Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Duteurtre Guillaume, Faye Bernard, L’élevage, richesse des pauvres ; stratégies d’éleveurs et organisations sociales face aux risques dans les pays du Sud

Versailles, éditions Quae
Jean Boutrais
p. 306-309
Référence(s) :

Duteurtre Guillaume, Faye Bernard (coord.), 2009, L’élevage, richesse des pauvres ; stratégies d’éleveurs et organisations sociales face aux risques dans les pays du Sud, Versailles, éditions Quae, 284 p.

Texte intégral

1Issu d’un colloque qui s’est tenu à Montpellier, l’ouvrage collectif dirigé par deux chercheurs du CIRAD est pluridisciplinaire, en associant des vétérinaires et zootechniciens à des chercheurs en sciences sociales, notamment des économistes. Sur 17 textes rassemblés, 11 se rapportent expressément à l’Afrique sub-saharienne. De plus, deux textes de synthèse, présentés par les coordonnateurs de l’ouvrage, renvoient surtout à des situations africaines. C’est dire que l’ouvrage mérite de susciter la curiosité des lecteurs africanistes, en particulier de ceux qui s’intéressent aux sociétés pastorales.

2La première partie est consacrée aux rapports entre les pasteurs et la pauvreté. Or c’est sans doute à leur propos que la mise en relation de l’élevage avec la pauvreté semble la plus paradoxale. En effet, les pasteurs africains sont habituellement considérés par les autres ruraux comme des gens riches. L’introduction met tout de suite en garde contre une telle conception simpliste, en insistant sur le double statut du bétail en tant que capital et produit. Comme moyen de production, il est extrêmement fragile et vulnérable, ce que les pasteurs africains ne cessent en effet de mettre en avant.

3Dans un texte vif qui relève du témoignage personnel, le géographe Jean- Charles Clanet restitue les conditions de vie des pasteurs sahéliens, surtout au Tchad. Le tableau comporte deux volets. D’un côté, l’auteur conteste la pertinence des diagnostics statistiques faisant état d’une pauvreté réelle de ces pasteurs car les données statistiques proviennent de critères inadaptés aux réalités pastorales. En fait, la vraie richesse pastorale est sociale ; elle réside dans les liens d’échange et d’assistance entre les membres d’un même groupe. D’un autre côté, Clanet insiste sur les contraintes et la rudesse de la vie pastorale, encore plus redoutables pour les personnes faibles. Entre l’attachement des pasteurs sahéliens à un mode de vie qui risque de les marginaliser et les échecs répétés des projets de développement dans l’élevage, Clanet préconise une meilleure connaissance des économies pastorales, en dehors d’une vision comptable et marchande. L’auteur inscrit ainsi la question de la pauvreté dans un large tableau du pastoralisme sahélien. Son évaluation favorable de la situation économique des pasteurs remet en cause l’idée habituelle d’une crise latente et répétée de cette activité.

4À l’inverse de cette évaluation, le sociologue Claude Arditi diagnostique une paupérisation des pasteurs en Centrafrique, avant même la guerre civile récente qui a dû aggraver le phénomène. De façon classique, les Peuls réagissent à la diminution de leurs troupeaux en s’engageant dans l’agriculture, ce qui ne leur permet pas toutefois d’acheter des bovins. C’est pourquoi le commerce attire des jeunes, surtout le commerce de bétail, mais Arditi démontre que cette filière est en déclin dès les années 1990. La baisse des activités liées à l’élevage affecte même les ventes de lait par les femmes qui se reconvertissent en d’autres petits commerces. Selon Arditi, la paupérisation va de pair avec une mutation sociale marquée par une désaffection envers l’activité pastorale. En fait, ce constat peut être resitué dans une hypothèse plus large. L’évolution décrite par Arditi caractérise d’anciens pasteurs sédentarisés et de plus en plus insérés dans les sociétés locales. D’autres groupes, restés davantage pasteurs, ont migré entre-temps vers de nouvelles aires, en particulier la province orientale de la RDC. En savanes, l’activité pastorale serait liée à une logique de front pionnier.

