées, localement, les relations intergénérationnelles.

6Ces différentes problématiques ou approches rendent bien compte de la richesse de cet ouvrage, dont le caractère pluridisciplinaire apparaît d’autant mieux justifié. À sa lecture, la notion de génération se révèle particulièrement heuristique et révélatrice des dynamiques et des reconfigurations actuelles des sociétés africaines.

Haut de page

Notes

1 Marie, A. (éd.), 1997, L’Afrique des individus. Itinéraires citadins dans l’Afrique contemporaine (Abidjan, Bamako, Dakar, Niamey), Paris, Karthala.

2 S. R. Whyte, E.Alber et S. Van der Geest (dir.), Generations in Africa: connections and conflicts, Berlin, Lit Verlag, 2008.

3 D’Almeida-Topor, H., et alii, 1992, Les jeunes en Afrique, XIXe et XXe siècles, Paris, L’Harmattan, 2 vol. 

4 Voir par exemple Christiansen, C., Utas, M., et Vigh, H. E. (dir.), 2006, Navigating Youth, Generating Adulthood: Social becoming in an African context, Uppsala, Nordic Africa Institute.

5 Antoine, P. (ed.), 2007, Les Relations intergénérationnelles en Afrique. Approche plurielle, Paris, Ceped. Pour un bilan bibliographique, voir S. Makoni, « Aging in Africa : A critical review », Journal of cross-cultural gerontology, 23-2, 2008 : 199-209.

6 Gomez-Perez, M., LeBlanc, M. N., et Savadogo, M., 2009, Young Men and Islam in the 1990s: Rethinking an Intergenerational Perspective, Journal of Religion in Africa 39: 186-218.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julien Bondaz, « Gomez-Perez Muriel, Leblanc Marie Nathalie (dir.), 2012, L’Afrique des générations. Entre tensions et négociations », Journal des africanistes, 84-2 | 2014, 314-317.

Référence électronique

Julien Bondaz, « Gomez-Perez Muriel, Leblanc Marie Nathalie (dir.), 2012, L’Afrique des générations. Entre tensions et négociations », Journal des africanistes [En ligne], 84-2 | 2014, mis en ligne le 14 janvier 2016, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://africanistes.revues.org/4048

Haut de page

Auteur

Julien Bondaz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org