Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Fauvelle-Aymard François-Xavier, 2013, Le rhinocéros d’or. Histoires du Moyen Âge africain

Paris, Alma
Bernard Nantet
p. 310-311
Référence(s) :

Fauvelle-Aymard François-Xavier, 2013, Le rhinocéros d’or. Histoires du Moyen Âge africain, Paris, Alma, 317 p.

Texte intégral

1Ce « rhinocéros d’or » daté du XIIIe siècle a été trouvé en 1932 sur le site sud- africain de Mapungubwe, à la frontière du Botswana et du Zimbabwe. Il est constitué de feuilles d’or qui auraient été vraisemblablement cloutées sur une âme de bois d’une quinzaine de centimètres de longueur. Cette découverte, s’ajoutant aux fragments d’or extraits des fouilles des enceintes circulaires du Grand Zimbabwe une trentaine d’années plus tôt, nourrissait le mythe d’un continent où, selon le chroniqueur musulman Al-Fazar (VIIIe siècle), « l’or pousse dans le sol comme des carottes ».

2Du royaume Ghana au pays de Sofala et à la côte des Zanj sur l’océan Indien, les récits des chroniqueurs et des voyageurs arabes évoquent une Afrique médiévale où s’épanouissent villes marchandes nourries par des royaumes pourvoyeurs d’un commerce international de produits de luxe (or, corne de rhinocéros, ivoire, peaux). Coupé d’un accès à ces richesses, le monde occidental se complaisait à peupler ces contrées interdites de tribus inconnues et d’animaux aux pouvoirs fantastiques. Au tournant du XVe siècle, les grandes découvertes vinrent mettre plus de rigueur dans ces rêves dorés. De même, une expédition envoyée un siècle plus tard contre Tombouctou par le sultan du Maroc porta un coup fatal à la renommée de la cité sahélienne.

3En une trentaine de chapitres bien documentés et dépassant la simple anecdote, François-Xavier Fauvelle-Aymar brosse une fresque glorieuse de cette Afrique déjà de plain-pied dans l’histoire. Sortie des mémoires depuis un siècle avec le recueil des traditions orales, puis de terre avec l’archéologie, et enfin des laboratoires avec les méthodes de datation, l’histoire de l’Afrique a fait désormais sa corrélation avec le reste de la planète.

4Cet ouvrage de bonne tenue et complété par une illustration jamais gratuite s’affiche comme un ouvrage de références, point de départ vers des connaissances plus poussées. Il suscitera malheureusement une grande frustration face au constat que la recherche sur le terrain éprouvant et parfois ingrat de l’archéologie, bridée par le manque de crédits, ou simplement empêchée par la situation politique, ne puisse mettre au jour les pans occultés d’un passé trop méconnu que l’ouvrage nous fait entrevoir.

5Car des menaces pèsent sur les vestiges tangibles de l’histoire du continent. Elles vont de l’exploitation des richesses (hier l’or, aujourd’hui le cobalt, le manganèse et autres minerais stratégiques) à l’alliance contre nature des trafiquants de biens culturels destinés au marché international de l’art et des tenants d’une éradication de toute figuration d’êtres vivants, spécificité du monde animiste. C’est ainsi que nombres de cimetières anciens recélant statuettes en terres cuites et structures en banco disparaissent sous les chenilles des bulldozers et les coups de pioches agressifs des tâcherons des trafiquants de biens culturels et des militants zélés des intégristes, anéantissant à tout jamais le legs des ancêtres.

6Nombreux sont en effet en Afrique les sites historiques détruits ou dégradés pour la recherche, à l’image des célèbres ruines de Zimbabwe (XIVe siècle) en Afrique australe, évoqué par l’archéologue Roger Summer comme ayant été « le terrain de jeux des chasseurs de trésors et des savants, des maniaques et des architectes, des amateurs de toutes sortes, et d’un nombre non négligeable de professionnels. Ce fut le théâtre de travaux bâclés comme de recherches entreprises avec toutes les garanties possibles [...] Zimbabwe demeure pourtant, aux yeux de la plupart, la grande inconnue... »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Nantet, « Fauvelle-Aymard François-Xavier, 2013, Le rhinocéros d’or. Histoires du Moyen Âge africain », Journal des africanistes, 84-2 | 2014, 310-311.

Référence électronique

Bernard Nantet, « Fauvelle-Aymard François-Xavier, 2013, Le rhinocéros d’or. Histoires du Moyen Âge africain », Journal des africanistes [En ligne], 84-2 | 2014, mis en ligne le 14 janvier 2016, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/4041

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org