Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Caratini Sophie, 2012, Les non-dits de l’anthropologie

Suivi de Dialogue avec Maurice Godelier, Paris, Thierry Marchaisse, (« Les non-dits »)
Erik Guignard
p. 304-306
Référence(s) :

Caratini Sophie, 2012, Les non-dits de l’anthropologie. Suivi de Dialogue avec Maurice Godelier, Paris, Thierry Marchaisse, (« Les non-dits »), 187 p.

Texte intégral

1Sophie Caratini se propose, dans cet ouvrage publié une première fois aux PUF en 2004, de reprendre la question de l’expérience de terrain « exotique » dans la longue durée comme étant constitutive et fondatrice de l’anthropologie. La présente édition est augmentée, in fine, d’un dialogue avec Maurice Godelier qui apporte un éclairage sympathique et nuancé aux propos initiaux de Caratini. On sait, bien entendu, qu’une part de subjectivité est toujours présente dans l’observation ethnologique, qu’elle soit ou non scientifique ; on comprend bien l’utilité d’expliciter certains « non-dits » et l’intérêt de bousculer « les idées convenues ». Mais on est heureux de suivre Godelier qui, lui, propose de se prémunir des généralisations excessives.

2Caratini insiste, par exemple, sur l’influence du contexte politique et économique ; mais celui-ci n’a pas toujours la même importance selon les terrains et les sujets de recherche. Elle souligne la solitude du chercheur, « sur le terrain, chacun est seul », alors que bien d’autres auront eu au contraire l’impression inverse d’un manque parfois pénible d’intimité et ont conduit leurs travaux en équipe avec profit, avec des collègues, des étudiants, voire même femme et enfants. Pour elle, enfin, le « traumatisme » initial du terrain est « fondateur de la construction du savoir » ; son explicitation est alors nécessaire pour sortir du piège d’une subjectivité envahissante. Ce serait là une spécificité de cette « science anthropologique » qui serait la seule à inclure la part de subjectivité sur laquelle son expérience s’est développée : « Il faut se mettre soi-même dans l’éprouvette ».

3Pour Godelier, le traumatisme « n’est pas une nécessité pour tous ». La question posée est celle de l’accès à l’altérité, accès associé à celui d’une éthique de l’observation où se succèdent des moments spontanés de participation et d’écoute et des travaux d’enquêtes systématiques. Seuls ces derniers permettent de croiser les données et de faire éventuellement apparaître une logique sous-jacente que les gens vivent mais ne peuvent pas toujours exprimer abstraitement. Ils permettent d’autre part, au-delà de la diversité des vécus ethnographiques, de valider ou non les intuitions des chercheurs, que ce soit auprès des acteurs ou auprès des autres membres de leur communauté scientifique. Ainsi, sans la prise en compte de ces deux aspects de l’enquête ethnographique, les discussions académiques risquent de se porter sur des interprétations non « falsifiables », sujettes à polémiques et rivalités, plutôt que sur la pertinence des données.

4Le dialogue se poursuit par une confrontation amicale de leurs expériences et de leurs intuitions, chez les Baruya et les Rgaybat. Pour Godelier, la clef de la société Baruya serait « la domination masculine dans les rapports hommes/femmes ». Il note toutefois qu’au fond de la domination, il y a bien la peur des hommes devant la « supériorité » des femmes qu’il s’agit de contrecarrer sans cesse en « les séparant d’elles-mêmes ». Voilà, somme toute, une domination toute relative. Pour Caratini, la clef de la société Rgaybat se trouverait dans la hiérarchie pesante des générations et la domination des aînés sur les cadets, lesquelles rendraient compte de la circulation des femmes entre les lignages : les aînés épousent majoritairement la sœur de leurs cadets – cousins parallèles classificatoires, voire simultanément croisés – qui deviennent alors leurs obligés, confirmant ainsi une hiérarchie préexistante.

5Caratini regrette amèrement que cette « trouvaille », interprétation innovante du « mariage arabe », n’ait pas été reconnue par ses collègues (lesquels ont allégué un modèle établi sur un échantillon peu représentatif). J’observerai, pour ma part, que ce mode d’alliance se retrouve chez les Touaregs, du moins chez tous ceux que j’ai pu côtoyer aux côtés de Germaine Tillion entre 1970 et 1974 : la circulation des femmes se fait, ici aussi, que ce soit dans les fractions à orientation patrilinéaire ou matrilinéaire, toujours d’une branche aînée à une branche cadette (ce qui correspond à une différence d’âge généralement importante entre un homme et son épouse) ; mais comme l’aînesse se comprend aussi entre générations, un « oncle », cousin parallèle du père, d’une branche cadette pouvant épouser une « fille » d’une branche aînée, il est alors possible, tout en préservant la règle, que s’établissent des cycles longs de réciprocité.

6En somme, si les Rgaybat, arabophones, affichent leur préférence pour une lecture « endogamique » de leurs pratiques d’alliance, Caratini constate, de son côté, une pratique « exogamique » entre les lignages. Les Touaregs, mis à part la position très privilégiée des femmes touarègues et des sœurs dans leur fratrie, exactement le contraire : ils affichent leur préférence pour le mariage « exogame » avec la cousine croisée matrilatérale, mais pratiquent allègrement les alliances entre cousins parallèles. Deux faces, ou deux lectures, d’une même médaille ?

7Au-delà des études monographiques, il faut aussi confronter les données de terrain et, donc, au-delà d’une rivalité bréhaigne, se parler. C’est justement ce que nous proposent Caratini et Godelier.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Erik Guignard, « Caratini Sophie, 2012, Les non-dits de l’anthropologie », Journal des africanistes, 84-2 | 2014, 304-306.

Référence électronique

Erik Guignard, « Caratini Sophie, 2012, Les non-dits de l’anthropologie », Journal des africanistes [En ligne], 84-2 | 2014, mis en ligne le 14 janvier 2016, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/4035

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org