5Pourtant, la situation peut évoluer de façon encore plus négative quand une rébellion conjugue ses effets à ceux des sécheresses au Sahel. C’est ce que décrit le sociologue Hassan Kamil à propos de la région de Tombouctou au Mali. Dès les premières années 2000, l’activité pastorale y était gravement affectée par une désorganisation sociale, une perte de repères fonciers et la destruction d’infrastructures d’élevage. La vie dans les camps de réfugiés n’est plus compatible avec un grand élevage. Ici aussi, le constat s’est probablement aggravé en situation de guerre.

6La deuxième partie interroge les modalités de gestion des crises, notamment par des mécanismes sociaux de solidarité. En s’appuyant sur une littérature anthropologique abondante, aussi bien en Afrique de l’Ouest que de l’Est, Bernard Faye dresse un inventaire de pratiques endogènes de redistribution du bétail qui jouent un rôle de tampon à la pauvreté. Ces mécanismes, très développés en sociétés pastorales, ont des effets économiques bénéfiques mais ils répondent également à des objectifs sociaux. Faye insiste sur leur efficacité ponctuelle tout en reconnaissant leurs limites en contexte d’appauvrissement général. Il convient d’ajouter que la description de ces solidarités correspond souvent à un modèle idéal mais que les pratiques réelles s’en écartent plus ou moins.

7En dehors des solidarités endogènes, les aides externes en bétail aux éleveurs appauvris s’avèrent relativement rares. Le géographe Jean Huchon analyse de manière fine des projets de recapitalisation en bétail menés à la fin des années 1990 au Kenya. Face à des sécheresses répétées aggravées par l’insécurité, des ONG caritatives internationales se sont engagées dans la reconstitution de troupeaux pour que des familles retournent au pastoralisme. Les composantes de ces interventions sont complexes et délicates à gérer. L’analyse repère des limites et dérives aux projets. Finalement, Huchon se demande si un appui ciblé sur le pastoralisme constitue une réponse adéquate à l’appauvrissement des pasteurs.

8Le socio-anthropologue André Bourgeot reconsidère d’abord les composantes de la pauvreté à propos des Touaregs du Niger. Une approche anthropo-linguistique, complétée par des critères zootechniques et économiques, permet d’appréhender des inégalités internes aux sociétés pastorales. L’originalité du texte consiste dans la mise en avant d’une autre pauvreté des pasteurs, celle-ci de nature juridique. Au Niger, le Code rural a tenté de remédier à cette pauvreté en instituant des « terroirs d’attache », une formule que Bourgeot critique comme étant inappropriée aux pasteurs. Il propose de lui substituer la notion de terrain de parcours ou de domaine pastoral, basée sur une officialisation de droits coutumiers.

9Une équipe autour de la socio-économiste Véronique Ancey présente une réflexion générale sur les systèmes d’alerte de la vulnérabilité, une notion jugée plus pertinente que celle de la pauvreté dans les rapports des pasteurs du Sahel avec le milieu naturel. Pour repérer les vulnérabilités pastorales, la recherche est confrontée à des exigences contradictoires : valoriser des indicateurs d’alerte précoce fins et analytiques face à une crise soudaine ou privilégier des indicateurs synthétiques pour cerner des évolutions sur le long terme. En fait, en situation de crise alimentaire, l’aide publique ignore souvent les populations pastorales.

10En restituant des dynamiques de capitalisation en bétail chez des cultivateurs, la troisième partie montre que le bétail peut jouer un rôle de tremplin privilégié pour sortir de la pauvreté. Une seule étude s’inscrit dans cette thématique en terrain africain, celle du zootechnicien Éric Vall et d’auteurs associés, à propos de l’acquisition de bœufs de labour par des cultivateurs de coton au Nord-Cameroun. Par une analyse fine et précise, basée sur quelques exemples d’exploitations agricoles, les auteurs mettent en avant la difficulté financière de cultivateurs « moyens » à s’équiper en attelage. Au contraire, deux études en Inde et au Brésil attestent de « success story » dans l’accumulation de bétail.

11La dernière partie élargit le thème des interventions pour sortir de la pauvreté en prenant en compte des politiques d’élevage. Une équipe autour de l’économiste Céline Dutilly-Diané questionne les conséquences des politiques environnementales sur les revenus des ruraux au nord du Burkina Faso. Par une démarche économétrique, les auteurs démontrent qu’une gestion décentralisée des ressources naturelles entraîne des effets positifs sur les revenus des éleveurs, surtout quand cette gestion est mise en œuvre par une coordination effective des acteurs.

12Alors que la politique environnementale se situe en amont de l’activité d’élevage, le commerce du bétail en représente une étape essentielle en aval. L’agro-économiste Jean-François Renard présente un tableau synthétique de ce commerce au Burkina Faso. Il montre la grande efficacité économique des filières traditionnelles de commerce des animaux et leur flexibilité géographique mais, en même temps, leur organisation fermée et leur fragilité.

13En fin d’ouvrage, l’agro-économiste Guillaume Duteurtre ouvre l’optique des politiques dans le domaine des produits laitiers, en comparant celles des pays d’Afrique de l’Ouest avec d’autres dans le monde. En matière de tarifs douaniers, il oppose la baisse des taxes d’importation en Afrique depuis 2000 au protectionnisme de toute une série de pays, dont l’Union européenne. Ainsi, les politiques tarifaires ne soutiennent pas la production locale de lait en Afrique de l’Ouest. Les producteurs laitiers africains ne sont pas capables de faire pression sur les négociations commerciales internationales pour défendre leurs intérêts.

  • 1 Gilliard Patrick, 2005, L’extrême pauvreté au Niger ; mendier ou mourir ? Paris, Karthala, 284 p.

14Le survol des textes relatifs à l’Afrique dans cet ouvrage atteste une grande diversité de thématiques et d’approches. Cependant, les études de terrain vraiment nouvelles y sont peu nombreuses. Les éditeurs reconnaissent eux-mêmes qu’il s’agit souvent de relectures et de retours sur des recherches antérieures, visant à pointer la thématique de la pauvreté. La grande audience des travaux d’Amartya Sen chez les économistes n’est sans doute pas étrangère à l’intérêt soudain pour cette question. Les éditeurs admettent que des volets de l’élevage dans les pays du Sud sont peu abordés dans l’ouvrage : les élevages péri-urbains, les agro-élevages, les nouveaux défis écologiques de l’élevage. Certes, mais il s’agit là d’études de systèmes techniques généraux. En lien plus spécifique avec la pauvreté, des situations vécues dans le monde des éleveurs mériteraient des investigations fines, par exemple auprès des bergers chez les pasteurs et les agro-éleveurs, à propos des petits emplois dans le commerce de bétail et de l’exode en ville d’anciens pasteurs ruinés. L’étude de la mendicité à Niamey par le géographe Patrick Gilliard1 offre un modèle de ce genre de recherche souhaitable pour mieux comprendre la pauvreté.

Haut de page

Notes

1 Gilliard Patrick, 2005, L’extrême pauvreté au Niger ; mendier ou mourir ? Paris, Karthala, 284 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Boutrais, « Duteurtre Guillaume, Faye Bernard, L’élevage, richesse des pauvres ; stratégies d’éleveurs et organisations sociales face aux risques dans les pays du Sud », Journal des africanistes, 84-2 | 2014, 306-309.

Référence électronique

Jean Boutrais, « Duteurtre Guillaume, Faye Bernard, L’élevage, richesse des pauvres ; stratégies d’éleveurs et organisations sociales face aux risques dans les pays du Sud », Journal des africanistes [En ligne], 84-2 | 2014, mis en ligne le 14 janvier 2016, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/4038

Haut de page

Auteur

Jean Boutrais

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org